Luc Tangorre

Coupable ou innocent à tout prix ?
Nous sommes le 05 déc. 2020 13:01

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 janv. 2009 14:28 
Hors ligne
VIP
Avatar du membre

Enregistré le : 12 oct. 2003 16:55
Messages : 36
Sinon quand on voit dans l'affaire de Luc Tangorre les conséquences de l'opportuniste retournement de veste des vidal-naquet et autres, on se dit à postériori qu'un soutien pareil , on s'en passe.

Ceci n'engage que moi mais je crois qu'il n'y aurait jamais eu de seconde affaire Tangorre si l'autorité judiciaire n'avait pas été humiliée par toutes ces élites de gauche. La justice est rancunière quand on la montre du doigt. Certains de ces anciens défenseurs peuvent trouver l'excuse d'avoir été contraints de retourner leur veste, mais dans ces cas là on ne s'implique pas sans risquer de desservir sa cause - de gré ou de force.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 janv. 2009 14:41 
Hors ligne
VIP
Avatar du membre

Enregistré le : 12 oct. 2003 16:55
Messages : 36
Citation :
Quels sont donc les éléments mystérieux qui l'ont convaincu de la culpabilité de Luc Tangorre ? Et pourquoi n'a-t-il pas quitté ce dossier comme il s'y était engagé dans ce cas ?
On le sent dans la réponse du monde, tout ceci était orchestré d'une main de maître (celui de quelle loge?).
Vidal-Naquet se garde bien de détailler ses éléments de culpabilité qu'il sait discutables, car dans ce cas Luc Tangorre pouvait exiger un droit de réponse. cqfd


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 janv. 2009 23:44 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Ymasse, saches que suis un bourrin en informatique, ne souris pas trop si je t'avoue ne pas savoir quoi faire pour réduire mes scans malgré tes explications (sans doute très claires pour le commun des internautes) mais indéchiffrable pour le néophyte que je suis. Mais bon, je vais quand même tâcher de comprendre, on verra bien...

Que les frères Vidal-Naquet se trompent à un moment ou à un autre, c'est prouvé ! Cela n'autorise pas Pierre, entre autre, à laisser penser à ses lecteurs que Gisèle Tichané est morte suite aux rebondissement de l'affaire et moins encore d'affirmer cette contrevérité selon laquelle Luc Tangorre aurait fait un lapsus en prononçant la phrase "la vérité a GAGNE une bataille, elle n'a pas gagné la guerre". Ce faisant, il calomnie Luc Tangorre en reprenant le mensonge répandu à ce sujet par Florence Aubenas de Libération. Je trouve ce lynchage odieux, indigne de l'historien qu'il était. S'il se conduit ainsi dans le cadre de sa profession, que faut-il retenir de ce qu'il enseignait à l'institut des hautes études sociales ? Les mêmes foutaises ?

En réalité, Luc Tangorre a prononcé la phrase suivante : "la vérité a PERDU une bataille, elle n'a pas PERDU la guerre".

Si tel n'était pas le cas, comme Luc Tangorre dit pouvoir le jurer sur la tête de sa fille sans la moindre chance de se tromper :

1°) Pourquoi donc s'il vous plait Monsieur Vidal-Naquet et Madame Aubenas, les oreilles de Dominique Azéma (pourtant accablante contre Luc Tangorre d'un bout à l'autre de la procédure) entendent-elle "PERDU la bataille" et non "GAGNE la bataille"(Midi Libre du 9 février 1992) ?

2°) Pourquoi donc s'il vous plait Monsieur Vidal-Naquet et Madame Aubenas, Les colonnes du journal le plus hostile à Luc Tangorre durant le procès(Le figaro de M. Rizet de "Faites entrer l'accusé" pour ne pas le nommer) publient-elles "PERDU la bataille" et non pas "GAGNER la Bataille" (Figaro du 9 février 1992) ?

3°) Pourquoi donc s'il vous plait Monsieur Vidal-Naquet et Madame Aubenas, Muriel Heiss (Cinquième chaine) explique-t-elle aux télespectateurs que Luc Tangorre a déclaré "La vérité a PERDU la bataille" (journal télévisé de la nuit du 8 au 9 février 1992) ?

