Nous sommes le 14 déc. 2017 16:54

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Le télégramme de Brest
MessagePosté : 19 avr. 2010 15:07 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Faire juger Seznec par les téléspectateurs: il fallait oser. France 2 et Robert Hossein franchissent le pas. Procès et verdict demain. À cette occasion, nous avons enquêté. Et déniché quelques contre-vérités régulièrement assénées.

Si vous estimez que Guillaume Seznec est coupable, tapez 1. S'il est innocent, tapez 2. Juger quelqu'un depuis son salon, en regardant la télé: c'est possible. Demain, en prime time, France 2 diffusera, en direct, une représentation de la pièce de théâtre de Robert Hossein, «L'affaire Seznec, un procès impitoyable». Avec un vote par SMS, téléphone et internet à la clé. La justice à la télé, c'est sérieux ça? Animé d'un sincère «idéal de justice», Robert Hossein n'a jamais caché son «souhait que le peuple puisse donner son avis plus souvent». Et puis sa pièce, c'est du lourd, du sérieux. D'ailleurs, ce n'est «pas un spectacle». «C'est une reconstitution», assène le metteur en scène. «Deux journalistes ont travaillé pendant plus d'un an pour reconstruire ce procès. Tout a été fait dans une totale objectivité, au terme d'une enquête rigoureuse», a juré, à de nombreuses reprises, Robert Hossein. Tout serait «parfaitement authentique». À deux «détails» près.

L'incendie du Parlement de Bretagne

Pour reconstituer le procès, les deux auteurs de la pièce, Olga Vincent et Éric Rognard, ont travaillé sur le dossier d'instruction, fourni par l'un des avocats de la famille Seznec, Me Baudelot. «Nous avons également pu consulter les journaux de l'époque. Ils nous ont donné le ton du procès», indique Éric Rognard. En revanche, aucun document retraçant officiellement et intégralement les déclarations de tous les acteurs du procès (les minutes du procès) n'était disponible. «On nous a rapporté que ce document avait disparu lors de l'incendie du Parlement de Bretagne, en 1994», explique Éric Rognard. «Ces minutes n'ont jamais existé, s'étonne la Cour de cassation. Lors du procès, en 1924, le greffier s'est contenté de noter les passages des témoins entendus à la barre». «En droit français, on ne retranscrit pas les déclarations faites lors des débats», ajoute un haut magistrat. Qu'importe: aucun élément du dossier original Seznec n'a jamais brûlé à Rennes! «Nous n'avons jamais eu le dossier», nous assure la présidence de la cour d'appel de Rennes, après vérifications.

«Nous avons toutes les pièces»

La «rumeur» d'une destruction partielle, ou même totale, du dossier est régulièrement avancée (*). Parfois même, elle sert d'argument pour justifier une «théorie du complot». «Les pièces prouvant la culpabilité de Seznec ont été sciemment retirées», disent les anti-Seznec. Pour les pro, ce sont évidemment les pièces favorables au condamné au bagne qui ont disparu. Quid? Nous avons pu retracer le périple du dossier (lire ci-contre). Et c'est à la Cour de cassation que nous l'avons retrouvé. Et consulté. Le fameux carnet de Quéméneur et les deux exemplaires de la fausse promesse de vente... : tous les originaux sont là. «On a tout, tout, tout. De la première à la dernière pièce. Rien n'a jamais brûlé. Vous pouvez le dire», insiste un conseiller de la Cour de cassation. C'est dans ce dossier que nous avons pu retrouver les notes d'audiences prises par l'un des témoins de l'affaire: la jeune Louise Héranval, alors âgée de 17 ans. On y retrouve d'ailleurs, mot pour mot, quelques tirades du spectacle de RobertHossein.

