Luc Tangorre

Coupable ou innocent à tout prix ?
Nous sommes le 24 nov. 2017 11:29

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 11 juin 2008 1:53 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 09 janv. 2004 21:17
Messages : 3
C'est le genre de filles (à supposer qu'elles aient menti evidemment) qu'on n'achète pour pas cher. Un etit écart de conduite suffit à faire baisser les prix. Et je suis sûr que certain ministre de l'intérieur qui renvoie en Algérie les assassins d'avocat sait parfaitement y faire.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 11 juin 2008 14:57 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
En imaginant que ce soit le cas...
Ceci explique peut être le fait que les propos de Luc en aient été à ce point déformés..


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 24 juin 2008 22:34 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 12 juin 2008 0:09
Messages : 72
Localisation : Nord-Pas de Calais
Excuse-moi, Gihel, mais le mnistre de l'Intérieur au moment des "faits", le 24 mai 1988, était Pierre Joxe (du 10 mai 1988 au 29 janvier 1991). On peut critiquer la politique qu'il a menée à l'époque, mais je ne pense sincèrement pas que c'était un homme de "coups tordus". Le ministre auquel tu penses, d'après l'allusion que tu fais aux "assassins d'un avocat algérien" est un certain Ch... P..., du pastis et des Hautes-Seines réunis..., effectivement en poste du 20 mars 1986 au 12 mai 1988).


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 24 janv. 2009 10:15 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Ce genre d'opération se fomente, un petit "cadeau d'adieu" , différé de 11 jours seulement, ne peut être définitivement exclu si l'on retient la piste avancée par Gihel.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 juin 2009 23:57 
Hors ligne

Enregistré le : 18 juin 2009 23:20
Messages : 5
Localisation : paris
C'est lamentable de faire passer les victimes pour des coupables......
Elles ont enduré une épreuve que peu connaissent, et c'est bien tristre
d'avoir cetta attitude.

_________________
Des fois, on se demande?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 juin 2009 0:06 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Raoul à écrit:
C'est lamentable de faire passer les victimes pour des coupables......
Elles ont enduré une épreuve que peu connaissent, et c'est bien tristre
d'avoir cetta attitude.
Chantal répond:
Parce que j'ai enduré ....Je dis qu'il est lamentable d'accuser un innocent!

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu

www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 juil. 2009 15:55 
Hors ligne

Enregistré le : 29 mai 2009 20:48
Messages : 20
raoul a dit : "C'est lamentable de faire passer les victimes pour des coupables... Elles ont enduré une épreuve que peu connaissent, et c'est bien tristre d'avoir cette attitude."

C'est bien là tout le problème Raoul et toute la complexité de cette affaire : j'aimerais bien savoir quelle épreuve elles ont réellement enduré.
Pendant le procès, les avocats de Luc et Luc lui-même ont reconnu qu'elles avaient subi un viol.
En ce qui me concerne je me pose encore des questions.
Quand elles décrivent à la perfection les détails de sa voiture, des lieux du "soit-disant" crime mais qu'elles soient si évasives sur le viol en lui-même me paraît plus que suspect.
Qu'elles ne savent plus vraiment laquelle a été violée la première me paraît carrément aberrant.
Incroyable.
Et, du coup, je n'y crois pas.
Il serait intéressant de lire d'autres témoignages de femmes ayant subi un viol car j'ai l'intime conviction qu'elles sont marquées à vie de justement ce qu'elles ont subi et des moindres détails de cela plutôt que sur les à côtés.
De plus, je suis toujours dubitatif sur le fait qu'elles aient subi un viol même d'une autre personne que Luc.
Après les examuns gynécologiques il est noté :
"il n'y a pas de lésion traumatique ni au niveau vulvaire ni au niveau rectal" et "on ne note pas de lésion, d'ecchymose, ni d'hématome au niveau corporel, aucune déchirure du périnée...".
Je trouve qu'il y a un fossé entre ce qu'elles disent avoir subi "Gifles, tirage de cheveux, coups de pied, sodomie à plusieurs reprises, etc...", une telle violence, une telle sauvagerie et ces résultats gynécologiques.
Enfin, d'après ce que je comprends et en résumant, on trouve du "vieux" sperme.
Est-ce vraiment du sperme résutant d'un viol ?

