Nous sommes le 26 juin 2017, 07:24

Heures au format UTC+02:00


Shoutbox© Breizh Shoutbox v1.5.0



Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 604 messages ]  Aller à la page Précédente 137 38 39 40 41 Suivante
Auteur Message
Message non luMessage posté... : 06 mai 2017, 09:46 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1666
Arlaten a écrit:
Citation :
Oui, deux ou trois personnes selon que l'on se place le 4 ou le 5 juin.
Le lien possible, ce sont ces personnes qui l'imaginent, pas les gendarmes.
Ces personnes imaginent qu'il y a peut-être un lien, alors qu'aucune ne déclare avoir vu un enfant et que le véhicule en question ne correspond pas à celui recherché.

Soyons clair ; je parle bien du 5, entre midi et 13h15, au moment ou se met en branle le dispositif.
Citation :
Non, le chien est mis en piste pour suivre les déplacements "pédestres" du conducteur de la 304.Les gendarmes ne savent pas s'il y a un enfant dans le secteur.

Dans votre hypothèse, le chien mis en piste pour suivre les déplacements pédestres du conducteur, ce conducteur aurait laissé dans les fourrés au bord de la route 'un paquet assez volumineux' qui pourrait s’avérer être le corps de la petite. Admettons une seconde cette intention, les gendarmes sans savoir en auraient donc le fort pressentiment. Pourquoi pas? Sauf qu'un PV est sans ambiguïté à ce sujet ; c'est bien la petite (son corps) qui est recherché au fil du déplacement 'de l'auteur' présumé.
Citation :
Non, nous ne voyons pas ce qu'il y a dans la tête des gendarmes.
Trois personnes leur ont dit que "peut être", alors les gendarmes cherchent, en commençant avec les moyens du bord, puis avec des moyens plus conséquent. Si les gendarmes avaient eu la certitude que l'enfant était là dans les parages, ils auraient fait appel à des moyens locaux, les pompiers et des bénévoles par exemple, comme cela se pratiquait et se pratique toujours.

Vous plaisantez : Encore une fois ne nous préoccupons pas des opérations 'fantomatiques' du 4 et 5 au matin. Restons si vous le voulez au 5 après-midi.
Bon, je pense que le motif (ridicule)des pompiers n'a pas vocation à prospérer.
Pour organiser une opération d'envergure avec les pompiers (puisque vous y tenez) des bénévoles ; des chasseurs, des randonneurs et des moyens de police et gendarmerie adéquats, il fallait commencer par prévenir les autorités judiciaires ; ce ne fût pas le choix de l’État-major de gendarmerie du département des BDR
Citation :
Absolument pas. Pour prévenir "les autorités compétentes", il fallait à minima, avoir la certitude que l'enfant était dans les parages.

Non... Trois fois non.
C'était une piste, une piste sérieuse, pour preuve l'importance du dispositif, pour preuve les renseignements suffisamment précis pour arriver au résultat connu en un temps relativement concis. Admettez il est difficilement concevable de se mettre en piste sur la trace d'un suspect d'enlèvement et de sa victime sans s'en préoccuper...... Les gendarmes sont bien sur la piste de la petite victime et de son ravisseur, ils ont un suspect et suffisamment d'éléments pour prévenir les AJ. C'est la règle!
Citation :
Oui et l'essentiel de l'équipe,qui avait l'affaire en charge, était allé se promener à Nice, pour rien.

Encore une fois vous n'êtes pas sérieux. Il y a comme pour la gendarmerie un maillage policier. Une opération pouvait être montée par des policiers azuréens munis d'une commission rogatoire expédiée en urgence


Haut
   
Message non luMessage posté... : 09 mai 2017, 10:43 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 932
H m a écrit :
Deux ou trois personnes sont venues dire aux gendarmes un lien possible entre qu'ils ont vu ce lundi-là et l'enlèvement de la petite.
Arlaten a écrit :
Oui, deux ou trois personnes selon que l'on se place le 4 ou le 5 juin.
Le lien possible, ce sont ces personnes qui l'imaginent, pas les gendarmes.
Ces personnes imaginent qu'il y a peut-être un lien, alors qu'aucune ne déclare avoir vu un enfant et que le véhicule en question ne correspond pas à celui recherché.
H m a écrit :
Soyons clair ; je parle bien du 5, entre midi et 13h15, au moment ou se met en branle le dispositif.
Pour être clair, en parlant du moment où se met en place la battue, il faut parler de trois personnes et non pas de deux ou trois.
Ce qui est parfaitement clair, c'est que c'est bien ces trois personnes qui imaginent qu'il y a peut-être un lien, alors qu'aucune ne déclare avoir vu un enfant et que le véhicule dont elles parlent, ne correspond pas à celui recherché.


