Luc Tangorre

Coupable ou innocent à tout prix ?
Nous sommes le 17 oct. 2018 6:07

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 195 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 513 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message : Complot?
MessagePosté : 29 juin 2008 11:20 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 12 juin 2008 0:09
Messages : 72
Localisation : Nord-Pas de Calais
Voici une histoire, à connotations directement politiques, qui implique un sosie, des vêtements identiques, et un véhicule identique.

En 1975, Peter Hain était en Grande-Bretagne l'un des leaders des Jeunesses libérales, qui menaient une vigoureuse campagne contre le régime sud-africain de l'apartheid.
Le 24 octobre de cette année-là, il est arrêté pour le braquage d'une banque dans son quartier. Il a été "reconnu" par un caissier, et trois des quatre adolescents qui ont donné la chasse au braqueur. Le quatrième, qui a accepté de témoigner pour la défense, fera l'objet de pressions policières caractérisées pour qu'il se rétracte.
Peter Hain sera aquitté en avril 1976.

Mais, entre temps, la BBC ayant décidé de consacrer un documentaire à l'affaire, les journalistes trouvent un témoin qui leur déclare que les services secrets sud-africains "ont trouvé à Johannesbourg un sosie de Hain, qui est venu en Europe au mois d'aôut 1974, et a acheté une voiture et des vêtements identiques à ceux de Hain.

Plusieurs fonctionnaires de police s'étaient, à l'époque, inquiétés de ce possible témoignage, comme le montre une série de memoranda qui n'ont été rendus publics qu'en 2007.
Les avocats de Peter Hain étaient également informés, mais avaient préféré ne pas évoquer cet aspect et s'en tenir à une critique serrée des reconnaissances par les témoins.

Voilà, je ne dis pas que ce soit cela qui s'est produit dans le cas de Luc.

En règle générale, les explications par le "complot" me paraissent à la fois trop simples (un marionnettiste occulte et malveillant), et trop compliquées (il faut trouver un sosie, l'équiper en conséquence, et qu'il tienne son rôle de manière convaincante, ce qui est d'ailleurs plus facile, reconnaissons-le, dans le cas d'un petit braquage que dans le cas des viols multiples qui sont reprochés à Luc).

Je voulais juste fournir une information collatérale.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 juin 2008 12:44 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
DAVY à écrit:
"Je voulais juste fournir une information collatérale".
Oui,si l'on ne peut imaginer qu'un maniaque sexuel aurait surveillé Luc au point de se vêtir de la même manière,porter une chevalière,une montre dorée, avoir le même véhicule et se balader avec une pile de livres "Coupable à tout prix" etc....
Mais l'histoire de Peter Hain et de son sosie, rappelle aussi et surtout que dans la première affaire de Luc, un homme MR B, avait été arrêté pour les mêmes faits reprochés à Luc. Cet homme et Luc se ressemblaient....


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 juin 2008 16:15 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 12 juin 2008 0:09
Messages : 72
Localisation : Nord-Pas de Calais
Oui, mais dans le cas de Peter Hain, ce n'est pas seulement un sosie "par hasard", ni même un sosie qui agit de son propre chef, en profitant de sa ressemblance, mais un sosie recruté pour les besoins de la cause...

C'est pour cela que je n'ose pas imaginer une telle "machination" contre Luc. Ce dernier, dans sa lettre à Pierre Delmas, parlait d' "élimination diabolique et beaucoup plus subtile" (que celle de Pierre Goldmann, assassiné en pleine rue).
C'est cela qui m'a fait repenser à l'affaire Peter Hain.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 juin 2008 17:09 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Oui, c'est vrai que rien n'est impossible...
Vu qu'à cette époque ( la première affaire Luc Tangorre ), la ville de Marseille était sous tension...élections, agressions, viols, insécurité étaient devenus le quasi quotidien des habitants.
Face à ce ras le bol, il fallait absolument que la police agisse ..


