Nous sommes le 19 févr. 2018, 20:32

Heures au format UTC+01:00


Shoutbox© Breizh Shoutbox v1.5.0



Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 116 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 58 Suivante
Auteur Message
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 07:40 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 févr. 2005, 22:40
Messages : 27
Bonjous à tous.

Il y a juste un truc qui me chifonne. Je ne veu pas rentrer dans le débat "coupable ou innocent ?" mais je dois dire que je bloque sur quelque chose :
Si Ranucci était coupable, pourquoi n'a t-il pas avoué ? Il savait parfaitement que ça aurait sauvé sa tête. Il sait qu'il a fait le coup et il risque la peine de mort. Il sait qu'en avouant ça sauvera sa tête. Mais non, il préfère plaider l'innocence jusqu'au bout et avec un tel acharnement. Je ne veut pas dire qu'il est innocent (bien que j'y pense) mais c'est assez incohérent pour quelqu'un de coupable.
Qu'en pensez -vous ?

Trés bonne journée à tous


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 07:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:07
Messages : 579
Localisation : AIX EN PROVENCE
Landru, juste avant d'aller à la guillotine aurait dit à son avocat : "Merci Maître, je vous ai donné bien du mal. Enfin, ce n'est pas la première fois que l'on condamne un innocent."

On trouve de nombreux cas où l'accusé a décidé définitivement qu'il était innocent alros que tout prouve qu'il est coupable et va jusqu'au bout sans changer son moyen de défense.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 12:42 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 févr. 2005, 22:40
Messages : 27
Bojour Gérard B.

Je crois que je me suis mal exprimé. Je voulai dire que s'il était coupable, il aurait avoué pour sauver sa tête.
Si par exemple, je tue quelqu'un de sang froid avec préméditation et je me fait chopper. Il y a encore la peine de mort. Malgrés toutes les preuves contre, je persiste à dire que je suis innocent. Si mes avocats me disent, avouez, le tribunal en tiendra compte ou alors on plaide les circonstances atténuantes mais il faut que j'avoue. Et dans ce cas, normalement, j'échappe à la peine de mort. Ben, personnellement, j'avouerai si ça peut sauver ma tête. Et avec les circonstances atténuantes et les remises de peine, je sais que je sortirai un jour. Pourquoi Ranucci, qui est (soit-disant) coupable, a préféré plaidé l'innocence jusqu'au bout tout en sachant que s'il était condamné, c'était la peine capitale. Il crie son innocence jusqu'à la guillotine. C'est assez peu probable (bien que ça ait surement existé). Un assassin, s'il peu échpper à la peine de mort et avoir des remises de peine, il se jetterai dessus, en fin je crois.

Voilà, c'était mon raisonnement.

Trés bon aprés-midi à tous.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 13:02 
Citation :
On trouve de nombreux cas où l'accusé a décidé définitivement qu'il était innocent alros que tout prouve qu'il est coupable et va jusqu'au bout sans changer son moyen de défense


Sans avoir fait de recherches sur l'existence de tels cas, je crois que Gérard Bouladou a raison sur ce point, et dans le cas de CR, il se peut qu'il pense à ce que devra vivre sa mère à partir du moment ou il reconnaîtait définitivement les faits : "mère d'un assassin pour un crime particulièrement ignoble" (= calvaire) vs "mère d'un innocent condamné injustement" ...

J-J


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 17:40 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 févr. 2005, 22:40
Messages : 27
Bonjour Jean-Jacques.

Effectivement, ce que vous venez de dire est loin d'être idiot. Je n'y avais pas pensé. Aprés tout, on sait que Ranucci aimait profondément sa mère. Oui, votre argument se tient.

merci de votre réponse


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 17:58 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 27 janv. 2005, 17:21
Messages : 1407
Localisation : BELGIQUE
C'est vrai que dans toutes ses lettres écrites à sa mère ou même dans l'histoire écrite par Gilles Perrault, quand on raconte les moments où sa mère vient le voir à la prison, CR a la courtoisie de penser au bien-être, à la santé et au moral de sa mère....mais peut-être qu'il a maintenu son innocence jusqu'à l'échafaud parce qu'il l'était vraiment, ceci fera monter les cheveux des culpabilistes jusqu'au plafond mais c'est un avis comme un autre. Et puis, sur son chemin de croix, je pense que ses pensées n'allaient pas vers sa mère puisqu'on nous raconte qu'il n'a pas voulu répondre à la petite lettre d'adieu que Jean-François Le Forsonney lui a remise, peut-être ne voulait-il pas se laisser imprégner par la pensée de sa maman à ce moment-là...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 21:04 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Il n'y avait pas de réponse à apporter à cette lettre. Surtout lorsqu'on vous dit que dans deux minutes vous n'existerez plus.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 21:14 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 27 janv. 2005, 17:21
Messages : 1407
Localisation : BELGIQUE
Gihel a écrit :
Il n'y avait pas de réponse à apporter à cette lettre. Surtout lorsqu'on vous dit que dans deux minutes vous n'existerez plus.