H m a écrit :
Un chien est mis en action en vue de retrouver la petite de l'endroit où a séjourné 'l'auteur'/suspect' ou le 'suspect auteur' comme vous le voudrez.
Arlaten a écrit :
Non, le chien est mis en piste pour suivre les déplacements "pédestres" du conducteur de la 304.Les gendarmes ne savent pas s'il y a un enfant dans le secteur.
H m a écrit :
Dans votre hypothèse, le chien mis en piste pour suivre les déplacements pédestres du conducteur, ce conducteur aurait laissé dans les fourrés au bord de la route 'un paquet assez volumineux' qui pourrait s’avérer être le corps de la petite. Admettons une seconde cette intention, les gendarmes sans savoir en auraient donc le fort pressentiment.
Un pressentiment mais pas une certitude, puisque personne ne leur à parlé de la présence d'un enfant.
Nous parlons de la mise en action du chien. Il a été mis en piste, à l'endroit où le témoin Guazzone a dit avoir vu Ranucci à pied. Il n'y a aucun témoin qui a dit avoir vu la fillette. Il est donc stupide de dire qu'il était là(le chien), en vue de retrouver la petite. Au passage, nous voyons encore que les gendarmes n'ont aucune information qui leur permettrait de faire le lien avec l'enlèvement, sinon ils auraient demandé à avoir un vêtement de la gosse.


H m a écrit :
Pourquoi pas? Sauf qu'un PV est sans ambiguïté à ce sujet ; c'est bien la petite (son corps) qui est recherché au fil du déplacement 'de l'auteur' présumé.
Encore un gros mensonge. Voilà à quoi en son réduit les tenants de la culpabilité.



Arlaten a écrit :
Non, nous ne voyons pas ce qu'il y a dans la tête des gendarmes.
Trois personnes leur ont dit que "peut être", alors les gendarmes cherchent, en commençant avec les moyens du bord, puis avec des moyens plus conséquent. Si les gendarmes avaient eu la certitude que l'enfant était là dans les parages, ils auraient fait appel à des moyens locaux, les pompiers et des bénévoles par exemple, comme cela se pratiquait et se pratique toujours.
H m a écrit :
Vous plaisantez : Encore une fois ne nous préoccupons pas des opérations 'fantomatiques' du 4 et 5 au matin. Restons si vous le voulez au 5 après-midi.
Je ne parle que de cela, de la battue du 5. Les opérations du 4 et du 5 sont tout ce qu'il y a de plus réel.

H m a écrit :
Bon, je pense que le motif (ridicule)des pompiers n'a pas vocation à prospérer.
Ce qui est ridicule, c'est d'avancer que les gendarmes savaient que la fillette avait été vue dans le secteur et qu'ils n'appellent pas les personnes que l'on sollicite habituellement dans pareille situation.
Le motif des pompiers n'a pas besoin de prospérer. Il suffit à corroborer d'autres éléments qui montrent que les gendarmes n'avaient aucune information qui pouvait leur permettre d'avoir la certitude que l'enfant enlevée à Marseille, était dans les parages.



H m a écrit :
Pour organiser une opération d'envergure avec les pompiers (puisque vous y tenez) des bénévoles ; des chasseurs, des randonneurs et des moyens de police et gendarmerie adéquats, il fallait commencer par prévenir les autorités judiciaires ; ce ne fût pas le choix de l’État-major de gendarmerie du département des BDR
La décision de mise en place un dispositif élargi de la sorte, n'appartient pas au autorités judiciaires. De pareils dispositifs sont mis en place, alors qu'il n'y a même pas d'instruction en cours. Ce qui déclenche de pareils dispositifs, c'est le fait d'avoir la certitude que la personne recherchée est là dans un secteur déterminé.



Arlaten a écrit :
Absolument pas. Pour prévenir "les autorités compétentes", il fallait à minima, avoir la certitude que l'enfant était dans les parages.
H m a écrit :
Non... Trois fois non.
Bien sûr que si, pourquoi répéter trois fois la même erreur ?



H m a écrit :
C'était une piste, une piste sérieuse, pour preuve l'importance du dispositif, pour preuve les renseignements suffisamment précis pour arriver au résultat connu en un temps relativement concis.
L'importance du dispositif ne prouve absolument pas que les gendarmes avaient connaissance de la présence d'un enfant. Il n'y aucun renseignement précis qui amène la même certitude et qui peut laisser penser que l'accident est lié à l'enlévement. Le résultat ne prouve absolument rien.



H m a écrit :
Admettez il est difficilement concevable de se mettre en piste sur la trace d'un suspect d'enlèvement et de sa victime sans s'en préoccuper......
A la mise en place de la battue, Ranucci n'est suspecté que d'un délit de fuite après accident matériel.

H m a écrit :
Les gendarmes sont bien sur la piste de la petite victime et de son ravisseur, ils ont un suspect et suffisamment d'éléments pour prévenir les AJ. C'est la règle!
C'est faux. Ils ont surtout des éléments qui ne correspondent pas à ce qu'ils recherchent et cela est suffisant pour justifier des recherches par la seule gendarmerie.



