Nous sommes le 22 mai 2018, 11:38

Heures au format UTC+02:00


Shoutbox© Breizh Shoutbox v1.5.0



Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 149 messages ]  Aller à la page Précédente 16 7 8 9 10 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 12 oct. 2006, 09:31 
Avec la derniére version de GOOGLE EARTH on peut mesurer les distances. Essayez, c'est três facile.
Si vous n'y arrivez pas, ou si vous avez la flegme de chercher, je vous donne quelques distances:

croisement-LDC: 588 m
croisement- centre de l'épingle: 881 m

Pour le secteur de route où ce trouve le Lieu du crime
sortie du virage-Pin parasol: 49 m
sortie du virage- Lieu du crime: 80 m
sortie du virage- centre de l'épingle: 351 m
sortie du virage- empreinte: 42,50 m


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 12 oct. 2006, 09:59 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 18 août 2006, 14:30
Messages : 1383
Localisation : Dreux
Marc D. a écrit :
Jayce a écrit :
Alors là , j'ai un vrai problême avec ça. Si Ranucci s'arrête au niveau de l'empreinte de sabot, les Aubert n'auraient pas pu réagir pareil.
Selon vous, CR s'arrête donc juste aprês ce léger virage. Il n'y a pas de dégagement, donc la visibilité au delà  du point de corde semble réduite, voire nulle. Les Aubert arrive de La Pomme à  vive allure (ils poursuivent quelqu'un, et leur Renault 17 est performante, plus qu'un coupé 304 d'ailleurs). Si CR s'arrête là  où vous semblez le dire, les Aubert n'auraient pas eu le temps de freiner pour s'arrêter avant, et auraient du faire marche arriêre, la distance de freinage nécessaire excédant forcément la quarantaine de mêtres séparant la 304 de la sortie de ce virage.

Or les Aubert ne disent jamais ça. Ca ne s'est donc pas passé ainsi.

Les Aubert ne disent pas non plus qu'ils se sont arrêtés. Ils possédaient une Renault 15, et n'avaient aucune raison d'aborder ce virage sans visibilité à  110. C'est 90 maxi. Un petit film nous a démontré qu'il est três possible de s'arrêter sur la bas côté presque immédiatement aprês le virage (juste aprês un petit muret), même en arrivant assez vite. De plus, je ne prétendais pas réduire les 100 mêtres à  une courte distance. Je situe l'arrêt dans les 60-70 mêtres.


Marc, je dois vous reconnaître une erreur physique, celle de la distance de freinage... Selon les Aubert, ils sont passés à  hauteur de la 304 et ont pu entendre la voix de la fillette. Donc il ne passaient vraiment pas vite, ils étaient au pas, on peut dire.
Pour ce qui est de la vitesse, le virage n'est pas três prononcé et rien n'indique que les Aubert ne connaissaient pas cette route. Quand aux limitations de vitesse, elles étaient à  l'époque bien anecdotique... Dês lors, pourquoi estimez vous une vitesse de 90? Le couple poursuit un chauffard, qui a pris de l'avance, et ne s'attendent pas à  le voir arrêté sur le bord de la nationale. Il y a en plus un effet de surprise. Et une voiture lancée à  90km/h, compte tenu de la technique automobile de l'époque et du temps de réaction du conducteur, met bien plus que 40m pour trouver une allure réduite.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 12 oct. 2006, 11:36 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 07 juil. 2006, 14:45
Messages : 1282
Localisation : Vitrolles
Il me semble assez difficile de rouler à  90 sur cette route aussi sinueuse... mais bon si on est un peu fou ...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 12 oct. 2006, 12:24 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 18 août 2006, 14:30
Messages : 1383
Localisation : Dreux
joaquin a écrit :
Il me semble assez difficile de rouler à  90 sur cette route aussi sinueuse... mais bon si on est un peu fou ...


Bonjour Joaquin, sur ce point je te fais confiance, je ne cannais pas assez bien les lieux. Bon, il ne faut pas oublier de remettre tout ça dans le contexte de l'époque, où la sécurité routiêre (donc la notion de limitation) n'est pas présente dans l'esprit des automobilistes. Et on parle bien de poursuite, non?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 13 oct. 2006, 01:13 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 17:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Jayce a écrit :
joaquin a écrit :
Il me semble assez difficile de rouler à  90 sur cette route aussi sinueuse... mais bon si on est un peu fou ...


Bonjour Joaquin, sur ce point je te fais confiance, je ne cannais pas assez bien les lieux. Bon, il ne faut pas oublier de remettre tout ça dans le contexte de l'époque, où la sécurité routiêre (donc la notion de limitation) n'est pas présente dans l'esprit des automobilistes. Et on parle bien de poursuite, non?

