Nous sommes le 19 août 2017 19:44

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Un procès à charge
MessagePosté : 31 mars 2009 18:43 
Hors ligne

Enregistré le : 09 mars 2009 19:50
Messages : 44
Localisation : France
Bonsoir à tous,

Selon ce que j'en connais, il semble que ce procès ait été instruit à charge contre l'accusé, notamment par le président. Ceci autant sur le fond que sur la forme.

Chaque fois qu'un fait nouveau paraissait pouvoir apparaître, il y a eu une intervention du président ou une suspension de scéance.

Les délibérations ont peu duré, les jurés n'auraient pas posé de question. Ont-il été orientés vers le verdict par le président ?

Cordialement,

_________________
Auteur du livre "AFFAIRE DOMINICI Enquête sur l'histoire"


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 14 avr. 2009 1:08 
Hors ligne

Enregistré le : 13 avr. 2009 9:30
Messages : 24
D'accord avec vous ce procès ne donne pas entière satisfaction. Il fut plus d'une fois entaché de bizareries comme celles sue vous citez .
Mais au vcours de ce procès que firent TOUS les DOminici ?
Ils n'ont rien trouvé de mieux que de s'accuser qu'entre eux !

Même ,et c"est le pompom ,augusta CAillat fille de Gaston et donc soeur de Clovis qui va jusqu'à dire qu'elle a vu la carabine chez CLovis et Augusta Caillat a défendu son père becs et ongles ..Tous se sont rejeté sinon la paternité du moins la participation au crime .

Et Gaston aux Baumettes une fois condamné à mort que va t-il dire ? Que c'est zézé et Gustave .!

C'est bien après que des cervaux imaginatifs se sont tournés vers autre chose de peu vraisemblable d'ailleurs .
COmme cette affaire d'espions qui n'a pu convaincre que les pré-convaincus et les amateurs de polars .
Et qui n'a pas convaincu les juges pour une révision de procès .

_________________
AUREVOIR


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 janv. 2010 12:59 
Hors ligne

Enregistré le : 14 mai 2009 20:38
Messages : 1
Dès lors que le ministère public décide de poursuivre un individu, les policiers ne tendent plus que vers un but unique : celui de faire coïncider cette présomption de culpabilité avec les résultats et les conclusions d'enquêtes plus dirigées à charges que réellement menée dans l'impartialité requise.

Seul rempart au déclenchement de ce rouleau compresseur dans le système inquisitoire ? Le juge d'instruction...

Comme celui-ci n'a de réelle indépendance que celle que voudra bien lui concéder sa hiérarchie (dont sa carrière dépend étroitement), l'absence de preuves ne suffit que rarement à disculper un justiciable. On exigera plutôt, à ce stade, sinon des preuves de son innocence, au moins des contradictions majeures susceptibles de reléguer les charges initialement retenues à des voies sans issues, trop incertaines pour être soutenues et plaidées auprès de jurés sans craindre de discréditer le ministère public.

Ce rempart de sable ne résiste que rarement aux assauts des vagues accusatrices initialement décidées et déclenchées.

Autre rempart ? la cour d'appel... Pourquoi porte-t-elle si souvent le surnom de "cour des confirmations" ? Il n'y a qu'a étudier l'emblématique affaire d'Outreau pour s'assurer de la faillite du système en terme de contrôle et de sécurité judiciaire.

Dernier rempart aux erreurs judiciaires : la cour d'assises.

Dans les procès dits "de rupture" (dont celui de Gaston Dominici parmi d'autres), le président n'est plus le sage arbitre que l'on est en droit d'attendre de la part de celui qui conduit les débats, mais le fer de lance d'une institution judiciaire courroucée qui vise au cœur celui ou celle qu'elle perçoit dès lors comme l'ennemi(e) de l'institution judiciaire toute entière.

Les erreurs judiciaires ont de beaux jours devant elles puisque l'affaire d'Outreau elle-même n'aura pas suffit à faire capoter les système inquisitoire.

Gaston Dominici était-il coupable ?

A cette question il est sage de répondre objectivement qu'il pouvait ne pas l'être et donc que, sur un plan judiciaire, il ne pouvait d'aucune sorte être tenu pour responsable de l'extermination de la famille Drumond.

Lorsqu'une culpabilité pose problème, et puisque la loi précise que le doute profite à l'accusé, on peut affirmer que Gaston Dominici était complètement et parfaitement innocent, jusqu'à preuve absolue du contraire.

Dans ce dossier, de pseudo preuves furent souvent alléguées mais jamais rapportées de façon irréfutable.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com