Luc Tangorre

Coupable ou innocent à tout prix ?
Nous sommes le 24 juil. 2017 4:34

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 13 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : LE BILLET DE 100 FRS
MessagePosté : 15 mai 2010 22:19 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 825
A propos du billet Carole ( cote D9) dira :
"Puis après les faits qu'il a commis sur nous, pour nous permettre de prendre un taxi, [color=red]il nous a donné un billet de 100francs qu'il a sorti d'une pochette remplie de billets.[/color]"

Jennifer (cote D10) declarera ceci :

"Je précise également qu'il m'a remis un billet de 100 francs pour rejoindre NIMES. Je l'ai accepté mais je l'ai laissé à l'hopital."

D'après les pièces du dossier il s'avère qu' aucun enquêteur, aucun medecin ni le personnel de l'hopital pas plus que la patrouille de la gendarmerie de l'autoroute confirment avoir vu ce billet ..

Il s'agissait pourtant d'une piece à conviction très importante puisque les empreintes du présumé agresseur devaient se trouver dessus...

Voici l'extrait de ce post retrouvé " par hasard " :wink: sur internet :

claudevi Sujet du message:

Publié: Mar Mar 11, 2008 8:38 pm

Inscrit le: Lun Mar 10, 2008 11:33 am
Messages: 37

[ …] Pour ce qui est de la recherche des empreintes sur le billet de 100 frs, nous n'avons pas recherché les empreintes car le spécialiste en police technique nous a dit que le résultat serait négatif du fait que ce billet avait été touché par l"une des victimes et avait frotté dans ses poches. [...]

Dans un autre post, cette même personne (voici l'extrait)

Claudevi Posté le: 02 Avr 2008 22:40 Sujet du message: JE REPONDS A JPASC



Inscrit le: 17 Mar 2008
Messages: 135
Excusez moi si j'écris en majuscule. Ce n'est pas pour vous convaincre "soit disant que l'on crie quand on écrit de la sorte". Ce n'est pas mon cas mais quand c'est parti, c'est parti et je considère qu'il est plus important que je m'exprime.
TRES IMPORTANT :
Je reviens sur l'interview qu'a donné le gendarme sur le fait qu'au départ, il se demandait si ce n'était pas des "fugueuses" qui voulaient se justifier.
Je m'interroge à ce sujet car ce qu'il a dit lors de l'émission est-ce réellement ce qu'il ressentait le 23 Mai 1988. Je n'y adhèrerais pas car cet enquêteur a été le directeur d'enquête de la procédure de crime flagrant et donc c'est lui qui a rejoint les gendarmes du peloton autoroute de Grand Gallargues le soir des faits. S'il imaginait effectivement cette éventualité ce jour là, il aurait été de son devoir comme vous le faites remarquer de bien cerner les faits et donc d'aller enquêter sur place à Marseille pour recouper les dires des victimes et rechercher le bus, le taxi etc. Le Mardi 24/05/1988 au matin, lorsque j'ai repris mon service, il ne m'a pas parlé de ce sentiment car si cela avait été le cas, j'aurais réagi. Dommage qu'il ne soit pas sur ce forum ou peut être ne veut-il pas intervenir... A chacun ses responsabilités et malgré tout le ressentiment que je perçois à travers les écrits de certains, je prends mes responsabilité et je veux vous apporter des lumières car je n'ai rien à cacher sur une quelconque affaire que ce soit mais comme certains, j'ai la mémoire qui me fait défaut car cette affaire n'a jamais été "mon cheval de bataille" comme c'est le cas pour pas mal d'entre vous.

Le gendarme Derbecq n'évoquera que les certicats médicaux et les sous vêtements qu'il fut chargé d'aller récupérer ( voir coupable à tout prix page 174) le 24 Mai au matin, il ne parlera pas du billet de 100 francs, pourtant c'est lui qui intervient au SAMU apres avoir été alerté par le gendarme Coin. M. Derbecq amène les 2 jeunes filles à l'hopital Carremeau afin qu'elles soit examinées.

