Nous sommes le 18 juil. 2019, 08:32

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
Message non luPosté : 12 juin 2019, 14:42 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 19:29
Messages : 104
Où l'on s'aperçoit que Martinez, comme Aubert, raconte aussi n'importe quoi à la presse ...

Extrait d'un article paru le 23 fevrier 2013 dans Var Matin "Quand Vincent Martinez a croisé la route de Ranucci" (NB: j'ai divisé l'extrait en 5 paragraphes pour le commenter , mais je n'ai pas retiré de phrases entre les paragraphes)
Citation :
Des rencontres avec des journalistes au cours desquelles sa version des faits reste scrupuleusement inchangée. Ses souvenirs, entiers. « L'accident, je m'en souviens comme si c'était hier. » Pas seulement le choc. « J'ai toujours dit qu'il y avait un enfant dans la voiture. Je l'ai vu basculer sur la banquette au moment du choc », contrairement à ce qu'indiquent les trois procès-verbaux d'audition, dressés les 3, 6 et 10 juin 1974.
Effectivement, comme le rappelle Var Matin, Martinez n'a jamais reconnu avoir vu un enfant dans la voiture. Y compris et surtout lors de son audition du 10 juin devant la juge, alors que Ranucci a déjà avoué le 6 et que tous les journaux l'ont relaté, il est dans de parfaites conditions psychologiques pour que ses doutes soient levés s'il a cru voir quelque chose, et pourtant il maintient ne pas avoir vu d'enfant, cf audition du 10 :
Citation :
Je ne peux pas dire s'il y avait un enfant dans le véhicule. Je n'y ai pas prêté attention. Il m'a semblé voir une forme sur la banquette c'est tout.

Suite de l'article :
Citation :
« Nous ne savions pas qu'une fillette venait d'être enlevée. De nos jours, avec les alertes enlèvements, on aurait tout de suite fait le rapprochement », justifie Vincent Martinez, qui a découvert l'appel à témoin, le lendemain de l'enlèvement, dans Nice-Matin.
Pourtant Martinez n'appellera pas la gendarmerie le lendemain de l'enlèvement à le lecture des journaux mais le surlendemain, étonnant pour quelqu'un qui prétend désormais avoir "[toujours dit avoir vu] un enfant dans la voiture" ...

Suite de l'article :
Citation :
La couleur de la voiture, l'heure de l'accident, la direction qu'il empruntait, la vitesse… « tout concordait » estime celui qui était alors pion au lycée Raynouard.
Pour la voiture il omet de dire que le type de voiture signalé par la presse à ce moment là ne correspond pas à celle de Ranucci ...

Suite de l'article :
Citation :
« Je vois encore ses yeux, son regard, avant l'accident. On aurait dit qu'il avait la peur aux trousses. Puis il est reparti à toute vitesse d'où il venait, jetant des coups d'oeil vers l'arrière. » Ce regard, il le croisera à nouveau dans les locaux de l'Évêché, le commissariat central de Marseille. « On m'a fait entrer dans une grande salle et on m'a demandé de regarder les différents bureaux. J'ai tout de suite dit : "Celui qui est assis là-bas, mais il lui manque les lunettes !" »
Etrange description, cela ne ressemble pas du tout à la parade d'identification (tapissage) réglementaire, Martinez affabule t'il ou a t'il vraiment vécu cet épisode ? si l'épisode est réel, pourquoi les policiers se seraient ils privés d'un tapissage dans les règles alors que Ranucci n'a pas nié être au volant de sa voiture au moment de l'accident ? est-ce parce que les policiers doutent que Martinez puisse identifier Ranucci et ne veulent donc pas prendre le risque d'un tapissage négatif, cf plainte de Martinez du 3 juin qui ne colle pas du tout avec ses témoignages ultérieurs:
Citation :
Le conducteur paraissait seul à bord. Je ne puis vous donner son signalement . Il me semble qu'il était jeune mais je n'ai aucune idée du reste.
Ce n'était pourtant pas bien compliqué de mentionner le 3 les fameuses lunettes s'il les avait vues ...

