Nous sommes le 20 janv. 2021, 23:55

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 205 messages ]  Aller à la page Précédente 110 11 12 13 14
Auteur Message
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 01 déc. 2020, 08:42 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 20:29
Messages : 360
Citation :
si la juge avait interpellé M. Martinez sur ce point en le confrontant avec les Aubert (présents aussi le 10, je crois)
Je pense que la pression était telle (Le Forsonney avait rappelé la pression qu'il y avait sur Alessandra, pour la juge ce ne devait pas être différent) qu'elle n'allait pas "chercher la petite bête", et ce genre de confrontation aurait été perçu comme une provocation, sur le mode "ce salaud a tué une gamine et on ergote pour savoir si qqun l'a vue ou pas vu dans sa voiture" ...


Haut
   
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 01 déc. 2020, 20:07 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 20:29
Messages : 360
Citation :
La confrontation a eu lieu le 10 juin.
Les contradictions, pour les voir, il faut les chercher. La juge n'a pas remarqué que ni aux gendarmes, ni aux policiers, ils n'ont parlé du fossé qui se trouvait à l'aplomb du lieu du crime. Et là devant la juge, ils vont parler de "caniveau". Un caniveau de 1.40 m, cherchez l'erreur. Ce caniveau, ils en ont entendu parler justement au cours de la confrontation. Et ils vont l'inserer dans leur déposition respective. Là, entre ce que dit la dame et ce que dit son mari, il y a contradiction et la juge ne verra rien?
Revenons sur cette histoire de caniveau, votre raisonnement si j'ai bien compris c'est que Ranucci parle d'un caniveau et que les Aubert reprennent ce terme.
Sauf que la juge sur les lieux le 5 juin (avant d'avoir entendu Ranucci donc, ou AUbert) parle elle-même d'un caniveau à 3 reprises :
Citation :
Sur les indications qui nous ont été données, nous nous sommes dirigés sur les lieux de la découverte.
Pour ce faire, nous avons dû franchir un caniveau bordant la route.
Les gendarmes nous ont fait remarquer la présence d'une trace de talon de chaussure bordant le caniveau côté colline. Nous nous sommes engagés ensuite dans les fourrés surplombant la route.
A quelques mètres de celle-ci nous avons trouvé une petite chaussure d'enfant type sabot à talon, talon dont une trace avait été remarquée par nous au bord du caniveau.
Et 30 ans plus tard, alors qu'entretemps les Aubert sont allés sur les lieux du crime pour la reconstitution (ils ont donc parfaitement bien vu ce que Gras appelle lui fossé), Aubert parle pourtant encore (à Bouladou) d'un caniveau.
Citation :
il tourne autour de la voiture, il prend la main du gosse, il enjambe le petit caniveau et ils partent en remontant le talus.
Bref "les gens de la ville" (le juge, les Aubert) parlent d'un caniveau, tout simplement. Une fausse piste que votre histoire de caniveau (c'est le mot ...).


Haut
   
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 03 déc. 2020, 09:57 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 1254
Citation :

Revenons sur cette histoire de caniveau, votre raisonnement si j'ai bien compris c'est que Ranucci parle d'un caniveau et que les Aubert reprennent ce terme.
Sauf que la juge sur les lieux le 5 juin (avant d'avoir entendu Ranucci donc, ou AUbert) parle elle-même d'un caniveau à 3 reprises :
Ce qui est sûr, c'est qu'avant cette confrontation, ni Aubert, ni sa femme n'ont parlé de ce fossé ou caniveau. Et la façon dont-ils vont en parler montrent que ce qu'ils disent, ils ne l'ont pas vu.

Citation :

Et 30 ans plus tard, alors qu'entretemps les Aubert sont allés sur les lieux du crime pour la reconstitution (ils ont donc parfaitement bien vu ce que Gras appelle lui fossé), Aubert parle pourtant encore (à Bouladou) d'un caniveau.
Citation :
il tourne autour de la voiture, il prend la main du gosse, il enjambe le petit caniveau et ils partent en remontant le talus.
Oh l'escroc....... Dans la même page, juste quelques lignes plus haut Aubert raconte:"Le temps que j'arrive sur eux,ils enjambent LE FOSSE, je les voyais "de visu" monter en courant dans la colline". Donc Aubert utilise bien le mot "fossé"


Citation :
Bref "les gens de la ville" (le juge, les Aubert) parlent d'un caniveau, tout simplement. Une fausse piste que votre histoire de caniveau (c'est le mot ...).
Déduction érronée puisque nous le voyons avec Aubert qui utilise les deux et nous le voyons avec Ranucci un niçois de la ville qui devant les policiers parlera de "caniveau" et qui dans son récapitulatif n'utilisera jamais ce mot. Il ne parlera que de "fossé" et à huit reprise, si ma mémoire est bonne.
Remarquons au passage que dans cet extrait, Aubert dit bien qu'il a vu descendre le conducteur:"je le vois descendre et faire le tour.....". Il dit aussi qu'il les voyait monter en courant dans la colline, or sur le lieu du crime, ce n'est pas possible de voir cela. Donc s'il a vu cette scéne, ce n'était pas à l'aplomb du lieu de crime.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.


