Nous sommes le 23 janv. 2018, 21:31

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante
Auteur Message
MessagePosté : 26 août 2008, 12:52 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Image


Rose, 4 ans, disparue en Israël depuis trois mois

C’est une petite Française de 4 ans aux yeux bleus et aux cheveux châtains, dont la photo est diffusée depuis ce week-end dans les médias d’Israël. Après de longues semaines de vaines investigations, la police locale a lancé dimanche un appel à témoins afin de recueillir des informations susceptibles de mener à Rose, disparue il y a trois mois de la maison familiale de Netanya, une cité balnéaire située à 40 km au nord de Tel-Aviv.

Les détails de l’affaire, qui pourrait, à en croire des sources policières, s’avérer « l’une des plus dramatiques qu’Israël ait jamais connue », sont, pour l’heure, tenus secrets par les enquêteurs israéliens qui craignent pour la vie de l’enfant.

Selon nos informations, la maman de la petite fille, qui vient tout juste de fêter ses 23 ans, et son compagnon actuel, Ron R., un Israélien de 45 ans, sont en détention provisoire depuis quinze jours. Cet homme a avoué aux policiers avoir frappé Rose avant de dissimuler son corps dans une valise jetée dans un canal de la rivière Yarkon, qui longe Tel-Aviv. Le suspect s’est rétracté depuis. Les recherches menées tous azimuts pour vérifier ce scénario n’ont, pour l’heure, pas permis de trouver trace de la fillette, ni de corroborer les premières déclarations de Ron R.

Elle refait sa vie avec le père de son ex-mari

C’est l’arrière-grand-mère paternelle de Rose, Vivien Y., installée dans la banlieue de Tel-Aviv, qui, inquiète de ne pas avoir de nouvelles de l’enfant, aurait donné l’alerte début août. Elle aurait, dans un premier temps, contacté les services sociaux qui auraient transmis le signalement à la police. L’aïeule aurait eu, un temps, la garde de la fillette. Née en France en octobre 2003, Rose est la fille d’un jeune couple de Français installé en Israël après son mariage, célébré en 2004. Les parents se sont séparés l’année suivante, le père rentrant vivre en région parisienne avec sa fille. Restée en Israël, la maman refait sa vie avec Ron R., qui n’est autre que le père biologique de son mari. En 2007, la jeune mère vient en France avec la ferme intention de récupérer la garde de sa fille, qu’elle obtient d’un juge aux affaires familiales d’Ile-de-France. Elle repart alors en Israël avec Rose et reprend sa vie aux côtés de Ron R., qui lui donne deux nouvelles petites filles, âgées aujourd’hui de 2 et 1 an.

Les enquêteurs israéliens continuent de rechercher activement la petite Rose, tout en essayant de comprendre les liens unissant cette famille recomposée. C’est à la suite d’une dispute avec sa mère, Vivien, qui s’alarmait de la mélancolie de la petite fille, que Ron R. s’en serait pris violemment à Rose dans sa voiture, comme il l’a déclaré lors des premiers interrogatoires. Décrit comme un personnage violent et instable, cet homme exercerait, selon certaines sources, une forte emprise sur sa jeune compagne française. Elle n’aurait pas dit un mot depuis son incarcération. Quant à l’arrière-grand-mère, Vivien, elle est placée en résidence surveillée.

Les enquêteurs israéliens se refusent officiellement à toute conclusion hâtive, n’excluant aucune hypothèse.
Le numéro spécial mis en place pour recueillir d’éventuels témoignages a reçu une centaine d’appels, pour la plupart émanant de citoyens proposant simplement leur aide. Mais aucun renseignement sérieux ne serait encore parvenu.

Source : Le Parisien


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 27 août 2008, 07:11 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Rose aurait bien été tuée en Israël par son grand-père

Comme le Parisien et Aujourd'hui en France le révélaient ce matin, un homme a avoué avoir tué en Israël sa petite-fille française âgée de quatre ans et demi, Rose, selon la police israélienne.

La garde à vue du grand-père, Ronny Ron, un chauffeur de taxi de 45 ans, et de la mère de l'enfant, Marie-Charlotte Pizem, 23 ans, qui vivaient en couple, a été prolongée, a indiqué à la presse un des enquêteurs, Yigal ben Shalom, car depuis qu'il est entendu, Ronny a avoué deux fois le meurtre avant de se rétracter.


Ce couple avait été arrêté il y a deux semaines à la suite d'une plainte déposée par l'arrière grand-mère de la fillette, Vivien, qui avait prévenu la police de la disparition de Rose à Netanya, une station balnéaire située à 40 km au nord de Tel-Aviv, très fréquentée par les francophones, où vivait la petite fille depuis le mois de décembre.

Depuis plusieurs jours, un tribunal avait imposé un black-out total sur cette affaire. Un avis de recherche avait été lancé, tandis que des policiers draguaient le canal du Yarkon, qui borde Tel-Aviv, à la recherche du corps de la fillette, que Ronny disait avoir jeté dans une valise avant de revenir sur ses aveux. L'essentiel des forces de police de Netanya a été concentré sur cette affaire.

Selon les informations du Parisien, Ronny Ron, le grand-père de la fillette et compagnon de sa mère, avait confié Rose à sa propre mère, Vivien, du fait de son comportement turbulent, voire incontrôlable. Il lui reprochait d'être violente à l'égard de ses deux petits frères, nés il y a 1 an et 2 ans de l'union de Marie-Charlotte et Ronny. Mais Vivien assurait ne plus pouvoir s'en occuper. Au mois de mai, Ronny était venu chercher Rose. Dans la voiture qui le ramenait à son domicile, excédé, il aurait frappé la fillette, qui a succombé aux coups. Mais à la faveur de l'été, Vivien, inquiète, a prévenu les services sociaux en rédigeant une lettre. Elle explique qu'elle n'a eu aucune nouvelle de son arrière petite-fille depuis que Ronny est venu la chercher. Ceux-ci, après avoir tenté en vain de joindre la famille dans son petit appartement de Netanya, ont alerté la police, il y a quinze jours, trois mois après la disparition.