Non peut-être pas mais ce serait possible et certains l'ont fait, je pense en cela à Roger Bontems qui a écrit à ses parents avant de mourir. Si Christian parlait de réhabilitation et voulait faire ses adieux à sa mère, il aurait pu écrire un mot court et bref. Mais il est évident que je peux m'imaginer que dans des moments pareils, écrire est surement la dernière chose à laquelle on pense...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 21:24 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 27 janv. 2005, 17:21
Messages : 1407
Localisation : BELGIQUE
Jean-Jacques a écrit :
Citation :
On trouve de nombreux cas où l'accusé a décidé définitivement qu'il était innocent alros que tout prouve qu'il est coupable et va jusqu'au bout sans changer son moyen de défense


Sans avoir fait de recherches sur l'existence de tels cas, je crois que Gérard Bouladou a raison sur ce point, et dans le cas de CR, il se peut qu'il pense à ce que devra vivre sa mère à partir du moment ou il reconnaîtait définitivement les faits : "mère d'un assassin pour un crime particulièrement ignoble" (= calvaire) vs "mère d'un innocent condamné injustement" ...

J-J

Je suis d'accord avec votre raisonnement mais on peut peut-être le voir autrement : x vs x vaut-il encore si on considère que CR était particulièrement sur de lui au tribunal (d'où sans doute son incroyable arrogance) ? N'avait-il pas en tête, en pensant à sa mère : la mère d'un innocent injustement maltraîté et emprisonné pendant deux ans MAIS qui a été acquitté et qui va être dédommagé par le gouvernement et qui va partir avec sa mère en Amérique du Sud ? Dans son esprit, il n'y avait pas de place pour imaginer dire être coupable pour sauver sa tête puisqu'il était persuadé à 100% d'être acquitté et de pouvoir par après recommencer une autre vie ailleurs, donc dans cette optique sa mère n'allait surement pas avoir à porter un poids quelconque du passé.
Mais bon, je dis tout ça mais il est évident que ce ne sont que des suppositions. :roll:


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 07 avr. 2005, 21:47 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 25 févr. 2004, 13:12
Messages : 3461
Localisation : 57
Que savons-nous de Ranucci?

Il a été choyé, gâté.

Il était capricieux.

Le petit Belge et son propre père ont baissé les bras.

Il passait avant tout le monde.

Il y a une théorie récurente à propos des enfants trop gâtés:

Ils ne sont reconnaissants de rien, rendent bien mal ce que l'on fait pour eux, ils ont toujours raison, tout est toujours de la faute des autres, eux, ne font, evidemment rien de mal.

Et au final, quand on se penche sur leur cas, on se rend compte que se sont des gamins, incapables de prendre des décisions: se sont des assistés qu'il faut servir comme des princes.

Ils sont emplis de mauvaise foi, menteurs et fourbes.

"Le coeur d'une mère est un abîme sans fond dans lequel il y a toujours de la place pour le pardon".

On peut résumer Mme Mathon ainsi, comme beaucoup de mamans d'ailleurs.

Et bien, là, Ranucci peut bien correspondre à cette analyse, pourquoi?

Il dit à Rahou et Guazzone: "je lui ferai payer celà et le reste".

Donc:"c'est pas de ma faute".

Désolée, Mr Martinez n'est aucunement responsable.

Il ennuyera tout le monde avec son stop qu'il n'a pas "trop grillé".

Donc:"c'est pas moi, j'ai rien fait, c'est lui".

Au tribunal, il dit avoir avoué car il a été torturé.

Donc: " c'est pas de ma faute, c'est à cause d'eux".

On a beaucoup dit que le fait d'avoir tenu un bar avait fait de lui un homme.
Négatif. C'a s'appelle "bosser" et c'est tout.

Pour moi, un homme est quelqu'un qui ne fuit pas ses responsabilités et qui gère les problèmes qui se présentent à lui.