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 juin 2008 19:50 
Hors ligne
VIP
Avatar du membre

Enregistré le : 19 janv. 2006 22:59
Messages : 20
Localisation : Région Lyonnaise
Davy a écrit :
C'est pour cela que je n'ose pas imaginer une telle "machination" contre Luc. Ce dernier, dans sa lettre à Pierre Delmas, parlait d' "élimination diabolique et beaucoup plus subtile" (que celle de Pierre Goldmann, assassiné en pleine rue).

C'est sûr qu'une "machination" s'appuyant sur un sosie avec une même voiture, est inimaginable pour une raison très simple. Les livres.
Par contre si les filles ont raconté une histoire qu'on leur a apprise, la "manipulation" est tout à fait plausible.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 juin 2008 23:07 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 12 juin 2008 0:09
Messages : 72
Localisation : Nord-Pas de Calais
Pas sûr, Arlaten; si l'on suit cette hypothèse (que je crois impossible, je répète que je n'ai cité le cas de Peter Hain qu'à titre comparatif); si l'on suit cette hypothèse, on peut aussi "procurer" au sosie un stock de livres...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 juin 2008 23:42 
Hors ligne
VIP
Avatar du membre

Enregistré le : 19 janv. 2006 22:59
Messages : 20
Localisation : Région Lyonnaise
Je voudrais bien savoir comment ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 juin 2008 17:26 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Personnellement, je ne crois pas à l'hypothèse du sosie qui s'ingénie à confondre Luc Tangorre sur la base d'un stratagème. je pencherai plutôt pour l'hypothèse d'Henri : les victimes ont-elles seulement été violées par par Luc Tangorre, un autre, ou par personne ? Officiellement par Luc Tangorre, c'est ce qui oblige à parler de victimes. Mais l'étude du dossier permet de retenir les trois hypothèses. Aucune n'a le même degré de crédibilité, mais la vérité, souvent, n'a rien à voir avec ce qui est crédible. Une émission télévisée s'est même intitulée : "incroyable mais vrai". Cela dit, à retenir l'hypothèse de Davy, il n'est pas impossible de se procurer 96 exemplaires de "Coupable à tout prix", et de les filmer en pack avec du plastique (On les trouvait en librairie à l'époque).

Autre possibilité Arlaten : Luc Tangorre a racheté aux éditions de la Découverte 1000 exemplaires, mais il en a ramené plus, autant que sa 4L pouvait en contenir, car François Gèze, Directeur des éditions de la Découverte, lui avait dit que les exemplaires qu'il ne récupérerait pas étaient de toute façon destinés au pilon (environ 2000 exemplaires si ce que m'a dit Luc Tangorre à ce sujet est exact), et donc qu'il lui offrait ce qui dépassait le nombre précisé sur la facture.

Si une vingtaine de packs ont effectivement été dirigés vers le pilon (ou dépourvus de valeur marchande), il est encore possible qu'un pack ait pu être détourné, récupéré à des fins malveillantes.

Cela dit, quoique plausible, cette hypothèse me semble tirée par les cheveux et bien moins convaincante que celle à laquelle, pour ma part, j'adhère plus volontiers.

Ceux qui continuent à se demander si les Américaines ont seulement été agressées ont, je suis mieux que placé que quiconque pour en être fermement convaincu (étude approfondie du dossier oblige...) d'excellentes raisons de poser sur la table le vrai problème posé par ce dossier. L'étude serrée de cette affaire permet en effet de ne pas prendre pour argent comptant ce qui est est affirmé sans preuve par deux accusatrices, et qui qui a aboutit à cette pseudo vérité officielle bien différente de la vérité tout court.

Faire abstraction des variations de déclaration dont les Américaines ont été prolixes (d'un bout à l'autre de la procédure), relève d'une injure au bon sens.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 08 juin 2009 12:43 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
A l'attention des nouveaux membres du forum. Ceci, afin de les aider à comprendre que Luc Tangorre avait non seulement des alibis qui démontrent qu'il n'est pas l'auteur de ces nombreuses agressions et viols qui lui ont été attribués mais également et de manière certaine toutes les raisons qui font penser qu'il a été victime d'une erreur judiciaire...
viewtopic.php?t=2642

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 juin 2009 19:36 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 24 juil. 2005 16:25
Messages : 79
Si l’on suppose un complot (de la police, d’une ou plusieurs victimes ou de la /des familles d’une ou de plusieurs victimes) pour faire renvoyer Luc Tangorre en prison (« Et cette fois, pour 20 ans ! » – Dallichoux dixit), la question est de savoir la forme que pourrait avoir pris ce complot.

