Nous sommes le 16 déc. 2018, 14:01

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 556 messages ]  Aller à la page Précédente 134 35 36 37 38 Suivante
Auteur Message
Message non luPosté : 30 janv. 2014, 08:34 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 10:57
Messages : 1048
Citation :
sans parler de l'initiative d'appréhender le suspect sans l'aval des policiers en charge de l'enquête dans la soirée.
Les gendarmes, c'est bien connu, ne prennent aucune initiative. Ils n'agissent que sur ordre. Lorsque Gras demande au gendarmes de Nice, de procéder à l'interpellation de Ranucci, c'est qu'il en a reçu "l'ordre" du procureur, ou plus certainement de la juge.


Haut
   
Message non luPosté : 02 févr. 2014, 08:51 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 22:05
Messages : 1692
Citation :
Les gendarmes, c'est bien connu, ne prennent aucune initiative. Ils n'agissent que sur ordre. Lorsque Gras demande au gendarmes de Nice, de procéder à l'interpellation de Ranucci, c'est qu'il en a reçu "l'ordre" du procureur, ou plus certainement de la juge.
Nous n'avons pas de document pour l'affirmer.
Ca c'est en théorie, là sur le terrain et après ce retard à l'allumage faut-il croire que les codes aient été un peu bousculés. Nous le savons, le capitaine s'était couvert auprès de ses supérieurs, ce n'est sans doute pas lui qui a donné l'ordre aux gendarmes Niçois d'intervenir. Il est à noter que les policiers sont encore sur ce coup-là complètement hors-jeu..., c'est étonnant.


Haut
   
Message non luPosté : 03 févr. 2014, 05:00 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 déc. 2013, 16:13
Messages : 1677
encore une fois, je constate que vous ne lisez même pas les PVs d'audition.

Celui de Christian Ranucci à la gendarmerie le 5 juin 74 :
"Par ailleurs, cette affaire faisant l'objet d'une commission rogatoire de M. le juge d'instruction DI MARINO, du Tribunal de Grande Instance de Marseille, délivrée à M. le commissaire Alessandra, du service régional de police judiciaire de Marseille, et sur les instructions de M. le Procureur de la République à Nice, nous déferons l'intéressé à la salle des gardés à vue de Gioffrédo."


Haut
   
Message non luPosté : 03 févr. 2014, 18:00 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 22:05
Messages : 1692
Merci.
Il parait bien que l'arrestation du suspect soit une initiative des gendarmes. Ils n'en ont probablement pas reçu la mission de la juge. Nous le savons, aussi, Gras s'est couvert depuis le midi auprès de ses supérieurs.
Nous voyons aussi que les policiers n'ont pas eu beaucoup de détail après la découverte du corps, la lecture du télégramme écrit sans doute dans les minutes suivantes est éloquente; l'heure de la découverte, le type de voiture, les circonstances de l'accident, etc. ..... tout est faux.


Haut
   
Message non luPosté : 04 févr. 2014, 09:35 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 10:57
Messages : 1048
Citation :
sans parler de l'initiative d'appréhender le suspect sans l'aval des policiers en charge de l'enquête dans la soirée.
Citation :
Les gendarmes, c'est bien connu, ne prennent aucune initiative. Ils n'agissent que sur ordre. Lorsque Gras demande au gendarmes de Nice, de procéder à l'interpellation de Ranucci, c'est qu'il en a reçu "l'ordre" du procureur, ou plus certainement de la juge.
Citation :
Nous n'avons pas de document pour l'affirmer.
Nous avons un document qui donne la chronologie des coups de téléphone du capitaine Gras. Cette chronologie exclue qu'il soit l'initiateur de la demande d'intervention des gendarmes niçois.


Citation :
Ca c'est en théorie, là sur le terrain et après ce retard à l'allumage faut-il croire que les codes aient été un peu bousculés.
Non, puisque les actions sur le terrain sont conformes à la théorie.

Citation :
Nous le savons, le capitaine s'était couvert auprès de ses supérieurs,
Vous confirmez le respect de la théorie.

Citation :
ce n'est sans doute pas lui qui a donné l'ordre aux gendarmes Niçois d'intervenir.
Ah bon. Après nous avoir seriné que cette action était à son initiative, maintenant vous dites que ce n'est pas lui qui en a donné l'ordre.


