Nous sommes le 22 nov. 2017 23:57

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 33 messages ]  Aller à la page 1 2 3 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 juin 2005 11:02 
Hors ligne

Enregistré le : 19 mai 2005 19:47
Messages : 233
Dans les mensonges possibles de Guillaume Seznec, il y en a un qui sera déterminant pour la suite de l'affaire, si Pierre Quémeneur a bien été enlevé dans une autre voiture. En effet, il dit que Pierre Quémeneur a pris le train mais il commence par se tromper de gare car il se croit à Dreux alors qu'il est à Houdan (on se souvient qu'on cherchera d'abord le Plat d'Etain dans la première ville). Ensuite, manque de chance, il n'y a pas de train pour Paris à l'heure présumée ... Ayant pris cette position il ne pourra plus faire marche arrière sous peine d'être définitivement incrédible.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 août 2007 9:12 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Je crois que c'est là une des clé de l'affaire. Nous buttons tous contre la barrière de la gare d'Houdan,que Guillaume Seznec prit pour celle de Dreux, impossible d'avancer. Si l'on admet un premier mensonge ,à quelques jours de sa mort, il dira à Marestet que deux hommes ont pris son compagnon dans une autre voiture après une embardée de la cadillac, alors là tout devient possible: la piste de Madame Langellier (Guénin),l'arrivée de Quéméneur à Paris et pourquoi pas son retour en Bretagne, à Plouviro, à Sion les mines...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 26 août 2007 21:19 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Pour la date clé du 13 juin, Guillaume Seznec avancera toutes sortes d’alibis, un invraisemblable va-et-vient, genre ; je suis passé par ici, je repasserai par là. Des alibis qui s’écrouleront piteusement, même Marie-Jeanne et Angèle le démentiront quant-il dira avoir dormi à Morlaix. Ses tentatives d’achat de faux témoins pour accréditer sa présence à Brest seront démasquées. Plus tard, une secrétaire et une bonne sœur diront l’avoir croisé à St Brieuc cet après-midi là, ville, qu’il a quitté à 10 heures du matin d'après ses propres déclarations!

Pour le 20 juin, il nous fût difficile de nous faire une opinion tant le flou était entretenu par les défenseurs, on pouvait comprendre que le témoignage de Deknuydt s’était écroulé à l’audience. En y regardant de plus près, et c’est la CDC (gros mot) qui nous l’apprend, nous pouvons rétablir la vérité : Deknuydt a bien témoigné, jamais il n’a été dit que le ‘Jockey’ s’était approprié la valise de Quéméneur, (même un court instant pour faire office d’oreiller). D’autre part, il a été confirmé que Seznec était absent ce jour là à Morlaix et si le mariage de Février eu bien lieu le 19 il fut établi que le (faux) témoin Giffat fut ce jour à son travail et à sa pension….
Bref !,toujours est-il que notre héros renonça à présenter un alibi pour cette journée, une véritable bérézina !. C’est d’autant plus surprenant que son premier interrogatoire eu lieu le 26 juin !!… soit 6 jours plus tard !
Une dernière réflexion : Seznec se sait soupçonné par Pouliquen depuis le 10 juin…..


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 27 août 2007 19:03 
Hors ligne

Enregistré le : 19 mai 2005 19:47
Messages : 233
Seznec a sollicité des faux témoignages, on le sait. Lors du procès il s’en justifiera en disant qu’on lui oppose de faux témoins alors il se défend comme il peut. Cette attitude ne plaide pas en sa faveur.

Cependant, ce que Yargumo dit à propos de René Giffat me surprend. Il le qualifie de faux témoin. Or selon Denis Seznec et Denis Langlois qui relatent cet épisode du procès, l’avocat général aurait déclaré que René Giffat n’avait pas été interrogé parce que le mariage d’Albert Février avait eu lieu le 20, ce qui fut démenti par l’intéressé présent à l’audience. Bernez Rouz n’en parle pas dans son ouvrage, ce qui est étonnant. Je suis donc curieux de connaître la source de cette allégation. Par ailleurs, le plus important n’est pas de savoir si Giffat était présent ou non au mariage mais s’il a bien pris le train de St Brieuc le 20 au soir et y a rencontré Seznec.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 27 août 2007 19:27 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006 20:04
Messages : 137
Localisation : RP 95
yargumo a écrit :
D’autre part, il a été confirmé que Seznec était absent ce jour là à Morlaix et si le mariage de Février eu bien lieu le 19 il fut établi que le (faux) témoin Giffat fut ce jour à son travail et à sa pension….


