http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/

Etude et réflexions sur une possibilité d'innocence
http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/viewtopic.php?f=12&t=11730
Page 4 sur 4

Auteur :  yargumo [ 05 févr. 2018, 18:32 ]
Sujet du message :  Re: Etude et réflexions sur une possibilité d'innocence

bernie a écrit:
Citation :
La mise en place du dispositif et la venue du chien, même du 100 kms, n'est pas la preuve que les gendarmes avaient la certitude qu'il y avait un lien absolument sûr entre le conducteur de la Peugeot et l’enlèvement de la fillette à Marseille. Si les gendarmes avaient eu cette certitude, ils auraient prévenu les "autorités concernées" en vue de procéder au plus tôt, à l'interception de l'individu. Ce qui nous le savons, n'a pas été fait.
Cette certitude, les gendarmes ne pouvaient pas l'avoir puisque personne, absolument personne, ne leur a dit avoir vue la fillette avec le conducteur de la 304.
Je maintien donc que les gendarmes n'ont jamais eu de certitude quant au lien entre les deux affaires.
De ce fait, évoquer le principe de la "saisie incidente" pour le pull le 5 juin n'a pas de sens.

C'est justement parce que quelqu'un leur a parlé d'un enfant, dès le 3, réalisant 'la boulette' qu'ils font ces recherches sans prévenir " les autorités concernées"; donc vous voyez bien que la saisie incidente du pull, le 5, trouve son sens.

bernie a écrit:
[
Citation :
C'est une évidence, mais cela ne dit pas que les gendarmes avaient une certitude bla bla bla.......

c'est plutôt glou glou glou..., un naufrage.
bernie a écrit:[
Citation :
Un postulat ? quel postulat ? C'est clair, la mission du chien est défini, c'est le conducteur qu'il faut "tracer". Cela n'indique pas que les gendarmes ont la certitude que celui-ci (le conducteur) est impliqué de façon certaine bla bla bla......
le Titanic je vous disais...
Oui la mission de l'équipage d'Arles est bien définie:
5. Nature de l'affaire : Recherche de la jeune Maria-Dolorès RAMBLA, victime d'un enlèvement commis le 03.06.74, l'auteur présumé ayant été aperçu le même jour sur la commune de Peypin - BDR - à 800 mètres environ du carrefour formé par les routes N8 bis et 96 .
C'est écrit et ça a le mérite d'être clair; il cherche la petite et ce de l'endroit où a séjourné le jeune homme impliqué dans l'accident, difficile de nier le rapprochement fait par les gendarmes. Impossible même, à moins de ne pas disposer de toutes ses facultés ou d'être foncièrement malhonnête .
bernie persiste:
Citation :
Bien sûr, j'ai écrit cela:" "Les gendarmes de Greasque n'ont pas fait venir un chien pour chercher un enfant que personne n'a vu et pour lequel il y avait impossibilité de suivre une trace." et je le maintien puisqu'il ne s'agit que de constater ce qui c'est passé le 3 juin 1974 vers la galerie. Le chien a bien été mis en piste à un endroit où personne n'a vu la fillette et où par contre a été vu le conducteur de la Peugeot.

Bon je crois que cette fois-ci, on a perdu 'notre petit bernie' pour de bon.....
Comment dire? Je ne comprends pas 'l'impossibilité de suivre une trace'.
Pas tous cons dans la gendarmerie, ils se sont demandés, comme nous tous, pourquoi le conducteur avait descendu sa voiture dans le trou à quelques centaines de mètres de l'arrêt? La réponse qui vient à l'esprit de tous: pour retourner sur les lieux du possible crime....
Ils savent les circonstances de l'épisode: l'accident, la fuite, l'escalade et puis le jeune homme seul à la galerie plus tard dans l'après-midi.... A partir de cela, ils peuvent imaginer la petite quelque part dans les fourrés au bord de la route ou aux environs de la champignonnière.
Vous le voyez mettre le chien en piste à partir du tunnel n'est pas si incohérent.

Au fait! Ce ne sont pas les gendarmes de Gréasque qui ont fait venir un chien de cent bornes de là mais bien l'état-major des BDB, et oui ça se passe comme cela chez les militaires.

Auteur :  Arlaten [ 06 févr. 2018, 18:43 ]
Sujet du message :  Re: Etude et réflexions sur une possibilité d'innocence