Haut
   
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 03 déc. 2020, 14:31 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 20:29
Messages : 360
Citation :
Dans la même page, juste quelques lignes plus haut Aubert raconte:"Le temps que j'arrive sur eux,ils enjambent LE FOSSE, je les voyais "de visu" monter en courant dans la colline". Donc Aubert utilise bien le mot "fossé"
Aubert utilise les 2 termes ("fossé" et "petit caniveau"), et pourtant il parle bien du même lieu. C'est bien la preuve que dans son esprit fossé et caniveau sont équivalents. C'est peut être idiot de sa part mais c'est comme ça.
Citation :
Remarquons au passage que dans cet extrait, Aubert dit bien qu'il a vu descendre le conducteur:"je le vois descendre et faire le tour.....". Il dit aussi qu'il les voyait monter en courant dans la colline, or sur le lieu du crime, ce n'est pas possible de voir cela. Donc s'il a vu cette scéne, ce n'était pas à l'aplomb du lieu de crime.
ah après le caniveau la colline maintenant ...

Aubert parle indistinctement d'un fossé ou d'un caniveau pour quelque chose que vous ne considérez pas comme un caniveau, donc il peut tout aussi bien bien parler d'une colline alors que pour vous cela n'en est pas une.

Et d'ailleurs de toute façon Gras emploie aussi ce terme de colline :
Citation :
- description de l’état des lieux :
Les lieux sont situés à hauteur du P.K.26,070 sur la RN8 bis. Cette dernière mesure 8,50 mètres de largeur .
Elle est bordée au sud par une ravine et au nord par un fossé mesurant 1,40 mètre suivi d’un talus puis d’une colline boisée et recouverte de garrigue.
Donc débat clos sur ces histoires de caniveau et de colline.


Haut
   
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 04 déc. 2020, 20:07 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 1254
Citation :
Aubert utilise les 2 termes ("fossé" et "petit caniveau"), et pourtant il parle bien du même lieu. C'est bien la preuve que dans son esprit fossé et caniveau sont équivalents.
D'abord j'ai tenu à montrer que vous avez essayé de tromper les lecteurs. Ensuite il n'y a que dans votre esprit étroit que cela peut être une preuve. Fossé et caniveau ne peuvent être pris pour équivalent dans l'esprit de personne, pour la bonne raison que ces deux mots ne sont même pas synonymes.
A Bouladou, Aubert parle de "petit caniveau". Il est bien clair que cela ne peut correspondre à un fossé de 1.40m.
Donc, Aubert ce rappelle bien du fossé, ce fossé qu'il a vu le jour de la reconstitution. Ce jour là, il a bien vu que cela ne correspondait pas. Il a donc de bonne raison de ce rappeler qu'il a vu un fossé mais que devant la juge, il a parlé de caniveau.
Citation :
Remarquons au passage que dans cet extrait, Aubert dit bien qu'il a vu descendre le conducteur: "je le vois descendre et faire le tour.....". Il dit aussi qu'il les voyait monter en courant dans la colline, or sur le lieu du crime, ce n'est pas possible de voir cela. Donc s'il a vu cette scène, ce n'était pas à l'aplomb du lieu de crime.
Citation :
ah après le caniveau la colline maintenant ...

Aubert parle indistinctement d'un fossé ou d'un caniveau pour quelque chose que vous ne considérez pas comme un caniveau, donc il peut tout aussi bien bien parler d'une colline alors que pour vous cela n'en est pas une.
Où ai-je dis que ce qui n'était pas possible, c'était l'utilisation du mot "colline" ? Vous fantasmez.
Non, si je dis que ce n'est pas possible, c'est parce que comme l'a écrit le capitaine Gras, à l'aplomb, "il y a une colline boisée et recouverte de garrigue."
Nous le savons tous, par les nombreuses photos connues du lieu, une fois le fossé franchi, on s'enfonçait tout de suite dans la garrigue. Il était donc impossible sur le lieu du crime, de voir comme Aubert l'a dit à Bouladou:"qu'il les voyait monter en courant dans la colline".
Perdu encore une fois l'occasion de se taire.
Citation :
Donc débat clos sur ces histoires de caniveau et de colline."
Le débat ? Quel débat ? Vous faites une réponse hors sujet et vous croyez que cela clos le débat......
Une manipulation de plus.