Révision: une «écrasante majorité»... contre

Autre affirmation, énoncée comme une vérité: le rejet de la révision du procès se serait joué, le14décembre 2006, à seulement trois voix près. C'est Robert Hossein, reprenant les déclarations de Denis Le Her-Seznec, l'infatigable petit-fils qui se bat pour la réhabilitation de son grand-père, qui l'assure. L'affirmation est d'ailleurs reprise, telle quelle, par tous les médias. Elle est pourtant fausse. Cette «inexactitude» irrite d'ailleurs au plus haut point les hauts magistrats de la Cour de cassation. Nous l'avions écrit quelques jours après la décision de la Cour de révision. Mais les chiffres qui nous avaient été donnés étaient... erronés. Pour autant, la source qui nous avait fait ces révélations, et qui ne peut s'exprimer officiellement (secret du vote et des délibérations), réitère ses propos: «La décision de rejet ne s'est pas jouée à quelques voix» mais à une «écrasante majorité». Seuls «trois, voire quatre conseillers tout au plus», sur trente-trois, ont voté en faveur de la révision, selon trois hauts magistrats qui ont travaillé sur le dossier.

* À l'origine: une réponse du parquet général de la Cour de cassation à la défense, en 1997, annonçant la destruction du dossier lors de l'incendie du Parlement de Bretagne. Ce qui est rarement dit, c'est que cette erreur a rapidement été corrigée par le même parquet général: «A Rennes n'a brûlé qu'une copie partielle du dossier».
Hervé Chambonnière



La justice «aveugle, sourde et folle»?
La chambre criminelle de la Cour de cassation, statuant en cour de révision, a estimé, le 14décembre 2006, qu'il n'existait «aucun fait nouveau de nature à faire naître un doute sur la culpabilité de Guillaume Seznec». La Cour n'a pas balayé les arguments de la défense par un simple «non». Son argumentaire, détaillé, incisif, court sur41pages. «Nous avons préalablement et méticuleusement enquêté pendant deux ans, pour tout vérifier», assure un conseiller de la Cour de cassation. Mais cela, peu de médias l'ont dit, entretenant l'idée, confortable et en vogue, que la justice est autiste. «Aveugle, sourde et folle», dira Denis Le Her-Seznec.

Me Eolas, «ébranlé»

Bien sûr, il y eut le réquisitoire de l'avocat général, favorable à Guillaume Seznec. Bien sûr, la commission de révision, qui filtre les demandes de révision avant de les transmettre, ou pas, à la cour de révision, avait donné son feu vert. «Il y avait bien un nouvel élément (*), concède un conseiller de la Cour de cassation. Mais la porte a surtout été laissée ouverte pour que cette affaire soit tranchée une fois pour toutes...». Bien sûr, enfin, pour une très grande partie de l'opinion publique, Seznec reste LE symbole de l'erreur judiciaire. «Quand vous lisez la presse, ou après avoir seulement vu le téléfilm consacré à l'affaire ou lu le livre de Denis Le Her-Seznec, vous ne pouvez qu'en être persuadé, confesse un haut magistrat. Mais cela ne résiste pas à l'examen complet et poussé du dossier». Même son de cloche sur le blog du réputé MeEolas, pseudo d'un avocat parisien qui signe sur internet d'impertinents et instructifs billets consacrés à la justice: «Mes doutes sur la culpabilité de Seznec ont sérieusement été ébranlés par la lecture de l'arrêt de la cour de révision, reconnaît-il, le 20décembre 2006, après avoir décortiqué le dit arrêt. La décision rendue n'a rien de scandaleux et l'on doit à la vérité d'admettre que l'innocence de Seznec n'est pas aussi évidente que ses défenseurs le disent». Bernez Rouz, seul journaliste à avoir eu accès au dossier, auteur d'un livre très fouillé (et équilibré!) - «L'affaire Quéméneur-Seznec», 2005-, décrit le sentiment inverse: «A lire le dossier, Seznec est coupable. Mais quand on démonte une à une les pièces, un trouble grandissant se fait jour. La certitude du début s'estompe et le doute surgit, celui justement qui n'a pas bénéficié à l'accusé». Des doutes? Si vous voulez sérieusement répondre à cette question, il vous faudra un peu plus qu'une heure trente passée devant votre télé, confortablement assis dans un canapé.
* L'existence du contact de Seznec et Quéméneur à Paris - Gherdi- et ses liens avec l'un des enquêteurs -Bonny -, collaborateur pendant l'Occupation, thèse de la machination policière avancée par la défense


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com