Citation :
Il est à noter que les policiers sont encore sur ce coup-là complètement hors-jeu..., c'est étonnant.
Au moment où celle se passe, il n'y a rien d'étonnant.


Haut
   
Message non luPosté : 06 févr. 2014, 16:11 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2009, 14:52
Messages : 2093
Localisation : Normandie
Citation :
Citation :
Mais quelle trace aurait le chien suivi ? La trace de celui qui se trouve à son coté ?
Si vous parlez de la trace suivi par le chien, depuis la galerie, jusqu'à ce que le capitaine Gras "prenne les devants", je n'en sais rien. Par contre, je suis sûr qu'après, il a bien suivi la trace du capitaine.
Vous n'êtes pas sérieux.
Citation :
Citation :
C'est quand-même son récit qui m'a fait penser, qu'il avait emmené le maitre-chien dans son véhicule. Mais c'est plus vraisemblable, qu'il est monté dans le véhicule du maitre-chien; le chien étant dans un cage dans cette voiture.
Non, rien dans le récit du capitaine, ne permet de penser qu'ils ont fait "co-voiturage". Le capitaine a attendu l'équipe cynophile, au croisement de la Pomme. La battue a commencée à ce croisement à 14h05. La voiture d'Arles est arrivée à 15h35. Je vois mal le capitaine Gras, "faire les cents pas", seul au croisement de la Pomme. Il était bien au croisement, mais il y était dans sa voiture, une 4L de gendarmerie équipée de la radio. Quand l'équipage arlésien est arrivé, le capitaine l'a immédiatement conduit à la champignonnière, en demandant au maître-chien de suivre sa 4L. A noter que les gendarmes ne se déplaçant jamais seul, le maître-chien était certainement accompagné d'un autre gendarme.
Comment la 4L est-elle arrivée à l'aplomb, si le capitaine ne l'a pas conduit là bas? Capitaine, qui faisait pas les cent pas selon vous, mais qui ait volontairement fait 1500 pas pour mettre la trace pour le chien. D’ailleurs il n'était pas nécessaire pour le capitaine de faire les cent pas à la Pomme, il y ait pu attendre dans sa 4l pour la laisser à un autre gendarme une fois l'équipe du chien arrivé.
Citation :
A vous lire, seule la trace du dernier "traceur" qui serait passé et "lisible" par un chien. C'est évidement faux. Dans un chemin étroit, on peut faire passer dix personnes (dix traceurs) et un chien sera capable de suivre la trace de la première personne qui a emprunté le chemin.
Je n'ai jamais dit le contraire. Un chien piste une odeur à l'amont, jusqu’à il ne peut plus la distinguer.
Citation :
Donc la notion de superposition que vous évoquez, n'existe pas. Pour un chien.
Pour la plupart, les chiens ne pistent les traces, que dans le sens de déplacement du "traceur".

Donc, en présence de deux traces, du même "traceur", mais de sens différent, le chien ne "s'intéresse" qu'à celle qu'il sait "lire". Il n'est nullement perturbé par l'autre, celle qui est à contresens.
Non, il ne peut pas distinguer deux traces superposé, il ne suit que la direction de la trace la plus forte, peut-être hésite-t-il un moment au point de retour( de l'aller et retour), mais s'il y a une trace qui continue, elle sera la plus forte et il la suivra.
Citation :
J'ai trouvé la thèse d'une certaine Marie, Monique Hestin, écrite en 2002 et qui a pour sujet: Les chiens de la Gendarmerie Nationale. Elle y écrit:
Citation :
Parallèlement, le maître apprend à ‘lire’ son chien, c’est-à-dire à comprendre par un seul coup d’œil si son chien est sur la piste ou s’il l’a perdue et s’il est nécessaire de revenir en arrière ou de le relancer avec un O.P. précédemment découvert.
C'est exactement ce que dit avoir fait le maître de Dirol.
Je n'ai pas trouvé ça dans son P.V.
Citation :
Ce qu'elle appelle un O.P., c'est un Objet Personnel. C'est l'objet qui a permis de mettre le chien en piste. Nous pouvons donc exclure que le chien ait pu être mis en piste à partir du pull-over rouge, d'abord parce que dans son rapport, le maître-chien ne le dit pas et qu'ensuite, pendant toute la durée du pistage, ce pull, le maître-chien ne l'avait pas avec lui.
A l'époque, il se disait que le suivi d'une trace était limite, après un délai de 48h. Dans cette thèse, nous apprenons qu'au bout de 24h, un résultat est exceptionnel.
Fort possible, que le POR ou son odeur soit déposé plus tard. Mais vous n'êtes pas gêné par le manque de précision de ce professionnel?
Citation :
Si le chien a emprunté les bas-côtés droits ou gauches, c'est bien qu'il a traversé la route.
Attitude qu'a surement eu le capitaine Gras lorsque ayant pris les devants, pour regagner au plus tôt le lieu du crime, il a bien du "couper les virages" et donc traversé la route.
Si Gras le faisait comme ça, l'auteur du crime l'aurait également pu faire. Mais je pense que Gras a voulu dire qu'on puisse nommer les bas cotés, gauche ou droite dépendant du sens de déplacement.
Citation :
Vous parlez du capitaine qui descend de sa 4L. S'il en descend, c'est qu'il s'est déplacé avec. Comment voulez-vous que le chien suive la piste du capitaine si celui-ci est arrivé en voiture ?
Non il dit, qu'il est monté dans sa voiture pour avertir le procureur. Il pourrait pourtant redescendre.

