Nous sommes le 12 déc. 2017, 09:36

Heures au format UTC+01:00


Shoutbox© Breizh Shoutbox v1.5.0



Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 420 messages ]  Aller à la page Précédente 122 23 24 25 2628 Suivante
Auteur Message
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 18:06 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 déc. 2013, 17:13
Messages : 1664
vous n'avez rien lu sur l'affaire et manifestement vous ignorez totalement l'existence du livre de Matthieu Frattaci "Qui a tué Christian Ranucci ?"
Je maintiens très tranquillement le passage de son livre que j'ai cité concernant les deux couteaux trouvés dans la malle de la 304.
faites donc une recherche et vous verrez qui a raison ! je vous attends avec impatience .


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 19:01 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2010, 21:47
Messages : 722
jpasc95 a écrit :
vous n'avez rien lu sur l'affaire et manifestement vous ignorez totalement l'existence du livre de Matthieu Frattaci "Qui a tué Christian Ranucci ?"
Je maintiens très tranquillement le passage de son livre que j'ai cité concernant les deux couteaux trouvés dans la malle de la 304.
faites donc une recherche et vous verrez qui a raison ! je vous attends avec impatience .



Non non non ...
pas besoin de faire des recherches, il suffit de lire le livre, ce que j'ai fait...
Je maintiens donc fermement que vous faites erreur

Et vous mets au défi de pouvoir vous en justifier ..

_________________
. Croire ce qui est, non ce qui plaît relève de l'hygiène mentale.

« l'imaginaire du complot est insatiable, et la thèse du complot, irréfutable : les preuves naïvement avancées qu'un complot n'existe pas se transforment en autant de preuves qu'il existe ».[


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 19:05 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 déc. 2013, 17:13
Messages : 1664
si quelqu'un a lu le livre, qu'il ou elle se manifeste pour instruire philippine qui s'obstine .


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 19:08 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 déc. 2013, 17:13
Messages : 1664
c'est au chapitre 3, l'accident.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 19:10 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 mars 2005, 22:41
Messages : 3714
Localisation : Paris
viewtopic.php?f=243&t=12259