Ce n'est pas une raison pour prendre un tel virage à  plus de 90 quand on a sa femme assise sur le siêge passager. Les limitations de vitesse, que ce soit hier ou aujourd'hui, ils n'étaient pas obligés de les respecter, car ils avaient une excuse (aussi valable qu'un accouchement urgent, d'aprês moi). Par contre, risquer de rater un virage, ça n'était pas nécessaire, d'aprês moi. Cette route nécessite un peu de prudence, quand même.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 13 oct. 2006, 01:16 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 17:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Arlaten a écrit :
Avec la derniére version de GOOGLE EARTH on peut mesurer les distances. Essayez, c'est três facile.
Si vous n'y arrivez pas, ou si vous avez la flegme de chercher, je vous donne quelques distances:

croisement-lieux du crime: 588 m
croisement- centre de l'épingle: 881 m

Pour le secteur de route où ce trouve le lieux du crime
sortie du virage-Pin parasol: 49 m
sortie du virage- lieux du crime: 80 m
sortie du virage- centre de l'épingle: 351 m
sortie du virage- empreinte: 42,50 m

La reconstitution situe la sortie du virage à  99 mêtres de l'aplomb du corps, si j'ai bien compris, qui est choisi comme emplacement de l'arrêt, plus par madame Di Marino et le capitaine Gras que par les Aubert et Ranucci, semblet-t-il. J'ajoute donc 19 mêtres à  vos mesures depuis la sortie du virage, que vous ne prenez visiblement pas au même endroit, et j'obtiens 61,50 mêtres pour l'empreinte de sabot. C'est là  que je situe l'arrêt.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 13 oct. 2006, 01:23 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 17:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
bruno a écrit :
salut marc:Par son métier,mr aubert doit avoir une certaine habitude de la route et des distances mais bon passont! Si mr a etait fair demis tour au virage en épingle il a donc parcourut 300m a partir de l'arrêt de la 304. Se qui cloche c'est qu 'il prétend avoir parcourut 40a50m, dommage encore une fois que le jour de la reconstitution cela na pas était verifier,par contre si ont prend la version des 1 km ont retrouve bien nos fameux 40a 50m pour son demi tour .Alors ou ont ils fait demi tour en plein virage sans tros de visibilité ou au virage en épingle avec toutes les garanties de sécurités. 40ou 50m c'est vachement facile a estimé par rapport a 300m

Salut, Bruno. Oui, c'est un problême important. Monsieur Aubert, dit, dans sa déposition, qu'il a fait 1 à  2 km, que Ranucci était arrêté à  2 ou 300 m de lui, et qu'il a fait un demi-tour 50 m plus loin. Logiquement, il aurait dû dire 1 km plus loin puisqu'il mulitiplie tout par 3. ;) Or, il dit moins que ce qui est logique, cette fois. Il y a donc un problême.

Cependant, je n'oublie pas qu'au début, il dit n'avoir fait qu'1 km et avoir vu l'homme à  100 m. Je considêre donc que les distances qu'il donne le 6 juin sont hautement fantaisistes.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 15 oct. 2006, 13:33 
Arlaten a écrit :
Lors de la reconstitution, il a été établi et il y a des documents qui le prouvent, que Ranucci avait arrêté sa 304, à  au moins 80 mêtres au delà  du lieux du crime. Là , nous avons un plan de gendarmerie qui nous indique que l'empreinte du sabot se trouve avant le lieux du crime, quand on arrive du virage.

J’ai écrit cela, et je le maintien.
Et cette photo prise lors de la reconstitution, le corrobore.

Image

Le Lieu du crime nous savons parfaitement où il se trouve. Il est juste derriêre le grand arbre qui aujourd’hui n’existe plus. Il n’y a plus que la souche.

La 304, elle est arrêtée dans le fond.. Il y a incontestablement plusieurs dizaines de mêtres entre le Lieu du crime et l’endroit où la 304 est à  l’arrêt.

Ceci n’est pas une hypothêse, n’est pas mon hypothêse, c’est tout simplement le scénario de l’accusation.

L’empreinte, elle est incontestablement plus prês du virage que le Lieu du crime. Par superposition du plan de gendarmerie et d’une vue aérienne, on peut même la placer avant le pin parasol qui est sur la gauche.

Le problême, c’est que l’empreinte n’est pas à  l’endroit où la 304 a été vue arrêtée. A quelques mêtres, cela aurait pu être une erreur des Aubert sur la position de l’arrêt. , mais à  plusieurs dizaines de mêtres cela ne passe pas.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 15 oct. 2006, 20:21 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 17:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Beau travail, Arlaten. Mais que fait-on des 99 mêtres de la reconstitution ? La 304 sur cette photo est-elle 19 mêtres plus loin que l'aplomb du lieu de découverte du corps (supposé être le lieu du crime) ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 15 oct. 2006, 20:32 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 17:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Autre point : si j'oublie la trace de sabot un instant, je me dis qu'on a toujours voulu imposer la fuite dans un sens, alors qu'elle s'est peut-être passée dans l'autre.

