Nous sommes le 24 nov. 2017, 10:21

Heures au format UTC+01:00


Shoutbox© Breizh Shoutbox v1.5.0



Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 45 messages ]  Aller à la page 1 2 3 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message : Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 18:08 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 12 févr. 2007, 03:28
Messages : 336
Bonjour à tous,

Il y a un aspect qui est profondément dérangeant dans cette affaire, c'est la nature du meurtre.

En effet, le corps de la fillette est retrouvé dans tel état que l'on peut penser qu'il s'agit en l'occurence de l' oeuvre de quelqu'un qui a manifestement dans l'action fait preuve d'un acharnement hors du commun.

Car celà relève quand meme plus du massacre, plutot que d'un "désir" de réduire une personne au silence, qui plus est, une gosse de huit ans.

Alors bien sur, le "raptus criminel" est évoqué et l'on pourrait à la limite l'admettre, mais dans ce cas de figure, une simple peur ne peut suffire à expliquer le caractère intensément violent du geste.

Mais si quelqu'un a une explication rationnelle...


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 18:18 
deep-alvin a écrit :
Bonjour à tous,

Il y a un aspect qui est profondément dérangeant dans cette affaire, c'est la nature du meurtre.

En effet, le corps de la fillette est retrouvé dans tel état que l'on peut penser qu'il s'agit en l'occurence de l' oeuvre de quelqu'un qui a manifestement dans l'action fait preuve d'un acharnement hors du commun.

Car celà relève quand meme plus du massacre, plutot que d'un "désir" de réduire une personne au silence, qui plus est, une gosse de huit ans.

Alors bien sur, le "raptus criminel" est évoqué et l'on pourrait à la limite l'admettre, mais dans ce cas de figure, une simple peur ne peut suffire à expliquer le caractère intensément violent du geste.

Mais si quelqu'un a une explication rationnelle...


Je crois tout simplement que rien ne ressemble plus à un meurtre de haine et de sadisme qu'un meurtre de panique et que les deux doivent être souvent difficiles à différencier parce qu'il peut y avoir acharnement dans les 2 cas : acharnement par goût du sang et de la souffrance dans le premier cas. Acharnement par "automatisme", - je ne trouve pas le mot adéquat mais imagine très bien cette réaction répétitive, compulsive, du meurtrier occasionnel qui ne peut croire lui-même à ce qu'il est en train de faire -, dans le cas du meurtre de panique intense.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 19:22 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 12 févr. 2007, 03:28
Messages : 336
Danou a écrit :
[...]

Je crois tout simplement que rien ne ressemble plus à un meurtre de haine et de sadisme qu'un meurtre de panique et que les deux doivent être souvent difficiles à différencier parce qu'il peut y avoir acharnement dans les 2 cas : acharnement par goût du sang et de la souffrance dans le premier cas. Acharnement par "automatisme", - je ne trouve pas le mot adéquat mais imagine très bien cette réaction répétitive, compulsive, du meurtrier occasionnel qui ne peut croire lui-même à ce qu'il est en train de faire -, dans le cas du meurtre de panique intense.


Bonsoir Danou,

Il est vrai que l'on peut trouver de grandes similitudes entre les deux aspects et l'étude de différents autres faits criminels le prouve.

Mais il ne faut pas oublier que chaque crime possède sa propre spécificité,
mais il me semble que l'aspect comportemental de CR, avant et après "l'action" que l'on lui attribue, laisse perplexe.

Je dois avouer que j'ai quand meme du mal à attribuer la cause de la "panique intense". Celle qui aurait engendré un tel déchainement de violence.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 20:10 
deep-alvin a écrit :
[...]

Bonsoir Danou,

Il est vrai que l'on peut trouver de grandes similitudes entre les deux aspects et l'étude de différents autres faits criminels le prouve.

Mais il ne faut pas oublier que chaque crime possède sa propre spécificité,
mais il me semble que l'aspect comportemental de CR, avant et après "l'action" que l'on lui attribue, laisse perplexe.

Je dois avouer que j'ai quand meme du mal à attribuer la cause de la "panique intense". Celle qui aurait engendré un tel déchainement de violence.