Source : Le Parisien


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 27 août 2008, 07:28 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le père dénonce l''absence d'enquête sociale

.Le père de la fillette française âgée de 4 ans et demi, battue à mort en Israël et que son grand-père est soupçonné d'avoir tuée, a dénoncé auprès de l'AFP l'absence d'enquête sociale au moment de la décision de confier la garde de l'enfant à sa mère.

Par ailleurs, la grand-mère paternelle s'est présentée d'elle-même mardi au commissariat du Vésinet où elle a été auditionnée, a-t-on appris de source judiciaire.

«Il y a eu un dysfonctionnement judiciaire mais pas sur tout», a affirmé le père de la fillette dans un bref entretien téléphonique à l'AFP. «Une enquête sociale avait été ordonnée avant que Rose n'aille en Israël, mais elle n'a jamais eu lieu», a-t-il ajouté. «Le jour du jugement, en novembre 2007, le juge s'est donc fié à son expérience propre», a poursuivi le père, qui s'est dit «étonné» de la décision de restituer la garde de la fillette à la mère, qui vivait en couple avec le grand-père de l'enfant.

Source : Le Parisien


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 août 2008, 07:30 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le bouleversant calvaire de Rose

Rose était une enfant de l’amour. L’amour fou de deux adolescents, Marie-Charlotte et Benjamin, qui n’avaient que 15 ans quand ils se sont rencontrés. La vie de cette « petite fleur » aux beaux yeux clairs a pourtant viré au calvaire. Ballottée de foyer en foyer, écartelée entre la France et Israël, elle a, sanglote sa grand-mère maternelle, enduré « quatre années d’horreur » avant de succomber, selon toute vraisemblance, aux coups de son beau-père, Ronny Ron, son grand-père biologique.

Les terribles aveux de son grand-père


Marie-Charlotte et Benjamin venaient d’avoir 18 ans quand Rose est née, le 3 octobre 2003. « Ils étaient heureux », raconte Isabelle, la mère de Marie-Charlotte. En août 2004, un coup de fil d’Israël va bouleverser l’existence de Rose et de ses parents. Ronny cherche à renouer avec ce fils, Benjamin, qu’il n’a pratiquement jamais vu. Il ne l’avait pas reconnu quand la mère de Benjamin, Betty, lui avait annoncé qu’elle était enceinte. Benjamin et Marie-Charlotte succombent à l’appel de la Terre sainte. Le 28 décembre 2004, ils partent s’y installer avec Rose.

Marie-Charlotte tombe vite sous le charme de son beau-père, de vingt-deux ans son aîné. « Elle était complètement subjuguée, se souvient sa mère. Soumise, envoûtée par cet homme qu’on me décrivait comme violent et dangereux. » La grand-mère convainc sans mal son gendre de rentrer en France avec Rose, en février 2005. Marie-Charlotte, elle, refuse de revenir, sous l’emprise de cet amour qui la lie au père de son mari. « Elle était encore très jeune, j’essayais de me convaincre qu’elle faisait sa crise d’adolescence et qu’elle rentrerait », se souvient Isabelle.

Mais Marie-Charlotte ne revient pas, laissant sa famille en France plusieurs mois sans nouvelles. Rose, elle, doit s’accommoder à sa nouvelle vie, au côté de la nouvelle compagne de son père. Elle voit arriver un petit frère tandis qu’à l’autre bout de la Méditerranée sa mère accouche d’une deuxième fille, Juliette. « Rose a commencé à changer, assure sa grand-mère, Isabelle. Elle semblait triste, avait peur de tout, elle était en grande souffrance. Elle a d’ailleurs été hospitalisée pendant un mois et demi. » L’existence de la fillette bascule alors une nouvelle fois. Marie-Charlotte, enceinte d’une troisième fille, obtient fin 2007 la garde de Rose. « Les juges se sont précipités », estime Isabelle.

« Sa mère a fait un rejet total de cette enfant, elle voulait la faire adopter »

Rose se retrouve plongée dans un univers inconnu, aux côtés d’une mère qu’elle ne connaît plus, d’un beau-père qui est en fait son grand-père biologique, de petites soeurs qui ne parlent pas la même langue… « La pauvre petite était complètement perturbée, reprend sa grand-mère. Marie-Charlotte ne supportait plus Rose qui s’était remise à faire pipi au lit et qui montrait des signes compréhensibles de profond mal-être… Ma fille a fait un rejet total de cette enfant, elle voulait la faire adopter. La dernière fois que je l’ai eue au téléphone, en mai, Marie-Charlotte m’a dit qu’elle n’avait pas vu Rose depuis trois semaines, que la petite avait été placée dans une famille d’accueil. »

Isabelle et Betty, la mère de Benjamin, inquiètes de ne plus avoir de nouvelles de leur petite-fille, ont remué ciel et terre pour obtenir qu’une enquête soit déclenchée. « Nous tenons à remercier les autorités françaises et israéliennes pour leur travail et leur soutien », insiste Isabelle avant de conclure, entre deux sanglots : « Je ne sais pas si Marie-Charlotte sait ce qui est arrivé à Rose, je ne sais plus. Elle mérite d’être punie car elle est, de toute façon, complice de ce cinglé qui a tué ma petite-fille. »


Source : Le Parisien


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 août 2008, 07:31 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Les paroles de Rose résonnent encore dans ma tête »


Betty, la grand-mère paternelle de Rose, 4 ans, disparue en Israël depuis mai, confie sa souffrance et nous raconte la tragique destinée de l’enfant. Le corps de la fillette, qui aurait succombé sous les coups de son grand-père biologique, n’a pas été retrouvé.