Arlaten a écrit :
La mise en place du dispositif et la venue du chien, même du 100 kms, n'est pas la preuve que les gendarmes avaient la certitude qu'il y avait un lien absolument sûr entre le conducteur de la Peugeot et l’enlèvement de la fillette à Marseille. Si les gendarmes avaient eu cette certitude, ils auraient prévenu les "autorités concernées" en vue de procéder au plus tôt, à l'interception de l'individu. Ce qui nous le savons, n'a pas été fait.
Cette certitude, les gendarmes ne pouvaient pas l'avoir puisque personne, absolument personne, ne leur a dit avoir vue la fillette avec le conducteur de la 304.
Je maintien donc que les gendarmes n'ont jamais eu de certitude quant au lien entre les deux affaires.
HM a écrit :
C'est justement parce que quelqu'un leur a parlé d'un enfant, dès le 3, réalisant 'la boulette' qu'ils font ces recherches sans prévenir " les autorités concernées";
L'imbécile, l'intraitable menteur. Ce n'est pas la première fois qu'il évoque un hypothétique témoin qui aurait parlé d'un enfant aux gendarmes, sans apporter la moindre preuve de ce qu'il avance.
Quand on soutien comme il le fait que c'est à cause de l'importance du dispositif et de la venue du chien, que les gendarmes devaient avoir l'information de la présence d'un enfant, cela induit, que la décision de mener des recherches a été prise au reçu de l'information, soit pratiquement au moment de l'appel de Martinez. Là, il prétend que l'information, les gendarmes l'avaient depuis le 3 juin. L'art de dire tout et son contraire.
De plus, le 3 juin, l'informateur ne peut être Aubert qui n'a appelé que le 4 juin. Appel que lui HM conteste.
Donc, d'un seul coup d'un seul, notre menteur invente un nouvel informateur, le moment du donnée de l'information et des gendarmes qui n'auraient fait aucun cas de cette information.

Arlaten a écrit :
De ce fait, évoquer le principe de la "saisie incidente" pour le pull le 5 juin n'a pas de sens.
HM a écrit :
donc vous voyez bien que la saisie incidente du pull, le 5, trouve son sens.
Absolument rien à voir et encore une affirmation fausse, donnée sans argumentation. Pour ma part, j'ai suffisamment expliqué ce que j'avance. Constatons, qu'il ne donne pas l'information qui aurait été à la disposition des gendarmes et qui aurait pu leur faire croire que le conducteur de la 304 était bien l'auteur de l’enlèvement et du meurtre de l'enfant.

Arlaten a écrit :
C'est une évidence, mais cela ne dit pas que les gendarmes avaient une certitude bla bla bla......
HM a écrit :
c'est plutôt glou glou glou..., un naufrage..
Faute d'argument notre menteur donne dans la caricature.

Arlaten a écrit :
Un postulat ? quel postulat ? C'est clair, la mission du chien est défini, c'est le conducteur qu'il faut "tracer". Cela n'indique pas que les gendarmes ont la certitude que celui-ci (le conducteur) est impliqué de façon certaine bla bla bla......
HM a écrit :
C'est écrit et ça a le mérite d'être clair; il cherche la petite et ce de l'endroit où a séjourné le jeune homme impliqué dans l'accident, difficile de nier le rapprochement fait par les gendarmes.
Rien à voir. En disant: "c'est le conducteur qu'il faut "tracer" je ne nie pas le "rapprochement" fait par les gendarmes. C'est même tout le contraire.


HM a écrit :
Impossible même, à moins de ne pas disposer de toutes ses facultés ou d'être foncièrement malhonnête .
Inutile puisque pas concerné.

Arlaten a écrit :
Bien sûr, j'ai écrit cela:" "Les gendarmes de Greasque n'ont pas fait venir un chien pour chercher un enfant que personne n'a vu et pour lequel il y avait impossibilité de suivre une trace." et je le maintien puisqu'il ne s'agit que de constater ce qui c'est passé le 3 juin 1974 vers la galerie. Le chien a bien été mis en piste à un endroit où personne n'a vu la fillette et où par contre a été vu le conducteur de la Peugeot.
HM a écrit :
Comment dire? Je ne comprends pas 'l'impossibilité de suivre une trace'.
Faute d'argument, Il ne comprend pas. Ben voyons.

HM a écrit :
Pas tous cons dans la gendarmerie, ils se sont demandés, comme nous tous, pourquoi le conducteur avait descendu sa voiture dans le trou à quelques centaines de mètres de l'arrêt? La réponse qui vient à l'esprit de tous: pour retourner sur les lieux du possible crime....
Rien à voir avec le sujet et délire total. Il est le seul à voir quelque chose de suspect dans le fait que Ranucci soit descendu en marche arrière dans la galerie. Donc les gendarmes n'ont pas pu se demander "comme nous tous".Quant à "la réponse qui vient à l'esprit de tous", encore un énorme bobard.

HM a écrit :
Ils savent les circonstances de l'épisode: l'accident, la fuite, l'escalade et puis le jeune homme seul à la galerie plus tard dans l'après-midi.... A partir de cela, ils peuvent imaginer la petite quelque part dans les fourrés au bord de la route ou aux environs de la champignonnière.
Vous le voyez mettre le chien en piste à partir du tunnel n'est pas si incohérent.
Je n'ai jamais dit que cela l’était (incohérent) bien au contraire. Donc un mensonge de plus.


HM a écrit :
Au fait! Ce ne sont pas les gendarmes de Gréasque qui ont fait venir un chien de cent bornes de là mais bien l'état-major des BDB, et oui ça se passe comme cela chez les militaires.
L'état major des BdB ? Je suis sûr que non.

Page 4 sur 4 Heures au format UTC+02:00
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Limited
https://www.phpbb.com/