Arlaten a écrit :
Oui et l'essentiel de l'équipe, qui avait l'affaire en charge, était allé se promener à Nice, pour rien.
H m a écrit :
Encore une fois vous n'êtes pas sérieux. Il y a comme pour la gendarmerie un maillage policier. Une opération pouvait être montée par des policiers azuréens munis d'une commission rogatoire expédiée en urgence
Il faut croire que non, puisque ce n'est pas l'option retenue par la juge d'instruction.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 09 mai 2017, 19:43 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1666
Arlaten
Citation :
Pour être clair, en parlant du moment où se met en place la battue, il faut parler de trois personnes et non pas de deux ou trois.
Ce qui est parfaitement clair, c'est que c'est bien ces trois personnes qui imaginent qu'il y a peut-être un lien, alors qu'aucune ne déclare avoir vu un enfant et que le véhicule dont elles parlent, ne correspond pas à celui recherché.

A lire le capitaine Gras il y a bien un témoin qui évoque un enfant avant le début des recherches: ".....il (Martinez le matin) pensait qu'il pouvait y avoir une relation entre ces faits et que contrairement à ce qu'il avait déclaré dans sa plainte il pensait qu'un enfant avait pu se trouver dans le véhicule tamponneur."
Citation :
Il est donc stupide de dire qu'il était là(le chien), en vue de retrouver la petite. Au passage, nous voyons encore que les gendarmes n'ont aucune information qui leur permettrait de faire le lien avec l'enlèvement, sinon ils auraient demandé à avoir un vêtement de la gosse.

Nous venons de voir que l'éventualité du lien est faite le matin par un des témoins donc il n'est pas stupide de penser que le chien soit appelé de 100 km de là pour retrouver la petite, c'est de pas admettre cette 'évidence' qui l'est.
Pour avoir un vêtement de la petite encore fallait-il se mettre en rapport avec les policiers qui eux étaient déjà sur l'affaire...., comme ce n'est pas le choix des pandores.
Citation :
Encore un gros mensonge.
Non, non, ce PV existe bel et bien.
Citation :
Ce qui est ridicule, c'est d'avancer que les gendarmes savaient que la fillette avait été vue dans le secteur et qu'ils n'appellent pas les personnes que l'on sollicite habituellement dans pareille situation.

Visiblement ils en font une 'affaire personnelle', ne participeront à l'opération que des personnes de la 'maison' : ceux des brigades de la compagnie, des mobiles, la brigade de recherche de Marseille et le chien d'Arles.
Citation :
La décision de mise en place un dispositif élargi de la sorte, n'appartient pas aux autorités judiciaires. De pareils dispositifs sont mis en place, alors qu'il n'y a même pas d'instruction en cours. Ce qui déclenche de pareils dispositifs, c'est le fait d'avoir la certitude que la personne recherchée est là dans un secteur déterminé.

Ou pas. Combien de fois des ratissages ne donnent rien. C'est souvent dans les environs de l'enlèvement. Dans cette affaire, une information judiciaire est ouverte. On le voit bien ici, les renseignements sont suffisamment précis pour arriver à un résultat rapidement.
Citation :
A la mise en place de la battue, Ranucci n'est suspecté que d'un délit de fuite après accident matériel.

Vous êtes un comique: une cinquantaine de bonshommes et un chien pour mettre la main sur un chauffard sans se rendre chez lui pour voir si, des fois, il n'y serait pas...... triste comique, en fait.
Citation :
Il faut croire que non, puisque ce n'est pas l'option retenue par la juge d'instruction.

Elle a agi dans l'urgence suite aux cachoteries des gendarmes.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 mai 2017, 09:39 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 932
Arlaten a écrit :
Ce qui est parfaitement clair, c'est que c'est bien ces trois personnes qui imaginent qu'il y a peut-être un lien, alors qu'aucune ne déclare avoir vu un enfant et que le véhicule dont elles parlent, ne correspond pas à celui recherché.
H m a écrit :
A lire le capitaine Gras il y a bien un témoin qui évoque un enfant avant le début des recherches: ".....il (Martinez le matin) pensait qu'il pouvait y avoir une relation entre ces faits et que contrairement à ce qu'il avait déclaré dans sa plainte il pensait qu'un enfant avait pu se trouver dans le véhicule tamponneur."
"Qui évoque" (le mot est juste) un enfant, mais qui ne dit pas que cet enfant, il l'a vu, où qu'il a été vu par quelqu'un d'autre.
Par ces "dires" Martinez montre que, contrairement à ce qu'il déclarera plus tard, Aubert ne lui a pas parlé d'un enfant.
D'ailleurs si Aubert dit aujourd'hui ne pas avoir appelé les gendarmes, Martinez lui, oublie son appel aux gendarmes pour le remplacer par un appel à l'Evéché, à l'heure ou il a appelé les gendarmes.



