Nous sommes le 17 déc. 2017 6:15

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : la piste Le Saout à Morlaix
MessagePosté : 04 oct. 2015 15:16 
Hors ligne

Enregistré le : 15 sept. 2015 18:38
Messages : 22
Localisation : Morlaix
Un assureur Morlaisien ,Yves le Saout , mort en 2003 a interrogé des survivants de l'affaire .
Il a rédigé un ouvrage de 7 pages expédié en 1998 à la Garde des Sceaux , déposé au parquet de Morlaix , et à la bibliothèque municipale.
le titre : L'affaire Seznec , la réalité...des survivants racontent.( il suffit de taper : Yves le Saout Morlaix sur google )

Incontestablement un évènement inhabituel s'est produit à la scierie dans la nuit du Dimanche au lundi le 27 mai 1923.
Madame Faudet qui habite la maison voisine voit une lueur intense pendant la nuit
les voisins décrivent "une odeur de charogne" qui empeste le quartier
Au matin Guillaume Seznec envoie tous ses ouvriers couper du bois en forêt , ce qui n'était jamais arrivé
Il paye tous ses ouvriers , qui témoignent qu'il disposait de beaucoup d'argent , l'habitude était plutôt d'avoir a réclamer son dû au patron.
La chaudière qui n'a pas servi depuis 8 jours est tiède , Guillaume Seznec l'a nettoyé lui-même ce qu'il ne faisait jamais lui-même.
Deux stères de bois ont disparus.
Je vous laisse lire l'article pour plus de détail.

Mes parents qui vivaient à l'époque à Morlaix m'ont raconté cette histoire , une voisine Jeanne Madec habitant venelle du Queffleuth était la mère d'un employé de mon père et elle racontait la même chose.

On peut donc admettre que c'est bien le corps de Quéméneur qui a brûlé ce jour là , sinon comment expliquer ces faits?
Or il parait impossible que son corps ait voyagé de Houdan à Morlaix dans la Cadillac , je vois mal Seznec manger ses oeufs au plat à Pré en Pail et se coucher du sommeil du juste en laissant sa voiture sur le parking avec le cadavre à l'intérieur.

On en revient donc à la thèse de Denis Langlois qui est la plus plausible , j'ai exprimé sur ce forum une version un peu différente de la sienne mais le résultat est le même.

vos avis ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: la piste Le Saout à Morlaix
MessagePosté : 04 oct. 2015 18:41 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
viaduc a écrit :
Au matin Guillaume Seznec envoie tous ses ouvriers couper du bois en forêt , ce qui n'était jamais arrivé


Selon le témoignage de Baron, c'est la domestique, Angèle Labigou, qui a donné les consignes aux ouvriers le lundi 28 mai au matin, Seznec étant couché, fatigué de ne pas avoir dormi pendant 2 jours.

On oublie la nuit du 25 au 26 passée à dormir dans la Cadillac vers La-Queue-les-Yvelines, la nuit suivante à l'hôtel de Pré-en-Pail ?

Et puis la domestique qui donne les ordres, ça me laisse songeur...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 04 oct. 2015 20:15 
Hors ligne

Enregistré le : 15 sept. 2015 18:38
Messages : 22
Localisation : Morlaix
son plus vieil employé Cessou indique avoir demandé à Seznec lui même de le dispenser d'aller à la corvée de bois et il serait resté avec lui et il l'a vu jeter des cendres dans le Queffleuth ( Bernez Rouz page 88)
Il voit aussi De Jaegher ( encore lui ) à qui il dit être crevé.

En fait s'il a conduit Pierre Quémeneur à Versailles ou Paris Il n'a pas dormi beaucoup le vendredi soir , dans une voiture ouverte à tout vent ça ne devait pas être le top.

