Nous sommes le 14 déc. 2017, 16:14

Heures au format UTC+01:00


Shoutbox© Breizh Shoutbox v1.5.0



Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 22 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 27 août 2010, 22:08 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 nov. 2007, 12:37
Messages : 3495
Localisation : Saint-Claude JURA (39)
Donc, ce que l'on perçoit en blanc sont la RN8bis ainsi que les sentiers pédestres ethink

Auquel cas le ravisseur avait de quoi naviguer dans tout ce labyrinthe avec sa future victime !

_________________
Image


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 27 août 2010, 22:12 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Voilà. La photo sur la maquette est la plus vieille de toutes, je crois. Mais il faut faire attention, c'est très difficile de deviner sur une photo aérienne si les chemins sont carrossables. Ça dépend aussi du véhicule.

_________________
« Les malheurs particuliers font le bien général ; de sorte que plus il y a de malheurs particuliers, et plus tout va bien » Pangloss.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 27 août 2010, 22:28 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 nov. 2007, 12:37
Messages : 3495
Localisation : Saint-Claude JURA (39)
Jacques B. a écrit :
Voilà. La photo sur la maquette est la plus vieille de toutes, je crois. Mais il faut faire attention, c'est très difficile de deviner sur une photo aérienne si les chemins sont carrossables. Ça dépend aussi du véhicule.


Attention Watson, je ne parle que de sentiers pédestres (en blanc sur votre 1er doc et en pointillés noirs sur le 2ème), auquel cas, le mec a pu se garer non pas vers le nord de la doria mais sur la petite route quasiment face à l'entrée du chemin menant à la champi.

D'après mes souvenirs de l'an passé, Diableboiteux avait confirmé la "carrossabilité" de certains sentiers !

_________________
Image


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 27 août 2010, 22:40 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Anne a écrit :
le mec a pu se garer non pas vers le nord de la doria mais sur la petite route quasiment face à l'entrée du chemin menant à la champi.


les sentiers marqués sur une carte ne sont jamais fiables. Si vous trouvez celui qui est sur la carte, sur le terrain aussi, alors c'est bon. Mais si vous le suivez les yeux fermés sans vérifier de temps en temps qu'il continue à correspondre, vous avez toutes les chances de vous perdre.

_________________
« Les malheurs particuliers font le bien général ; de sorte que plus il y a de malheurs particuliers, et plus tout va bien » Pangloss.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 27 août 2010, 22:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 nov. 2007, 12:37
Messages : 3495
Localisation : Saint-Claude JURA (39)
A dire vrai, je sais lire une carte, m'orienter et n'ai pas coutume d'avoir les quinquets fermés lorsque je marche .... donc pourquoi devrais-je me perdre ?
Ceci dit sans contredire votre réflexion sur les courbes, talweg et tutti quanti.

D'où, je pense très sérieusement que le ravisseur connaissaît très bien le coin.

_________________
Image


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 27 août 2010, 23:15 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 nov. 2007, 12:37
Messages : 3495
Localisation : Saint-Claude JURA (39)
voilà une photo d'époque donnée par Gihel, ne me dites pas qu'on risquait de se paumer dans cette semi-brouissailles où les chemins sont tout tracés!

Vous ne pouvez pas ignorer tous ces tracés blancs qui sont des sentiers pédestres enfin ! Puisque vous dites vous-même que ce sont des creux (oval rouge)[/color] !

Image

_________________
Image


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 28 août 2010, 13:09 
Anne, êtes vous certaine que c'est une photo datant de 1974 ?
Ca ressemble à une vue aérienne telle que l'on peut les trouver sur Google

Image


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 28 août 2010, 13:35 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 17 janv. 2006, 17:10
Messages : 1863
jpasc95 a écrit :
Anne, êtes vous certaine que c'est une photo datant de 1974 ?
Ca ressemble à une vue aérienne telle que l'on peut les trouver sur Google

Image


Toujours et il, qu'il ni avait encore aucune construction a la Doria contrairement a aujourd huit .

_________________
"Aimons-nous vivants, n'attendons pas que la mort nous trouve du talent." ( Pierre Delanoë)
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 29 août 2010, 21:00 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2009, 15:52
Messages : 2071
Localisation : Normandie
Par l'explication de Jacques sur les cartes topographiques,j'ai pris consçience du fait que les distances sur une photo aerographique ne sont pas réels.
Originaire d'un pays plât , j'ai une excuse mgrin:

_________________
« Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser tu m'enrichis. »
Antoine de Saint-Exupéry


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 02 sept. 2010, 00:46 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Oui, et c'est beaucoup plus pratique pour se balader tranquillement en vélo.