Maitre FIGUEROA interrogera le gendarme Cruciani ( voir coupable à tout prix page 180). Sa question concerne le billet de 100 francs

Me Figueroa : Lors de l'interrogatoire des deux jeunes filles, elles ont parlé d'un billet de 100 F. Avez- vous vu ce billet ?

gendarme Cruciani : Non, Carole Ackerman a dit que l'agresseur lui avait donné ce billet. Je ne sais pas ce qu'il est devenu. Et j'ai pas interrogé Jennifer Mas Cluney.

Me Figueroa: Pourtant vous avez signé les deux interrogatoires.

Quand au gendarme Derbecq qui à interrogé jennifer ne sera pas rappeler à la barre ...

Donc ma question est simple.

Alors pourquoi contacter un spécialiste en police technique alors que la pièce à conviction à été laissée à l'hopital par Jennifer et que le gendarme chargé de saisir cette pièce n'a pu la récupérer parce qu'elle a disparu comme les sous vêtements que portaient les filles?

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 mai 2010 23:02 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 825
Dans mon précedent post je fais référence au livre " Coupable à tout prix " alors que les extraits que je cite sont tirés du livre " CHRONIQUE D'UNE CONDAMNATION ANNONCEE" :(

Je rectitifie mon erreur en espérant que personne ne m'en tiendra rigueur. Merci :?

PS : les numéros de pages sont justes. :wink:

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu



www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 16 mai 2010 13:02 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Diego a écrit :
6°) Alain Dijaux ment et trompe les victimes (craie) comme il trompe les téléspectateurs à maintes reprises :

Couteau soi-disant découvert sur le reposoir de la 2CV. Ce n’est pourtant pas ce que disent de concert Luc Tangorre et le collègue d’Alain Dijaux, Robert Chanraud.

«Quand vous avez la tête d'une personne à dix centimètres de la vôtre, vous êtes pas
près de l'oublier»
.etc. Ce n’est pas dans le dossier, c’est affirmé tardivement, c’est donc de l’esbroufe…

Parka soi-disant découverte à la Corniche. Le procès de perquisition explique qu’aucun objet utile à l’enquête n’est découvert au domicile de Luc Tangorre à la Corniche (D31).

Soi-disant utilisation d’un couteau par le violeur des quartiers Sud.

« Que c’était pour se défendre » (7.45) (Le dossier dit dément le mensonge d’une telle justification par Luc Tangorre).

« Dès qu’elles l’ont vu elles ont dit oui c’est lui » (9.12) . C’est ce prétend l’inspecteur Alain Dijaux pour toute synthèse de ce que déclarent les victimes dans leur ensemble. Le dossier est moins simpliste mais ce policier choisit délibérément d’entraîner les téléspectateurs et les journalistes aussi loin des réalités du dossier qu’il le peut.

« Les victimes, presque toutes, ont dit j’ai entendu un bruit de 2CV » (5.30) . Une seule victime en réalité, avant l’arrestation de Luc Tangorre, déclare : « il m’a semblé entendre le bruit d’une 2CV».

Quand à son collègue, le policier Robert Chanraud, qui procède à l’interpellation de Luc Tangorre, il invente quant à lui une « brosse à cheveux pour peigner des cheveux longs » et un slip de femme ancien » (D108) qui traînerait dans la 2CV de Luc Tangorre, contrairement à ce qu’il faut comprendre du procès verbal de perquisition de cette voiture (D33)…

Etc. etc. etc.

Il serait quand même souhaitable que certains membres de notre police ne se livrent plus systématiquement à de tels débits effrénés de bobards caractérisés. Ceci afin de plaquer leurs convictions personnelles (Qui bono ? Luc Tangorre innocent, l’étoffe des héros se transforme en oripeaux de Cendrillon) sur les faits par le truchement d’inventions parfois saugrenues, voire « tartaresques » dirait-on du côté de « Tarascon, con ».


