Nous sommes le 19 oct. 2018, 21:40

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 347 messages ]  Aller à la page Précédente 120 21 22 23 24 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 août 2004, 16:24 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Citation :
ils anticiperaient sur le fait que toutes les confrontations vont foirer et que Ranucci ne sera capable de fournir aucun élément circonstanciel à part celui-là et un plan ?
Ben oui, vu que ce n'est pas lui, il est donc difficile pour CR de dire quoique se soit de réel (totalement réel) avec l'affaire


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 août 2004, 18:23 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Citation :
La découverte d'un cran d'arrêt tâché de sang dans le garage (ou dans la voiture qui est dans le garage) le 5 au soir en présence de Ranucci me parait complètement improbable. Il n'apparaitrait ni dans la liste des objets saisis le 5 par la police ni dans l'interrogatoire de garde à vue alors qu'on lui parle bien du pantalon taché de sang qui n'est pourtant pas une preuve très convaincante (à mon sens). Le couteau ce serait un argument qui aurait quand même plus de poids pour tenter de le faire "craquer" non ? .

J'ai dit dans le garage, parce que, si jamais le couteau avait été saisi dans la voiture, ça c'est sûr, cela aurait été noté tout de suite.

Dans le garage, comme élément accusateur, c'est plus faible.

Comparons avec le pantalon. les policiers affirment qu'il a été saisi dans la voiture et ils le présentent, la nuit, à Ranucci, qui le reconnaît. Or il a été saisi dans le garage, pas dans la voiture et la preuve, c'est que la mention sur l'inventaire a été rajoutée.

Mais si l'on écoute sa mère, ce n'est pas possible parce qu'il n'avait pas emporté ce pantalon selon elle. Elle dit elle qu'il avait pris un pantalon beige, qu'il avait mis son pantalon gris et qu'il n'avait qu'un polo et qu'il est revenu avec.. Donc en fait il ne s'est pas changé.

Et quand on regarde la structure de l'interrogatoire, il n'est pas du tout question de couteau, ou de meurtre au début. On veut lui faire dire qu'il était à marseille à 11h.

Et déjà, tout est faux :
- Il dit qu'il a passé la nuit à Salernes. Il était à Marseille dans les bars.

- Il dit qu'il portait un pantalon bleu, c'est faux. Il ne s'était pas couché, donc n'avait aucune raison de changer de pantalon. Au moment de l'accident, il porte un pantalon gris.

Et puis, il y a ce fait que je me suis trompé. ce sont bien des policiers qui font la perquisition de l'appartement. Donc le couteau a très bien pu être saisi dans l'appartement.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 07 août 2004, 22:35 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 05 juil. 2004, 03:29
Messages : 206
Citation :

J'ai dit dans le garage, parce que, si jamais le couteau avait été saisi dans la voiture, ça c'est sûr, cela aurait été noté tout de suite.

Dans le garage, comme élément accusateur, c'est plus faible.

Comparons avec le pantalon. les policiers affirment qu'il a été saisi dans la voiture et ils le présentent, la nuit, à Ranucci, qui le reconnaît. Or il a été saisi dans le garage, pas dans la voiture et la preuve, c'est que la mention sur l'inventaire a été rajoutée.

Mais si l'on écoute sa mère, ce n'est pas possible parce qu'il n'avait pas emporté ce pantalon selon elle. Elle dit elle qu'il avait pris un pantalon beige, qu'il avait mis son pantalon gris et qu'il n'avait qu'un polo et qu'il est revenu avec.. Donc en fait il ne s'est pas changé.

Et quand on regarde la structure de l'interrogatoire, il n'est pas du tout question de couteau, ou de meurtre au début. On veut lui faire dire qu'il était à marseille à 11h.

Et déjà, tout est faux :
- Il dit qu'il a passé la nuit à Salernes. Il était à Marseille dans les bars.

- Il dit qu'il portait un pantalon bleu, c'est faux. Il ne s'était pas couché, donc n'avait aucune raison de changer de pantalon. Au moment de l'accident, il porte un pantalon gris.

