Nous sommes le 25 sept. 2018, 16:55

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 159 messages ]  Aller à la page Précédente 17 8 9 10 11 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 14:04 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Marc D. a écrit :
De plus, ça n'est que la version de madame Mathon. Il aurait été intéressant d'interroger Jean Ranucci, le premier mari, l'Italien, etc, pour se faire une vraie opinion sur tout ça. Il n'y a presque pas de dates, rien concernant les jugements concernant la garde de l'enfant, etc. Tout est un récit de madame Mathon pris au pied de la lettre.


Vu le rôle qu'il joue dans cette affaire, il aurait fait comme Mme Aubert - le courage incarné - il aurait refusé de le rencontrer. Mais pour connaître l'histoire de Christian Ranucci, à  mon avis, Mme Mathon en sait plus que le pêre. Et pour cause.

Mais Gilles Perrault a interrogé Mme Abribat et d'autres, donc il a recoupé un certain nombre de choses.

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 16:32 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
gihel a écrit :
Marc D. a écrit :
Comme toujours, vous oubliez les parenthêses.


Je veux bien mettre toutes les parenthêses que vous voulez, cela ne change rien au fait que des taches de sang sur une poche, c'est difficile à  confondre avec des taches de terre, et qu'il suffisait de les lui montrer pour le convaincre du contraire.

Mais il est bien écrit entre parenthêses "que vous me dites", si on le lui dit, c'est qu'on ne les lui montre pas, sinon il y aurait écrit, parenthêses ou pas : que vous me montrez. C'est tout.

Ce que vous dites là  est indéfendable sur le plan syntaxique. On ne lui dit pas qu'il y a des taches, car il l'affirme lui même (qu'il ait le pantalon sous les yeux ou pas). On lui dit par contre que c'est du sang, et lui il n'est pas d'accord.

Alors si vous me dites que c'est une formulation des policiers, et que lui, il n'a pas voulu dire ça, alors je vous répondrai que je me demande pourquoi vous comptez démontrer qu'il n'a pas vu le pantalon avec une phrase mal formulée.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 16:33 
Gihel a écrit :
Mais la question à  laquelle on ne répond jamais c'est celle-ci : pourquoi rendre la voiture à  Mme Mathon qui ne sait pas conduire.

C'est quand même étonnant que le 6 juin dans l'aprês-midi, on restitue la 304 à  Mme Mathon, alors que, Martinez nous explique (page 270 du 1er BG), que le 5 juin, il s'est rendu à  la gendarmerie de Brignoles, et que là , le commandant de brigade, qui était en relation avec la P.J. de Marseille, a placé son véhicule ( la R16) sous sequestre.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 16:34 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
dv a écrit :
Pendant que je vous tiens, quelle est votre position sur le témoignage suivant :
Jean-François Le Forsonney (avocat) : "Enfin, j'ai pas grand chose à  répondre sur le dessin, sauf à  vous dire j'admets que comme le couteau c'est une piêce accusatoire. Moi j'ai jamais dit, euh, Ranucci est innocent, rien ne l'accuse, et tout va bien. J'ai jamais dit ça."

Il peut avoir ses raisons pour dire ça et il est sans doute de bonne fois. Mais c'est vrai qu'arriver dans une premiêre affaire et défendre un meurtrier d'enfant ça a du le freiner dês le début, et avoir une idée tronquée de ce qui c'est passé.

Ce sont des éléments troublants quand on les sort de leur contexte mais quand on les remet en ordre c'est toujours troublant mais dans un autre sens

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 16:39 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
gihel a écrit :
Mme Mathon dit que lorsqu'ils viennent au garage, la voiture n'est déjà  plus là . Et un autre PV dit qu'elle est déjà  à  Marseille. C'est quand même curieux, donc ce n'est pas une hypothêse de Perrault, c'est le fait que les PV ne concordent pas.

Non, ça, c'est le problême tel que le détourne Perrault. La réalité indiscutable, c'est qu'on a :

1) Un PV signé par madame Mathon comme quoi elle remet la 304 aux policiers de Nice ;
2) Un récit de madame Mathon comme quoi la voiture n'était plus là  quand les policiers sont venus.

