Nous sommes le 25 sept. 2018, 16:55

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 285 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 619 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 14:53 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 11 févr. 2005, 22:20
Messages : 666
quand Gilles Perrault claironne que CR détestait le rouge et que je vois a la télé que les siéges de sa 304 était rouge, alors je peux dire...OUI, j'ai vu ,j'ai vu que les siéges de la 304 étaient rouge alors que CR était sensé détester le rouge et donc que le POR ne pouvait etre a lui


Haut
   
 Sujet du message : les sièges rouges de la 304
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 17:52 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 19 mai 2005, 20:59
Messages : 66
Localisation : chalon sur saone
Vous ne trouvez pas que ce pull a été évacué bien vite de l'affaire et c'est peut être parce que les policiers se sont très vite rendu compte que ce pul ne pouvait pas appartenir à Ranucci

_________________
cali


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 18:34 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 juil. 2005, 21:20
Messages : 853
Localisation : Sud-Ouest
Je n'ai pas encore vu le reportage dont vous parlez.
Mais si vous avez vu un coupé 304 avec des sièges rouges, pensez-vous que les images soient d'époque ou le noir et blanc était roi ?
Ne serait-ce pas plutôt une image d'illustration ?
La voiture de CR existe-t-elle encore aujourd'hui ?
Ne voyons pas rouge trop vite !


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 18:38 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Non c'est vrai, on voit clairement que les sièges sont d'un beau rouge vif. Je me suis demandé si ce n'était pas une housse, mais bon.

Ce qu'il y a c'est qu'on ne comprend sur quel pied l'accusation voudrait danser. Bouladou dit que le pull n'a rien à voir avec l'affaire (le fait que M. Martel le reconnaisse lors du procès ne l'émeut pas beaucoup), et sur le forum on dit que le pull est à Ranucci. C'est dire d'ailleurs dans quelle estime ils tiennent les enquêteurs qui n'ont pas cherché à le démontrer alors que cela formait un élément à charge de première grandeur.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 18:49 
Le pull n'a rien à voir avec l'affaire, c'est pour cela qu'on vous demontre pourquoi la thèse de Perrault ne tient pas.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 18:50 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Sauf que Mme Mattei et M. Martel le reconnaissent, mais il n'a rien à voir, c'est évident. C'est tellement génant de devoir reconnaître qu'on a guillotiné un innocent en truquant deux preuves.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 18:58 
1/Ce n'est pas le même pull (pas de boutons et polo rouge).
2/Qui dit que les affaires sont liées?
3/On a guillotiné celui qui possedait le couteau et qui avait fait des choses qu'il ne fallait pas faire s'il ne voulait pas mourrir comme ca.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 22:10 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:07
Messages : 579
Localisation : AIX EN PROVENCE
GIHEL comment pouvez vous encore prendre le témoignage de Mme MATTEI au sérieux. Est ce que vous avez lu la déclaration de sa voisine, celle de Mme BARRACO, celle de Carole BARRACO ? Est ce que vous avez lu la lettre de Mme MATHON à CR où elle parle de la rencontre de Mme MATTEI avec l'homme au pull over-rouge une troisième fois à la sortie de l'école ?
Dernière rencontre qu'elle a renoncé à raconter devant les magistrats tellement c'était loufoque. L'homme au pull over-rouge essaye d'enlever sa fille, esssaye d'enlever un enfant devant elle, et cherche une petite fille devant une école et s'adresse à elle pour lui demander si elle ne l'a pas vue . C'est sérieux ça?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 22:14 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:07
Messages : 579
Localisation : AIX EN PROVENCE
GIHEL, vous n'avez pas lu la page 215 de mon livre, cela vous aurait évité de dire une bétise.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 22:25 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:07
Messages : 579
Localisation : AIX EN PROVENCE
GIHEL il faudra nous citer vos sources pour affirmer que M.MARTEL a reconnu le POR au procès, cela doit être assez amusant.
Vous avez sorti une énormité dans un autre post : Mme MATHON a toujours dit que CR portait son pantalon gris foncé lorsqu'il est parti en WE.
Comme Gilles Perrault vous dites exactement le contraire de ce qui est dans le dossier.
Lorsque les policiers de Nice saisissent ce pantalon dans la chambre de CR et la chemisette blanche à fines rayures bleues,Mme mATHON leur déclare (P.V 344/AN du 6 juin à 10 h 30 de l'inspecteur principal Marc CECCARELLI, SRPJ de Mlle, antenne de Nice) : "Mon fils portait ce vêtements lorsqu'il est partu pour Aix en Provence le dimanche 2 juin 1974. Je ne suis pas certaine toutefois que le pantalon que vou svenez de saisir soit celui qu'il avait su rlui ce jour-là.