MALGRÉ les intenses recherches qui se poursuivent en Israël, le corps de Rose reste introuvable. Depuis quinze jours, sa mère Marie-Charlotte, 23 ans, et son compagnon, Ronny Ron, 45 ans, qui n’est autre que le grand-père biologique de la petite, sont en détention provisoire. L’homme a avoué avoir tué la fillette avant de jeter son cadavre dans une rivière.

C’est la grand-mère paternelle de Rose, inquiète de ne plus avoir de nouvelles, qui a alerté les autorités françaises et israéliennes de sa disparition. Betty, qui réside en région parisienne, vit un cauchemar.

Depuis quand n’aviez-vous plus de nouvelle de votre petite fille Rose ?

Betty. La dernière fois que je lui ai parlé, c’était par téléphone, en janvier, quelques semaines après son arrivée en Israël. Elle répondait mécaniquement à toutes mes questions, comme si quelqu’un derrière elle lui dictait ce qu’il fallait dire. Dans les semaines qui ont suivi, j’ai continué à correspondre par mail ou par téléphone avec sa mère, Marie-Charlotte, mais elle trouvait toujours une excuse pour ne pas me passer Rose. J’ai commencé à sérieusement m’inquiéter d’autant qu’à partir du mois d’avril, Marie-Charlotte ne répondait plus du tout à mes appels. Elle avait complètement changé d’attitude.

C’est-à-dire ?

Marie-Charlotte s’était confiée à moi lors de nos derniers échanges, m’expliquant qu’elle n’en pouvait plus, qu’elle ne supportait plus Rose. Elle m’appelait à l’aide. Je lui ai proposé de venir chercher Rose pour la ramener en France. Elle était prête à me la donner, même si dans le même temps, elle disait tout l’inverse à sa mère. Et puis, d’un seul coup, plus rien, plus aucun contact. J’étais folle d’inquiétude.

Quelles démarches avez-vous entrepris ?

Je me suis renseignée un peu partout puis j’ai fini par adresser une lettre à l’ambassade de France à Tel-Aviv, qui a tout de suite pris l’affaire très au sérieux. Parallèlement, avec l’autre grand-mère, Isabelle, la maman de Marie-Charlotte, qui se faisait autant de souci que moi, nous avons porté plainte dans nos commissariats respectifs pour disparition inquiétante. En juillet, j’ai reçu un coup de fil de l’arrière-grand-mère de Rose, en Israël, qui voulait savoir si la petite était avec nous en France car elle n’avait plus de nouvelle non plus depuis deux mois. Si nous n’avions pas donné l’alerte avec Isabelle, nous serions peut-être restées des années sans savoir. Je vis un cauchemar…

« Elle avait l’air triste et craintive »


Etiez-vous au courant des soupçons de maltraitance dont Rose aurait été victime en France ?

Je n’arrive pas à y croire… Mais il est vrai que Rose a été hospitalisée puis placée plusieurs mois dans un foyer pour l’enfance en 2007. A cette époque, je n’avais plus guère de contact avec son papa, mon fils Benjamin, qui avait refait sa vie. Quand j’ai su pourquoi Rose était à l’hôpital, j’étais sous le choc. Elle avait des ecchymoses sur le dos et elle m’a dit qu’on lui avait fait bobo. C’est inimaginable pour moi que mon fils ou sa nouvelle compagne aient pu lui faire du mal, mais les paroles de Rose résonnent encore dans ma tête… Ce qui est certain, c’est qu’elle avait l’air triste et craintive. Rose, je l’avais élevée auparavant pendant dix-sept mois après la séparation de ses parents. Quand mon fils Benjamin était rentré d’Israël avec la petite en 2005, après avoir découvert que son propre père avait une relation avec sa femme Marie-Charlotte, je les ai recueillis tous les deux à la maison. Il était anéanti. Mais Rose, elle, était gaie et heureuse quand elle vivait avec nous. Elle a fait ses premiers pas chez moi. C’est insoutenable de savoir tout ce qu’elle a enduré.

Aviez-vous de contacts avec votre petite-fille durant son placement ?

Malheureusement, nous les grands-mères, nous ne pouvions voir Rose qu’une fois tous les quinze jours. C’était un crève-coeur. Avec Isabelle, nous avons tout fait pour la récupérer. Mais nous n’avons jamais eu de réponse à nos courriers. Finalement, Marie-Charlotte est revenue en France fin 2007 pour divorcer de Benjamin. Elle a obtenu la garde de Rose à cette occasion. J’ai aidé Marie-Charlotte à faire les valises de Rose. Je n’ai plus jamais revu ma petite-fille.

Source : Le Parisien


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 août 2008, 09:21 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le parquet de Versailles a saisi mercredi pour enquête l'office centrale de la répression des violences faites aux personnes dans le cadre de l'affaire de la fillette française disparue en Israël, a-t-on appris de source judiciaire.

"Cette enquête a pour objet d'entendre les proches parents de la fillette en France", a déclaré à l'AFP Michel Desplan, procureur de la République à Versailles. "Il ne s'agit en aucun cas de faire une enquête parallèle à la procédure judiciaire en Israël", a-t-il précisé.

"La justice française reste à la disposition d'Israël si une demande d'entraide internationale est formulée", a-t-il ajouté.