_________________
« Les malheurs particuliers font le bien général ; de sorte que plus il y a de malheurs particuliers, et plus tout va bien » Pangloss.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 sept. 2010, 21:02 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Á lire avec calme et objectivité

L'empreinte du sabot sur le talus et la configuration de la scène supposée du crime laissent penser que la victime était en fuite et qu'elle fut rattrapée. J'avais écrit :
Citation :
Je ne trouve pas naturel du tout cet fuite vers le haut de la montagne. Si la fillette s'échappe du Chemin de la Doria, comment penser qu'elle va fuir vers le haut, même attirée par la route ? Le plus naturel donc le plus probable est qu'elle dévale la vallée vers le village qui n'est pas si loin. Les fuites et surtout celles d'un enfant sont comme l'eau: elles suivent le chemin le plus facile généralement. Alors d'où venait-elle ? Pour l'instant je ne vois rien d'exploitable dans ce sens, sauf qu'elle courait en descendant la route et pour une raison impérieuse, il a fallu qu'elle l'abandonne et tente de se cacher dans la broussailles. Elle a donc essayé de sauter le fossé.


D'autre part la fourchette de l'heure de la mort que l'hypothèse, que je tente de construire, avance est : 10h50 - 11h30. Le crime aurait eu lieu avant l'accident de la Pomme.

Pour discuter le problème, établir une petite nomenclature des endroits devient nécessaire. Ces endroits sont les suivants, ainsi que leur localisation sur la photographie aérienne ancienne :
    - A : Valdonne
    - B. : Installations de la champignonnière et maison des Rahou
    - C. : Entrée de la galerie où s'est embourbée la 304
    - D. : Entrée du chemin de la champignonnière de Guazzone
    - E. : Entrée du chemin de la champignonnière du Vallon
    - F. : Installations de la champignonnière du Vallon
    - G. : Lieux supposés de la scène du crime
    - H. : Arrêt de la piste du chien
    - I. : Croisement du chemin de la Doria avec la route
    - J. : Croisement du chemin du lieu dit Jean-Louis avec la route
    - K. : Carrefour de la Pomme
Image

Image


L'hypothèse d'enchainement des faits entre Valdonne et la Pomme qui semble la plus probable et dans le but de l'inclure dans l'hypothèse générale la plus probable est :
    - Le ravisseur traverse Valdonne avec l'enfant (point A)
    - Il passe sans s'arrêter devant l'entrée du chemin de la champignonnière (point D)
    - Il passe aussi sans s'arrêter devant l'entrée principale de la champignonnière du Vallon (point E) et arrive sur les lieux où l'on retrouvera le cadavre de la victime (point G)

Á ce point apparait la première possibilité de bifurcation des hypothèses : continue-t-il ou est-ce à ce moment que tout se précipite ?

Il y a une possibilité assez claire pour que tout arrive à cet instant. Le ravisseur, pour une raison inconnue, veut prendre, se garer ou faire demi tour dans le chemin (plus une large roulade qu'un chemin) qui coupe la route juste avant le virage (dans le sens où il est entrain d'aller), visible sur les photos anciennes et coïncide avec l'arrêt brusque de la piste du chien (point H).

Image

La manoeuvre est risquée car si l'on voit une partie du virage on ne voit pas l'autre et vive et versa. La victime aurait-elle pu profiter que l'attention du ravisseur était détournée pour s'enfuir brusquement de la voiture ? Je pense qu'il est assez facile de faire coller le reste des faits derrière cette option, oui.
La victime part en courant vers le bas, le ravisseur perd un peu de temps mais sort très vite derrière elle et parvient à la rejoindre à l'instant où elle tente de sauter le fossé, sentant le souffle de son poursuivant et laissant ainsi l'empreinte, mais elle y retombe en arrière, se griffant fortement derrière les jambes.


