http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/

Se taire jusqu'à la guillotine ? Pour qui ? Pourquoi ?
http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/viewtopic.php?f=73&t=11181
Page 6 sur 7

Auteur :  Jean-Jacques [ 16 févr. 2007, 14:07 ]
Sujet du message : 

Citation :
- 1 - soit ils pensent Ranucci coupable
- 2 - soit Ranucci qui se dit innocent leur a expliqué la présence du sand de l'enfant sur le pantalon
J'élimine l'hypothèse 1 au moins pour Lombard à partir de juin 75.
Reste l'hypothèse 2 : CR leur aurait fourni avant le procès le scénario de l'homme au pull over-rouge qui le fait passer sur la banquette arrière tout en ayant encore les mains pleines de sang ?? Ou CR leur aurait parlé du complice tueur ??

Auteur :  Henri [ 16 févr. 2007, 14:27 ]
Sujet du message : 

Citation :
[...]

J'élimine l'hypothèse 1 au moins pour Lombard à partir de juin 75.
Reste l'hypothèse 2 : CR leur aurait fourni avant le procès le scénario de l'homme au pull over-rouge qui le fait passer sur la banquette arrière tout en ayant encore les mains pleines de sang ?? Ou CR leur aurait parlé du complice tueur ??
Non, Ranucci se serait piégé lui-même en découvrant le corps et en essayant vainement de le déplacer puisqu'il a été vu à proximité.
Il faut que je recherche les posts où j'avais déjà envisagé cette hypothèse.

Auteur :  jpasc95 [ 16 févr. 2007, 14:40 ]
Sujet du message : 

Salut Jean-Jacques et Bernard,

Ce qui est intéressant dans la comparaison des deux affaires c'est que :

dans l'affaire Cartland, il n'y avait aucune ambiguité possible. Le professeur Muller a pu travailler à partir de petites taches de sang et obtenir que les deux individus, le fils et le père, apartenaient à deux groupes sanguins différents.
Il n'avait donc pas besoin d'aller au delà et obtenir d'autres marqueurs comme le facteur rhésus, kell, duffy...
De toute façon, il est certain qu'il n'aurait pas pu aller au-delà parce que les taches étaient trop petites.

C'est pour cela que dans l'affaire Ranucci, l'analyse du docteur Vuillet ou de l'un de ses confrères hématologues du LIPS de Marseille (donc on peut exclure Mlle Quick qui n'a pas cette compétence), ne pouvait aller au delà du simple groupe sanguin parce que les taches étaient trop petites.
Cela m'a été expliqué par une biologiste du LIPS de Paris qui m'a confirmé que l'on utilisait encore à notre époque dans nombre de cas la même méthode d'analyse sanguine que dans les années 70 : un coton tige imbibé de sérum physiologique que l'on trempe dans la tache de sang desséché, que l'on découpe en plusieurs morceaux et que l'on analyse. Méthode utilisée si les taches sont suffisamment épaisses.
Dans le cas contraire, on utilise l'analyse ADN.

Si les taches étaient réellement épaisses et homogènes comme il est indiqué dans son rapport, alors c'est sûr, le docteur Vuillet en sait plus que nous tous. Il a gardé cela dans ses notes.
Quand Me Lombard a demandé une analyse sanguine de C Ranucci, on a appris que les deux protagonistes étaient du même groupe sanguin.
C'est dommage qu'il n'ait pas demandé si une analyse sanguine plus approfondie du couteau et du pantalon avait pu être faite.
Le docteur Vuillet a fait un prélèvement liquide du sang de la petite et aussi de C Ranucci. Il connait donc forcément tous les marqueurs du groupe sanguin des deux individus.
J'avais posé la question au docteur Vuillet l'année dernière et il m'avait répondu deux choses :
- "C Ranucci avait avoué donc ce n'était pas utile"
- "à l'époque, on n'avait pas les moyens." ...disait il cela parce qu'il savait que les taches étant trop petites, il était impossible d'aller au delà du simple groupe sanguin ?
ou bien parce que ça ne collait pas avec l'accusation ?

