Nous sommes le 23 sept. 2020, 08:57

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 84 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 22 sept. 2004, 10:06 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:53
Messages : 5704
Citation :
À cause du numéro bien sûr, et c'est pour cela qu'on peut déduire que M. Martinez avait bien donné le numéro une première fois
Mais a-t-on quelquechose de concret là dessus?juste des suppositions?

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 22 sept. 2004, 18:40 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Je crois qu'il y a un témoignage, mais il faudrait consulter cela qui dit qu'ils partent "vérifier" le numéro.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 oct. 2004, 17:32 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 30 sept. 2004, 21:42
Messages : 8
Localisation : Tours
Il est clair que si Les Auberts avaient vu l'accident comme ils le disent, ils auraient pu identifié le nombre de passagers puisqu'ils suivaient une voiture qui étaient en plus accidenté !

Ce qui signifie qu'ils devaient gagner du terrain...

Je tien l'hypothèse qui dit que les Auberts n'ont pas du voir quelques choses de normal sur les lieux.

Cela expliquerait les changements de déclaration à la police. M. Martinez dit également que les Auberts sont revenus très rapidement.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 11 oct. 2004, 00:14 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:53
Messages : 5704
A la fin du POR il est marqué que les Martinez demandent juste la confirmation.

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 11 oct. 2004, 09:26 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 25 févr. 2004, 13:12
Messages : 3461
Localisation : 57
Les Aubert ont assisté à une scène rapide et faite dans l'urgence.

J'avais demandé tantôt combien existait- t'il de procès verbaux d'audition des Aubert.

Personne ne m'a répondu.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 12 oct. 2004, 00:20 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
J'explique : je cherche au début du livre tout ce qui concerne l'enquête, je vérifie que Vincent Martinez n'a pas parlé des Aubert lors de sa déposition à la gendarmerie le 3, ça on trouve cela p 30 du pull over rouge, édition de poche, mais c'est vrai il faudrait le PV de gendarmerie pour vérifier. Je ne l'ai pas. Désolé.

Et je me retrouve p 41 de l'édition de poche. Vous me suivez ? Il est dit ceci : "à 15h 10, la gendarmerie de Roquevaire reçoit un appel téléphonique d'Alain Aubert, cet automobiliste toulonnais qui a accepté de prêter assistance à Vincent Martinez après son accident. M. Aubert signale que "la veille, vers douze heures trente, il avait poursuivi l'auteur en fuite d'un accident de la circulation et que ce dernier, abandonnant son véhicule Peugeot gris métallisé, immatriculé 1369 SG 06, en bordure de la RN8bis, s'était enfui dans les bois en transportant un paquet assez volumineux. M. Aubert, ayant eu connaissance ce jour du rapt d'enfant à Marseille, pensait que les faits dont il avait été le témoin pouvaient avoir un rapport avec l'enlèvement.
La gendarmerie de Roquevaire transmet l'information à celle de Gréasque, territorialement compétente."

Donc c'est le premier PV qui vient des gendarmes et transcrit les propos de Alain Aubert au téléphone. ok ? On est clair.

Voyez on ne sort rien de notre chapeau et cela demande du boulot. Mais il n'est pas inutile. D'ailleurs je m'aperçois qu'il manque des guillemets pour refermer le recopiage du PV des gendarmes. Ces guillemets manquants doivent se trouver selon toute vraisemblance après le mot "enlèvement". Ce qui signifie donc que Perrault a recopié le PV bêtement et simplement.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 12 oct. 2004, 00:30 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Donc premier PV le 4 à 15h10 : M. Aubert a vu la voiture abandonnée et un homme qui "s'enfuyait dans les bois en traînant un "paquet".