Citation :
Le changement d'attitude du capitaine est bien lié à quelque chose. Pour moi, c'est le fait qu'il vient d'apprendre une information importante. Au moment où cela se passe ce ne peut être que l'information de la découverte du corps. Sachant cela, dans les minutes qui suivent, il va être obligé d'appeler le Procureur par téléphone. Il faut donc qu'il retourne à sa voiture qui est sensée être à la champignonnière. Or, ce n'est pas la direction qu'il prend, puisqu'il va à l'opposé.
Pourquoi fait-il cela ?
Il donne l'impression d'être étonné par l'endroit exact où se trouve sa véhicule. Il a donc donné sa véhicule dans les mains d'un autre.
Citation :
Le capitaine Gras est parti devant et le chien a suivi sa trace. Arrivé à l'aplomb, il est possible que le capitaine soit monté sur le talus, puis qu'il monte dans sa 4l radio qui est là exactement à l'aplomb. Quand le chien arrive, soit le capitaine est toujours dans sa 4L occupé à passer des messages, soit il est déjà parti, avec sa 4L, à la gendarmerie de Greasque pour téléphoner lui-même au Procureur. Donc après le départ du capitaine, le chien ne l'a plus rencontré.
Très bien, mais le chien l'a rencontré à la première partie de la piste.

_________________
« Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser tu m'enrichis. »
Antoine de Saint-Exupéry


Haut
   
Message non luPosté : 06 nov. 2014, 21:11 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Extrait de l'audition du capitaine Gras en 1985:
Arrivé sur place, j’ai appris que le corps d'une fillette enseveli sous les branchages venait d'être découvert quelques courts instants auparavant. ... Je suis monté sur le talus et j'ai constaté que le corps portait des vêtements ressemblant à ceux du descriptif, portés par [...] la fillette enlevée.
Je suis revenu à la route, à mon véhicule radio, d'où j'ai émis des comptes rendus divers à destination notamment de Monsieur le Procureur. Mon véhicule était garé au lieu exact où avait dû stationner le véhicule signalé. Peu de temps après, il devait être un peu plus de 16 heures, 16h 15, l'équipage du chien policier, se déplaçant à allure normale, est arrivé à ma hauteur, a continué sur quelques dizaines de mètres et s'est arrêté...

arlaten:
Le Capitaine Gras dit qu'il a pris les devants. On ne prend les devants que sur quelqu'un avec lequel on se trouve. Donc, le Capitaine Gras était bien là, avec l'équipe cynophile et on ne peut imaginer qu'il soit en train de se déplacer, à côté du chien, en voiture.
Donc, il est bien là, à pieds.


