Nous sommes le 24 févr. 2018, 04:13

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2
Auteur Message
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 07 avr. 2010, 14:53 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 450
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Je veux bien admettre que le système d'éducation finlandais soit adapté à la réalité de la société finlandaise, mais je persiste à croire qu'il est possible de s'en inspirer en France, même s'il est biensûr pas possible de le transposer entièrement et s'il ne règlera pas forcément tous les problèmes.

Concernant ces problèmes généraux qui touchent l'ensemble de la société et qui se répercutent donc logiquement dans les lycées, ils sont issus de plusieurs facteurs. Le principal étant l'incapacité flagrante de l'Etat d'assurer à tous ses citoyens un emploi et un logement décent, et ce depuis le milieu des années 70. Conjugué à un système d'assimilation devenu complètement illusoire si ce n'est inexistant, on obtient un cocktail explosif dans les banlieues où les populations, en très grande majorité d'origine étrangère, traversent une grave crise identitaire alimentée par cette crise sociale qui n'en finit pas. Je ne devrais pas dire ça? Je le dis quand même, tant pis.

Parce que je considère que la crise des banlieues est une double crise, sociale ET identitaro-religieuse, la première ayant entraîné la seconde. Et ce n'est pas à coup de "tolérance zéro" démagogique ponctuée de condescendance et de perpétuelles larmes de repentance que l'Etat règlera le problème. Pourtant ça va faire plus de 20 ans que les politiciens au pouvoir alternent entre déclarations sévères tape-à-l'oeil et plans banlieues qui n'ont servi qu'à acheter de la paix sociale.

Quelle solution préconiser? Je ne sais pas. Tout simplement parce que l'Etat a tellement laissé pourrir la situation qu'il n'a plus vraiment de marge de manoeuvre: les banlieues sont désormais fermement contrôlés par les réseaux de trafiquants de drogue lourdement armés qui régentent la vie dans le quartier, et tenter des action contre eux, c'est s'exposer à une vraie guerrilla.


Haut
   
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 07 avr. 2010, 17:09 
Hors ligne

Enregistré le : 11 nov. 2007, 02:52
Messages : 150
Je crois qu'il y a plusieurs erreurs dans votre exposé avec lequel pourtant je partage l'idée générale.
La première est que le boom immobilier des HLM s'est produit dans les années 60 pour caser l'excès de population produit par plusieurs phénomènes: croissance démographique d'après-guerre, rapatriés d'Algérie, immigration, etc... Cet excès commençait à s'accumuler dans les quartiers taudis des grandes villes et les bidonvilles commençaient à fleurir un peu partout autour de ces mêmes villes. Tout le monde était content, les pauvres allaient pouvoir vivre chez Le Corbusier. Voir certains films de Tati pour s'illustrer, en plus on peut en rire.
La composante religieuse, si forte aujourd'hui, n'est qu'un phénomène qui a enfourché le cheval du vrai problème. D'ailleurs les cités HLM représentaient tout le contraire. C'était plus la voie du nihilisme total que celle de la religion comme source identitaire. Beaucoup des mères qui aujourd'hui ont trouvé une identité forte dans la religion de leurs pairs, sont les mêmes jeunes filles qui sortaient par la fenêtre de chez elles et se maquillaient en douce dans les 70. Les pères d'aujourd'hui, se défonçaient autant et plus que n'importe quel francaoui qui vivait à côté.
Les banlieues dans les 70 n'étaient ni arabes, ni françaises, ni pieds-noirs, ni juives, ni noires. Elles étaient le creuset de la délinquance obligatoire, histoire de pouvoir rêver un peu.
Alors lutter contre ce réflexe identitaire qui n'est en fait que la tentative de pouvoir être fier d'être quelque chose est un leurre. Ce réflexe, qu'il soit religieux, racial ou idéologique n'est que la conséquence de l'invisibilité sociale dans laquelle on a plongé les banlieues pendant des années.
Maintenant on a peur, normal.


Haut
   
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 08 avr. 2010, 11:03 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 450
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Oui, ça rejoint en gros ce que je disais quand je parlais de l'incapacité de l'Etat à assurer une intégration et ascension sociales aux populations des banlieues, ce problème social ayant engendré puis alimenté par la suite la crise identitaire actuelle. Il est vrai que dans les années 70, et 80 encore, les banlieues étaient mixtes. C'est de moins en moins le cas maintenant.