1.
L’affaire du 23 mai 1988 au soir serait-elle l’aboutissement d’un plan mûri de longue date, avec la collaboration pleinement consentie des 2 Américaines, et dont la réalisation aurait été fixée à cette date-là ?

Ou

2.
La plainte des Américaines – pour un viol réel ou non – est-elle tombée à pic et a-t-elle été récupérée par des gens qui préparaient le terrain de longue date pour faire tomber Luc Tangorre et attendaient une occasion favorable ?

Un certain nombre d’indices semblent indiquer que la police pistait Luc Tangorre depuis sa sortie de prison.
Pour commencer, le policier Dallichoux l’a dit lui-même à une amie de Luc Tangorre.
Cette confidence faite à l’amie de Luc Tangorre n’était-elle, comme l’objecte Cookie, qu’une banale technique d’interrogatoire de la police pour faire parler un témoin ?
Je ne sais pas. On ne peut pas l’exclure.
Mais il y a aussi les différents manèges de surveillance (avec prises de photos) remarqués et signalés à Luc Tangorre par ses voisins du bureau de Tabac de Lyon.
Il y a les différentes manipulations sur le véhicule de Luc Tangorre (déplacement, ouverture par effraction, fils de contact coupés).
Autant d’incidents qui, mis bout à bout, iraient assez dans le sens d’une surveillance (policière ou autre).

L’hypothèse d’un plan préparé de longue date avec la complicité pleine et entière des 2 jeunes filles est-elle crédible ?

Elle expliquerait que les 2 filles aient disposé de tellement de détails exacts de l’intérieur de la voiture de Luc Tangorre. Elle expliquerait que les seuls détails impossibles à connaître par une simple observation extérieure soient précisément ceux sur lesquels les 2 filles n’ont pas pu donner d’information (la couleur du slip de l’accusé) ou ont donné une information erronée (la jauge d’essence).

S’il s’agissait d’un plan soigneusement mis au point, est-il vraisemblable que les conjurés aient précisément choisi pour le réaliser un soir où la voiture de Luc Tangorre se trouvait garée à Marseille devant chez les parents de ce dernier ?

On peut considérer que choisir précisément ce jour était une aberration puisque le risque existait que quelqu’un (autre que les parents ou amis, qu’on pourrait toujours taxer de témoins complaisants) remarque cette voiture et témoigne plus tard de sa présence à Marseille le jour et à l’heure où un viol était sensé se dérouler dans cette même voiture à Nîmes. C’est d’ailleurs bien ce qui arriva puisque M. Dell Andrea viendra témoigner à décharge.

Il est cependant possible de voir les choses autrement : en choisissant pour accuser Luc Tangorre d’un viol un soir où Luc Tangorre était localisé, « fixé » à Marseille, on pouvait considérer que le risque qu’il ait un alibi inattaquable était moindre que s’il se promenait on ne sait où dans la nature et échappait à tout contrôle, car dans ce dernier cas, il pouvait passer la soirée entière avec une dizaine de copains dont les trop nombreux témoignages seraient impossibles à écarter ; il pouvait être assister à une fête à 100 ou 200 Kms, de Nîmes, où 30 personnes ou plus pourraient attester de sa présence du début à la fin ; il pouvait être au restaurant à Marseille ou n’importe où très loin de Nîmes, où non seulement des amis mais également plusieurs personnes neutres – serveurs, patron, convives – pourraient l’avoir vu toute la soirée et lui fournir un alibi difficilement contestable.