J'aimerais savoir où, quand et par qui il fut établi que M Giffat était à son travail et à sa pension le 20 juin 1923 ?
Guy Penaud ne fait que l'affirmer dans son livre "L'énigme Seznec" sans donner aucune explication.

Aux Assises, l'avocat général en parle et dit :
"Nous n'avons pas interrogé le nommé Robert Giffat parce que le mariage en question a eu lieu le 20. L'accusé n'a donc pu rencontrer le témoin que le 21 au plus tôt." (Denis Seznec, Nous les Seznec)

On sait que le mariage a bien eu lieu le 19 juin puisque le marié qui était dans la salle d'audience l'a attesté en se manifestant spontanément.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 27 août 2007 20:16 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006 20:04
Messages : 137
Localisation : RP 95
yargumo a écrit :
Pour le 20 juin, il nous fût difficile de nous faire une opinion tant le flou était entretenu par les défenseurs, on pouvait comprendre que le témoignage de Deknuydt s’était écroulé à l’audience.


Franchement, je ne comprends pas comment on peut dire une énormité pareille.
Il se trouve que c'est le président du tribunal Dollin du Fresnel lui-même qui va écarter sa déposition quand il découvrira que ce témoin a été condamné pour escroquerie !
Deknuydt va citer Léon Dubois pour confirmer qu'il n'était pas le seul à avoir soi disant vu Seznec le 20 juin au Havre. Malheureusement, M Dubois ne reconnait pas G Seznec.
De plus, M Deknuydt affirme que que l'homme qu'il a pris pour Seznec portait un costume gris. Or, et les policiers l'ont vérifié, le seul costume que possédait G Seznec était marron !
Quel témoin ce Deknuydt !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 27 août 2007 20:53 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
CDC 14/12/06,…
; les vérifications effectuées ont établi que cette personne n'avait pas voyagé le 20 juin ; que, d'ailleurs, lors d'un interrogatoire du 7 mars 1924, l'inculpé, informé du résultat de l'enquête sur ce point, a dit qu'il avait renoncé à ce que la personne concernée soit entendue et a précisé qu'il était inutile de poursuivre les recherches …
Et c’était donc chez Penaud, merci Jpacs95…, toujours est-il que Seznec se trouva….sans alibi !

Au sujet de Deknuydt : Attendu qu'ainsi, la remise en question des déclarations d'Auguste Deknuydt qui, contrairement à ce qui est soutenu, a témoigné devant la cour d'assises, contestation fondée sur les déclarations d'autres témoins, eux aussi entendus par la cour d'assises, sans que soit invoqué un élément nouveau ou inconnu des jurés se rapportant à leurs dépositions, est dépourvue de toute portée révisionnelle.

Je vais passer pour un défenseur de la CDC qui n’en a d’ailleurs pas besoin. Contrairement à ce que vous pensez c’est une source fiable du contenu du dossier ( il sera ouvert dans quelques décennies), que ce contenu soit discutable est une évidence.

Pendant que nous en sommes au ‘sources’ ,j’ai eu un affreux doute ce week-end au sujet des ‘mains velues’ ce genre de petit détail extrêmement troublant, anodin, glissé subrepticement…., curieusement non repris par Launay…, ne serait-ce pas là une invention des défenseurs ? Qui pourrait en confirmer l’origine ?
Je reviens au coup de téléphone de Houdan, invention de Charles Huzo donc ! Comme nous, il ne décollait pas de la barrière et peut-être a-t-il émis l’hypothèse d’un appel téléphonique qui avait le double mérite à la fois de fixer l’heure d’arrivée de nos deux lascars au plat d’étain et d’envisager un rendez-vous avec des comparses parisiens qui seraient venus prendre le conseiller devant la gare…,. et vous connaissez la suite: de reprise en reprise le ‘ ?’ a disparu et la supposition est devenue vérité…
Je me permets aussi de rectifier à propos de la dette de 150000 frs de Pouliquen ; elle a semble-t-il été réglée au moment de la succession de Pierre Quéméneur, dans le cas contraire merci de rerectifier (Lamour).


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 27 août 2007 23:29 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006 20:04
Messages : 137
Localisation : RP 95
Laisser tomber le témoin Deknuydt. Je ne mange pas de ce pain là.