4°) Pourquoi donc s'il vous plait Monsieur Vidal-Naquet et Madame Aubenas, le livre de Marie Laffranque ne fait tout simplement que retranscrire ce que Luc Tangorre a réellement dit ce jour-là ?

NON, décidément NON, le rôle d'un historien digne de ce nom, n'est pas de choisir de boycotter le procès d'un homme dont on incarnait, si fort précédemment, la totale l'innocence ("L'innocence de Luc Tangorre ne fait aucun doute" écrivait-il à tous bouts de champ avant de le vouer aux gémonies sans la moindre raison valable) pour ensuite répandre des rumeurs aux antipodes de ce qui s'est réellement dit lors du procès. Ce n'est pas sérieux comme il n'est pas sérieux non plus "Big little man" de publier dans un des articles du journal "Le monde" que les Américaines seraient agressées un 29 mai, c'est du ", nawak" comme disent nos jeunes (traduire du "n'importe quoi"). Polémiquer ensuite sur les tenants et les aboutissants du procès par colonnes interposées sur "Le monde", en prenant bien soin d'exclure la version du principal intéressé ou celle des présents ("Chronique d'une condamnation annoncée" ou Paul Lefèvre dans l'introduction au livre de Roger Colombani "Les ombres d'un dossier") avec d'autre absents du procès, tout magistrat qu'ils soient, est décidément digne "d'Ubu roi" : ubuesque par excellence !


Modifié en dernier par Diego le 21 avr. 2013 23:27, modifié 1 fois.

Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 août 2010 15:04 
Hors ligne

Enregistré le : 01 juin 2009 17:14
Messages : 101
Citation :
Luc Tangorre a manifestement commis l'erreur d'avoir placé sa confiance entre les mains d'un homme l'ayant d'emblée traité de con et condamné dans son esprit sans autre forme de procès. Luc Tangorre n'a pas été dupe, surtout lorsque François Vidal-Naquet lui a conseillé de faire un examen du cerveau à raisonnance magnétique nucléaire !
Bonjour à tous,

je relis les vieux post du forum.
qu'est ce que c'est que cet examen ? (raisonnance magnétique nucléaire ?) je n'en ai jamais entendu parler.
Est-ce ce qu'on appellerait maintenant un IRM qui n'existait pas à l'époque ou bien une sorte de "détecteur de mensonges" très choyé par les américains mais non recevable devant un tribunal français.
Si quelqu'un peut me renseigner ?....

_________________
je fais un essai car je ne suis pas très doué pour les forums


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 sept. 2010 17:56 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Citation :

je relis les vieux post du forum.
qu'est ce que c'est que cet examen ? (raisonnance magnétique nucléaire ?) je n'en ai jamais entendu parler.
Est-ce ce qu'on appellerait maintenant un IRM qui n'existait pas à l'époque ou bien une sorte de "détecteur de mensonges" très choyé par les américains mais non recevable devant un tribunal français.
Si quelqu'un peut me renseigner ?....
Bonne rentrée à vous Cookie.

C'est bien cela dont il s'agit, d'un I.R.M.

Pour l'anecdote, lorsque l'avocat a proposé cela à Luc Tangorre en novembre 1988, une altercation verbale a éclaté. Luc Tangorre a pratiquement voulu mettre son avocat à la porte du parloir et, s'il n'était pas le frère de celui qu'il considérait à tort comme son ami à l'époque, c'est très probablement ce qu'il aurait fait sans aucun ménagement. Peut-être d'ailleurs le cours des choses aurait-il pu en être inversé, mais nul ne peut vraiment le dire.

Pour Luc Tangorre, et puisqu'il disait simplement la vérité, soit sa parole avait du poids dans l'esprit de son avocat, soit ce dernier devait s'extraire de la défense Dar Dar. La malhonnêteté de Maître François Vidal-Naquet consista à faire croire à son client qu'il le pensait innocent après l'incident consécutif à la proposition d'IRM...

