Luc Tangorre

Coupable ou innocent à tout prix ?
Nous sommes le 01 juin 2020 0:09

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 2:30 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Citation :
Citation :
La représentation des lieu est bien celle ci.
Bonjour

le lieux du viole, d'écrit part les deux victimes, aurait été certainement plus crédible si les enquêteurs auraient commencer part prendre leur déposition en premier, aux lieux de d'abord rechercher avec les deux victime ce fameux endroit ou c'est déroulé les fait .
D'abord on dépose, puits en toute logique on vérifie, Là c'est tout le contraire qui c'est passé , évidement comme sa c'est plus facile
Je n'arrive plus à retrouver la pièce du dossier ou il est écrit que les enquêteurs avaient entrepris la recherche du lieu en compagnie des filles et à l'aide de lampes ou de torches électrique. Je ne me souviens plus si l'heure est indiquée...

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 10:51 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Si montage il y a eu, la probabilité est grande (c'est mon avis personnel mais je peux me tromper) que les gendarmes n'aient pas été partie prenante d'une manœuvre de remise en accusation fictive. Je n'attache de ce fait qu'une importance relative au fait que les gendarmes aient cherché le lieu du viol avant ou après les dépositions des américaines, avec ou sans des torches.

Ces derniers ont de grandes chances d'avoir été manipulés, comme les TGI de Nîmes et Montpellier, comme les médias, comme la cour d'assises de Nîmes, et comme l'opinion publique dans son immense majorité par voie de conséquence.

Que tous les manipulés se soient de fait échinés ensuite, sans craindre d'enfreindre quelques règles déontologiques, (en écornant au passage celles de l'intégrité parfaite) à faire coller l'affaire avec ce qu'ils en percevaient, quitte à prendre bien des libertés avec la restitution objective des faits, ne fait aucun doute.

Je sais, j'ai volontairement sauté un maillon entre les gendarmes et les TGI, car plusieurs "détails" de l'étude du dossier et surtout de ses annexes m'interpellent... Des coïncidences peut-être, mais des corrélations bien trop nombreuses entre Marseille, la Ciotat, Nîmes et Versailles pour ne pas s'y arrêter et enquêter. Il faut absolument que l'on sache de manière fiable si, comme le soutient Jean Vermorel, Christian Lernould était le stagiaire de Michel Maestroni ou, ce qui revient au même, si ces deux hommes se connaissaient à Marseille, s'ils ont eu l'occasion de travailler ensemble ici ou ailleurs avant le 23 mai 1988.

Personne n'est accusé à l'absence de preuves, je dirai, pour reprendre une formule qui leur est chère que ces "coïncidences" -elles et elles seules- sont mises en examen et rien d'autre.

En tout cas, ces deux là connaissaient à coup sûr celui qui ordonne les secondes aspirations de cheveu et qui, lui, avait eu les moyens de savoir où les gosses des jonquilles allaient jouer dans les années 70.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 10:59 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Dans la liste des manipulés probables, j'ai oublié de citer ceux dont le rôle s'avère, aujourd'hui encore, désastreux : les frères Vidal-Naquet.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 13:35 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Votre hypothèse est la plus indulgente pour les gendarmes. Mais certains ont dû se poser des questions. Si depuis le début, il est difficile de comprendre comment un homme seul peut venir à bout de deux jeunes femmes sous la menace d'un couteau dans le coffre, les plus pointilleux ont du grimacer en voyant que les indices matériels disparaissaient de l'hôpital, puis en apprennant, qu'elles avaient un don spécial pour se faire prendre en stop par des véhicules qui ne prennent jamais personne.
Voyant que tous les éléments réunis, malgré leurs extrèmes précisions, ne les conduisaient vers personne, ni dans les fichiers d'agresseurs sexuels connus, ni dans les maisons d'édition, ils se sont peut-être dit: ou tout est faux ou on protège quelqu'un. Surtout en constatant qu'on ne cherchait pas un taxi clairement identifié par son numéro de licence, ni un groupe de militaires, qui ne sort pas de sa base comme dans un moulin.
Et quand, miraculeusement les indices tombent du ciel et on les fait planquer en face du tabac du suspect, ils ont pu penser: non, ce n'est pas pour perdre du temps, c'est pour nous embêter.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 16:43 
Hors ligne
VIP
Avatar du membre

Enregistré le : 12 juil. 2005 21:20
Messages : 99
Localisation : Ile de France
Citation :
Votre hypothèse est la plus indulgente pour les gendarmes. Mais certains ont dû se poser des questions.
Le problème c'est que les gendarmes ne sont pas des enquêteurs comme les policiers

Ils appartiennent à l'Armée, et comme vous le savez l'Armée est surnommée la Grande Muette ; donc les gendarmes peuvent se poser toutes les questions qu'ils veulent, ils ne diront jamais rien, ils obéissent aux ordres.

