Luc Tangorre

Coupable ou innocent à tout prix ?
Nous sommes le 19 févr. 2020 15:18

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 195 messages ]  Aller à la page Précédente 19 10 11 12 13 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 janv. 2010 23:25 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Citation :
Je vois deux hypothèses qui ne seraient je pense pas incompatibles:
-les américaines ont flairé la "bonne affaire": un moyen de ne pas rendre de comptes sur leur fugue tout en empochant éventuellement un joli paquet de blé...
-elles ont été victimes d'un chantage de policiers hargneux contre Tangorre: ça expliquerait d'une part leur parfaite "préparation" au niveau témoignage et Cour d'assises, et d'autre part leurs (très) multiples crises de larmes...

Il aurait été judicieux de vérifier les virements et autres dépôts de chèques sur les comptes de Jennifer mac Cluney et carole Ackerman de 1987 à 2003, outre les 150 000 francs (somme pour le moins coquette à cette époque) qu’elles ont effectivement reçu en prime de la poche des contribuables Français en 1992. Ceci pour s’assurer qu’aucune anomalie ne puisse corroborer l’hypothèse émise par Saint-Justs2. Hypothèse que je n’écarte pas pour ma part, dès lors que personne en réalité ne connait vraiment dans ce dossier la vraie personnalité des accusatrices de Luc Tangorre puisqu’aucune enquête, jamais, ne viendra la déterminer concrètement.


Crises de larmes effectivement « très, voire trop multiples » (systématique sur 4 années d’un bout à l’autre de la procédure, en toute occasion, et de façon à ce point ostentatoire qu’on peut douter de leur sincérité, procès y compris).


Mais une situation de faiblesse et la promesse des sommes effectivement perçues par la suite ont pu également suffire à persuader deux écervelées de justifier leur fugue, voire une situation ponctuelle délictuelle (drogue par exemple) de prêter le flanc à un chantage qui n’aurait eu que l’avantage de les enrichir ultérieurement, tout en offrant celui, immédiatement, de les dédouaner d’une escapade au minimum scabreuse à la veille de leurs examens.

Aucune hypothèse ne mérite d’être écartée d’un revers de manche par ceux qui en émettent d’autres. Toutes, à divers degrés, peuvent revendiquer leur légitimité. Pour les raisons que Jacques B a émises, j’avoue avoir une préférence pour les hypothèses envisagées par Jacques B ou Danou, mais je ne voudrais à aucun prix voir filer la vérité sous prétexte d’avoir discrédité trop vite cette troisième hypothèse qui n’a rien d’assez farfelu pour être écartée définitivement.

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 janv. 2010 23:30 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Citation :
Une petite précision. Je conçois que parler de coup tordu des RG, soit au travers de la hiérarchie naturelle, soit par détournement d'un groupe d'enquête, fasse un peu peur. Ne serait-ce que pour ne pas se risquer à être qualifié de malade mental. Mais quand on parle de recrutement par le biais du chantage, on parle de l'arme préférée de ceux-ci. Que les sceptiques cherche les motifs de l'expulsion de l'inspecteur Jean-Marc Dufourg pour avoir un aperçu.
La première fois que Jacques B m’a fait part de cette supposition à laquelle, personnellement, je n’avais jamais pensé, j’ai été, je l’avoue, dubitatif. Puis je me suis renseigné sur le fonctionnement des renseignements généraux, sur les coups foireux illustrés par des agissements et des modes de fonctionnements interlopes dont l’affaire Doucet n’est pas le seul iceberg partiellement émergé. Il se pourrait en effet qu’on ait amarré une ancre plombée sur la banquise de l’affaire Tangorre et que, sait-on jamais, le réchauffement climatique induit par un ou plusieurs journalistes d’investigation plus curieux que la moyenne se traduise par le détachement du gros glaçon capable de flotter inopinément après un long séjour en eaux troubles et profondes.

Si cette hypothèse venait à se vérifier un jour, je me prends à rêver, comme c’est sournois et jubilatoire à la fois, que le vaisseau fantôme de notre appareil judicaire, déjà fortement endommagé par l’iceberg d’Outreau, pourrait opportunément rejoindre le Titanic.

L’hypothèse émise par Jacques B est donc, de mon point de vue, l’une de celles qui tiennent la route.