En le sachant à Marseille chez ses parents, cela permettait de limiter les risques. Certes, les parents témoigneraient de sa présence chez eux ce soir-là, mais il serait facile de les décrédibiliser puisque c’étaient ses parents. Le risque n’était certes pas nul que quelqu’un témoigne avoir vu la voiture – et nous savons que c’est ce qui arrivera – mais était tout de même moindre que dans le cas de situations comme celles évoquées ci-dessus. On pouvait se dire qu’au pire, il y aurait peut-être un témoin (hors famille), mais que c’était un risque limité.



Le dépôt de plainte a-t-il pu être récupéré par la police, la gendarmerie ou / et une victime ou la famille d’une victime ?

L’une des victimes de la 1ère affaire était fille de gendarme. C’est précisément elle qui a lancé à CR qu’il ne s’en tirerait pas comme ça et qu’un jour, « elle l’aurait ».
Ce sont des gendarmes qui ont enregistré la plainte des Américaines ...

Nous savons que Jennifer habitait Versailles, très près de là où travaillait le juge Michel Maestroni. Aurait-elle pu le connaître ?

Nous savons que Jennifer avait fait plusieurs séjours à la Ciotat avant la 2ème affaire. Serait-il possible qu’elle ait connu lors de ces séjours une ou plusieurs personnes ayant un lien avec la 1ère affaire ?


L’obstacle sur lequel je butte inlassablement, dans la théorie du complot - que l’on envisage un plan longuement mûri ou une récupération de l’affaire – c’est la raison de la collaboration des 2 filles.
Il faudrait qu’elles aient eu une raison extrêmement motivante pour accepter de se prêter à une machination destinée à accuser quelqu’un à tort.

Cette collaboration serait surtout crédible dans l’hypothèse d’un lien entre ces filles (ou du moins l’une d’elle) et un ou plusieurs protagonistes de la 1ère affaire.

C’est sur ce lien possible qu’il faut faire des recherches si l’on veut en avoir le cœur net.

Seulement voilà, comment ?
Je n’ai pas le plus petit début d’une idée.

L’un de vous en a peut-être ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 juin 2009 21:24 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 17 janv. 2006 18:10
Messages : 337
Localisation : lardieres 60
Danou a ecris:

C’est sur ce lien possible qu’il faut faire des recherches si l’on veut en avoir le cœur net.
Seulement voilà, comment ?
Je n’ai pas le plus petit début d’une idée.

L’un de vous en a peut-être ?
==================================================================================

Avec un bon conte en banque déjà , les idées, et surtout les portes closes s'ouvre toutes seul .

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. ( Pierre Delanoë)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 juin 2009 21:48 
Hors ligne

Enregistré le : 31 mai 2009 1:04
Messages : 99
Danou, vous écrivez:
« Si l’on suppose un complot (de la police, d’une ou plusieurs victimes ou de la /des familles d’une ou de plusieurs victimes) pour faire renvoyer Luc Tangorre en prison (« Et cette fois, pour 20 ans ! » – Dallichoux dixit), la question est de savoir la forme que pourrait avoir pris ce complot.

1. L’affaire du 23 mai 1988 au soir serait-elle l’aboutissement d’un plan mûri de longue date, avec la collaboration pleinement consentie des 2 Américaines, et dont la réalisation aurait été fixée à cette date-là ?

Ou

2. La plainte des Américaines – pour un viol réel ou non – est-elle tombée à pic et a-t-elle été récupérée par des gens qui préparaient le terrain de longue date pour faire tomber Luc Tangorre et attendaient une occasion favorable ? »
puis plus loin
« L’obstacle sur lequel je butte inlassablement, dans la théorie du complot - que l’on envisage un plan longuement mûri ou une récupération de l’affaire – c’est la raison de la collaboration des 2 filles.
Il faudrait qu’elles aient eu une raison extrêmement motivante pour accepter de se prêter à une machination destinée à accuser quelqu’un à tort.

Cette collaboration serait surtout crédible dans l’hypothèse d’un lien entre ces filles (ou du moins l’une d’elle) et un ou plusieurs protagonistes de la 1ère affaire.

C’est sur ce lien possible qu’il faut faire des recherches si l’on veut en avoir le cœur net.