Haut
   
Message non luPosté : 06 nov. 2014, 22:00 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Désolé le message est parti avant de l'avoir terminé. Mauvaise manip. Je reprend donc...
Citation :
Extrait de l'audition du capitaine Gras en 1985:
Arrivé sur place, j’ai appris que le corps d'une fillette enseveli sous les branchages venait d'être découvert quelques courts instants auparavant. ... Je suis monté sur le talus et j'ai constaté que le corps portait des vêtements ressemblant à ceux du descriptif, portés par [...] la fillette enlevée.
Je suis revenu à la route, à mon véhicule radio, d'où j'ai émis des comptes rendus divers à destination notamment de Monsieur le Procureur. Mon véhicule était garé au lieu exact où avait dû stationner le véhicule signalé. Peu de temps après, il devait être un peu plus de 16 heures, 16h 15, l'équipage du chien policier, se déplaçant à allure normale, est arrivé à ma hauteur, a continué sur quelques dizaines de mètres et s'est arrêté...
Citation :
arlaten:
Le Capitaine Gras dit qu'il a pris les devants. On ne prend les devants que sur quelqu'un avec lequel on se trouve. Donc, le Capitaine Gras était bien là, avec l'équipe cynophile et on ne peut imaginer qu'il soit en train de se déplacer, à côté du chien, en voiture.
Donc, il est bien là, à pieds.
Citation :
arlaten:
Pour que le capitaine Gras décide, d'un seul coup, de "prendre de l'avance" et de se diriger vers le lieu du crime, c'est qu'il vient d'apprendre qu'un corps venait d'être découvert.
Reste à savoir qui le lui a appris. Bien sûr, j'ai une réponse.
Comme le capitaine gras n'est pas dans son véhicule radio, pour qu'un autre gendarme puisse l'informer qu'un corps vient d'être découvert vers les lieux du crime, il faut qu'ils soient tout deux munis d'un talkie walkie.
Citation :
arlaten:
Le capitaine a attendu l'équipe cynophile, au croisement de la Pomme. La battue a commencée à ce croisement à 14h05. La voiture d'Arles est arrivée à 15h35. Je vois mal le capitaine Gras, "faire les cents pas", seul au croisement de la Pomme. Il était bien au croisement, mais il y était dans sa voiture, une 4L de gendarmerie équipée de la radio. Quand l'équipage arlésien est arrivé, le capitaine l'a immédiatement conduit à la champignonnière, en demandant au maître-chien de suivre sa 4L. A noter que les gendarmes ne se déplaçant jamais seul, le maître-chien était certainement accompagné d'un autre gendarme.
Du croisement de la Pomme, La 4L du capitaine Gras suivi du véhicule du maître chien se sont donc rendu jusqu'à la champignonnière.
A partir de là les deux gendarmes à pied et le chien remontent la piste dans la direction du lieu ou le véhicule de l'homme qui a fait un délit de fuite s'est soit disant arrêté. A moment donné, sur la RN 8, le capitaine gras après avoir été informé de la découverte d'un corps, décide de prendre les devants. Arrivé sur place, il monte le talus pour constater que la victime est la fillette qui avait été kidnappée deux jours auparavant. Puis il redescent sur le bord de la route pour émettre des comptes rendus à partir de son véhicule radio.
Par quel enchantement sa 4L qu'il avait laissé à la champignonnière se retrouve sur les lieux du crime?
Quelqu'un l'aurait-il entre temps ramené sur place? Comment se gendarme resté à la champignonnière aurait-il été prévenu.
Citation :
jpasc95:
...d'après ce que m'a dit M Monnin au téléphone l'année dernière, c'est lui qui a pris le pull qui a été découvert sur le sol de la galerie derrière une bache et des planches.
Je lui avais demandé ce qu'il en avait fait immédiatement après l'avoir découvert. Il ne se souvenait plus très bien et a fini par dire qu'il l'avait sûrement emmené dans la fourgonnette des gendarmes...
Ce gendarme qui aurait pu ''rapatrier'' le véhicule radio du capitaine Gras, ne serait-il pas Monnin? Est-ce que la fourgonnette de Monnin était elle aussi équipée d'une radio, ou bien Monnin avait-il lui aussi un talkie walkie?


Haut
   
Message non luPosté : 07 nov. 2014, 17:49 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Citation :
Pat 31:
Ce gendarme qui aurait pu ''rapatrier'' le véhicule radio du capitaine Gras, ne serait-il pas Monnin? Est-ce que la fourgonnette de Monnin était elle aussi équipée d'une radio, ou bien Monnin avait-il lui aussi un talkie walkie?
Je rajouterais une autre question: avec un talkie walkie, peut-on rentrer en liaison avec un véhicule équipé d'une radio?