Il part de Pré en Pail à 08h00 ( Seznec dixit)il arrive à Morlaix vers 03h00 du matin.
De quoi être un peu lessivé quand même


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 04 oct. 2015 20:16 
Hors ligne

Enregistré le : 15 sept. 2015 18:38
Messages : 22
Localisation : Morlaix
lire page 88


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 04 oct. 2015 21:26 
Hors ligne

Enregistré le : 13 août 2015 18:08
Messages : 304
Bonsoir,
Donc c'est bien dans la nuit de dimanche à lundi que la chaudière aurait attiré l"attention des voisins
Seznec arrive à 3h du matin, épuisé.
Il y aurait eu la dispute, quelqu'un a peut-être brandi un chandelier, quelqu'un a peut-être tiré un coup de revolver
Il faut combien de temps pour allumer une chaudière, combien de temps pour qu'elle atteigne sa pleine puissance ? Combien de temps pour détruire les os,la graisse. La chaudière a-t-elle eu le temps de détruire entièrement le corps pour laisser des cendres tiedes entre 4h et 8h du matin ?
Samson dit qu'il était habituel de brûler des vieux chiffons la nuit. Peut-être cette nuit là y a-t-il eu en plus un costume ensanglanté et un manteau de laine. Ça sent très mauvais la laine brûlée. Un corps, je veux bien, mais ça ne me paraît pas possible. Il aurait fallu que Samson soit sur place, mais l'était il un dimanche soir ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 04 oct. 2015 21:53 
Hors ligne

Enregistré le : 13 août 2015 18:08
Messages : 304
Et puis Seznec n' aurait pas demandé à un employé de vider les cendres comme il l'a fait avec Paul Baron (Guy Penaud, p.68) Il y avait quand même trop de risques qu'il reste des traces suspectes


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 04 oct. 2015 23:03 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
Ouest-Éclair 2.9.1923, témoignage Baron :

Morlaix, 1er septembre. (De notre envoyé spécial). Ayant appris ce matin qu'un ancien ouvrier de Seznec serait disposé à des révélations, nous sommes allé l'écouter incontinent. Il s'agit de M. Paul Baron, qui était depuis un an affuteur de scies chez Seznec lorsque les événements obligèrent celui-ci à licencier son personnel. M. Baron nous fait l'exposé suivant :

Le lundi 28 mal au matin, en reprenant leur travail, quelques ouvriers et lui même ont vu l'automobile de leur patron, qu'ils savaient en voyage depuis quelques jours, garée au bas du chantier de la chaufferie, à un endroit où on ne la plaçait jamais d'habitude. Peu après, Angèle Labigou, la domestique, vint donner aux ouvriers les instructions de Seznec. Ils devaient TOUS se rendre
au bois de Pennelé, en Salnt-Martin-des-Champs, pour y travailler à une coupe de bois. M. Baron lui répondit que son métier n'était pas de remuer du bois et qu'il n'irait pas. Il resta donc au chantier. Angèle lui dit alors que le patron était couché et qu'il ne le verrait sans doute pas. Il était rentré fatigué, n'ayant pas dormi depuls deux jours. Dans l'après-midi, Sezneo s'étant levé, vint
au chantier, se rendit immédiatement près de la voiture, la fit remonter sur le terre plein et la mit au garage. Dans ce dernier local, M. Baron aida à installer un palan pour soulever l'automobile. Seznec, avec l'aide de son chauffeur, se mit à démontrer toute la voiture, capote comprise et à la nettoyer. Deux ou trois jours après, il ne se sou-
vient pas exactement, Seznec dit à M. Baron qu'il faudrait vider la chaudière de la chaufferie et, tandis que l'ouvrier terminait le travail qu'il avait en mains, Seznec se mit à faire lui-même la besogne en manches de chemise. M. Baron le vit emporter les cendres avec sa brouette. Ensuite Seznec vint lui dire qu'il fallait entrer dans la chaudière pour la nettoyer à fond et la vider complètement.

