Nous sommes le 24 nov. 2017, 21:17

Heures au format UTC+01:00


Shoutbox© Breizh Shoutbox v1.5.0



Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 97 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 57 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message : essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 12 mars 2014, 17:27 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 05 sept. 2012, 10:20
Messages : 226
Ranucci coupable : essai

Nous allons tenter de confronter Christian ranucci en coupable face à nos constatations .
Le but est de forcer au besoin la culpabilité par la mise en scène afin de détecter des impossibilités réelles si elles existes bien entendu .
Nous ne nous intéresseront pas pour le moment à l’enlèvement du fait que nous n’avons même pas encore commencé à travailler sur cette partie du dossier.
Toutes nos constatations sont ci et là sur le site et il est donc facile d’en prendre connaissance .
Au besoin nous fournirons a ceux qui le demande une copie de la constatation ou de la démonstration .
Nous devrons pour forcer la culpabilité mettre un peu à mal le témoignage des Aubert mais il est impossible de faire autrement .
Cela peut paraitre absurde mais si nous suivons pas à pas le témoignage des Aubert il est totalement impossible que ranucci soit coupable et cela principalement à cause d’un problème majeur de temps !
Nous passons outre et allons tenter jusqu’au bout de faire concorder le dossier au mieux avec une possible culpabilité.
Christian ranucci arrive donc vers 12h30 au carrefour de « la pomme » avec la petite dans son véhicule !
Peu importe qu’elle se trouve à l’avant , à l’arrière, ce qui est important c’est qu’elle se trouve bien dans le véhicule .
Mr martinez percute le véhicule de ranucci , la Peugeot fait un tête à queue et repart dans la direction d’où elle vient .
Selon les déclarations de Mr martinez il sort de son véhicule et voit s’éloigner la Peugeot sur l’ensemble de la première ligne droite !
Soit !
C’est ici qu’il existe une énorme divergence entre la théorie de l’accusation et la réalité si cette réalité existe vraiment bien entendu .
Dixit « la Peugeot nous précédaient de plusieurs virages à grande vitesse »
D’abord à cause du fait qu’il est impossible d’estimer la vitesse d’un véhicule qui est invisible à vos yeux et ensuite à cause du dossier lui-même et notamment des déclarations de Mme Aubert.( elle voit l’auteur sortir du véhicule par sa portière et on peut donc en déduire que ce véhicule vient de s’immobiliser ! on voit mal l’auteur faire d’abord une partie de carte avec la petite en attendant l’arrivée des aubert !
Le fait est que pour que les Aubert convergent vers l’endroit où ils voient s’immobiliser le véhicule il faut que celui-ci ai ralenti a un point tel que leurs témoignages devient au moins possible .
Nous prenons donc comme option que ranucci a du très fortement ralentir à cause des bruits et autres émanant de son véhicule au point de devoir s’arrêter le long de la route pour estimer les dégâts et prendre les mesures qui s’imposent .
C’est bien sûr à ce moment précis que surgit le véhicule des Aubert.
Face à une situation d’urgence ranucci prend la décision de se cacher avec l’enfant dans les fourrés surplombant la route à cet endroit.
Il extrait donc l’enfant de son véhicule et l’entraine avec lui.
Les aubert sont maintenant très proches et l’enfant se met à crier.
Ranucci à ce moment perd complètement son sang-froid , plaque une main sur la bouche de l’enfant et de l’autre sort son couteau automatique de sa poche.
Tout en entrainant l’enfant vers l’arrière qui à ce moment perd une chaussure il la poignarde a de multiples reprises.
Il relâche son étreinte , l’enfant s’effondre et git au sol .
Il n’a pas vraiment le temps a la réflexion car quelqu’un lui parle depuis la route et lui demande de revenir au carrefour à cause de l’accident.
il acquiesce , dit qu’il reviendra et les aubert s’en vont .
à ce moment pris de panique ranucci ne pense plus qu’à une seule chose , fuir !
il retourne à son véhicule mais n’arrive plus à pénétrer dans celui-ci car sa portière est bloquée !
il se rend alors compte qu’il a du sang sur les mains et décide qu’il ne peut pas rentrer dans l’habitacle ainsi !
il ouvre son coffre , balance son couteau toujours ouvert dedans et s’éponge les mains.
La séquence qui va suivre doit être rapide car il y a un impératif ;
Le couteau doit obligatoirement arriver à la champignonnière ouvert et le sang qui le recouvre ne peut en aucun cas avoir sécher complètement !
Vus la température ambiante et le fait que le couteau soit dans un coffre qui peut être surchauffer ranucci n’est rester sur place pour la séquence qui va suivre qu’un minimum de temps .
Il décide qu’il doit cacher sa petite victime avant de partir et remonte sur le talus.
Il s’aperçoit alors que celle-ci n’est pas morte et n’ayant plus son couteau prend ce qui lui tombe sous la main ( séquence pierre 1 ) , relâche la pierre et entreprend de trainer l’enfant vers le buisson ou il va la cachée .
A nouveau il s’aperçoit alors qu’il la traine que la petite malheureuse n’est pas encore morte ( séquence pierre 2 ).
L’enfant cette fois ne gémit plus et est totalement inerte .