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 janv. 2010 23:35 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Citation :
Bonjour :

Y avait il une taupe, un cousin , un tonton, dans le comité de soutien de luc tangorre; moi, j'en suis pratiquement sur

Jacques B répond :

Oui, c'est très possible, puisque l'infiltration est un des moyens les plus sûrs de savoir ce qui se passe quand ceux que l'on surveille se réunissent en privé. Là aussi le recrutement d'une taupe se fait par le biais du chantage. Le problème est de savoir qui ça peut-être. Quelques-uns ont eu un comportement bizarre dans cette histoire. Ceci explique peut-être cela.


Je rejoins Bruno et Jacques B sur ce point, je pense en particulier à une personne dans le cadre de la seconde affaire. Et je n’ai pas besoin de savoir à qui Jacques B fait allusion en parlant de comportement « bizarre », tant je devine ses pensées. Si quelqu’un avait voulu volontairement saborder les comités de soutien (l’appui de Pierre Vidal-Naquet en particulier) et la crédibilité de Luc Tangorre auprès de la justice, des soutiens de Luc Tangorre, et des médias, il ne s’y serait pas pris autrement.

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 janv. 2010 2:42 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Un petit aparté pour Diego. Si vous aimez le cinéma de Clint Eastwood ne manquez pas Gran Torino. A mon humble avis c'est du grand art. Sobre et percutant.

Pour revenir à l'affaire et en relation aux distinctes hypothèses, il y a aussi la possibilité qu'elles se chevauchent à un degré plus ou moins grand. Si on a besoin d'un appui, quoi de mieux qu'un ou deux fanatiques. La relative autonomie régionale des RG, facilite aussi le phénomène inverse. A savoir qu'un vengeur au bras long peut profiter de l'occasion que proportionne une filature faite par des professionnels.

Quant au rôle de certains médias, je vous invite à relire l'article de Domynique Azéma ( viewtopic.php?t=1589 ) qu'elle écrit le lendemain de l'arrestation de Tangorre d'une manière un peu plus sournoise. Comment ce fait-il qu'elle soit si bien informée et surtout si tôt, des détails d'une enquête qui était tout sauf médiatique? Les gendarmes ou le juge auraient-ils donné une conférence de presse pour expliquer tous ces détails? Elle fait un article qui résume toute l'affaire depuis les comités jusqu'à la dizaine de livres en passant par le voyage aux USA. Tout y est, même les prévisibles répercussions sur les personnalités attendries par le sort de Tangorre et ce, le lendemain de son arrestation. Un vrai scoop.
Je ne vais pas spéculer sur une possible relation entre elle et un de ses homonymes prénommé Gilles, mais j'avoue qu'il ne m'en faudrait pas beaucoup pour essayer de voir ce que ça donne. Ne sait-on jamais, ce ne serait pas la première fois qu'un journaliste gagne un scoop bizarrement.

Décidément l'intérêt d'un journaliste du genre d'un Colombani en pleine forme, me parait de plus en plus nécessaire.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 janv. 2010 12:19 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 24 juil. 2005 16:25
Messages : 79
Citation :
En cela Danou, parce que vous avez marché, consciencieusement et longuement, sur les pas de Gisèle Tichané (coupable à tout prix),
Je dois d’ailleurs avouer que j’ai eu du mal avec le livre de Gisèle Tichané car il est assez technique. Ce n’est pas un défaut, bien au contraire, car cela lui donne une précision extraordinaire qui le fera au contraire beaucoup apprécier des gens dotés d’un esprit plutôt scientifique, attachés aux faits concrets et à la concision, ennemis du bla-bla.
Pour quelqu’un comme moi, il est assez aride à lire. Mais je me félicite d’avoir fait l’effort d’aller au-delà de la forme et de le lire d’un bout à l’autre, car ce livre m’a permis de comprendre que l’énorme soutien dont a bénéficié Luc Tangorre lors de la première affaire n’était pas un simple phénomène de mode gauchiste – comme j’ai pu l’écrire au tout début de mes interventions sur ce forum - mais reposait sur des faits bien concrets.
Il m’a surtout permis d’acquérir la conviction que Luc Tangorre ne pouvait être l’auteur des viols de Marseille.