_________________
Les lois sont toujours utiles à ceux qui possèdent et nuisibles à ceux qui n’ont rien. Jean-Jacques Rousseau


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 juil. 2009 20:47 
Hors ligne

Enregistré le : 31 mai 2009 1:04
Messages : 99
kriwal a écrit :
raoul a dit : "C'est lamentable de faire passer les victimes pour des coupables... Elles ont enduré une épreuve que peu connaissent, et c'est bien tristre d'avoir cette attitude."

C'est bien là tout le problème Raoul et toute la complexité de cette affaire : j'aimerais bien savoir quelle épreuve elles ont réellement enduré.
Pendant le procès, les avocats de Luc et Luc lui-même ont reconnu qu'elles avaient subi un viol.
En ce qui me concerne je me pose encore des questions.
Quand elles décrivent à la perfection les détails de sa voiture, des lieux du "soit-disant" crime mais qu'elles soient si évasives sur le viol en lui-même me paraît plus que suspect.
Qu'elles ne savent plus vraiment laquelle a été violée la première me paraît carrément aberrant.
Incroyable.
Et, du coup, je n'y crois pas.
Il serait intéressant de lire d'autres témoignages de femmes ayant subi un viol car j'ai l'intime conviction qu'elles sont marquées à vie de justement ce qu'elles ont subi et des moindres détails de cela plutôt que sur les à côtés.
De plus, je suis toujours dubitatif sur le fait qu'elles aient subi un viol même d'une autre personne que Luc.
Après les examuns gynécologiques il est noté :
"il n'y a pas de lésion traumatique ni au niveau vulvaire ni au niveau rectal" et "on ne note pas de lésion, d'ecchymose, ni d'hématome au niveau corporel, aucune déchirure du périnée...".
Je trouve qu'il y a un fossé entre ce qu'elles disent avoir subi "Gifles, tirage de cheveux, coups de pied, sodomie à plusieurs reprises, etc...", une telle violence, une telle sauvagerie et ces résultats gynécologiques.
Enfin, d'après ce que je comprends et en résumant, on trouve du "vieux" sperme.
Est-ce vraiment du sperme résutant d'un viol ?


Bonjour Kriwal,

J'ajouterai que Jennifer était enceinte au moment du procès soit 33 mois après les faits et que Carole avait perdu sa virginité un an et demi après le "viol".

C'est également un viol avec très peu de spermatozoides et anciens (plus de 48 heures) rappelons-le (cf: rapport médical fait 6 heures après les "faits"), alors que son auteur aurait joui selon le témoignage de Carole. Voici un violeur, qui jouit sans éjaculer et laisse une des filles vierges. Je ne parle pas non plus des témoignages contradictoires par rapport à l'endroit des différentes pénétrations.
Par contre effectivement, elle notent le nombre de vignettes, la couverture du livre, l'état de la jauge... pas moins de 21 détails. Rien que du classique effectivement qui correspond au traumatisme enduré.

Les témoignages de personnes réellement violées (de nombreux témoignages ont eu lieu à la radio) font état de traumatismes sur une durée beaucoup plus longue. J'ai le souvenir d'une femme qui a mis dix ans pour supporter les attouchements de son propre conjoint, les choses étant rentrées dans l'ordre avec le travail d'un psychologue (un vrai).

_________________
« C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin ...
Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. »
Henri Calet


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 sept. 2009 0:15 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Socrate a écrit :
[....]Les témoignages de personnes réellement violées (de nombreux témoignages ont eu lieu à la radio) font état de traumatismes sur une durée beaucoup plus longue.[..]


Bonsoir Socrate,
Il est d'ailleur troublant qu'aucune des victimes (les deux affaires confondues) ne soient venues apporter leur témoignage comme on le voit régulièrement dans d'autres affaires de viols impliquant un récidiviste..