Madame Mathon a discrédité son histoire par avance en signant le PV.

L'erreur de date sur le second PV l'a servie ; mais sa signature sur le premier la contredit.

Toute cette histoire de vol de pantalon et de voiture n'a strictement aucun sens. Les policiers n'ont pas besoin de voler ce qu'ils peuvent saisir légalement. Si combine il y a, c'est probablement l'une des pires du siêcle, à  ranger avec la paillotte "Chez Francis".


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 16:40 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
pif a écrit :
Dala, que pensez vous de la formulation suivante: "ce couteau est três vraisemblablement l'arme du crime, sans que celà  puisse être démontré formellemnt"?

Cette formulation me "plait" si on prend seulement certains points en considération(il a commis le meurtre, couteau retrouvé sur ses indications) mais qu'on oublie les autres(il n'était pas sur les lieux de l'enlêvement,..........)

Mais je préfêre cette formule à  : c'est l'arme du crime au moins il y réside la part de doute qui se trouve dans l'affaire

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 17:01 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Marc D. a écrit :
gihel a écrit :
Mme Mathon dit que lorsqu'ils viennent au garage, la voiture n'est déjà  plus là . Et un autre PV dit qu'elle est déjà  à  Marseille. C'est quand même curieux, donc ce n'est pas une hypothêse de Perrault, c'est le fait que les PV ne concordent pas.

Non, ça, c'est le problême tel que le détourne Perrault. La réalité indiscutable, c'est qu'on a :

1) Un PV signé par madame Mathon comme quoi elle remet la 304 aux policiers de Nice ;
2) Un récit de madame Mathon comme quoi la voiture n'était plus là  quand les policiers sont venus.

Madame Mathon a discrédité son histoire par avance en signant le PV.

L'erreur de date sur le second PV l'a servie ; mais sa signature sur le premier la contredit.

Toute cette histoire de vol de pantalon et de voiture n'a strictement aucun sens. Les policiers n'ont pas besoin de voler ce qu'ils peuvent saisir légalement. Si combine il y a, c'est probablement l'une des pires du siêcle, à  ranger avec la paillotte "Chez Francis".


Plutôt disons que deux PV signés par des officiers de police judiciaire se contredisent. C'est quand même ennuyeux.

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 17:11 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
gihel a écrit :
Plutôt disons que deux PV signés par des officiers de police judiciaire se contredisent. C'est quand même ennuyeux.

Pas du tout, si sur l'un d'entre eux les dates sont erronées. Si on rectifie la date, tout s'enchaîne parfaitement. Et croyez-moi, s'il y avait eu combine, on aurait bien fait attention à  tout faire coïncider parfaitement.

Le déplacement du problême est dû à  Perrault : il balaye rapidement l'hypothêse de l'erreur de date, pour se retrouver (croit-il) avec la parole de l'innocente madame Mathon contre celle des méchants policiers. Le conflit entre les deux PV, selon lui, montre que l'histoire de madame Mathon est vraie. Et comment fait-il ? Il part du principe qu'une erreur de date sur le second PV est moins probable qu'un PV racontant des mensonges et signé par madame Mathon. Je ne suis pas de cet avis. En toute logique, le premier PV l'emporte sur le second, puisqu'il est signé par madame Mathon.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 17:54 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Le problême c'est que les dates sont exactes puisqu'elles sont écrites deux fois. C'est supposer que les policiers perdent la boule. Ils ne savent plus ce qu'ils écrivent, ils se croient lundi et on est dimanche...

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 18:28 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 17 janv. 2006, 16:10
Messages : 1863
Marc D. a écrit :
gihel a écrit :
Mme Mathon dit que lorsqu'ils viennent au garage, la voiture n'est déjà  plus là . Et un autre PV dit qu'elle est déjà  à  Marseille. C'est quand même curieux, donc ce n'est pas une hypothêse de Perrault, c'est le fait que les PV ne concordent pas.

Non, ça, c'est le problême tel que le détourne Perrault. La réalité indiscutable, c'est qu'on a :
1) Un PV signé par madame Mathon comme quoi elle remet la 304 aux policiers de Nice ;
2) Un récit de madame Mathon comme quoi la voiture n'était plus là  quand les policiers sont venus.
Madame Mathon a discrédité son histoire par avance en signant le PV.
L'erreur de date sur le second PV l'a servie ; mais sa signature sur le premier la contredit..