chapitre 3 : l'accident

Citation :
Christian Ranucci, nous l'avons dit, connaît mal Mar-seille. C'est une ville immense, avec une juxtaposition de quartiers desservis par des rues souvent étroites, tout un réseau compliqué dans lequel il est facile de se perdre quand on n'en a pas l'habitude. Rechercher l'adresse de Benvenutti pose des problèmes. Il ne possède pas de plan. Il n'est jamais allé chez lui. Il faudrait qu'il se renseigne auprès des passants. Tout cela l'assomme. Au bout d'un moment, il n'a plus tellement envie de voir son ami. A quoi bon ? C'est déjà si loin, tout ça ...
Il gare sa voiture dans une rue dont il ne relève pas le nom. Deux enfants jouent sur le trottoir à proximité. Un garçon et une fillette. Il s'approche. Il leur parle, les interroge sur ce qu'ils font. Ils répondent de bonne grâce, pas du tout effrayés, car Christian a l'air gentil. Il s'exprime avec douceur. C'est un jeune homme sympathique qui inspire confiance d'emblée. L'idée vient alors à Christian Ranucci d'emmener la petite fille se promener avec lui. Seule. Il trouve un strata-gème pour éloigner le garçon: l'inviter à rechercher un animal qu'il aurait soi-disant perdu dans le coin. L'enfant le croit et fait ce qu'il demande.
Après qu'il se soit éloigné, Ranucci bavarde un moment avec sa soeur, Marie-Dolorès Rambla, à qui il propose une petite balade en voiture. Peut-être se sent-elle flattée de monter dans ce beau véhicule. Elle est désoeuvrée. Il fait beau. Il n'y a presque personne sur la route. Ce sera agréable.
Elle accepte de le suivre sans trop se faire prier. Il est facile d'abuser de la confiance d'un enfant, de profiter de sa naïveté. A supposer qu'à l'instant où il enmmène la fillette aucune mauvaise intention n'ait encore germé dans son esprit, la démarche de Ranucci reste pour le moins ambi-guë. Ses commentaires seront embarrassés.
« Je ne peux pas expliquer pour quelle raison j'ai préféré emmener la petite fille plutôt que le petit garçon déclarera--t-il. Mais j'affirme qu'en agissant de la sorte, je n'avais pas de mauvaises intentions à l'égard de la fillette »
Il allèguera aussi qu'il envisageait de la ramener chez elle en fin d'après-midi. Cela fait une longue absence pour une gamine. Mais Ranucci ne donnera aucune explication acceptable des motifs qui l'ont poussé à agir de la sorte.
Cela même ne laisse pas d'être un comportement sus-pect. Car, ne l'oublions pas, il s'agit d'une mineure. Il a éloigné sciemment son petit frère et s'est gardé de prévenir quiconque de ce projet de promenade. C'eût été pourtant facile: ils habitaient là et la mère, Mme Rambla, était en train de travailler dans sa cuisine, la fenêtre ouverte. Il suffisait d'appeler. Craignait-il un refus de sa part ? Ne nous enlisons pas dans l'angélisme. Je suis plutôt disposé à croire qu'il préparait son coup et qu'il avait trouvé un contexte favorable pour le réaliser.
On ne saurait donc retenir sa version des faits. D'autant que, comme le souligne le rapport du commissaire Gérard Alessandra, la découverte de deux couteaux et d'un fouet dans la malle de sa voiture permet de présumer quel sort pouvait être réservé à la victime même si l'on n'a pas de preuves qu'il s'en soit servi avant le meurtre. Ces instru-ments ne sont pas d'une présence courante dans la voiture d'un honnête conducteur.
Christian Ranucci ne se souvient pas du nom de la rue où il a enlevé la fillette. Il garde toutefois en mémoire la configuration des lieux. Au cours de son audition devant les services de police, il sera capable d'en tracer le plan, à la demande de l'inspecteur divisionnaire Bantos de la PJ de Marseille, venu en observateur à la Sûreté Urbaine.
Ce croquis, malgré la maladresse du trait - ne s'impro-vise pas dessinateur qui veut -, correspond bien au plan de la cité Sainte-Agnès où s'est perpétré le rapt.
Personne ne lui a tenu la main pour le faire. Personne n'a soufflé à l'inculpé, par quelque indication que ce soit, comment se remémorer l'endroit lequel est excentré par rapport au coeur de la ville et n'est pas des plus fréquentés. Or, Ranucci affirme ne pas connaître Marseille. Sur ce chapitre, on peut le croire. A moins de concevoir qu'une exactitude aussi troublante puisse être le fruit du hasard ou de l'imagination, il n'est pas douteux que Ranucci se trouvait effectivement là où il a dit. Enoncé des faits, plans et témoignages, aveux se recoupent ici ou concordent.
Christian Ranucci quitte donc Marseille avec Marie--Dolorès Rambla à son bord. Il roule quelques kilomètres, puis s'arrête sur le bord de la route pour fumer une cigarette.
Il bavarde, selon ses propres termes, « de choses et d'autres » avec la petite fille. Il lui demande si elle va à l'école, comment ça se passe, si elle a des amis, ce que font ses parents, si elle a d'autres frères et soeurs. Le contenu de cette conversation rapportée n'a pas en soi grand intérêt. Selon ses dires, Marie-Dolorès répond gentiment à ses questions, sans manifester aucune crainte à son égard. Elle est gaie. Elle est insouciante du tragique destin qui l'attend.
Ils descendent de voiture pour faire quelques pas. Quelle est la signification de cette très étrange conversa-tion ? Combien de temps dure-t-elle ? Qu'est-ce que Ranucci en attend ? Est-ce qu'il prépare sa victime ou est-ce qu'il hésite encore sur ce qu'il va en faire ? Quoi qu'il en soit, on peut supposer qu'il a réussi à mettre la fillette en confiance parce qu'elle n'appelle personne à son secours et ne tente pas de lui échapper.

_________________
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains paraissent brillants avant d'avoir l'air con".
"comment se fait-il que certains paraissent si cons même sans lumière ? C'est de la métaphysique pure."
"ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort."
Image

Image


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 19:13 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 déc. 2013, 17:13
Messages : 1664
merci par conséquent ludivine.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 19:35 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2010, 21:47
Messages : 722
jpasc95 a écrit :
merci par conséquent ludivine.


mes plus plates excuses jpasc95 je retire mes propos peu amènes :oops:

FRATACCI fait une jolie boulette, et il aurait bien pu s'en abstenir, dans ce chapitre 3 ACCIDENT, ou ca n'a pas sa place

D'autant que dans le Chapitre 6 INCULPATION plus adéquat, il écrit :
"Avant que Ranucci ne soit transféré à Marseille, les enquêteurs font une perquisition à son domicile de la Corniche Fleurie et dans sa voiture qui est garée à l'intérieur du garage collectif de l'immeuble. Ils fouillent minutieusement le véhicule, en présence de son proprié-taire. Ils découvrent ainsi divers objets dont certains ne laissent pas d'être inquiétants ou, pour le moins, étonnants. Voici la liste des principaux : un couteau de marque Opinel, quatre lanières de cuir d'une longueur d'un mètre, entrelacées à une extrémité et maintenues par un élastique - ce qui représente un fouet ou un solide martinet, pour quel usage ? Nous n'en savons rien quoiqu'il soit permis de supposer que la présence de pareille panoplie n'est pas innocente -, une paire de jumelles dans son étui, un trousseau de clefs, un pantalon d'homme de couleur som-bre, un tuyau en plastique long d'un mètre, une carabine à air comprimé de marque Dyane, enroulée dans un peignoir de bain de couleur bleue à bandes blanches, une seringue hypodermique usagée en plastique, une boîte de balles à air comprimé RNS de calibre 45, une bouteille d'alcool, deux cheveux