_________________
"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice ." Montesquieu



www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message : Re: SI ELLES ONT JOUE LE ROLE
MessagePosté : 11 févr. 2010 16:32 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Claudevi a écrit :
QU'UNE MAJORITE DE CE FORUM LEUR ATTRIBUENT, ELLES ONT SUREMENT CHANGE DE NOM ET VIVENT DES PACTOLES RECOLTES....DANS UNE ILE DE REVE...


C'est tout de même incroyable de lire ça de la plume d'un enquêteur. Savez-vous, au moins, réellement qui étaient-elles? Savez-vous réellement pourquoi avez-vous été envoyé à Arlington et non pas ailleurs?

La question intéressante n'est pas ce qu'elles sont devenues puisqu'elles ont continué leur vie sans encombre et sont devenues ce que l'on attendait plus ou moins d'elles dans leurs familles. La question est: auraient-elles pu continuer cette vie réglée et prévue s'il s'avérait qu' elles avaient menti ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 févr. 2010 8:51 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Voici 18 ans, la prophétie de Claire-Lise Foiret en date du 9 février 1992 (le lendemain du verdict) s'est hélas avérée exacte.


Elle écrivait (réf. page 277 et 278 de "Chronique d'une condamnation annoncée ») :



Jennifer va bientôt voir naître d’elle un bel enfant, et sans doute Carole un jour fondera une famille ; à travers ces années où, jeunes femmes, vous verrez s’épanouir la vie autour de vous, rappelez-vous toujours qu’à la suite de vos récits, sans preuves formelles et incontestables d’un viol, 12 personnes ont enterré vivant un homme qui aurait pu être votre ami, comme il est et sera toujours le mien, innocent des actes abominables dont vous l’accusez je ne sais pas pour quelles raisons.


Claire-Lise Foiret

Dimanche, le 9 Février 1992



Sa lettre ouverte disait ceci :


Moi aussi j’étais au procès de Luc Tangorre, tout près, derrière vous, et je voudrais vous poser la question qui m’a été posée par le Président de la Cour d’assises, une fois ma déposition terminée :

Comment est-ce possible ? Comment accorder vos déclarations et les miennes ?

Expliquez-le moi ! Les avocats de mon ami l’ont alors demandé haut et fort. Mais à ce moment-là, vous étiez absentes, la loi vous autorisant à ne pas assister à la défense de cet homme dont vous n’avez pas pu prouver qu’il était bien l’auteur du viol que vous aviez vécu.

Expliquez-moi, comment cet homme pouvait me téléphoner à l’heure précise où vous dites atteindre ensemble, dans sa propre voiture, le verger de l’abomination ? On a dit que je m’étais trompée d’une heure ! Moi… je peux, en même je dois me tromper… ainsi que mes deux parentes dans un ensemble surprenant pour des gens ignorant tout de votre version des faits.

Vous, on ne peut suspecter votre parole !

Permettez, puisque la Justice suspecte la mienne, que je doute de la vôtre.

Expliquez-moi pourquoi, vous rappelant les moindres détails du personnage, de la voiture, de son équipement, expliquez-moi pourquoi l’une le voit nu et l’autre habillé, pendant l’heure et demi où vous avez subi toutes les deux, dans une 4L, les violences que vous dénoncez ?

Expliquez moi comment vous ne pouvez pas vous souvenir de qui « y est passée la première » ?

Expliquez-moi, puisque vous dites avoir passé dans le véhicule de Luc plusieurs heures de voyage et d’insupportable sport, comment vous ne vous êtes pas aperçu de la banquette arrière qui n’était pas bien arrimée brinquebalait au moindre mouvement ?

Expliquez-moi pourquoi vous dites pouvoir sortir du funeste véhicule quelques minutes après avoir dit qu’il était bloqué par les branches ?

Expliquez-moi pourquoi l’examen de ce viol, pratiqué à l’hôpital cinq heures après l’avoir subi, ne montre que des spermatozoïdes peu nombreux, fortement altérés et sans flagelles ? Ils auraient dus être innombrables et vigoureux, en proportion du nombre d’assauts décrits et vécus si récemment.