Il faut se rendre à cette évidence toute simple mise en exergue par l’affaire Brenton Butler : lorsque les affaires ne tiennent uniquement que par la seule conviction des enquêteurs, et s’avèrent de ce fait bancales en l’absence de preuves, ces derniers n’hésitent pas à mentir pour soutenir leurs convictions... Le Dieu des enquêteurs se chargera ultérieurement d’entériner leur absolution…

_________________
Qui bono ?


Modifié en dernier par Diego le 24 oct. 2015 16:45, modifié 1 fois.

Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 16 mai 2010 13:07 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Et l'on réécrira l'histoire à la craie...

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: LE BILLET DE 100 FRS
MessagePosté : 16 mai 2010 23:38 
Hors ligne

Enregistré le : 31 mai 2009 1:04
Messages : 99
Chantal V. a écrit :
A propos du billet Carole ( cote D9) dira :
"[color=red]

Donc ma question est simple.

Alors pourquoi contacter un spécialiste en police technique alors que la pièce à conviction à été laissée à l'hopital par Jennifer et que le gendarme chargé de saisir cette pièce n'a pu la récupérer parce qu'elle a disparu comme les sous vêtements que portaient les filles?


Bonsoir Chantal,

Dans son message de mars 2008 Claude Levi parle de police technique, mais c'est peut-être à tort. Il ne se souvient sans doute plus très bien de tous les détails de l'enquête. Peut-être ne se rappelle-t-il plus que le "billet" avait disparu?
Par ailleurs, les gendarmes avaient noté dans une synthèse datée du 25 octobre 1988 (cote D185) que d'après Florence Gallet qui vivait avec Luc Tangorre depuis le 29 juin 1988 la banquette arrière n'était pas correctement arrimée et que la jauge d'essence fonctionnait parfaitement, mais visiblement ces "détails" ne les perturbent pas plus que cela puisqu'ils concluent à la culpabilité de Luc Tangorre en fin de rapport. Comme quoi, ils sont capables au bout de quelque pages d'oublier ce qui aurait pu leur donner à réfléchir. De plus, rien ne les étonne: que Luc Tangorre ait conservé tout ce qui l'accuse: les 2 bidons d'huile sont encore dans le coffre, le polo Lacoste jaune, les tennis, le pantalon, les livres, la serviette sont encore chez lui.

Dans un tout autre ordre d'idée, le juge Lernould (cote D296) lors du 2ème interrogatoire dit s'adressant à Luc Tangorre: "Nous vous donnons lecture de la déposition du docteur NEVEU Sylvie qui a reçu en consultation les plaignantes dans la nuit du 23 au 24 mai 1988. Ce témoin déclare se souvenir que ces deux jeunes filles étaient souillées d'huile brunâtre au niveau du sexe et de l'anus. Le témoin précise que l'examen était relativement difficile car les jeunes filles étaient profondément choquées. Contestez-vous encore la simple réalité des viols?" Le juge Lernould serait bien en peine de trouver en terme de trace de viols autre chose que de l'huile et des larmes; car de lésion il n'y en a pas et de spermes si peu et en si mauvais état. Pourtant cela semble lui suffire pour conclure au viol, ce que même les rapports médicaux n'osent pas.

Au final tout cela ne vole pas très haut. Alors la réaction de C Vinals qui ne sait plus très bien de quoi il parle ne me surprend guère. Ce qu'on peut noter tout de même c'est que bien que ne se rappelant pas de la perte du billet de 100 francs il trouve une justification au fait que les traces n'aient pas été analysées. Comme quoi quand on cherche à retomber sur ses pattes on y arrive toujours.

Bonne soirée Chantal.

_________________
« C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin ...
Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. »
Henri Calet


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 mai 2010 14:13 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Socrate a écrit :
Comme quoi quand on cherche à retomber sur ses pattes on y arrive toujours.



Se tromper de bonne foi, mentir délibérément, retomber sur ses pattes, invoquer le Dieu des enquêteurs...