Deuxième PV des gendarmes cette fois le 5, on demande à M. Aubert de rappeler la gendarmerie de Gréasque car M. Martinez a appelé dans la matinée pour dire que peut-être un enfant se trouvait à bord du véhicule tamponneur.
Cela se trouve en haut de la page 44 du POR, édition de poche : "M. Aubert téléphone à midi et demi. Il raconte dans quelles cnditions il a été amené à prendre en chasse le coupé Peugeot responsable de l'accident, puis la gendarmerie de Gréasque note : "A environ un kilomètre du carrefour, à partir de la sortie d'un virage, il apercevait à environ cent mètres le véhicule gris arrêté en bordure de la route, tandis qu'un homme jeune gravissait le remblai et s'enfonçait dans les fourrés en tirant un paquet assez volumineux. L'homme était vêtu d'un pantalon foncé et d'une chemise ou d'un vêtement de couleur claire. M. Aubert avait arrêté son véhicule à proximité de la Peugeot 304 grise, immatriculée 1369 SG 06, et interpellé sans le voir le conducteur dissimulé dans les fourrés, lui indiquant que l'accident n'avait pas de conséquences graves, qu'il s'agissait d'une affaire simple, et lui demandait de revenir surla chaussée. N'ayant obtenu aucune réponse, entendu aucun bruit et constaté que personne ne se trouvait dans le véhicule Peugeot, il repartait en direction du carrefour et indiquait au conducteur accidenté le numéro d'immatriculation du véhicule Peugeot."

Donc deuxième PV, le 5 à 12h30. Ok c'est bon ? Je ne commente pas exprès.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 12 oct. 2004, 00:39 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Petite incise, on va p 68 du POR édition de poche toujours et on note ceci à propos de l'interrogatoire de Christian Ranucci dans la nuit du 5 au 6 : "Le policiers lui opposent en vain le témoignage de ses poursuivants : "Vous me précisez que deux témoins ont affirmé m'avoir vu par la suite sortir de mon véhicule avec une enfant. Je vous affirme que j'étais seul à bord de mon véhicule. Je n'ai même pas remarqué que j'étais poursuivi par une voiture.""


On voit tout de suite le problème, ce n'est évidemment pas du tout ce que les Aubert ont dit aux gendarmes. Ils ont dit un paquet, les policiers transforment déjà cela en enfant. Ils ont dit "s'enfuir dans les fourrés", les policiers disent : "sortir avec une enfant"... Ouais... Sans commentaire.

Je vais vérifier dans "Christian Ranucci 20 ans après" la chronologie que je viens de vous présenter.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 12 oct. 2004, 02:23 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Mea culpa, mea maxima culpa. Tout est clairement expliqué sur le site. Donc contrairement à ce que j'affirmais, M. Martinez parle bien des Aubert aux gendarmes de Gréasques le 3, je vous renvoie à la page du site : http://www.dossierranucci.org/Auberta.html :
"Quelques minutes après est arrivé un autre automobiliste venant également d'Aix-en-Provence, qui s'est arrêté et auquel j'ai indiqué ce qui s'était passé. Il a immédiatement pris la direction de Marseille, et il est revenu, cinq minutes après environ, en me donnant le numéro du véhicule 304 Peugeot, n°1369 SG 06, qu'il avait vu arrêté à un kilomètre du carrefour".

Et en fait toute la chronologie est sur cette page du site. Le boulot a été fait.

Et on peut continuer donc le PV qui suit, c'est celui de l'interrogatoire du commissaire Alessandra :