Seulement voilà, comment ?
Je n’ai pas le plus petit début d’une idée.

L’un de vous en a peut-être ? »

Bonjour Danou,

Pour ma part je penche pour la première hypothèse. Je vous invite à regarder les videos de Luc Tangorre pendant sa courte période de liberté du premier semestre 1989 : Luc déclare sans ambages sur France 3 que LA POLICE N’A PAS FAIT SON TRAVAIL et il le répète en boucle. Luc est un grand timide, c'est sa manière à lui de crier son admiration pour la Police Française. Imaginons que vous et moi soyons deux policiers ayant mené la première enquête.(il n’y pas de raison que seul Joaquin aie droit au dédoublement, d'ailleurs je m'adresse aux adminitrateurs de ce forum et je réclame officiellement le droit au dédoublement) Je suis le brigadier chef Socrate, vous êtes le capitaine Danou. Nous sommes fiers de notre travail : nous avons réussi à coffrer ce salaud (pardon Luc). Nous l’avons déjà mauvaise car cet enc… de Mitterand lui a offert sa grâce et en plus cette ordure vient nous narguer à la télé. Nous sommes FOUS FURIEUX. Nous n’avons qu’une envie c’est QU'IL REPLONGE.

Le hasard fait que nous téléphonons à un de nos collègues sur la région Parisienne, Paulo avec lequel on fait quelques petits traffics, un mec de confiance quoi. Paulo est un dragueur, il se vante.
- Danou et Socrate, je ne vous dis pas, je suis sur un coup. J’ai rencontré deux Américaines, je ne sais pas si c’est pour ce soir, ….
- Nous intéressés : dit Paulo elles sont comment tes américaines jeunes, sexy … etc… ça les intéresserait pas de gagner un max de blé …

L’approche est faite. Après ça marche pas, on n'insiste pas, ça marche on continue. Pourquoi vouloir un complot? Tout de suite les grands mots : non juste un coup de pouce. On saisit une opportunité. Les gens bien intentionnés sont de merveilleux opportunistes.

La justice n’a pas besoin d’être dans le coup, surtout pas. On tente le coup et si ça sent le roussi, on retire nos billes : on sait pas. Des Américaines ? Quelles Américaines ? Vous savez que n’importe quelle parole contre celle d’un policier ne vaut rien.

On a juste mis en relation deux policiers un peu de mauvaise humeur avec deux étudiantes ayant besoin d’argent. Où est le mal ?

Je ne sais pas si vous avez lu le roman « De sang-froid » de Truman Capote. C’est une histoire vraie sur l’assassinat d’une famille entière par erreur suite à une conversation entendue dans une prison et mal interprétée. Un truc complètement crétin du au hasard.

On s’imagine toujours que c’est compliqué. C’est très compliqué, oui, mais pour les gens honnêtes.

Mon capitaine, que pensez-vous du scénario du brigadier Socrate ?

_________________
« C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin ...
Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. »
Henri Calet


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 juin 2009 22:45 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Socrate à écrit [...]
Imaginons que vous et moi soyons deux policiers ayant mené la première enquête.(il n’y pas de raison que seul Joaquin aie droit au dédoublement, d'ailleurs je m'adresse aux adminitrateurs de ce forum et je réclame officiellement le droit au dédoublement) Je suis le brigadier chef Socrate, vous êtes le capitaine Danou.
Mon capitaine, que pensez-vous du scénario du brigadier Socrate ?[/quote]
*****************************************************************************************************************************
Chantal répond:
birgits Aie aie aie.... Nos administrateurs vont avoir du boulot parce que si Socrate devient le brigadier chef Socrate bud, Danou le capitaine Danou ::77::
et bien moi je serais de temps en temps " Le dieu des enquêtes"; mais je vous préviens !!!! jamais on ne me verra ::105::

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 juin 2009 23:43 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Danou, Socrate.. Je suis en partie d'accord avec vos suppositions, je dirais même que vous m'avez donné une idée... Ce soir, je me lance dans une recherche qui prendra certainement du temps mais le jeu en vaut la chandelle... je dois relire un document relatif à l'un des dossiers. Quelque chose me turlupine, il faut que je puisse avoir" le cœur net" . Je suis en vacances, j'ai donc le temps nécessaire pour prendre des notes...