Source : AFP


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 août 2008, 18:06 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Une petite Française battue à mort avant d'être jetée dans une rivière
|
Épaulée par des réservistes des unités spéciales de plongeurs de combat, la police israélienne poursuivait hier soir ses recherches en vue de retrouver le corps de Rose Pizem (quatre ans), une petite Française sans doute assassinée à la mi-mai par son grand-père.


Interrogé sans relâche depuis le début de la semaine, ce dernier a en effet avoué avoir tué sa petite-fille avant de cacher le corps dans une valise qu'il a balancée dans le Yarkon, une rivière boueuse descendant de Cisjordanie et traversant l'État hébreu jusqu'à la mer.

Qualifié de « satanique » par les grands quotidiens populaires israéliens qui en font leur manchette, cet assassinat choque l'opinion publique. Depuis deux jours, Kol Israël (la radio publique) et Galeï Tsahal (la radio de l'armée) consacrent des flashs spéciaux à l'affaire. Ils dénoncent également l'incurie des services sociaux de l'État hébreu qui n'ont jamais pris au sérieux les informations selon lesquelles Rose était maltraitée.

Pour l'heure, Ronny Pizem (l'assassin présumé) et Marie-Charlotte Renault (la mère de Rose, qui est soupçonnée d'avoir inspiré l'assassinat) se trouvent tous deux en détention préventive. Mais d'autres interpellations devraient suivre. Y compris en France, où les services judiciaires sont sollicités.

Troubles du comportement
Tout a commencé en 2003 lorsque Marie-Charlotte Renault a rencontré Binjamin Pizem, un Israélo-Français résidant dans l'Hexagone. De cette union est née la petite Rose. Cependant, au terme d'une visite familiale en Israël, Marie-Charlotte a décidé d'abandonner son mari pour vivre avec son beau-père Ronny. L'époux délaissé est donc rentré en France avec Rose qui a ensuite été partiellement prise en chargé par la DASS (Direction des affaires sanitaires et sociales).

Ballottée entre un père qui peinait à l'éduquer en France et une mère vivant en Israël mais qui la rejetait, l'enfant n'aura connu que le malheur. Elle a, semble-t-il, également été maltraitée et abusée.

« Nous ne pouvons pas encore révéler ce que nous savons mais je ne souhaite à personne de connaître une enfance telle que la sienne », a déclaré lundi le responsable de l'enquête israélienne. Qui confirme cependant qu'en raison des mauvais traitements, l'enfant souffrait de troubles du langage et du comportement.

Récupérée par sa mère en décembre 2007, Rose est rapidement devenue un « poids » pour Marie-Charlotte et pour son compagnon. Après avoir vainement tenté de la placer dans une institution spécialisée, ceux-ci l'ont d'ailleurs abandonnée chez un proche qui la leur a restituée quelques semaines plus tard.

C'est alors que s'est concrétisé le projet de se débarrasser « définitivement » de l'enfant et de le tuer dans des conditions atroces.

Source : La Voix du Nord


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 août 2008, 07:57 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le parcours tourmenté du meurtrier présumé

La police israélienne continue en vain à rechercher le corps de la petite fille et s’attache à mieux cerner la personnalité de son grand-père et meurtrier présumé, décrit comme « étrange et inquiétant » par ceux qui l’ont côtoyé.LE CORPS DE ROSE, la petite Française de 4 ans et demi disparue depuis le 12 mai en Israël, restait toujours introuvable hier. Toute la journée, la police israélienne a continué à draguer la rivière Yarkon à la recherche du cadavre ou d’une valise. En effet, Ronny Ron, le meurtrier présumé de la fillette, a avoué voici plusieurs jours avoir enfermé l’enfant morte dans une valise dont il s’est immédiatement débarrassé dans le Yarkon.

Les recherches désespérément infructueuses conduisent les enquêteurs à douter des dires de Ronny Ron. Non qu’ils remettent en question les soupçons pesant sur cet homme de 45 ans, qui est le grand-père biologique de la fillette, mais la version de la valise contenant le corps commence à les rendre dubitatifs. Les recherches sont donc étendues à Netanya, cette cité balnéaire où Rose vivait avec sa mère, Marie-Charlotte, et Ronny Ron, devenu le compagnon de la maman de la fillette. Netanya, cette ville située à 40 km au nord de Tel-Aviv, qui a vu grandir le meurtrier présumé.

Progressivement, les enquêteurs épluchent la vie de Ronny Ron et reconstituent le parcours du couple Ronny - Marie-Charlotte. Né il y a quarante-cinq ans, Ronny avait trois soeurs. L’une d’elle a été assassinée il y a un peu plus d’un mois en Israël. « Elle se trouvait avec son mari chauffeur de taxi, et un passager les a tués pour une raison futile », rapporte une source israélienne. Il y a deux ans, c’est le père de Ronny qui décédait, un père avec lequel il avait toujours entretenu des relations difficiles. De même qu’avec Vivian, sa mère, maintenue en résidence surveillée dans le cadre de l’enquête sur la disparition de Rose (lire ci-dessous). L’union de Ronny et Marie-Charlotte intriguait son entourage. L’une des soeurs de Ronny s’étonnait récemment de la nature du couple : « Toutes les limites ont explosé dans ma famille. La morale et l’humanité en sont exclues. »

« Toutes les fenêtres étaient fermées en permanence »

Chauffeur de taxi, Ronny était au chômage depuis plusieurs mois. Confronté à de graves difficultés financières, il sollicitait régulièrement sa mère, installée à Netanya. Avant de revenir vivre dans sa ville natale avec Marie-Charlotte et Rose au début de cette année, la famille reconstituée s’était établie à Modi’im, une ville nouvelle proche de Tel-Aviv. A Modi’im comme à Netanya, le comportement de Ronny a intrigué le voisinage. « C’est un homme étrange et inquiétant. Toutes les fenêtres étaient fermées en permanence, et il évitait de nous
rencontrer », raconte un voisin.