Haut
   
Message non luPosté : 07 nov. 2014, 17:49 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Citation :
Pat 31:
Ce gendarme qui aurait pu ''rapatrier'' le véhicule radio du capitaine Gras, ne serait-il pas Monnin? Est-ce que la fourgonnette de Monnin était elle aussi équipée d'une radio, ou bien Monnin avait-il lui aussi un talkie walkie?
Je rajouterais une autre question: avec un talkie walkie, peut-on rentrer en liaison avec un véhicule équipé d'une radio?


Haut
   
Message non luPosté : 08 nov. 2014, 07:54 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 déc. 2013, 16:13
Messages : 1677
Citation :
Citation :
jpasc95:
...d'après ce que m'a dit M Monnin au téléphone l'année dernière, c'est lui qui a pris le pull qui a été découvert sur le sol de la galerie derrière une bache et des planches.
Je lui avais demandé ce qu'il en avait fait immédiatement après l'avoir découvert. Il ne se souvenait plus très bien et a fini par dire qu'il l'avait sûrement emmené dans la fourgonnette des gendarmes...
Ce gendarme qui aurait pu ''rapatrier'' le véhicule radio du capitaine Gras, ne serait-il pas Monnin? Est-ce que la fourgonnette de Monnin était elle aussi équipée d'une radio, ou bien Monnin avait-il lui aussi un talkie walkie?
Je ne sais pas si c'est Monin qui a effectué ette opération et je ne sais pas non plus s'il avait un talkie walkie.


Haut
   
Message non luPosté : 10 nov. 2014, 15:54 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Citation :
Jpac95 :
Je ne sais pas si c'est Monin qui a effectué ette opération et je ne sais pas non plus s'il avait un talkie walkie.
Pour les talkie walkies, à par ce moyen je ne vois pas comment les gendarmes, d’un endroit à un autre aurait pu se faire passer des informations.
Citation :
Arlaten :
Un chien ne s'arrête pas, à l'instant où il perd la trace. Ne serait-ce que pour la retrouver. Par le comportement du chien, le maître "voit" que la trace a été perdue. Il ramène donc le chien en arrière et quand le chien retrouve la trace, il marque l'arrêt. C'est à cet endroit que la trace s'arrête.
Par rapport aux infos toujours données par arlaten, j’émet une hypothèse qui vaut ce qu’elle vaut.
A moment donné sur la RN 8, le chien pisteur perd la trace qu’il suivait depuis la galerie de la champignonnière. Il continu pour essayer de la retrouver. Et c’est à ce moment précis que le capitaine Gras décidant de prendre les devants, l’animal aurait pris la trace du chef des gendarmes. L’animal aurait pu avoir fait cela pour garder un semblant de pistage afin d’avoir la récompense au bout.


Haut
   
Message non luPosté : 11 nov. 2014, 10:25 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 déc. 2013, 16:13
Messages : 1677
Citation :
Citation :
Jpac95 :
Je ne sais pas si c'est Monin qui a effectué ette opération et je ne sais pas non plus s'il avait un talkie walkie.
Pour les talkie walkies, à par ce moyen je ne vois pas comment les gendarmes, d’un endroit à un autre aurait pu se faire passer des informations.
Citation :
Arlaten :
Un chien ne s'arrête pas, à l'instant où il perd la trace. Ne serait-ce que pour la retrouver. Par le comportement du chien, le maître "voit" que la trace a été perdue. Il ramène donc le chien en arrière et quand le chien retrouve la trace, il marque l'arrêt. C'est à cet endroit que la trace s'arrête.
Par rapport aux infos toujours données par arlaten, j’émet une hypothèse qui vaut ce qu’elle vaut.
A moment donné sur la RN 8, le chien pisteur perd la trace qu’il suivait depuis la galerie de la champignonnière. Il continu pour essayer de la retrouver. Et c’est à ce moment précis que le capitaine Gras décidant de prendre les devants, l’animal aurait pris la trace du chef des gendarmes. L’animal aurait pu avoir fait cela pour garder un semblant de pistage afin d’avoir la récompense au bout.
Je me permets de rappeler ce que m'avait dit un instructeur de Gramat. Un chien peut faire semblant de suivre une piste pour faire plaisir à son maitre ou avoir une récompense au bout.
Parmi plusieurs odeurs, un chien choisit celle qui lui plait le plus ou la plus fraiche.
On ne sait pas quelle odeur le chien a suivi faute d'information précise dans le rapport du maitre chien. Difficile donc de tirer des conclusions solides du pistage effectué par Dirol.