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 16 juin 2009 4:38 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Je donnerai tout pour résoudre l'énigme, je sais seulement que Luc Tangorre dit la vérité, ils n'a pas varié dans ses déclarations, lui, du 24 octobre 1988 au 8 février 1992. Ses accusatrices peuvent-elles en dire autant du 23 mai 1988 à ce même 8 février 1992 ?

Il a exigé d'emblée les empreintes génétiques, et il était dans une impréparation totale le 24 octobre 1988 lorsqu'on est venu l'arrêter (pas le moindre "objet à charge" dissimulé, pas le moindre alibi invoqué tout de go, difficulté à se souvenir du jour incriminé, etc...). Mais il aurait préalablement, paradoxalement, briffé neuf faux témoins dont une mamie et un sous officier qu'il ne connaissait même pas ? Comment le rationalisme de Jack concilie-t-il ces incohérences ?

Si Luc Tangorre mentait, il serait d 'une incommensurable niaiserie, il ne lui aurait plus manqué, pour reprendre ce que soulignait Jacques Derogy dans l'Evènement du Jeudi en novembre 1988, qu'une carte d'identité et un autographe remis à celles qui se prétendent "ses victimes".

Luc Tangorre dit la vérité, rien hormis "LES DIRES" de ses accusatrices évidemment, n'a jamais prouvé le contraire. Les "DIRES" de Jennifer Mac Cluney et Carole Ackerman sont justement d'une géométrie à ce point variable que Jack gagnerait à cesser un jour de les accueillir comme parole d'évangile, voire comme la parole du dieu des enquêteurs en personne.

Pour le reste, je rejoins une fois de plus tout ce que disent Didi, Danou, Bruno, Socrate, Jo et Chantal, sous forme dédoublée ou non. Je remercie chaleureusement nos administrateurs (Sophie et Ludivine) d'avoir permis ce débat. Nous leur devons sa qualité qui est notre fierté. Pas d'empoignade stériles, pas d'injures sur ce forum... Il faut s'en féliciter et veiller à ce que cela perdure.

Les problèmes étant correctement posés, ces jours derniers, j'observe que Danou comme Socrate excellent dans l'art et la manière de les décortiquer, d'interpréter, d'échafauder des hypothèses, Bruno et Chantal dans celle d'observer, de chercher, de trouver, de raisonner aussi. chacun est libre ensuite de se forger une intime conviction.

La certitude intime n'appartient pour l'instant qu'à Carole Ackerman, Jennifer Mac Cluney et consorts, ainsi qu'à Luc Tangorre lui-même.


Jacques B., Henri, Ange69, Davy, Arlaten, Ymasse, Gihel, cookie, Anna, Daniel, Leroye, Claude vinals, Rosalita, Saulot, Emmer71, Marie, Gloups, Dalakhani, Atlas22, Sido, Joaquin, JPasc95, Morticia, Marcou, Noway, Mel (plus ceux que j'oublie sans doute, qu'ils me pardonnent, je les remercie également au passage pour leurs interventions) ont eu ce génie d'enrichir le débat depuis quelques mois....

Que tous les visiteurs soient également chaleureusement remerciés, même s'ils n'interviennent pas ( jamais ou pas encore). leur visite est un cadeau !


Luc Tangorre n'aurait jamais dû être condamné parce qu'il n'a jamais été en présence des Américaines qui l'accusent avant le 24 octobre 1988. Comme dit Gabin dans l'une de ses chansons, "c'est tout ce que je sais, mais ça je le sais" !

L'étude du dossier, malgré son incroyable partialité, ne devrait pouvoir convaincre quiconque du contraire, ou alors sans le moindre début de preuve digne de ce nom, sur la seule foi que le dieu des enquêteurs, s'il existe, attend d'eux en se frottant les mains.

_________________
Qui bono ?


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 195 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 513 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com