Dans un dernier mouvement de traction il la calle contre un buisson d’épineux et commence à ramasser tout ce qui se trouve alentour comme branchages pour la recouvrir.
Ne parvenant pas à recouvrir le corps avec les quelques branchages trouvés au sol il décide d’arracher des branches fraiches mais se griffe et se blesse aux mains .
Il aurait besoin d’un couteau pour cette tache mais il y a maintenant urgence et il ne peut absolument pas laisser son véhicule à cet endroit qui est visible de tous.
Il lui faut donc rapidement trouver un endroit proche et discret pour se cacher afin de finir cette sale besogne et enfin examiner les dégâts de son véhicule.
Il reprend la route mais ne prend pas le premier sentier de la champignonnière ( un véhicule le croisait peut être à ce moment et par soucis de discrétion il a poursuivi ).
Il s’arrête à la barrière , l’ouvre et roule jusqu’à l’esplanade qui se trouve avant l’entrée proprement dite de la gallérie .
Il examine enfin son véhicule et décide de procéder aux urgences ( changer de roue , retrait de la tôle qui frotte ou risque d’endommager la roue de secours ) .
Il ouvre son coffre et rictus horribilis remarque son couteau ensanglanter , le ramasse et le balance sur le tas de fumier qui borde l’endroit .
Ranucci a maintenant terminé de réparer et il se met en quête d’un endroit ou planquer son véhicule car il doit retourner sur la scène de crime terminer la dissimulation du corps de sa petite victime.
Il fouille les environs , trouve l’entrée de la gallérie et décide que ce sera la planque idéale pour sa voiture .
Maintenant se pose le vrai premier problème qui peut perturber cette belle mise en scène culpabiliste a savoir l’heure du décès de la victime.
Notre thanatologue nous démontres par a+b et même c que la mort ne peut être intervenue que le 03 au plus tôt à 22 h avec une marge maximale de 2 heures .
Soit le 03 à 20 h .
Nous devons donc pour poursuivre décider que l’expert a tort et que l’heure de la mort survient plus tôt dans la journée.
Bouladou qui décidément ne perd jamais le nord est prêt à repousser l’heure de la mort à n’importe quelles heures mais a une seule et unique condition , que ranucci traine encore toujours dans les parages.
Comme il est « impossible » de définir une tranche horaire pour l’heure de la mort « ce qui est faux » nous déciderons donc pour poursuivre « d’affirmer » que l’heure correspond au moment où ranucci l’a donnée.
N’oublions pas de garder en mémoire qu’à cet instant ranucci ne sait pas que la petite est toujours vivante.
L’idéal serait qu’il retourne sur la scène de crime après 16 h pour deux raisons principales.
Rapprocher au maximum la tranche horaire de l’expert et ensuite rentrer dans le créneau des 48 h pour le chien pisteur.
Alors oui c’est possible mais que va-t-il faire pendant les 2-3 heures ou justement il ne se passe rien ?
Nous pouvons prendre les deux options puisque ce qui se passe à l’endroit du meurtre reste le même dans les deux cas de figure.
Donc il y retourne immédiatement ( entre 13h et 14h30 ) ou
Il y retourne à partir de 15h45 au moins.
Ranucci prend son couteau opinel dans son coffre , sort de la gallérie , rejoint la route qu’il longe jusqu’à l’aplomb mais ne s’arrête pas et continue de marcher sur une trentaine de mètres à cause du passage incessant de véhicules et du fait qu’il ne veut pas être vus grimpant le talus à l’endroit précis où se trouve sa victime.
Plus personnes ! ranucci refait le chemin inverse jusqu’à l’aplomb et monte la petit butte.
Peut-être entend –il un faible râle , la petite victime pratiquement exsangue est agonisante !
Ranucci à ce moment l’achève avec le couteau opinel qu’il tient à la main .
Toujours avec son couteau il coupe les branchages nécessaires au recouvrement de la petite ce qui élimine totalement toutes trace de sang sur la lame de l’opinel.
La victime étant totalement et parfaitement dissimulée il retourne à la champignonnière peut être via la garrigue , ce faisant il ne passe plus par le sentier qui rejoint la route et oublie les éléments qui compromettent l’endroit même de la dissimulation.
( chaussure , pierres, branchage maculé de sang ).
De retour à la champignonnière ranucci n’a plus qu’une idée en tête c’est de quitter rapidement l’endroit et rentrer chez lui.
Malheureusement son véhicule patine et il ne parvient plus à décoller de cette maudite gallérie.
Il décide alors d’installer des branchages en dessous de ces roues afin d’aider à la manœuvre.
Il sort de la gallérie et c’est en se dirigeant vers la ligne de branchages qui se trouvent à l’arrière du tas de fumier qu’il aperçoit son couteau automatique .
Le sang qui se trouve sur la lame et sur les parties mobiles de l’arme est maintenant parfaitement sécher et quelques particules de fumier y sont emprisonnées .
Du fait même de l’état d’inertie du sang au moment où ranucci referme l’arme il n’y aura aucunes traces de sang entre les platines ou dans ce que l’on appelle le réceptacle de la lame.
Ranucci décide après avoir refermé le couteau de le cacher dans le tas de fumier et l’y enfonce .
Avec son opinel il coupe les branchages dont il a besoin et retourne à la gallérie.
S’ensuit la séquence que tout le monde connait , il va chercher de l’aide etc…etc….