"La personne que vous me présentez et que vous me dites se nommer Ranucci Christian est bien celle qui était à bord du coupé peugeot 304, de couleur gris métallisé, au moment où l'accident s'est produit à proximité de Peypin le 3 juin 1974 vers 12h15. Il n'y a aucun doute à ce sujet... J'ai constaté qu'aussitôt après l'accident, la peugeot 304 prenait la fuite au lieu de s'arrêter. Ma femme et moi avons été outrés de ce comportement et avons aussitôt décidé de prendre en chasse le vehicule qui s'enfuyait. La poursuite a été assez mouvementée car le conducteur s'est certainement aperçu qu'il était poursuivi; il roulait donc très vite dans cette route tortueuse. Après avoir parcouru une distance de 1 à 2 km, la 304 peugeot s'est immobilisée au bord de la route. A ce moment, je me trouvais à environ 2 ou 300 m de lui. Je l'ai rejoint quelques secondes plus tard. Au moment où je suis arrivé à la hauteur de la voiture, j'ai assisté à la scène suivante. J'ai vu cet individu tirer par le bras un enfant qui se trouvait à l'intérieur du véhicule. Je me souviens notamment que cet enfant portait un short ou une culotte de couleur blanche. En revanche, je dois vous dire que les faits se sont déroulés si rapidement que je n'ai pas réalisé dans ce mouvement s'il s'agissait d'un garçon ou d'une fille. L'individu a tiré l'enfant par le bras, l'a tiré dans les broussailles qui bordaient la route. A partir de ce moment, je n'ai plus vu l'individu ni l'enfant qui avaient disparu dans les broussailles. En ce qui me concerne, j'ai effectué une cinquantaine de mètres à bord de ma voiture, j'ai fait demi-tour et je me suis arrêté à nouveau à la hauteur de la 304 Peugeot. Je suis descendu de voiture et j'ai entendu des bruits de branchages provenant de la direction où l'individu s'était enfui. Bien que je ne le voyais pas à cet instant, car il m'était caché, j'ai crié à haute voix à son intention: "Monsieur, revenez, vous n'avez qu'un accident matériel, n'aggravez pas votre cas en prenant la fuite." Cet individu m'a alors répondu les paroles suivantes: "D'accord, partez, je reviendrai." Comprenant bien que cet individu n'avait aucunement l'intention de revenir, j'ai relevé le n° d'immatriculation de sa voiture et je suis remonté à bord de mon propre véhicule afin de communiquer ce numéro minéralogique à la personne qui avait eu l'accident de la circulation et qui était restée sur les lieux (du moins, je le supposais). J'ai effectivement retrouvé le couple qui se trouvait à bord du véhicule accidenté et je leur ai communiqué le n° d'immatriculation de la Peugeot 304. Ma femme n'est descendue de voiture à aucun moment.... Je suis absolument catégorique et formel: l'individu qui s'est enfui dans les collines a bien entraîné avec lui un enfant. Je ne puis vous préciser quel pouvait être l'âge de cet enfant; je puis cependant préciser qu'il s'agissait d'un enfant qui marchait. S'il fallait vraiment donner un âge à cet enfant, j'évaluerais celui-ci entre sept et dix ans."


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 12 oct. 2004, 02:29 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Il y a aussi la déposition de Mme Aubert : "Lorsque nous sommes arrivés à hauteur de l'un des véhicules accidentés, son chauffeur a immédiatement demandé à mon mari de prendre en chasse le second véhicule, en fuite. Mon époux s'est exécuté et nous avions en point de mire un véhicule de couleur grise qui roulait à grande vitesse et nous précédait de 2 ou 3 virages. Nous avons parcouru environ 1 km et, à la sortie d'un virage, nous nous sommes aperçus que la voiture s'était arrêtée et, arrivés à sa hauteur, sans descendre de notre véhicule, j'ai constaté qu'un homme avait ouvert la portière droite et tirait un enfant par le bras. J'avais la vitre baissée. L'enfant était plaqué contre l'homme et je n'ai pu voir s'il s'agissait d'une fille ou d'un garçon. J'ai seulement entendu l'enfant déclarer: "Qu'est-ce qu'on fait?" D'après l'intonation de la voix, je ne pensais pas que l'enfant avait peur. A ce moment-là et très rapidement, l'homme a disparu dans les buissons avec l'enfant. Puis mon mari a fait demi-tour, il s'est arrêté à nouveau devant le véhicule, a relevé le numéro et a crié par la portière à l'adresse du chauffeur qui avait disparu: "Reviens, ne fais pas l'imbécile, il ne s'agit que d'un dégât matériel." Je n'ai pas entendu ce que l'homme a répondu, mais mon mari m'a fait savoir que l'individu lui avait dit: " Filez, je viens". Nous sommes retournés sur les lieux de l'accident et nous avons aidé l'autre partie en cause à remettre le véhicule accidenté sur le bas-côté de la route. Je précise que le véhicule que nous avons pris en chasse était une 304 Peugeot, gris métal, type coupé, dont le numéro est le suivant: 1369 SG 06. Mon mari a laissé son identité et son adresse à Mr Martinez pour un éventuel témoignage. Je précise qu'au cours de l'échange d'identité, j'ai appris que la personne accidentée s'appelait Martinez. Nous sommes partis en direction de Roquevaire et avons tenté en vain d'alerter la brigade de gendarmerie locale..... La voix de l'enfant, que j'ai pu entendre à travers la portière, vitre baissée, est celle d'un gosse de six à huit ans. Cette voix m'a paru très fluette." "...En fait, après réflexion, je pense que mon mari est descendu du véhicule, très peu de temps, pour demander à l'individu de revenir."