Et puis, il y a ce fait que je me suis trompé. ce sont bien des policiers qui font la perquisition de l'appartement. Donc le couteau a très bien pu être saisi dans l'appartement.
Ok pour le pantalon. Qu'il ait été saisi dans la voiture (ce que j'ai plutôt tendance à penser, malgré la surcharge, car c'est confirmé par les premiers interrogatoires de garde-à vue) ou dans le garage, ça ne change pas trop le problème au fond, à savoir qu'il ne me parait pas croyable qu'un criminel ne cherche pas à se débarrasser d'un pantalon tâché de sang alors qu'on a pas retrouvé de chemise tâchée de sang par ailleurs et qu'il s'est débarrassé du couteau. C'est complètement illogique, ce pantalon.

Pour le couteau, en revanche, le 5, ça n'est pas vraisemblable. Et pour ce que dit Dalakhani :
Citation :
Ben oui, vu que ce n'est pas lui, il est donc difficile pour CR de dire quoique ce soit de réel (totalement réel) avec l'affaire
Je sais bien que certains ont une mauvaise image de la police mais faut quand même pas pousser ! Si les policiers mettent Ranucci en garde à vue et annoncent à la presse qu'il est le coupable, c'est qu'ils sont persuadés qu'il est coupable ! Il n'y a aucun doute là dessus. Et c'est bien ça le drame de cette affaire : tout le monde était tellement persuadé que Ranucci était coupable, d'un crime qui en plus était spécialement ignoble et pour lequel on avait pas envie de trouver des circonstance atténuantes, que la justice a été court-circuitée. Normalement, il appartient aux jurés de se décider selon "une intime conviction" et ils doivent le faire sur des éléments objectifs (pour ne pas dire à partir de la véracité des faits) apportés par l'enquête et surtout par l'instruction. C'est pas à la police, aux témoins, à la presse, au juge d'instruction, ou à l'opinion publique d'avoir "une intime conviction" pour eux car sinon tout et faussé. Là est le drame.

La thèse du "on a un crime insoluble, on trouve un pigeon dont on sait qu'il est innocent et on lui fait porter le chapeau" je n'y adhère pas du tout. Et pourtant Dieu sait qu'elle circule à propos de l'affaire Ranucci à propos de laquelle on peut lire tout et n'importe quoi !

Pour en revenir au couteau, si on envisage l'hypothèse d'une "mise en scène" autour de lui alors elle ne pourrait avoir eu lieu que le 6. Un couteau découvert le 5 dans la tourbe ça ne tient pas debout. Un couteau découvert en la présence de Ranucci dans son garage ou son auto, ça n'est pas possible. Un couteau découvert le 5 chez Ranucci ou dans son garage mais sans lui, et "gardé de côté" pour le lendemain ça me semble hautement improbable aussi.

Le 6, donc chez lui, c'est la seule possibilité.

Mais le problème c'est que rien ne prouve une telle mise en scène à part l'enfouissement du couteau qui ne correspond pas trop aux aveux. Ranucci ne dit pas "j'ai planté le couteau dans le sol lame rentrée et je l'ai enfoncé à coups de talon, ensuite, j'ai recouvert l'emplacement avec 20 cm de tourbe" ou bien "j'ai planté le couteau et l'ai enfoncé avec un outil quelconque pour qu'il ne réapparaisse jamais" il dit juste "je l'ai jeté et j'ai donné un coup de pied dedans " voire "un coup de talon" au mieux.

Bon.

Mais il reste le problème de qui l'aurait mis là ? quand ? pourquoi cette arme serait tâchée de sang ? et surtout pourquoi prendre un tel risque ? pourquoi amener des gendarmes sur les lieux ? ce serait spécialement tordu et risqué cette mise en scène. Déjà c'est abérrant de faire dire à Ranucci "j'ai planqué l'arme dans la tourbe" s'il ne l'a pas fait. Y'aurait plus simple, si l'arme à été découverte chez lui : ce serait de lui faire dire que l'arme est chez lui ! C'est pas plus accusateur de planquer un couteau dans la tourbe que dans sa chambre (en plus il avait déjà ramené le pantalon à Nice...). Non, pour moi ça ne colle pas, la mise en scène. Le plus gros problème de tous c'est que Ranucci ne revienne pas sur cette arme pendant deux ans.