Je reconnais que vous avez un chic indéniable pour traquer la moindre boulette et vous décerne la palme du meilleur traqueur de "coquilles"

_________________
. Croire ce qui est, non ce qui plaît relève de l'hygiène mentale.

« l'imaginaire du complot est insatiable, et la thèse du complot, irréfutable : les preuves naïvement avancées qu'un complot n'existe pas se transforment en autant de preuves qu'il existe ».[


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 19:39 
Oui c'est manifestement une grosse erreur de Fratacci puisque le couteau ne pouvait pas être à la fois dans la tourbe et dans le coffre de la voiture ...


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 19:41 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 19 oct. 2013, 18:12
Messages : 967
jpasc95 a écrit :
D'autant que, comme le souligne le rapport du commissaire Gérard Alessandra, la découverte de deux couteaux et d'un fouet dans la malle de sa voiture permet de présumer quel sort pouvait être réservé à la victime même si l'on n'a pas de preuves qu'il s'en soit servi avant le meurtre. Ces instru-ments ne sont pas d'une présence

Personnellement, je n'ai jamais douté que Fratacci ait écrit cela puisque je n'ai pas lu son livre.
Ce que je mettais en doute, c'est l'existence d'un rapport dans lequel Alessandra écrirait qu'on avait trouvé 2 couteaux dans le coffre de la 304.
C'est ce rapport que j'avais demandé à jpasc95.
Il y a vraisemblablement une erreur quelque part. puisque l'inventaire du coffre, ne fait apparaître que l' Opinel.
Conclusions:
Fratacci se trompe
ou Alessandra se trompe
ou le virginia inox,aurait été trouvé dans le coffre, ce qui induirait une "forfaiture".
Qui a la réponse ?


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 19:46 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 déc. 2013, 17:13
Messages : 1664
Philippine a écrit :
jpasc95 a écrit :
merci par conséquent ludivine.


mes plus plates excuses jpasc95 je retire mes propos peu amènes :oops:

FRATACCI fait une jolie boulette, et il aurait bien pu s'en abstenir, dans ce chapitre 3 ACCIDENT, ou ca n'a pas sa place

D'autant que dans le Chapitre 6 INCULPATION plus adéquat, il écrit :
"Avant que Ranucci ne soit transféré à Marseille, les enquêteurs font une perquisition à son domicile de la Corniche Fleurie et dans sa voiture qui est garée à l'intérieur du garage collectif de l'immeuble. Ils fouillent minutieusement le véhicule, en présence de son proprié-taire. Ils découvrent ainsi divers objets dont certains ne laissent pas d'être inquiétants ou, pour le moins, étonnants. Voici la liste des principaux : un couteau de marque Opinel, quatre lanières de cuir d'une longueur d'un mètre, entrelacées à une extrémité et maintenues par un élastique - ce qui représente un fouet ou un solide martinet, pour quel usage ? Nous n'en savons rien quoiqu'il soit permis de supposer que la présence de pareille panoplie n'est pas innocente -, une paire de jumelles dans son étui, un trousseau de clefs, un pantalon d'homme de couleur som-bre, un tuyau en plastique long d'un mètre, une carabine à air comprimé de marque Dyane, enroulée dans un peignoir de bain de couleur bleue à bandes blanches, une seringue hypodermique usagée en plastique, une boîte de balles à air comprimé RNS de calibre 45, une bouteille d'alcool, deux cheveux

Je reconnais que vous avez un chic indéniable pour traquer la moindre boulette et vous décerne la palme du meilleur traqueur de "coquilles"

ça vaut largement votre histoire de nourrice blanche mystérieusement disparue ainsi que le polo blanc ainsi que le fouet scoubidou martinet ainsi que la seringue.
Toutes ces inventions maladroites pour essayer de justifier un meurtre sur lesquelles mystérieusement les policiers ne se sont pas attardés.
Ca prouve qu'elles ne valent pas grand chose.