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 04 sept. 2010 13:10 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Bonjour Diego,

Je crains ne pas comprendre, alors j'expose mon doute sous forme de deux hypothèses. Pourriez-vous choisir, modifier ou infirmer l'une ou l'autre des hypothèses exposées, en vous basant sur votre propre vision de cet épisode ?


1.- L'examen par Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) d'un cerveau, destiné à une projection en 3D du fonctionnement de celui-ci, peut être utilisé pour la détection, outre d'anomalies pathologiques de l'organe, de mensonges du sujet examiné.

2.- L'avocat propose cet examen pour pouvoir acquérir une certitude au sujet de la culpabilité éventuelle de l'accusé.

3.- Le refus (ou réticences) de l'accusé entraine l'acquisition de cette certitude dans l'esprit de l'avocat .

4.- L'avocat abandonne ne pouvant défendre un accusé qu'il croit coupable tant que celui-ci continue à nier sa culpabilité.


ou


1.- L'avocat a déjà la certitude de la culpabilité de l'accusé et ne veut que plaider les circonstances atténuantes.

2.- L'avocat propose l'IRM uniquement dans le but de détecter une pathologie et ainsi pouvoir appuyer ces circonstances atténuantes sur le résultat de l'examen.

3.- Le refus (ou réticences) de l'accusé, le désarme puisque sa certitude persiste mais il n'a aucun moyen d'en diminuer les conséquences en dirigeant sa stratégie vers la culpabilité avec circonstances atténuantes.

4.- L'avocat abandonne ne pouvant défendre un accusé qu'il croit coupable tant que celui-ci continue à nier sa culpabilité et ne lui permet pas pas de présenter un moyen de plaider pour les circonstances atténuantes.


Si aucune ne peut correspondre à la vôtre pourriez vous l'exposer, plus ou moins, sous cette forme ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 sept. 2010 9:26 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1258
Bonjour Jacques B,

Je ne peux garantir, dans mes réponses, que l'interprétation que fait Luc Tangorre fait de cet épisode, de ce qu'il en a déduit en 1988, et qui n'a pas varié à ce jour.

Citation :
Bonjour Diego,

Je crains ne pas comprendre, alors j'expose mon doute sous forme de deux hypothèses. Pourriez-vous choisir, modifier ou infirmer l'une ou l'autre des hypothèses exposées, en vous basant sur votre propre vision de cet épisode ?


1.- L'examen par Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) d'un cerveau, destiné à une projection en 3D du fonctionnement de celui-ci, peut être utilisé pour la détection, outre d'anomalies pathologiques de l'organe, de mensonges du sujet examiné. NON.

2.- L'avocat propose cet examen pour pouvoir acquérir une certitude au sujet de la culpabilité éventuelle de l'accusé. OUI dans l'hypothèse d'une pathologie repérable commode pour tous, Luc Tangorre en particulier s'il était coupable en vertu de l'article 64.

3.- Le refus (ou réticences) de l'accusé entraine l'acquisition de cette certitude dans l'esprit de l'avocat . Je ne crois pas.

4.- L'avocat abandonne ne pouvant défendre un accusé qu'il croit coupable tant que celui-ci continue à nier sa culpabilité. Cela n'a jamais été son intention, notamment par le bénéfice substanciel qu'un avocat retire imanquablement, sur un plan professionnel, d'une affaire hautement médiatisée.

ou


1.- L'avocat a déjà la certitude de la culpabilité de l'accusé et ne veut que plaider les circonstances atténuantes. Je le crois et c'est ce qui rend Luc Tangorre furibard, la sensation de ne pas être cru par son propre avocat alors qu'il dit la vérité.

2.- L'avocat propose l'IRM uniquement dans le but de détecter une pathologie et ainsi pouvoir appuyer ces circonstances atténuantes sur le résultat de l'examen. Pas seulement, son raisonnement foireux consiste à dire que si aucune pathologie n'est objectivable d'un point de vue physiologique, il plaidera que Luc Tangorre ne peut être l'auteur d'une série de crimes trop atypique pour s'être perpétrée par un homme dépourvu d'atteintes neurologiques repérables.