Citation :
vous rejoignez les analyses que beaucoup partagent aujourd’hui sur ce forum, une fois l’information ramenée, de l’esbroufe Hondelattienne, au bercail du seul dossier d’instruction.
C'est vrai que l'émission de Hondelatte n'a pas grand chose à voir avec le dossier. Avant cette émission, j'avais déjà plusieurs fois eu l'occasion de constater que "Faites entrer l'accusé" comportait souvent des erreurs.
Mais l'émission sur Luc Tangorre atteint vraiment des sommets. Quand on pense qu'elle ne mentionne même pas le témoignage de Monsieur Dell Andrea qui atteste que la voiture de Luc Tangorre n'a pas quitté sa place, devant la maison de ses parents à Marseille, le soir où elle était sensée abriter les forfaits de Luc Tangorre sur les 2 Américaines, à Nîmes !
Le pire est qu'elle ne donne la parole à pratiquement aucun des témoins à décharge, à l'exception de Gabrielle, une amie de Luc. Encore cet unique témoignage à décharge est-il tronqué et les seuls mots de Gabrielle que l'on peut entendre sont-ils choisis de manière à introduire un doute, à donner l'impression que la jeune fille n'était pas si sûre que cela, finalement ...

Citation :
Une amie devenue chère m’a dit un jour, après avoir vu un film de Clint Estwood que je lui avais recommandé (« Mystic river » pour ne pas le nommer) :

« Ce film nous apprend combien les apparences peuvent s’avérer trompeuses ».
Ayant vu moi aussi ce film, je ne peux que souscrire à la phrase de votre amie.
On me dira que ce n'est qu'un film. C'est vrai, et je suis la première à mettre en garde sur les fictions écrites à partir d'une affaire criminelles, qu'on peut bien sûr regarder si l'on est amateur de polars, mais dont on ne doit jamais perdre de vue que ce ne sont que des fictions.

Mais ma conviction que les apparences peuvent s'avérer trompeuses ne se basent pas sur un film, aussi bon soit-il.
L'expérience de la vie, tout simplement, m'a appris à quel point il faut se garder des jugements hâtifs et sommaires.

Savoir cela ne m'a d'ailleurs pas empêchée moi non plus de violer de temps à autre allègrement ce principe, le meilleur exemple étant effectivement l'affaire de Luc Tangorre, dont la culpabilité ne me paraissait pas faire l'ombre d'un doute, comme je l'ai dit tranquillement sur le forum des Affaires criminelles le lendemain même de l'émission, sur la seule foi de ce qu'elle en rapportait et sans avoir lu une ligne de tout ce qui se rapporte à cette affaire.

Je me suis jurée d'être plus circonspecte à l'avenir et de ne plus jamais émettre d'opinions définitives sans savoir de quoi je parle.

Citation :
C’est bien ce que démontrera un jour la relecture de l’émission de Christophe Hondelatte si l’affaire Tangorre venait à rebondir là où les médias ne l’attendaient décidément pas : à la case départ qui était la leur avant 1988.
J'espère de tout coeur qu'un fait nouveau pourra un jour pemettre de réexaminer cette affaire.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 janv. 2010 19:48 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 24 juil. 2005 16:25
Messages : 79
Citation :
Diego :
Il aurait été judicieux de vérifier les virements et autres dépôts de chèques sur les comptes de Jennifer mac Cluney et carole Ackerman de 1987 à 2003


Pourquoi 2003 ?

Sur le principe, je suis bien d'accord qu'il aurait fallu vérifier les comptes de J et C. Mais on peut supposer que, si versements il y a eu, la chose s'est faite en liquide. Ils n'auraient pas eu la stupidité de laisser des traces.


Citation :
Ceci pour s’assurer qu’aucune anomalie ne puisse corroborer l’hypothèse émise par Saint-Justs2. Hypothèse que je n’écarte pas pour ma part, dès lors que personne en réalité ne connait vraiment dans ce dossier la vraie personnalité des accusatrices de Luc Tangorre puisqu’aucune enquête, jamais, ne viendra la déterminer concrètement
Je ne l'écarte pas non plus formellement en ce sens que j'estime nécessaire d'examiner toutes les hypothèses possibles. Mais franchement, je n'y crois guère. Quand on connait le budget de l'administration judiciaire, il est surréaliste de s'imaginer qu'on aurait pu payer quelqu'un pour faire tomber TL dans un piège.

J'ignore si les RG disposaient de moyens plus importants mais je le suppose. Cela dit, il aurait vraiment fallu qu'il s'agisse d'une affaire d'état pour qu'on débloque un budget. L'affaire Luc Tangorre, même s'il est vrai qu'elle était très dérangeante, ne présentait pas une importance telle qu'elle aurait pu justifier la mobilisation de fonds. Personnellement, je n'y crois pas.