Là -dessus, il n'y a rien à  dire, marc ; elle s'est bel et bien fait rouler dans la farine


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 22:22 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
bruno a écrit :
La dessus il n'y a rien a dire marc elle c'est fait belle est bien roulait dans la farine

à€ moins qu'elle n'ait roulé Perrault dans la farine, va savoir. ;) Si on peut soupçonner les policiers de lui avoir joué un tour, on peut bien supposer que l'entourloupe se trouve ailleurs, non ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 22:26 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Si je me souviens bien, madame Mathon ne raconte cela qu'aprês le procês, où les avocats ont mis en avant cette contradiction dans les dates des PV. Comme c'est étrange. La mémoire lui est revenue dês qu'elle a vue une faille.

En parle-t-elle dans ses lettres ? Que quelqu'un me corrige si je situe mal l'apparition de son histoire, car c'est assez important.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 14 oct. 2006, 22:49 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Extrait du cahier de madame Mathon :

"Aprês divers examens, la voiture fut rendue. Ce fut un journaliste de Détective qui me la ramena à  Nice. Je fis le voyage à  ses côtés... II gara la Peugeot, ferma les portes du garage et me donna les clefs. Cependant, lorsque le lendemain matin, deux policiers de Nice me demandêrent de leur remet­tre à  nouveau la voiture pour la rapporter à  Marseille... celle­-ci n'y était plus. Elle avait dû être enlevée, la nuit, par les poli­ciers de Marseille.
Je ne sais pas si cet enlêvement est légal. Certains juge­ront à  ma place."


Déjà , il y a un problême de date, la voiture est rendue le 6 juin au soir (pleine de poudre pour relever les empreintes), mais on vient la rechercher non pas le 7 mais le 10 juin.

De plus, Christian Chardon, qui conduisait la voiture au retour de Marseille, dit avoir déposé madame Mathon et avoir gardé la voiture avec lui pour la nuit, puisqu'il devait être tard et qu'il n'avait pas d'autre moyen de rentrer chez lui facilement. Il dit avoir ramené la voiture à  madame Mathon le lendemain matin, entre 8 et 9 heures.

Si madame Mathon est de bonne foi, je pense qu'elle a pu confondre avec l'arrivée des policers chez elle au matin du 6 juin : ils ont perquisitionné l'appartement, et ont peut-être demandé à  fouiller la voiture (peut-être même ont-ils demandé s'il y avait autre chose à  voir et a-t-elle dit qu'il y avait la voiture, ne sachant pas ou oubliant qu'elle avait été emmenée par les policiers de Marseille en même temps que son fils). Ils auraient donc trouvé le box vide, et dit comme dans l'histoire qu'elle raconte à  Perrault : "Ce n'est pas grave : les autres sont sûrement venus la prendre." Apprenant plus tard qu'il y avait contradiction entre les deux PV de la seconde saisie, elle aurait fait le rapprochement, car le souvenir d'avoir trouvé le garage vide à  sa grande surprise aurait été plus fort que le souvenir de la seconde saisie (elle aurait pu les inverser dans sa tête). Cela expliquerait au passage pourquoi elle dit dans son cahier "le lendemain matin", la surprise ayant eu lieu le lendemain de l'arrestation, légêre confusion avec le lendemain de son retour à  Nice.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 15 oct. 2006, 02:28 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Elle se trompe de date dans ce qu'elle raconte dans le bouquin plus jamais d'échafaud, mais en fait elle parle nécessairement du dix au matin, car le 6 les policiers de Nice (ou les gendarmes je ne sais plus) ne visitent que l'appartement, pas le garage.

Le neuf au soir, la voiture est dans le garage effectivement, et le dix au matin elle a disparu (sans doute avec le pantalon).

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 15 oct. 2006, 02:29 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Pourquoi on lui a rendu la voiture alors qu'on mettait sous séquestre dans le même temps la voiture de M. Martinez pour la reconstitution ?

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 159 messages ]  Aller à la page Précédente 17 8 9 10 11 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com