3.- Le refus (ou réticences) de l'accusé, le désarme puisque sa certitude persiste mais il n'a aucun moyen d'en diminuer les conséquences en dirigeant sa stratégie vers la culpabilité avec circonstances atténuantes. Je pense que c'est vrai dans une certaine mesure. L'homme semblait plus exatement osciler entre sa présomption de culpabilité ("oh le con" se dit-il sans autre forme de procès en apprenant l'arrestation de Luc Tangorre) et la possibilité d'une manoeuvre dirigée contre Luc Tangorre. Ce qui exprime je crois cette oscillation est peut-être exprimé dans l'émission de Hondelatte lorsque ce dernier lui dit : "vous avez eu l'impression qu'il vous avait trahi" et que l'avocat rétorque d'un air embarassé 22 ans plus tard quelque chose du genre : "c'est un peu ça, mais ce n'est pas tout à fait ça, il continuait à clamer son innocence".

4.- L'avocat abandonne ne pouvant défendre un accusé qu'il croit coupable tant que celui-ci continue à nier sa culpabilité et ne lui permet pas pas de présenter un moyen de plaider pour les circonstances atténuantes. c'est précisément ce que François aurait dû faire conformément à ses engagements publics identiques à ceux contractés auprès de Luc Tangorre lui-même : continuer à se tromper (ou à cultiver cette oscillation sempiternellement) et en tirer les conséquences, plutôt que d'abuser la confiance de son "client" en parlant de "cas parfait du crime impossible" (SIC) après la reconstitution du 19 février 1989.

Si aucune ne peut correspondre à la vôtre pourriez vous l'exposer, plus ou moins, sous cette forme ? Je pense que l'ensemble des hypothèses émises et les réponses apportées font grosso modo le tour de la question.

En fait quel moindre bénéfice pouvait retirer un innocent de cet examen ?

De deux choses l'une :

1°) la première hautement improbable, sinon par une coïncidence extraordinaire dépourvue de signification réelle : L'IRM détecte une anomalie, et cela tend à confirmer l'existence possible d'un problème qui ferait de Luc Tangorre le coupable qu'il n'est pas (Jack pot pour un coupable bénéficiant alors de très larges circonstances atténuantes dans le "pire" des cas, voire de l'article 64 qui aurait arrangé tout le monde dans le "meilleur" des cas).

2°) la seconde courue d'avance : aucun problème n'est détecté et Maître Vidal Naquet plaide sur les bases de son raisonnement imbécile.

A la vérité, cela ne pouvait être perçu par tous que comme suit :

1°) un manque de confiance de la part de l'avocat (aussi réel que déplacé en l'occurrence).

2°) Une pêche aux circonstances atténuantes synonymes d'aveux larvés dont Luc Tangorre ne pouvait ni ne voulait logiquement entendre et qui ne pouvait que le rendre encore un peu plus furaxe, s'il avait besoin de l'être davantage à ce stade de descente aux enfers pontuée d'incompréhensions kafkaïennes récursives.


D'où l'altercation.



_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 sept. 2010 20:02 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Donc j'avais bien compris. C'est un homme de certitude. J'avais aussi compris, à le voir se plaindre du caractère de l'accusé, qu'il n'avait jamais défendu des gens dangereux. Avec des certitudes d'avocat pareilles, des fois, les altercations peuvent tourner au grabuge. Aussi qu'il n'était pas très futé mais suffisamment pour savoir qu'un IRM n'est pas un polygraphe, et que de toutes façons, il aurait du mal en France à trouver un accusé normal dans sa tête qui accepterait. Surtout s'il est innocent. Il vaut mieux pas qu'il s'y risque. Donc, c'est donc ça. Il cherchait une tumeur.