Haut
   
Message non luPosté : 11 nov. 2014, 16:25 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
L’hypothèse du chien entrain de pister et prenant à moment donné la piste du capitaine Gras qui vient de prendre les devants dans l’ensemble me plait beaucoup.
Il est à noter que cette hypothèse est apparue assez récemment sur le forum. Ce qui montre qu’à force de chercher et de s’interroger, on peut toujours ouvrir de nouvelles piste, même quand on pense depuis plusieurs années avoir fait le tour des choses.

Toutefois, par rapport à cette nouvelle hypothèse et avec les données officielles que nous détenons, j’ai essayé de ‘’gratter un peu sous le vernis’’, pour voir éventuellement si ‘’tout baignait dans l’huile’’ comme cela, à priori me paraît être.

Dans un premier temps j’ai fait un petit schéma qui se trouve ci-dessous et qui permet de synthétiser les principales informations issues des PV 610/1 et 610/2, ainsi que celles relatives à l’audition de 1985 du capitaine Gras
Fichier(s) joint(s) :
La piste du chien 1.jpg
On sait que le pistage a débuté dans la galerie à 15h40. A 15h45, le capitaine gras, qui vient juste d’être informé de la découverte du corps, prend les devants. Dans l’audition de 1985, celui-ci nous indique qu’à ce moment là, le chien était entrain de courir sur la RN 8. De ce fait, même si on ne sait pas à quel endroit exact les deux gendarmes et le chien se trouvaient, on peut quand même affirmer que quand le capitaine Gras prend les devants, tout ce monde a déjà parcouru entre 440 mètres ( distance entre l’intérieur de la galerie et l’entrée de la champignonnière) et 1200 mètres (distance entre l’intérieur de la galerie et l’aplomb du lieu du crime). Ces deux données correspondent à la portion de pistage effectué sur la RN 8.

Sur le schéma, apparaît le trajet A-B (en violet ), effectué de concert par les deux gendarmes et le chien. Le trajet B-C, quant à lui ce scinde en deux, du fait que le capitaine Gras ayant pris les devants, le maître et son chien n’avance plus à la même vitesse que le capitaine des gendarmes.

A partir de là, je me suis dit que si on avait l’horaire de départ du pistage, et l’horaire d’arrivée du maître et de son chien, on n’avais pas l’horaire d’arrivée du capitaine Gras à l’aplomb du lieu du crime. Néanmoins, on sait que le capitaine Gras, parvenu à l’aplomb du lieu du crime, a monté dans la foulée le talus pour se rendre auprès du corps, le reconnaître, et redescendre vers son véhicule radio, d’où à 15h50 il a informé le procureur. On peut peut-être garder cet horaire, d’autant plus que le capitaine Gras nous dit dans son audition que lorsqu’il arrive à l’aplomb du lieu du crime, le corps de MD Rambla venait d’être découvert un court instant auparavant. Pendant qu’il remontait la RN 8, on peut supposer qu’il a donné des ordres pour que ses hommes aient fini d’enlevé les branchages qui recouvraient le corps afin que lorsqu’il arrive, l’identification du corps à partir des vêtements soit rapide.