Arlaten a écrit :
Nous parlons de la mise en action du chien. Il a été mis en piste, à l'endroit où le témoin Guazzone a dit avoir vu Ranucci à pied. Il n'y a aucun témoin qui a dit avoir vu la fillette. Il est donc stupide de dire qu'il était là(le chien), en vue de retrouver la petite. Au passage, nous voyons encore que les gendarmes n'ont aucune information qui leur permettrait de faire le lien avec l'enlèvement, sinon ils auraient demandé à avoir un vêtement de la gosse.
H m a écrit :
Nous venons de voir que l'éventualité du lien est faite le matin par un des témoins donc il n'est pas stupide de penser que le chien soit appelé de 100 km de là pour retrouver la petite, c'est de pas admettre cette 'évidence' qui l'est.
L'éventualité, la aussi le mot est juste, mais cette éventualité existe dans les trois témoignage. S'ils appellent les gendarmes, c'est bien parce qu'ils pensent qu'il y a un lien possible. Donc, ce que dit Martinez n'apporte rien, bien au contraire.
Le chien a bien été mis en piste, sur la "trace" de Ranucci. Il était absolument impossible de le mettre sur une trace de la petite. Les gendarmes le savaient. Ils le savaient d'autant plus, que personne n'a vu l'enfant dans le secteur. Les gendarmes de Greasque n'ont pas fait venir un chien pour chercher un enfant que personne n'a vu et pour lequel il y avait impossibilité de suivre une trace.



H m a écrit :
Pour avoir un vêtement de la petite encore fallait-il se mettre en rapport avec les policiers qui eux étaient déjà sur l'affaire...., comme ce n'est pas le choix des pandores.
Pour demander un vêtement de la gosse, encore fallait-il avoir la certitude qu'elle était dans le secteur.



Arlaten a écrit :
Encore un gros mensonge.
H m a écrit :
Non, non, ce PV existe bel et bien.
Non, il n'y a pas dans le dossier pénal, un PV "sans ambiguïté" sur le sujet.



Arlaten a écrit :
Ce qui est ridicule, c'est d'avancer que les gendarmes savaient que la fillette avait été vue dans le secteur et qu'ils n'appellent pas les personnes que l'on sollicite habituellement dans pareille situation.
H m a écrit :
Visiblement ils en font une 'affaire personnelle', ne participeront à l'opération que des personnes de la 'maison' : ceux des brigades de la compagnie, des mobiles, la brigade de recherche de Marseille et le chien d'Arles.
Oui, même le chien, c'est un gendarme. S'ils ont fait cela, c'est bien parce qu'ils n'ont aucune certitude de la présence de la gosse dans le secteur.



Arlaten a écrit :
La décision de mise en place un dispositif élargi de la sorte, n'appartient pas aux autorités judiciaires. De pareils dispositifs sont mis en place, alors qu'il n'y a même pas d'instruction en cours. Ce qui déclenche de pareils dispositifs, c'est le fait d'avoir la certitude que la personne recherchée est là dans un secteur déterminé.
H m a écrit :
Ou pas. Combien de fois des ratissages ne donnent rien. C'est souvent dans les environs de l'enlèvement.
Il est question de décision de mise en place du dispositif. Le résultat n'a rien à voir avec la décision de mise en place.



H m a écrit :
Dans cette affaire, une information judiciaire est ouverte. On le voit bien ici, les renseignements sont suffisamment précis pour arriver à un résultat rapidement.
C'est quoi les "renseignements suffisamment précis" ?


Arlaten a écrit :
A la mise en place de la battue, Ranucci n'est suspecté que d'un délit de fuite après accident matériel.
H m a écrit :
Vous êtes un comique: une cinquantaine de bonshommes et un chien pour mettre la main sur un chauffard sans se rendre chez lui pour voir si, des fois, il n'y serait pas...... triste comique, en fait.
Au moment de la battue, il n'y a aucune certitude quant au fait que l'accidenté est bien concerné par l'enlévement de Marseille. Donc l'importance du dispositif n'a rien à voir. Ce n'est pas comique, c'est stupide.



Arlaten a écrit :
Il faut croire que non, puisque ce n'est pas l'option retenue par la juge d'instruction.
H m a écrit :
Elle a agi dans l'urgence suite aux cachoteries des gendarmes.
Le téléphone et le fax existaient déjà en 74. Il fallait quelques minutes pour mettre en place une action des policiers niçois. Melle Di Marino a préféré faire confiance aux gendarmes.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 13 mai 2017, 07:51 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1666
Vous persistez dans "l'erreur"...
Nous savons pour quelles raisons le chien a été mis en piste; il n'y a aucune ambiguïté. Il s'agissait bien de rechercher la petite enlevée deux jours plus tôt en partant du lieu où "l'auteur" avait été signalés dans la soirée. C'est écrit en toute lettre dans un PV présent au dossier. Tout le monde ici le sait très bien.
A quoi bon dire et redire le contraire? Répéter une contre-vérité n'en fait pas la vérité.
Il faut en finir avec la légende du paquet assez volumineux qui n' a que trop pollué cette affaire et revenir à l'essentiel; le meurtre de la petite.
Il est temps de tourner la page, entre "un dossier pourri"et un livre purgé de sa substance toxique nous pouvons désormais avancer en terrain connu avec raison et mesure.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 14 mai 2017, 09:14 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1666
Arlaten
Citation :
"Qui évoque" (le mot est juste) un enfant, mais qui ne dit pas que cet enfant, il l'a vu, où qu'il a été vu par quelqu'un d'autre.
Par ces "dires" Martinez montre que, contrairement à ce qu'il déclarera plus tard, Aubert ne lui a pas parlé d'un enfant.
D'ailleurs si Aubert dit aujourd'hui ne pas avoir appelé les gendarmes, Martinez lui, oublie son appel aux gendarmes pour le remplacer par un appel à l'Evéché, à l'heure ou il a appelé les gendarmes.