J'ai beau essayer d'envisager toutes les hypothèses, c'est quand même le fait que Ranucci ait planqué lui-même le couteau dans la tourbe qui reste le plus vraisemblable. Ensuite, est-ce pour autant que le couteau est l'arme du crime ? je dirais : oui mais bon, ça se discute. (bref, on ne progresse pas !).


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 août 2004, 01:03 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Ah ça, je suis prêt à parier que c'est bien l'arme du crime. Maintenant comment apparaît-elle, c'est une autre question.

C'est un vrai mic-mac entre trois choses :

- la voiture. On l'emporte le soir du 5, elle est fouillée, analysée, et... on la rend à Mme Mathon qui la ramène à Nice.

Des inspecteurs viennent chez elle pour saisir la voiture le lundi, ils vont au garage et surprise, la voiture est déjà partie. Donc les policiers, pour une raison inconnue, sont venus chercher la voiture le 9 disent-ils par ailleurs, c'est-à-dire un dimanche. C'est pour faire quoi.

Je me demandais comment ils faisaient, qui avait les clés... Les clés du garage pour l'ouvrir, les clés de la voiture.

Enfin, récupérer la voiture pour quelles raison ? Pourquoi un dimanche ?

-le pantalon, parce que la surcharge du PV semble attestée.

-le couteau


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 août 2004, 01:26 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Le couteau saisi le 6 chez lui, non je n'y crois pas parce que ce sont les policiers de la sûreté de Nice qui ont perquisitionné. Il ne reste en fait que la voiture et le garage.

Vu la façon dont l'inventaire de ces différents objets a été fait, qu'ils saisissent aussi un couteau, en plus du pantalon n'est pas invraisemblable.

Pourquoi aller mettre le couteau dans la tourbe ? Mais parce que, pardi, c'est beaucoup plus convainquant.

Si je dis que le couteau est saisi dans la voiture, la réfutation va venir tout de suite : si c'était Ranucci, il n'aurait jamais gardé l'arme du crime. Et donc rien ne prouve que c'est l'arme du crime.

Si j'amène le couteau sur les lieux et que je fais inscrire que Ranucci raconte qu'il a jeté le couteau, puis qu'ensuite on trouve effectivement ledit couteau. ON a à ce moment "la preuve parfaite".


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 août 2004, 03:45 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 05 juil. 2004, 03:29
Messages : 206
Citation :
Ah ça, je suis prêt à parier que c'est bien l'arme du crime.
Moi aussi à vrai dire! Mais je peux concevoir d'autres hypothèses. Et puisqu'on parle de Ranucci innocent, je peux toujours réfléchir à ce qui pourrait contredire la thèse de la culpabilité. A propos de l'arme du crime, sur sa découverte et qui a pu l'enfouir là où on l'a trouvée, je ne vois pas tellement de mystère. ça me semble plus logique de remettre en question le fait que ce soit l'arme du crime plutôt que le fait que ce soit l'arme de Ranucci.
Ranucci aurait pu avoir des raisons de planquer un couteau dans la tourbe s'il n'a pas commis le crime (il craignait quand même probablement les gendarmes après son délit de fuite). On pourrait trouver des raisons à ce que l'arme soit tâchée de sang humain du groupe A (Ranucci était du groupe A, il avait les mains égratignées). J'y crois pas tellement, ce serait une coïncidence terrible, mais c'est pas impossible.

D'ailleurs en parlant de coïncidence, celle d'être du même groupe sanguin que la victime (moins d'une "chance" sur 2) c'est sans doute ce qu'il l'a perdu. Avoir un sang d'un autre groupe, ça l'aurait innocenté s'il était innocent et accablé s'il avait bien été le coupable. Il aurait été impossible de plaider l'innocence avec du sang du groupe O sur son pantalon et son couteau. En plaidant coupable et en demandant pardon, il n'aurait peut-être pas été conduit vers un échaffaud que la partie civile ne réclamait pas.
Citation :
Le couteau saisi le 6 chez lui, non je n'y crois pas parce que ce sont les policiers de la sûreté de Nice qui ont perquisitionné. Il ne reste en fait que la voiture et le garage.
Ah oui, j'avais pas percuté que c'était les policiers de Nice.
Citation :
Vu la façon dont l'inventaire de ces différents objets a été fait, qu'ils saisissent aussi un couteau, en plus du pantalon n'est pas invraisemblable.
Si quand même. Trouver une arme tâchée de sang dans le véhicule de quelqu'un soupçonné d'un meurtre au couteau et ne pas placer l'arme immédiatement sous scellés pour expertise, c'est trop énorme. Prendre le risque d'aller le planquer sous 20cm de tourbe (contrairement aux aveux !) au risque de le faire disparaitre toute trace analysable, voire même de compromettre sa découverte. Jouer sa carrière pour prendre le risque que ce couteau ne réapparaisse jamais si le suspect n'avoue rien alors qu'on aurait pu le saisir tout a fait régulièrement, et s'en servir pour obtenir des aveux, ça me parait impensable.