Je penche pour une récupération par la police Nîmes-Marseille d'une histoire tordue qui serait arrivée aux 2 filles. La police leur aurait proposé l'impunité si elles aidaient par leur témoignage à faire tomber un dangereux violeur en série, dont on était sûr et certain de la culpabilité, mais qui avait réussi - le salaud ! - à s'en tirer. La police a pu les convaincres en alternant menaces et persuasion.
Les 2 filles, heureuses de s'en tirer à bon compte, convaincues de surcroît de faire oeuvre de salubrité publique, auraient accepté ce petit marché.

Ou alors, Jennifer et Carole connaissaient personnellement l'une des victimes de la 1ère affaire et ont accepté pour cette raison de participer à une machination.


Citation :
Crises de larmes effectivement « très, voire trop multiples » (systématique sur 4 années d’un bout à l’autre de la procédure, en toute occasion, et de façon à ce point ostentatoire qu’on peut douter de leur sincérité, procès y compris).
Il se trouve que je connais quelqu'un qui a assisté au procès et qui m'a dit avoir vu, avant leur audition, les 2 filles faire du shopping dans les rues de Nîmes, rigolant avec les uns et les autres. Elle les a suivies jusqu'au tribunal et a pu constater qu'elles continuaient à rire et à plaisanter jusqu'à l'entrée du Palais de Justice.
Quelques minutes après, dans la salle, la première appelée à la barre s'est mise à pleurer comme une Madeleine. L'autre a fait de même lorsque son tour est arrivé.
La personne qui m'a relaté cela a eu la nette impression d'assister à une mise en scène.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 janv. 2010 20:25 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Je ne crois pas non plus que l'argent soit un motif suffisant pour s'assurer de la fidélité de personnes comme ces jeunes filles. Ce serait la catastrophe si elles rebroussaient chemin au beau milieu de l'affaire. C'est bien pour ça que les RG ne payent généralement pas ni les indics, ni les taupes. Le chantage est un moyen beaucoup plus sûr. A quel genre de chantage auraient-elles pu céder?
Il ne faut pas oublier un élément imortant: elles étudient à l'Alliance Française, Bd Raspail à Paris. Cet endroit, du moins dans les 70, était un bouillon de culture pour la jeunesse parisienne qui y rencontrait des représentants de celle du monde entier, surtout par le biais des concerts organisés dans la salle qu'a toujours loué l'AF. Imaginez l'ambiance. Trouvez une cible là-bas ne signifiait vraiment pas un problème. Je dirais même qu'il n'y avait que l'embarras du choix.
Le profil social, surtout celui de Jennifer, est aussi un indicateur. le besoin d'argent ne parait pas un de ses problèmes. Par contre le statut social de sa famille ne lui permettait surement pas de se faire prendre hors-jeu en France.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 janv. 2010 10:00 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Citation :
Un petit aparté pour Diego. Si vous aimez le cinéma de Clint Eastwood ne manquez pas Gran Torino. A mon humble avis c'est du grand art. Sobre et percutant.
Clint Estwood est devenu peu à peu l'un de mes cinq réalisateurs préférés.

Lorsqu'on l'apercevait dans les années 60 faire le guignol en tireur d'élite fétiche des westerns de Sergio Léone (que les intellectuels décriaient en les nommant péjorativement les "westerns spaghettis", mais que j'ai toujours apprécié pour ma part), on était loin de se douter que cet acteur, 45 ans plus tard, s'illustrerait avec brio dans la réalisation de films tous plus intéressants et maîtrisés les uns que les autres.

Les apparences sont décidément trompeuses dans bien des domaines...

J'ai bien sûr beaucoup entendu parler de "Gran Torino", son dernier film dont tout le monde s'accorde à dire le plus grand bien. Je ne risque donc pas, Jacques B., d'oublier de suivre vos sages conseils dès que possible, ni de vous remercier pour cet aparté touchant.

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 janv. 2010 11:20 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Tout à fait d'accord avec vous. Après avoir vu, par hasard, Bird, un film qui raconte l'histoire de Charlie Parker, je suis resté bouche bée d'apprendre que le réalisateur était Eastwood. Préjugé quand tu nous tiens...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 janv. 2010 11:32 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 24 juil. 2005 16:25
Messages : 79
Citation :
Tout à fait d'accord avec vous. Après avoir vu, par hasard, Bird, un film qui raconte l'histoire de Charlie Parker, je suis resté bouche bée d'apprendre que le réalisateur était Eastwood. Préjugé quand tu nous tiens...
Encore un exemple où je n'ai pas moi non plus respecté mes principes dans la pratique. J'ai moi aussi longtemps mis Clint Eastwood (je parle de la personne et de ses idées) dans le même sac que John Wayne, Charlton Heston ou ... George Bush.