Si le ravisseur dépasse ce point sans que rien n'arrive, il est difficile de penser que la victime puisse prendre suffisamment d'avance, si elle s'échappe plus loin, sur son ravisseur pour qu'elle puisse arriver jusqu'à l'aplomb. Il continue donc et dépasse le croisement du chemin de la Doria (point I) et arrive au croisement du chemin de Jean-Louis (point J). S'il prend ce chemin, il trouvera, peut-être, le sentier qui se dirige vers la champignonnière du Vallon (point F). Dans ce cas, il a un but: les installations au bout de ce sentier ou n'importe quel coin tranquille le long de ce sentier. Ce sentier longe la route et passe derrière le lieu ou fut retrouvée la victime à une courte distance. Le ravisseur a pu avoir l'instant d'inattention évoqué plus haut, à un endroit proche de la route, la victime s'enfuit vers le bas par un sentier ou une roulade en descendant en courant vers la route, parvient à y déboucher un peu plus haut que l'aplomb, continue à dévaler la route mais est rattrapée dans les termes déjà exposés.

Quel est l'état des suspects à ce moment de l'hypothèse ?

Il est entre 10h50 - 11h30 et l'accident n'a pas encore eu lieu, l'hypothèse donne lieu à évaluer les suspects de la manière suivante :
    - le satyre des cités continue évidemment à occuper une place de choix
    - il peut s'agir de plusieurs individus, option douteuse mais possible
    - Ranucci peut être coupable


Cette dernière proposition mérite une petite explication.
Pourquoi Ranucci continue-t-il entre les suspects ? Parce qu'il pourrait avoir eu l'accident après avoir abandonné le lieu du crime.
Il fuyait des lieux, aurait provoqué l'accident et fait demi-tour. Aubert l'a vu ailleurs et non pas à l'aplomb. Près de la barrière jusqu'à laquelle Ranucci descend se réfugier après l'accident. Mais pas de précipitation, n'oublions pas sa non reconnaissance par JB Rambla, la Simca, la galerie difficile à trouver, le pull et le satyre des cités, la visite à Allauch au père, Moussy et tous les autres éléments qui ne collent pas du tout. A ce stade de l'hypothèse il ne devrait pas être plus coupable qu'un autre.

Voilà que l'hypothèse nous dresse un tableau beaucoup plus cohérent où se trouve aussi une possibilité que Ranucci soit coupable. Possibilité autrement plus rationnelle que celle proposée jusque là par les défenseurs de l'accusation de l'époque.

Je tiens à faire noter que cela ne doit rien changer à la manière de poursuivre le développement de l'hypothèse. A ce moment Ranucci n'est que suspect, les soupçons se portent très fortement sur le satyre des cités et Ranucci n'a pas l'air de pouvoir l'être. Rien n'a changé non plus sur le fait que s'il apparait un jour que Ranucci était le coupable, l'erreur judiciaire aurait toujours lieu et que si on arriverait à prouver la culpabilité du vrai coupable, ce serait toujours grâce à Perrault.

_________________
« Les malheurs particuliers font le bien général ; de sorte que plus il y a de malheurs particuliers, et plus tout va bien » Pangloss.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 sept. 2010, 23:46 
Jacques B. a écrit :
Á lire avec calme et objectivité


Pour discuter le problème, établir une petite nomenclature des endroits devient nécessaire. Ces endroits sont les suivants, ainsi que leur localisation sur la photographie aérienne ancienne :
    - A : Valdonne
    - B. : Installations de la champignonnière et maison des Rahou
    - C. : Entrée de la galerie où s'est embourbée la 304
    - D. : Entrée du chemin de la champignonnière de Guazzone
    - E. : Entrée du chemin de la champignonnière du Vallon
    - F. : Installations de la champignonnière du Vallon
    - G. : Lieux supposés de la scène du crime
    - H. : Arrêt de la piste du chien
    - I. : Croisement du chemin de la Doria avec la route
    - J. : Croisement du chemin du lieu dit Jean-Louis avec la route
    - K. : Carrefour de la Pomme
Image

Image


L'hypothèse d'enchainement des faits entre Valdonne et la Pomme qui semble la plus probable et dans le but de l'inclure dans l'hypothèse générale la plus probable est :
    - Le ravisseur traverse Valdonne avec l'enfant (point A)
    - Il passe sans s'arrêter devant l'entrée du chemin de la champignonnière (point D)
    - Il passe aussi sans s'arrêter devant l'entrée principale de la champignonnière du Vallon (point E) et arrive sur les lieux où l'on retrouvera le cadavre de la victime (point G)

Á ce point apparait la première possibilité de bifurcation des hypothèses : continue-t-il ou est-ce à ce moment que tout se précipite ?