Peu importe ce qui explique cette foultitude de mensonges : ce qui compte, c'est d'arriver à dire tout et n'importe quoi aux médias, lesquels ont gobé tout cru ce qui leur était rapporté, et se sont naturellement appliqués à répercuter le résultat de ces extrapolations (sans craindre de les amplifier au passage en ce qui concerne "Faites entrer l'accusé"), notamment auprès de l'opinion publique, laquelle à son tour, par ricochet, ne pouvait logiquement y voir que du feu dans la foulée.

Je rappelle que Claude Vinals soutenait au départ, avant de nous savoir bien informés, que la 4L de Madame Calvet était parfois garée sur un parking devant le domicile des parents Tangorre et qu'elle pouvait de ce fait être confondu avec celle de Luc Tangorre.

Au procès, les jurés (rappelons une fois de plus qu'ils n'avaient pas accès au dossier) ont également entendu et cru devant la cour d'assises ce qui leur était martelé puisque aussi bien l'arrêt de renvoi que les policiers certifiaient le faux.

Idem pour la banquette et tous les autres éléments du dossier favorables à l'accusé... les quatre tentatives de reconstitution du parcours en particulier...

Les avocats qui naturellement contestaient ces affabulations ? Des menteurs au service d'une injuste cause, décidés à faire acquitter un "fieffé violeur"... Mais le dossier justement et précisément, que dit-il ?

L'un des titres préférés de la meute : "Tangorre, profession ? Innocent !"

Le piège s'est effectivement refermé sur Luc Tangorre par ce raisonnement simpliste auquel s'est hélas rallié Pierre Vidal-Naquet. Peut-être, sans doute, parce que cette position s'avérait la moins risquée de toutes, la moins susceptible d'entacher sa crédibilité. Face au choix cornélien qu'un vrai Zola, lui, n'aurait certainement appréhendé comme le pari de Pascal, Pierre Vidal-Naquet n'aura pas hésité à trancher dans le vif aux bénéfices exclusifs de ses intérêts carriéristes et eux seuls... Sauf que, ce faisant au risque de trahir inopinément une cause, encore et toujours juste jusqu'à preuve du contraire, la caravane ne pouvait plus se permettre, cette fois, de passer comme si de rien n'était, puisque signal était donné par « le guide », à tous, de mettre genoux à terre, et de ne plus faire fi des aboiements, de faire allégeance aux décisions ici réaffirmées, péremptoirement et sur le ton de reproches vindicatifs, par le pouvoir judiciaire.

Si Luc Tangorre est innocent (comme j'en suis convaincu et plus), la vérité aura effectivement perdu la guerre, faute d'un général à la hauteur des événements, seul capable de déposer les armes aux pieds de ses ennemis sur la seule base d'un leurre, en l'absence de toute preuve objective du bienfondé de la reddition.

Fallait-il en l'occurrence « se soumettre ou se démettre » ? Au risque de paraître trivial, je crois plutôt qu'il s'est agit pour Monsieur Pierre Vidal-Naquet, historien de renom, de se soumettre et de se faire mettre : « Trompettes, de la renommée, vous êtes bien mal embouchées » !

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: LE BILLET DE 100 FRS
MessagePosté : 21 mai 2010 0:01 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 825
Socrate a écrit :
Bonsoir Chantal,

Citation :
Dans son message de mars 2008 Claude Levi parle de police technique, mais c'est peut-être à tort. Il ne se souvient sans doute plus très bien de tous les détails de l'enquête. Peut-être ne se rappelle-t-il plus que le "billet" avait disparu?


Bonsoir Socrate,
Bien sur, on ne peut se souvenir de tous les détails d'une enquête. On peut effectivement ne plus se rappeller que le billet à disparu .. surtout lorsque les faits sont anciens. Mais, là les faits avaient eu lieu la veille ..