Il faut impérativement que je rencontre le docteur Vuillet qui m'avait aimablement proposé de venir le voir pour en parler.

Auteur :  pablix [ 16 févr. 2007, 14:58 ]
Sujet du message : 

Citation :
Jayce a écrit:
…. Dans le cadre du procès de Ranucci, et de l'instruction qui l'a précédé, je ne vois pas dans quel but il y aurait eu pression….
Il y a les institutions et leur esprit de corps et l’esprit de corps va croissant avec le degré d’étanchéité des institutions.
Ici d’institutions plutôt closes il y en a deux: la police et la magistrature.
Que la police soit sous pression ça ne fait aucun doute et vu la nature du crime, cela me semble normal et logique.
Je ne connais pas le “curriculum” du commissaire Alessandra et son éventuelle influence au sein de la police marseillaise.
L’attitude et la personnalité de Ranucci sont on ne peut plus troublantes (mais il a quant même 20 ans), en tout cas il avoue en un premier temps et n’arrive pas à justifier sa présence sur les lieux.
La charpente accusatoire me semble assez fragile et étonnament tout ce qui pourrait alimenter quelques doutes est écarté. J’ai du mal à comprendre pourquoi le rapport d’autopsie n’est pas plus précis quant à l’heure du décès de Marie-Dolorès.
L’intruction suit le même parcours et malgré les doutes il n’y a pas supplément d’enquête.
Le procès ne fait que s’inscrire sur ce chemin, quant à la défense on ne lui accorde pas tous les éléments disponibles.
Dans ce schéma très succinct il y a enfin la position, qui est selon moi très dangereuse, du garde des Sceaux qui chapeaute la magistrature.
Sur un plat de la balance l’opinion publique, une majorité présidentielle qui pour les raisons les plus diverses est en ébullition et surtout mais ce n’est que mon opinion, la raison d’état qui veut que l’on ne risque pas de discréditer ses institutions si sur l’autre plat de la balance il n’y a que Ranucci n’arrivant pas à prouver son innocence (malgré que ce soit à l’accusation de prouver clairement sa culpabilité).
La Cour de Cassation et l’attitude de Jean Lecanuet me paraissent dans ce contexte “activement laxistes” et Giscard ne s’en écartera pas.

Auteur :  laurence [ 16 févr. 2007, 15:04 ]
Sujet du message : 

Bonjour à tous et à tous:

si je suis bien cette histoire de sang:

-on ne connaît ni le Rhésus de la petite ni de Ranucci.

Par contre, pouvait-on extraire le sang du pantalon et du couteau et en analyser et nommer le rhésus?

Maintenant, si par le plus grand des hasards , ils avaient le même ssang, on ne serait pas plus avancé.

Comment ce manquement a t'il pu échapper à ses avocats!

Maintenant et pour finir, je pense que l'affaire a été bouclée le 06 juin entre midi.

Ce qui expliquerait le nombre de choses entendues mais non notifiées et la remarque du Docteur à Jpascal.

Auteur :  webrider [ 16 févr. 2007, 15:21 ]
Sujet du message : 

Citation :
Bonjour à tous et à tous:

si je suis bien cette histoire de sang:

-on ne connaît ni le Rhésus de la petite ni de Ranucci.

Par contre, pouvait-on extraire le sang du pantalon et du couteau et en analyser et nommer le rhésus?

Maintenant, si par le plus grand des hasards , ils avaient le même ssang, on ne serait pas plus avancé.

Comment ce manquement a t'il pu échapper à ses avocats!

Maintenant et pour finir, je pense que l'affaire a été bouclée le 06 juin entre midi.

Ce qui expliquerait le nombre de choses entendues mais non notifiées et la remarque du Docteur à Jpascal.
Reste bien sûr la supposition que Ranucci et l'enfant n'aient pas eu le même sang (A+ ou A-). La fausse certitude de l'identité de groupe sanguin arrange bien l'accusation, puisque cela coupe court à toute recherche plus approfondie.

