Luc Tangorre

Coupable ou innocent à tout prix ?
Nous sommes le 18 oct. 2018 14:33

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 0:16 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Dans le cas d'un centre electromécanique, non. La consommation est calculée un peu à la manière d'un compteur d'eau. On connait le nombre de pulsations qui sont passées par là, mais il n'y a pas de détails. Les heures d'appel ne sont pas telles, les tarifs sont en fonction de tranches horaires


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 0:18 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Ah mais Chantal ce n'était pas pour vous que j'insistais si lourdement. C'était plutôt pour ceux qui, comme M. Vinals, pensent que la facture détaillée est le but de la numérisation des réseaux téléphoniques.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 0:22 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 28 août 2006 23:38
Messages : 155
Citation :
Dans le cas d'un centre electromécanique, non. La consommation est calculée un peu à la manière d'un compteur d'eau. On connait le nombre de pulsations qui sont passées par là, mais il n'y a pas de détails. Les heures d'appel ne sont pas telles, les tarifs sont en fonction de tranches horaires
effectivement

_________________
Sophie


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 0:51 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Citation :
Ah mais Chantal ce n'était pas pour vous que j'insistais si lourdement. C'était plutôt pour ceux qui, comme M. Vinals, pensent que la facture détaillée est le but de la numérisation des réseaux téléphoniques.
:wink:

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 06 mars 2009 12:20 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Citation :
De toutes manières, il y avait bien un moyen de connaître parfaitement et très précisément les détails des communications des usagers, tout simplement pour établir leur facture téléphonique
Donc les numéros émis par les usagers étaient bien répertoriés d'une manière ou d'une autre

et compte tenu que le tarif d'une communication était différent en fonction de l'heure de l'appel, du département appelé, voire de la commune appelée, tous ces éléments étaient forcément en possession de France télécom

Alors que F Telecom ne fournisse pas ces précisions à l'usager qui n'a pas demandé la facturation détaillée dans son contrat, ok
Mais qu'il ne le fournisse pas sur réquisition pour une enquête judiciaire au motif que l'usager sur lequel porte l'enquête n'a pas opté pour la facturation détaillée, je trouve cela un peu ... "léger"

Il est possible également de faire des vérifications officieusement et d'obtenir des renseignements qui, parce qu'ils sont contraires aux thèses avancées par l'accusation, sont déclarés inutiles ou "impossibles à obtenir".

Personne ne me fera croire, dans le cadre du premier dossier, qu'aucun relevé d'empreintes digitale n'a été relevé dans les nombreux véhicules où le violeur des quartiers sud, le vrai, a conduit et s'est livré pendant une heure de charivari avec ses victimes, du corps gras plein les mains. Puis qu'il abandonne les véhicules dans la précipitation et en raccompagnant même certaines d'entre elles devant leur domicile sans qu'aucune manœuvre d'effacement d'empreintes ne soit signalé par la victime. Les empreintes du vrai violeur ne pouvaient qu'être omniprésentes dans les divers véhicules incriminés. Cette certitude ne pouvait échapper aux policiers.

La série de viols dans ces voitures, l'approche des élections présidentielles, la volonté farouche de confondre le coupable n'ont pu que conduire les enquêteurs a effectuer des relevés d'empreintes dans chaque voiture où le criminel a sévi. Le dossier d'instruction nous apprend que même une victime le suggère aux policiers tant cela lui parait évident si l'on souhaite coincer le salaud qui l'a violé.

Le dossier, lui, prétend que ces relevés n'ont jamais été effectués. Comment gober de telles balivernes. Toute personne douée de raisonnement se demandera si, en réalité, les relevés d'empreintes ne pouvant correspondre avec le "présumé coupable" Luc Tangorre, on prétendra ces vérifications "inutiles"...