M. Baron, en y entrant, fut surpris de la trouver chaude, étant donné qu'elle n'avait pas été allumée depuis le départ de Seznec, une huitaine de jours auparavant. Il fut obligé d'ouvrir le volet d'aération pour ne pas étouffer."

Ouest-Éclair 3.9.1923, témoignage Samson :

"Morlaix, 2 septembre. (De notre envoyé spécial)Étant donné l'importance des déclarations faites hier par M. Paul Baron, qui avait travaillé chez Seznec comme affûteur de scies, nous sommes allé ce matin nous entretenir à leur sujet avec M. Raymond Samson, chauffeur de Seznec, et avec Mme Seznec.

Les indications de M. Baron relatives à l'automobile seraient en grande partie inexactes. Quand Seznec est revenu de son voyage avec la Cadillac, il ne pouvait la mettre dans le garage qui était encombré
par quatre autres voitures, un camion, une carrosserie en cours de fabrication, divers outils et des bidons. On ne pouvait non plus la laisser aux abords de la route ni sur le terre-plein du chantier, car celui-ci n'a pas de clôture du côté de la route. La voiture fut donc avancée d'une quarantaine de mètres dans le chemin qui conduit au bas de la scierie. Ce chemin descend rapidement, la
voiture n'était plus en vue de la route et il n'y avait plus de danger de vol.

Si M. Baron n'avait jamais vu la Cadillac à cet endroit jusqu'alors, c'est qu'auparavant cette voiture était à Landerneau.

Il est faux que la Cadillac ait été remontée le lundi 28 mai, car ce jour-là M. Samson s'en est servi. Ce n'est que le lendemain, 29 mai, que l'automobile a été remontée par Seznec et M. Samson, celui-ci ayant dit au préalable à son patron qu'il n'avait pas à s'en servir ce jour-là. Pour la faire entrer au garage, on dut faire sortir deux autres
automobiles qui s'y trouvaient et on les conduisit dans le bas de la scierie, sous un petit hangar qui était près du moulin à eau et où ces voitures se trouvent encore, comme nous les y avons remarquées nous-mêmes à plusieurs reprises. Le moteur de la Cadillac cognait un peu lorsqu'on l'a remis en marche, mais on put néanmoins y parvenir. La voiture était sale et M. Samson proposa à Seznec de la nettoyer, celui-ci répondit que c'était inutile parce qu'on devait changer la carrosserie. En tout cas, M. Baron n'aida pas à rentrer la voiture.

Ce n'est que quelques jours après qu'on installa un palan pour démonter une bielle dont le coussinet était fendu. Le travail dura une huitaine de Jours, il n'était pas encore terminé lorsque la police vint prendre cette pièce pour conduire la voiture au ga-
rage Huitric. Le palan ne fut donc pas installé le 28 mai et lorsqu'il le fut, M. Baron ne prêta pas son concours.

Pour ce qui est de la chaudière, M. Baron n'a jamais vu Seznec vider les cendres. C'était M. Samson qui s'occupait de la chaudière, il ne peut dire quel jour elle fut allumée pour la dernière fois, car son calepin, sur lequel il inscrivait tout ce qui avait
trait à sa machine, a été saisi par M. le commissaire Cunat. Il nous fait observer qu'une masse comme celle de la chaudière, reste chaude assez longtemps vingt quatre heures après que le feu est éteint, et y a encore 5 kilos de pression.

Jamais M. Baron ne s'est occupé d'enlever les cendres, opération à laquelle on procédait périodiquement. La police a vidé elle-même les cendres et a passé les cendres au tamis. M. Samson ne pense pas que la chaudière ait pu être allumée par quelqu'un d'autre que lui, car il s'en serait aperçu.