Nous passons maintenant aux choses sérieuses à savoir l’examen minutieux de ce scenario certes digne d’Hollywood mais qui a peu de choses près a conduit dans la réalité un homme a la guillotine !
Les éléments de l’essai qui se combinent entre eux en version très culpabilisatrice.
Le témoignage aubert ( on ne prend que ce qui nous intéressent bien entendu !)
Quand on examine minutieusement leurs témoignages on constate qu’il y a des éléments pour l’accusation mais aussi pour la défense et cela reste et restera très troublant !
La portière ( il arrive à sortir du véhicule mais plus à y entrer , pourquoi pas !)
La chronologie de la scène de crime ( vus nos constatations c’est ça ou rien )
Le couteau « les couteaux »( enfin une suite logique )
L’heure de la mort ( il manque quelques heures mais en cour d’assisse ça passera !)
Le chien ( il suit la trace de ranucci !)
Nous lui faisons suivre la trace de ranucci dans l’essai mais dans la réalité on se demande bien par rapport à quel élément olfactif il la suit ?.
Dans la mesure où nous allons mettre sur le dos de ranucci le pull alors le chien a bien renifler ce pull avant de se mettre en piste.
Les éléments qui posent un problème.
Il faut absolument les résoudres pour être certain de la culpabilité.

Le temps mort : déjà un énorme problème car selon notre essai et « la vérité judiciaire du dossier » quoique que fasse ranucci il y a au moins trois heures pendant lesquels il ne fait rien !
Il est très facile de s’endormir dans son véhicule quand on est bourré et qu’on a réussi à trouver une bonne planque pour celui-ci après avoir commis un accident et un délit de fuite mais dans le cadre d’un meurtre d’une enfant qui de plus est d’une sauvagerie extrême nous doutons fort que ce fut le cas !
Il serait aliéné de penser que ranucci ai pu faire un petit somme soit après être retourné sur la scène de crime soit avant et cela fera partie donc de nos questions finales.

Le pull-over rouge : c’est le schmilblick du dossier!
Trois possibilités s’offrent à nous ,
Le pull est là depuis un certain temps ( version bouladou )
Le pull appartient à ranucci ( version bouladou aussi – difficile de perdre quand on joue sur deux tableaux à la fois !)
Le pull est déposer dans la galerie après le départ de ranucci .

La première affirmation est a écartée totalement car l’état du pull ( ainsi bien sûr que les informations dont dispose alessandra sur le satyre des cités ) justifie qu’il pose des questions à son sujet a ranucci.
Le pull pourrait -il appartenir à ranuci ?
Oui c’est possible mais pourquoi ranucci cacherai-t-il un pull qui pourrai le compromettre lors d’un éventuelle contrôle sur la route alors qu’il garde dans son coffre un pantalon qui est maculé ( inonder ) du sang de sa victime.
il pourrait le faire si le pull est à ce moment-là le seul élément qui ait un lien avec toute l’affaire ( autrement dit le pantalon présenter à la justice ne peut pas être le bon à cause de la découverte du pull ) ( si le pull appartient à ranucci bien entendu ).
Nous pensons que la troisième hypothèse est la bonne mais que pour des raisons de culpabilité ranucci à cacher son pantalon et sa chemise dans les environs de la champignonnière et que ceux-ci n’ont jamais été trouvés.