Le plus choquant est que les dépositions ont dû être enregistrées au même moment dans deux bureaux différents. Et la femme contredit le mari. Elle affirme qu'il n'est pas descendu de son véhicule : "sans descendre de notre véhicule" dit-elle, ce qui signifie bien qu'aucun des deux n'est descendu. De même après le demi-tour : "Puis mon mari a fait demi-tour, il s'est arrêté à nouveau devant le véhicule, a relevé le numéro et a crié par la portière..."

A la fin de l'interrogatoire les policiers doivent s'apercevoir que les deux témoignages ne coïncident pas, pas grave, on rectifie : "En fait, après réflexion, je pense que mon mari est descendu du véhicule, très peu de temps, pour demander à l'individu de revenir."


Haut
   
 Sujet du message : Qu'ont vu Les Aubert ?
Message non luPosté : 09 juin 2005, 15:00 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 28 oct. 2004, 17:27
Messages : 20
Ranucci arrive au carrefour de la Pomme. Il grille le stop et entre en collision avec la voiture de Martinez. Il redémarre sous les yeux du conducteur et des Aubert qui voient l'accident. Marinez demande aux Aubert de prendre en chasse le véhicule fautif afin de relever le numéro d'immatriculation.

Les Aubert suivent alors la voiture de Ranucci qui s'arrête sur le bas-côté, un peu plus loin. Ils prennent en note le numéro d'immatriculation.

Je crois que jusqu'à ce moment là, nous sommes tous d'accord. Mais ensuite que se passe-t'il ? Nous savons que les Aubert parlent à une personne en lui conseillant de revenir, que ce ne sont que des dégats matériels. Cette personne lui répond qu'il va revenir. Les aubert repartent alors donner le numéro à Martinez.

Je crois que ce sont les faits. Mais, est-ce que Rannucci est vraiment sorti de sa voiture ? Est-ce que les Aubert n'auraient pas parlé à quelqu'un d'autre pendant que Ranucci était évanoui au volant ? Il a dit qu'il ne souvenait de rien, à partir du moment de l'accident et qu'il s'était réveillé dans la champignonnière.

La thèse de Perrault dit qu'il y avait un autre homme, l'assassin qui a parlé aux Aubert, tué la petite. Il aurait vu Rannucci au volant, l'aurait basculé sur le siège arrière sans le réveiller, un exploit ! Il n'y avait pas de sang dans la voiture, : incroyable. Cette thèse est absolument incroyable, elle ressemble à un roman de science-fiction, pour moi.

Mais, enfin qu'ont vu les Aubert ? Si c'est Ranucci : coupable, si c'est un autre homme alors ranucci est innocent. Qu'en pense-vous ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: Qu'ont vu Les Aubert ?
Message non luPosté : 09 juin 2005, 15:17 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 27 févr. 2004, 22:48
Messages : 115
Localisation : Région parisienne
Citation :
Ranucci arrive au carrefour de la Pomme. Il grille le stop et entre en collision avec la voiture de Martinez. Il redémarre sous les yeux du conducteur et des Aubert qui voient l'accident. Marinez demande aux Aubert de prendre en chasse le véhicule fautif afin de relever le numéro d'immatriculation.

Les Aubert suivent alors la voiture de Ranucci qui s'arrête sur le bas-côté, un peu plus loin. Ils prennent en note le numéro d'immatriculation.

Je crois que jusqu'à ce moment là, nous sommes tous d'accord. Mais ensuite que se passe-t'il ? Nous savons que les Aubert parlent à une personne en lui conseillant de revenir, que ce ne sont que des dégats matériels. Cette personne lui répond qu'il va revenir. Les aubert repartent alors donner le numéro à Martinez.

Je crois que ce sont les faits. Mais, est-ce que Rannucci est vraiment sorti de sa voiture ? Est-ce que les Aubert n'auraient pas parlé à quelqu'un d'autre pendant que Ranucci était évanoui au volant ? Il a dit qu'il ne souvenait de rien, à partir du moment de l'accident et qu'il s'était réveillé dans la champignonnière.