Ce que dit Mme Seznec

Voici maintenant les observations de Mme Seznec

Les allégations de M. Baron, relatives aux ordres transmis par Angèle Labigou sont exactes. Ce jour-là, M. Baron était occupé à réparer des chaînes, il n'avait rien à affûter c'est pourquoi on lui avait demandé d'aller donner la main au personnel qui travaillaft au bois de Pennelé. Il refusa d'y aller. On n'insista pas. Mme Seznec confirme les déclarations de son chauffeur, en disant que l'on n'a remonté la voiture que le
mardi 29 et non la veille. Elle resta toute la journée du lundi sous ses yeux en plein air, ce qui prouve qu'on n'avait rien à cacher.

Pour ce qui est de la chaudière, Mme Seznec ne croit absolument pas aux allégations de M. Baron, d'après lequel la chaudière aurait été nettoyée par Seznec et nettoyée à nouveau par M. Baron. Celui-ci ne s'est occupé qu'un seule fois de la chaudière en
l'absence de M. Samson Il travailla pendant deux heures au chauffage de la machine et c'est tout. M. Samson nous a confirmé ce détail.

Mme Seznec nous déclare que, bon ouvrier, M. Baron n'était pas un méchant homme. Elle ne comprend pas pourquoi il a raconté cette histoire ou plutôt ce ne peut être que la fille de NI. Baron qui l'aura répandue dans l'usine où elle travaille."


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 oct. 2015 10:33 
Hors ligne

Enregistré le : 15 sept. 2015 18:38
Messages : 22
Localisation : Morlaix
@ Olijuseb

Bravo à vous vous êtes un documentaliste fantastique sur cette affaire

Cela dit qui croire ? Baron ou Samson?

Samson a un rôle douteux , il va solliciter le faux témoignage de Métais , il est vraiment plus que dévoué.

Curieux , il affirme s'être servi de la voiture le 28 et on essaye de la mettre en route avec difficulté le 29 .Utiliser cette voiture qui a une bielle coulée et qui cogne , pour un mécanicien !
Seznec est rentré depuis le Ponthou avec une roue crevée , c'est lui qui le dit .
Le Saout a le témoignage d'un garagiste de la rue de Brest a qui Seznec apporte une roue fort endommagée à réparer.

Comment se servir de cette voiture le 28 ? un mensonge ?

Qu'il n'y ait point besoin de nettoyer la Cadillac en urgence , cela va de soi si Quéméneur est arrivé par lui même le dimanche à la scierie.

Qu'Angèle Labigou ait donné les consignes , pourquoi pas , je veux bien croire que Seznec ne voulait pas trop se montrer après les évènements d'une telle nuit

ce qui est sûr , cette affaire nous fait travailler les petites cellules grises comme disait Poirot et ça c'est excellent pour de vieux neurones !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 oct. 2015 12:01 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
Merci pour le compliment, je me contente d'essayer de retrouver des articles ou des documents ayant trait à l'affaire, mais je ne suis pas le seul.

viaduc a écrit :
Samson a un rôle douteux , il va solliciter le faux témoignage de Métais , il est vraiment plus que dévoué.


Dévoué ou redevable...

Ouest-Éclair 9.8.1923 :

"Seznec homme d'affaires

Seznec n'était guère scrupuleux en affaires à en juger par le fait suivant : Il vendit, en janvier dernier, une maison qu'il possédait près de sa scierie à M. Pouliquen, demeurant la Villeneuve, à Morlaix, ce dernier sans aucune parenté avec la famille Quemeneur.

La promesse de vente fut faite le 23 janvier, et c'est seulement à la signature de l'acte de vente, le 27 janvier, que Seznec déclara avoir passé le bail sous seing privé avec son chauffeur Samson pour lui assurer un appartement dans l'immeuble en question, pour une durée de neuf ans, et à un prix dérisoire."

Citation :
Qu'Angèle Labigou ait donné les consignes , pourquoi pas , je veux bien croire que Seznec ne voulait pas trop se montrer après les évènements d'une telle nuit


Marie-Jeanne était trop fatiguée elle aussi, pour que ce soit la bonne qui vienne donner les ordres aux ouvriers ?

Pour le reste effectivement, qui croire ?


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com