J'ai souvenir en 1969, pour un simple cambriolage, de l'équipe qui s'était déplacée pour traquer la moindre empreinte digitale sur les poignées de porte, les meubles, etc... Empreintes recherchées très activement dans les moindres recoins de la maison de mes parents...

Pourquoi par ailleurs, aucune des dernières victimes n'a demandé des comptes aux policiers en charge de l'affaire ? N'était-il pas simple, du 1er au 12 avril 1981 (accélération du rythme des agressions), d'arrêter le violeur des quartiers sud en mettant en place une surveillance au parking de Morgiou ? Combien de victimes auraient pu être épargnées si la police avait fait son travail ? Et je pense pour ma part qu'elle l'a fait, et que si le vrai violeur n'a pas été pris sur le fait, c'est parce qu'il connaissait semble-t-il très bien les dispositifs forcément mis en place pour le coincer, et qui lui ont permis de déjouer les pièges obligatoirement tendus, de passer hélas entre les mailles du filet. Selon la version officielle, aucun filet n'était mis en place, aucune trace de surveillance au parking de Morgiou. A qui le fera-t-on croire vu la psychose ambiante au sujet de ce violeur dont le modus operandis stéréotypé atterrit systématiquement au parking de Morgiou, qui plus est à l'endroit très précis du "Monument aux morts" dans la plupart des cas ?

En conclusion, on peut imaginer que des vérifications ont, officieusement été faites auprès des divers centraux téléphoniques, mais que les résultats obtenus, contraires aux thèses de l'accusation, ont peut-être débouché sur la version officielle, selon laquelle rien n'aurait été approfondi de ce côté.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 06 mars 2009 14:24 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
De même, si Carole Ackerman et Jennifer Mac Cluney n'avaient pas bougé de la 4 L de Luc Tangorre durant trois à quatre heures, se livrant à une gymkhana orgiaque entre les places avant et arrières dans un espace très réduit beignant dans l'huile de moteur (ce qui implique de poser les mains un peu partout des banquettes au plafond), il était nécéssaire et très simple pour les gendarmes, non pas de trouver des empreintes, mais au moins d'effectuer des relevés pour essayer, même en vain, dedémontrer le bienfondé de l'hypothèse selon laquelle les Américaines seraient effectivement montées dans la 4L de Luc Tangorre.

Ont-ils essayé ou pas ? Eux disent que non... Officiellement....Autrement dit, si on doit les croire, on doit également admettre qu'ils se sont refusés, comme en 1981, tout moyen de démontrer la validité de leur hypothèse. Faut-il les croire systématiquement même ce qu'ils affirment en invoquant le "Dieu des enquêteurs" frise parfois l'insulte au bon sens ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 06 mars 2009 15:23 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 17 janv. 2006 18:10
Messages : 337
Localisation : lardieres 60
Citation :
En conclusion, on peut imaginer que des vérifications ont, officieusement été faites auprès des divers centraux téléphoniques, mais que les résultats obtenus, contraires aux thèses de l'accusation, ont peut-être débouché sur la version officielle, selon laquelle rien n'aurait été approfondi de ce côté.


Ben oui, diego toutes les vérification téléphoniques on sans doute été faite, mais, n'allant, pas dans le sens demandé , ils on peut-être été bafoués , ignorés , il ne faut pas oublier , que dans les années 80 le présidant,François Mitterant été passé maitres dans l'ars de maitres une bonne partie des citoyens sur écoute ;

je ne serais pas étonné si Luc Tangorre avait, de même, été mis sur écoute

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. ( Pierre Delanoë)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 06 mars 2009 17:40 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 28 août 2006 23:38
Messages : 155
Attention ! Attention !

Vous êtes tous priés de ne mettre personne en cause directement, ni surtout de citer des noms en les accusant de fraude au niveau de l'enquête et de l'instruction

cela pourrait se retourner contre vous d'une part, et contre le site d'autre part

Vous pouvez à la rigueur utiliser le conditionnel pour soumettre l'éventualité que vous soulevez.