La thèse de Perrault dit qu'il y avait un autre homme, l'assassin qui a parlé aux Aubert, tué la petite. Il aurait vu Rannucci au volant, l'aurait basculé sur le siège arrière sans le réveiller, un exploit ! Il n'y avait pas de sang dans la voiture, : incroyable. Cette thèse est absolument incroyable, elle ressemble à un roman de science-fiction, pour moi.

Mais, enfin qu'ont vu les Aubert ? Si c'est Ranucci : coupable, si c'est un autre homme alors ranucci est innocent. Qu'en pense-vous ?
Si c'est Ranucci coupable ?
Non, il est coupable s'ils ont vus Ranucci avec Maria-Dolores.....


Haut
   
 Sujet du message : Re: Qu'ont vu Les Aubert ?
Message non luPosté : 09 juin 2005, 19:23 
Citation :
Cette thèse est absolument incroyable, elle ressemble à un roman de science-fiction, pour moi.
C'est même pas de la SF, c est de la pure affabulation circonstanciée. On s'accroche à ce qu'on peut pour sauver sa tête, ça se comprend.

Sur une route déserte, croiser un meurtrier au moment où.
Et bizarre, Ranucci ne voit rien : nada.
Même pas les deux hurluberlus qui traversent la route.
LEs Aubert qui arrivent quelques secondes après, eux, ils voient tout.
Et Ranucci a eu le temps de s'endormir dans la seconde. Comme Napoleon qui faisait ses pauses le temps qu'une cuiller tombe par terre.

Ce serait du bon théâtre classique avec les 3 unités, mais y a des limites ! on joue pas une pièce en 15 sec chrono. 8)


Haut
   
 Sujet du message : Re: Qu'ont vu Les Aubert ?
Message non luPosté : 09 juin 2005, 20:29 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Citation :
Ranucci arrive au carrefour de la Pomme. Il grille le stop et entre en collision avec la voiture de Martinez. Il redémarre sous les yeux du conducteur et des Aubert qui voient l'accident. Vincent Martinez demande aux Aubert de prendre en chasse le véhicule fautif afin de relever le numéro d'immatriculation.
Il faut sans doute compter vingt secondes donc au moins de retard sur le fuyard.
Citation :
Les Aubert suivent alors la voiture de Ranucci qui s'arrête sur le bas-côté, un peu plus loin. Ils prennent en note le numéro d'immatriculation.
Non, lorsqu'ils redémarrent, à mon avis, elle a déjà disparue de leur champ de vision, en moins de 14 secondes, on est sur le premier virage. Donc quand ils démarrent, la voiture est sortie de leur champ de vision.

Le trajet quant à lui dure 30 secondes en allant assez vite et 50 secondes en roulant pépère. On va dire 35 secondes.
Citation :
Je crois que jusqu'à ce moment là, nous sommes tous d'accord. Mais ensuite que se passe-t'il ? Nous savons que les Aubert parlent à une personne en lui conseillant de revenir, que ce ne sont que des dégats matériels. Cette personne lui répond qu'il va revenir. Les aubert repartent alors donner le numéro à Martinez.
D'accord avec quoi ? Les déclarations des Aubert aux gendarmes ? Lorsqu'ils disent qu'en débouchant du virage ils voient un homme monter sur le talus en tirant un paquet ? Les déclarations des Aubert aux policiers le lendemain ou surlendemain lorsqu'ils déclarent qu'ils voient un homme ouvrir la portière et tirer un enfant ?

Donc déjà, les déclarations des Aubert fluctuent sérieusement.

Elles fluctuent d'autant plus, qu'une fois cette personne qu'ils interpellent leur répond, et une autre fois elle ne leur répond pas.
C'est quoi la vérité ?

Où se trouvent-ils en vérité ? Sont-ils tout à côté de la peugeot comme ils le déclarent auxc policiers et vont-ils faire un demi-tour cinquante mètres plus loin, ce que rend fort malaisé le fossé et la ravine de l'autre côté ?