Vosu écrivez :
"Je vais passer pour un défenseur de la CDC qui n’en a d’ailleurs pas besoin. Contrairement à ce que vous pensez c’est une source fiable du contenu du dossier ( il sera ouvert dans quelques décennies), que ce contenu soit discutable est une évidence. "

non pas posssible ? moi j'appelle ça être aféodé au système ! A fond dedans !
En plus, Vous êtes en pleine contradiction. Vous dites que la décison de la CDC est une source fiable du contenu du dossier mais dans le même temps, vous dites que ce contenu est discutable.
Bien sûr qu'il l'est, et donc forcément la décision de la CDC qui reprend les erreurs du jugement de l'époque l'est aussi.
C'est la preuve que la CDC n'a rien vérifié du tout. Près de 80 ans après les faits, c'était de toute façon impossible !

Quant au témoignage de M Lesbats, la CDC écrit : "Attendu que, de surcroît, aucune critique n'est émise à l'encontre du témoignage de Jean Lesbats, douanier au Havre, qui a reconnu en Seznec, auquel il a été confronté, l'homme qu'en raison de sa physionomie et de son attitude, il avait remarqué, portant une valise, à une centaine de mètres de la gare, le 20 juin 1923, vers 17 heures 40"

Je suis épaté que ce type ait pu reconnaitre G Seznec alors qu'il l'a vu à 100 mètres de la gare.
Et en plus, il est incroyablement précis car c'était à 17h40 !!
Il a une montre dans la tête ce type ?
Ca doit être une coïncidence mais il devait sûrement regarder en même temps sa montre et ce type qu'il a remarqué. Même à 100 mètres, il a du voir les cicatrices...dont il ne parle pourtant pas !!!
Quand je pense que la police et la justice ont tout fait pour discréditer les témoins de survie de P Quéméneur, qui eux connaissaient le conseiller général. Et voilà qu'ils donnent du poids à des témoignages de personnes qui ne connaissaient pas G Seznec et qui ne l'avaient jamais vu.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 août 2007 12:33 
Hors ligne

Enregistré le : 19 mai 2005 19:47
Messages : 233
Les mains velues et l’œil clignotant : cette description aurait été faite par Georges de Hainault et Georges Legrand ainsi que par Chénouard. Il en a été question au procès, puisque Maître Kahn a demandé que Seznec soit placé devant les jurés. Si ces déclarations n’avaient pas été faites par ces témoins il me semble que l’avocat de la partie civile n’aurait pas manqué d’intervenir. Cela doit toujours figurer dans le dossier du procès et devrait pouvoir être vérifié.

Robert Giffat : s’il a été interrogé le 7 mars 1924 et constaté qu’il n’avait pas voyagé le 20 juin pourquoi l’avocat général Guillot (en octobre 1924) aurait-il dit qu’il ne l’avait pas été ? une lacune dans le dossier d’instruction ? Et si Seznec, après cet interrogatoire du 7 mars, avait renoncé à cet alibi pourquoi en aurait-il fait état lors du procès ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 août 2007 20:42 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Si Seznec fût exhibé devant les jurés pour vérifier , une bonne foi pour toute, s’il avait un œil plus petit que l’autre, il ne semble pas que les ‘mains velues aient été mentionnées.
Certains témoins du Havre, sûrement à la vue de la photo anthropométrique, avaient affirmé, vous le savez ; ou un œil clignotant ou une ‘asymétrie du regard’ . On peut noter que Chenouard et ses vendeuses ont reconnu Seznec d'après une photo à la une de l’elxcelsior.
Regardez ces photos, celle de l’elxcelsior. (30/06 devant la gare de Houdan) et celles de l’identité judiciaire,( 30/06 dans la soirée à la sûreté), n’oubliez pas celle à la une du figaro(29/01/2000) présente sur ce site (issue de la même série) et comparez !… ?.. Celles de la police ne sont pas truquées, contrairement à ce qui est répété….,même chapeau, même gilet, cependant difficile de croire que nous avons affaire au même homme !…. ? , de prime abord je dirai qu’il a été soumis à un interrogatoire musclé !….,et puis la date, …alors une question : que faisait Seznec le 1/07/22 ?…., je rigole !!….. enfin !…., il avait quand même quelques antécédents judiciaires !!

