Nous sommes le 25 nov. 2017, 05:00

Heures au format UTC+01:00


Shoutbox© Breizh Shoutbox v1.5.0



Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
Message non luMessage posté... : 03 oct. 2013, 22:01 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 12 sept. 2012, 22:57
Messages : 13
Et oui, je l’avoue, je ne suis pas innocentiste… Même après avoir lu trois des bouquins de Perrault, et longtemps arpenté ce site… Seulement, le doute doit profiter à l’accusé. Et, pour ce que j’en crois, pas à 99 % : à 100 %. Or donc, je prends la liberté de vous proposer un vague schéma de l’innocence, qui vaut ce qu’il vaut. Désolé si je réinvente l'eau chaude !

« L’assassin tue Marie-Dolores Rambla pendant le temps estimé de la pause cigarette de la version policière. Il a le temps de repartir avant que Ranucci n’arrive sur les lieux après son accident du carrefour de la Pomme. CR s’arrête par hasard pour examiner sa voiture près du lieu du meurtre. Lorsque les époux Aubert se pointent, il grimpe sur le talus par crainte de la réaction de sa mère lorsqu’elle apprendra l’accident et ses conséquences, il a une réaction de fuite. Ou alors il est complètement dans les vapes, et c’est juste pour aller uriner ou vomir en haut du talus, ou tout bonnement se dégourdir les jambes, et il ne fait absolument pas attention aux Aubert, qui inventent sa réplique et le reste. Il prend machinalement quelque chose en main, un sac par exemple, qui deviendra ensuite le paquet volumineux, puis l’enfant. Comme il a l’esprit brumeux à la suite de sa cuite marseillaise, il ne pense pas que les Aubert pourront relever le numéro d’immatriculation.
Le couple parti, il se rend vaguement compte qu’un relevé du numéro d’immatriculation est probable. Il panique et va se réfugier dans la champignonnière, qui est un refuge tranquille et proche. Puis il s’endort, se réveille après avoir oublié une partie de ce qui précède, ne sait pas comment se sortir de là et va trouver Mohammed Rahou.
Ensuite : les péripéties de la garde à vue sont la conséquence d’un interrogatoire habilement orienté, pas plus et pas moins que celui de Patrick Dils. Comme ce dernier, CR pouvait avoir le plan des lieux du crime en face de lui, ou des photos. Pour expliquer le croquis, on peut imaginer une série de questions du genre : « Tu es sûr que c’est là et pas là ? Tu es certain que la route ne montait pas ? Mais si ! » avec plusieurs brouillons successifs jusqu’au plan définitif.
Le couteau est retrouvé par les gendarmes comme l’explique Gilles Perrault.
Lors de la reconstitution, Ranucci se dirige vers le couteau parce que les interrogateurs lui ont montré sur plan l’endroit précis, à un moment ou à un autre. Il sait où il a été retrouvé, et il y va simplement pour voir s’il se rappelle l’endroit, vu l’état d’indécision critique où il se trouve à ce moment. Ensuite, il prend conscience de son innocence, mais le mal est fait.
Donc, par la suite, il revient sur ses aveux. Mais le couteau échappe à cette prise de conscience et il est toujours persuadé qu’il est à lui, comme il s’est longtemps persuadé qu’il était le criminel ».

Et voilà…


Haut
   
Message non luMessage posté... : 04 oct. 2013, 11:45 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 28 août 2006, 23:38
Messages : 267
boris72 a écrit :
Et oui, je l’avoue, je ne suis pas innocentiste… …


v'zavez pas honte !! Ah c'est du joli ... Faute avouée étant à moitié pardonnée, allez on vous garde, mais c'est bien parce que c'est vous !! :wink:

Plus sérieusement, vous avez tout à fait le droit d'avoir votre propre sensibilité sur cette affaire et d'en discuter sur ce forum avec les autres membres en apportant vos arguments.
C'est ce qui fait la richesse et la valeur de ce site.

_________________
Sophie


Haut
   
Message non luMessage posté... : 04 oct. 2013, 15:00 
Bonjour Boris,
Comme vous je ne suis pas « innocentiste » ni d’ailleurs prosélyte d’une quelconque doctrine « Ranucciène ». D’un point de vue conceptuel il m’a d’ailleurs toujours semblé dangereux de classifier les personnes dans des boites de pensée. Au risque de paraphraser Domenach, je préfère réfléchir différemment que réfléchir d’avantage. Mais passons ces considérations philosophiques.