Où alors sont-ils restés à cent mètres du véhicule de Ranucci comme ils le déclarent aux gendarmes et ont-ils fait demi-tour depuis cet endroit, après avoir pris le numéro ?
Citation :
Je crois que ce sont les faits.
Oui, en gommant et en simplifiant, ce pourrait être les faits, mais les faits sont forts difficiles à comprendre étant donné leurs variations.
Citation :
Mais, est-ce que Rannucci est vraiment sorti de sa voiture ? Est-ce que les Aubert n'auraient pas parlé à quelqu'un d'autre pendant que Ranucci était évanoui au volant ? Il a dit qu'il ne souvenait de rien, à partir du moment de l'accident et qu'il s'était réveillé dans la champignonnière.
Ceci est fort probable car il semblerait que la déclaration aux gendarmes reflète une vérité cohérente : ils débouchent du virage et voient la voiture arrêtée, se garent sur le terre-plein juste avant le commencement du fossé, tandis qu'il ont vu un homme s'enfuir, donc s'éloigner du véhicule et se cacher dans les taillis, cent mètres plus bas.
Aubert descende de voiture, interpelle la silhouette qu'il voit de puis cet endroit, silhouette qui à mon avis ne répond pas, ils prennent le numéro de la voiture et font demi-tour.
Citation :
La thèse de Perrault dit qu'il y avait un autre homme, l'assassin qui a parlé aux Aubert, tué la petite. Il aurait vu Rannucci au volant, l'aurait basculé sur le siège arrière sans le réveiller, un exploit ! Il n'y avait pas de sang dans la voiture, : incroyable. Cette thèse est absolument incroyable, elle ressemble à un roman de science-fiction, pour moi.
C'est encore plus incroyable de penser que Ranucci reprend sa voiture après avoir tué l'enfant tandis qu'on ne retrouve pas une goutte de sang sur lui, ni dans sa voiture, ce qui est beaucoup plus admissible si le meurtre a eu lieu une demi-heure ou trois quarts d'heures avant.
La personne à qui Aubert parle ne peut pas être Ranucci, sinon, il aurait compris qu'il avait été filé.

Donc effectivement, c'est une autre personne qu'ils ont vu, qui était d'ailleurs en train de s'approcher du véhicule de Ranucci au moment où ils se pointent et qui remonte précipitamment au moment où il est surpris, sans doute remonte-t-il dans les fourrés en entendant le bruit de la voiture.

En quoi basculer un homme qui dort sur le siège arrière d'un coupé peugeot sans appui-tête est-il un exploit ? Je me le demande... C'est pour un petit cambrioleur par exemple une audace dans ses cordes. On est toujours surpris de l'audace des gens...

Ce qui ressemble à un roman de science-fiction, c'est d'imaginer que Ranucci irait se réfugier dans cette champignonnière qu'on ne peut trouver qu'à condition de la connaître. Quelqu'un qui ne connaît pas et qui cherche un refuge emprunte la première entrée, bien plus visible que la seconde.

Pour aller se mettre dans ce tunnel, il faut le connaître. Dès que l'on admet que quelqu'un est monté dans sa voiture pour l'y emmener, beaucoup du mystère se dissipe : le meurtrier, lui connaissait la champignonnière.

Citation :
Mais, enfin qu'ont vu les Aubert ? Si c'est Ranucci : coupable, si c'est un autre homme alors ranucci est innocent. Qu'en pense-vous ?
Ce qu'ils disent aux gendarmes : une voiture arrêtée, cent mètres plus loin, qui était de fait une peugeot immatriculée 1369 SG 06, un homme qui s'enfuyait en remontant le talus et qui donc disparaissait aussitôt de leur vue, une silhouette inquiétante ensuite, dans les fourrés qui n'a pas répondu à son appel. Et c'est tout.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 juin 2005, 21:45 
dites nous comment Ranucci a le temps de s'arrêter, de s'endormir, sans rien à voir nii à droite ni à gauche de ces fugitifs.
Comment ils ont le temps de traverser par la suite donc, tout cela avant que les Aubert arrivent.

Avec 14 sec de retard, si on soustrait celles ou ils sont déjà en vue de la 304 arrêtée, ça fait la moitié peut-être, comment en 7 secondes Ranucci a le temps (apres avoir ralenti, ce qui restreint ces 14 secondes encore) de s'endormir sans rien voir, comment après ça 2 personnes ont le temps d'apparaitre alors qu'elle étaient hors du champ de vision de CR et de traverser ?


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 84 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com