Les socquettes blanches : un détail capital !

La culpabilité de ranucci passe par le fait que la petite arrive sur la scène de crime avec ses chaussures aux pieds mais sans chaussettes.
C’est impératif et nous avons déjà longuement démontrés l’impossibilité d’une quelconque manipulation des socquettes sur la scène de crime .
Jamais ranucci n’aurait pris la peine de soigneusement remettre une chaussure a un pied de l’enfant ( jusqu’à bien serrer et fermer la petite sangle qui maintient la chaussure au pied ) sans se soucier de l’autre pied et de l’autre chaussure .
Si l’enfant arrive sans chaussettes a ses pieds alors il n’a pas à faire la moindre manipulation à ce niveau.
Si ranucci est bien l’auteur des faits alors il est obligatoire vus les temps impartis qu’il y ai eu un arrêt entre le lieu de l’enlèvement et celui de la scène de crime .
L’examen de tous les témoignages donne une heure pour l’enlèvement qui se situe entre 10h50 et 11h20 (ce qui d’ailleurs est aussi très troublant dans ce dossier ) et il faut une heure par le chemin le plus long et en roulant lentement pour atteindre le carrefour de « la pomme » !
Il est donc possible que la petite ai eu un besoin pressant voir très pressant mais qu’en sortant du véhicule il était trop tard et que la majeure partie de cet accident se soit retrouver dans ses socquettes . elle les auraient alors elle-même enlevés et laisser sur place.
A la lecture du rapport d’autopsie et des constatations du docteur vuillet on note qu’il ne fait des remarques que quand il y en à faire !
Autrement dit la culotte ( petite culotte ) serait en l’état et non souillée ce qui d’un point de vue pathologique serait impossible ( relâchement du sphincter interne et vésical au moment de la mort ) sauf si à ce moment les conduits étaient vide ce qui est possible si l’enfant a été se soulagée très peu de temps avant son décès.
Il semble que le docteur vuillet relève ce fait puisque il indique que la vessie est vide.
Nous ne pouvons pas faire des suppositions sur base d’un rapport d’autopsie officiel !
Si le docteur ne relève rien au niveau de la culotte de l’enfant c’est qu’il n’y a rien à relever tout simplement !
Donc l’accident n’a pas eu lieux et la petite n’a pas enlevée ses chaussettes à ce moment.
Il reste une infime possibilité que lors de cet arrêt ce soit ranucci lui-même qui ait demander à l’enfant de lui remettre les chaussettes.
Une forme perverse de fétichisme ( ce fut d’ailleurs la réponse d’un innocentiste qui a écrit un livre mais qui pour cause de conflit d’intérêt ne peut plus que s’arquebouter a sa thèse et se confiner aux seules réponses qu’il trouve dans son propre livre.
Pédophile en devenir et aussi fétichiste , décidément ranucci a bon dos .
Cette réponse ne nous convaincs pas et si ranucci est le coupable il aurait mieux eu à faire à ce moment-là que de demander à la petite de lui donner ses chaussettes blanches .

Nous pensons que la scène de crime est une une scène de crime inversée .
Cad que la petite a été parfaitement dissimulée et qu’ensuite on a volontairement disséminé les divers éléments ( chaussure , pierres , branche taché de sang )
Mais la ou les personnes qui ont commis cela ont fait une énorme bourde car ils ont oubliés ou ils ne savaient pas que la victime est arrivée sur les lieux chaussures aux pieds mais sans chaussettes .
En oubliant ce détail crucial ils ont eux-mêmes détruit leurs propres mise en scène !

Pour nous faire basculés dans le camp des culpabilistes nous leurs demandons donc de répondre d’une manière extrêmement pertinente a trois questions .

Que fait ranucci auteur d’un enlèvement et d’un crime abominable pendant deux à trois heures à la champignonnière ?

Comment associer la découverte du pull et celui du pantalon ?

Comment expliquer la non présence des chaussettes blanches aux pieds de l’enfant ?


Nous espérons aussi que cet essai va ouvrir d’autres idées , d’autres questions et permettre de relancer un débat constructif autour du dossier.

Tailler un costume de coupable a ranucci est peut être possible mais nous exigeons que ce costume soit parfait !

Le trio


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 13 mars 2014, 07:59 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 19 oct. 2013, 18:12
Messages : 967
Phidek:
"Tailler un costume de coupable a ranucci est peut être possible mais nous exigeons que ce costume soit parfait !"