Israël est bouleversé par cette affaire qui pourrait entraîner des modifications législatives. Hier, le ministre des Affaires sociales, Itzhak Herzog, dénonçait un vide juridique concernant la protection de l’enfance. Aujourd’hui, la disparition d’un enfant ne peut être déclarée que par un membre de la famille. Le ministre souhaite voir étendues les possibilités de saisine de la police en permettant aux voisins, établissements scolaires, hôpitaux, de donner l’alerte.

L’affaire est également suivie de très près par les autorités françaises. Les policiers de l’office central de répression des violences aux personnes (OCRVP) ont été saisis d’une enquête, et les instances judiciaires réexaminent le parcours français de Rose. En février 2005, la fillette était rentrée en France pour y vivre avec son père. Deux ans plus tard, cet homme, 23 ans aujourd’hui, avait été soupçonné de maltraitance et avait été mis en garde à vue et interrogé. Si la justice avait décidé de ne pas le poursuivre, elle avait néanmoins ordonné le placement de l’enfant dans un foyer spécialisé.

Source : Le Parisien


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 02 sept. 2008, 17:52 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
A l'heure où nous mettons sous presse, des équipes de plongée continuent à draguer les berges du fleuve Hayarkon à la recherche du corps de la petite Rose.

La police envisage d'assécher le lit du fleuve sur 200 m, au risque de faire disparaître d'éventuels indices. Quant à la presse, elle est en mal d'informations et les enquêteurs piétinent.

Israël, connu pour être la patrie de l'enfant-roi et de la solidarité nationale, est à la fois assommé et fasciné par les développements ahurissants d'un feuilleton qui fait la une de tous les quotidiens israéliens depuis le 26 août au matin, quand le tribunal a levé le black-out imposé à la presse deux semaines durant.
Certains journalistes se repentent déjà de s'être abaissés à un voyeurisme obsessionnel, sous couvert de feinte compassion pour une petite fille dont personne ne s'était réellement soucié de son vivant...
Afin d'éclairer ce phénomène social et médiatique peu courant, il convient de faire un retour sur l'un des faits-divers les plus déroutants du pays.

De père en fils

Tout a commencé il y a de cela une vingtaine d'années lorsque Elisabeth Pizem, une touriste française venue passer ses vacances en Israël, tombe enceinte d'un jeune homme israélien du nom de Ronny Ron. La jeune femme rentre en France, fait savoir à son amour de vacances qu'un fils est né de leur union, mais ce dernier refuse de reconnaître l'enfant.

La mère élève son fils, Benjamin, sans lui révéler l'identité de son père biologique et ce n'est qu'à l'âge de vingt ans que ce dernier découvre son ascendance israélienne, tandis que son père exprime étonnamment le désir de le rencontrer.
On suppose alors que Betty Pizem avait gardé le contact avec cet amant passager ou encore que ce dernier, animé par un soudain désir de paternité, ait éprouvé le besoin de faire amende honorable.
Benjamin rencontre Marie-Charlotte alors qu'ils n'ont tous deux qu'une quinzaine d'années. Selon Isabelle Deshayes, mère de Marie : "C'étaient deux jeunes adolescents très amoureux l'un de l'autre qui voulaient absolument un enfant." Rose naît alors deux ans plus tard.

Tandis que tout semble aller au mieux dans le meilleur des mondes, certaines rumeurs font état du comportement violent de Ben à l'encontre de sa compagne...

Le couple se marie et prend la décision de s'installer en Israël le 28 décembre 2004. L'adresse que Marie-Charlotte communique à ses amies virtuelles du site famille.com est celle de Ronny Ron, son beau-père et père biologique de son époux Benjamin.
Ce dernier a, en effet, invité le couple et leur petite fille Rose, âgée d'un peu plus d'un an, à séjourner chez lui. Deux mois suffisent à Marie pour entamer une liaison avec le père de Benjamin qu'elle laisse rentrer seul en France avec leur fille en février 2005.

Ben demeure quelque temps chez sa mère Betty qui témoigne de l'état psychique du père et de l'enfant : "Quand mon fils Benjamin est rentré d'Israël avec la petite, je les ai recueillis tous les deux à la maison. Il était anéanti. Mais Rose, elle, était gaie et heureuse à l'époque. Elle a fait ses premiers pas chez moi."

Que s'est-il passé ensuite ? Toutes les questions sont toujours sans réponse... Betty prétend s'être occupée de la fillette pendant 17 mois. Mais cette dernière aurait séjourné 7 mois dans un foyer pour l'enfance après avoir été hospitalisée un mois et demi pour des raisons encore obscures, que l'établissement se refuse à révéler...
Voici ce que Betty affirme dans une entrevue accordée le 28 août dernier au quotidien français
Le Parisien : "Quand j'ai su pourquoi Rose était à l'hôpital, j'étais sous le choc. Elle avait des ecchymoses sur le dos et elle m'a dit qu'on lui avait 'fait bobo'.
C'est inimaginable pour moi que mon fils ou sa nouvelle compagne aient pu lui faire du mal, mais les paroles de Rose résonnent encore dans ma tête...".
Sur ce, Marie-Charlotte rentre en France pour divorcer de son époux et obtient la garde de sa fille Rose. Le placement dans le foyer est ainsi levé et la fillette repart en Israël en décembre 2007 aux côtés d'une mère qu'elle n'a pas vue depuis deux ans et qu'elle peine à reconnaître...
Rose, qui avait déjà dû accepter (en France) la présence d'une nouvelle compagne aux côtés de son père et d'un petit frère né de cette union, est propulsée dans une famille composée d'une mère quasi inconnue, d'un beau-père qui est également son grand-père et de deux petites sœurs (née de l'union de Marie et Ronny) dans un univers linguistique qui lui est totalement étranger.

