Nous sommes le 20 nov. 2019, 16:53

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 15 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté : 01 mars 2012, 23:07 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Jean-Pierre Dassonville est un jeune homme qui a disparu en 1973, peu de temps avant l'inculpation de Jean-Pierre Flahaut. Un jeudi, il déjeune chez ses parents et leur promet de venir dîner chez eux le lendemain, vendredi soir. Il n'est jamais venu : il a disparu en pleine nuit en survêtement et avec sa voiture, une Peugeot 204 blanche.

Selon les témoignages de son père, Maurice Dassonville, ancien boucher aux Galleries Nouvelles, et de sa tante, Andrée Dubrulle, qui a enquêté sur sa disparition, Jean-Pierre Dassonville est décrit comme un garçon rangé, sans histoire, presque maniaque et peu causant : Il ne parlait qu'à sa mère, et encore "pas souvent ni beaucoup". Il était très presbyte et portait des lunettes aux verres épais.

Il passait les dimanches avec ses parents et venait souvent déjeuner chez eux. Il n'était pas du genre à courir les filles : on ne l'a vu qu'une fois avec une fille qu'il trouvait peu intéressante alors qu'il avait 23 ans. Aussi, critiquait-il toutes les copines de ses amis. Enfin, il était très pieu : il allait à la messe tous les dimanches et il a fait deux retraites dans des couvents : l'un à Dijon, l'autre à Bailleul dans le Nord.

Il s'intéressait au travail de la terre et allait souvent à la ferme de son oncle à Escoeuilles. Cependant il a obtenu son bac et a réussi le concours pour travailler à la Banque de France, au service des compensations. Aussi, pour arrondir ses fins de mois, il était pion la nuit au collège Saint-Waast à Béthune, dans lequel il dormait.

Sa mère, tenancière du bistrot Le Café de la Brasserie, morte d'un cancer et de chagrin puisqu'elle ne s'est jamais remise de la disparition de son fils, craignait que ce dernier soit mêlé à l'assassinat de Brigitte. Aussi, sa tante ajoute qu'il a essayé de vendre sa 204 blanche mais n'est "jamais venu au rendez-vous avec l'acheteur potentiel".

Le soir de sa disparition, Jean-Pierre Dassonville reçoit un coup de télélphone. Il disparaît dans la nuit, après avoir effectué sa dernière ronde au collège (ronde confirmée par les pensionnaires). Son copain Guy Bourlard est le premier à se rendre compte de sa disparition le lendemain. Le lit de Jean-Pierre n'est pas défait, et ses vêtements "civils" sont dans le placard. Sa voiture a disparu. Il est donc parti en survêtement de pion. En outre, il est parti en laissant 45.000 francs sur son compte en banque.

Le 15 octobre 1987, persuadés qu'il s'est réfugié dans l'abbaye du Mont-des-Cats à Bailleul (un des deux couvents dans lequel il avait fait une retraite), le père et la tante de Jean-Pierre lui écrivent une lettre qu'ils adressent au couvent. Dans cette lettre, ils demandent à Jean-Pierre de se manifester car la santé de sa mère décline. La lettre revient à l'expéditeur avec la mention "n'habite pas à l'adresse indiquée". Sa mère est morte 8 jours après la lettre.


Fichiers joints :
dassonville.JPG
dassonville.JPG [ 27.51 Kio | Vu 5366 fois ]
Haut
   
MessagePosté : 01 mars 2012, 23:12 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
La suspicion portée sur Dassonville tient du fait que Brigitte Dewèvre s'attardait souvent dans l'église proche du café (apparemment celle où il allait régulièrement). De plus elle avait rencontré un certain Jean-Pierre aux environs de Noël...

Enfin, selon sa tante, Jean-Pierre Dassonville était toujours bien habillé pour la banque : il portait un costume-cravate, et un imper mastic. Serait-il alors le fameux homme à l'imperméable qui avait été aperçu en train de discuter avec Brigitte peu de temps avant que celle-ci soit assassinée ?

Si l'on se fie enfin au témoignage du maraîcher Michel Davion, qui parle d'un certain Jean-Pierre que son ancien apprenti, le mystérieux Patrick, aurait aidé à déplacer le corps de Brigitte, ça commence à faire beaucoup...


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 15:23 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Suite aux révélations du livre de Daniel Bourdon, je crois qu'il n'y a plus beaucoup de doute sur l'identité de l'assassin, que l'auteur appelle "Jean Michel Hénocque".

En somme, Jean-Michel Hénoque/Jean-Pierre Dassonville serait donc l'assassin de Brigitte.


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 16:59 
Hors ligne

Enregistré le : 19 juin 2014, 20:42
Messages : 30
Citation :
Suite aux révélations du livre de Daniel Bourdon, je crois qu'il n'y a plus beaucoup de doute sur l'identité de l'assassin, que l'auteur appelle "Jean Michel Hénocque".

En somme, Jean-Michel Hénoque/Jean-Pierre Dassonville serait donc l'assassin de Brigitte.
Oui pour moi çà ne fait aucun doute
Vous pensez qu'il est encore vivant ?


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 17:12 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Citation :
Oui pour moi çà ne fait aucun doute
Vous pensez qu'il est encore vivant ?
Aucune idée, mais il n'est pas impossible qu'il le soit encore.