Le seul accident de mobylette dont parle CR au psychiatre (cela figure dans le rapport de psychiatrie) s'est produit lorsque CR avait quinze ans. Aucun autre accident signalé depuis.
Et CR a toujours reconnu qu'il portait ce pantalon au moment de l'accident.
de la nuit de son interpellation jusqu'au procès. Selon vous , il faisait de fausses déclarations pour aider les policiers à l'enfoncer. Ce n'est pas sérieux.
Lorque vous dites que la mention de saisie du pantalon ne vient pas de la même machine à écrire, c'est faux.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 sept. 2005, 23:15 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
J'aime beaucoup parce que l'on charge à chaque fois le psychiatre de faire l'enquête, c'est quand même un comble. S'il vous plait M. Le psychiatre, nous les enquêteurs on ne sait pas faire alors vous êtes chargé de le faire avouer (comme il ne signe pas votre rapport c'est encore plus pratique) et d'enquêter sur son passé. Il risque la peine de mort mais on s'en fout, on n'a pas le temps ni l'envie.

Chapeau l'administration judiciaire des Bouches du Rhône. Chapeau bas.

Ce n'est pas parce que le psychiatre n'a pas noté l'accident du mois d'avril qu'il n'existe pas.
On ne peut rien savoir puisque rien n'a été vérifié, même pas par vous trente ans après. Donc on ne peut pas conclure.

Donc votre assurance quant au fait que le sang viendrait de Marie-Dolorès ne repose que sur des suppositions.

Vous supposez qu'il n'a pas eu d'accident de mobylette en avril, mais vous n'avez aucun élément pour nous le démontrer.

Je ne peux pas être sûr que c'est le sang de Ranucci, c'est exact, mais vous ne pouvez pas non plus soutenir mordicus devant la téloche que c'est le sang de la gamine. Vous vous en prendrez à la juridiction des Bouches-du-Rhône qui a eu cette riche idée de détruire les scellés au moment où il était question de faire des demandes de révision. Merci l'administration judiciaire. C'est sympa.


Pour la machine à écrire mea culpa, je me suis laissé emporter, c'est vrai je me suis complètement planté. À ceci près que l'expert est formel: ce n'est pas la même personne qui a tapé la mention du pantalon de couleur sombre (sinon il y aurait eu des traits jusqu'au bout de la ligne). Ce qui a une conséquence que la commission de révision se refuse de reconnaître mais qui est d'une logique pure, cela signifie que le rajout ne s'est pas fait tout de suite. Sinon, on aurait demandé au même OPJ de le faire. C'est un autre, cela signifie que le rédacteur n'était plus là. Cela semble assez logique, donc cette mention a été rajoutée, disons un certain temps après.

Mais la conséquence, c'est qu'on ne sait pas quand le pantalon a été saisi. On ne peut plus le savoir. On le peut d'autant moins, qu'il n'a jamais été présenté à Ranucci. Ranucci ne l'a jamais vu.

On lui en parle mais on ne lui montre jamais.

Sauf au procès et encore. Comme c'est bizarre. Vous avez dit bizarre ? Comme c'est étrange vraiment.

À chaque fois, ben on est dans la merde, pour quelle raison ? parce qu'il n'y a pas eu d'enquête. Le plus petit début d'enquête, Ranucci n'y a pas droit. Qu'il aille se faire couper en deux, nous enquêteurs, on n'en a rien à foutre. C'est ça la réalité de ce dossier.

Donc il dit lui qu'il portait ce pantalon au moment de l'accident, du fond de sa prison, dans la nuit de sa garde-à-vue, dans le bordel du procès. Le minimum était de lui montrer le pantalon. Comme on ne lui montre jamais, votre assurance me semble encore une fois déplacée.

