Nous sommes le 17 août 2019, 19:02

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 52 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 24 sept. 2007, 13:41 
Au sujet de ses souvenirs flous, on sait qu'au sujet des circonstances de l'accident il est précis en juin 74, en particulier lors de la reconstitution du 24. Il persiste jusqu'en mai 1976 :
Citation :
Je continuais donc ma route à une vitesse permise par la route et mon état. A quelques kilomètres de la banlieue, alors que je venais de m'arrêter à un stop - de façon peut-être peu orthodoxe que je qualifierai « d'arrêt dans la foulée » -, je n'eus ni le temps de m'apercevoir de la présence d'un véhicule venant à vive allure, ni ensuite, lorsque je le vis fort près de m'emboutir, la possibilité d'accélérer, car je m'étais auparavant embrouillé avec mon levier de vitesses.
Un choc épouvantable, dans un fracas de tôle froissée. Le tout s'est passé en un instant. Il est possible que la perception de rapidité s'en soit trouvée accélérée par mon état de semi-somnolence. La commotion qui s'ensuivit ne me permit pas de me rendre compte de l'étendue des dégâts, ni de bien comprendre sur le coup ce qui s'était passé. Je me sentais en tort à cause du stop mal respecté, aussi je commis l'erreur de partir sans m'arrêter; car je ne voulais pas risquer un possible retrait du permis de conduire. C'est mon gagne-pain. De plus, je risquais une surtaxe de mon assureur, en supplément à des primes déjà exorbitantes vu que j'ai moins de 25 ans.
La commotion due au choc de l'accrochage ne me permit pas, également, de me rendre bien loin ; en effet, lorsque, peu après, j'arrêtai ma 304, je tombai complètement dans les pommes, évanoui.
Quant à Jean-François Le Forsonney, il nous a décrit le 18/04 qu'il avait établi avec CR une bonne relation (arrivaient même à avoir des crises de fou rire au sujet d'autres détenus ou de gardiens) et qu'il n'avait jamais eu l'impression que CR lui mente. A partir de là, ne pas lui demander de détails sur ce qu'il a fait dans la galerie, ou ne pas lui demander de détails sur le couteau quand CR lui dit juste avanat le procès que c'est bien le sien ... : son explication : CR n'acceptait pas ce genre de questions, le regardant avec des yeux ronds, sous entendu "quoi, mais je n'ai pas vous répondre puisque je suis innocent!".