Je crois que sa fuite précipitée s'explique par le fait qu'on a dû le prévenir (coup de téléphone mystérieux) que les personnes influentes au-dessus de lui cherchaient à le supprimer. Il fuit précipitamment en ne prenant même pas la peine de se changer, ne se pointe pas au rendez-vous avec l'acheteur de voiture, ne touche pas à son compte en banque richement pourvu.

Tout cela ressemble à l'attitude de quelqu'un qui se sent menacé de mort et qui cherche à disparaître sans laisser de traces et faire croire qu'il est mort. La police n'ayant pas de preuves contre lui, il avait probablement la mafia locale à ses trousses.


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 17:28 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
En tout cas, si "Jean-Michel Hénocque" n'est pas le vrai nom de l'assassin (Daniel Bourdon dit qu'il a changé les noms), "Jean-Pierre Dassonville" est par contre bien son vrai nom, j'en ai maintenant la preuve.

Il suffit juste de chercher sur Internet le nom de son père selon les indications de Jean Ker, et bingo ! je tombe sur ceci :

http://memoire.lavoixdunord.fr/espace/m ... ille/73498
Citation :
Bruay-la-Buissière.
Festubert.

Madame Agnès DASSONVILLE-CALLART †,
son épouse

Monsieur Charles-Hubert DASSONVILLE,
Monsieur Jean-Pierre DASSONVILLE,
Monsieur et Madame ROBASSE-DASSONVILLE,
ses enfants

Monsieur Fabrice ROBASSE,
son petit-fils

Toute la famille et ses amis,

ont la douleur de vous faire part du décès de

Monsieur Maurice DASSONVILLE
Retaité boucher


survenu à Bruay-la-Buissière, le 15 mai 2010, dans sa 91ème année.
Les funérailles religieuses auront lieu le mercredi 19 mai 2010, à 10 heures, en l'église Saint-Martin de Bruay, suivies de l'inhumation au cimetière de Festubert, dans le caveau de famille. Réunion en l'église Saint-Martin, à 9 h 30.
L'offrande, en cours de cérémonie, tiendra lieu de condoléances.
Maurice Dassonville, retraité boucher...

Info tiré du livre de Jean Ker :

"Selon les témoignages de son père, Maurice Dassonville, ancien boucher aux Galleries Nouvelles, et de sa tante, Andrée Dubrulle, qui a enquêté sur sa disparition, Jean-Pierre Dassonville est décrit comme un garçon rangé, sans histoire, presque maniaque et peu causant : Il ne parlait qu'à sa mère, et encore "pas souvent ni beaucoup". Il était très presbyte et portait des lunettes aux verres épais."


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 18:05 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 02 mars 2010, 22:29
Messages : 197
cela prouve bien l'existence de ce fameux Jean-Pierre Dassonville

reste à retrouver sa trace


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 18:05 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 02 mars 2010, 22:29
Messages : 197
en tout cas bravo pour la découverte du faire-part


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 18:08 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Le faire-part montre aussi qu'en 2010, date du décès de son père, Jean-Pierre Dassonville était encore vivant.


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 18:13 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 02 mars 2010, 22:29
Messages : 197
Citation :
Le faire-part montre aussi qu'en 2010, date du décès de son père, Jean-Pierre Dassonville était encore vivant.
euh je ne suis pas tout à fair d'accord avec toi . la famille n'a plus de nouvelles depuis le début des années 70 , elle précise " Jean-Pierre Dassonville " dans le faire-part tout simplement parce que c'est le fils du défunt


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 18:22 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Oui, mais en tout cas il n'était pas déclaré comme mort. Donc soit il est encore en vie, soit toujours déclaré disparu.


Haut
   
MessagePosté : 24 févr. 2017, 21:17 
Hors ligne

Enregistré le : 19 juin 2014, 20:42
Messages : 30
Citation :
Oui, mais en tout cas il n'était pas déclaré comme mort. Donc soit il est encore en vie, soit toujours déclaré disparu.
de toute façon on le saura dans le deuxième livre de Danièl Bourdon, car à la fin du livre je crois, il dit qu'il a bien l'intention de le retrouver si il est encore vivant


Haut
   
MessagePosté : 26 févr. 2017, 01:27 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 02 mars 2010, 22:29
Messages : 197
Fichier(s) joint(s) :
dassonville.JPG
dassonville.JPG [ 44.97 Kio | Vu 5400 fois ]
extrait du bouquin de Jean Ker " le fou de Bruay "


Haut
   
MessagePosté : 27 févr. 2017, 10:47 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Merci pour la photo Michel. Dans "Le fou de Bruay", Jean Ker dit qu'il a longtemps recherché JPD entre 1992-93, en interrogeant son père qui était un ami de Léon Dewèvre, le père de Brigitte, puis sa tante. Il a même essayé de le retrouver en le guettant devant le monastère dans lequel sa famille supposait qu'il était. Sans résultat.


Haut
   
MessagePosté : 27 févr. 2017, 10:53 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 02 mars 2010, 22:29
Messages : 197
Citation :
Merci pour la photo Michel. Dans "Le fou de Bruay", Jean Ker dit qu'il a longtemps recherché JPD entre 1992-93, en interrogeant son père qui était un ami de Léon Dewèvre, le père de Brigitte, puis sa tante. Il a même essayé de le retrouver en le guettant devant le monastère dans lequel sa famille supposait qu'il était. Sans résultat.
De par son statut d'ancien policier , DB aura surement plus de facilités


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 15 messages ] 

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com