Nous sommes le 18 oct. 2018, 17:55

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
Message non luPosté : 23 mai 2018, 18:56 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 10:57
Messages : 1019
J'ouvre une page, de façon à ce que toutes les remarques concernant cet ouvrage, soit rassemblées au même endroit.
Et je commence en mettant la retranscription d'un article paru dans Nice-Matin:


Christian Ranucci coupable "sans l'ombre d'un doute" selon un commissaire
Commissaire à la retraite, Jean-Louis Vincent a relu l'ensemble du dossier d'instruction et les requêtes en révision de « l'affaire du pull-over rouge ». Il en tire un livre passionnant
Et si l'affaire Ranucci, présentée par certains comme le mythe de l'erreur judiciaire, était un mauvais exemple? Et si le jeune homme condamné à mort avait bien assassiné la petite Maria-Dolores Rambla, 8 ans, le 3 juin 1974 à Marseille?
Le commissaire honoraire Jean-Louis Vincent a exhumé le dossier des archives départementales des Bouches-du-Rhône, relu l'ensemble des procès-verbaux et nous plonge dans les années soixante-dix, l'époque où, malheureusement, les comparaisons génétiques si précieuses pour débusquer la vérité, n'existaient pas encore. L'époque où le débat sur la peine de mort faisait rage.
Ni fantasme ni élucubration
Le policier à la retraite a également consulté à Paris les trois requêtes en révision (toutes rejetées par la justice) avant de publier "Affaire Ranucci, Du Doute à la Vérité".
Et son intime conviction est forgée: Ranucci, domicilié Corniche Fleurie à Nice au moment du crime, est bien coupable de l'enlèvement à Marseille (cité Sainte-Agnès) et du meurtre de Maria-Dolores. C'est lui qui a ensuite poignardé l'enfant à Peypin, dans la garrigue, près de la RN8 bis.
"Ce que j'avance dans le livre, ce ne sont que les éléments du dossier. Il n'y a ni fantasme ni élucubration", explique l'auteur, avec sa faconde aveyronnaise. Allusion à peine voilée à la célèbre contre-enquête de feu Gilles Perrault.
A travers son best-seller "Le Pull-over rouge", l'écrivain s'était battu pour démontrer l'innocence de Christian Ranucci.
"Je me suis aperçu que Gilles Perrault avait pris quelques libertés avec les éléments réels du dossier", soutient le policier, qui ne manque pas lui aussi de relever les insuffisances de l'enquête officielle.
Pourquoi la voiture de Ranucci a-t-elle été restituée si rapidement à sa mère? Pourquoi aucune reconstitution de l'enlèvement de la fillette n'a eu lieu?
Certaines approximations des enquêteurs et du juge d'instruction n'ont pas manqué d'alimenter la thèse des tenants de l'erreur judiciaire.

Après des aveux circonstanciés devant les policiers puis le juge d'instruction, le suspect numéro un n'a cessé de clamer son innocence. Photo DR
Les éléments à charge sont pourtant légion. Tellement accablants que Jean-Louis Vincent en reste persuadé: "Si Ranucci n'avait pas été guillotiné, on n'aurait plus jamais entendu parler de ce crime."
"L'affaire est tellement carrée, claire, poursuit l'auteur. Ranucci a avoué à plusieurs reprises, des témoins l'ont vu avec la fillette, on a retrouvé, grâce à ses indications, l'arme du crime, puis son pantalon taché de sang. Du sang qui correspondait au groupe sanguin de la petite."
Simca 1100 ou Peugeot 304
C'est tout le paradoxe de cette tragique affaire. Dans une partie de l'opinion publique, l'exécution d'un jeune homme de 21 ans, sans antécédents judiciaires, en pleine polémique sur l'abolition de la peine de mort, était intolérable.
D'autant que des doutes pouvaient subsister: un témoin, garagiste, parle d'un ravisseur au volant d'une Simca 1100 grise et non du coupé Peugeot 304 gris.
Dans la cité des Cerisiers, non loin de Sainte-Agnès, un individu vêtu d'un pull-over rouge, deux jours avant l'enlèvement de Maria Dolores, s'est livré à des attouchements sur des fillettes. Or, un pull-over rouge sera retrouvé peu avant la découverte du corps de Maria-Dolores à environ 1 km.
Ces éléments décortiqués par le commissaire divisionnaire Vincent ne résistent pas, selon lui, à l'analyse.
Gilles Perrault a écrit à tort que le chien de la gendarmerie a flairé le fameux pull avant de découvrir la petite martyre. Le commissaire Vincent le démontre, rapport du maître-chien à l'appui.
Autre élément troublant: Ranucci, après un délit de fuite, est pris en chasse. Un couple affirme l'apercevoir s'enfoncer dans les fourrés, le long de la RN8 bis, avec une fillette.
Un gendarme, dans une synthèse, évoque à tort "un paquet volumineux" mais il n'a jamais interrogé le couple