Par contre, il me semble que cette crise identitaro-religieuse touche plus les jeunes générations que les anciennes: celles-ci se rattachaient plus à la langue de leurs pairs, alors que les jeunes générations, qui ne comprennent pas un mot de la langue de leurs ancêtres, se rattachent à la religion, dernière et seule composante qui permet de se rattacher à l'identité d'origine, histoire de se distinguer d'un pays qui a renoncé également à l'assimilation.

Alors oui, on n'a pas été fichu d'intégrer socialement les populations immigrées, et on le paie maintenant. C'est la cause de tous les problèmes actuels des banlieues. Sans oublier le fait qu'elles sont désormais sous le contrôle des trafiquants de drogue.


Haut
   
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 08 avr. 2010, 19:10 
Hors ligne

Enregistré le : 11 nov. 2007, 02:52
Messages : 150
il faut bien qu'ils trafiquent avec quelque chose et comme le tabac et l'alcool ça ne gagne pas parce que c'est légal, ils trafiquent avec la drogue. Comme pour n'importe quel trafic, il faut qu'ils contrôlent les filières et le territoire donc ça barde. Le problème du trafic n'est pas le produit trafiqué mais le trafic lui-même, comme alternative au commerce, au pouvoir, comme soutien financier de la bande qui est elle-même un substitut des structures légales etc... On rejoint le début de la conversation, la délinquance ou l'usine, c'est le modèle général de la zone, très peu y échappent.
D'autre part, le problème quand on parle d'intégration, c'est l'amalgame que l'on fait entre le populations exotiques dont on ne supporte pas le mode de vie et à qui on demande de s'intégrer, et la délinquance. Comme on le disait, la délinquance dans les banlieues est surtout une conséquence du fait que les habitants de celles-ci furent exclus de tout les projets (les vrais ceux qui permettent de sortir de là, pas ceux qui font chantonner "quelle est belle ma banlieue..."). C'est un peu difficile de leur demander de s'intégrer, maintenant. Vous me direz que l'étiquette de banlieusard a pris du cachet et que beaucoup sont très fier de l'être et qu'il y a même des mythomanes qui s'inventent une enfance HLM. D''accord, mais c'est un phénomène connu. C'est le même que Bigeard exploitait quand il disait que si ses parachutistes avaient été juifs, il leur aurait collé une étoile jaune comme insigne. Ce n'est surement pas lui qui a inventé la technique, c'est un classique.


Haut
   
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 12 avr. 2010, 14:53 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 450
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Que l'on ne s'y trompe pas: la délinquence et l'intégration sont deux problèmes bien distincts. L'amalgame s'explique par le fait que les banlieues cumulent ces deux problèmes qui ont, dans ce cas précis, la même origine: l'absence d'intégration sociale.

Quant à l'étiquette de banlieue, je sais qu'elle est devenue très en vogue dans les milieux bobos, où les "zyva" et l'accent "banlieue" sont imités à l'envie pour alimenter l'illusion de se sentir proche des populations concernées, les comprendre et connaître leurs problèmes. Mais je pense que cela fait plutôt parti d'un processus de condescendance, toujours exprimé dans le même milieu, et qui à mon sens ne fait qu'agraver les choses. En gros, on pourrait traduire cela par "je vous exclus, mais je vous plains, pauvres petits enfants...".


Haut
   
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 13 avr. 2010, 17:26 
Hors ligne