Haut
   
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 07 déc. 2020, 09:14 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 20:29
Messages : 360
Citation :
Nous le savons tous, par les nombreuses photos connues du lieu, une fois le fossé franchi, on s'enfonçait tout de suite dans la garrigue. Il était donc impossible sur le lieu du crime, de voir comme Aubert l'a dit à Bouladou:"qu'il les voyait monter en courant dans la colline".
Perdu encore une fois l'occasion de se taire.
Alors là je vous remercie de confirmer de manière éclatante ce que je dis depuis le début, ce que Gras a écrit: Aubert déboule du virage "tandis que" un homme monte le talus, donc effectivement Aubert ne peut pas voir celui-ci monter dans une colline car au moment où Aubert voit l'homme il n'est pas encore arrivé à sa hauteur ("à environ 100 mètres" écrit Gras)
Donc bien sûr dans son itw à Bouladou ce passage où il voit qqun monter dans une colline est inventé par Aubert: quand AUbert arrive à l'endroit en question, l'homme a déjà disparu, il est maintenant "dissimulé dans les fourrés", exactement comme l'écrit Gras.


Haut
   
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 07 déc. 2020, 09:50 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 20:29
Messages : 360
Citation :
Donc, Aubert ce rappelle bien du fossé, ce fossé qu'il a vu le jour de la reconstitution. Ce jour là, il a bien vu que cela ne correspondait pas. Il a donc de bonne raison de ce rappeler qu'il a vu un fossé mais que devant la juge, il a parlé de caniveau.
La juge ne parle elle-même que de caniveau le 5 (à 3 reprises), jamais de fossé, pourtant elle a bien vu les lieux de ses propres yeux (lieux qui effectivement correspondent pour beaucoup de gens à un fossé) et elle n'a encore auditionné personne (elle ne répète donc pas les propos d'un témoin, et si elle avait du être influencé par qqun sur le choix d'un terme cela aurait été par Gras et lui parle de fossé)
Donc le 10 il n'y a aucun doute que c'est ce terme que la juge a employé (et pas fossé) quand elle a interrogé Aubert, il se retrouve naturellement dans la déposition (c'est sans doute une retranscription d'un échange du type "vous l'avez donc vu sauter le caniveau avec l'enfant ?", "Oui", "Greffier écrivez etc etc"). Ce terme a sans doute été aussi employé par elle lors de la reconstitution et des discussions avec Aubert sur les lieux exacts du crime (on ne voit pas pourquoi elle changerait de terme) même si le PV ne mentionne ni fossé ni caniveau.
En résumé, c'est la juge qui a influencé Aubert pour le choix de ce terme.


Haut
   
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 08 déc. 2020, 18:54 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 1254
Citation :
Nous le savons tous, par les nombreuses photos connues du lieu, une fois le fossé franchi, on s'enfonçait tout de suite dans la garrigue. Il était donc impossible sur le lieu du crime, de voir comme Aubert l'a dit à Bouladou:"qu'il les voyait monter en courant dans la colline".
Citation :
Alors là je vous remercie de confirmer de manière éclatante ce que je dis depuis le début, ce que Gras a écrit: Aubert déboule du virage "tandis que" un homme monte le talus, donc effectivement Aubert ne peut pas voir celui-ci monter dans une colline car au moment où Aubert voit l'homme il n'est pas encore arrivé à sa hauteur ("à environ 100 mètres" écrit Gras)
quand AUbert arrive à l'endroit en question, l'homme a déjà disparu, il est maintenant "dissimulé dans les fourrés", exactement comme l'écrit Gras.
Mais ce que je dis ne confirme nullement vos âneries. A l'aplomb du lieu de crime, dés que l'on a franchi le fossé, on disparaissait dans la végétation. Donc, si on ne paut pas voir quelqu'un qui monte, lorsqu'on se trouve pile "à l'aplomb", on ne risque pas de le voir d'avantage à 100m de cet aplomb. Vous en avez beaucoup des comme ça.

Citation :

Donc bien sûr dans son itw à Bouladou ce passage où il voit qqun monter dans une colline est inventé par Aubert:
Non, c'est ce qu'il a en mémoire. Et cela va bien dans le sens où il n'a pas vu la peugeot arrêtée à l'aplomb du lieu du crime. Chose que l'on peut démontere d'une autre façon.
Citation :
(lieux qui effectivement correspondent pour beaucoup de gens à un fossé
Exactement y compris pour Les Aubert. Donc, le jour de la reconstitution, ils ont bien du se rendre compte que le fossé qu'ils avaient devant les yeux ne collait pas avec le caniveau de leurs auditions.
Citation :
Donc le 10 il n'y a aucun doute que c'est ce terme que la juge a employé (et pas fossé) quand elle a interrogé Aubert, il se retrouve naturellement dans la déposition (c'est sans doute une retranscription d'un échange du type "vous l'avez donc vu sauter le caniveau avec l'enfant ?", "Oui", "Greffier écrivez etc etc
Les echanges de ce type sont parfaitement identifiables dans un PV. Ce n'est pas le cas pour ce PV.
Citation :
"). Ce terme a sans doute été aussi employé par elle lors de la reconstitution et des discussions avec Aubert sur les lieux exacts du crime (on ne voit pas pourquoi elle changerait de terme) même si le PV ne mentionne ni fossé ni caniveau.
C'est écrit ? Non. N'en parlons pas.