Une stratégie de défense très risquée

La synthèse des chroniques judiciaires effectuée par le commissaire Vincent montre à quel point l'accusé et l'un de ses conseils, Me Paul Lombard, ont pris tous les risques lors du procès "Je pense que le comportement de la mère de Ranucci, qui ne pouvait admettre la réalité, a contribué à envoyer son fils à l'échafaud ", note Jean-Louis Vincent.
"Il y avait évidemment la place pour des circonstances atténuantes. Ce type a pété un plomb. Il faut savoir qu'au moment du meurtre, il arrache de ses mains des argéras, ces épineux particulièrement acérés, pour dissimuler sa victime. Je pense que cet épisode démontre qu'il n'était plus lui-même."
Les trois avocats de Ranucci se divisent. Au point que l'un d'eux, refuse de prendre la parole plutôt que de plaider l'acquittement.
Autre coup dur pour la défense de Ranucci, Patrick Henri a été arrêté en mars 1976 à Troyes pour l'enlèvement et le meurtre d'un petit garçon juste avant le procès.
Les partisans de la peine capitale se font entendre sur les marches du palais de justice des Bouches-du-Rhône.
Le président Giscard d'Estaing rejettera le recours en grâce. Ranucci est guillotiné le 28 juillet 1976 à la prison des Baumettes à Marseille.


Haut
   
Message non luPosté : 23 mai 2018, 19:03 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 10:57
Messages : 1019
"Ce que j'avance dans le livre, ce ne sont que les éléments du dossier. Il n'y a ni fantasme ni élucubration" qu'il dit l'ancien policier et nous avons là un gros mensonge. Les témoins qui appellent Alessandra, le 5 juin en début d’après-midi, ce n'est pas dans le dossier.

Alessandra qui confirme avoir demandé une prolongation de garde à vue, ce n'est pas non plus dans le dossier. Et il y en a d'autres.


Haut
   
Message non luPosté : 24 mai 2018, 03:20 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 nov. 2007, 11:37
Messages : 3521
Localisation : Saint-Claude JURA (39)
"Allusion à peine voilée à la célèbre contre-enquête de feu Gilles Perrault."


C'est quoi cette nouvelle ânerie ? Ca n'en finira donc jamais d'écrire n'importe quoi sur cette malheureuse affaire ?

_________________
Image


Haut
   
Message non luPosté : 04 août 2018, 21:51 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 mars 2005, 21:41
Messages : 3745
Localisation : Paris
Effectivement, cela manque clairement d'élégance...bien qu'il soit clair qu'il s'agit d'ironie. :wink:

_________________
"ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort."
Image


Haut
   
Message non luPosté : 30 août 2018, 09:48 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 août 2018, 10:15
Messages : 4
Bonjour à tous,

De retour après une longue absence sur ce forum avec une pensée particulière pour notre ami Bruno.

Je viens de terminer le livre de Jean Louis Vincent et le moins que l'on puisse dire est qu'il ne m'a franchement pas convaincu de la culpabilité de C.Ranucci.

En effet, il ne fait que répéter ce que l'on sait déjà en omettant les dernières avancées (plan calqué, voiture placée là ou E.Spinelli dit l'avoir vu et non devant les garages comme le dit Ranucci dans ses "aveux"...). Il tente aussi bien entendu de ridiculiser le témoignage Mattei, il sous estime le témoignage Moussy et les confidences du commissaire Alessandra faites en off à Gilles Perrault à ce propos etc...etc...

Du coup j'ai vraiment eu l'impression que ce rabâchage forcené s'adressait uniquement à des gens ne connaissant pas l'affaire.


Haut
   
Message non luPosté : 30 août 2018, 16:10 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 03 avr. 2010, 09:31
Messages : 11
Localisation : France sud-est
Bonjour,

Je profite de ce fil pour signaler (ou rappeler ?) que pour moi les aveux prolongés de Christian Ranucci comme de Patrick Dils ont été obtenus par l'équivalent d'un lavage de cerveau, que ce fût délibéré ou non. Le déroulement des deux gardes à vue y ressemble. J'ai essayé de synthétiser ça (y compris ce qui se passe dans les sectes les plus dures) sous forme un peu romancée : http://pagesperso-orange.fr/daruc/diver ... rveau.htm

_________________
L'accro des forums


Haut
   
Message non luPosté : 19 sept. 2018, 10:52 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 05:45
Messages : 4409
Localisation : Paris
Un remake des efforts de M.Bouladou en somme... rien de nouveau ni de convaincant...


Haut
   
Message non luPosté : 24 sept. 2018, 11:54 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 28 janv. 2006, 10:37
Messages : 3
Bonjour,,

je suis depuis tres longtemps cette affaire et ce forum en particulier...
est ce que quelqu'un pourrait m'expliquer quelles sont les confidences du commissaire allessandra a g.Perrault ? et la sousetimation du temoignage de moussy ?

merci


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com