Je fais exactement la même réflexion que vous, mais à propos des scénarios innocentistes, qui présentent tous des invraisemblances et des impossibilités majeures.
Je reviendrai bien évidemment sur votre scénario culpabiliste. Mais je vous avoue qu'à la première lecture, et comme vous le dites, il est digne des plus mauvaises productions hollywodiennes de série B.
La réalité est beaucoup plus simple. Pourquoi la compliquer par des éléments improbables, jamais vérifiés et par des interprétations invraisemblables ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 13 mars 2014, 10:36 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 19 oct. 2013, 18:12
Messages : 967
phidek a écrit :
C’est ici qu’il existe une énorme divergence entre la théorie de l’accusation et la réalité si cette réalité existe vraiment bien entendu .
Dixit « la Peugeot nous précédaient de plusieurs virages à grande vitesse »

Quand on connaît les lieux, il n’est pas besoin de voir la voiture pour être conscient qu’elle les précède de plusieurs virages. Sur la Rn8bis, les virages se succèdent de 100m en 100m (environ)
A grande vitesse : je vous concède que, ne voyant pas la 304, les Aubert interprètent. Ce sont eux qui roulent à grande vitesse pour essayer de la rattraper. Tout est relatif : sur cette portion de route particulièrement sinueuse, 80 km/h m’ont semblé suffisants lorsque j’ai fait l’essai. Il est vrai que je ne m’appelle pas Schumacher !

phidek a écrit :
Nous prenons donc comme option que ranucci a du très fortement ralentir à cause des bruits et autres émanant de son véhicule au point de devoir s’arrêter le long de la route pour estimer les dégâts et prendre les mesures qui s’imposent .

L’ appréciation des distances par les Aubert a été faussée en raison de l’attention qu’ils portaient à la poursuite. :
Le 1 à 2 km de l’un et le 1 km de l’autre sont erronés, c’est une évidence.
Ils commettent aussi une erreur de mots quand ils disent : « Nous avions la voiture en point de mire ». Au sens littéral, c’est strictement impossible.
Ranucci le reconnaît : il s’est arrêté parce qu’ il s’est rendu compte qu’il ne pouvait plus continuer, et que son pneu risquait d’éclater.
Si, dans un premier temps, juste après le demi-tour forcé, il essaie de fuir au plus vite, par la suite, il est bien obligé de ralentir.
Rien d’anormal à cela.
phidek a écrit :
C’est bien sûr à ce moment précis que surgit le véhicule des Aubert.

Vous avez raison.
Ranucci s’arrête, sort par la portière conducteur et va constater les dégâts.
C’est à ce moment précis que les Aubert débouchent du virage, à environ 90 m.
Ils ont donc le temps d’apercevoir Ranucci et de décrire ses vêtements.

phidek a écrit :
Face à une situation d’urgence ranucci prend la décision de se cacher avec l’enfant dans les fourrés surplombant la route à cet endroit.
Il extrait donc l’enfant de son véhicule et l’entraine avec lui.

Rien à dire, c'est très plausible.
phidek a écrit :
Les aubert sont maintenant très proches et l’enfant se met à crier.

C’est invraisemblable
Il ne leur faudra que quelques secondes ( environ 5 ) pour être à côté de la 304.
Soit moins de temps qu’il faut à Ranucci pour contourner sa voiture, ouvrir la portière passager et tirer la fillette.
Les Aubert ont pu le voir disparaître dans les fourrés, mais je me garderai bien d’être affirmatif à ce sujet.

phidek a écrit :
Ranucci à ce moment perd complètement son sang-froid , plaque une main sur la bouche de l’enfant et de l’autre sort son couteau automatique de sa poche.
Tout en entrainant l’enfant vers l’arrière qui à ce moment perd une chaussure il la poignarde a de multiples reprises.

Impossible de faire tous ces gestes en même temps : la main sur la bouche, sortir le couteau, l’ouvrir et, de plus entraîner la fillette. Faudrait avoir au moins 3 mains !.
Invraisemblable également de commettre un meurtre aussi sauvage, en présence de témoins qui se trouvent à un peu moins de 20 m !


phidek a écrit :
Il relâche son étreinte , l’enfant s’effondre et git au sol .
Il n’a pas vraiment le temps a la réflexion car quelqu’un lui parle depuis la route et lui demande de revenir au carrefour à cause de l’accident. il acquiesce , dit qu’il reviendra et les aubert s’en vont .

Invraisemblable : le dialogue est à placer avant le crime.
Le crime ne peut avoir lieu qu’après que les Aubert soient repartis en direction du carrefour.

phidek a écrit :
à ce moment pris de panique ranucci ne pense plus qu’à une seule chose , fuir !