Mme Mathon n'est pas sûre qu'il portait le pantalon gris. Mais elle ne dit pas qu'il ne le portait pas. Et elle dit, plus tard (parce qu'on s'est bien gardé de vérifier auprès d'elle s'il portait bien le pantalon bleu au moment de l'instruction puisqu'elle parle tout de même du pantalon gris sans être sûre d'elle, ce qui dénote tout de même son honnêteté ), que le pantalon bleu ne sortait pas du garage.

Ben on est obligé de faire avec cette déclaration, quoi que l'on puisse en penser. On ne peut pas balayer cela d'un revers de main, parce que Ranucci aurait que qui que quoi. D'autant que la pièce de saisie n'est plus qu'un chiffon de papier.

La prochaine fois, quand on voudra nous convaincre, il sera préférable d'éviter de cautionner des faux : des PV où on rajoute des choses en douce.

Là, ben c'est fini, on n'est plus sûr de rien. On est dans la merde.

Et à nouveau on se repose toujours la même question auquel on ne nous répond jamais : Ranucci est intelligent, la lettre au président de la république le prouve amplement s'il en était besoin. Comment se fait-il que ce type se soit débarassé du haut plein de sang mais pas du bas. C'est complètment idiot. Ca ne tient pas debout. mais apparemment, cela ne gène personne.

Je suis désolé, moi cela me gène. Et c'est vrai, je préfère mon explication :

Même si Mme Mathon n'est pas sûre (cela arrive), il est parti avec son pantalon gris, il n'a pas dormi, ne s'est pas couché, il n'a jamais changé de pantalon. M. Guazzone le voit avec le pantalon gris et il rentre avec le pantalon gris. Ce qui pour une fois correspondrait aux aveux : jamais il ne parle d'un changement de pantalon. Et pourtant, cela allait dans le sens de l'accusation, mais ceci tend à suggérer d'ailleurs que l'idée de réintroduire le pantalon dans la danse est sans doute tardive.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 sept. 2005, 00:24 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Gérard B a écrit :
GIHEL comment pouvez vous encore prendre le témoignage de Mme MATTEI au sérieux. Est ce que vous avez lu la déclaration de sa voisine, celle de Mme BARRACO, celle de Carole BARRACO ? Est ce que vous avez lu la lettre de Mme MATHON à CR où elle parle de la rencontre de Mme MATTEI avec l'homme au pull over-rouge une troisième fois à la sortie de l'école ?
Dernière rencontre qu'elle a renoncé à raconter devant les magistrats tellement c'était loufoque. L'homme au pull over-rouge essaye d'enlever sa fille, esssaye d'enlever un enfant devant elle, et cherche une petite fille devant une école et s'adresse à elle pour lui demander si elle ne l'a pas vue . C'est sérieux ça?


Je n'ai trouvé que ceci dans le récapitulatif écrit par Christian Ranucci après le procès et rien de bien spécial dans les lettres qui figurent dans le bouquin "jusqu'au 28 juillet 1976", il fait parler Mme Mattéi :

« Le lendemain, le samedi 1er juin 1974, je l'ai revu. J'étais en train d'attendre ma fille à la sortie de son école. Il s'est approché de moi et m'a demandé si je n'avais pas vu une petite fille de cette taille à peu près (il m'a montré avec la main la hauteur d'une fillette d'une huitaine d'années). Je l'ai reconnu tout de suite. J'en suis restée clouée sur place. Il a dû voir que je le reconnaissais car il s'est immédiatement éloigné sans attendre de réponse. Il était encore habillé avec ce pull-over rouge vif - col ras du cou et boutons qui fermaient sur l'épaule. Il s'était éloigné justement en direction du raccourci qui mène vers la rue d'Albe où fut enlevée Maria Rambla."

Il n'y a rien de loufoque là-dedans, je ne vois pas ce qu'il y a de loufoque, que Mme Brugère qui avait pour mission réelle de se débarasser de ce témoin ne l'ai pas interrogé sur cette troisième rencontre, c'est bien possible, elle préfère lui faire raconter des conneries sur son mair qui ne serait que concubin dont on se demande ce que cela vient faire ici. Mais surtout Mme Brugère ne s'enquiert pas de vérifier si la déposition de Mme Mattéi est crédible ou non, elle ne délivre aucune commission rogatoire ni rien. Donc évoquer cela, c'est encore nous plonger dans l'indigence totale de l'instruction et de ce qui a suivi.