Merci

_________________
Sophie


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 06 mars 2009 18:39 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 17 janv. 2006 18:10
Messages : 337
Localisation : lardieres 60
Citation :
Attention ! Attention !

Vous êtes tous priés de ne mettre personne en cause directement, ni surtout de citer des noms en les accusant de fraude au niveau de l'enquête et de l'instruction

cela pourrait se retourner contre vous d'une part, et contre le site d'autre part

Vous pouvez à la rigueur utiliser le conditionnel pour soumettre l'éventualité que vous soulevez.

Merci
tu as raison sophie

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. ( Pierre Delanoë)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 07 mars 2009 0:33 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Sophie, je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas croire les gendarmes, j'ai seulement posé la question de savoir si nous étions obligés de tout avaler quand la logique fait défaut à certaines de leurs explications (Dieu des enquêteurs et autre), ce qui est très différent. Je trouve en effet plus qu'étonnant qu'aucun relevé d'empreintes digitales n'ait été effectué dans la 4L de Luc Tangorre. C'était bien le minimum dans un dossier polémique où, justement, le point central est de savoir si oui ou non les accusatrices de Luc Tangorre sont seulement montées à bord de ce véhicule. Ce qui ne semble pas être le cas si l'on admet que la banquette était brinquebalante et qu'aucun passager arrière ne pouvait manquer de le constater, même à l'arrêt tellement elle s'affalait dans tous les sens du simple fait de s'y asseoir (c'est bien ce qu'il faut retenir de tous les témoignages convergents sur ce point, tous unanimes à la lecture du dossier).

Mais tu as raison Sophie, Il ne faudrait pas l'on interprète les questions embarrassantes comme une accusation. J'aimerais que l'on y réponde, rien de plus. Mais j'ai eu tort de sous-entendre de la mauvaise foi de la part des enquêteurs même si cela fait de moi un néophyte malhabile en matière d'enquêtes judiciaire. N'empêche je maintiens, comme l'une des victimes du premier dossier l'a suggéré dans la première procédure, que des relevés d'empreintes digitales tombaient sous le sens dans les deux procédures. Et je continue à m'étonner lorsqu'on nous dit qu'il ont été jugés inutiles (par qui, pourquoi ?) dans les deux procédures. Je trouve cela plus qu'étonnant et je sais que je ne suis pas le seul.

Entendons-nous bien, la gendarmerie n'est pas en cause, je le dis d'autant plus volontiers c'est un corps d'armée des plus honorables, qu'il est seulement ici question de se demander si le fait d'avoir trop présumé Luc Tangorre coupable (pour ce qu'il représentait) n'a pas contribué à altérer les bons réflexes auxquels, je le crois volontiers, les brigades de recherches sont d'ordinaire largement coutumières.

Je n'accuse personne, je constate seulement : aucun relevé d'empreintes digitales et disparitions de toutes les pièces à conviction (sans la moindre exception, les deux procédures confondues). Cela pose quand même question ! Que les scellés s'égarent, provisoirement comme le couteau de l'affaire Lemaire (récemment acquitté au bout de 20 ans), ou durablement comme le bocal de l'affaire Boulin, ma foi personne n'est parfait. Mais deux fois de suite pour la même personne, ça fait beaucoup, non ?

Ces trois affaires se rejoignent sur un point : elles sont sujettes à controverse, et c'est précisément dans ce type de dossier polémique que les scellés on plutôt tendance à se perdre. Toujours aucune accusation, que de simples constatations.

Hasard ?

Qu'on me permette de trouver cela étrange. Et aussi que les empreintes génétiques soient possible pour des prélèvements réalisés à Nîmes, en différé, en 1987, et non pour des prélèvements immédiatement recueillis sur lamelles en 1988 dans l'affaire Luc Tangorre.

