Nous sommes le 16 déc. 2017 6:25

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante
Auteur Message
MessagePosté : 29 août 2007 13:05 
Hors ligne
Administrateur

Enregistré le : 22 juil. 2007 20:57
Messages : 29
Se pose evidemment la question du mobile...
Certains affirment que Gaston Dominici pouvait considérer la présence des Drummond comme une mauvaise intrusion sur ses terres.
Qu'en pensez vous?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 août 2007 13:26 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004 23:53
Messages : 4
C'est une possibilité mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi G. Dominici aurait gardé les corps sur ses terres.
Si c'est ce qu'il reprochait aux anglais pourquoi ne pas les enlever ensuite?

Surtout qu'il doit penser que suite à la découverte des corps les policiers vont venir et ainsi eux aussi s'introduire sur ses terres.

Je pense que si c'est lui le meurtrier il aurait pris soin de faire sortir les corps de ses terres.

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 août 2007 20:46 
Hors ligne

Enregistré le : 19 févr. 2005 19:07
Messages : 2
Localisation : MARSEILLE
Pur hasard ces meurtres. Pas de préméditation. Un vieillard qui arrose un peu généreusement chaque soir son diner est inquiet pour son talus qui risque de s'effondrer sur la ligne SNCF. Il va voir si ça va tenir jusqu'au lendemain matin quand les ouvriers de la SNCF vont venir remonter les terres.
Il passe prés de la voiture des touristes qu'il a vu s'installer l'aprés midi et ronchonne sur cette installation sans autorisation sur ses terres ( ou ce qu'il considère comme tel)
L'anglais l'envoie paître sans ménagement ou se moque de lui , le plouc.
Dominici revient , traîne un peu dans le secteur et regarde peut être d'un peu prés la femme et la petite fille.
Nouvel incident et insultes réciproques.
Dominici toujours un peu chaud, retourne à la ferme pour prendre la vieille mitrailette qui traîne sur une planche dans le hangar et revient parader et menacer les 3 personnes.
Drumond n'est pas un enfant de coeur et ne se laisse pas impressionner et veut le désarmer. La suite est connue...
Toutes ces histoires d'agent secret ne sont que roman et ne reposent que sur la parano d'un détenu allemand affabulateur qui a romancé une histoire quelques années plus tard.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 août 2007 21:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004 23:53
Messages : 4
Ah ben elle m'intéresse la suite.
Comment un gaillard comme Mr Drumond ne peut pas désarmer un vieillard saoul et trainant la pate?
Surtout que l'homme a été tué de dos alors qu'il aurait été logique si il y a eu bagarre que les balles rentrent de face.

Autre problème les insultes G. Dominici sait à peine parler français comment peut-il comprendre les insultes anglaises? ou comprendre que l'anglais se moque de lui?

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 août 2007 7:16 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2004 6:47
Messages : 11
BERNARD TEROY a écrit :
Pur hasard ces meurtres. Pas de préméditation. Un vieillard qui arrose un peu généreusement chaque soir son diner est inquiet pour son talus qui risque de s'effondrer sur la ligne SNCF. Il va voir si ça va tenir jusqu'au lendemain matin quand les ouvriers de la SNCF vont venir remonter les terres.
Il passe prés de la voiture des touristes qu'il a vu s'installer l'aprés midi et ronchonne sur cette installation sans autorisation sur ses terres ( ou ce qu'il considère comme tel)
L'anglais l'envoie paître sans ménagement ou se moque de lui , le plouc.
Dominici revient , traîne un peu dans le secteur et regarde peut être d'un peu prés la femme et la petite fille.
Nouvel incident et insultes réciproques.
Dominici toujours un peu chaud, retourne à la ferme pour prendre la vieille mitrailette qui traîne sur une planche dans le hangar et revient parader et menacer les 3 personnes.
Drumond n'est pas un enfant de coeur et ne se laisse pas impressionner et veut le désarmer. La suite est connue...
Toutes ces histoires d'agent secret ne sont que roman et ne reposent que sur la parano d'un détenu allemand affabulateur qui a romancé une histoire quelques années plus tard.