Ranucci était un gamin qui s'est trouvé devant un problème (accident) et qui l'a contourné.

On dit qu'il entretenait de bonnes relations avec sa mère.Faux! Il lui mentait.

L'accident méritait bien une conversation avec sa mère qu'il aimait tant.

Un enfant qui est en souffrance ou en souci, se confie à sa mère, c'est même parfois purement interessé, car, celà soulage et ensemble, on peut trouver une solution.

Et l'arrogance dont il a fait preuve au proçès, devait avoir toujours été présente dans son caractère.

Seulement, il n'a jamais vraiment eu besoin de s'en servir avant.

Il devait se sentir "tout-puissant", imbu de sa personne et celà de part l'éducation qu'il a reçu.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 08 avr. 2005, 08:47 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
laurence a écrit :
Que savons-nous de Ranucci?

Il a été choyé, gâté.

Il était capricieux.


Capricieux ? Vous avez trouvé ça où ? C'est écrit où et par qui ?


laurence a écrit :
Le petit Belge et son propre père ont baissé les bras.

Il passait avant tout le monde.


Vous n'avez pas le droit de dire cela. Il y a eu un conflit entre Mme Mathon et Jean Ranucci qui s'est mal terminé et Mme Mathon n'a pas souhaité que son fils voie son père. C'est sans doute une erreur mais on ne peut pas écrire que son père a "baissé les bras", cela ne correspond pas du tout à ce qui s'est passé.
Il passait avant qui ? Il était fils unique ? C'est stupide.

laurence a écrit :
Il y a une théorie récurente à propos des enfants trop gâtés:

Ils ne sont reconnaissants de rien, rendent bien mal ce que l'on fait pour eux, ils ont toujours raison, tout est toujours de la faute des autres, eux, ne font, evidemment rien de mal.


Toutes les lettres de Christian Ranucci à sa mère, toutes, prouvent le contraire exact de ce que vous dites. Et que Christian Ranucci est absolument reconnaissant de tout ce que sa mère a fait pour lui. Et il l'aime sacrément sa mère et quand on lit son courrier, cela fait l'effet inverse, tout sauf un enfant gâté.
Et sa mère pense exactement le contraire de tout ce que vous écrivez.


laurence a écrit :
Et au final, quand on se penche sur leur cas, on se rend compte que se sont des gamins, incapables de prendre des décisions: se sont des assistés qu'il faut servir comme des princes.


L'assisté aidait sa mère à garder les gamins, c'est lui qui les gardait quand elle s'absentait. L'assité avait posé le papier peint de l'appart, l'assisté tenait le bar quand sa mère se tirait, l'assisté avait trouvé du boulot et le faisait sérieusement.

laurence a écrit :
Ils sont emplis de mauvaise foi, menteurs et fourbes.

"Le coeur d'une mère est un abîme sans fond dans lequel il y a toujours de la place pour le pardon".

On peut résumer Mme Mathon ainsi, comme beaucoup de mamans d'ailleurs.


Personne ne confirme ce que vous dites,personne ne dit qu'il était fourbe ou menteur. Strictement personne. C'est votre interprétation et votre invention et elle ne s'appuie strictement sur rien.

laurence a écrit :
Et bien, là, Ranucci peut bien correspondre à cette analyse, pourquoi?

Il dit à Rahou et Guazzone: "je lui ferai payer celà et le reste".

Donc:"c'est pas de ma faute".


A mon avis il parle de son père, sinon il ne dirait pas "et le reste"... A mon avis il faut comprendre : il me fera payer le fait de m'avoir rejeté ce matin et le fait d'avoir blessé ma mère et de m'avoir condamné à ce type de relation. A ce moment, ce père qu'il revient d'aller voir. Mais, il a peut-être raison de penser que la blessure que son père a infligé à sa mère, ce n'est pas sa faute : il avait 3 ans. De quelle faute voulez-vous parler ? C'est n'importe quoi.

laurence a écrit :
Désolée, Mr Martinez n'est aucunement responsable.

Il ennuyera tout le monde avec son stop qu'il n'a pas "trop grillé".

Donc:"c'est pas moi, j'ai rien fait, c'est lui".


Mais vous rigolez je suppose. Il ne peut pas faire payer un délit de fuite ou une collision. C'est tout bonnement stupide. Ca ne s'adresse pas à Martinez.

laurence a écrit :
Au tribunal, il dit avoir avoué car il a été torturé.
Donc: " c'est pas de ma faute, c'est à cause d'eux".