Expliquez-moi comment vous pouvez reconstituer de mémoire la maquette d’un livre simplement entrevu… au millimètre près ?

Expliquez-moi pourquoi, à vous, on autorise 4 versions du trajet parcouru, jusqu’à faire une répétition générale avant la reconstitution, afin que votre parcours, tronqué, rentre enfin parfaitement dans les horaires exposés ?

Lorsque lui se contredit on crie au fou, lui qui, enchainé, n’a aucune latitude d’action, lui qui doit prouver son innocence !

Expliquez-moi plutôt ce qui s’est réellement passé !

On a dit de lui qu’il s’est muré dans sa vérité ; mais ne l’êtes-vous pas, vous aussi, dans la vôtre, si fort, que toutes ces questions, ainsi que bien d’autres, fondamentales – vitales -, ne trouvent pas de réponses ? Et à cause de vos affirmations acharnées, parfois contradictoires, sinon incohérentes, un homme de 33 ans, estimé de tous, va étioler sa vie en prison.


A cette époque, personne n'avait encore découvert que la jaquette du livre était calquée...

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 févr. 2010 9:09 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
On notera qu'au procès, et parce que Carole Ackerman ne recèle pas le moindre sperme assurément, on reviendra une énième fois sur la version qui consistait à déclarer (dépositions antérieures) qu'elle était violée la première et que l'individu avait joui en elle.

D'où la remarque de Claire-Lise Foiret sur l'incapacité à clarifier ce point : laquelle serait violée en premier ?

Au final en effet, les plaignantes ne savaient plus qui aurait été violée la première. Mais, après avoir déclaré n'avoir subi que des rapports annaux, Jennifer Mac Cluney déclarera avoir essuyé deux relations vaginales.... Parce que sur les zones vaginales, et principalement à cet endroit, on retrouvera de très rares bribes de spermatozoïde fortement altérés et sans flagelles, impossibles à identifier, ni pour comparaisons génétiques, ni pour les méthodes anciennes de groupage...

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 févr. 2010 14:52 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Je constate que Claude Vinals n'apporte pas de réponse alors je vais l'aider un peu. M. Vinals vous avez été envoyé à Arlington parce que c'était le lieu de résidence officiel de Jennifer McCluney. Malgré qu'elle étudiait et résidait habituellement à Columbia, Missouri, à quelques 1300 km d'Arlington, son adresse, dans le dossier, était à Harrington, c'est à dire Arlington mal écrit. C'est l'adresse de sa mère et de son beau-père, un immeuble de luxe (pied à terre typique des politiciens de Washington, ville dont Arlington est dans la zone métropolitaine) situé à un petit kilomètre de la Court House où vous fûtes invité à vous rendre.
Je peux détailler ce point si vous êtes intéressé à savoir si, par hasard, on ne vous aurait pas roulé dans la farine.

Je sais bien que plusieurs membres de ce forum voient le système judiciaire américain comme supérieur au français. C'est la vieille querelle entre les systèmes inquisitoire et accusatoire. On insiste aussi sur la propreté de l'interrogatoire de Crouch et la méticulosité des interrogatoires américains avec le fameux exemple de la peine que Crouch se donne à cerner parfaitement le sens du mot sodomie. Or, à mon sens, tout cela n'est qu'une mascarade. Cet interrogatoire est mené à la manière américaine car la transparence de leur système est infiniment plus grande que celle du français et les erreurs grossières se paient cher. Pas de papier calque chez eux. Mais, ils ont leurs manières et les retranscriptions des interrogatoires laissent transparaitre qu'en fait ceux-ci ne furent dirigés qu'à confirmer l'enquête française. L'induction faites par Crouch des stickers (vignettes, en français) en est l'exemple parfait.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 14 févr. 2010 23:00 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 18 mars 2008 22:00
Messages : 1257
Que Juge et gendarmes se rendent à un petit kilomètre du domicile d’une figure politique, plutôt qu’à 1300 km de la personne concernée sous prétexte quelle est son beau-père, voilà qui nous donne des indications sur le contexte particulier dans lequel baigne, d’un bout à l’autre, cette affaire décidément extraordinaire. Du coup, on convoque également l’autre plaignante (celle qui n’est "que" la fille d’une huile moins rafinée) « à domicile », en terre conquise…