Mais vous y étiez ou quoi ? Vous nous décrivez des scènes qui ont mené au meurtre comme si vous en étiez le témoin direct et visuel, en essayant de nous présenter cela comme la vérité absolue. En réalité votre hypothèse n'a pas plus de valeur que celle que vous dénoncez avec véhémence par ailleurs ...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 août 2007 12:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 16 avr. 2006 10:11
Messages : 97
BERNARD TEROY a écrit :
Pur hasard ces meurtres. Pas de préméditation. Un vieillard qui arrose un peu généreusement chaque soir son diner est inquiet pour son talus qui risque de s'effondrer sur la ligne SNCF. Il va voir si ça va tenir jusqu'au lendemain matin quand les ouvriers de la SNCF vont venir remonter les terres.
Il passe prés de la voiture des touristes qu'il a vu s'installer l'aprés midi et ronchonne sur cette installation sans autorisation sur ses terres ( ou ce qu'il considère comme tel)
L'anglais l'envoie paître sans ménagement ou se moque de lui , le plouc.
Dominici revient , traîne un peu dans le secteur et regarde peut être d'un peu prés la femme et la petite fille.
Nouvel incident et insultes réciproques.
Dominici toujours un peu chaud, retourne à la ferme pour prendre la vieille mitrailette qui traîne sur une planche dans le hangar et revient parader et menacer les 3 personnes.
Drumond n'est pas un enfant de coeur et ne se laisse pas impressionner et veut le désarmer. La suite est connue...


Bernard,

Sans vouloir vous offenser, vous nous racontez là une histoire, haute en couleur et « très imagée » basée uniquement sur votre imaginaire ou sur les hypothèses que la presse a inventées pour palier les incohérences des aveux versus les constatations.
Votre version ne se base sur aucune des versions des aveux de Gaston (des aveux à chaque fois suggérés par les policiers) mais sur une des nombreuses versions de la scène du crime qui ne repose sur aucun élément concret.
Il faut tout d’abord préciser que l’éboulement n’était pas aussi important qu’on a pu l’imaginer. Gustave, la veille, avait déblayé la voie et la famille ne s’est pas souciée outre mesure de cet incident mineur.
Les Drummond par ailleurs ne stationnaient pas sur les terres de Gaston mais sur un terre plein appartenant aux ponts et chaussées. En outre, de nombreux touristes s’arrêtaient le soir pour diner aux abords de la Grand’Terre et jamais personne ne s’est plaint du mauvais accueil réservé par la famille Dominici bien au contraire…Certains même campaient sur leurs terres aux abords de la Durance et ont confirmé que les Dominici traitaient très bien les touristes.

Citation :
Dominici toujours un peu chaud, retourne à la ferme pour prendre la vieille mitrailette qui traîne sur une planche dans le hangar et revient parader et menacer les 3 personnes.

Il n’a jamais été prouvé que l’arme du crime était à la Grand’Terre et cette affirmation ne repose que sur les aveux de Clovis et Gustave qui la veille avaient désigné sur un croquis? dessiné par le greffier Barras, l’étagère ou l’arme était soi-disant cachée. La preuve n’a donc pas été établie.
Et pourquoi aller dans ce hangar non éclairé pour récupérer avec difficulté une arme située à plus de 2m50 du sol et dont il ne sait pas se servir, alors qu’il a dans la cuisine ou près de son lit son vieux fusil gras ?

Citation :
Toutes ces histoires d'agent secret ne sont que roman et ne reposent que sur la parano d'un détenu allemand affabulateur qui a romancé une histoire quelques années plus tard.

