Nous sommes le 16 août 2018, 14:39

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 101 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 57 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message : Procès verbal d'exécution
Message non luPosté : 30 sept. 2003, 18:38 
Salut phv,

Ca fait froid dans le dos de lire le contenu du procès-verbal d'exécution.

J'ai découvert cette affaire à la fin des années 80.

Elle s'est déroulée il y a près de 30 ans, ce qui est peu en vérité. Et pourtant j'ai le sentiment qu'elle est d'une autre époque, où on n'hésitait pas à conduire des gens à l'échafaud pour se donner bonne conscience.

Je n'oublie pas la tragédie vécue par la famille de la petite victime mais je ne peux m'empêcher de penser à la mère de Christian Ranucci et à ce qu'elle a dû éprouver, en 1981, à l'annonce de l'abolition de la peine de mort...

Je te souhaite bonne chance pour ton site et ce forum...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 29 oct. 2003, 10:57 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 oct. 2003, 15:45
Messages : 40
Localisation : Bruxelles
Le fait que toutes ces personnes soient présentes lors de l'exécution (avocats, juges, ...) n'est-ce pas d'une certaine manière montrer le côté sordide de la guillottine au plus grand nombre pour en faire ressentir toute l'atrocité et donc, d'une certaine manière, dénoncer la peine de mort par l'intérieur.
Pour le condamné lui même, seul l'intéresse de voir son avocat et un prêtre (s'il le désire).


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 29 oct. 2003, 20:49 
Hors ligne

Enregistré le : 22 oct. 2003, 14:27
Messages : 145
Salut,

Je ne sais pas si dans ce cas là on a envie de voir quelqu'un,mais une chose est sûre, on doit penser que : on va arriver et dire "stop"!!!

Je ne crois pas qu'un prêtre,ni qui que ce soit apportera un espoir.

Juste mon avis!


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 oct. 2003, 11:14 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 oct. 2003, 15:45
Messages : 40
Localisation : Bruxelles
c'est clair qu'il n'y a plus d'espoir mais pourquoi tous ces gens lors de l'exécution. Est-ce que c'est la loi qui prévoit que tous les acteurs juridiques du procès doivent assister à cette exécution ? dans quel but ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 oct. 2003, 17:12 
Hors ligne
Administrateur

Enregistré le : 13 sept. 2003, 09:20
Messages : 119
Salut Christophe,

C'est l'article 16 du code pénal dans sa partie consacrée aux peines en matière criminelle qui précisait la liste des personnes seules autorisées à assister à l'exécution.

Tu remarqueras d'ailleurs que seul l'avocat général avait été excusé (je crois qu'il avait pris quelques jours de vacances pour se reposer !!!).

En revanche, je n'ai jamais compris pourquoi on n'obligeait pas les jurés d'assises à assister à l'exécution qu'ils avaient eux-mêmes directement demandée.

La loi avait en tout cas tout prévu, y compris celui d'une femme enceinte qui ne devait "subir la peine qu'après sa délivrance"...

Ceci dit, on peut noter toute l'hypocrisie qui entourait l'application de la peine de mort.
D'un côté, l'annonce de la peine de mort recevait toute la publicité du procès d'assises, car il convenait que le peuple français sache que l'accusé allait mourir en son nom. De l'autre côté, l'exécution devait se faire dans le plus grand secret, à l'aube, en toute hâte, aux endroits les plus reculés de la prison, comme si la société avait honte d'accomplir ce qu'elle avait elle-même demandé...


Haut
   
 Sujet du message : Procès verbal d'exécution
Message non luPosté : 30 oct. 2003, 23:06 
Bonjour à tous ;

En fait sans légitimer la peine de mort, c'était une survivance de l'Ancien Régime, prérogative régalienne entre toutes... Ce qui peut paraître incongru aujourd'hui ! Le célèbre chroniqueur judiciaire F. Pottecher déclarait un jour à peu près ceci : "Il faut bien reconnaître que depuis l'abolition (de la peine de mort), la rubrique a perdu de son éclat..."
Une première tentative d'abolition avait eu lieu pendant la période 1906-1908 sous la présidence d'A. Fallières surnommé "Papa Gracias", mais la guillotine avait repris de plus belle par une quadruple exécution à Béthune suivie d'une triple à Valence quelques jours après... dont on avait tiré des cartes postales !
Pourquoi avoir retiré "la Veuve" sous un dais noir dans le recoin isolé d'une cour de prison ? Suite à l'exécution d'Eugène Weidmann à Versailles le 17 juin 1939, dont les photos avaient fait le tour du monde et... scandale. Daladier alors Président du Conseil décida par décret de fixer désormais le lieu d'exécuton à l'intérieur des prisons, la publicité légale étant assurée par l'affichage du procès-verbal en divers lieux (prison, mairie...). Pour C. Ranucci on avait mobilisé une compagnie de CRS afin d'assurer le maintien de l'ordre aux Baumettes, les autorités craignant une émeute que risquait toujours de déclancher une exécution capitale !
Comme tout condamné, on lui a d'abord fait signer sa levée d'écrou : il était entré légalement en prison, il devait en sortir légalement !!!

A+ sur d'autres posts consacrés à l'affaire elle-même.

Raph.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 31 oct. 2003, 14:58 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 oct. 2003, 15:45
Messages : 40
Localisation : Bruxelles
En résumé,
dans les années 70, la peine de mort existe encore alors qu'au moment de l'acte, tout est caché : la guillottine elle même, l'heure matinale, le peu de témoins, le bourreau qui a une sale image.
Quelle hypocrisie !. j'ai même lu qu'en 1981, aucun musée n'a accepté la dernière guillottine en circulation et qu'elle est cachée pour l'instant dans un vieux fort désaffecté de la banlieue parisienne....