Auteur :  Jean-Jacques [ 16 févr. 2007, 17:41 ]
Sujet du message : 

Citation :
Si les taches étaient réellement épaisses et homogènes comme il est indiqué dans son rapport, alors c'est sûr, le docteur Vuillet en sait plus que nous tous. Il a gardé cela dans ses notes.
Quand Me Lombard a demandé une analyse sanguine de C Ranucci, on a appris que les deux protagonistes étaient du même groupe sanguin.
C'est dommage qu'il n'ait pas demandé si une analyse sanguine plus approfondie du couteau et du pantalon avait pu être faite.
Le docteur Vuillet a fait un prélèvement liquide du sang de la petite et aussi de C Ranucci. Il connait donc forcément tous les marqueurs du groupe sanguin des deux individus.
J'avais posé la question au docteur Vuillet l'année dernière et il m'avait répondu deux choses :
- "C Ranucci avait avoué donc ce n'était pas utile"
- "à l'époque, on n'avait pas les moyens." ...disait il cela parce qu'il savait que les taches étant trop petites, il était impossible d'aller au delà du simple groupe sanguin ?
ou bien parce que ça ne collait pas avec l'accusation ?

Il faut impérativement que je rencontre le docteur Vuillet qui m'avait aimablement proposé de venir le voir pour en parler.
De la part de Lombard je considère cela comme un manquement grave.

Concernant Vuillet si tu vas le voir à Marseille, ça m'arrangerait que tu y ailles en mai car j'aimerais bien être présent ... : si les taches étaient épaisses et homogènes on pouvait si j'ai bien compris obtenir d'autres marqueurs que le Rhésus. Donc s'il dit la vérité à ce sujet cela me semble logique qu'il pensait qu'il était inutile d'aller plus loin dans les analyses puisque CR avait avoué et ne revenait pas sur ses aveux. Dans ce cas c'était bien aux avocats d'introduire une demande d'analyse plus poussée.

Auteur :  Jean-Jacques [ 16 févr. 2007, 17:41 ]
Sujet du message : 

Citation :
Si les taches étaient réellement épaisses et homogènes comme il est indiqué dans son rapport, alors c'est sûr, le docteur Vuillet en sait plus que nous tous. Il a gardé cela dans ses notes.
Quand Me Lombard a demandé une analyse sanguine de C Ranucci, on a appris que les deux protagonistes étaient du même groupe sanguin.
C'est dommage qu'il n'ait pas demandé si une analyse sanguine plus approfondie du couteau et du pantalon avait pu être faite.
Le docteur Vuillet a fait un prélèvement liquide du sang de la petite et aussi de C Ranucci. Il connait donc forcément tous les marqueurs du groupe sanguin des deux individus.
J'avais posé la question au docteur Vuillet l'année dernière et il m'avait répondu deux choses :
- "C Ranucci avait avoué donc ce n'était pas utile"
- "à l'époque, on n'avait pas les moyens." ...disait il cela parce qu'il savait que les taches étant trop petites, il était impossible d'aller au delà du simple groupe sanguin ?
ou bien parce que ça ne collait pas avec l'accusation ?

Il faut impérativement que je rencontre le docteur Vuillet qui m'avait aimablement proposé de venir le voir pour en parler.
De la part de Lombard je considère cela comme un manquement grave.

Concernant Vuillet si tu vas le voir à Marseille, ça m'arrangerait que tu y ailles en mai car j'aimerais bien être présent ... : si les taches étaient épaisses et homogènes on pouvait si j'ai bien compris obtenir d'autres marqueurs que le Rhésus. Donc s'il dit la vérité à ce sujet cela me semble logique qu'il pensait qu'il était inutile d'aller plus loin dans les analyses puisque CR avait avoué et ne revenait pas sur ses aveux. Dans ce cas c'était bien aux avocats d'introduire une demande d'analyse plus poussée.

Auteur :  arlaten [ 16 févr. 2007, 19:45 ]
Sujet du message : 

Citation :
Oui Henri, ce n'est pas le cas, mais que pensez-vous du fait que les avocats n'aient pas demandé d'analyse plus poussée (sachant très bien que le labo de Lille pouvait le faire) ?
Il y a peut être une réponse toute simple. Dans l'affaire Cartland, les avocats ont contesté les travaux du Professeur Muller.
Pouvaient-ils donc par la suite, faire appel au Laboratoire de Lille dirigé par ce même professeur?
J'ai la faiblesse de croire, qu'ils n'ont pas voulu s'abaisser à cela.