On prend le témoignage Mattéi au sérieux pour plusieurs raisons :

la première c'est que ce qu'elle décrit est totalement plausible : la fenêtre donne bien sur une haie de laurier (aujourd'hui du troëne), au-delà, il y a bien un parking, et ce parking donnait effectivement sur le chemin du Merlan à la Rose. De sa fenêtre elle peut voir effectivement la lunette arrière et une partie du numéro d'immatriculation, on peut même en déduire que la voitureétait garée cul du côté du chemin du Merlan. C'est une simca 1100 comme le décrit M. Spinelli et Jean Rambla dans les journaux de l'époque. Et on trouve quoi ? Le pull rouge avec des gros boutons dorés sur l'épaule.

Voilà que tout concorde, pour une fois ! Et vous voudriez qu'on ne prenne pas cela au sérieux ?

La seconde c'est que les lieux où se produisent ces agressions ont tous un point commun qu'un policier de votre qualité ne peut pas manquer de remarquer. Cet homme agresse des enfants en se plaçant dans le coin de la cité, et en ménageant une fuite. Dans les trois cités, c'est la même géographie : un coin, une voie pour partir.

La troisième c'est que l'on a convoqué Mme Mattéi et sa fille et la copine de sa fille et le petit Alain Baracco à l'évêché, Jules Porte le reconnaît. Et à cette époque Mme Mathon ne connaît pas Mme Mattéi. Ce n'est pas par Mme Mathon que Mme Mattéi s'est retrouvé à l'évêché, c'est à cause du fait qu'elle est venue au commissariat de Saint-Just témoigner devant le commissaire Mariani.

Donc oui, Mme Mattéi est parfaitement crédible, elle. Et M. Martel plus encore, puisque les PV existent.

Si on a entendu M. Martel, on a entenu Mme mattéi. Si l'on découvre en vout de course les PV des Cerisiers, c'est que les PV des Tilleuls se sont égarés quelque part. Ah c'est sûr, on n'est pas prêt de les revoir. Mais cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas existé.


Ne croyez vous pas, de toute façon, que si le pull rouge n'était pas le même que celui dont parle M. Martel, la première chose que le président aurait faite quand il l'a interrogé c'est de le lui montrer en lui demandant s'il le reconnaissait ?
S'il ne l'a pas fait, c'est que cela coulait de source. Ben oui, il était là devant ses yeux, c'était bien le même. Un pull rouge vif tirant sur l'orange avec de gros boutons dorés sur l'épaule. Quand Perrault l'interroge, M Martel lui parle des gros boutons dorés sur l'épaule.

Vous pourrez me dire, Gilles Perrault aurait inventé les déclarations de M. Martel ? C'est peut-être un peu gros et là, la ficelle de la mauvaise foi ne passe plus.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 sept. 2005, 00:56 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 juil. 2005, 21:20
Messages : 853
Localisation : Sud-Ouest
Donc si le pull-over rouge n'a rien à voir avec l'affaire Ranucci, c'est par une extraordinaire coïncidence qu'il s'est retrouvé non loin du lieu d'un crime.
D'accord.
Alors pourquoi ne pas admettre que Ranucci aurait pu se retrouver non loin du lieu d'un crime par une extraordinaire coïncidence ?
Les coïncidences ne marchent pas que dans un sens...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 sept. 2005, 01:17 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Il faut que je réponde pour la page 215.

Il faut dire que j'en étais resté à l'hypothèse que j'avais entendue sur M6 : le pull n'a rien à voir avec l'affaire, c'est un ouvrier qui l'a laissé là.

Il est fort possible que M6 ait coupé la seconde hypothèse qui se trouve p. 215 : Ranucci aurait rencontré l'homme au pull rouge et c'est lui qui aurait mis lui-même le pull.

Je ne peux pas dire que cette hypothèse ne retient pas mon attention, je l'ai formulée ici même dans un ancien message. Pour moi, Ranucci aurait trouvé le pull dans sa voiture et l'aurait mis lui-même derrière des planches.

Je n'y crois pas aujourd'hui parce que je pense qu'il l'aurait signalé aux avocats.