L’idée, c’est que si maintenant on a les distance et les horaires, il serait peut-être intéressant de calculer les vitesses moyennes des acteurs du pistage durant les portion de trajet A-B et B-C, en faisant varier le point B ( endroit où le capitaine Gras prend les devants et qu’on ne connaît pas), de 100 mètres en 100 mètres jusque à 300 mètres de l’aplomb du lieu du crime, pour voir les chiffres qui vont s’afficher. Pour plus de lisibilité dans la présentation, j’ai fait débuté arbitrairement le premier endroit possible où le capitaine Gras peut avoir pris les devants, à 500 mètres depuis le début du pistage, soit 60 mètres après l’entrée de la champignonnière côté RN 8
Cela est représenté par les deux tableaux ci-dessous.
Fichier(s) joint(s) :
La piste du chien 2 (A).jpg
Premier tableau, d’emblée on remarque tout de suite deux choses :
1 ) La vitesse de pistage concernant le trajet A-B, et quelque soit sa longueur, se passe à une vitesse très rapide. Tellement rapide qu’à cette vitesse le maître chien et le capitaine Gras sont obligés de courir derrière l’animal. Cela semble illogique concernant un pistage.
2) Pour les différents trajets B-C, l’allure est beaucoup, beaucoup moins rapide. Conforme à un pistage qui s’effectuerait à une allure plutôt lente. Ce qui a pu très bien se passer dans la réalité.
Fichier(s) joint(s) :
La piste du chien 2 (B).jpg
Deuxième tableau :
On s’aperçoit ici que rien ne tient la route. Focalisons-nous sur les deux extrêmes.
1) Pour un premier trajet de 500 mètres, si la vitesse de pistage est déjà comme on l’a dit élevée, la suite du trajet, le capitaine Gras le fait seul à la vitesse de 14 km/h. Je ne sais pas, mais faire 700 mètres à 14km/h, habillé en treillis, avec les brodequins, un talkie walkie qui pèse deux kilos ou plus, la chaleur, le dénivelé montant, tout cela est proprement ahurissant, disons impossible.
2) Pour aider le capitaine Gras à atteindre sans encombre l’aplomb du lieu du crime, on peut écourter le deuxième trajet et prendre comme longueur pour celui-ci 300 mètres. 300 mètre à 10 km/h, voilà qui est possible pour que le capitaine des gendarmes atteigne l’aplomb du lieu du crime. Mais alors, on est obligé de prendre en compte une autre chose, qui est que la première partie du pistage se soit effectuée à 18 km/h, ce qui est bien sûr à écarter tout de suite.

Fort de toutes ces contradictions et impossibilités, il faut trouver où cela ne vas pas.
En regardant les données horaires , on s’aperçoit qu’elles vont de cinq en cinq minutes. Quand on prend en compte cela, on peut se dire que le capitaine Gras semble avoir fait le choix ‘’d’arrondir’’ en quelques sorte les horaires donnée par sa montre.
1) Pour l’horaire du début du pistage, il pourrait s’être effectué entre 15h35 et 15h40, et celui-ci aurait décidé de noter 15h40. Décidons alors arbitrairement que l’horaire de départ pourrait avoir été 15h37’30’’.
2) Idem pour les heures d’arrivée du couple cynophile et du capitaine Gras à l’aplomb du lieu du crime. Le premier aurait pu arriver à 16h17’30’’ et le second appeler le procureur de son véhicule radio à 15h52’30’’

Je remet ci-dessous le même schéma que le tout premier schéma, mais avec les horaires modifiés
Fichier(s) joint(s) :
La piste du chien 3.jpg
Maintenant regardons ce que cela va donner avec le calcul des vitesses moyennes pour les tronçons AB- et B-C
Fichier(s) joint(s) :
La piste du chien 4(A).jpg
Fichier(s) joint(s) :
La piste du chien 4(B).jpg
On remarque immédiatement que les vitesses horaires ont sensiblement baissées là où elles étaient élevées. Des 5 hypothèses données concernant l'endroit où le capitaine Gras aurait décidé de prendre les devants, il y en a maintenant au moins une où tout se tient


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.


Haut
   
Message non luPosté : 17 nov. 2014, 15:37 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Une hypothèse qui n'a jamais été prise en compte, et pour peu qu'on l'aborde sous le bon angle, me fait penser qu'elle pourrait ouvrir de nouvelles perspectives.
Et si le pull-over rouge trouvé derrière les planches n'était pas le même que celui du satyre tout en étant complètement identique ?
Je ne sais pas ce que cette supposition vous inspire. Pour moi, je dirais dès le départ, qu’avec le peu de probabilités que ce soit le hasard qui fasse que l'on trouve dans la champignonnière un pull complètement identique à celui du satyre, j’aurais tendance à dire qu’automatiquement les deux porteurs de pull ont quelque chose qui les relie de près ou de loin. Ce quelque chose restant à définir
Un point de départ dans la réflexion :
Soit deux personnes A et B portant un pull identique, qui ont quelque chose qui les relie, et sachant que A est un satyre.
1) Quelle(s) type(s) de situation(s) possibles pourraient faire que A et B soient amenés à se retrouver à porter chacun le même type de pull ?
2) Quelle(s) scénario(s) pourraient entraîner le fait que l’on retrouve le pull de B derrière des portes posées contre le mur de la galerie, et cela quelques jours après que A vêtu de son pull aient sévi dans les quartiers nord de Marseille.