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 oct. 2007, 13:04 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 sept. 2007, 17:09
Messages : 4
Quand la foule se déchaine, il n'y a pas grand-chose à faire...
Accusé d'un crime atroce, ou soupçonné, la réaction d'un individu tient à sa psychologie, et peut entraîner sa perte. Alors même qu'il est innocent, il peut laisser à penser, par son attitude, qu'il est coupable.
Une anecdote personnelle :
Je faisais de l'athlétisme, et je me rendais au stade à vélo, un vélo de course que m'avait donné mon père, donc âgé.
Un soir, après l'entraînement, un type de mon équipe est devant mon vélo, que j'avais attaché dans un endroit peu éclairé. Il reconnait là le vélo qu'on lui à piqué la semaine précédente. Ma réaction n'a pas dû être la bonne, car il est devenu de plus en plus persuadé qu'il s'agissait bien de son vélo, que je lui aurais volé et repeint. Au bout de quelques minutes, son père et une dizaine de personnes étaient autour, et j'étais le voleur. Tout le monde le harcelait : c'est ton vélo, casse-lui la gueule etc. Ce qu'il a entrepris de faire peu après....
Après s'être copieusement rentrés dedans, et rendus dans les locaux de la police, il est apparu clairement que les tâches de rouille qui parsemaient la peinture mauve de mon vélo attestaient de l'ancienneté de la dite peinture ; et mon bonhomme est soudain devenu penaud.
Pour le reste de la saison, au sein du club, j'étais quelqu'un de bizarre, un faiseur d'histoires etc...
J'ai une grande tendance à culpabiliser pour tout. Là, j'ai sûrement réagi trop mollement au tout début. Si j'avais eu plus d'aplomb, et surtout si j'avais décelé jusqu'où cette accusation gratuite pouvait conduire, j'aurais certainement "stratégisé" ma défense : cette peinture à plus de 15 ans, viens voir le vélo à la lumière etc... Probablement, le cas aurait été clos en 2 minutes.
Si les premières réactions de Ranucci ont été faibles, si lui aussi pouvait se sentir coupable de tout et n'importe quoi, dans un cas aussi grave, je suis persuadé que la seule vindicte populaire, flics, juges d'instruction compris, a pu le conduire à l'échafaud.
Et ne perdons pas de vue qu'à certains moments, il faut que ça pète, il faut qu'une tête tombe, et que c'est rarement la bonne...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 oct. 2007, 13:23 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 sept. 2007, 17:09
Messages : 4
Citation :
[...]
Bonjour et bienvenue Eus, mais as tu une version complète qui se tienne avec CR innocent : ce qu'ont vu les Aubert, de Martinez, comment CR atterrit dans la galerie, pourquoi il doute de son innocence pendant plusieurs mois alors qu'il sait qu'il était seul dans sa 304 lors de l'accident, pourquoi ne donne t-il pas de détail à Jean-François Le Forsonney avant le procès au sujet du couteau, du pantalon, du détail des aveux (p.ex. le dessin) ?
Je pense que Ranucci est innocent. Je pense qu'il n'a rien vu, rien su. Que le meurtre a été commis dans la hâte et l'opportunité de lui faire porter le chapeau, mais froidement, par un vrai criminel sexuel. Comment et pourquoi, je ne sais pas. Le meurtrier a dû être dérangé par Ranucci, peut-être dans la champignonnière.
On lui a fait signer n'importe quoi, c'est sur. Faites une déposition dans une gendarmerie ou un poste de police, même pour un fait banal, vous allez avoir beaucoup de mal à signer ce que vous voulez exactement dire.
Une fois qu'il a tout signé, il se frotte les yeux. Forcément, le regard de tout le monde a changé, tout le monde veut le voir mort. Ça doit suffire à atténuer la confiance que l'on peut avoir en soi. Pour peu que tu ne tiennes pas férocement à la vie, que tu sois un peu défaitiste, tu te laisses entraîner, jusqu'à la mort, ça me paraît possible.
Les Aubert ont vu Ranucci ; le paquet volumineux pouvait être simplement Ranucci se tenant le bras, s'il avait mal, ou peut-être rien, ou peut-être sa carabine. Après, si on te bourre le mou comme il faut, ils ont peut-être été persuadés d'avoir vu un enfant, et Ranucci a peut-être fini par croire qu'il avait vraiment tué.
Mais je pense que le meurtrier, après le succès de son stratagème, a recommencé à violer et tuer des enfants. Peut-être même le connait-on bien suite à d'autres affaires...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 oct. 2007, 08:06 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 mai 2006, 21:13
Messages : 3531
Citation :
Quand la foule se déchaine, il n'y a pas grand-chose à faire...
Accusé d'un crime atroce, ou soupçonné, la réaction d'un individu tient à sa psychologie, et peut entraîner sa perte. Alors même qu'il est innocent, il peut laisser à penser, par son attitude, qu'il est coupable.
Une anecdote personnelle :
Je faisais de l'athlétisme, et je me rendais au stade à vélo, un vélo de course que m'avait donné mon père, donc âgé.
Un soir, après l'entraînement, un type de mon équipe est devant mon vélo, que j'avais attaché dans un endroit peu éclairé. Il reconnait là le vélo qu'on lui à piqué la semaine précédente. Ma réaction n'a pas dû être la bonne, car il est devenu de plus en plus persuadé qu'il s'agissait bien de son vélo, que je lui aurais volé et repeint. Au bout de quelques minutes, son père et une dizaine de personnes étaient autour, et j'étais le voleur. Tout le monde le harcelait : c'est ton vélo, casse-lui la gueule etc. Ce qu'il a entrepris de faire peu après....
Après s'être copieusement rentrés dedans, et rendus dans les locaux de la police, il est apparu clairement que les tâches de rouille qui parsemaient la peinture mauve de mon vélo attestaient de l'ancienneté de la dite peinture ; et mon bonhomme est soudain devenu penaud.
Pour le reste de la saison, au sein du club, j'étais quelqu'un de bizarre, un faiseur d'histoires etc...
J'ai une grande tendance à culpabiliser pour tout. Là, j'ai sûrement réagi trop mollement au tout début. Si j'avais eu plus d'aplomb, et surtout si j'avais décelé jusqu'où cette accusation gratuite pouvait conduire, j'aurais certainement "stratégisé" ma défense : cette peinture à plus de 15 ans, viens voir le vélo à la lumière etc... Probablement, le cas aurait été clos en 2 minutes.
Si les premières réactions de Ranucci ont été faibles, si lui aussi pouvait se sentir coupable de tout et n'importe quoi, dans un cas aussi grave, je suis persuadé que la seule vindicte populaire, flics, juges d'instruction compris, a pu le conduire à l'échafaud.
Et ne perdons pas de vue qu'à certains moments, il faut que ça pète, il faut qu'une tête tombe, et que c'est rarement la bonne...
Eus,

Merci pour ce témoignage.
Je partage totalement votre avis.
Juger une personne sur un comportement présumé "louche" ça peut conduire à une erreur dramatique.
Trop de personnes n'arrivent pas à comprendre que dans une situation difficile un autre individu ne va pas forcément réagir comme ces personnes pensent qu'elles le feraient si elles étaient dans la même situation.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 oct. 2007, 09:16 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 27 janv. 2005, 16:21
Messages : 1407
Localisation : BELGIQUE
Je partage moi aussi votre avis, eus. Et merci pour ce témoignage dont vous êtes heureusement sorti sans trop de casse... kap mwink:

_________________
My soul is painted like the wings of butterflies


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 oct. 2007, 18:40 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 05:45
Messages : 4415
Localisation : Paris
Ce soir 2 octobre 2007 sur France2 : la rumeur... et ses conséquences


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 oct. 2007, 19:54 
quand les suspects sont coupables...il n'y a pas de fumée sans feu.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 52 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com