Tout m'est incompréhensible dans cette affaire, que je l'examine sous l'aspect culpabiliste ou innocentiste. Il y a toujours quelque chose qui vient contredire un fait qui semblait clair.

A commencer par le mobile indiqué par CR pour expliquer l'enlèvement : il avait envie d'emmener promener une petite fille. Comme ça ..
J'ai toujours dit qu'un jeune de cet âge a envie de draguer une fille de son âge (ou un garçon s'il est homosexuel). Pas d'emmener promener une gamine inconnue avec laquelle ne le lie aucun sentiment d'affection. Alors ? CR pédophile ? Il a pourtant eu des relations sexuelles avérées avec des filles de son âge. Cela dit, Fourniret était marié et bon nombre de violeurs d'enfants aussi.

CR fait preuve du plus grand calme devant Guazzone et Rahou, s'attarde même sur les lieux pour prendre le thé. Est-ce conciliable avec ce qui se serait passé peu de temps avant ? Spontanément j'ai bien sûr envie de dire non. Mais il ne serait pas le premier meurtrier à avoir réagi avec le plus grand calme après son crime.

Même chose avec ce fameux pantalon qu'il aurait pu faire disparaître et qu'il aurait gardé dans son coffre. Impossible ? Incroyable ? Là aussi, j'ai bien entendu envie de dire oui. Mais que dire alors de Jean-Baptiste Rambla, meurtrier présumé de sa patrone et qui, s'il est coupable, aurait gardé le cadavre de sa victime plusieurs mois dans sa cabane de jardin ....

Je me demande si je parviendrai un jour à me forger une conviction.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 20:30 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 4407
Localisation : Paris
Danou a écrit :
[...]
Je me demande si je parviendrai un jour à me forger une conviction.


Vous savez, Danou, se faire une conviction est à la portée de tous...

Le problème est que lorsqu'on fait appel à cette "intime conviction" c'est bien parce qu'on n'a aucune certitude. Si on "sait" on sait. Si on "croit que" on ne sait pas. L'intime conviction au sens de l'article 353 du Code de Procédure absout le juge de toute responsabilité pénale... mais pas de
responsabilité morale.

Si vous n'avez que l'intime conviction que le feu est au vert, arrêtez vous !

Si vous n'avez que l'intime conviction que ce type est coupable, laissez le partir... comme les policiers l'ont fait lors de la première garde à vue de Patrick Henry. A la suite de quoi ils ont cherché des preuves et personne ne les a contestées.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 21:30 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 12 févr. 2007, 03:28
Messages : 336
Danou a écrit :
[...]

Tout m'est incompréhensible dans cette affaire, que je l'examine sous l'aspect culpabiliste ou innocentiste. Il y a toujours quelque chose qui vient contredire un fait qui semblait clair.

A commencer par le mobile indiqué par CR pour expliquer l'enlèvement : il avait envie d'emmener promener une petite fille. Comme ça ..
J'ai toujours dit qu'un jeune de cet âge a envie de draguer une fille de son âge (ou un garçon s'il est homosexuel). Pas d'emmener promener une gamine inconnue avec laquelle ne le lie aucun sentiment d'affection. Alors ? CR pédophile ? Il a pourtant eu des relations sexuelles avérées avec des filles de son âge. Cela dit, Fourniret était marié et bon nombre de violeurs d'enfants aussi.

CR fait preuve du plus grand calme devant Guazzone et Rahou, s'attarde même sur les lieux pour prendre le thé. Est-ce conciliable avec ce qui se serait passé peu de temps avant ? Spontanément j'ai bien sûr envie de dire non. Mais il ne serait pas le premier meurtrier à avoir réagi avec le plus grand calme après son crime.

Même chose avec ce fameux pantalon qu'il aurait pu faire disparaître et qu'il aurait gardé dans son coffre. Impossible ? Incroyable ? Là aussi, j'ai bien entendu envie de dire oui. Mais que dire alors de Jean-Baptiste Rambla, meurtrier présumé de sa patrone et qui, s'il est coupable, aurait gardé le cadavre de sa victime plusieurs mois dans sa cabane de jardin ....

Je me demande si je parviendrai un jour à me forger une conviction.