_________________
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 17:10 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Ce qui rejoint la question d'un chroniqueur (je ne sais plus qui, Derogy ou Colombani peut-être) qui s'étonnait que certaines parties de l'enquête n'ait pas été chargées par commission rogatoire aux services de police. Ce qui était parfaitement correct du point de vue du code de procédure pénale.
La stricte hiérarchie des uns peut provoquer des problèmes et la moins stricte des autres, aussi. Mais en distribuant un peu la charge, on arrive à la vertu de la moyenne et de la compensation.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 18:26 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Citation :
Votre hypothèse est la plus indulgente pour les gendarmes. Mais certains ont dû se poser des questions.
Évidemment que certains se sont posés des questions, il n'y a qu'à se souvenir de ce que l'un des gendarmes déclare face aux caméras de C Hondelatte "... Au début je croyais que c'était un conte de fées...".
Mais il n'y avait pas que lui qui semblerait avoir eu cette première impression...
Voici ce que Jennifer déclare à Mme Laporte le 16 Mai 1991 (coteD 697/24 page 3):
"Il n'y avait que les médecins, pas d'interprète. Je crois que j'ai du parler en anglais et que j'ai peut être essayé d'expliquer ce qui s'était passé en français. J'avais l'impression, ainsi que Carole qu'ils ne nous croyaient pas...".

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 19:56 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 17 janv. 2006 18:10
Messages : 337
Localisation : lardieres 60
Citation :
Citation :
Votre hypothèse est la plus indulgente pour les gendarmes. Mais certains ont dû se poser des questions.
Le problème c'est que les gendarmes ne sont pas des enquêteurs comme les policiers

Ils appartiennent à l'Armée, et comme vous le savez l'Armée est surnommée la Grande Muette ; donc les gendarmes peuvent se poser toutes les questions qu'ils veulent, ils ne diront jamais rien, ils obéissent aux ordres.
Qu'est ce qui fait, que cette enquête, et resté au niveau de la gendarmerie du début a la fin ? TROUVEZ SA NORMAL ? MOIS NON

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. ( Pierre Delanoë)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 20:45 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Citation :
Si depuis le début, il est difficile de comprendre comment un homme seul peut venir à bout de deux jeunes femmes sous la menace d'un couteau dans le coffre, les plus pointilleux ont du grimacer en voyant que les indices matériels disparaissaient de l'hôpital, puis en apprennant, qu'elles avaient un don spécial pour se faire prendre en stop par des véhicules qui ne prennent jamais personne.
Voyant que tous les éléments réunis, malgré leurs extrèmes précisions, ne les conduisaient vers personne, ni dans les fichiers d'agresseurs sexuels connus, ni dans les maisons d'édition, ils se sont peut-être dit: ou tout est faux ou on protège quelqu'un. Surtout en constatant qu'on ne cherchait pas un taxi clairement identifié par son numéro de licence, ni un groupe de militaires, qui ne sort pas de sa base comme dans un moulin.
.......

Bruno, rien n'est normal dans cette affaire à commencer par l'absence des vérifications qui auraient du être faites (énoncés ci dessus par Jacques) au tout début de l'enquête..

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009 20:47 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Techiquement c'est normal. Le juge saisit la gendarmerie car le crime est commis en dehors d'une zone urbaine. Après il leur fait faire tout le travail. Mais même si c'est normal on peut s'étonner qu'il n'y ait aucune (à vérifier) commission rogatoire à des services de police, notamment pour les actes de l'enquête faits à Marseille ou à Lyon, ou les analyses de laboratoire.