Citation :
En résumé, c'est la juge qui a influencé Aubert pour le choix de ce terme.
Mais c'est ce que je dis. Le 10, lors de la confrontation, la juge va reprendre les aveux de Ranucci et elle va parler de caniveau.
C'est à ce moment là que les Aubert vont réaliser et que par la suite, lors de leur audition devant la juge, ils vont rajouter......le caniveau.
Et vu ce qu'ils racontent, il est clair qu'ils n'ont pas eu le temps d'en parler ensemble.


Haut
   
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 09 déc. 2020, 11:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 20:29
Messages : 360
Citation :
Nous le savons tous, par les nombreuses photos connues du lieu, une fois le fossé franchi, on s'enfonçait tout de suite dans la garrigue. Il était donc impossible sur le lieu du crime, de voir comme Aubert l'a dit à Bouladou:"qu'il les voyait monter en courant dans la colline"
Oui le fait d'être en capacité de voir un homme "monter dans la colline" n'est qu'une invention de plus au milieu d'une une phrase qui ne décrit que des choses inventées.
Citation :
Le chauffeur s’arrête. Les portières s’ouvrent. Le gosse descend également. Le temps que j’arrive sur eux, ils enjambent le fossé, je les voyais de visu monter en courant dans la colline.
Citation :
il tourne autour de la voiture, il prend la main du gosse, il enjambe le petit caniveau et ils partent en remontant le talus.
C'est un récit totalement inventé.
Mais si on reprend le texte de Gras
Citation :
un homme jeune gravissait le remblai et s'enfonçait dans les fourrés
on comprend (contrairement à ce qu'affirmera ensuite Aubert) que l'homme n'a pas "enjambé" ou "sauté" le fossé, mais est descendu dans celui-ci pour ensuite remonter. Et effectivement une fois arrivé en haut du "remblai" (en fait le fossé) il disparaît dans les fourrés. Encore une fois le récit de Gras est cohérent.


Haut
   
 Sujet du message : Re: les lunettes et la myopie
Message non luPosté : 14 déc. 2020, 18:43 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 1254
Citation :
Oui le fait d'être en capacité de voir un homme "monter dans la colline" n'est qu'une invention de plus au milieu d'une une phrase qui ne décrit que des choses inventées.
Ce qui est inventé, c'est ce que vous racontez. En fait, il n'y a pas une phrase, mais deux, où il est question de "monter dans la colline".
Dans la première, Aubert dit: "Le temps que j'arrive sur eux, ils enjambent le fossé, je les voyais de visu monter dans la colline". Qu'elles sont les choses inventées ? Le fossé qu'il enjambent, je suis d'accord mais les autres choses ?
Dans la deuxième phrase Aubert dit: "Non, non, c'est l'endroit exact où je l'ai vu s'arrêter et monter dans la colline". Dans cette phrase, qu'elles sont les choses inventées ?
Citation :
on comprend (contrairement à ce qu'affirmera ensuite Aubert) que l'homme n'a pas "enjambé" ou "sauté" le fossé, mais est descendu dans celui-ci pour ensuite remonter.
A vous arrivez à comprendre ça ? Pourtant, c'est encore une autre action qui n'est liée en rien au "tandis que" du capitaine.
Non, cette scène est bien trop "caractéristique" pour qu'elle échappe à la mémoire des Aubert. La juge, au moment où elle "entend" les Aubert séparément, sait très bien que ce fossé, il a fallu qu'elle descende dedans.
Et elle a pris les dires absurdes des Aubert à propos du franchissement du fossé, sans rien y voir de suspect.

Citation :
Et effectivement une fois arrivé en haut du "remblai" (en fait le fossé) il disparaît dans les fourrés. Encore une fois le récit de Gras est cohérent.
Non, mille fois non. Un remblai, ce n'est pas un fossé. Reprenez votre Larousse. Le récit de Gras cohérent ? Cohérent avec quoi?, cohérent avec qui?. Dans cette affaire, personne n'a utilisé le mot remblai et Gras lui même, dans son autre PV, parle " d'un fossé, suivi d'un talus".
Cette erreur grossière de fossé/remblai n'a été utilisée sur ce forum que par deux 'speudos" qui en fait ne sont qu'une seule et même personne ?


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 205 messages ]  Aller à la page Précédente 110 11 12 13 14

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com