"Un ancien pompier comparaît cette semaine devant la cour d’assises du Gard à Nîmes pour le viol et le meurtre en décembre 1987 d’une lycéenne d’Avignon âgée de 16 ans. Robert Greiner a été confondu par des tests ADN près de dix-neuf ans après les faits qu’il nie avoir commis". (article paru l'année dernière)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 07 mars 2009 0:59 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 28 août 2006 23:38
Messages : 155
Mais Diego, ce n'était qu'un petit rappel, c'est tout :wink:

Dans le vif d'une discussion, on peut se laisser emporté et par conséquent être tout à coup moins vigilant

_________________
Sophie


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 07 mars 2009 3:01 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Citation :
Qu'on me permette de trouver cela étrange. Et aussi que les empreintes génétiques soient possible pour des prélèvements réalisés à Nîmes, en différé, en 1987, et non pour des prélèvements immédiatement recueillis sur lamelles en 1988 dans l'affaire Luc Tangorre.

"Un ancien pompier comparaît cette semaine devant la cour d’assises du Gard à Nîmes pour le viol et le meurtre en décembre 1987 d’une lycéenne d’Avignon âgée de 16 ans. Robert Greiner a été confondu par des tests ADN près de dix-neuf ans après les faits qu’il nie avoir commis". (article paru l'année dernière)
C'est un point important. Je n'arrive pas à me résoudre à accepter une simple erreur de manipulation comme cause de l'inutilisation de ces prélèvements. Inutilisation qui n'a permis ni la détermination d'un (ou plusieurs?) profil génétique ni le groupage.
L'avis d'un technicien de laboratoire ayant exercé dans cette période serait bienvenu.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 07 mars 2009 3:11 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
il faut aussi se demander s'il n'est pas possible que tout bonnement, ces prélèvements auraient pu être inutilisables pour leur quasi inexistance. Il aurait été impossible d'alléguer cette raison pour expliquer le manque d'analyses, sans éliminer le chef d'accusation. La coloration n'aurait-elle été qu'un prétexte?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 07 mars 2009 8:40 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Citation :
Mais Diego, ce n'était qu'un petit rappel, c'est tout :

Dans le vif d'une discussion, on peut se laisser emporter et par conséquent être tout à coup moins vigilant
Tu as raison Sophie, je me suis laissé emporter dans le vif du sujet en écrivant la phrase :

"Ont-ils essayé ou pas ? Eux disent que non... Officiellement....Autrement dit, si on doit les croire, on doit (j'aurais dû écrire, je suis d'accord avec toi Sophie, "on pourrait peut-être" à la place de "on doit") également admettre qu'ils se sont refusés, comme en 1981, tout moyen de démontrer la validité de leur hypothèse. Faut-il les croire systématiquement même ce qu'ils affirment en invoquant le "Dieu des enquêteurs" frise parfois l'insulte au bon sens ?"

Donc je retire cette phrase de mon argumentation tout en signalant au passage que le directeur d'enquête, M. Claude Vinals, s'est inscrit en faux contre le témoignage de son collègue chez Hondelatte selon lequel ils avaient appris fortuitement lors d'une enquête réalisée aux impôts le vécu de Luc Tangorre à Nîmes aux jonquilles.

On sait aujourd'hui qu'une enquête avait été réalisée aux jonquilles sur Luc Tangorre des années auparavant (non fortuitement cette fois, et sous la férule d'un homme qui se trouvera ponctuellement aux commandes du second dossier). Monsieur Vinals précise que son collègue se trompe, autrement dit que l'histoire du "Dieu des enquêteurs" qui fait tant briller les yeux du gendarme lorsqu'il l'explique avec jubilation sur le plateau de l'émission "Faites entrer l'accusé" n'est qu'une foutaise, du moins si l'on croit son propre directeur d'enquête.

Je serais moins ironique à l'avenir, et moins prolixe d'insinuations (les faits se suffisent à eux-mêmes après tout), promis Sophie: :wink:


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com