Le scenario que vous exposez m’inspire quelques réfections :
1- Vu l’etat de la 304, Mme Mathon apprendra forcement que son fils a eu un accident. conséquemment, si Ranucci s’enfuit dans la colline, c’est pour une tout autre raison que « par crainte de la réaction de sa mère lorsqu’elle apprendra l’accident »
2- Il me semble étrange qu’un jeune homme de 20 ans en état d’ébriété (« complètement dans les vapes”) escalade un talus escarpé et parcours 30 mètres dans des broussailles pour « aller uriner ou vomir en haut du talus ». Il s’agit donc, plus en adéquation avec votre première proposition du’ « une réaction de fuite ».
3- Il existe un antagonique incontournable dans votre scenario quant à la perception de Christian Ranucci du rôle des Auberts. Il semble effectivement plus qu’improbable, « qu’il ne pense pas que les Auberts pourront relever le numéro d’immatriculation » pour ensuite « qu’il se rend vaguement compte qu’un relevé du numéro d’immatriculation est probable ».
4- Quel peut être, pour Christian Ranucci, la rationalisation d’aller se réfugier dans une champignonnière à la suite d’un banal accident de la route ? Si effectivement, et les faits nous le prouve, il s’est effectivement cache dans une champignonnière, il devait avoir une bonne raison.
5- 5-Patrick Dills, au contraire de Ranucci, 1-n’a pas entendu 6 mois avant de se rétracter et 2-a fourni des éléments de réponses claire et une explication rationnel quant à ses aveux en général et sa description des lieux du crime en particulier. Ranucci n’a jamais nier être l’auteur du plan « très incriminant - selon son avocat Le Forsonney (sic) - » ni n’a clamé que celui-ci lui avait été suggéré par les policiers.
6-on sait maintenant que le scenario de la découverte du couteau décrit par Perrault est dû, au mieux à sa méconnaissance totale du code des procédures de police judiciaire, au pire à sa malhonnêteté militantiste (je vous prie d’excuser le barbarisme).
7- Ranucci n’a jamais dit, ni ces avocats, que l’emplacement du couteau lui avait été suggéré.

Finalement une remarque d’ordre plus générale. Je ne comprends pas comment Ranucci peut indiquer qu’il ne se souvient de rien et en même temps affirmer qu’il n’est pas coupable. De deux choses l’une : 1- soit on ne souvient de rien 2- soit on se souvient qu’on n’est pas l’auteur des faits reprochés. Avancer les deux arguments afin de défendre son innocence me parait relever de la plus pure bizarrerie neurologique.

Bien amicalement,


Haut
   
Message non luMessage posté... : 04 oct. 2013, 21:59 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 12 sept. 2012, 22:57
Messages : 13
@ Sophie et Arnaud 54 : je vous remercie pour votre accueil.
@ Arnaud 54, pour le dire autrement : le seul point de vue où Ranucci me semblerait pouvoir être innocent serait, de sa part, une attitude totalement étrange et contradictoire, que l'ivresse (Dils était sobre) et une extrême malchance n'expliquerait qu'en partie, et qui me ferait douter de son état mental. Pour autant que je m'en souvienne, maître Lombard a, tout en plaidant l'innocence, esquissé quelques pas de ce côté.
Vous me dites que c'est au moins extrêmement improbable ; dont acte. D'autres disent le contraire sur ce forum, et, vraiment, je ne veux choquer personne.
Ce que je vous demande, c'est juste si c'est totalement impossible. Après tout, pour prendre un autre exemple célèbre, l'avocat de Marc Machin lui-même ne croyait pas en son innocence...


Haut
   
Message non luMessage posté... : 04 oct. 2013, 22:05 
boris72 a écrit :
Pour autant que je m'en souvienne, maître Lombard a, tout en plaidant l'innocence, esquissé quelques pas de ce côté.
.


Bonsoir Boris,
Oui, la fameuse plaidoirie « Il est innocent, mais avec circonstances atténuante », qui en dit long sur la conviction de Maitre Lombart quand à l’innocence de Ranucci.
Bien amicalement,


Haut
   
Message non luMessage posté... : 05 oct. 2013, 14:32 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1667
Boris
Citation :
le seul point de vue où Ranucci me semblerait pouvoir être innocent serait, de sa part, une attitude totalement étrange et contradictoire, que l'ivresse (Dils était sobre) et une extrême malchance n'expliquerait qu'en partie, et qui me ferait douter de son état mental. Pour autant que je m'en souvienne, maître Lombard a, tout en plaidant l'innocence, esquissé quelques pas de ce côté.

A ce sujet, je crois que vous pouvez jeter un coup d’œil à ce que écrit Perrault au sujet d'une ligne de défense qu'aurait choisie Maitre Fraticelli s'il avait été maître d’œuvre, son soucis étant, à lui, de sauver la tête de son client déjà engagée dans la lunette au vu des charges.
C'est éloquent je crois. Encore une fois je me demande bien pourquoi ce qui était évoqué en 1978 avec me semble t-il intelligence, ne rencontre plus aucun écho 35 ans plus tard.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com