Wilhem Bartkowski n’a pas romancé une histoire quelques années plus tard; il a été arrêté le 9 août 1952 par la police allemande à qui il a avoué plus de 80 crimes et délits qui se sont tous avérés vrais avant d’évoquer sa participation dans le meurtre de la famille Drummond et de donner le nom et le signalement des 3 complices qui l’accompagnaient.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 août 2007 12:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 16 avr. 2006 10:11
Messages : 97
Dalakhani a écrit :
Ah ben elle m'intéresse la suite.
Comment un gaillard comme Mr Drumond ne peut pas désarmer un vieillard saoul et trainant la pate?
Surtout que l'homme a été tué de dos alors qu'il aurait été logique si il y a eu bagarre que les balles rentrent de face.

Exact Dalakhani surtout que pendant la reconstitution de novembre 1953, Gaston mime l’altercation avec Jack Drummond avec l’inspecteur Girolami et explique qu’une première balle serait partie durant l’empoignade entre les deux hommes (pour justifier de la blessure à la main de Sir jack Drummond). Il fit semblant alors de tirer sur l’inspecteur qui tenait le rôle de Jack et le 2ème coup aurait été tiré de face et à bout portant (alors que Jack Drummond fut tué par 2 balles dans le dos)

Citation :
Autre problème les insultes G. Dominici sait à peine parler français comment peut-il comprendre les insultes anglaises? ou comprendre que l'anglais se moque de lui

Malheureusement Dalakhani, Gaston parlait très bien le français ainsi que Jack Drummmond. Jean Giono, je pense, a contribué à alimenter cette légende en prétendant au procès que Gaston disposait de très peu de vocabulaire à son actif pour s’exprimer alors qu’il n’en était rien : il avait juste du mal à comprendre le langage judiciaire et les ‘métaphores’ du président Bousquet.
Par contre, il est difficile en effet d’imaginer une quelconque bagarre entre ces deux personnages surtout à 1 heure du matin….sans qu’aucun automobiliste passant sur la route nationale n’ait vu le vieillard aux abords des lieux du crime….


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 août 2007 15:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004 23:53
Messages : 4
Désolé dans ce cas. Il est vrai que le livre étant tellement bien écrit que je m'y suis laissé prendre.

Par contre une chose dont je suis plus sur c'est qu'il n'a pas été retrouvé de trace de lutte sur les lieux. Je n'arrive pas à imaginer dans un tel cas comment il y a pu avoir lutte

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 août 2007 16:17 
Hors ligne

Enregistré le : 19 févr. 2005 19:07
Messages : 2
Localisation : MARSEILLE
Gaston ne tirait pas la patte, quand il s'est mis à galoper pour une pseudo ? tentative de suicide pendant la reconstitution, il n'a pas été facile de le rattraper...
Son vocabulaire n'était pas aussi limité que certains l'ont laissé entendre et quand il s'agit de se quereller avec un tiers,même étranger, il n'est malheureusement pas nécessaire de bien se comprendre au contraire !
Je vois mal aussi comment des agents secrets chargés d'éliminer sir Drumond auraient utilisé une vieille pétoire bricolée aveec du fil de fer pour tuer cette famille.
Par ailleurs quand Gaston a avoué au jeune gendarme pendant sa garde à vue, il n'était sous l'emprise d'aucune contrainte, sauf à vouloir décharger sa conscience, je ne vois pas pourquoi il aurait fait ces aveux spontanés ?
Quant à l'enquête et à ses anomalies, ce n'est pas le non respect de certaines formalités ou l'absence de certaines vérifications ou investigations ( regrettables c'est certain) qui innocentent un coupable. Il est trop commode à l'heure actuelle d'innocenter d'emblée tout coupable dès lors qu'un policier ou un gendarme a commis une erreur de procédure en oubliant toutes les charges du dossier.
Enfin qui peut me donner aujourd'hui les références d'un ouvrage qui traite de cette affaire à charge et à décharge sans aucun parti pris et avec une connaissance exhaustive de l'affaire. Tout ce que j'ai lu va d'emblée dans le sens de l'innocence ou de la culpabilité sans nuance et dès la première page !!