Nous ne savons pas exactement ce qu'a dit Martinez le 5 au matin. Nous, n'avons que les écrits du capitaine Gras qui tiendrait ses informations de ses subalternes de Gréasque qui, nous le savons n'ont pas été très réactifs depuis, au moins, la veille. Entre les explications alambiquées, pour expliquer leur inertie, qu'ils ont pu lui fournir et la nécessité de les couvrir, nous voyons bien que le PV de synthèse du commandant de la compagnie d'Aubagne est à prendre avec des pincettes.
Je crois Martinez dans sa version de Brignoles, (pourquoi inventerait-il cela?). Dans ce cas le chef de la compagnie varois serait passé par les voix hiérarchiques, ainsi le témoignage de l'accidenté, parlant bien d'un enfant aperçu rapporté par les témoins Aubert serait arrivé chez les gendarmes à Marseille avant de prendre le chemin de Aubagne. Cela semble beaucoup plus cohérent au vu de l'importance du dispositif mis en place rapidement. Ce serait l'état-major des BDR qui aurait pris la décision de ne pas prévenir le Parquet de la piste sérieuse qui s'offrait.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 18 mai 2017, 11:00 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 932
H m a écrit :
Vous persistez dans "l'erreur"...
Pas du tout.


H m a écrit :
Nous savons pour quelles raisons le chien a été mis en piste; il n'y a aucune ambiguïté. Il s'agissait bien de rechercher la petite enlevée deux jours plus tôt en partant du lieu où "l'auteur" avait été signalés dans la soirée.
Pas du tout.
Il a écrit il y a peu:
H m a écrit :
" ce conducteur aurait laissé dans les fourrés au bord de la route 'un paquet assez volumineux' qui pourrait s’avérer être le corps de la petite."
Donc, il s'agissait bien de vérifier si le "paquet assez volumineux" ne pouvait être le corps de la fillette disparue. Au passage, personne n'a jamais dit que Ranucci avait laissé sur place le "paquet assez volumineux vu par Aubert. Personne n'a déclaré aux gendarmes, avoir vu une fillette dans le secteur. Donc aucune certitude qu'une fillette ou que le paquet de Aubert se trouve là.


H m a écrit :
C'est écrit en toute lettre dans un PV présent au dossier. Tout le monde ici le sait très bien.
Nous attendons toujours la désignation de ce PV du dossier, ainsi que la citation du paragraphe, qui confirme cela.


H m a écrit :
A quoi bon dire et redire le contraire? Répéter une contre-vérité n'en fait pas la vérité.
C'est exactement ce que l'on peut lui dire, lorsqu'il martèle les choses qu'il invente. Il n'a jamais été rien reproché à la gendarmerie. Personne n'a vu un enfant avec le conducteur de la voiture accidenté, dans le secteur.



H m a écrit :
Il faut en finir avec la légende du paquet assez volumineux qui n' a que trop pollué cette affaire et revenir à l'essentiel; le meurtre de la petite.
Un message parmi tant d'autre de Hm
Citation :
Le 5 en début d'après-midi les gendarmes ratissent le bord de la route, ils sont à la galerie, d'où le chien est mis en piste, ils sont bien à la recherche du corps de la petite
Les gendarmes recherche le corps de la petite. Si le paquet est une légende, pourquoi les gendarmes rechercheraient-ils un corps ?

Aubert a bien vu Ranucci prendre quelque chose dans la 304. Comme il n'a pas su ce que c'était, c'est devenu un "paquet assez volumineux".
Le meurtre de la petite, c'est malheureusement vrai, mais Ranucci n'a rien à voir avec cela.


H m a écrit :
Il est temps de tourner la page, entre "un dossier pourri"et un livre purgé de sa substance toxique nous pouvons désormais avancer en terrain connu avec raison et mesure.
La page va être tournée, c'est pour bientôt. Les quatre faux témoins seront rattrapés par la justice. Nous pouvons d'ailleurs nous demander s'il en fait pas parti.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 18 mai 2017, 11:03 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 932
Arlaten a écrit :
"Qui évoque" (le mot est juste) un enfant, mais qui ne dit pas que cet enfant, il l'a vu, où qu'il a été vu par quelqu'un d'autre.
Par ces "dires" Martinez montre que, contrairement à ce qu'il déclarera plus tard, Aubert ne lui a pas parlé d'un enfant.
D'ailleurs si Aubert dit aujourd'hui ne pas avoir appelé les gendarmes, Martinez lui, oublie son appel aux gendarmes pour le remplacer par un appel à l'Evéché, à l'heure ou il a appelé les gendarmes.
H m a écrit :
Nous ne savons pas exactement ce qu'a dit Martinez le 5 au matin. Nous, n'avons que les écrits du capitaine Gras qui tiendrait ses informations de ses subalternes de Gréasque qui, nous le savons n'ont pas été très réactifs depuis, au moins, la veille. Entre les explications alambiquées, pour expliquer leur inertie, qu'ils ont pu lui fournir et la nécessité de les couvrir, nous voyons bien que le PV de synthèse du commandant de la compagnie d'Aubagne est à prendre avec des pincettes.
Les explications alambiquées et la nécessité de couverture, n'ont été démontrées par personne et ce pendant plus de quarante ans.