Pour le pantalon, Ranucci lui-même semblait ignorer la présence de sang. Cela peut être différent en ce sens que les policiers ont pu ne pas s'apercevoir tout de suite qu'il était tâché de sang, surtout sur un pantalon de couleur sombre (sic) dans un garage, n'y porter aucun intérêt dans l'instant (d'où son oubli sur un PV) puis le considérer après la découverte de taches de sang avec un nouvel oeil (d'où son rajout sur le PV). Pure supposition de ma part. En tout cas je ne crois pas à la perquise illégale du dimanche qui aurait permis de le trouver comme cela est sous-entendu dans un site internet. Ou alors encore une fois, coïncidence énorme : ils lui parlent d'un pantalon tâché de sang le 5 qui n'a pas été saisi et ils en trouvent un dans le garage le 9 !. Là c'est plus de l'intuition, c'est de la divination.
Citation :
Pourquoi aller mettre le couteau dans la tourbe ? Mais parce que, pardi, c'est beaucoup plus convainquant.
Si je dis que le couteau est saisi dans la voiture, la réfutation va venir tout de suite : si c'était Ranucci, il n'aurait jamais gardé l'arme du crime. Et donc rien ne prouve que c'est l'arme du crime.
Pas tellement plus . Planquer un couteau dans un tas de tourbe et aller se montrer au propriétaire des lieux qui fera immédiatement le lien entre votre présence et le crime dès que le corps sera découvert, c'est pas ce qu'il y a de plus convaincant. Mais s'il est coupable, c'est certes ce que Ranucci a fait car il n'avait pas trop le choix (disons que c'était ça ou bien garder le couteau sur soi en espérant que personne n'appelle les gendarmes). La logique ce serait de se débarrasser du couteau très loin de la scène de crime entre Marseille et Nice par exemple, ou bien à la limite de le garder sur soi et de le laver.
Citation :
Si j'amène le couteau sur les lieux et que je fais inscrire que Ranucci raconte qu'il a jeté le couteau, puis qu'ensuite on trouve effectivement ledit couteau. ON a à ce moment "la preuve parfaite".
Oui, c'est mieux, mais si on découvre le couteau chez le suspect n°1 c'est quand même déjà la grosse preuve, et sans trucage, d'autant que le lendemain y'a des témoins qui vont le reconnaitre (croit-on).


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 août 2004, 06:36 
Hors ligne
Administrateur

Enregistré le : 13 sept. 2003, 09:20
Messages : 119
N'oublions pas quand même un point important à propos du couteau:

Le taches de coloration brun clair présentes sur la lame et qui avaient l'aspect habituel des taches de sang, n'ont, semble-t-il, jamais été analysées. Personne ne peut donc dire aujourd'hui que c'étaient bien du sang.
N'en déplaise à Mathieu Fratacci qui affirmait qu'on avait fait pratiquer ultérieurement l'analyse des taches, rien dans le dossier ne vient le confirmer.

Même en admettant que ces taches aient été des taches de sang, elle auraient révélé appartenir au groupe A, le groupe sanguin de Maria-Dolorès comme le rappelle Fratacci. Soit, mais également, comme ce dernier omet sciemment de le dire, le groupe sanguin de Christian Ranucci.

Par ailleurs, avant d'affirmer que ce couteau était bien l'arme du crime, il eut été opportun de vérifier que les blessures infligées à la fillette avaient bien été faites avec ce même couteau. Or, là aussi, c'est le néant. Aucune vérification.

Alors, présenter dans ces conditions, comme l'a fait l'accusation, ce couteau comme la preuve irréfutable de la culpabilité de Christian Ranucci, c'est absurde et fallacieux.