Tu as raison, mais le principal problème, est que nous raisonnons avec notre logique en tentant, ce qui est paradoxal d'en trouver une.
Or, si rien ne parait simple à présent, c'est peut etre aussi parce-que nous nous ingénions, ce, à grands renforts d'échafaudages divers, à la transformer en un inextricable et insoluble casse tete.

Si j'ai souhaité soulever l'aspect le plus sordide de cette affaire, le meurtre de la fillette, et surtout sa face indiciblement terrible, c'est justement parce qu'il ne semble pas faire partie d'un "scénario" trop souvent évoqué.

Je tente, peut etre à tord, de me focaliser uniquement sur le supposé bref parcourt d'un homme qui effectue l'enlèvement quasi parfait d'une gamine de huit ans, lui parle, s'arrete meme au bord de la route en sa compagnie et qui, à la suite d'un accident stupide, s'enfuit et la massacre à coups de couteau.

C'est ce mauvais épilogue qui décidément ne "colle" pas avec tout le reste, je suis comme toi, je m'interroge encore.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 21:51 
webrider a écrit :
[...]


Si vous n'avez que l'intime conviction que ce type est coupable, laissez le partir... comme les policiers l'ont fait lors de la première garde à vue de Patrick Henry. A la suite de quoi ils ont cherché des preuves et personne ne les a contestées.


Le problème est qu'il existe de nombreux cas de meurtres où la culpabilité semble très probable, où il y a faisceaux de charges concordantes, évidentes, mais pas de preuve irréfutable.
La preuve irréfutable est rare.

Lorsqu'il s'agit d'un vol d'autoradio, d'un cambriolage, d'une escroquerie, de bien des choses même assez graves, mais où manque la preuve absolue, je veux bien laisser partir le suspect en me disant que mieux vaut un coupable en liberté qu'un innocent en prison.

Quand il s'agit d'un meurtre probable mais sans preuve incontestable ... nous sommes dans un état de droit et je suis bien obligée de reconnaître que l'obligation de la preuve doit jouer aussi.

Il n'empêche que laisser repartir un Guy Georges dont on serait convaincu de la culpabilité mais sans preuve ..
Relâcher un Landru parce qu'il n'existe là non plus pas de preuve formelle.
Laisser filer un Fourniret parce qu'absence de preuve certaine ..

Pas facile de dormir pour celui qui doit prendre cette décision ...

C'est pour cela que je dis que j'aurais probablement, en tant que jurée, voté la culpabilité avec circonstances atténuantes : parce que je refuse la mort quel que soit le crime commis mais que l'innocence de CR ne m'aurait pas paru - ne me paraît toujours pas - assez évidente pour le relâcher dans la nature.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 22:24 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 nov. 2006, 13:21
Messages : 48
Localisation : Russie
« Danou » a écrit:
Citation :
La preuve irréfutable est rare.


Bonjour tout!
Si dans l'examen de l'affaire Christian Ranucci soudain il y aura quelque nouvelle circonstance, quelle preuve vous trouverez irréfutable (les preuves de la culpabilité ou la preuve de l'innocence) ? C'est la question vers innocentistes, et vers culpabiliste.

_________________
La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe. (Jacques Prévert)


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 22:29 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 3828
Localisation : Ile de France
Il n'empêche que si les présomptions sont fortes, malgré le manque de preuves irréfutables, contre celui que vous allez jugé coupable, et qu'il s'avère qu'il est malgré tout innocent, le fait de l'avoir jugé coupable et de l'avoir emprisonné fait que l'affaire a été considérée comme terminée, et que le vrai coupable lui est dans la nature et capable de recommencer.

Alors je ne sais pas si on peut également pouvoir s'endormir sereinement dans ce cas de figure.

Je serais plutôt d'avis de le laisser en liberté quitte à le surveiller de près, de trouver réellement des preuves de sa culpabilité ou de celle d'un autre suspect, et d'attendre vraiment d'avoir des preuves certaines avant de condamner qui que ce soit.

_________________
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 22:46 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 nov. 2006, 13:21
Messages : 48
Localisation : Russie
Didi, si je vous ai compris correctement, vous voulez dire que seulement l'apparition nouveau concret soupçonné retirera l'accusation avec Christian Ranucci ? Si, certes, il y aura des preuves irréfutables de la culpabilité de ce soupçonné.