Il y a une possibilité assez claire pour que tout arrive à cet instant. Le ravisseur, pour une raison inconnue, veut prendre, se garer ou faire demi tour dans le chemin (plus une large roulade qu'un chemin) qui coupe la route juste avant le virage (dans le sens où il est entrain d'aller), visible sur les photos anciennes et coïncide avec l'arrêt brusque de la piste du chien (point H).

Image

La manoeuvre est risquée car si l'on voit une partie du virage on ne voit pas l'autre et vive et versa. La victime aurait-elle pu profiter que l'attention du ravisseur était détournée pour s'enfuir brusquement de la voiture ? Je pense qu'il est assez facile de faire coller le reste des faits derrière cette option, oui.
La victime part en courant vers le bas, le ravisseur perd un peu de temps mais sort très vite derrière elle et parvient à la rejoindre à l'instant où elle tente de sauter le fossé, sentant le souffle de son poursuivant et laissant ainsi l'empreinte, mais elle y retombe en arrière, se griffant fortement derrière les jambes.


objectivement et calmement, le ravisseur s'est garé dans le chemin marqué d'une flèche rouge sur la dernière photo ?

Même si je ne suis pas d'accord comme vous le savez avec les placements des points G et H, l'aplomb et l'arrêt du chien (là où il perd la piste), pourquoi le chien perd t-il la piste à cet endroit ?
le ravisseur aurait laissé sa voiture à proximité du point H dans le chemin ?
je ne vois pas ce qui aurait empêché le chien d'y aller.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 08 sept. 2010, 00:39 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Ce point est largement discuté sur le fil de la piste du chien. Le fait que le ravisseur monte en voiture puis repasse sur le petit espace qui peut le séparer de la route (s'il a seulement voulu faire demi-tour, pas d'espace du tout), combiné au vent auquel la piste, à cet endroit, est exposée plus qu'ailleurs et en y ajoutant l'attroupement de gendarme 30 m plus bas le jour du pistage, peuvent expliquer la perte de la piste.

_________________
« Les malheurs particuliers font le bien général ; de sorte que plus il y a de malheurs particuliers, et plus tout va bien » Pangloss.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 08 sept. 2010, 03:29 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Le fait que le chien ne suive pas cette piste là, peut l'expliquer mieux encore.

L'arrêt et la fuite peuvent avoir lieu n'importe où mais proche de l'aplomb et un peu plus haut sur la route, en raison du peu de temps que la victime peut maintenir un avantage. Peut-être même est-elle un instant poursuivie par la voiture qui a fait demi-tour, ce qui serait une raison de plus pour la tentative de saut du fossé.

_________________
« Les malheurs particuliers font le bien général ; de sorte que plus il y a de malheurs particuliers, et plus tout va bien » Pangloss.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 08 sept. 2010, 09:27 
Jacques B. a écrit :
Ce point est largement discuté sur le fil de la piste du chien. Le fait que le ravisseur monte en voiture puis repasse sur le petit espace qui peut le séparer de la route (s'il a seulement voulu faire demi-tour, pas d'espace du tout), combiné au vent auquel la piste, à cet endroit, est exposée plus qu'ailleurs et en y ajoutant l'attroupement de gendarme 30 m plus bas le jour du pistage, peuvent expliquer la perte de la piste.


c'est là qu'est l'os hélas.

Je ne sais pas s'il y avait du vent entre le 3 et le 5 juin 74, mais si c'est le cas, la cohérence voudrait qu'il est agi sur tout le trajet de la piste sur la route et pas seulement à l'endroit où vous estimez que le chien a perdu la piste.

De plus, je ne sais pas si la présence de gendarmes à un quelconque endroit 30 mètres au delà de l'aplomb devait forcément empêcher le chien de progresser. J'imagine que le maitre-chien leur aurait fait signe de reculer.

En outre, comme je sais que vous attachez beaucoup d'importance à la piste suivie par le chien, il y a une chose que je n'arrive pas à comprendre. C'est le parcours effectué par le meurtrier après son forfait. Si j'ai bien compris, il récupère sa voiture dans le chemin, file à la champignonnière et descend dans la galerie.
C Ranucci arrive un peu après, le gêne pour sortir alors il déplace la 304 ce qui lui permet de sortir sa voiture et en redescend pour placer la 304 dans la galerie.
Masi ensuite, pourquoi aller à pied jusqu'à l'aplomb pour vérifier le lieu de son forfait ? il aurait pu y aller en voiture et se regarer à l'endroit initial.
C'est là que je décroche.

schéma hypothèse scénario 3 juin 74 (jacques b)

Image


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 22 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com