L'affirmation selon laquelle Marie Jeanne aurait fait remarquer à Cunat que la machine à écrire était munie d’un ruban noir contrairement à la promesse de vente en deux couleurs ne semble pas établie …., non plus !!?…

.Vous avez remarqué chez les défenseurs (surtout ceux d’une affaire si longue et si passionnée) au moins trois niveaux d’affirmation : un niveau pour les magistrats en charge de l’affaire, normalement mesuré et prudent ,(ces magistrats, eux, la connaissent), un niveau pour les écrits (ils seront confirmés ou non par l’Histoire) et le dernier pour les meeting et l’action militante, il semble, dans le cas qui nous occupe, que les frontières, à force de passion ,se soient estompées… Nous avons déjà beaucoup à faire avec un acte d’accusation guère satisfaisant, un verdict surprenant pour accueillir les assertions des ‘avocats’ sans réserves. La CDC(1996 et 2006) a corrigé quelques interprétations, a démenti quelques contres-vérités, à anéanti quelques démonstrations c’est une chance pour la compréhension de cette affaire.
Excusez-moi d’être un peu pompeux, vous l’avez compris j’applique à toutes ces allégations un théorème qui m’est personnel, ‘exposées ou pas dans la demande de révision’… et la consultation d’auteurs neutres (Rouz et….( ?))


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 août 2007 22:38 
Hors ligne

Enregistré le : 19 mai 2005 19:47
Messages : 233
Je ne suis pas sûr que Bernez Rouz soit tout à fait neutre, je dirais qu’il s’efforce de le paraître. Mais, ceci dit, son livre est très documenté et intéressant. J’y ai néanmoins relevé quelques interprétations hâtives ou erronées. Un exemple, il donne le détail du bilan financier des biens de Quémeneur, déposé le 23 décembre 1923 par son frère Louis. Il indique au passif un compte à la Sté Bretonne de 121.000 frs (donc débiteur) et à la page suivante il dit qu’au 31 décembre 1922, Quémeneur possède sur ce compte 100.186,85. Plus loin il s’étonne que le fondé de pouvoir de cette banque, Gabriel Salaün, refuse le découvert de 100.000 frs pour une durée de quatre jours, que Quémeneur sollicite le 22 mai 1923. Ce qui est étonnant c’est que Quémeneur, possédant plus de 100.000 frs, demande encore une autorisation de découvert et pour quelques jours seulement, alors que dans l’immédiat il ne va rien acheter. Il va à Paris, à ce qu’il prétend, pour conclure un marché avec un représentant de la Chambre de Commerce Américaine qui en fait est Boudjema Gherdi (je dois cependant reconnaître que ce nom, écorché, n’a été rapporté que par Seznec), petit revendeur de pièces détachées d’automobiles, et peut-être lui revendre la Cadillac de Seznec.

J’ai assisté à l’audience du 14 décembre 2006 et j’en possède le compte-rendu. Les avocats de Denis Seznec (il faut reconnaître que leur marge de manœuvre est étroite) ont basé la demande de révision sur les rôles qu’ont pu jouer Bonny et Gherdi. A mon avis ils sont tombés dans le piège de la Cour de Cassation qui requiert la production d’éléments nouveaux pour réviser un procès. Aussi, dans ma recherche de la vérité, je ne me limite pas à étudier ce qui est exposé dans cette demande de révision car je ne pense pas que la Sûreté ait eu une action aussi déterminante que certains supposent, par exemple la substitution des promesses de vente et le dépôt de la machine à écrire dans la chaufferie de Seznec (mais peut-être je me trompe). Je crois plutôt que Seznec a été la victime du clan Quémeneur/Pouliquen et dans tous les cas sa culpabilité ne me semble pas indiscutable.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 août 2007 18:04 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006 20:04
Messages : 137
Localisation : RP 95
Jean-Pierre a écrit :
Aussi, dans ma recherche de la vérité, je ne me limite pas à étudier ce qui est exposé dans cette demande de révision car je ne pense pas que la Sûreté ait eu une action aussi déterminante que certains supposent, par exemple la substitution des promesses de vente et le dépôt de la machine à écrire dans la chaufferie de Seznec (mais peut-être je me trompe). Je crois plutôt que Seznec a été la victime du clan Quémeneur/Pouliquen et dans tous les cas sa culpabilité ne me semble pas indiscutable.


Pourtant, je crois que Marie-Jeanne, l'épouse de Guillaume Seznec est sincère quand elle affirme que la promesse de vente de son mari comportait des traces rouges alors que celles montrées au procès n'en avaient pas.
Elle avait fait remarquer que la machine saisie à son domicile ne comportait qu'un ruban noir et qu'ainsi elle ne pouvait pas avoir servi à taper les fausses promesses de vente.
C'est bien la police qui a saisi l'exemplaire de la promesse de vente que possédait G Seznec.
C'est la raison pour laquelle je pense que c'est la police qui a fabriqué les fausses promesses de vente.
Le notaire Pouliquen était un notable et il a ainsi pu user de sa position pour influencer la police afin qu'elle oriente son enquête sur G Seznec.
On sait qu'il a très vite soupçonné le maitre de scierie d'avoir tué P Quéméneur.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 août 2007 18:11 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006 20:04
Messages : 137
Localisation : RP 95
"Elle avait fait remarquer que la machine saisie à son domicile ne comportait qu'un ruban noir et qu'ainsi elle ne pouvait pas avoir servi à taper les fausses promesses de vente. "