La situation de la fillette, déjà problématique du fait des sévices subis en France, s'aggrave encore. Sa mère fait un rejet total et veut la faire adopter. Ron et Marie-Charlotte essaieront, en vain, de la placer dans une institution.

Rose passe en fait le plus clair de son temps chez son arrière-grand-mère Viviane (mère de Ron) qui refuse pourtant d'en assumer la charge. A ce stade, Rose présente tous les symptômes de l'enfant abandonné, se tape la tête contre les murs et souffre d'incontinence.

Une fillette en état de survie

Les services sociaux israéliens alertés n'auraient pas réagi aux appels à l'aide d'une famille qui n'était pas en mesure de prendre soin de leur enfant.
Un 12 mai, Ronny, Ron excédé vient chercher la petite Rose chez Viviane qui n'en veut plus et s'en débarrasse à son tour en la jetant supposément dans le fleuve Hayarkon après l'avoir "accidentellement" battue à mort...

Dès le mois de juin, les grands-mères en France signalent la disparition à la police et au consulat, mais ce n'est qu'à la mi-août que les services de police placent Marie-Charlotte et Ronny en garde-à-vue à la suite d'une déposition de Viviane.

L'innocence de la mère qui prétend n'avoir rien su des agissements de son compagnon est retenue.
Mais des sources policières révéleront que

Marie avait contacté un ami de la famille pour le supplier de lui procurer une petite fille de l'âge de Rose au plus vite, à défaut de quoi Ronny serait envoyé en prison.

Depuis, les services de police n'écartent aucune hypothèse. Revenus de tous les mensonges ou semi-vérités, ils n'hésitent pas à fouiller n'importe où et à donner foi à tous les témoins.

Tout est envisagé et chacune des douteuses versions de Ronny scrupuleusement vérifiée (le couvent catholique, la yeshiva, les Bédouins, les Palestiniens, le foyer français...)
La police commence à comprendre que le suspect n'a pas forcément trop envie que le corps soit retrouvé de sitôt, probablement par crainte que l'on n'y découvre des traces de préméditation.

Cette lamentable saga ne pouvait manquer d'attirer l'attention de la presse et de l'opinion publique. Même si beaucoup retiennent moins le martyr d'une petite fille que le mystère macabre qui l'entoure.
Chaque nouveau détail de l'affaire intrigue. Voilà pourquoi toute la presse israélienne s'est emparée du sujet, jusqu'au Haaretz, qui a publié une quantité non négligeable d'articles, avant de faire mine de s'en repentir à présent. L'affaire "Rose" est une histoire qui vend.

Quant à la communauté française de Netanya, elle voit dans ce fait-divers le terrible mythe de l'Israélien tueur d'enfant, image parfois véhiculée par les médias français sur fond de conflit israélo-palestinien et préférerait que rien ne filtre...


Pourtant, cette histoire concerne les deux sociétés, française et israélienne, et invite à s'interroger sur les manquements des systèmes judiciaire, social, diplomatique et policier qui n'ont pas su réagir à temps à une situation d'urgence.

CCette affaire pourrait être l'occasion d'une prise de conscience collective menant à une réforme conséquente des institutions et des comportements. Si tel était le cas, la couverture médiatique du calvaire de la petite Rose n'aura pas été totalement vaine.

Sources : Jerusalem post / SOS Enfants


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 sept. 2008, 22:03 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Disparition de la petite Rose : le principal suspect se rétracte


Il avait avoué au cours des interrogatoires avoir battu à mort sa petite-fille âgée de 4 ans et demi, avoir ensuite dissimulé le corps dans une valise et l'avoir jeté dans le Yarkon, une rivière longeant Tel-Aviv. Mais toutes les recherches effectuées dans la rivière avec des moyens considérables se sont avérées vaines. La petite Rose, disparue sans laisser de traces il y a plus de trois mois, reste introuvable. Depuis, ce chauffeur de taxi de 45 ans est revenu sur ses déclarations, selon la presse israélienne.

Principal suspect dans la disparition en Israël de cette fillette française, Ronny Ron explique avoir parlé sous la pression de la police. "Les policiers m'ont soutiré de force des aveux. La dernière fois que j'ai vu Rose, elle était en vie et je ne sais pas ce qu'elle est devenue. J'étais tellement sous pression que j'aurais pu avouer n'importe quoi", a déclaré le suspect, qui vivait en couple avec la propre mère de la fillette.

La mère également soupçonnée d'infanticide

Malgré les rétractations de l'homme qui est à la fois le grand-père et le beau-père de Rose, le tribunal de Ramleh, près de Tel-Aviv, a ordonné son maintien en détention préventive pour dix jours supplémentaires ainsi que celui de la mère de Rose, Marie-Charlotte Renaud, 23 ans, soupçonnée également d'infanticide. Lors de l'audience, la police a présenté à la cour comme indice une note de la jeune femme où elle confiait : "J'ai été choquée d'apprendre ce qui est arrivé à Rose. Je suis une mauvaise mère."