_________________
La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe. (Jacques Prévert)


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 22:50 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 4407
Localisation : Paris
Danou a écrit :
webrider a écrit :
[...]


Si vous n'avez que l'intime conviction que ce type est coupable, laissez le partir... comme les policiers l'ont fait lors de la première garde à vue de Patrick Henry. A la suite de quoi ils ont cherché des preuves et personne ne les a contestées.


Le problème est qu'il existe de nombreux cas de meurtres où la culpabilité semble très probable, où il y a faisceaux de charges concordantes, évidentes, mais pas de preuve irréfutable.
La preuve irréfutable est rare.

Lorsqu'il s'agit d'un vol d'autoradio, d'un cambriolage, d'une escroquerie, de bien des choses même assez graves, mais où manque la preuve absolue, je veux bien laisser partir le suspect en me disant que mieux vaut un coupable en liberté qu'un innocent en prison.

Quand il s'agit d'un meurtre probable mais sans preuve incontestable ... nous sommes dans un état de droit et je suis bien obligée de reconnaître que l'obligation de la preuve doit jouer aussi.

Il n'empêche que laisser repartir un Guy Georges dont on serait convaincu de la culpabilité mais sans preuve ..
Relâcher un Landru parce qu'il n'existe là non plus pas de preuve formelle.
Laisser filer un Fourniret parce qu'absence de preuve certaine ..

Pas facile de dormir pour celui qui doit prendre cette décision ...

C'est pour cela que je dis que j'aurais probablement, en tant que jurée, voté la culpabilité avec circonstances atténuantes : parce que je refuse la mort quel que soit le crime commis mais que l'innocence de CR ne m'aurait pas paru - ne me paraît toujours pas - assez évidente pour le relâcher dans la nature.


Votre dernière phrase ne respecte pas les principes fondamentaux du Droit... il ne s'agit pas de rendre l'innocence évidente, mais de prouver la culpabilité. Le doute entraine l'acquittement. Obligatoirement. Légalement. Humainement. Moralement.

Laisser filer un possible coupable n'est pas définitif... il sera toujours possible de le poursuivre si un jour les preuves seront acquises... Mais il faut que le justice travaille et ne se contente pas de saisir celui que le hasard lui parachute.

Condamner sans certitude est une infamie. Rien ne permettra jamais en cas d'erreur de rendre des années de liberté ou pire...


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 23:21 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 12 févr. 2007, 03:28
Messages : 336
webrider a écrit :
[...]

Vous savez, Danou, se faire une conviction est à la portée de tous...

Le problème est que lorsqu'on fait appel à cette "intime conviction" c'est bien parce qu'on n'a aucune certitude. Si on "sait" on sait. Si on "croit que" on ne sait pas. L'intime conviction au sens de l'article 353 du Code de Procédure absout le juge de toute responsabilité pénale... mais pas de
responsabilité morale.

Si vous n'avez que l'intime conviction que le feu est au vert, arrêtez vous !

Si vous n'avez que l'intime conviction que ce type est coupable, laissez le partir... comme les policiers l'ont fait lors de la première garde à vue de Patrick Henry. A la suite de quoi ils ont cherché des preuves et personne ne les a contestées.


Il ne s'agit pas au sein de ce sujet au risque de le faire dériver,(c'est d'ailleurs déjà fait), d'avoir ou de se forger une intime conviction sur l'innocence ou la culpabilité d'un homme, mais d'engager une réflexion sur la cohérence d'un tel meurtre, épilogue tragique d'un parcourt de deux heures...


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 23:44 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 4407
Localisation : Paris
deep-alvin a écrit :
[...]

Il ne s'agit pas au sein de ce sujet au risque de le faire dériver,(c'est d'ailleurs déjà fait), d'avoir ou de se forger une intime conviction sur l'innocence ou la culpabilité d'un homme, mais d'engager une réflexion sur la cohérence d'un tel meurtre, épilogue tragique d'un parcourt de deux heures...


Cohérence d'un meurtre ? j'ai de la peine à comprendre...

Epilogue tragique d'un parcours de 2 heures ? Vous parlez bien d'un meurtre dont l'enquête n'a pas livré le moment, ni en fait l'auteur ?