Auteur :  Jean-Jacques [ 19 févr. 2007, 13:29 ]
Sujet du message : 

D'accord Henri, mais le Pr Muller et son labo de Lille étaient-ils les seuls en France à pouvoir réaliser des expertises sanguines pousées ?

Auteur :  webrider [ 19 févr. 2007, 13:42 ]
Sujet du message : 

Citation :
D'accord Henri, mais le Pr Muller et son labo de Lille étaient-ils les seuls en France à pouvoir réaliser des expertises sanguines pousées ?
Non, non... tous les CTS pouvaient le faire

Auteur :  webrider [ 19 févr. 2007, 13:43 ]
Sujet du message : 

Citation :
[...]

Non, non... tous les CTS pouvaient le faire
Mais entre compétence et agrément il y a une législation d'écart

Auteur :  Jean-Jacques [ 19 févr. 2007, 13:54 ]
Sujet du message : 

Correction : D'accord arlaten ...

Webrider, le CTS de Lille aurait donc été le seul agréé pour des expertises judiciaires ?

Auteur :  Danou [ 19 févr. 2007, 19:51 ]
Sujet du message : 

Citation :
[...]

Et tu penses qu'il aurait alors suivi la voie préconisée par Maitre Fraticelli : plaider coupables avec circonstances atténuantes ?
Je n'en sais rien. Mais, s'il n'avait jamais entendu parler de cet HPR, il aurait soit continué à supposer qu'il avait probablement tué puisqu'il y avait soi-disant des témoins, mais qu'il l'avait fait sans s'en souvenir, dans un état second, par panique peut-être. Et il aurait donné l'image d'un meurtrier d'occasion qui regrette son geste.

Ou alors, il aurait peut-être malgré tout - au vu, notamment, des contradictions du témoignage Aubert - peu à peu commencé à penser qu'il était peut-être innocent, qu'il se savait incapable d'un tel geste, et aurait plaidé innocent, mais en donnant de lui une image complètement différente .

Qu'il ait plaidé coupable ou innocent, il est probable que, s'il n'y avait pas eu cette histoire d'HPR qui l'a - à tort ou à raison - convaincu d'être la victime d'une abominable machination et l'a mis dans un état de rage folle, il aurait dans les deux cas, donné de lui l'image d'un jeune paumé pitoyable, peut-être innocent, peut-être meurtrier accidentel, ne sachant plus lui-même exactement ce qu'il avait fait ou pas fait.
Cette image non agressive ajoutée à son extrême jeunesse, à son absence de casier et à l'absence évidente de préméditation et de motifs crapuleux, avait de grandes chances, malgré l'ambiance de haine qui régnait à Aix, de faire fléchir suffisamment l'opinion publique pour au moins lui éviter le pire.

Alors que, convaincu de son innocence par l'histoire de l'HPR, il a abordé le procès dans l'état d'esprit d'un justicier qui allait enfin faire éclater la vérité et a montré de lui l'image la plus odieuse qu'il pouvait montrer.

Voilà pourquoi je dis qu'il aurait été mille fois préférable que la rencontre Mathon/Mattéi n'ait pas eu lieu. Ou du moins, qu'elle n'ait pas eu lieu avant le procès .

Auteur :  Chantal [ 20 févr. 2007, 07:36 ]
Sujet du message : 

Je pense que tu as raison mais j'ai malgré tout des doutes à ce sujet quand j'imagine la férocité de l'opinion publique chauffée à blanc...Les articles de presse n'auraient-ils pas été les mêmes pour atiser les passions vengeresses et le réquisitoire de Viala n'aurait-il pas usé des mêmes répliques ? J'ai du mal à me défaire de l'opinion que Ranucci était condamné à l'avance...

Page 6 sur 7 Heures au format UTC+01:00
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Limited
https://www.phpbb.com/