Luc Tangorre

Coupable ou innocent à tout prix ?
Nous sommes le 17 nov. 2018 20:02

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 43 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 oct. 2008 20:18 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 28 août 2006 23:38
Messages : 155
Par ailleurs, si elles étaient passées à travers champs, les petits chemins, les bosquets, etc ... elles auraient sans nul doute eu des eraflures le long des jambes

Or dans les PV retraçant leur arrivée et premiers diagnostics aux urgences, rien ne fait mention d'égratignures à ce niveau. En outre, il est même dit que leurs vêtements étaient bien propres et bien pliés. Lorsqu'on traverse la campagne, les bois, les champs, il est rare d'être aussi correct dans ses vêtements ; les brindilles qui collent au tissu, les poussières de la terre, les chaussures pas bien nettes.

_________________
Sophie


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 oct. 2008 20:52 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Sophie je suis d'accord avec vous, dans les PV il es bien noté que les vêtements des filles étaient en ordre. Jennifer déclare pourtant que ses vêtements étaient par terre (dans la voiture),son blouson était quand à lui dans le coffre. Carole elle (je n'ai pas ses déclarations sous les yeux) ne précise pas ou étaient ses vêtements. Les vêtements de Jennifer devaient forcement avoir des traces (huile de moteur...), la encore, c'est un mystère ....Il faudrait que quelqu'un nous explique comment ses vêtements pouvaient être en ordre... Il est noté que les filles ne présentent aucune trace de coup sinon quelques éraflures au niveau des jambes ....


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 oct. 2008 21:01 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 28 août 2006 23:38
Messages : 155
Citation :
... Il est noté que les filles ne présentent aucune trace de coup sinon quelques éraflures au niveau des jambes ....
donc elles auraient bien un peu marché dans les champs ; mais tout de même, les vêtements sont en ordre ... et aucun précision sur leur état de salissure

Malgré tout rien n'explique qu'elles ne se soient pas dirigées immédiatement vers les maisons avoisinantes.

_________________
Sophie


Modifié en dernier par Sophie le 09 oct. 2008 21:38, modifié 1 fois.

Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 oct. 2008 21:08 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
C'est aussi mon avis.... :wink:


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 oct. 2008 23:27 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 12 juin 2008 0:09
Messages : 72
Localisation : Nord-Pas de Calais
Toute déposition (d’une victime, d’un témoin, d’un suspect) est d’abord un récit. Ce récit, oral d’abord, est transcrit par les soins de la personne qui le recueille (policier, magistrat, médecin). Le résultat peut constituer un texte continu (c’est le cas par exemple des deux PV d’audition initiaux de Carole et de Jennifer par la gendarmerie), ou être restitué sous forme de dialogue (les interrogatoires américains).
Notre pente naturelle est de nous demander si ces récits « correspondent » aux « faits réels », et de critiquer ces récits si, justement, ils nous apparaissent incompatibles avec ce qui est, par ailleurs, « établi ».
Rien de tel ici : les « faits réels », « établis » ne résident que dans les récits, dont il faut dès lors se contenter. Pour dire mieux, nous n’avons comme faits que des récits, c’est-à-dire des discours énoncés devant les gendarmes, les médecins, le juge d’instruction.
On se trouve alors dans une situation voisine de celle d’un lecteur de roman policier, ou d’un spectateur de film ou de téléfilms du même genre, qui se dit : « là, je ne peux pas y croire ».
Un universitaire, Pierre Bayard, s’est amusé à « déconstruire » deux romans, l’un d’Agatha Christie, l’autre de Conan Doyle, pour montrer que les « solutions » des auteurs étaient « fausses ».
Ne sommes-nous pas ici dans un cas semblable : celui d’une fiction prétendument bien construite, que nous avons à « dévisser » ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 oct. 2008 0:01 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 28 août 2006 23:38
Messages : 155
C'est exactement le cas de toute demande en révision ; c'est le fait de considérer une accusation qui semble bien construite et prendre les éléments qui justement posent un problème de logique dans cette si belle construction.

Et justement, dans la belle construction de l'accusation contre Luc Tangorre, il y a immédiatement un pb de logique.

