Nous sommes le 21 juil. 2017 22:51

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 janv. 2007 20:43 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006 18:20
Messages : 72
Localisation : Normandie
louisfrancois a écrit :
Le notaire n'a certainement pas vu toutes les pièces, vous n'en savez rien.

C'est vous qui n'en savez pas assez pour écrire "certainement", en fait. Je m'appuie sur le témoignage du notaire pour estimer ce qu'avait Seznec. S'il a vu 30 pièces, il a peut-être vu toute la fortune en or de Seznec, puisqu'il s'agissait déjà d'une somme intéressante, et suffisante pour rembourser la bonne. Ce qui m'amène à penser que Seznec n'en possédait pas plus de 30 ou 40, c'est qu'il ne savait pas du tout ce que représentaient 300 pièces d'or, comme je l'ai déjà dit maintes fois, et aussi le fait qu'il ait emprunté 5.030 francs à sa bonne. S'il possédait une fortune en pièces d'or, la moindre des choses était de consacrer une partie de la vente des pièces à rembourser sa bonne, et une autre partie à faire sortir sa famille et son entreprise de la mauvaise passe dans laquelle elles devaient se trouver ; rembourser Quéméneur était également urgent. Tout le monde sait qu'en payant ses dettes on s'enrichit. Je veux bien admettre que ni Quéméneur, ni la bonne ne réclamaient d'intérêts, mais tout de même... aller verser 65.000 francs en dessous de table au risque de tout perdre, quand on s'en sort mal ! Tout cela pour quoi ? Il lui fallait encore emprunter 35.000 francs pour acquérir Traou Nez, et comme il n'avait pas du tout les moyens de la conserver, il lui fallait la revendre au plus vite, et probablement sans dessous de table, cette fois. Avec les frais de l'emprun et du notaire, il n'aurait probablement rien gagné du tout en revendant la propriété 115.000 francs. Où était l'intérêt pour lui, alors ? Quant à l'intérêt pour Quéméneur, il n'était que de quelques milliers de francs gagnés sur les frais de notaire. Dérisoire, par rapport au risque (redressement fiscal).

louisfrancois a écrit :
Et même si il ne s'agit que de 10 000 francs (une jolie petite somme) à l'époque, ils ont disparu puisque la famille a fini dans la misère la plus noire.

Une jolie petite somme qu'il était facile de liquider : dépenses pour la mise-en-scène, tentative de sauver son entreprise, dépenses courantes, frais de justice, achat de faux témoins...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 janv. 2007 20:49 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006 18:20
Messages : 72
Localisation : Normandie
Marc D. a écrit :
Quant à l'intérêt pour Quéméneur, il n'était que de quelques milliers de francs gagnés sur les frais de notaire. Dérisoire, par rapport au risque (redressement fiscal).

En fait, Quéméneur était plutôt perdant : il vendait 100.000 francs une propriété qu'il aurait pu vendre 115.000 francs. Même en tenant compte des frais de notaire, il est sûrement perdant.

Cette histoire n'a ni queue ni tête. Les deux sont perdants à cause des frais, et pourtant ils prennent tous deux des risques démesurés.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 11 janv. 2007 19:11 
Hors ligne
Administrateur

Enregistré le : 14 mai 2005 16:23
Messages : 281
Localisation : belgique
Marc D. a écrit :
Une jolie petite somme qu'il était facile de liquider : dépenses pour la mise-en-scène, tentative de sauver son entreprise, dépenses courantes, frais de justice, achat de faux témoins...


Sauf que personne n'a jamais vu la famille dépensé cet argent ou changer les dollars contre des francs....


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 janv. 2007 2:42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006 18:20
Messages : 72
Localisation : Normandie
louisfrancois a écrit :
Sauf que personne n'a jamais vu la famille dépensé cet argent...

Vous pensez qu'on achète un faux témoin en public et qu'on s'en vante ensuite ? Quant aux frais de justice, ils étaient bien réels, d'après moi.

louisfrancois a écrit :
... ou changer les dollars contre des francs....

Bon, là, c'est déjà plus étrange, en effet, d'autant que je pense que Seznec a bel et bien vendu ses dollars à Brest, le 22 mai 1923, car un mensonge est toujours meilleur quand il a une base de vérité. Après la disparition de Quéméneur, Seznec dit qu'il a fait des déplacements à Brest, Saint-Brieuc, et Paris. Cela lui donnait à nouveau l'occasion de vendre son or si ça n'était pas déjà fait. Et à Paris, c'était particulièrement discret.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 14 janv. 2007 22:40 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006 20:04
Messages : 137
Localisation : RP 95
Marc D. a écrit :
louisfrancois a écrit :
Marc D. a écrit :
S'il est très probable qu'il ait eu des dollars or, la somme en question devait se situer entre 5.000 et 10.000 francs, si on en croit le notaire de Seznec.