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 août 2007 7:50 
Hors ligne

Enregistré le : 29 avr. 2007 7:45
Messages : 5
Localisation : marseille 13
Citation :
Je vois mal aussi comment des agents secrets chargés d'éliminer sir Drumond auraient utilisé une vieille pétoire bricolée aveec du fil de fer pour tuer cette famille

tout a fait des agents secrets sont des professionnels; qui d'une part comme tout professionnel sont equipés pour,et d'autre part ils auraient fait cela si j'ose dire "'proprement"
un professionnel ne tue pas par haine et maitrise ses sentiments,et ne remplit que le contrat dont il a ete chargé,
ce massacre est un derapage,car je ne pense pas que cela ait etée l'intention premiere de l'assassin; et n'a pas ete
premedité a mon avis ,c'est certainement les circonstances de l'acte ou la reaction des victimes qui a provoqu ce jusqu'au boutisme


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 août 2007 10:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 16 avr. 2006 10:11
Messages : 97
Bonjour Bernard,
BERNARD TEROY a écrit :
Gaston ne tirait pas la patte, quand il s'est mis à galoper pour une pseudo ? tentative de suicide pendant la reconstitution, il n'a pas été facile de le rattraper...

Vous avez peut-être été sur les lieux et constaté que les distances entre l’ancien mûrier et le petit pont ne sont pas aussi lointaines que sur les photos de l’époque : les angles de vue sont des trompe l’œil flagrants. Le cadre des lieux du crime est finalement très réduit. Il n’y a en effet que quelques mètres jusqu’au pont et le terme ‘galoper’ est un peu excessif pour parler d’une petite ‘course’ qui n’a duré que quelques secondes. Les policiers ont laissé partir Gaston devant et c’est là qu’il a voulu se suicider, ne supportant plus de jouer le rôle ignoble d’assassin. Son geste n’était pas simulé mais il a voulu véritablement mettre fin à ses jours face au cauchemar de cette grotesque reconstitution qu’il subissait. Pour la police, néanmoins, ce geste a signé sa culpabilité : tout ce que pouvait faire ou dire Gaston de toute façon se retournait forcément contre lui.

Citation :
Je vois mal aussi comment des agents secrets chargés d'éliminer sir Drumond auraient utilisé une vieille pétoire bricolée aveec du fil de fer pour tuer cette famille.

J’ouvre un fil sur l’USM1 pour répondre à votre commentaire sur l’arme.

Citation :
Par ailleurs quand Gaston a avoué au jeune gendarme pendant sa garde à vue, il n'était sous l'emprise d'aucune contrainte, sauf à vouloir décharger sa conscience, je ne vois pas pourquoi il aurait fait ces aveux spontanés ?

Après une soirée, une nuit entière sans dormir et une longue journée à être interrogé sans cesse, les policiers décident, n’obtenant pas les aveux escomptés, de le placer sous la surveillance d’un gardien de la paix du pays qui parle le patois comme lui. Le but de la manœuvre était de le faire parler et de l’empêcher de dormir une nuit encore. Après avoir parlé de chasse, de ses petits-enfants, l’agent Victor Guérino lui suggère : « et si c’était un accident qui vous était arrivé ? ». Epuisé, Gaston répond oui à cette suggestion : il n’y a pas eu ici d’aveux spontanés mais juste une réponse à une question posée.
« C’est après avoir parlé de récoltes, que la conversation a dévié sur la famille. J’ai constaté qu’il pleurait en parlant de ses petits-enfants…A un moment donné, il a dit ‘ah ! cette petite !’ Après avoir parlé de chasse, je lui ai dit ‘si vous avez une déclaration à faire, n’hésitez pas, on ne vous en tiendra pas compte à cause de votre âge. Il ne m’a pas répondu tout de suite. Lorsque je lui ai dit : ‘c’est peut-être un accident’, il m’a répondu :’oui c’est un accident, j’ai été attaqué’.
J’ajoute que pour être complet que devant M. Prudhomme que j’étais allé chercher sur la demande de Gaston, celui-ci a déclaré qu’il n’était pas le coupable mais qu’il voulait bien s’accuser pour sauver l’honneur de sa famille et de ses petits enfants.» Déclaration de Victor Guérino, novembre 1953