En effet, les innocentistes s'appuient souvent sur les premiêres déclarations imprécises d'Aubert (qui plus est dans un PV de synthêse qui les reprend à  la troisiême personne) pour imaginer la situation suivante : Aubert débouche du virage et voit Ranucci ou un autre homme extraire un paquet ou un enfant et s'enfuir de dos. Bien, comme ça, tous les doutes sont permis, et on casse bien le témoignage des Aubert.

Seulement, c'est tout le contraire qui est décrit dans les PV d'audition, surtout celui de madame Aubert : au moment où la R15 est à  la hauteur de la 304, l'homme et l'enfant sont contre la voiture, et s'enfuient ensuite. Pourquoi s'enfuiraient-ils alors dans la direction de Marseille ? Si la R15 est au ralenti, presque au pas, peut-être, logiquement il faut fuir dans le sens inverse : vers La Pomme et entrer dans les fourrés au plus tôt. Le fait que Ranucci se soit arrêté plus loin par rapport au virage que le lieu du crime serait donc parfaitement normal : il revient légêrement sur ses pas, en parcourant "une courte distance".

Reste le problême de la marque de sabot, mais est-ce bien l'enfant qui a laissé cette trace ? En l'absence de moulage et d'expertise, c'est quand même difficile à  établir. Le coup d'oeil des gendarmes ne suffit pas.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 15 oct. 2006, 22:42 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
A chaque fois, des raisonnements que je trouve pour ma part tordus. Je suis désolé.

Tout d'un coup, voici que l'empreinte du sabot gêne, alors on dit : les gendarmes n'ont pas vu l'empreinte. Mais enfin, c'est toujours intéressant de vous lire parce qu'on se dit que ce serait exactement les modes de raisonnement que la cour de cass prendrait : ah oui, mais vous comprenez, opn ne peut pas savoir si c'est vraiment le sabot. Tout d'un coup, la cour de cass s'apercevrait que les éléments de ce dossier n'en sont plus. Donc votre raisonnement, pour sophiste qu'il soit, traduit un état d'esprit que nous avons en face de nous. Il suffit de lire la prose de Mme Ract-Madoux pour comprendre comment on s'y prend pour parfaire les méthodes sophistes.

Les PV de la gendarmerie, même écrits à  la troisiême personne (qu'est-ce que cela change au fond ?), sont les seuls qui ont un minimum de cohérence.

Pour ce que les Aubert disent aux policiers, les choses sont claires sur ce point, ils voient à  deux mêtres M. Christian Ranucci entraîner la fillette dans les fourrés. Il ne court pas le long de la route dans leur version.

Ce qui est invraisemblable, c'est que Ranucci n'ayant pas pu ne pas les apercevoir dans ce cas, on se demande comment il peut se faire qu'il soit rentré chez lui tranquillement, attendu qu'il y avait des témoins. Témoins qui entendent une voix fluette, mais pas les cris de la gamine qu'on tue (parce qu'ils sont en train de faire demi-tour dans la version Alessandra, comme cela se trouve).

Je n'insiste pas.


Le fait que l'empreinte du sabot ne coïncide pas avec la place de la voiture est fort important, cela signifie que Marie-Dolorês ne pouvait pas sortir de cette voiture, ce que je pense depuis un certain temps maintenant et qu'elle venait d'ailleurs. C'est une piste extrêmement importante pour une révision. L'argument devient assez imparable.

Mais, où peut-on avoir une image du plan des gendarmes ?

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 16 oct. 2006, 11:16 
Image

Pour avoir quelque chose de mieux, il faudrait peut être voir avec M6.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 16 oct. 2006, 18:29 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 17:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Mais comment être sûr que le point de droite représente la trace du sabot ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 16 oct. 2006, 18:45 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:53
Messages : 5704
Arlaten a écrit :
croisement-lieux du crime: 588 m

Dans le Procês verbal de transport du 7 Juin il est indiqué qu'il y a 700 mêtres entre le carrefour et le lieu où on a retrouvé le corps de la victime

Marc D. a écrit :
Mais que fait-on des 99 mêtres de la reconstitution

Où est-ce qu'on parle de ces 99 mêtres?

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 16 oct. 2006, 18:55 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 17:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
dalakhani a écrit :
Marc D. a écrit :
Mais que fait-on des 99 mêtres de la reconstitution

Où est-ce qu'on parle de ces 99 mêtres?

Désolé, c'est en fait une phrase du site www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci qui ne se retrouve pas dans le PV de la reconstitution : "Selon la reconstitution, lorsqu'il déboucha du virage, Mr Aubert aperçut Ranucci debout, de dos, ouvrant la portiêre passager de la Peugeot 304. Les deux véhicules se trouvaient, à  cet instant, à  99 mêtres environ l'un de l'autre."

Sur la photo satellite, j'estime la distance à  100 mêtres, de toute façon, en partant de l'endroit du virage où on commence à  voir la ligne droite qui suit.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 149 messages ]  Aller à la page Précédente 16 7 8 9 10 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com