Enregistré le : 11 nov. 2007, 02:52
Messages : 150
Il faudrait peut-être préciser ce que l'on veut dire par intégration. Intégration à quelle idée de nation ? Des deux grandes idéologies nationalistes, romantique ou révolutionnaire, la France a propagé dans le monde la dernière. Elle a écrasé sur son propre territoire les velléités de la première. Je trouve particulièrement pathétique les tentatives de faire naitre (que non renaitre puisqu'il n'a jamais existé) une sorte d'identité française basée sur un nationalisme de type romantique. Les bretons, corses, basques et autres d'accord, mais les français ? Maintenant que l'idéologie républicaine n'a plus d'empire, elle redevient du terroir, c'est ça ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 14 avr. 2010, 11:12 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 450
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Si vous faites référence au débat-bidon sur l'identité nationale, je dirais que celui-ci n'est que de la poudre aux yeux électoraliste, une sorte de montagne qui a accouché d'une souris, avec des conclusions que l'ont connaissait déjà: pour le gouvernement et toute la classe politique, la France n'est qu'un ensemble de valeurs. Donc la vision révolutionnaire et robespierriste de la Nation perdure, la vision romantico-nationaliste n'existant pour ainsi dire pas puisque la France représente une multitude d'identités régionales très diverses. Etant moi-même plutôt régionaliste, profondément anti-jacobin et partisan d'une république fédérale, je prônerais une intégration des populations immigrées au niveau régional et serais pour l'idée par exemple que les langues régionales puissent devenir langues officielles de la république, à côté du français. Car malgré des siècles de centralisme parisien, royaliste puis jacobin, visant à supprimer toutes les différences, l'attachement à la région reste très fort en France, et il faudrait arrêter de le voir comme une menace à l'unité de la République. Je le perçois au contraire comme un très fort moyen d'assimilation. Reste bien entendu que le premier et principal facteur d'intégration est l'intégration sociale précédemment évoquée.


Haut
   
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 23 juin 2010, 17:13 
Hors ligne

Enregistré le : 11 nov. 2007, 02:52
Messages : 150
La première victime du débat sur l'identité nationale est tombée: l'équipe de France de football. Les potentielles victimes suivantes ne sont pas à l'aise dans leurs baskets. L'obélisque de la place de la Concorde aurait été surpris, de nuit, en tentant de faire la belle. Il aurait peur d'être considéré trop africain. Sarkozy a réussi a convaincre l'occupant des Invalides que le problème ne concerne pas les petits bruns aux noms bizarres, tant qu'ils ne viennent pas de trop loin. le président a décrété le bétonnage immédiat de tous les terrains de foot des banlieues. A partir d'aujourd'hui, l'équipe de France recrutera à St-Cyr et jouera en portant le casoar. Ceux-là au moins chanteront la Marseillaise à pleins poumons.


Haut
   
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 07 juil. 2010, 17:47 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 450
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Jacques B. a écrit :
La première victime du débat sur l'identité nationale est tombée: l'équipe de France de football. Les potentielles victimes suivantes ne sont pas à l'aise dans leurs baskets. L'obélisque de la place de la Concorde aurait été surpris, de nuit, en tentant de faire la belle. Il aurait peur d'être considéré trop africain. Sarkozy a réussi a convaincre l'occupant des Invalides que le problème ne concerne pas les petits bruns aux noms bizarres, tant qu'ils ne viennent pas de trop loin.


Aucun souci, Sarkozy va installer Raymond Domenech au poste de secrétaire d'Etat chargé du patrimoine. Ce sera même pour Domenech le début d'une longue carrière politique qui le mènera à l'Elysée...

Jacques B. a écrit :
le président a décrété le bétonnage immédiat de tous les terrains de foot des banlieues. A partir d'aujourd'hui, l'équipe de France recrutera à St-Cyr et jouera en portant le casoar. Ceux-là au moins chanteront la Marseillaise à pleins poumons.


Je croyais qu'elle avait décidé de recruter plutôt les membres de l'Académie Française et du Conseil Constitutionnel... enfin j'ai mal entendu l'info : je ne sais pas s'ils ont dit "l'Académie française" ou "la Comédie française"...


Haut
   
 Sujet du message : Re: la violance au Lycee
MessagePosté : 08 juil. 2010, 15:03 
Hors ligne

Enregistré le : 11 nov. 2007, 02:52
Messages : 150
On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Comme la racaille banlieusarde bling-blingueuse ce n'est pas nous, j'exige le retour des temps où c'était vraiment nous, ceux qui jouaient. Rapellez-vous le petit polonais, le canonnier de Marrakech, les frères stéphanois au nom d'artiste de cirque, le Napoléon lorrain (et aussi italien), enfin c'était le bon temps. Le temps où on savait qui était français.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com