Citation :
Quant à l'enquête et à ses anomalies, ce n'est pas le non respect de certaines formalités ou l'absence de certaines vérifications ou investigations ( regrettables c'est certain) qui innocentent un coupable. Il est trop commode à l'heure actuelle d'innocenter d'emblée tout coupable dès lors qu'un policier ou un gendarme a commis une erreur de procédure en oubliant toutes les charges du dossier.

Toute l’enquête a été basée sur l’obtention d’aveux : la reine des preuves ! La police a écarté ou dérobé tous les indices matériels présents dans le dossier, n’a pas pris en compte les témoins à décharge et les autres pistes extérieures à la Grand’Terre.

Citation :
Enfin qui peut me donner aujourd'hui les références d'un ouvrage qui traite de cette affaire à charge et à décharge sans aucun parti pris et avec une connaissance exhaustive de l'affaire. Tout ce que j'ai lu va d'emblée dans le sens de l'innocence ou de la culpabilité sans nuance et dès la première page !!

De mon côté, je n’en connais point, désolée.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 août 2007 10:03 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 16 avr. 2006 10:11
Messages : 97
Dalakhani a écrit :
Par contre une chose dont je suis plus sur c'est qu'il n'a pas été retrouvé de trace de lutte sur les lieux. Je n'arrive pas à imaginer dans un tel cas comment il y a pu avoir lutte

Bonjour Dalakhani,
le rapport II R des gendarmes Romanet et Bouchier est en effet très explicite : «Aucune trace de lutte, de pas n'est relevée soit autour de la voiture, soit près des victimes"


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 août 2007 10:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 16 avr. 2006 10:11
Messages : 97
Citation :
tout a fait des agents secrets sont des professionnels; qui d'une part comme tout professionnel sont equipés pour,et d'autre part ils auraient fait cela si j'ose dire "'proprement"

Bartkowski et ses acolytes étaient des petits barbouzes, pas des James Bond…


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 avr. 2008 10:43 
Hors ligne

Enregistré le : 12 avr. 2008 20:57
Messages : 3
Localisation : CENTRE
la thèse bartkowsky !
la plus belle connerie inventée pour tenter d'innocenter les Dominici.
Des pieds nickelés qui viendraient pour tuer une famille entière avec une carabine rafistolée apprtenant a la famille ?

des tueurs amateurs au point de manquer de balles et avec une seule carabine pourrie ?
Qui tuent les fillettes a coup de crosse..
Ah! mais vous avez fini de prendre les gens pour des gogos ?

dites nous plutôt ce qu'a fait le Gustave toute le nuit autour des cadavres ?
Et pourquoi il a tourné et déplacé vers 7h15 le corps de lady Ann Drummond ?
Curiosité morbide ou faire disparaitre toutes les douilles ?
Si ce n'est pas lui le coupable pourquoi a t il menti tout au long de l'enquête et du procès ?

Ils n'avaient qu'à dire ce n'est pas nous ! c'est tout !
mais non ils ont inventé toutes sortes de balivernes et se sont renvoyés la balle SANS JAMAIS ACCUSER QUELQU'UN D'AUTRE..
Clovis n'etait pas un menteur.
Maillet a bien dit la vérité .
et roger perrin aussi !

DES MENTEURS qui ont meme ecoeuré les jurés tous paysans du coin comme eux ,Cest tout dire !
saluatations

_________________
AUREVOIR


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 avr. 2008 20:36 
Hors ligne
Administrateur

Enregistré le : 22 juil. 2007 20:57
Messages : 29
Et quelle est votre vision de l'affaire?
quels sont les éléments qui vous permettent d'affirmer que Maillet et Perrin n'ont pas davantage menti?

Ma question est très sérieuse, votre eclairage m'interesse.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com