Comme vous dites, les idées toutes faites ont la vie dure ..


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 janv. 2010 12:08 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Citation :

Quant au rôle de certains médias, je vous invite à relire l'article de Domynique Azéma ( viewtopic.php?t=1589 ) qu'elle écrit le lendemain de l'arrestation de Tangorre d'une manière un peu plus sournoise. Comment ce fait-il qu'elle soit si bien informée et surtout si tôt, des détails d'une enquête qui était tout sauf médiatique? Les gendarmes ou le juge auraient-ils donné une conférence de presse pour expliquer tous ces détails? Elle fait un article qui résume toute l'affaire depuis les comités jusqu'à la dizaine de livres en passant par le voyage aux USA. Tout y est, même les prévisibles répercussions sur les personnalités attendries par le sort de Tangorre et ce, le lendemain de son arrestation. Un vrai scoop.
Je ne vais pas spéculer sur une possible relation entre elle et un de ses homonymes prénommé Gilles, mais j'avoue qu'il ne m'en faudrait pas beaucoup pour essayer de voir ce que ça donne. Ne sait-on jamais, ce ne serait pas la première fois qu'un journaliste gagne un scoop bizarrement.

Décidément l'intérêt d'un journaliste du genre d'un Colombani en pleine forme, me parait de plus en plus nécessaire.

Dominique Azéma (Midi Libre) avait une longueur d’avance sur tous ses confrères, non seulement au moment de l’arrestation mais tout au long de l’instruction.

Chacun des ses articles démontre clairement, à chaque étape de l’affaire, qu’elle avait largement accès à toutes les informations inhérentes au soi-disant « secret de l’instruction ». De sa plume, on apprenait par anticipation les décisions d’instruction qui se prenaient ultérieurement, ou encore les résultats d’investigations qui en découlaient, bien avant que n’en soient informés les avocats de la partie civile ou de la défense eux-mêmes…

En réalité, cette journaliste n’a cessé d'être le porte-voix d’une accusation bien décidée à porter l’estocade, à l’exclusion de toute analyse ou moindre discernement, sur la seule base d’idées préconçues savamment bétonnées sur un plan médiatique. Le phénomène se renouvelle comme en témoigne l’émission de Christophe Hondelate : « Faites entrer l’accusé » perdure par son allégeance au pouvoir judiciaire en place, que de mièvres et fausses critiques feignent parfois de vilipender pour mieux donner le change en réalité dans les affaires réellement délicates. Ainsi, on ferait presque avaler que Pierre Goldman a commandité son propre assassinat, armé le 11. 43 des neuf balles qui l’ont atteint dans son dos… Du grand art….


Le lien ci-joint (voir page 17 et 18, paragraphe 2-C) intitulé « La désinformation ») montre que Luc Tangorre dénonçait ce phénomène dans le système inquisitoire dès l’année 1989.

Le « donnant-donnant » préside manifestement aux connivences locales, à l’intelligentsia juridico médiatique dont elle découle : d’un côté on privilégie le fait-diversier du quotidien leader le mieux implanté sur le fief (le secret de l’instruction, dès lors, ne le concerne plus, une longueur d’avance sur ses concurrents locaux ou nationaux lui permet de donner le « la » au pays de Panurge), de l’autre « l’élu » sert la soupe à ceux qui mènent l’enquête, plaide la version accusatrice jusqu’à la sublimer, jusqu’à la falsifier … Tout ce petit monde y trouve allégrement son compte…


viewtopic.php?t=1457

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 janv. 2010 12:21 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Citation :
Citation :
Tout à fait d'accord avec vous. Après avoir vu, par hasard, Bird, un film qui raconte l'histoire de Charlie Parker, je suis resté bouche bée d'apprendre que le réalisateur était Eastwood. Préjugé quand tu nous tiens...
Encore un exemple où je n'ai pas moi non plus respecté mes principes dans la pratique. J'ai moi aussi longtemps mis Clint Eastwood (je parle de la personne et de ses idées) dans le même sac que John Wayne, Charlton Heston ou ... George Bush.

Comme vous dites, les idées toutes faites ont la vie dure ..
.

Il ne faut pas oublier dans cette liste, Danou, le bon vieux Arnold, gouverneur de Californie...