Il a peut-être raison, il a sans doute été torturé. Vous croyez que la police de Marseille ce sont des enfants de choeur, et que les dix inspecteurs qui se sont succédés pendant 19 heures pour lui faire avouer n'importe quoi se sont comportés comme une maman pour lui ? Ils n'avaient pratiquement rien, la preuve ils fabriquent une découverte de couteau aux petits oignons et ils font tout un mic mac avec la voiture pour faire semblant de saisir le pantalon dans la voiture alors qu'il était dans le garage selon toute vraisemblance. Et vous dites : ce n'est pas de sa faute. Ben évidemment ce n'est pas de sa faute si les policiers de Marseille se sont mal comportés à tous les niveaux.

laurence a écrit :
On a beaucoup dit que le fait d'avoir tenu un bar avait fait de lui un homme.
Négatif. C'a s'appelle "bosser" et c'est tout.

Pour moi, un homme est quelqu'un qui ne fuit pas ses responsabilités et qui gère les problèmes qui se présentent à lui.


Non pas bosser, aider sa mère. Qu'est-ce que vous en savez qu'il a été payé grassement pour ça ? Il ne demandait rien. Et puis s'il bosse à seize ans, c'est peut-être qu'il n'est pas si gâté que cela. Vous tordez les choses là.
Gérer les magouilles des policiers de Marseille et les viols du CPP de Mme Di Marino qui n'instruit quà charge et lui refuse le bénéfice d'un avocat, je voudrais vous y voir.
Et vous ne trouvez pas qu'il a assumé tous les problèmes jusqu'à sa mort dans la mesure de ses moyens ? Et devant la guillotine, vous pensez aussi qu'il s'est comporté en enfant gâté ?
Qu'est-ce que cela veut dire ? C'est ignoble. Vous ne vous rendez pas compte des inepties que vous écrivez. Cela n'a aucune tenue.

laurence a écrit :
Ranucci était un gamin qui s'est trouvé devant un problème (accident) et qui l'a contourné.
On dit qu'il entretenait de bonnes relations avec sa mère.Faux! Il lui mentait.
L'accident méritait bien une conversation avec sa mère qu'il aimait tant.

Un enfant qui est en souffrance ou en souci, se confie à sa mère, c'est même parfois purement interessé, car, celà soulage et ensemble, on peut trouver une solution.

Et l'arrogance dont il a fait preuve au proçès, devait avoir toujours été présente dans son caractère.


Mais qu'est-ce que c'est que ce galimatias. Le pauvre il a vingt ans. Mais enfin. Qu'est-ce que cela veut dire de vouloir lui attribuer la responsabilité d'un homme de quarante ans ?
On l'accuse d'un crime horrible qu'il n'a très vraisemblablement pas commis, il se rend compte que la police de Marseille a traficoté on ne sait quoi, qu'on a caché des témoins, il se rend compte que l'enquête de personnalité ne correspond en rien avec ce qu'il a vécu, qu'on a caché des Pv et vous voudriez qu'il applaudisse les salauds qui ont fait cela et qui entendent le condamner à mort ? Mais enfin. C'est scandaleux ce que vous écrivez. Proprement scandaleux.


laurence a écrit :
Seulement, il n'a jamais vraiment eu besoin de s'en servir avant.
Il devait se sentir "tout-puissant", imbu de sa personne et celà de part l'éducation qu'il a reçu.


C'est tout le contraire qui apparaît dans ses lettres, tout le contraire, vous n'avez absolument pas le droit d'ecrire ces âneries. Imbu de sa personne ? Vous voulez parler des enquêteurs oui, de la juge oui, ah oui cela, ils ne se remettent jamais en cause. Surtout pas. Cela, ce n'est pas comme le juge Michel, ils ne s'interrogent jamais. Au besoin ils délèguent des inspecteurs à la retraite ou des commandants pour les sauver à tout prix du déshonneur.
Mais, de leur comportement d'enfant gâté, ah surtout vous n'en parlez pas. Parce que les enfants gâtés, c'est peut-être plutôt de ce côté qu'il faut chercher.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 08 avr. 2005, 09:36 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 mars 2005, 09:31
Messages : 25
laurence a écrit :
Que savons-nous de Ranucci?


Justement, que savons nous ?
Vous l'avez connu ?
Comment peut-on juger une personne de par les "on-dit" ou par "l'apparence" ou par un "acte" qui fait qu'aujourd'hui on se pose la question d'une erreur judiciaire ?