En effet, un violeur ne viole qu'une seule victime. Un violeur est un être faible qui veut montrer une soi-disant puissance, mais comme tous les faibles, il ne s'attaque qu'à plus faible que lui.
Or, Luc Tangorre mesure environ 1,70 à 1,75 m, et pèse à cette époque autour de 70 kg. Les jeunes filles mesurent autour de 1,60 - 1,65 m et doivent peser chacune autour de 50 ou 55 kg -
Compte tenu de leur comportement d'auto-stoppeuses en paires, elles ne sont donc pas une proie facile pour un être faible qui voudrait les agresser. D'ailleurs, il ne les agresserait pas puisqu'elles sont DEUX, et donc ne serait pas sûr et certain de montrer sa force contre elles ensemble.
Il ne se risquerait pas à être lui-même contre-attaquer par ces "victimes", car son but c'est de gagner, et non pas de perdre.

Donc pour moi, logiquement, et sans même parler de ma conviction au regard du dossier, le viol NE PEUT PAS avoir eu lieu, car un violeur n'aurait jamais attaquer deux "victimes" qui ne lui semblent pas suffisamment fragiles
Elles sont DEUX, elles viennent de traverser la France (donc elles ne sont pas craintives), elles sont relativement grandes pour un agresseur de 1,75 m et 70 Kg, et elles pourraient se défendre.

Si à la rigueur, il avait été armé avec une arme à portée de main, j'aurais peut-être étudié davantage le scénario ; mais là, rien que le fait qu'elles soient DEUX est déjà dans un tout premier temps complètement illogique.

_________________
Sophie


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 oct. 2008 16:19 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 17 janv. 2006 18:10
Messages : 337
Localisation : lardieres 60
Bonjour:Question a tous ceux qui connaisse le dossier sur le bout des doigts :

Quand les deux jeunes filles, sont elle retourné sur les lieux de leur agression ?

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. ( Pierre Delanoë)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 oct. 2008 17:54 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 17 janv. 2006 18:10
Messages : 337
Localisation : lardieres 60
Citation :
Bonjour:Question a tous ceux qui connaisse le dossier sur le bout des doigts :

Quand les deux jeunes filles, sont elle retourné sur les lieux de leur agression ?
ou là ! il manque quelque chose là :wink:

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. ( Pierre Delanoë)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 oct. 2008 17:58 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
C'est le lendemain de l'agression (24 Mai 1988) que les filles sont retournées dans le verger....


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 oct. 2008 18:20 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 17 janv. 2006 18:10
Messages : 337
Localisation : lardieres 60
Citation :
C'est le lendemain de l'agression (24 Mai 1988) que les filles sont retournées dans le verger....
Merci Chanral : Ma question n'est pas anodine, sachant qu'ils on passé une bonne partie de la nuit a déposé , ou a être examiné par diffèrent spécialiste, et a se reposé un peut quand même ! ce n'est donc que le lendemain qu'ils son retourné sur les lieux de leur agression; alors ma question et la suivante de qu'elle endroit son telle partie pour retourné sur le lieux de leur agression?

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. ( Pierre Delanoë)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 oct. 2008 19:24 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 17 janv. 2006 18:10
Messages : 337
Localisation : lardieres 60
Dans qu'elle sens les deux victimes on éffectuée leur retoure sur le lieux de leur agression ? LE 24 MAI


Fichiers joints :
gendarmerie de nimes.jpg
gendarmerie de nimes.jpg [ 181.27 Kio | Vu 4227 fois ]

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. ( Pierre Delanoë)
Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 oct. 2008 19:36 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Je te répondrais que les filles sont parties de la borne d'appel de secours....


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 oct. 2008 19:59 
Hors ligne
VIP

Enregistré le : 21 févr. 2008 14:19
Messages : 826
Et pour être plus précise, j'ai cherché la cote correspondante. (D2), au bas de la page 3, il est écrit dans le rapport de gendarmerie
"transport sur les lieux:
Le 24.05.1988 à 9 heures, accompagnées des victimes,nous effectuons une reconnaissances des lieux à partir de la borne d'appel téléphonique.
Les victimes nous emmènent sur les lieux du viol en faisant le trajet en sens inverse de leur fuite à pied...


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 43 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com