Affaire qui fera un entrefilet dans le journal local s’il ne s’agit « que » du viol de deux auto-stoppeuses banales (à croire que le crime lui-même pèse pinuts au regard d’enjeux autrement plus conséquents) mais qui interessera tout à coup les médias nationaux dès que Luc Tangorre est mis en cause par des plaignantes dont l’une s’auréole d’une famille au bras si long qu’il traverse aisément l’Atlantique pour influencer le bras de la justice française.


Du système inquisitoire (France) ou du système accusatoire (Anglo-saxon), lequel est le plus fiable ?


Faut-il supprimer le juge d’instruction en France ?

On nous dit actuellement que oui (je suis d’accord) mais seulement pour transférer les prérogatives des investigations aux magistrats du parquet (de qui se moque-t-on ?) ! On nous propose donc de refiler à un magistrat sous tutelle de l’exécutif le pourvoir déjà exhorbitant qu’un magistrat, théoriquement indépendant celui-là, avait jusqu’alors la possibilité -et généralement l’habitude dans la majorité des cas- d’user au service d’une accusation déjà omnipotente.

Cela aboutirait inévitablement à un double effet :

1°) celui d’enterrer les affaires gênantes pour l’exécutif (financières, corruption, etc...), voire d’occulter leur existence.

2°) d’orienter les instructions, comme si dans la plupart des cas, elles n’étaient pas suffisamment menées à charge par le juge d'instruction actuel...

Je préconiserai inversement ceci pour améliorer à mes yeux le système :

Collégialité des magistrats au nombre de trois :

1°) juge des libertés et des décisions : il déciderait de la liberté (système actuel introduit par Isabelle Guigou). Il serait en outre chargé d’apprécier l’opportunité des poursuites, la suffisance des charges, la qualification des crimes et délits, et enfin l’opportunité des renvois devant les juridictions adéquates (renforcement important de sa fonction actuelle).

2°) Juge de l’accusation (magistrat du parquet dépendant de l’exécutif) investi de pouvoir d’investigation à charge (attentif aux suggestions de la partie civile).

3°) Juge de la présomption d’innocence (indépendant) : investi de pouvoir d’investigation à décharge, garant des droits de la défense qu’il importe de renforcer impérativement).


La cour d’appel, au second degré de juridiction, contrôlerait et arbitrerait le travail de ces trois juges en cas de litige. Autrement dit les juges du parquet (comme la partie civile et ses conseils), ainsi que le juge de la présomption d’innocence (comme l’accusé et ses conseils), auraient le droit de saisir la cour d’appel pour contester une décision prise en première instance par le juge de libertés et des décisions.

Dit autrement encore :

1°) Le juge de l’accusation ferait valoir le point de vue et les intérêts des poursuivants (la société) et celui des victimes.

2°) Le juge de la présomption d’innocence, attentif aux doléances de la défense, ferait valoir, à armes égales en matière d’investigations, les intérêts de l’accusé.

3°) Le juge des libertés et des décisions statuerait en première instance. La cour d’appel trancherait en seconde instance en cas de litige.

Comme toujours, la cour de cassation, en troisième et dernière instance, statuerait sur la forme officiellement, ou pour rectifier le tir officieusement…

Dans les affaires criminelles particulièrement difficiles, réputées complexes ou sensibles, on « collègialiserait » la décision du juge des libertés et des décisions. Parallèlement dans ce cas de figure, on octroierait des moyens supplémentaires aux juges de l’accusation et celui de la présomption d’innocence.

Dans tous les cas, ces moyens devraient être rigoureusement équivalent en terme de coût ou d’action publique potentielle pour le juge de l’accusation et celui de la présomption d’innocence.