Je me suis un peu avancé sur ce coup. Quelqu'un peut-il confirmer pour les commissions rogatoires à la police?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 04 mars 2009 11:30 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Citation :
Voici ce que Jennifer déclare à Mme Laporte le 16 Mai 1991 (coteD 697/24 page 3):
"Il n'y avait que les médecins, pas d'interprète. Je crois que j'ai du parler en anglais et que j'ai peut être essayé d'expliquer ce qui s'était passé en français. J'avais l'impression, ainsi que Carole qu'ils ne nous croyaient pas...".
Il est quand même intrigant de constater qu'avant la mise en cause de Luc Tangorre (découverte de "Coupable à tout prix", dit-on le 24 août 1988), le scepticisme ambiant est présent sur la réalité des viols allégués, tant auprès d'un gendarme (au moins) que, selon Jennifer et Carole, auprès des médecins qui les examinent (d'où, sans doute les termes prudents, voire ambigus, des rapports médicaux). L'affichage de certitudes gratuites apparaît miraculeusement (mais le double viol n'est pas davantage établi pour autant) après la mise en examen de Luc Tangorre... Même l'interprète et la directrice de l'école Alma s'y mettent, se sentent dès lors obligées de voler au secours d'une accusation en vaine de soutien. Et d'affirmer péremptoirement, sans le moindre élément objectif, la réalité de ce prétendu double viol (pourquoi pas demander l'avis de Madame Soleil ou de Madame Irma du temps qu'on y est ?) alors que ni l'une ni l'autre ne savaient préalablement quoi que ce soit sur leurs protégées soudaines (aucune relation avant l'affaire), ni des rapports médicaux, ni de ce qui s'est réellement passé six mois plus tôt.

Après coup, les médecins s'y mettront également, et les psychiatres avec leur nouveau détecteur de mensonge qui mesurerait, on l'apprend sans rire, une pseudo "crédibilité médicale"... Tout ça pour que le viol allégué tienne debout coûte que coûte rétrospectivement, mais toujours sans la moindre preuve objective. Si l'accusation fut contrainte à de telles extrémités, c'est bien que le scénario décrit par les Américaines fleurait bon l'affabulation de prime abord, puis s'ancrait de certitudes après la présomption de culpabilité qui, de toutes parts, s'abat sur Luc Tangorre comme la foudre.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 07 avr. 2009 18:29 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Ce dont on peut être certain aujourd'hui.. C'est que les médecins n'étaient pas si certains de la véracité des propos des filles car dans le cas contraire les rapports médicaux auraient été plus explicitent qu'ils ne le sont...

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 mai 2009 9:11 
Hors ligne

Enregistré le : 07 juil. 2006 14:45
Messages : 104
Localisation : Vitrolles
S'il y avait eu montage ou machination dans cette affaire, le plus simple était de faire dire aux américaines :
il avait une 4L verte et son numéro d'immatriculation était le suivant : xxxx plutôt que de multiplier les détails
concernant cette voiture.
On aurait pas mis 4 ou 5 mois pour retrouver tangorre avec la vague description d'un livre qui n'était pas un best
seller au titre "coulpabilty ???"
Ou alors les manipulateurs ne voulaient pas qu'on aille trop directement à Luc Tangorre .... pourquoi ? avec le risque
en plus qu'on ne l'atrappe jamais pour ces faits ??
Quand à la couleur du slip de tangorre, quand on est en train de se faire violer, c'est peut-être un détail auquel on ne
prête pas trop attention.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 mai 2009 12:32 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Citation :

Quand à la couleur du slip de tangorre, quand on est en train de se faire violer, c'est peut-être un détail auquel on ne
prête pas trop attention.
Exact Joaquin... Mais ici les filles se souviendront par contre de la couleur des chaussettes que portait leur présumé agresseur.... :shock:

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 mai 2009 14:20 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
joaquin œa écrit
"S'il y avait eu montage ou machination dans cette affaire, le plus simple était de faire dire aux américaines :
il avait une 4L verte et son numéro d'immatriculation était le suivant : xxxx plutôt que de multiplier les détails
concernant cette voiture.
On aurait pas mis 4 ou 5 mois pour retrouver tangorre avec la vague description d'un livre qui n'était pas un best
seller au titre "coulpabilty ???"
Ou alors les manipulateurs ne voulaient pas qu'on aille trop directement à Luc Tangorre .... pourquoi ? avec le risque
en plus qu'on ne l'atrappe jamais pour ces faits ?? "


Justement, on constate que le temps passé entre la plainte des américaines et l'arrestation de Tangorre servira pour réfuter tous les alibis de Tangorre (famille, amis, Dell'Andrea...)


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com