Non : la panique de Ranucci s’exprime au moment où il tue la fillette car il est évident qu’il a agi sous l’effet de la peur d’être découvert en présence de Marie-Dolorès.
Après le crime, il n’y a plus vraiment de panique, mais uniquement de la précipitation : cacher le corps puis quitter les lieux, la 304 étant fort repérable par tout automobiliste circulant sur la RN.


phidek a écrit :
il retourne à son véhicule mais n’arrive plus à pénétrer dans celui-ci car sa portière est bloquée !

En effet ; c’est fort possible que sa portière se soit bloquée juste après qu’il l’ait refermée.


phidek a écrit :
il se rend alors compte qu’il a du sang sur les mains et décide qu’il ne peut pas rentrer dans l’habitacle ainsi !

Mais non : ce sang sur le mains, qu’il l’ait vu ou non lorsqu’il coupe ou arrache les argeras. a eu le temps de sécher ! Ne savez-vous pas que la principale qualité du sang est de coaguler pratiquement immédiatement. Ici, il ne s’agit pas d’une blessure avec écoulement de sang, mais du sang provenant d’une projection !

phidek a écrit :
il ouvre son coffre , balance son couteau toujours ouvert dedans et s’éponge les mains.

Mais non, vous inventez :
Ranucci a remis son couteau dans sa poche. Le sang est sec. Il n’a pas besoin de « s’éponger ».


phidek a écrit :
La séquence qui va suivre doit être rapide car il y a un impératif ;
Le couteau doit obligatoirement arriver à la champignonnière ouvert et le sang qui le recouvre ne peut en aucun cas avoir sécher complètement !

Mais enfin, pourquoi voulez-vous que le couteau arrive ouvert ?
Mais bien sûr que, couteau ouvert ou pas, le sang a séché. Voir plus haut..
Vous oubliez que rien ne dit que les taches brunes vues sur le couteau qu’on a retiré de la tourbe n’ont jamais été analysées. Il est simplement dit que ces taches ressemblent à du sang.


Je commenterai la suite plus tard.
Mais déjà, je remarque qu'au niveau des invraisemblances, votre scénario les accumule. En cela, il dépasse tous les scénarios innocentistes que j'ai lus ici.
Ces invraisemblances ne sont pas utiles pour faire de Ranucci un coupable.
La vérité est beaucoup plus simple.
Était-il besoin de se mettre à 3 pour écrire cela ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 13 mars 2014, 15:39 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 05 sept. 2012, 10:20
Messages : 226
les speudos rèponses de ph-21.
non pertinentes !
techniquement nous souhaiterions obtenir des rèponses de culpabilistes qui connaissent le dossier!
merçi
le trio


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 13 mars 2014, 17:00 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 19 oct. 2013, 18:12
Messages : 967
phidek a écrit :
les speudos rèponses de ph-21.
non pertinentes !
techniquement nous souhaiterions obtenir des rèponses de culpabilistes qui connaissent le dossier!
merçi le trio

Pourriez-vous me préciser en quoi je ne connais pas le dossier ?
Vous pensez donc le connaître mieux que moi ?
Ce qui me fait plaisir dans votre réflexion, c'est qu'elle est la réponse favorite des innocentistes face aux culpabilistes.
Mais à la lecture des élucubrations contenues dans votre scénario, vous n'apportez pas vraiment la preuve que vous maîtrisez le dossier.
Quant aux culpabilistes présents ici, ils sont si peu nombreux, allez, soyons fous, 5 tout au plus !
Quant à ceux qui s'expriment, ils le sont encore moins.
Et comme je les comprends. Il suffit de voir comme on les raille. Il faut avoir les reins solides et passer outre les provocations et les insultes, pour continuer à poster.
Un seul culpabiliste semble toléré.
C'est vrai qu'il ne semble pas vraiment dangereux pour les thèses innocentistes puisqu'il ne les contredit jamais, ou si peu.


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 14 mars 2014, 14:19 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 05 sept. 2012, 10:20
Messages : 226
3 simples questions et nous pouvons basculer dans le camp des culpabilistes !
le temps mort de ranucci a la champignognière?
une idée originale et crédible concernant la relation entre le pull et le pantalon ?
une explication originale et crédible concernant les socquettes blanches?

c'est peut de chose en définitive et tellement a la fois.
il faut que nous sortions de la pomme , des aubert et de tout ce qui concerne ce secteur pour commencer a traivailler sur l'enlévement !
le trio


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 14 mars 2014, 14:52 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 19 oct. 2013, 18:12
Messages : 967
phidek a écrit :
Que fait ranucci auteur d’un enlèvement et d’un crime abominable pendant deux à trois heures à la champignonnière ?