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 janv. 2010 12:31 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 24 juil. 2005 16:25
Messages : 79
Il ne faut pas oublier dans cette liste, Danou, le bon vieux Arnold, gouverneur de Californie...[/quote]

Ma liste est loin d'être exhaustive. Les exemples cités étaient les 1ers qui m'étaient venus à l'esprit.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 janv. 2010 12:45 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
En ce qui concerne Domynique Azéma, il y a une différence entre se placer comme référence parmi les médias qui accusent et pondre l'article qu'elle a écrit le lendemain de l'arrestation. Une chose sont les fuites du dossier d'instruction autre chose est cette vision générale de l'affaire, incluant les répercussions pour les, par-elle bien-aimées, personnalités défenseurs d'un violeur en série.

Cet article est tout ce qu'il y a de plus bizarre. Je ne parle pas de l'animosité évidente que l'auteur a pour Tangorre et les dites personnalités, sinon de la vision pratiquement historique de toute l'affaire et les conséquences qui vont en découler. L'histoire ne s'analyse avec justesse que rarement le lendemain des événements, et encore moins par une journaliste taurine.

J'ai cherché si d'autres médias avaient les mêmes informations et présentaient la même pertinente analyse: rien. Ce n'est que beaucoup lus tard que les grands médias nationaux reprendront cette si pertinente analyse faite par une journaliste spécialiste en fiesta dans un journal de province.

Qui est cette dame? A-t-elle un lien familial avec l'inspecteur principal Gilles Azéma?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 janv. 2010 13:00 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 24 juil. 2005 16:25
Messages : 79
Citation :
Je ne crois pas non plus que l'argent soit un motif suffisant pour s'assurer de la fidélité de personnes comme ces jeunes filles. Ce serait la catastrophe si elles rebroussaient chemin au beau milieu de l'affaire. .
Exactement. C'est bien ce que je disais dans un post précédent : elles pouvaient craquer et révéler la machination. Beaucoup trop risqué. Et, de plus, totalement disproportionné à l'importance de l'affaire, qui n'était tout de même pas une affaire relevant des intérêts supérieurs de l'état.
Citation :
C'est bien pour ça que les RG ne payent généralement pas ni les indics, ni les taupes. Le chantage est un moyen beaucoup plus sûr. A quel genre de chantage auraient-elles pu céder?
Je suis bien d'accord avec vous. Je ne vois que le chantage. La question est de savoir si ce chantage a eu lieu en amont, je veux dire dans le cadre d'une machination préméditée de longue date pour faire chuter Luc Tangorre, et dans laquelle les filles auraient été en quelque sorte "enrôlées" ; ou si ce chantage a été utilisé parce qu'une occasion s'était présentée (récupération) : 2 filles embarquées dans une histoire plus ou moins compromettante, que la police locale aurait saisie au vol parce qu'elle voyait là une opportunité de régler un vieux compte avec Luc Tangorre.

J'ai déjà dit que je penchais nettement pour cette 2ème hypothèse

Citation :
Il ne faut pas oublier un élément imortant: elles étudient à l'Alliance Française, Bd Raspail à Paris. Cet endroit, du moins dans les 70, était un bouillon de culture pour la jeunesse parisienne qui y rencontrait des représentants de celle du monde entier, surtout par le biais des concerts organisés dans la salle qu'a toujours loué l'AF. Imaginez l'ambiance. Trouvez une cible là-bas ne signifiait vraiment pas un problème. Je dirais même qu'il n'y avait que l'embarras du choix
Là, par contre, je ne vous suis plus très bien : ce qui était valable pour Jennifer et Carole l'était aussi pour n'importe quel membre de l'Alliance Française : le risque que la/les jeun/s fille/s choisie/s ne parle/nt un jour.
Citation :
Le profil social, surtout celui de Jennifer, est aussi un indicateur. le besoin d'argent ne parait pas un de ses problèmes. Par contre le statut social de sa famille ne lui permettait surement pas de se faire prendre hors-jeu en France
Oui, c'est juste. Cela pourrait expliquer que Jennifer ait accepté le marché.

Carole, elle, aurait alors suivi dans la foulée ? Il est certain que Jennifer semble avoir joué dans l'accusation un rôle dominant. Je me trompe peut-être mais elle me donne l'impression d'être beaucoup plus active, plus virulente, plus motivée, alors que Carole me paraît beaucoup plus effacée, comme moins impliquée.
Question de personnalité ? Ou était-elle effectivement moins impliquée parce qu'elle n'aurait été que suiveuse dans cette machination, si machination il y a eu ?


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 195 messages ]  Aller à la page Précédente 19 10 11 12 13 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com