Je connais des enfants uniques et heureusement pour les parents, ils ne sont pas comme vous les décrivez !

Vous avez de drôles de préjugés !!


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 08 avr. 2005, 11:42 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 oct. 2003, 09:39
Messages : 274
Djanet a écrit :
laurence a écrit :
Que savons-nous de Ranucci?


Justement, que savons nous ?
Vous l'avez connu ?
Comment peut-on juger une personne de par les "on-dit" ou par "l'apparence" ou par un "acte" qui fait qu'aujourd'hui on se pose la question d'une erreur judiciaire ?

Je connais des enfants uniques et heureusement pour les parents, ils ne sont pas comme vous les décrivez !

Vous avez de drôles de préjugés !!


Bon, pas la peine de s'offusquer pour autant. Moi aussi je pense que Laurence conclue trop vite mais bon, mieux vaut laisser.. et surtout pas hurler ou l'incendier comme le fait l'un des posts précédents (limite il devrait être censuré ce msg de Dom).
On ne peut rien conclure de ce genre d'analyse. Qd bien même elle serait vraie, elle ne peut s'appliquer à un individu X, sans une marge d'erreur trop importante.

C'est comme le test (débile soit dit en passant mais bon) du QI.
La base 100 indique que 50% de la pop à un QI en dessous de 100 et 50% au dessous.
Et (je grossis le trait volontairement mais l'idée est là), entre 85 et 115, on trouvera 90% de la population. Principe de la courbe de Gauss (la cloche).
Donc, on prend un échantillon de la population représentatif et on leur fait passer le test, au final, on devrait s'approcher d'une moyenne pr cet échantillon de 100, à plus ou moins X % d'erreurs (1-2% suivant ce qu'on choisit). On sait que ca va donner ce résultat.
Si par contre, on prend un individu lambda au hasard, on a aucune certitude quant à son résultat. Il a plus de chances de faire 100 que n'importe quel autre résultat mais c'est pas pour autant qu'il va pas faire 65 ou 140.
Il est impossible de généraliser sur un individu unique. Encore pire qd il s'agit d'avis à l'emporte pièce comme les enfants uniques sont des enfants gatés, les jumeaux, y en a tjs un qui domine l'autre et en plus ils sont aussi des enfants gatés, qui sont des interprétations faisant entrer le subjectif sans aucune donnée quantifiable pr les justifier.
Chacun ses idées après tout hein


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 08 avr. 2005, 16:00 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 janv. 2005, 18:47
Messages : 186
laurence a écrit :
Que savons-nous de Ranucci?
Justement, que savons nous ?
Vous l'avez connu ?
Comment peut-on juger une personne de par les "on-dit" ou par "l'apparence" ou par un "acte" qui fait qu'aujourd'hui on se pose la question d'une erreur judiciaire ?

Je connais des enfants uniques et heureusement pour les parents, ils ne sont pas comme vous les décrivez !

Vous avez de drôles de préjugés !!


Exactement d'accord, de plus je pense qu'on ne doit pas généraliser, un enfant ne fait pas un autre. Personne n'a connu Christian Ranucci, donc inutile de conclure en disant qu'il a été gaté, qu'en savez vous ? Etant accusée de meurtre et condamnée à la peine capitale, je pense que j'aurai également eu le droit d'être "capricieuse", bien que vouloir faire éclater la vérité, ne s'appelle pas faire un caprice.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 08 avr. 2005, 17:45 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 06 oct. 2004, 13:44
Messages : 118
Non Laurence, il n'y a pas de théorie à propos des enfants gatés. Il y a seulement des propos, jamais vérifiés.

Les seules théories valables que je connaissse sont à propos des adultes ayant un comportement violent ou pédophile. On retrouve toujours chez eux, en fouillant leur enfance des maltraitances (gifles, coups divers) ou des attouchements sexuels. C'est absolument systématique. On ne fait subir aux autres à l'âge adulte que ce que l'on a subi soi-même étant enfant.

En fait, il n'est pas possible de trop gâter un enfant. On ne peut trop aimer un enfant, jamais. Un enfant, surtout s'il est très petit (0 à 5 ans)
ne demande que de l'amour.

La théorie populaire voudrait qu'en le gâtant, on le pourrit. C'est exactement le contraire qui se produit. En s'occupant peu de lui, et en ne lui donnant pas toute l'affection qu'il réclame (en général énorme), on finit par le pourrir.

Si tu veux des références biblio, Laurence, je t'en donne sans problème.

VIC


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 116 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 58 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com