1) En urgence, il s'agit pour Ranucci de changer une roue. Pas facile quand on est
débutant. Faut compter 3/4 h.
2) Ensuite, il faut dissimuler la voiture. Pas de chance, elle s'embourbe. Il faut
essayer de s'en sortir. Encore 3/4 h.
3) Puis trouver de l'eau, se nettoyer et changer ses vêtements pour être présentable.
Une 1/2 h
4) Après cela, il faut retrouver un peu de calme et réfléchir à la situation: trouver
des explications crédibles puis trouver de l'aide.
Une 1/2 heure.
5) Se reposer, sans doute.1h00
S'endormir. Indispensable dans un scénario innocentiste pour que l'homme au POR
puisse intervenir. Le scénario culpabiliste n'a pas besoin d'un Ranucci endormi.

Au final, 3h1/2, le compte y est

phidek a écrit :
Comment associer la découverte du pull et celui du pantalon

Pourquoi vouloir associer ces deux vêtements ?
Le pantalon appartient à Ranucci, le pull-over rouge à l'homme providentiel. Donc,
rien à voir.
Dans un scénario culpabiliste, le POR n'appartient pas à Ranucci, le pantalon, oui.
phidek a écrit :
Comment expliquer la non présence des chaussettes blanches aux
pieds de l’enfant ?

Rien à expliquer. Marie-Dolorès ne portait pas de socquettes, tout simplement. Son père s'est trompé lorsqu'il l'a dit aux policiers. Il aurait fallu demander à la maman qui était sans doute mieux au courant des vêtements de sa fille.
Est-il bien utile de faire intervenir un pédophile fétichiste ?
Dans un scénario culpabiliste, il n'y en a pas.


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 15 mars 2014, 15:59 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2009, 15:52
Messages : 2069
Localisation : Normandie
Paul Henri a écrit,
Citation :
Est-il bien utile de faire intervenir un pédophile fétichiste ?

Un meurtrier d'enfants garde souvent un trophée, ce n'est donc pas si farfelue et je peux vous également dire, ce qui Ranucci ait fait de ces socquettes. Il les ait mis dans le tiroir, où sa mère gardait les vêtements des enfants confiés à elle.
Citation :
Dans un scénario culpabiliste, il n'y en a pas.

C' est bien facile. Comme ça il ne faut plus se poser des questions, concernant le mobile de l’enlèvement et le meurtre.
Citation :
3) Puis trouver de l'eau, se nettoyer et changer ses vêtements pour être présentable.
Une 1/2 h

C'est un scénario Ranucci coupable. L'eau il l'avait donc dans sa nourrice. Ça coûtera quand-même une demi-heure, peut-être plus. Environ le temps, qu'il fallait pour couvrir le corps ???
Citation :
4) Après cela, il faut retrouver un peu de calme et réfléchir à la situation: trouver
des explications crédibles puis trouver de l'aide.
Une 1/2 heure.
5) Se reposer, sans doute.1h00

4 et 5 sont pareil trouver de l'aide par contre me semble toujours très farfelus, mais bon c'est un scénario coupable.

_________________
« Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser tu m'enrichis. »
Antoine de Saint-Exupéry


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 15 mars 2014, 16:30 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 15 mai 2011, 14:35
Messages : 381
Paul-Henri21 a écrit :
1) En urgence, il s'agit pour Ranucci de changer une roue. Pas facile quand on est
débutant. Faut compter 3/4 h.



"Paul-Henri21" vous évaluez, un timing de 45 minutes pour changer de roue, franchement, c'est très très long ; je suis donc curieus, que vous nous donnez une évaluation sur le timing que vous donnez à Ranucci sur la totalité de la scène du crime ; à partir du délit de fuite, au carrefour, jusqu'à sa volatilisation du lieu de la découverte du corps.


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 15 mars 2014, 17:30 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 19 oct. 2013, 18:12
Messages : 967
bruno a écrit :
"Paul-Henri21" vous évaluez, un timing de 45 minutes pour changer de roue, franchement, c'est très très long ;

Je suis d'accord pour quelqu'un qui est dans un état normal et qui a changé au moins une fois sa roue. Mais Ranucci est inexpérimenté. Il vient d'avoir un accident. Il est en tort. Il a fui. Il doit être dans un état d'énervement facile à comprendre. Et voyez-vous, je ne fais même pas allusion au crime. On monte la voiture à l'aide du cric. on se rend compte qu'on a oublié de desserrer les écrous. Faut redescendre la voiture, recommencer. Non, je vous assure, dans ces conditions, il faut du temps pour changer la roue.
bruno a écrit :
je suis donc curieus, que vous nous donnez une évaluation sur le timing que vous donnez à Ranucci sur la totalité de la scène du crime ; à partir du délit de fuite, au carrefour, jusqu'à sa volatilisation du lieu de la découverte du corps.