Rien n'est impossible, ni même que Ranucci se soit rendu à Marseille le samedi, personellement je n'en sais rien et on est toujours là à regretter les lacunes de cette enquête. Qu'il ait rencontré l'homme au pull-rouge avec qui il aurait essayé d'aborder les deux fillettes des Cerisiers, en se tenant un peu loin.
Et il aurait gardé le pull ?

Je n'ai rien à dire de cela, pourquoi n'en aurait-il pas parlé à un moment ou à un autre, c'est quand même un mystère : le fait qu'il y ait une autre personne constitue tout de même une atténuation de responsabilité. IL irait à l'échafaud et il n'en parlerait pas d'une manière ou du autre ? Je n'y crois pas trop.

Le père, oui. Ca s'est mal passé, ils ont décidé de ne pas en parler, bon ok. Mais un complice pédophile rencontré par hasard à Marseille...

En revanche je ne peux pas être d'accord quand on balaie d'un revers de main l'hypothèse que l'homme au pull s'est débarassé du pull justement dans le tunnel après avoir conduit la voiture de ranucci à cet endroit. C'est tout simplement une négligence, il faisait chaud, il n'en avait plus besoin : adios le pull, et le couteau enfoncé dans la tourbe, s'il est à lui, c'est une autre négligence, tout comme laisser un paquet de biscuit dans la voiture de Ranucci.

Le type est organisé pour enlever des gamins, pas pour gérer un crime et la suite, visiblement. C'est pour cela que je pense personnellement à un petit malfrat qui cache de lourdes tendances pédophiles. Et lui, on ne trouverait pas qu'il s'est occupé des gamins que gardait sa mère sans aucune aniccroche, à mon avis, cet enlèvement n'était pas un coup d'essai.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 sept. 2005, 07:14 
Citation :
Voilà que tout concorde, pour une fois ! Et vous voudriez qu'on ne prenne pas cela au sérieux ?

Parce que c'est du sur mesure.

Citation :
Quand Perrault l'interroge, M Martel lui parle des gros boutons dorés sur l'épaule.

Comme quand Perrault "parle" à Spinelli???

Citation :
Alors pourquoi ne pas admettre que Ranucci aurait pu se retrouver non loin du lieu d'un crime par une extraordinaire coïncidence ?

Trop de coincidences :
1/Voiture grise
2/Accident et arrêt sur le lieu du crime
3/Son couteau est retrouvé tâché de sang sur ses indications
4/Vu par des témoins s'enfuir de sa voiture sur les lieux de l'arrêt avec un enfant
5/....


Citation :
En revanche je ne peux pas être d'accord quand on balaie d'un revers de main l'hypothèse que l'homme au pull s'est débarassé du pull justement dans le tunnel après avoir conduit la voiture de ranucci à cet endroit. C'est tout simplement une négligence, il faisait chaud, il n'en avait plus besoin : adios le pull, et le couteau enfoncé dans la tourbe, s'il est à lui, c'est une autre négligence, tout comme laisser un paquet de biscuit dans la voiture de Ranucci.

1/Personne ne voit l'enfant enlevée par un HPR, mais par quelqu'un habillé en gris.

2/Il fait chaud et il aurait mis un pull voyant pour tuer une enfant?

3/On sait que le pull n'est pas lié au meurtre à cause du chien :
a/S'il avait été déposé avant, il n'aurait pas pu le sentir.
b/S'il est déposé à partir du jour du meurtre, le chien va vers la route et passe à 30m du corps.

4/Ranucci avoue que c'est son couteau : l'HPR lui a t-il pris dans la poche?

5/comment l'HPR peut-il enfoncer le couteau dans la tourbe si Ranucci ne peut pas le faire?

6/Decidemment très négligent, notre homme oublie pull et gateaux dans la voiture, sans rien tacher.


Citation :
Le type est organisé pour enlever des gamins, pas pour gérer un crime et la suite, visiblement. C'est pour cela que je pense personnellement à un petit malfrat qui cache de lourdes tendances pédophiles.

Vous venez, sans vous en rendre compte, de décrire le portrait de Ranucci.
Et pas d'arguments du genre "c'était un gentil garçon", car le livre a été écrit par Perrault, mais a été dicté par sa mère.


Citation :
Et lui, on ne trouverait pas qu'il s'est occupé des gamins que gardait sa mère sans aucune aniccroche, à mon avis, cet enlèvement n'était pas un coup d'essai.

Suppositions...


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 285 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 619 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com