Citation :
Par ailleurs, les gendarmes avaient noté dans une synthèse datée du 25 octobre 1988 (cote D185) que d'après Florence Gallet qui vivait avec Luc Tangorre depuis le 29 juin 1988 la banquette arrière n'était pas correctement arrimée et que la jauge d'essence fonctionnait parfaitement, mais visiblement ces "détails" ne les perturbent pas plus que cela puisqu'ils concluent à la culpabilité de Luc Tangorre en fin de rapport.


Hélas, il n'y a pas eu que le témoignage de Florence Gallet qui atteste de l'instabilité de cette banquette. D'autres personnes diront la même chose. Mais en cours d'assises l'accusation dira " Moi, je vous que cette banquette était fixe !! "
Cette personne , qui n'a probablement pas posé son popotin sur cette fameuse banquette l'a dit donc .. A quoi bon déplacer la cour jusqu'au lieu où été cette voiture afin de constater si ce que Florence Gallet et les autres témoins disaient été vrai. La défense en avait pourtant fait la demande.


Citation :
Comme quoi, ils sont capables au bout de quelque pages d'oublier ce qui aurait pu leur donner à réfléchir. De plus, rien ne les étonne: que Luc Tangorre ait conservé tout ce qui l'accuse: les 2 bidons d'huile sont encore dans le coffre, le polo Lacoste jaune, les tennis, le pantalon, les livres, la serviette sont encore chez lui.


N'oublions pas que Jennifer et Carole ne parleront jamais de deux bidons d'huile. Il a toujours été question que d'un seul bidon. Jennifer précisera même (à Crouch, je crois), qu'il s'agissait d' un bidon en métal. Lorsqu'on lui présente les deux bidons saisi dans la 4L, elle en reconnaitra un mais personne ne fera attention que celui ci est en plastique.

Dans un tout autre ordre d'idée, le juge Lernould (cote D296) lors du 2ème interrogatoire dit s'adressant à Luc Tangorre: "Nous vous donnons lecture de la déposition du docteur NEVEU Sylvie qui a reçu en consultation les plaignantes dans la nuit du 23 au 24 mai 1988. Ce témoin déclare se souvenir que ces deux jeunes filles étaient souillées d'huile brunâtre au niveau du sexe et de l'anus. Le témoin précise que l'examen était relativement difficile car les jeunes filles étaient profondément choquées. Contestez-vous encore la simple réalité des viols?" Le juge Lernould serait bien en peine de trouver en terme de trace de viols autre chose que de l'huile et des larmes; car de lésion il n'y en a pas et de spermes si peu et en si mauvais état. Pourtant cela semble lui suffire pour conclure au viol, ce que même les rapports médicaux n'osent pas.

Que dit l'expertise médicale des deux filles (documents signés le 24 Mai 1988 par le docteur Neveu) . Je les ai sous les yeux :

Carole Ackerman Cote D6 :
[..]Il n'existe pas de lésion anale mais présence d'un enduit graisseux semble-t-il de l'huile qui aurait été utilisé par l'homme pour tenter d'avoir des rapports anaux.

Jennifer M Cluney Cote D7
[..]cet homme aurait utilisé de l'huile pour le rapport anal.

Pour Carole le docteur note " un enduit graisseux", elle n'affirme pas qu'il s'agit d'huile de voiture ni d'huile brunâtre. A ce propos elle écrit " semble t il de l'huile qui aurait été utilisé par l'homme pour tenter d'avoir des rapports rectaux "

Quant à Jennifer, ce même medecin ne constate pas la présence d'un enduit graisseux. Elle se contente de noter " cet homme aurait utilisé ...

Et oui, d'après les dires.. ces filles ont été dans un premier temps " violées par sodomie uniquement", bien que.. leurs vêtements étaient en ordre lorsqu'elles ont été rejointes par la patrouille de l'autoroute après avoir couru à travers champ pour rejoindre une borne téléphonique. Sans parler des coups que l'agresseur leur a donné et qui n'ont pas laissé la moindre trace au moins sur l'une des deux ...

M. Lernould s'est il demandé si ces filles disaient la vérité, a t il cherché à savoir pourquoi, elle avaient déclaré avoir été seulement sodomisées puis donné une autre version sitôt les résultats des expertises connus ?