Comment voulez-vous que je vous réponde. ?
Je suis comme Ranucci. Je n'ai jamais tué quelqu'un.
Nous ne connaissons même pas l'heure précise de l'accident. Nous ne savons même pas à quelle heure Vincent Martinez est passé à l'aplomb du lieu du crime.
On est incapable dire combien de temps il a fallu pour recouvrir le corps.
On est donc dans l'obligation de faire des évaluations qui n'ont rien de scientifique, donc qui n'ont aucune valeur.
La seule chose dont on est à peu près sûr, et encore, c'est que le PV de Martinez à la gendarmerie est fait à 13h15.
A partir de là, tous les timings sont possibles.
Pourriez-vous préciser l'intérêt de votre question ?
En quoi serait-ce important de donner un timing précis ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 15 mars 2014, 17:59 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 15 mai 2011, 14:35
Messages : 381
Paul-Henri21 a écrit :

Pourriez-vous préciser l'intérêt de votre question ?
En quoi serait-ce important de donner un timing précis ?[/color]



L'absence total, d'un quelconques témoins ayant circuler sur la n8 bis dans la tranche horaire 12h 30, 13h
Personnes pour confirmer avoir vue une voiture stationner sur cette portion de route .
Et plus précisément, dans les 5,10,15,20,25, 30, minutes qui on suivit l'accident.


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 15 mars 2014, 18:08 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 15 mai 2011, 14:35
Messages : 381
Paul-Henri21 a écrit :
On monte la voiture à l'aide du cric. on se rend compte qu'on a oublié de desserrer les écrous. Faut redescendre la voiture, recommencer. Non, je vous assure, dans ces conditions, il faut du temps pour changer la roue.
Petite astuce Paul-Henri21 pas besoin de redescendre on tire le frein a mimine.


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 15 mars 2014, 18:20 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 19 oct. 2013, 18:12
Messages : 967
bruno a écrit :
pas besoin de redescendre on tire le frein a mimine.

Excellent. C'est bon à savoir .
Sauf que cela fait bien plus de 10 ans que je n'ai pas eu besoin de changer une roue de voiture pour crevaison.
Honnêtement, pensez-vous vraiment que Ranucci, en 1974, pouvait connaître cette astuce ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 15 mars 2014, 18:29 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 15 mai 2011, 14:35
Messages : 381
Comme vous êtes une personne sérieuse Paul-Henri21, je suppose que vous avez, sur les lieux de cette tragédie fait le test ; du carrefour, jusqu'à la champi, le temps de s'arrêter, sortir de la voiture pour ouvrir la barrière, remonter dans la voiture pour empreinte le chemin et disparaite de la vue de tout témoins éventuelle prend, environ 5 bonnes minutes .


Haut
   
 Sujet du message : Re: essai - ranucci coupable
Message non luMessage posté... : 15 mars 2014, 18:48 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 19 oct. 2013, 18:12
Messages : 967
bruno a écrit :
Comme vous êtes une personne sérieuse Paul-Henri21, je suppose que vous avez, sur les lieux de cette tragédie fait le test ; du carrefour, jusqu'à la champi, le temps de s'arrêter, sortir de la voiture pour ouvrir la barrière, remonter dans la voiture pour empreinte le chemin et disparaite de la vue de tout témoins éventuelle prend, environ 5 bonnes minutes .

Avec une voiture en bon état, il faut, sans être Schumacher, tout au plus 2mn.
Mais avec une voiture dont le pneu frotte sur la carrosserie, et que, ne pouvant faire autrement, on est pris d'une subite envie de faire un arrêt pipi (ou vomi) à l'endroit où une fillette sera retrouvée morte, si on se trouve dans l'obligation de prendre son sac de sport (qui contient peut-être quelques kilos de drogue) ou alors sa carabine enveloppée dans son peignoir de bain, et de s'enfuir dans les fourrés pour échapper à quelqu'un qui ne nous poursuivait pas, pour enfin s'évanouir brutalement aux pieds d'un homme au POR, je pense qu'il faudra nettement plus de cinq minutes. Mais bon, c'est vous qui voyez !


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 97 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 57 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com