Est-ce qu’il est plus facile, voire logique, d’essayer de répondre à 1 pour aller vers 2, ou le contraire ?
Si on choisi de partir de 2 pour ensuite tenter de répondre à 1, il y a plusieurs éléments intéressant à garder en mémoire :
- D’après H Gazonne, la champignonnière en général et plus précisément la galerie de la champignonnière était un rendez-vous habituel pour les ébats nocturnes de couples hétéros et autres
- Rappelons que le pull retrouvé dans la galerie n’a pas été tricoté à la main, mais de manière mécanique, puisque G Bouladou qui l’a vu, dit qu’il y avait une étiquette à l’arrière de son encolure. Pour certains le pull est propre et pour d’autres sale. Toutefois, d’après les photos qui montre le pull, il s’avère que celui-ci est dans un état de propreté tout ce qui a de satisfaisant.
- N’oublions pas l’environnement un peu particulier d’une galerie de champignonnière, c'est-à-dire l’obscurité, l’humidité, la fraîcheur et la culture de champignon induisant une forte et rapide pénétration et dissémination du mycélium sur certains support en particulier les vêtements
Citation :
Adrien :
Ben non justement...les planches sont posées contre une porte qui n'existe plus depuis longtemps, elle est remplacée par un mur en parpaing
- Effectivement, sur le croquis de la galerie qu’on dispose, les gendarmes ont dessiné côte à côte deux types de portes. Côté intérieur de la galerie ce qu’ils nomment être les portes en bois, et côté externe ce qu’ils nomment être des portes en plastique (on emploierait aujourd’hui le mot de PVC). C’est vrai également, que tel que ces deux éléments apparaissent dessinés en sur le croquis, on ne peut que s’imaginer qu’en 3D les deux portes en bois étaient appuyées contre les portes en plastiques, qui elles étaient en fonction. Il semble d’ailleurs tout à fait logique que la galerie soit pourvu outre l’entrée principale de possibilités d’entrées et de sorties latérales.
Peut-être me trompais-je, mais il me semble que parterre et derrière les deux portes en bois il y avait une bâche pliée et que le pull se trouvait sur la bâche ou sous la bâche.
Citation :
[/quJean-Jacques :
Dans le sujet ‘’Le pull-over rouge’’ ‘’La logique pure’’
« …On peut aussi s'interroger sur le fait (dans le cas de l'ouvrier) que la galerie était désaffectée depuis 6 mois (d'après H. Guazzone - dans Le droit de savoir ou émission M6, ou dans livre Gérard Bouladou ...) … »
anne :
L'Henri G (contre-maître du lieu en 74) lors de la visite de Gérard Bouladou en 1999 ne parle pas de cet état de chose concernant la champi.
Le bilan n'était pas déposé. Ce qui signifie que la champi continuait de fonctionner. Elle turbinait normalement en 74 et les années suivantes.
- Oui mais il ne faut pas confondre la champignonnière (la propriété où se trouve en profondeur les galeries et les galeries de la champignonnière elles-mêmes. Dans le post de jean-jacques il est question de la galerie et dans ce que dit H Guazzone à G Bouladou lors d’une visite de terrain en 99 il est là question de la propriété. Donc, la galerie qui nous intéresse était-elle désaffectée oui ou non depuis 6 mois ? Ce que je trouve étrange, c’est que l’on venait de changer les portes en bois contre des portes en plastiques il n’y a pas si longtemps ( puisqu’on avait pas encore pris le temps d’évacuer les portes en bois) alors que la galerie serait désaffectée depuis 6 mois déjà … !?!?!?
- Le 03 juin en fin d’après midi suite au séjour de C Ranucci dans la galerie, guazonne fait une inspection de plusieurs minutes dans la galerie sans découvrir le pull. Le 04 et le 05 juin au matin, les gendarmes ne le découvriront pas non plus. Il faudra attendre le 05 dans l’après midi pour que celui-ci soit découvert.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 556 messages ]  Aller à la page Précédente 134 35 36 37 38 Suivante

Heures au format UTC


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com