Ce schéma d’organisation judiciaire permettrait de rééquilibrer les droits du parent pauvre de l’organisation judiciaire actuelle : la défense.

Au lieu de cela, on profite de l’affaire d’Outreau pour supprimer les juges d’instruction et réduire encore un peu plus les droits de la défense tout en renforçant le pouvoir exécutif au détriment du pouvoir judiciaire.

La nuit des longs couteaux d’Outreau fait du juge d’instruction un bouc émissaire désigné, le système de remplacement actuellement préconisé le pire des remèdes….

_________________
Qui bono ?


Haut
   
 Sujet du message : Le beau-père de Jennifer
MessagePosté : 26 févr. 2010 21:15 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 11 nov. 2007 2:52
Messages : 205
Charles Ewing Curry, beau-père de jennifer (traduction approximative de l'article original affiché ensuite)

Charles Ewing Curry est né à Kansas City, Missouri en 1918 de Charles F. Curry, un lieutenant ayant servi durant la Première Guerre Mondiale et Janet Curry née Boone. Du côté de sa mère il descend du pionnier de la frontière, Daniel Boone, un fait dont il est très fier. Charles est diplômé Phi Beta Kappa à l'Université du Kansas en 1940. Au début de la deuxième guerre mondiale il est engagé dans la marine américaine. Charles y sert de 1942 à 1945, la plupart du temps comme capitaine d'un chasseur de sous-marins. Avant la fin de la guerre, il entre à l'école des sous-mariniers, puis est affecté comme officier à bord du sous-marin « Macabi » jusqu'en septembre 1945.

Après la guerre il retourne à Kansas City et commence une carrière d'homme d'affaires, relevant son père à la direction de l'association Home Federal Savings and Loan. Il est, plus tard, élu chef du bureau local d'un groupe civique de réforme du Comté de Jackson, Missouri (Kansas City), appelé Comité pour le Progrès du Comté. C'était un effort citoyen de reforme du gouvernement de la ville et du comté, infestés de problèmes internes. Il fut Juge Président du gouvernement du comté de Jackson pendant huit ans, la même position autrefois tenue par Harry S. Truman avant que Truman n'entre au Sénat. Charles plus tard se rend à Washington DC où il devient trésorier du Democratic National Committee, pendant l'administration Reagan. Il participera toujours activement à la politique du Parti Démocrate, local et national, et est marrie à Charlotte Rommel ex McCluney.

En 1987 lui et Charlotte commencent à passer les étés à Cashiers en Caroline du Nord. Au milieu des années 90 il s'intéresse beaucoup à l'astrophysique, en partie pour avoir rencontré le Dr. Jerry Fishman des installations de la NASA à Huntville en Alabama. Afin de pouvoir prendre des classes sur le sujet, Charles et Charlotte ont décidé de se retirer à Lake Keowee, en raison de sa proximité à l'Université de Clemson et sa communauté.

Outre son amour pour l'astronomie, Charles est un lecteur avide de politique et d'histoire, particulièrement militaire.

Charles E. Curry a toujours aimé la navigation et est un ancien Commodore du Key Largo Anglers Club à Key Largo, en Floride. Outre la lecture et la navigation, au fil des années Charles fut golfeur et joueur de croquet.

Il trouve son association étroite avec l'Université de Clemson et l'amitié qui le lie à beaucoup de ses membres durant les dernières années, très satsfaisantes et stimulantes.

En 1956 Charles crée la Fondation Curry, qui soutient des programmes religieux, éducatifs, et de charité. Par le biais de cette fondation, Charles a donné plus de $400.000 pour appuyer le programme d'astrophysique à Clemson. L'Université de Clemson et le département d'Astronomie et de Physique en sont réellement reconnaissants à Charles et à Charlotte.


Fichiers joints :
Curry, Charles E. - Clemson.jpg
Curry, Charles E. - Clemson.jpg [ 257.42 Kio | Vu 4403 fois ]
Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com