H m a écrit :
Je crois Martinez dans sa version de Brignoles, (pourquoi inventerait-il cela?).
Nous ne savons pas exactement ce qu'a dit Martinez lors de sa soi-disant visite à la Brigade de Brignoles. Cette histoire, nous est rapportée par Bouladou et nous ne pouvons faire confiance ni à l'un, ni à l'autre. Le PV d'un OPJ serait à "prendre avec des pincettes" et là, une histoire racontée par des personnes douteuses, serait crédible, sans la moindre vérification. Amusant tout ça.
Pourquoi Martinez inventerait-il tout ça ? Ben, je l'ai écrit, juste là au-dessus. c'est tellement évident. Et puis c'est tellement évident.
Martinez ne recule devant aucun mensonge. Il a menti dans ses dépositions. Avec le temps, ses mensonges sont encore plus gros. Il aurait vu l'enfant dans la voiture. Nous savons que ce n'est pas vrai. Des policiers les auraient escorté du bar au palais de justice, le jours du procès.
Nous savons que ce n'est pas vrai. Pourquoi ces mensonges ? Pour l'enfant nous comprenons. Pour l'escorte, Martinez est un malade.



H m a écrit :
Nous Dans ce cas le chef de la compagnie varois serait passé par les voix hiérarchiques, ainsi le témoignage de l'accidenté, parlant bien d'un enfant aperçu rapporté par les témoins Aubert serait arrivé chez les gendarmes à Marseille avant de prendre le chemin de Aubagne. Cela semble beaucoup plus cohérent au vu de l'importance du dispositif mis en place rapidement. Ce serait l'état-major des BDR qui aurait pris la décision de ne pas prévenir le Parquet de la piste sérieuse qui s'offrait.
Voyons ce qu'elle dit cette histoire de Brignoles:

Citation :
On monte à la gendarmerie de Brignoles. Le commandant de gendarmerie nous reçoit. Il me fait parler et me dit: « Je crois que c'est un truc important ». Il se met en relation avec la P. J de Marseille et je commence à faire ma déposition, une première fois au téléphone. On me dit: « Ne quittez pas, on va vous passer quelqu'un d'autre ». Ils me disent les noms, je crois que c'était M. Porte le deuxième. Après, j'ai eu M. Alessandra. Parce que j'ai dit trois fois mon témoignage. Porte me fait répéter; il me demande à parler au commandant et il dit au commandant: « Est-ce que le témoin lit? ». Alors, l'autre lui dit: « Non, non, il ne lit pas, c'est une déclaration spontanée. » J'ai su après qu'ils avaient dû m'enregistrer et ils avaient comparé les enregistrements pour voir si je ne plaisantais pas, si ce n'était pas un gag. Ils recevaient des centaines d'appels, paraît-il fantaisistes. Quatre ou cinq minutes après, rebelote, j'ai eu M. Alessandra qui me dit: « Donnez-moi immédiatement le nom et l'adresse du témoin, de M. et Mme Aubert. » Bon sang! J'avais rien, j'étais parti du lycée. Je lui dis: « J'ai rien sur moi ». Il m'engueule. Je lui dis: « Ça va! » Les policiers me prennent, ils me mènent au lycée chercher mes papiers. Je reviens, j'ai tout donné, et là après, ils ont enclenché l'affaire. Là, c'était peut-être entre 10 heures et demie, 11 heures du matin.
Il n'y est pas question d'un appel vers la hiérarchie de la gendarmerie des BDR. Par contre il y est bien question d'un appel vers L'Evéché. Martinez dit avoir eu Alexandra. Et cela, même lui (Hm), sait que ce n'est pas vrai. A aucun moment il parle de son appel à la gendarmerie de Greasque. Et là, il est facile de comprendre pourquoi.

Il faudrait prendre le PV de synthèse du capitaine, "avec des pincettes", et donner du crédit au menteur Martinez. C'est pas de l'objectivité ça...........


Haut
   
Message non luMessage posté... : 19 mai 2017, 18:44 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1666
Berny a écrit
Citation :
Les explications alambiquées et la nécessité de couverture, n'ont été démontrées par personne et ce pendant plus de quarante ans.

C'est bien la preuve que nous pouvons encore 'échanger' sur du neuf et pas uniquement sur ce sujet, il y a beaucoup à dire sur le rapport d'autopsie et le mode opératoire du meurtrier par exemple; d'autres sujets aussi sans doute.....
Le dossier est pourri, dès le début, il y a bien quelques raisons! Les conditions qui ont amené à la découverte du corps n'ont jamais été éclaircies et nous voyons qu'il y a beaucoup à dire.... Ce n'est pas moi qui a parlé d'imbroglio mais un des acteurs de la première heure.
En regardant l'émission de Alfonsi l'autre jour, je constatais avec consternation, que les arguments avancés par Perrault, à l'époque, sont toujours véhiculés, alors qu'ils sont pour la plupart complètement caduques.
Faut-il voir un changement d'attitude de l'auteur à la lecture de la préface récente du livre de la jurée?