_________________
Amicalement

Philippe


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 août 2004, 09:27 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Citation :
Je sais bien que certains ont une mauvaise image de la police mais faut quand même pas pousser ! Si les policiers mettent Ranucci en garde à vue et annoncent à la presse qu'il est le coupable, c'est qu'ils sont persuadés qu'il est coupable ! Il n'y a aucun doute là dessus
Je veux bien être d'accord avec toi si c'était la seule affaire où la police sort un coupable sans preuve, mais il y en a eu d'autre, même sans le dire à la presse que eux seuls en soient persuadés.


Citation :
La thèse du "on a un crime insoluble, on trouve un pigeon dont on sait qu'il est innocent et on lui fait porter le chapeau" je n'y adhère pas du tout.
Ce n'est pas ma thèse non plus, avec ce que dit les Aubert et Martinez les flics sont comme toi ils se disent c'est quans même bizarre, et en trouvant le corps tout commence, la machine se met en marche, et là ils essaient de faire coller les morceaux du puzzle en se disant il ne faut pas le laisser passer ce salop
Citation :
Un couteau découvert le 5 chez Ranucci ou dans son garage mais sans lui, et "gardé de côté" pour le lendemain ça me semble hautement improbable aussi.
Il y a eu le coup du pantalon et du paquet de biscuit qui paraissaient aussi improbable

Citation :
Mais il reste le problème de qui l'aurait mis là ? quand ? pourquoi cette arme serait tâchée de sang ? et surtout pourquoi prendre un tel risque ? pourquoi amener des gendarmes sur les lieux ? ce serait spécialement tordu et risqué cette mise en scène.

Les flics trouvent le couteau et comme pour le plan, l'enlèvement la fuite dans les buissons, ils lui font dire, et comme pour les autres ça n'est pas la stricte vérité.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 août 2004, 09:36 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Citation :
Alors, présenter dans ces conditions, comme l'a fait l'accusation, ce couteau comme la preuve irréfutable de la culpabilité de Christian Ranucci, c'est absurde et fallacieux.
Ouais pareil


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 août 2004, 10:21 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Le couteau est-il ou non l'arme du crime?

On ne peut pas conclure avecles données matérielles que nous avons. Ni dans un sens, ni dans l'autre : cela pourrait être, cela pourrait ne pas être...

Mais finalement, la question est de savoir d'où provient ce couteau.

Si l'on regarde, la liste des objets saisis dans la voiture est incomplète : il manque le pantalon que l'on va rajouter après. Il manque le paquet de biscuit, dont on s'est pourtant saisi, puisqu'il est retrouvé dans le coffre par Mme Mathon alors qu'il se trouvait la veille sur la banquette arrière.

Eh bien, qu'il manque le couteau, ne me semble pas impossible.

La façon dont ce couteau rentre en scène est significative que quelque chose ne va pas.

Toute la nuit, alors qe l'on interroge Christian Ranucci, on n'en parle pas, ou du moins rien n'est retranscrit sur les PV. Le leitmotiv, ce n'est pas : vous l'avez tué, mais, vous l'avez enlevée.
Avouez qu'elle était avec vous dans la voiture.

On lui parle du pull-over et il dit qu'il n'est pas à lui. Conclusion bête : il y avait quelqu'un d'autre. Aie.

ON lui parle du pantalon et la? Christian Ranucci dit quelque chose de faux : c'est celui que je portais au moment de l'accident, mais les taches sont des taches de terre.

Ce qui est une confusion totale : il sait bien que ce sont des taches de sang lui, puisqu'il a eu un accident de mobylette avec.


Ils ne parlent toujours pas du couteau, ce n'est à l'ordre du jour puisqu'il ne reconnaît même pas l'enlèvement.

Pourquoi ? Ben parce que les enquêteurs savent bien que tout cela ne tient pas déjà : le pull ne serait pas à lui : conclusion il y avait quelqu'un d'autre, qui est passé par là. Ranucci doit avouer à un certain moment qu'il ne se souvient pas.
Le pantalon, ce n'est pas celui qu'il portait, sinon les traces seraient bien plus nombreuses, et il ne traînerait pas dans le garage au dessus de la boîte à outil...