Suite de l'article :
Citation :
Les nerfs soumis à rude épreuve, durant toute la durée de l'enquête. Comme lors de cette confrontation entre Vincent Martinez, Christian Ranucci, la juge d'instruction et les époux Aubert - qui avaient pris en chasse Ranucci après l'accident et l'avaient vu fuir dans les broussailles. « C'était dément, il niait carrément l'accident. Je lui ai dit : "C'est faux, vous mentez !" La juge m'a interdit de m'adresser directement à lui. Il était de trois-quarts dos. Je ne voyais pas son visage. C'est finalement Mme Aubert qui l'a poussé à bout et lui a fait avouer. »
C'est un beau mélange de 2 épisodes différents :
1) la confrontation entre Ranucci et le couple Aubert le 6 juin, menée par la police et non pas la juge, mais Martinez n'est pas présent lors de cette confrontation, c'est bien à ce moment là que Mme Aubert "fait craquer" Ranucci, cf le récapitulatif où Ranucci ne mentionne pas la présence de Martinez :
Citation :
L'on me conduit dans un bureau mitoyen, le commissaire entre, je le suis et nous nous trouvons en face d'un couple d'une trentaine d'années. « Voici M. et Mme Aubert », me dit le commissaire. Puis s'adressant à eux: « Le reconnaissez-vous ? - Oui, c'est lui ! » disent-ils.
« Je l'ai vu sortir de sa voiture, puis tirer l'enfant et s'enfuir dans les fourrés en grimpant le talus, je le reconnais ! » Version idem pour l'autre.
Aucune erreur possible, leur ton est des plus catégoriques; le choc que me firent ces paroles fut violent.
Le commissaire me fit sortir. « Vous avez raison, lui dis-je, c'est moi ! » Et j'acceptai de faire des « aveux ».
2) la confrontation entre Ranucci, le couple Aubert et Martinez le 10 juin menée par la juge. Sauf que Ranucci ne nie absolument pas l'accident (le 10 ce serait absurde) mais tente de minimiser voire éluder sa responsabilité, ce qui n'a rien à voir, cf PV audition :
Citation :
je continue à croire que je n'ai pas brûlé le stop, que j'ai marqué un temps d'arrêt et que je suis reparti en seconde


Haut
   
Message non luPosté : 12 juin 2019, 16:10 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 19:29
Messages : 104
J'ajoute un autre extrait plus loin dans l'article :
Citation :
Le procès, enfin, ultime épreuve d'un marathon judiciaire de deux ans. « C'était très difficile. La pression policière, judiciaire, les médias… À des moments, tu te demandes si c'est pas toi qui est en cause ! » Interdiction de parler aux journalistes, sous surveillance policière en permanence, dans la salle d'audience de 8 heures du matin jusqu'à la nuit, ce 9 mars 1976.
"Pression policière, judiciaire" (cité avant les médias), "surveillance policière", mais pourquoi donc ?


Haut
   
Message non luPosté : 26 juin 2019, 16:56 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 10:57
Messages : 1097
Tout cela est très juste.
Je remets l'article de journal.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.


Haut
   
Message non luPosté : 26 juin 2019, 16:57 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 10:57
Messages : 1097
Et la suite
Fichier(s) joint(s) :
martvar2.JPG


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.


Haut
   
Message non luPosté : 28 juin 2019, 08:35 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 19:29
Messages : 104
Je reviens sur l'identification de Ranucci par Martinez :

La lecture de l'audition du 6 de Martinez confirmerait qu'il n'y a pas eu de tapissage, c'est ce que laisse supposer la formulation:
Citation :
Je suis formel, il s'agit bien de la personne que vous venez de me présenter et que vous me dites se nommer Ranucci Christian.
Cette formulation est similaire à celle utilisée lors de l'audition du 6 d'Aubert :
Citation :
La personne que vous me présentez et que vous me dites se nommer RANUCCI Christian est bien celle qui était à bord du coupé Peugeot 304 [...]
Mais comme Aubert maintenait devant Bouladou avoir été soumis à un tapissage :
Citation :
Dans un bureau, on m’a montré à travers une vitre un groupe de personnes. Je l’ai aussitôt reconnu parmi ces personnes.
Tapissage d'Aubert dont on a jamais retrouvé la trace dans la procédure mais dont on peut penser qu'il a bien eu lieu (journalistes de l'époque, numérotation des PV modifiée)

Du coup on ne peut pas exclure complètement l'hypothèse d'un tapissage pour Martinez même si on a pas d'indices (comme pour Aubert) le laissant penser.

A noter que pour Mme Aubert, l'un des 2 témoins les plus importants de cette affaire telle que conduite par la police, le PV de l'audition du 6 ne relate aucune identification, encore un fait troublant (elle est censée avoir vu la même chose qu'Aubert) mais c'est une autre histoire ...


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com