Citation :
Il n'y est pas question d'un appel vers la hiérarchie de la gendarmerie des BDR. Par contre il y est bien question d'un appel vers L'Evéché. Martinez dit avoir eu Alexandra. Et cela, même lui (Hm), sait que ce n'est pas vrai. A aucun moment il parle de son appel à la gendarmerie de Greasque. Et là, il est facile de comprendre pourquoi.
Il faudrait prendre le PV de synthèse du capitaine, "avec des pincettes", et donner du crédit au menteur Martinez. C'est pas de l'objectivité ça...........

Sur ce coup, je ne peux vous donner, entièrement, tort..... Disons que la version 'Brignoles' n'est qu'une éventualité et pourquoi ne pas le dire: je ne suis pas 'l'avocat' des témoins.
Il semble bien que le témoin 'accidenté' nous raconte maintenant des sornettes en nous disant avoir été en contact avec Alessandra. Je me disais que dans chaque bobard il y a une part de vérité. Brignoles me semble cohérent, si vous remplacez le commissaire par je ne sais quel officier supérieur de gendarmerie à Aubagne ou à Marseille, l'histoire trouve son sens. L'esprit de corps joue à fond, les militaires se serrent les coudes et ne préviennent pas la Parquet.....


Haut
   
Message non luMessage posté... : 19 mai 2017, 19:26 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1666
Bernie dit et redit:
Citation :
Personne n'a vu un enfant avec le conducteur de la voiture accidenté, dans le secteur.

Gras nous écrit le 7:
Citation :
Le 5 juin 1974 à 13 heures 15, nous sommes informés par le gendarme commandant temporairement la brigade de Gréasque, qu'à la suite de renseignements téléphoniques émanant du témoin d'un accident matériel de la circulation, suivi d'un délit de fuite, survenu le 3 juin 1974 à 12h30, au carrefour des routes nationales 8bis et 96 au lieu dit "la pomme", un rapprochement pouvait être établi entre une partie de la relation des faits et le rapt d'enfant s'étant produit à Marseille le 3 juin 1974 à 11 heures.

Citation :
A 10 heures, M. Martinez, conducteur du véhicule accidenté, ayant déposé la plainte, avertissait téléphoniquement la brigade de Gréasque , que, venant d'avoir connaissance de l'enlèvement de la petite Rambla à Marseille le 3 juin , une heure et demie avant l'accident dont il avait été victime, il pensait qu'il pouvait y avoir une relation entre ces faits et que contrairement à ce qu'il avait déclaré dans sa plainte il pensait qu'un enfant avait pu se trouver dans le véhicule tamponneur.

Gras ne nous écrit pas le nom du gendarme commandant provisoire de la brigade de Gréasque, c'est dommage.
Celui-ci serait resté, en plus 'des alertes' du 4 de Guazzone et Aubert, encore 3h15 sans prévenir ses supérieurs et aurait contacté directement ses collègues varois.... C'est complètement improbable, nous savons les usages militaires.
L'homme du rang n'est pas perspicace, un qui vient dire: enfant possible, l'autre lui aurait resservi son histoire de paquet. Rapprochement!, relation!! .... !??
Mazette!! Tout de même faudrait prévenir le chef...
Branle-bas de combat, tout le monde s'y colle, cinquante gendarmes, un chien venu de 100 bornes. Pendant ce temps on oublie le propriétaire du coupé encore deux heure durant:
Citation :
A 15 h15, le propriétaire du véhicule 1369 SG 06 auteur du délit de fuite est identifié ; il s’agit de Ranucci Christian représentant de commerce, demeurant à Nice
.
Bon si ça vous convient......

Un petit mensonge du capitaine? :
Citation :
Le même jour (le 4), à 17 heures, MR GUAZZONE Henri, .....
Le témoin parlera de 12 heures ...


Haut
   
Message non luMessage posté... : 20 mai 2017, 07:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1666
Bernie
Citation :
Nous attendons toujours la désignation de ce PV du dossier, ainsi que la citation du paragraphe, qui confirme cela.

En fin connaisseur du dossier, vous savez très bien quel est le PV évoqué. Je suis certain que votre argumentaire toujours convenu est chaud-bouillant pour le contester bien qu'il émane d'une personne directement concernée par les recherches et qu'il soit sans ambiguïté.
Vous qui vous présentez comme le soutien indéfectible des pandores serez vous forcé de suggérer qu'une 'taupe' s'est glissée dans leur rang?
Bon courage.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 30 mai 2017, 18:55 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 932
Arlaten a écrit :
Les explications alambiquées et la nécessité de couverture, n'ont été démontrées par personne et ce pendant plus de quarante ans.
H m a écrit :
C'est bien la preuve que nous pouvons encore 'échanger' sur du neuf et pas uniquement sur ce sujet, il y a beaucoup à dire sur le rapport d'autopsie et le mode opératoire du meurtrier par exemple; d'autres sujets aussi sans doute.....
Discussions qui ont déjà eu lieu et qui on conduit Hm à nier par exemple l'existence de blessures de défense au dos des mains de la fillette.