Dans ces cas là, on ne va pas sortir le couteau, il risque de dire qu'il ne sait pas ce qu'elle fait dans sa voiture, ou que ce n'est pas l'arme du crime.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 août 2004, 10:34 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Il vaut mieux attendre qu'il ait avoué.

Viennent les reconnaissances, et c'est catastrophique. Personne ne le reconnaît. Ouille ouille !

On a fait quand même défiler 5 ou 6 témoins, on lui a ôté les lunettes, ce qui est un non sens parce qu'il est trop myope pour s'en passer : les filles Baracco; M. Martel, Jean Rambla, Eugene Spinelli et Mme Mattei.

Tous disent : ce n'est pas lui.

Reste les Aubert, bon on les fait venir, c'est la dernière chance !
Et eux aussi ne reconnaissent pas Ranucci.

C'est là que le choix se fait, on le relâche ? On recommence tout, alors que le prefet téléphone toute les heures pour mettre la pression ?

Non, on va faire tenir.

Pour faire tenir, ben déjà on parlemente avec les Aubert, mais vous savez c'est lui, on en est sûr. Mais vous l'avez bien vu etc...

On les met en présence, et Mme Aubert accuse Ranucci qu'elle ne reconnaissait pas dix minutes avant.

Et là, deuxième phase, Ranucci, compètement nase, accepte d'avouer.


On a le couteau entre les mains, on va voir ce qu'il accepte qu'on écrive. On écrit : j'ai sorti le couteau automatique de ma poche, j'ai tué la gamine avec et je l'ai jeté sur le tas de tourbe en donnant un coup de pied dedans.

Et il signe cela à 17h.

Vous avez le couteau dans les mains, et vous voulez faire tenir le dossier, eh bien vous allez dare-dare le cacher comme il est écrit dans les aveux.

On ne va pas emmener Ranucci montrer l'endroit, le stratagème risquerait de s'effondrer. Non on va téléphoner aux gendarmes qui sont compétents territorialement pour leur dire de le retrouver. Et on laisse le gendarme chercher près du cadavre parce que le couteau n'est pas encore arrivé au bon endroit quand les recherches commencent.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 août 2004, 10:41 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
La clé de l'affaire c'est que l'on ne demande strictement rien au sujet du couteau à Christian Ranucci, alors même qu'il est en train d'avouer :

- la marque du couteau ? pas de questions posées
- le fait que ce couteau se trouvait précisément dans sa poche ?
pas de questions posées
- depuis combien de temps il a ce couteau et où il l'a acheté ?
pas de questions posées

C'est tout de même censé être l'arme du crime...


Mais par ailleurs Christian Ranucci connaît ce couteau, c'est sans doute que, comme pour le paquet de biscuit, il se trouvait dans la voiture.

Et que les enquêteurs savent bien qu'un homme est passé par là, qui a laissé un pull, et donc peut-être un couteau.

Ce que reconnaîtra Alessandra plus tard : Pauvre jeune homme, il a été accablé par le destin ! (je dirais moi, accablé par une enquête incomplète)
Il existe un mystère de l'homme au pull-over rouge. Ils se connaissaient... etc.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 août 2004, 01:53 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 05 juil. 2004, 03:29
Messages : 206
Pour ce qui est de l'analyse du couteau, encore une fois, c'est difficile de réfléchir sans aucune pièce sinon deux extraits de la conclusion du légiste.
M'enfin a priori, quand un scientifique dit que sur le couteau c'est du sang humain du groupe A, c'est qu'il a fait les analyses (qui sont d'ailleurs d'une routine totale). Il a peut être décrit les méthodes d'analyse de façon détaillée pour le pantalon et pas pour le couteau (c'est ce qui semble ressortir) mais il a bien fait les analyses sur les deux pièces pour dire ça. Il ne s'est pas simplement contenté de regarder le couteau pour en déduire que "à vue d'oeil" c'est du sang humain du groupe A (impossible de voir ça à l'oeil nu) alors qu'auparavant il aurait fait l'analyse sur le pantalon !. ça n'a aucun sens sauf à voir des machinations partout.