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 20:11 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2010, 21:47
Messages : 722
jpasc95 a écrit :
Philippine a écrit :
jpasc95 a écrit :
merci par conséquent ludivine.


mes plus plates excuses jpasc95 je retire mes propos peu amènes :oops:

FRATACCI fait une jolie boulette, et il aurait bien pu s'en abstenir, dans ce chapitre 3 ACCIDENT, ou ca n'a pas sa place

D'autant que dans le Chapitre 6 INCULPATION plus adéquat, il écrit :
"Avant que Ranucci ne soit transféré à Marseille, les enquêteurs font une perquisition à son domicile de la Corniche Fleurie et dans sa voiture qui est garée à l'intérieur du garage collectif de l'immeuble. Ils fouillent minutieusement le véhicule, en présence de son proprié-taire. Ils découvrent ainsi divers objets dont certains ne laissent pas d'être inquiétants ou, pour le moins, étonnants. Voici la liste des principaux : un couteau de marque Opinel, quatre lanières de cuir d'une longueur d'un mètre, entrelacées à une extrémité et maintenues par un élastique - ce qui représente un fouet ou un solide martinet, pour quel usage ? Nous n'en savons rien quoiqu'il soit permis de supposer que la présence de pareille panoplie n'est pas innocente -, une paire de jumelles dans son étui, un trousseau de clefs, un pantalon d'homme de couleur som-bre, un tuyau en plastique long d'un mètre, une carabine à air comprimé de marque Dyane, enroulée dans un peignoir de bain de couleur bleue à bandes blanches, une seringue hypodermique usagée en plastique, une boîte de balles à air comprimé RNS de calibre 45, une bouteille d'alcool, deux cheveux

Je reconnais que vous avez un chic indéniable pour traquer la moindre boulette et vous décerne la palme du meilleur traqueur de "coquilles"

ça vaut largement votre histoire de nourrice blanche mystérieusement disparue ainsi que le polo blanc ainsi que le fouet scoubidou martinet ainsi que la seringue.
Toutes ces inventions maladroites pour essayer de justifier un meurtre sur lesquelles mystérieusement les policiers ne se sont pas attardés.
Ca prouve qu'elles ne valent pas grand chose.



Oh non, il ne faut pas tout mélanger, on n'évolue pas du tout dans les memes sphères, cher jpasc95 :)

_________________
. Croire ce qui est, non ce qui plaît relève de l'hygiène mentale.

« l'imaginaire du complot est insatiable, et la thèse du complot, irréfutable : les preuves naïvement avancées qu'un complot n'existe pas se transforment en autant de preuves qu'il existe ».[


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 20:14 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 mars 2005, 22:41
Messages : 3714
Localisation : Paris
Et si on evitait les tacles?
Sinon, je vous envoie sur Toulouse, Philippine :wink:

_________________
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains paraissent brillants avant d'avoir l'air con".
"comment se fait-il que certains paraissent si cons même sans lumière ? C'est de la métaphysique pure."
"ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort."
Image

Image


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 20:17 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2010, 21:47
Messages : 722
Ludivine a écrit :
Et si on evitait les tacles?
Sinon, je vous envoie sur Toulouse, Philippine :wink:


Chouette ... alors je continue ... :wink:

_________________
. Croire ce qui est, non ce qui plaît relève de l'hygiène mentale.

« l'imaginaire du complot est insatiable, et la thèse du complot, irréfutable : les preuves naïvement avancées qu'un complot n'existe pas se transforment en autant de preuves qu'il existe ».[


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 20:34 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2010, 21:47
Messages : 722
Philippine a écrit :
Ludivine a écrit :
Et si on evitait les tacles?
Sinon, je vous envoie sur Toulouse, Philippine :wink:


Chouette ... alors je continue ... :wink:


Et puis finalement je vais "rafraichir" ma culture en revisionnant le POR :P

_________________
. Croire ce qui est, non ce qui plaît relève de l'hygiène mentale.

« l'imaginaire du complot est insatiable, et la thèse du complot, irréfutable : les preuves naïvement avancées qu'un complot n'existe pas se transforment en autant de preuves qu'il existe ».[


Haut
   
Message non luMessage posté... : 11 juil. 2014, 21:21 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2009, 15:52
Messages : 2071
Localisation : Normandie
Ludivine a écrit :
chapitre 3 : l'accident
Citation :
D'autant que, comme le souligne le rapport du commissaire Gérard Alessandra, la découverte de deux couteaux et d'un fouet dans la malle de sa voiture permet de présumer quel sort pouvait être réservé à la victime même si l'on n'a pas de preuves qu'il s'en soit servi avant le meurtre. Ces instru-ments ne sont pas d'une présence courante dans la voiture d'un honnête conducteur.

J'avais juste commencé de lire le livre de Fratacci et il me semble un flic honnête, qui ne se réjouis pas, d'avoir été au centre de cette triste affaire.

_________________
« Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser tu m'enrichis. »
Antoine de Saint-Exupéry


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 420 messages ]  Aller à la page Précédente 122 23 24 25 2628 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com