H m a écrit :
Le dossier est pourri, dès le début, il y a bien quelques raisons! Les conditions qui ont amené à la découverte du corps n'ont jamais été éclaircies et nous voyons qu'il y a beaucoup à dire.... Ce n'est pas moi qui a parlé d'imbroglio mais un des acteurs de la première heure.
Nous savons d'ou sort l'imbroglio en question. L'analyse du texte où apparaît cet "imbroglio" montre sans aucun doute que c'est du grand n'importe quoi. "l'acteur de la première heure" raconte qu'il était là pour la recherche du couteau (donc le 6, ce qui est faux) et que ce jour là, ils ont trouvé le pull ( ce qui est faux aussi) Donc, rien ne dit que l'imbroglio soit avéré.



Arlaten a écrit :
Il n'y est pas question d'un appel vers la hiérarchie de la gendarmerie des BDR. Par contre il y est bien question d'un appel vers L'Evéché. Martinez dit avoir eu Alexandra. Et cela, même lui (Hm), sait que ce n'est pas vrai. A aucun moment il parle de son appel à la gendarmerie de Greasque. Et là, il est facile de comprendre pourquoi.
Il faudrait prendre le PV de synthèse du capitaine, "avec des pincettes", et donner du crédit au menteur Martinez. C'est pas de l'objectivité ça...........
H m a écrit :
Sur ce coup, je ne peux vous donner, entièrement, tort..... Disons que la version 'Brignoles' n'est qu'une éventualité et pourquoi ne pas le dire: je ne suis pas 'l'avocat' des témoins.
Une éventualité, un hypothèse quoi. Donc inutile d'en parler.


H m a écrit :
Il semble bien que le témoin 'accidenté' nous raconte maintenant des sornettes en nous disant avoir été en contact avec Alessandra.
Non, il ne semble pas. Nous en sommes sûr. Et il en dit maintenant, mais il en a dit aussi au moment des faits.


H m a écrit :
Je me disais que dans chaque bobard il y a une part de vérité. Brignoles me semble cohérent, si vous remplacez le commissaire par je ne sais quel officier supérieur de gendarmerie à Aubagne ou à Marseille, l'histoire trouve son sens. L'esprit de corps joue à fond, les militaires se serrent les coudes et ne préviennent pas la Parquet.....
N'importe quoi.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 30 mai 2017, 18:59 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 932
Arlaten a écrit :
Personne n'a vu un enfant avec le conducteur de la voiture accidenté, dans le secteur.
H m a écrit :
Gras ne nous écrit pas le nom du gendarme commandant provisoire de la brigade de Gréasque, c'est dommage.
Il n'a pas donné le nom du chien, ni de son maître.


H m a écrit :
Celui-ci serait resté, en plus 'des alertes' du 4 de Guazzone et Aubert, encore 3h15 sans prévenir ses supérieurs et aurait contacté directement ses collègues varois.... C'est complètement improbable, nous savons les usages militaires.
C'est tellement improbable que cela n'a pas pu se passer. Qu'est-ce qui permet de dire que Greasque a appelé Toulon, sans l'accord de la hiérarchie ?


Haut
   
Message non luMessage posté... : 30 mai 2017, 19:14 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 932
Arlaten a écrit :
Nous attendons toujours la désignation de ce PV du dossier, ainsi que la citation du paragraphe, qui confirme cela.
H m a écrit :
En fin connaisseur du dossier, vous savez très bien quel est le PV évoqué.
En fin connaisseur du dossier, je sais très bien qu'il n'existe, dans le dit dossier, aucun PV qui "mentionne sans ambiguïté à ce sujet ; c'est bien la petite (son corps) qui est recherché au fil du déplacement 'de l'auteur' présumé."
Le fait que je connaisse bien le dossier, ne le dispense pas de donner ce que je lui demande, ne serait-ce que pour les lecteurs qui connaissent moins bien le dossier pénal de l'affaire.


H m a écrit :
Je suis certain que votre argumentaire toujours convenu est chaud-bouillant pour le contester bien qu'il émane d'une personne directement concernée par les recherches et qu'il soit sans ambiguïté.
Facile, il n'y a qu'à poser là ce que je demande.


H m a écrit :
Vous qui vous présentez comme le soutien indéfectible des pandores serez vous forcé de suggérer qu'une 'taupe' s'est glissée dans leur rang?
Absurdité. Dire la réalité des choses, ce n'est pas soutenir qui que ce soit.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 30 mai 2017, 22:06 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1666
bernie a écrit :
Qu'est-ce qui permet de dire que Greasque a appelé Toulon, sans l'accord de la hiérarchie ?

Ben....., c'est tout simplement écrit dans un PV présent au dossier.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 604 messages ]  Aller à la page Précédente 137 38 39 40 41 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com