Et vous vous basez sur quoi pour avancer un tel chiffre?

Je l'ai déjà dit deux fois : le notaire n'a vu qu'une trentaine de pièces. Si on admet qu'il s'agit de pièces de 10 et 20 dollars uniquement, celles dont parle Seznec, ça nous donne entre 4.800 et 9.600 francs.


voilà je tenais absolument à citer l'entière audition de Me Vérant, notaire de G Seznec, qui date du 5 novembre 1923.

"Je connais Seznec depuis ma démobilisation en 1919. J'étais son notaire habituel. Je puis assurer qu'il avait en sa possession des dollars : en février ou mars 1923, il est venu à mon étude pour causer de diverses affaires que je traitais pour lui. Il me fit voir une trentaine de pièces de dollars et me demanda quelle était leur valeur. Il me dit qu'il en avait chez lui une grande quantité, dans une boite."

La cour de cass n'a retenu que ce qui l'intéressait de cette audition pour conforter la thèse de l'acusation. Elle s'est bien gardée de la citer entièrement.
Le procédé est vraiment honteux !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 25 mars 2007 1:00 
Hors ligne

Enregistré le : 19 mai 2005 19:47
Messages : 233
Ce forum ayant eu, il y a quelques temps, quelques problèmes, j’en avais perdu le chemin. Je dois dire aussi que la séance du 14 décembre au Palais de Justice, à laquelle j’ai pu assister, m’avait quelque peu découragé. J’ai retrouvé le forum il y a un peu plus d’un mois. J’ai pris connaissance, avec intérêt bien sûr, des messages échangés entre LouisFrançois, jpasc95 et Marc D. mais le ton de polémique qui s’est instauré ne m’a pas incité à reprendre le dialogue. Cette affaire est tellement pleine d’incertitudes et de contradictions qu’il est toujours facile de réfuter un argument par un autre.

J’attendais la suite mais depuis le 16 janvier plus rien ! Je vais donc tenter de ranimer la flamme en soumettant à votre réflexion le point suivant. Guillaume Seznec, après avoir assassiné son meilleur ami, aurait voulu s’approprier, pour la somme dérisoire de 35.000 francs, une propriété qui en valait trois ou quatre fois plus et ce, au détriment des héritiers dont un notaire !

S’il en a bien été ainsi, Guillaume Seznec était le dernier des imbéciles et il a eu bien de la chance d’avoir échappé à la guillotine !

N’avait-il pas intérêt au contraire à faire figurer sur les fausses promesses de vente, la remise des 65.000 francs en dollars-or, quitte à payer des frais plus élevés ? il y gagnait encore et ce n’est pas Pierre Quémeneur qui serait venu le contredire puisqu’il l’avait tué !

Qu’en pensez- vous ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 févr. 2015 2:05 
On en revient toujours - parce qu'ils sont aussi valables aujourd'hui qu'hier - aux éléments patents qui vont à l'encontre de la rédaction des promesses de vente par Seznec.
C'est la raison pour laquelle je dis qu'il ne s'agit pas d'une question de mode


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 févr. 2015 7:24 
"Faisons en sorte que le précédent constitué par l'affaire Seznec ne soit pas perdu. Il est primordial de rester modeste dans la recherche de la vérité, ne pas croire que l'on va rapidement la saisir et la livrer toute vibrante au jugement des tribunaux et des hommes en général. S'interroger sans cesse, peser scrupuleusement le pour et le contre. Sans préjuger de l'innocence ou de la culpabilité de qui que ce soit. Etre honnête tout simplement. Que l'on soit juge, avocat, journaliste ou écrivain."
Denis Langlois
in "Pour en finir avec l'affaire Seznec"
(Introduction)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 02 mars 2015 14:28 
Quéméneur, le 24 mai, avait 17.000 frs
Le prêt de la banque avait été refusé - et pour cause quand on considère l'absurdité des éléments présentés
Le chèque de Pouliquen n'était pas encore en route
Si Seznec avait voulu s'emparer du montant de 60.000 frs, il lui fallait s'assurer que la somme serait disponible. De fait, il aurait manoeuvré de manière à ce que Quéméneur eut sur lui la somme qu'il convoitait et s'y serait pris avant


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com