La disparition de la fillette fait également l'objet d'une enquête en France, près de Paris, où résident des proches de la victime. C'est en effet la grand-mère paternelle de Rose, inquiète de ne plus avoir de nouvelles de sa petite-fille, qui avait alerté les autorités françaises et israéliennes en avril dernier. Elle a également déclaré avoir "informé les autorités françaises depuis le mois de juin". Les deux grands-mères, qui résident toutes les deux en France, avaient alors porté plainte dans leurs commissariats respectifs pour la "disparition inquiétante" de la petite fille. Le parquet de Versailles s'est ainsi saisi de l'affaire. Une enquête menée par l'Office central de la répression des violences faites aux personnes a été ouverte le 27 août dernier

Source : Le Point


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 11 sept. 2008, 12:05 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le corps de Rose, la fillette française disparue, retrouvé dans une rivière en Israël



JERUSALEM — Le corps de Rose, une fillette française de quatre et demi qui aurait été tuée par son grand-père israélien, a été retrouvé par la police dans la rivière Yarkon, près de Tel-Aviv, a-t-on indiqué jeudi de sources policières.

Le corps de la fillette se trouvait dans une valise rouge qui a été récupérée par deux plongeur de la police, a-t-on précisé de mêmes sources. La police procédait depuis des semaines à des recherches dans cette rivière qui longe les quartiers nord de Tel-Aviv, à la suite d'aveux de son grand-père paternel, Roni Ron, un chauffeur de taxi de 45 ans.

Celui-ci, qui vivait en concubinage avec la propre mère de Rose, Marie-Charlotte Renaud, 23 ans, était revenu mardi sur ses aveux. Il avait auparavant avoué durant ses interrogatoires avoir battu la fillette à mort avant de dissimuler le corps dans une valise et de le jeter dans le Yarkon.

"Les policiers m'ont soutiré de force des aveux. La dernière fois que j'ai vu Rose, elle était en vie et je ne sais pas ce qu'elle est devenue", avait déclaré mardi à des journalistes Ronny Ron. "J'étais tellement sous pression que j'aurais pu avouer n'importe quoi", a poursuivi le grand-père paternel de Rose, qui vivait en couple avec la propre mère de la fillette.

Le tribunal de Ramleh, près de Tel-Aviv, a ordonné son maintien en détention préventive pour dix jours supplémentaires ainsi que celui de la mère de Rose, Marie-Charlotte Renaud, 23 ans, soupçonnée également d'infanticide. Lors de l'audience, la police a présenté à la cour comme indice une note de la jeune femme où elle confiait: "j'ai été choquée d'apprendre ce qui est arrivé à Rose. Je suis une mauvaise mère".

Rose avait disparu sans laisser de traces il y a plus de trois mois en Israël. Cette disparition faisait également l'objet d'une enquête en France, près de Paris, où résident des proches de la victime dont le père.

Source : AFP


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 sept. 2008, 13:04 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Petite Rose: l'autopsie en Israël censée fournir des indices


— La police israélienne procédait vendredi à l'autopsie du corps présumé de Rose, une petite Française qui aurait été tuée par son grand-père, pour obtenir des indices sur les circonstances de sa mort.

Ce drame bouleverse les Israéliens, hantés par l'image de la petite fille au visage d'ange et au sourire triste, qui fait la Une vendredi de toute la presse.

La veille, le corps d'une enfant qui, selon tous les indices est celui de la petite Rose, a été retrouvé dans le fleuve Yarkon près de Tel Aviv après de longues et difficiles recherches.

Le corps a été repêché par des plongeurs dans un sac de voyage rouge, avec un tétine et d'autres objets d'enfant, à quelques centaines de mètres en aval du point où le grand-père avait déclaré l'avoir jeté à l'eau.

"C'est fini", titrent les journaux israéliens, qui soulignent les efforts de la police pour retrouver le corps mais déplorent que les autorités, faute de vigilance, n'aient pas réagi à temps aux mauvais traitements dont était victime la fillette.

"Pourquoi personne n'a rien vu? Pourquoi personne n'a rien entendu? Pourquoi personne n'a témoigné et, si on l'a fait, pourquoi les signaux d'alerte ne se sont pas allumés", s'indigne le quotidien Yediot Aharonot.

"Nous procédons à l'autopsie et nous escomptons avoir des résultats plus tard dans l'après-midi", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

Il a précisé que des "tests d'ADN sont en cours et sont effectués également sur le grand-père et la mère", notamment aux fins d'identification définitive de la fillette.

A la demande de la défense, des médecins légistes désignés par des avocats des suspects participaient vendredi matin eux aussi à l'autopsie.

Les plongeurs ont repris vendredi leurs recherches dans le fleuve, la police cherchant d'autres éléments susceptibles de les aider dans leur enquête, rapporte la radio publique.

Rose, une fillette française de quatre ans et demi, aurait été tuée par son grand-père paternel, Ronny Ron. Cet Israélien de 45 ans avait fait des aveux juste après son arrestation en août.

Le suspect avait précisé qu'il avait battu l'enfant à mort avant de mettre le corps dans une sac qu'il avait jeté dans le Yarkon. Depuis, les recherches entamées par les plongeurs des services de secours étaient compliquées par le caractère extrêmement opaque des eaux du fleuve.

Mardi, Ronny Ron était revenu sur ses aveux, criant aux journalistes lors d'une audience au tribunal, "la dernière fois que je l'ai vue, elle était vivante". Mais selon la police il a de nouveau admis avoir tué la fillette, après la découverte du corps dans le fleuve.

Ronny Ron, un chauffeur de taxi, vivait avec la mère de Rose, Marie-Charlotte Renaud, 23 ans, avec laquelle il a eu deux petites filles qui ont été placées par les services sociaux le jour de l'arrestation de leurs parents.

Marie-Charlotte Renaud avait précédemment été mariée au fils de Ronny Ron avec lequel elle avait eu la petite Rose. La police israélienne croit Marie-Charlotte complice du meurtre ou du moins de s'être tue et a obtenu plusieurs prolongations de la garde à vue des deux suspects.