Si celui qui a commis des actes répréhensibles à Marseille, vêtu plusieurs fois d'un pull over rouge, est un familier de la champignonnière ;

S'il a a quitté la galerie le 3 juin au matin pour une nouvelle virée... ;

Si par confort ou prudence il a caché ce matin là son pull over rouge au fond de cette galerie ;

S'il a enlevé la petite dans les quartiers nord avec de noirs projets ;

S'il l'a ramenée à Peypin ;

Si l'intrusion de Ranucci dans son acte fou, à la fois a provoqué le meurtre et lui a permis d'organiser son impunité ;

je me dis que j'ai sous les yeux un scénario vraisemblable.

Ce n'est cependant qu'un scénario.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 18 févr. 2007, 23:59 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Danou a écrit :
Le problème est qu'il existe de nombreux cas de meurtres où la culpabilité semble très probable, où il y a faisceaux de charges concordantes, évidentes, mais pas de preuve irréfutable.
La preuve irréfutable est rare.


Je ne le pense pas. Toutes les enquêtes ne ressemblent pas à l'enquête dont nous parlons qui est un modèle de tout ce qu'il ne faut pas faire.
Dans de nombreux cas, les choses sont simples et se résolvent facilement.
Dans d'autres il faut enquêter et réfléchir. Si vous voulez dire que les affaires se résolvent toutes facilement, la réponse est bien entendu non. Si vous voulez dire qu'on ne résoud jamais aucune affaire, la réponse est non.

Danou a écrit :
Lorsqu'il s'agit d'un vol d'autoradio, d'un cambriolage, d'une escroquerie, de bien des choses même assez graves, mais où manque la preuve absolue, je veux bien laisser partir le suspect en me disant que mieux vaut un coupable en liberté qu'un innocent en prison.


C'est la loi tout simplement. Mais je ne sais pas ce que vous appelez la preuve absolue : un cambrioleur qui laisse sa carte didentité sur les lieux (cela est arrivé si si), il ne contestera pas longtemps. Est-ce une preuve absolue je ne sais pas.

Danou a écrit :
Quand il s'agit d'un meurtre probable mais sans preuve incontestable ... nous sommes dans un état de droit et je suis bien obligée de reconnaître que l'obligation de la preuve doit jouer aussi.

Il n'empêche que laisser repartir un Guy Georges dont on serait convaincu de la culpabilité mais sans preuve ..


Guy Georges a été confondu par des traces Adn qu'on a retrouvé sur l'un des cadavres. Excusez moi, mais il n'y a aucun doute, ou alors si peu.

Vous vous méprenez à mon avis sur le rôle d'un juré, ou même celui d'un juge. Vopus confondez l'enquête et le jugement. C'est normal, c'est la procédure française qui est comme cela, ce qui est complètement débile.

Quand vous êtes juge vous ne faites que constater l'état d'une enquête. Si l'enquête n'est pas complète, vous demandez un renvoi et vous faites faire des investigations supplémentaires.
Et d'ailleurs si vous êtes juré, vous dites : moi j'acquitte, vous n'avez qu'à recommencer l'enquête, en l'état elle est pourrie.

La question n'est pas pour vous de veiller à la sécurité des concitoyens, la police est là pour s'en charger. Si elle a des doutes, elle fera les filatures qu'il faut.

Vous mélangez tout et puis vous dites : finalement, il n'y a que la morzale qui compte. A mon avis c'est prendre les choses totalement à l'envers.


Danou a écrit :
Relâcher un Landru parce qu'il n'existe là non plus pas de preuve formelle.
Laisser filer un Fourniret parce qu'absence de preuve certaine ..

Pas facile de dormir pour celui qui doit prendre cette décision ...


Et le chirurgien qui rate son opération, et le pompier qui n'arrive pas à sortir la lance à incendie, et les personnes qui n'ont pas prévenu du tsunami de 2005.. Oh lala... Attendez, il y a des décisions difficiles certes, mais dans le cas qui nous préoccupe c'est l'incompétence qui est en jeu, pas autre chose.