Par contre le "oh le con" je ne trouve pas ça grave. Ce qui est grave, c'est que ça ne lui dure pas que cinq minutes, sinon qu'il le trimballe depuis et le répète. À sa décharge ? C'est un homme de certitude. C'est bien pour cela qu'il raisonne aussi bizarrement. Il ne peut plus comprendre que s'il trouve une anomalie dans le cerveau de l'accusé personne ne va savoir si ce truc est le truc ou autre chose. Si c'était écrit dans un coin : j'en ai violé deux. D'accord. Mais et si en fait il en avait tué quinze ? Et bien il prend pas tant que ça. S'il est innocent, il aurait dû se faire faire un scanner pendant l'enfance pour voir s'il ne pouvait pas effacer l'anomalie avant. Voilà tout.

Alors il est déçu et ça se comprend, Parce qu'au bout du compte, lui, son truc c'est à un autre niveau. Là il se retrouve les mains dans le cambouis, tout est sale et doit le dégoûter pas mal. Par-dessus le marché, il se fait engueuler par le client alors il est pas content. C'est normal, je trouve. En plus il n'a peut-être pas choisi d'être celui qui va au front. Alors c'est un peu raide de se voir rembarrer par un ingrat bien au chaud dans sa cellule. Le problème c'est que n'il ne s'en va pas. Là, je ne suis pas d'accord avec vous, il a abandonné. Ce qui se passe c'est qu'il reste. Un homme droit doit se planter dans sa certitude et résister à la tempête. Il est droit donc il s'enracine dans l'affaire.

Le gros problème en fait, c'est que l'unique certitude qui compte est celle des jurés. Celle-là, il l'avait oublié. Et ce n'est pas fait pour les chiens. C'est justement pour que le jugement serve à quelque chose, la raison de l'invention. Parce que sinon, franchement, on aurait vraiment l'air idiot. Imaginez un instant: le juge à l'avocat - alors il est comment, votre client ? Coupable mais pas tant ça, votre Excellence. Bon d'accord alors, on va délibérer, hop. Ça ferait vraiment des économies.

Tout cela ne fait pas de son client un innocent, bien sûr que non. Mais ça aide beaucoup à en faire un coupable, ce qui est tout de même un peu fort.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 06 sept. 2010 15:41 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Citation :
Je crois que ce qui fait le plus de mal à Luc, c'est cette autre étiquette de " Manipulateur " que certaines personnes veulent absolument lui ajouter sur le dos comme si celle de violeur ne suffisait pas. Comme s'il avait commis un délit en voulons se défendre comme il l'a fait.... Actuellement, Luc a trouvé un boulot de secrétaire mais sa santé morale ne va pas bien, ce qui l'oblige à être en arrêt pour un temps indéterminé. Depuis la venue des journalistes Luc a replongé dans son affaire, je sais qu'il ne se passe pas un jour sans qu'il n'en reparle pas et contrairement à ce qu'il pensait certaines personnes qui n'avaient jamais su qu'il avait été incarcéré, il peut compter sur certains. Tous ont pris connaissance des livres et du dossier et tous ne croient pas à sa culpabilité.Ses copines partent toujours seule avec lui, des enfants d'ages différents lui sont toujours confiés et je sais aussi que cet été Luc et sa compagne seront les parrain et marraine d'un des enfants d'un couple d'amis. Ce geste est une sincère preuve de confiance. Oui, Luc remontera la pente mais il restera marqué à tout jamais..
Je voudrais faire ressurgir ce message et le joindre aux réflexions sur l'opportunité de chatouiller les médias de face. Eux sont maîtres dans l'art de déstabiliser. Il faut avoir les reins très solides pour leur résister quand, pour quelle que soit la raison, ils décident de débiliter quelqu'un.
Avec leurs propres armes, ils sont, presque par définition, intouchables. Mais quand ils commettent des erreurs, on peut les accrocher. Le calque du livre en fut une belle. Ne pas chercher les filles ou les trouver et ne pas divulguer leurs dires, ne pas faire apparaitre clairement l'opinion de Colombani, de Lefebvre, toujours présenter comme référence le même groupe de personnes, etc... Ce sont des erreurs, alors on peut leur dire que ce n'est pas de la colère contre eux en général mais que l'on veut juste rétablir la bonne optique. Pas directement au même journaliste, bien sûr. Á un autre.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com