Rose avait disparu sans laisser de trace il y a plus de trois mois en Israël. L'alerte avait été donnée en Israël uniquement début août par l'arrière grand-mère de Rose, Viviane, qui avait gardé la fillette pendant des semaines à la demande de Ronny.

En France, où la disparition de Rose faisait également l'objet d'une enquête, la grand-mère paternelle de la fillette, Betty Sghaier, a demandé jeudi le rapatriement du corps afin que les "obsèques aient lieu en France".

"Ce sont des monstres, des assassins, ils n'ont pas de coeur! Je veux que Ronny et Marie-Charlotte soient punis, qu'ils croupissent en prison", a-t-elle dit à l'AFP.

Source : AFP


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 sept. 2008, 18:55 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
première autopsie du corps de la petite Rose Pizem n'a pas permis de déterminer la cause de sa mort, a rapporté dimanche un porte-parole de l'Institut Greenberg, centre de médecine légale.
Les restes de la fillette âgée de quatre ans ont été retrouvés jeudi dans une valise au fond du fleuve Yarkon à Tel-Aviv. Suspectés d'être responsables de sa mort, la mère et le grand-père de l'enfant - en couple - ont été arrêtés.

Bien que les médecins légistes n'aient trouvé aucun signe de violence, la police s'est dite confiante quant à l'inculpation prochaine du couple.
D'après Emmanuel Gross, professeur de l'Université de Haïfa et expert en droit pénal, le Parquet est en mesure d'inculper pour meurtre le grand-père Ronnie Ron suite à ces aveux.
Ce dernier est passible de 20 ans de prison pour homicide involontaire. Le droit pénal prévoit également une peine plus légère de trois ans maximum pour meurtre par négligence, qui inclut "manque de prudence, acte irréfléchi ou imprudent."

Selon les résultats de l'enquête, il est aussi possible que Ronnie Ron soit inculpé pour meurtre avec préméditation. La police a demandé une seconde autopsie du corps de Rose.

Source : Jerusalem Post


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 sept. 2008, 08:11 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le corps de Rose, tuée en Israël, va être rapatrié en France

Emotion en Israël : le corps retrouvé est bien celui de la petite Rose
Petite Rose: l'autopsie en Israël censée fournir des indicesLe corps de Rose, une fillette française de 4 ans qui aurait été battue à mort par son grand-père en Israël, doit être rapatrié en France jeudi pour y être enterré, a-t-on appris mardi de source policière.

"Le corps de Rose va être rapatrié jeudi en France où elle doit être enterrée", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

Le rapatriement avait initialement été prévu mardi mais a été retardé en raison de "problèmes bureaucratiques", a précisé le porte-parole.

Le corps avait été retrouvé jeudi dernier dans un sac dans un fleuve près de Tel-Aviv après des semaines de recherches.

Rose avait disparu sans laisser de traces il y a plus de trois mois en Israël. L'alerte avait été donnée début août par son arrière-grand-mère.

Son grand-père paternel israélien, Ronny Ron, 45 ans, avait fait des aveux juste après son arrestation en août, précisant qu'il avait battu l'enfant à mort avant de mettre le corps dans une valise qu'il avait jetée dans le fleuve Yarkon.

Mais Ronny Ron était ensuite revenu sur ses aveux.

Ronny Ron, chauffeur de taxi, vivait avec la mère de Rose, Marie-Charlotte Renaud, 23 ans, avec laquelle il a eu deux petites filles.

La jeune femme avait précédemment été mariée au fils de Ronny Ron avec lequel elle avait eu la petite Rose. Elle est détenue par la police israélienne qui la soupçonne de complicité ou du moins d'avoir gardé le silence sur la mort de sa fille.

En France, où la disparition de Rose faisait également l'objet d'une enquête, la grand-mère paternelle de la fillette, Betty Sghaier, avait demandé jeudi le rapatriement du corps afin que les "obsèques aient lieu en France".

Source : Midi Libre


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 sept. 2008, 20:05 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le corps de Rose rapatrié à Roissy


Le corps de Rose, une fillette française de 4 ans qui aurait été battue à mort par son grand-père en Israël, a été rapatrié jeudi en France, a-t-on appris jeudi auprès de la compagnie aérienne El Al.


L'inhumation de la fillette se déroulera lundi à Montesson (Yvelines) dans l'intimité familiale, a-t-on appris de source policière.
Contactée par l'AFP, la grand-mère maternelle de la fillette, Isabelle Deshayes, a affirmé «être en route pour l'aéroport de Roissy afin de récupérer le corps de sa petite-fille», se refusant à faire d'autres commentaires.

Le corps avait été retrouvé jeudi dernier dans un sac dans un fleuve près de Tel-Aviv après des semaines de recherches.
Rose avait disparu sans laisser de traces il y a plus de trois mois en Israël. L'alerte avait été donnée début août par son arrière-grand-mère.
Son grand-père paternel israélien, Ronny Ron, 45 ans, avait fait des aveux juste après son arrestation en août, précisant qu'il avait battu l'enfant à mort avant de mettre le corps dans une valise qu'il avait jetée dans le fleuve Yarkon. Ronny Ron est ensuite revenu sur ses aveux.

Ronny Ron, chauffeur de taxi, vivait avec la mère de Rose, Marie-Charlotte Renaud, 23 ans, avec laquelle il a eu deux petites filles.
La jeune femme avait précédemment été mariée au fils de Ronny Ron avec lequel elle avait eu la petite Rose. Elle est détenue par la police israélienne qui la soupçonne de complicité ou au moins d'avoir gardé le silence sur la mort de sa fille.

Source : Le Parisien


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com