Pour Landru, on sait qu'il emmenait les dames à Gambais et qu'il ne prenait qu'un billet "aller". J'espère qu'il ne vous fait pas peur, il est mort depuis plus quatre vingt ans maintenant. Il est parti avec son mystère certes, mais enfin, il n'est pas si grand que cela.


Danou a écrit :
C'est pour cela que je dis que j'aurais probablement, en tant que jurée, voté la culpabilité avec circonstances atténuantes : parce que je refuse la mort quel que soit le crime commis mais que l'innocence de CR ne m'aurait pas paru - ne me paraît toujours pas - assez évidente pour le relâcher dans la nature.


Ce n'est pas comme cela que les choses se passent et vous nous convainquez qu'il faut supprimer d'urgence les jury populaires, c'est en fait un engeance.

C'est pour cela que lorsque l'on me dit que ce n'est pasde leur faute, il ne faut pas exagérer. Un juré peut poser des questions. Les jurés auraient pu se faire lire les 5 PV, même pendant le délibéré.

Finalement, c'est toujours la même chose : vous nous posez cette question, je n'ai pas envie de réfléchir, cela me fatigue, moi ce qui m'importe, ce n'est pas de comprendre, quoi que ce soit à quoi que ce soit, mais c'est d'avoir une conviction.

On ne sait pas ce que c'est qu'une conviction dans ce cas là.

Un peu comme Paul Déroulède qui avait lui aussi une conviction : il fallait reprendre l'Alsace et la Lorraine.

Dite moi qu'il est coupable que je n'ait plus besoin de réfléchir par moi-même. Dites moi qu'il est à coup sûr innocent, je ne veux pas réfléchir.
Et quand je ne sais pas je condamne. C'est un peu facile.

Imaginez que vous ayez été juré dans les deux premiers procès Dils. Ils ont raisonné comme vous. le fait que Dils soit totalement frêle et muet ne leur a pas posé de question.
Il vient vous voir et il vous dit : à cause de vous j'ai fait 15 ans de prison pour rien. Il vous dira que le fric qu'il a reçu ne réparera jamais les années de jeunesse perdues. 15 ans !!!

Vous allez lui répondre que vous "ne pouviez pas le lacher dans la nature ?"

Soyons sérieux. Une minute.

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le meurtre
Message non luMessage posté... : 19 févr. 2007, 01:47 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 12 févr. 2007, 03:28
Messages : 336
webrider a écrit :
deep-alvin a écrit :
[...]

Il ne s'agit pas au sein de ce sujet au risque de le faire dériver,(c'est d'ailleurs déjà fait), d'avoir ou de se forger une intime conviction sur l'innocence ou la culpabilité d'un homme, mais d'engager une réflexion sur la cohérence d'un tel meurtre, épilogue tragique d'un parcourt de deux heures...


Cohérence d'un meurtre ? j'ai de la peine à comprendre...

Epilogue tragique d'un parcours de 2 heures ? Vous parlez bien d'un meurtre dont l'enquête n'a pas livré le moment, ni en fait l'auteur ?

Si celui qui a commis des actes répréhensibles à Marseille, vêtu plusieurs fois d'un pull over rouge, est un familier de la champignonnière ;

S'il a a quitté la galerie le 3 juin au matin pour une nouvelle virée... ;

Si par confort ou prudence il a caché ce matin là son pull over rouge au fond de cette galerie ;

S'il a enlevé la petite dans les quartiers nord avec de noirs projets ;

S'il l'a ramenée à Peypin ;

Si l'intrusion de Ranucci dans son acte fou, à la fois a provoqué le meurtre et lui a permis d'organiser son impunité ;

je me dis que j'ai sous les yeux un scénario vraisemblable.

Ce n'est cependant qu'un scénario.


Il me semble, Webrider, que tu n'as pas vraiment compris le sens de mon message.

Aussi, vais je le reformuler spécialement pour toi.

J'entends par "cohérence", ce qui est spécifiquement défini par n'importe quel dictionnaire, c'est à dire: adhérence entre divers éléments...

Je précise, expressément à ton attention qu'il s'agit de s'interroger sur la cause de ce meurtre et ce qui a pu le motiver.

Il n'y a pas la moindre allusion, au sein de mon propos d'un quelconque élément physique.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 45 messages ]  Aller à la page 1 2 3 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com