A t il fouillé dans la vie de ces deux américaines comme il l'a fait en se focalisant par exemple sur le passé de M del' Andrea ?.



Citation :
Au final tout cela ne vole pas très haut. Alors la réaction de C Vinals qui ne sait plus très bien de quoi il parle ne me surprend guère. Ce qu'on peut noter tout de même c'est que bien que ne se rappelant pas de la perte du billet de 100 francs il trouve une justification au fait que les traces n'aient pas été analysées. Comme quoi quand on cherche à retomber sur ses pattes on y arrive toujours.

Bonne soirée Chantal.


Il faudrait donc éviter de parler des ces petits détails que l'on a oublié ..

Bonne soirée à toi Socrate !

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu



www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 21 mai 2010 0:30 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 825
Citation :
Se tromper de bonne foi, mentir délibérément, retomber sur ses pattes, invoquer le Dieu des enquêteurs...

Peu importe ce qui explique cette foultitude de mensonges : ce qui compte, c'est d'arriver à dire tout et n'importe quoi aux médias, lesquels ont gobé tout cru ce qui leur était rapporté, et se sont naturellement appliqués à répercuter le résultat de ces extrapolations (sans craindre de les amplifier au passage en ce qui concerne "Faites entrer l'accusé"), notamment auprès de l'opinion publique, laquelle à son tour, par ricochet, ne pouvait logiquement y voir que du feu dans la foulée.


Une personne qui se trompe de bonne foi reviendra sur ces propos, l'erreur est humaine.
Une personne qui ment délibérement retombera sur ces pattes jusqu'à ce qu' elle rate son coup.
Une personne qui invoque à outrance le Dieu des enquêteurs devrait surveiller son appendice nasal au cas où ...
Certains médias ne sont pas génés d'ajouter une couche de mensonges, il suffit de relire certains articles pour en faire le triste constat.


Citation :
Si Luc Tangorre est innocent (comme j'en suis convaincu et plus), la vérité aura effectivement perdu la guerre, faute d'un général à la hauteur des événements, seul capable de déposer les armes aux pieds de ses ennemis sur la seule base d'un leurre, en l'absence de toute preuve objective du bienfondé de la reddition.


Je suis aussi convaincue de l'innocence de Luc Tangorre mais je ne dirais pas que la vérité a perdu la guerre et pour cause
nous sommes là à discuter de son affaire.

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu



www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message : Re: LE BILLET DE 100 FRS
MessagePosté : 13 juin 2010 23:08 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 825
Socrate a écrit :
Bonsoir Chantal,

Dans son message de mars 2008 Claude Levi parle de police technique, mais c'est peut-être à tort. Il ne se souvient sans doute plus très bien de tous les détails de l'enquête. Peut-être ne se rappelle-t-il plus que le "billet" avait disparu?


Pour l'avoir oublié ... Il a oublié :( . Mais ce brave M. Vinals se souvient tout de même que ce billet je cite " a été laissé à la disposition de l'une des victimes"

http://forum.excessif.com/viewtopic.php ... &start=250

claudevi Sujet du message:
Publié: Mer Mar 12, 2008 3:27 pm


Bonjour titaak
Merci pour votre courrier très sympathique. Si j'ai bonne souvenance, le billet de 100 frs n'a pas été saisi car sur le plan de la police technique, il ne pouvait être exploitable, il a été laissé à la disposition de l'une des victimes.
A bientôt.
Cordialement
Claude.

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu



www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 14 juin 2010 1:28 
Hors ligne

Enregistré le : 31 mai 2009 1:04
Messages : 99
Bonsoir Chantal,

J'ai cru comprendre que l'agresseur n'avait pas fait que toucher un billet de 100 francs avec ses mains pleines d'huile de moteur. Il a aussi fouillé le sac à main de Jennifer et tripotté ses papiers pour voir son adresse. Sais-tu si les gendarmes ont regardé s'il y avait des traces de ce côté là aussi?
D'avance merci de ta réponse.
Bonne soirée.