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 31 oct. 2003, 15:37 
Hors ligne

Enregistré le : 22 oct. 2003, 14:27
Messages : 145
Ben,vaut mieux qu'on la cache!!!

Quoique la montrer pourrait faire réfléchir certains assassins!


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 31 oct. 2003, 17:24 
Bonjour Christophe ;

Je te confirme l'authenticité de l'anecdote. Lorsque M. Chevalier (dernier exécuteur des arrêts et jugements criminels) a été révoqué avec son équipe, s'est posé le problème de l'entretien des bois de justice. Il existait en fait deux guillotines - l'une peinte en laque brune, l'autre en rouge sang - remisées dans un local de la prison de la Santé.
Le ministère de la Justice voulait les léguer au musée des arts et traditions populaires, et aussitôt ce fut un tollé parmi le personnel de l'ensemble des musées parisiens... De plus J. Chirac, alors maire de Paris, s'était opposé à une telle initiative, craignant pour l'image de marque de la ville.
Elles ont été filmées à l'occasion d'un reportage de la chaîne "Histoire" consacré à Anatole Deibler diffusé récemment ; démontées et entreposées dans un fort militaire désaffecté de la banlieue parisienne...

A+ Raph


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 03 nov. 2003, 13:24 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 oct. 2003, 15:45
Messages : 40
Localisation : Bruxelles
Le nommé Christian Ranucci n'a pas fait de déclarations

Cette phrase était dans le procès-verbal d'exécution posté plus haut !
Qu'en est-il du "Réhabilitez-moi" ?[/quote]


Haut
   
 Sujet du message : l'execution
Message non luPosté : 03 nov. 2003, 15:45 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 02 nov. 2003, 16:07
Messages : 1
selon le bourreau ,ranucci n'aurait pas dit a ses avocats "rehabilitez-moi",d'autres part il me semble que les bois de justice sont entretenus et prets a reservir le cas echeant;brrrrrrrrr


Haut
   
 Sujet du message : Coupable ou innocent ?
Message non luPosté : 03 nov. 2003, 17:54 
Bonsoir à tous ;

Toujours selon M. Chevalier, adjoint de 2° classe au moment de l'exécution de Ranucci, celui-ci n'aurait pas prononcé la fameuse phrase, à l'origine de la légende... Propos corroborés par A. Obrecht lequel officiait pour la dernière fois. Interrogé avant sa mort sur le sujet par J. Ker, il précisera : "J'étais déjà parti au pied de la guillotine lorsque les aides l'on emmené, [...]mais je ne connais même pas de son de sa (CR) voix !" Je pense qu'on peut accorder crédit à ce témoignage : irresponsable pénalement des actes commis dans sa fonction, Obrecht n'avait aucun intérêt à mentir puisqu'il témoignait pour l'Histoire.
Comme je l'ai écrit dans un post plus haut, les deux guillotines sont entreposées dans un fort désaffecté de banlieue (Romainville ?) ; mais ne sont absolument pas entretenues. Vieilles de 131 ans (1872 du moins le modèle peint en laque brune), elles pourrissent à même le sol, les mécanismes de déclanchement et autres pièces métalliques rouillent dans le panier d'osier où étaient poussés les corps suppliciés... (Cf. reportage de la chaîne "Histoire" consacré à Anatole Deibler)


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 03 nov. 2003, 18:14 
Bonsoir Raph
Tu m'as l'air bien renseigné,c'est étrange tu me rappelle quelqu'un
qui postait sur l'autre forum,je me trompe?


Haut
   
 Sujet du message : Coupable ou innocent ?
Message non luPosté : 03 nov. 2003, 22:45 
Bonsoir Régine ;

Effectivement, il m'arrivait de poster sur le forum de l'association, mais plus rarement. Pour répondre à ta question : pourquoi et comment suis-je bien informé ? Je ne suis ni flic, ni magistrat, ni descendant d'une famille de bourreaux... J'avais 12 ans au moment de l'abolition de la peine de mort, et je me souviens de la "chappe de plomb" qui était posée sur le sujet jusqu'alors. Comme j'ai toujours été curieux par nature, j'aime bien vérifier les dires ou les non-dits avant de me forger une opinion. J'ai donc glané ces différentes infos au gré de mes lectures, en précisant que mes propos n'ont pas pour but de faire du prosélitisme en vue du rétablissement de la peine de mort. Le dernier ouvrage que j'ai lu avec un vif intérêt sur le sujet est "l'Abolition" de R. Badinter...
Si je me suis permis de fournir certaines précisions, c'est que plusieurs forumeurs s'interrogeaient sur tel ou tel point de détail auquel j'ai pu avoir connaissance.
Bien que macabre, le sujet nous rattache hélas à l'affaire Ranucci qui a eu la conclusion que l'on sait ! Quelle que soit l'opinion que chacun de nous a sur cette affaire (coupable ou innocent ?), la peine capitale a fait partie du droit positif français jusqu'en octobre 1981...
Je m'exprimerai sur le fonds de l'affaire elle-même dans les chapitres qui lui sont consacrés sur ce forum (très bien conçu d'ailleurs).

P.S : Bravo Phv.

A + Raph


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 nov. 2003, 11:12 
Hors ligne
Administrateur

Enregistré le : 13 sept. 2003, 09:20
Messages : 119
Pour Ralp,

Une petite précision: la guillotine est remisée dans un local du fort de Fresnes, près du chemin de ronde.

_________________
Amicalement

Philippe


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 101 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 57 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com