Pour ce qui est de la découverte d'un couteau tâché de sang le 5 dans la voiture et qui serait passé à l'as jusqu'au lendemain, ce serait vraiment trop invraisemblable. Autant pour un pantalon je peux concevoir qu'on ne le notifie pas sur la liste des objets saisis si on pense que la découverte d'une frippe dans un garage (ou une voiture) n'a pas trop d'importance, mais pas un couteau à cran d'arrêt tâché de sang chez un suspect accusé d'avoir tué quelqu'un à coups de couteau !..
Faut quand même comparer ce qui est comparable. Un couteau tâché de sang ça n'a pas la même importance dans une enquête criminelle qu'un paquet de biscuits "brun" !. Ils n'ont évidemment pas jugé utile de saisir tout ce qui se trouvait dans la voiture, y compris les cartes routières, les kleenex, le manuel de la 304, la roue que ranucci a changée, les gateaux secs et les ampoules de rechange !. Et quand ils font la perquise du domicile, ils ne saisissent pas non plus le contenu du frigo.

Non, la seule infime possibilité pour que les policiers ne mentionnent pas la découverte d'un couteau le 5, ce serait qu'ils ne recherchent pas particulièrement de couteau à ce moment là. Mais je doute qu'ils ignorent le 5 au soir qu'il y a eu des coups de couteau portés à la victime car le légiste et les services scientifiques sont rapidement intervenus. Mais après tout on avait retrouvé le 5 un corps et des pierres, et on aurait pu penser que le meurtrier n'avait frappé qu'à coups de pierre.
Mais là encore, à partir du moment où ils saisissent une carabine à plomb des lanières de cuir et une seringue, s'il y avait eu un couteau à cran d'arrêt en plus, tâché de sang de surcroit, ils l'auraient noté. Et même sans aveux circonstanciés, voire sans aveux du tout, avec les témoignages ça aurait largement suffit pour renvoyer Ranucci devant une cour d'assises. Le trucage autour du couteau ne s'imposait pas du tout et à mon avis il n'y en a pas eu. Et ce d'autant plus que Ranucci ne s'est rétracté sur cette arme que deux ans après, en prétendant n'avoir jamais eu de couteau (pas en disant "c'est mon couteau mais les flics l'ont planqués dans la tourbe" ou "c'est le couteau de quelqu'un d'autre que j'ai enterré").


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 août 2004, 09:03 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Au procès, il dit que c'est ni l'un ni l'autre : il dit : "ils m'ont fait dire n'importe quoi", "jamais je n'ai dit où été enterré ce couteau".

Et sur ce point, on peut lui accorder ce crédit : les aveux, c'est n'importe quoi.

Il dit qu'il a dormi à Salernes, on sait que c'est faux.

Il dit qu'il aurait enlevé la gamine sur un coup de tête, ce la ne correspond pas du tout aux constatations.

Il dit que la gamine serait montée d'elle-même sur le talus, cela ne correspond pas du tout aux constatations, ni à la logique des faits.

Etc. etc.

Pour le couteau : il apparaît très tard, de façon subreptice, sans que Ranucci ne soit interrogé ni sur son origine, ni pour quelles raisons il se trouve dans sa poche.

Tout ça est complètement anormal.

Je sais que des manipulations sont possibles, et que lorsqu'un enquêteur pressé de partout veut faire tenir une accusation qui coince, il est capable du pire.

Notre discussion a servi à cela, dire que le seul endroit où il avait pu être saisi, finalement, c'est dans le garage ou la voiture.

Dans la tourbe, c'est de la mise en scène, d'ailleurs pas très adroite.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 août 2004, 09:18 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Citation :
Faut quand même comparer ce qui est comparable. Un couteau tâché de sang ça n'a pas la même importance dans une enquête criminelle qu'un paquet de biscuits "brun"
C'est vrai que le couteau peut très bien avoir servi à découper un lapin pour le repas dominical, tandis que l'enfant peut avoir tenu le paquet de biscuit entre ses mains
Je ne vois pas en quoi les flics peuvent porter un intérêt quelconque à des objets à vu de nez

Citation :
Et même sans aveux circonstanciés, voire sans aveux du tout, avec les témoignages ça aurait largement suffit pour renvoyer Ranucci devant une cour d'assises.
Avec le témoignage d'ES et de JR c'est vrai qu'il était mal barré


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 347 messages ]  Aller à la page Précédente 120 21 22 23 24 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com