_________________
« C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin ...

Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. »

Henri Calet


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 14 juin 2010 16:35 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 825
Socrate a écrit :
Bonsoir Chantal,

J'ai cru comprendre que l'agresseur n'avait pas fait que toucher un billet de 100 francs avec ses mains pleines d'huile de moteur. Il a aussi fouillé le sac à main de Jennifer et tripotté ses papiers pour voir son adresse. Sais-tu si les gendarmes ont regardé s'il y avait des traces de ce côté là aussi?
D'avance merci de ta réponse.
Bonne soirée.


Bonjour Socrate,

Tu as très bien compris .. C'est l'agresseur qui a sorti le billet de 100 francs, il devait certainement avoir les mains pleines d'huile puisque c'est après les faits qu'il sort ces 100 francs d'une sacoche pour les remettre à Jennifer (cotes D9 et D10) .

Il n'y a rien dans le dossier qui démontre qu'il y a eu le moindre prélévement d'empreintes ou autres sur le sac de Jennifer ni sur ses papiers, pas plus que sur les vêtements que les filles portaient ce jour là !

La seule chose que nous pouvons lire via le dossier, dans le rapport d'un gendarme est que les vêtements que portaient ces jeunes filles " étaient en ordre " .

J'espère avoir répondu à ta question .

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu



www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 juin 2010 0:35 
Hors ligne

Enregistré le : 29 mai 2009 20:48
Messages : 20
Bonsoir Chantal et bonsoir Socrate,
Et les vêtements de Luc, les a-t-on analysé ? Parce qu'un pantalon blanc et un polo jaune c'est tout de même assez salissant.
Aucune trace d'huile de moteur ? Pas même une petite auréole ?
Et dans la voiture ?

C'est un viol à la fois sale et propre.
A priori mal engagé : coups, huile de moteur et sodomies.
Et un résultat final éblouissant : aucune trace, aucune lésion et une virginité intacte !

Bravo ! Très impressionnant !
C'est du beau boulot.
Net et sans bavure... si je puis m'exprimer ainsi.

_________________
Les lois sont toujours utiles à ceux qui possèdent et nuisibles à ceux qui n’ont rien. Jean-Jacques Rousseau


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 juin 2010 12:00 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 825
kriwal a écrit :
Citation :
Bonsoir Chantal et bonsoir Socrate,
Et les vêtements de Luc, les a-t-on analysé ? Parce qu'un pantalon blanc et un polo jaune c'est tout de même assez salissant.
Aucune trace d'huile de moteur ? Pas même une petite auréole ?
Et dans la voiture ?


Bonjour Kriwal,

Oui Kriwal, tous les vêtements et chaussures saisis ont été analysés. Les rapports se trouvent dans le dossier cotes D611 et D612

La voiture à également été analysée.

Je vous donne les conclusions mentionnées par le professeur Doutremepuich.

1) Aucune trace de sang ou de sperme n'a été retouvée sur l'ensemnbie des scellés de la mission du 8 novembre 1988

L'étude des taches suspectes retrouvées sur les scellés numéros 22,28,31et 34 démontre la présence de lipide. Les analyses éffectues sur ces taches et les résultats sont décrites dans le rapport concernant la mission du 20 décembre 1988.

2) La recherche des lipides a été positive sur 7 taches correspondant aux scellés référencés ci-après. Ces taches ont été affectées d'u numero de laboratoire.

A vue de ces résultats, les taches étudiées et précedemment décrites semblent toutes appartenir au même type lipide.



Citation :
C'est un viol à la fois sale et propre.
A priori mal engagé : coups, huile de moteur et sodomies.
Et un résultat final éblouissant : aucune trace, aucune lésion et une virginité intacte !Bravo ! Très impressionnant !
C'est du beau boulot.
Net et sans bavure... si je puis m'exprimer ainsi.


Vous pouvez vous exprimer ainsi ..

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu



www.presume-coupable.com


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 13 messages ] 

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com