Désolé, j'ai fait une erreur.
Je voulais dire que la machine saisie au domicile des Seznec ne pouvait pas avoir servi à taper la promesse de vente que possédait G Seznec.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 août 2007 12:14 
Hors ligne

Enregistré le : 19 mai 2005 19:47
Messages : 233
Ainsi que je l’ai déjà dit, les deux promesses de vente qui sont dans le dossier peuvent avoir été faites :

 Par Quémeneur, avant le 22 mai 1923, et un complice qui imitera son écriture et sa signature (se souvenir de l’almanach du blé et de l’acte Le Verge).
 Par Seznec, entre le 14 et le 19 juin 1923. Et là on retombe dans la version retenue par l’accusation.
 Par Bony et consorts, lorsqu’ils seront en possession des deux exemplaires de la véritable promesse de vente aux quels ils substitueront les faux réalisés sur la Royal 10 n° 434080 qu’ils iront ensuite placer dans la chaufferie de Seznec.


La troisième solution, qui a votre préférence Jean-Pascal, ne me semble pas réaliste pour les raisons suivantes :

 Seznec étant donc étranger à l’achat de cette machine le 13 juin, implique une entrée en action de la Sûreté dès cette date alors qu’en principe elle n’est saisie de l’affaire que de la veille. Cela me paraît un peu cours comme délai pour réaliser une pareille mise en scène. A moins que la collusion avec la famille Quémeneur/Pouliquen soit totale et bien antérieure à cette date car en fait ils ne sont sensés avoir connaissance de la promesse de vente que le 25 juin au plus tôt, à l’ouverture de la valise.
 Si c’est Bony qui a placé la machine, pourquoi aurait-il fallu deux perquisitions infructueuses avant de la trouver ?
 Il y aurait donc eu une véritable transaction entre Quémeneur et Seznec selon les conditions indiquées par ce dernier. Or Seznec était la dernière personne à qui Quémeneur pouvait vendre sa propriété car il était le mieux placé pour connaître ses difficultés financières. Quémeneur, au début mai, pouvait raisonnablement en obtenir 120.000 voire 130.000 frs, il avait des contacts, c’était une affaire de quelques jours. Pourquoi lui aurait-il consenti un prix aussi bas ? De plus, il savait très bien que Seznec aurait été dans l’incapacité de réunir 35.000 frs en trois mois.

Aussi, c’est la première hypothèse qui a ma préférence. Je pense qu’il y a bien eu tractation entre Quémeneur et Seznec mais uniquement dans le but de s’approprier les dollars-or, sans idée de vente véritable. Seznec a sans doute eu des réticences, car il savait qu’il aurait des difficultés pour trouver les 35.000 frs. Quémeneur l’aura rassuré en lui disant qu’avec la vente des cadillacs il allait gagner beaucoup d’argent mais que pour cela il avait besoin de ses dollars.

La machine à écrire a disparu, le seul exemplaire retrouvé de l’acte Le Verge aussi. Mais il reste les deux exemplaires de la promesse. Il n’ont jamais été examinés sous l’angle que je viens de décrire. J’espère qu’ils le seront un jour.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 août 2007 12:53 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006 20:04
Messages : 137
Localisation : RP 95
Jean-Pierre a écrit :
Il y aurait donc eu une véritable transaction entre Quémeneur et Seznec selon les conditions indiquées par ce dernier. Or Seznec était la dernière personne à qui Quémeneur pouvait vendre sa propriété car il était le mieux placé pour connaître ses difficultés financières. Quémeneur, au début mai, pouvait raisonnablement en obtenir 120.000 voire 130.000 frs, il avait des contacts, c’était une affaire de quelques jours. Pourquoi lui aurait-il consenti un prix aussi bas ? De plus, il savait très bien que Seznec aurait été dans l’incapacité de réunir 35.000 frs en trois mois.


C'est là que je ne comprends pas bien.
Pourquoi vouloir absolument les dollars-or qui ne représentaient qu'environ 65 000 francs alors que début mai, il aurait pu vendre sa propriété 120 ou 130 000 francs ?
Il est perdant en choisissant la solution des dollars-or de G Seznec non ?


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 33 messages ]  Aller à la page 1 2 3 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com