Nous sommes le 25 févr. 2020, 01:06

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 141 messages ]  Aller à la page Précédente 14 5 6 7 810 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 févr. 2006, 00:11 
Hors ligne

Enregistré le : 09 janv. 2004, 21:17
Messages : 129
Je pense qu'il faut que vous lisiez assez attentivement :

- pr?misses : quand on verse du cyanure dans de la josacine, il se produit au bout d'une heure un d?gagement d'ammoniac, et l'ammoniac, cela sent mauvais et c'est caract?ristique.

A dix heures du soir environ, l'infirmi?re set le flacon que lui remet Denis Lecointre, il est parfaitement normal et il ne sent rien.

A deux heures du matin, le médecin revient et sent ? nouveau le flacon, rien, nada, il ne sent rien.

A cinq heures du matin : il d?gage une odeur d'ammoniac telle qu'on ne peut pas respirer le flacon plus d'une seconde.


Donc sachant tout cela, quand a-t-on pu verser le cyanure dans le médicament ?

Ben Le plus t?t, c'est après une heure du matin. Et le plus tard c'est 5h moins le quart.

Donc qui a rajouté le cyanure entre 1 heure du matin et 5 heures moins le quart.

Vous me suivez ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 févr. 2006, 00:17 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2005, 22:20
Messages : 63
Localisation : Sud-Ouest
A deux heures du matin, le médecin revient et sent ? nouveau le flacon, rien, nada, il ne sent rien.

Dites-moi Gihel, ce médecin ne s'appellerait pas Vuillet par hasard ? :wink:
Sinon, je vous suis très bien mais j'ai une tendance naturelle ? me m?fier du témoignage humain. Vous savez pourquoi ?


bien ? vous


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 févr. 2006, 00:46 
Hors ligne

Enregistré le : 09 janv. 2004, 21:17
Messages : 129
Non il s'appelle Daniel Maguer.

Heu oui, certes, mais ces témoignages sont consign?s dans le dossier et personne ne songe ? remettre en cause ce que d?clare M. Maguer.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 févr. 2006, 00:53 
Hors ligne

Enregistré le : 01 févr. 2005, 00:46
Messages : 28
Un livre plus que troublant : "Le poison du doute" de J.M. Dumay.

D'embl?e, l'auteur annonce la couleur : il a lu les 10000 pages du dossier.
Et qu'a-t-il trouvé? Des ?coutes non exploit?es!

La partie charni?re de ces ?coutes est la suivante :"Parce que t'? l'heure, tu vas passer heu, ? la télé toi avec ton produit qu'tas mis dans la Jocacine!" Cette phrase est dite au téléphone par Denis Lecointre ? son ami Jean-Michel Tocqueville.

A partir de l?, la conviction de l'auteur est faite : non seulement Jean-Marc Deperrois est innocent mais il s'agit sans doute d'un accident domestique maquill?. La petite Emilie après avoir pris son médicament se serait rinc?e la bouche avec une solution de cyanure de sodium (incolore) qu'elle aurait pris pour de l'eau , cette solution se trouvant dans une bouteille en plastique , anciennement d'eau minérale. Apr?s qu'elle eut été emmenée aux urgences de l'h?pital, Tocqueville pour ne pas avoir ? subir la responsabilit? civile, et pour brouiller les pistes, aurait ajouté du cyanure dans le flacon de Josacine.

Voici pour la trame du livre. Est-ce cr?dible? On remarquera que Dumay n'accuse jamais Tocqueville, qu'il ?met une hypothèse, et qu'il emploie toujours le conditionnel, ce qui ?vita sa condamnation par un Tribunal qui d?bouta Tocqueville de sa plainte et répondit par oui ? la question pr?c?dente.

Ces ?coutes non exploit?es constituent-elles un fait nouveau susceptible d'ouvrir un procès en révision? Non, car elles figuraient au dossier.

Au lecteur donc de juger et de se forger une opinion...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 févr. 2006, 01:11 
Hors ligne

Enregistré le : 09 janv. 2004, 21:17
Messages : 129
Ca c'est la cour de cassation qui le dit lorsqu'elle si?ge en commission de révision : les ?coutes ne sont pas un élément inconnu de la juridiction puisqu'elles sont dans le dossier.

C'est plus fort que midable !

Mais ce n'est pas ce que dit la loi. Elle dit : inconnu de la juridiction au jour du procès. C'est quoi la juridiction dans notre cas ?

C'est la cour d'assises, ce sont les jurés, ce sont les deux assesseurs et le président.

La question qui est pos?e de par la loi : les jurés avaient-ils connaissance du contenu de ces ?coutes ?

La réponse est bien évidemment non, et pour s'en assurer, la cour de cassation, au lieu de rendre son jugement en 15 jours (record de vitesse !!!), aurait d?, si elle avait été l'?manation d'une véritable d?mocratie, v?rifier si oui ou non, non seulement il avait été question de ces ?coutes lors du procès d'assises, mais mieux encore si on en avait débattu, si on avait respect? le principe du contradictoire.

Ben non, la cour de cassation a d?cr?t? d'un seul coup d'un seul que le contradictoire n'existait plus, que le principe de l'oralit? des débats : le jugement ne repose que sur ce qui se dit lors des débats de façon contradictoire, on pouvait le jeter aux orties et elle a déclaré en quelque sorte : le jugement, c'est le dossier d'instruction. On n'en débat pas ? Pas d'importance. C'est inconnu des jurés ? Pas d'importance etc. etc.

Bravo les amis.

M. Deperrois aurait d? saisir la cour europ?enne des droits de l'homme de cette violation insigne de l'article 6 commis par la cour de cassation. Il ne l'a pas fait, tant pis pour lui et tant pis pour ceux qui suivent.

Mais dire que les ?coutes ne sont pas un élément inconnu de la juridiction susceptible d'entra?ner une révision, c'est tordre le cou aux principes mêmes de ce qui fonde le droit.

Les fondements du droit ? La cour de cassation d?sormais en décide, il n'y a rien au-dessus d'elle pour la contredire. Tout va bien.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 févr. 2006, 02:35 
Hors ligne

Enregistré le : 01 févr. 2005, 00:46
Messages : 28
Si ces ?coutes étaient dans le dossier, et quelles sont sujettent ? faire na?tre un doute quant ? la culpabilité de Deperrois, les avocats de celui-ci auraient du en tirer avantage lors du procès. Or ils ne l'ont pas fait.
Une occasion donc de perdue pour la défense, qui ne se représentera plus.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 févr. 2006, 02:54 
Hors ligne

Enregistré le : 09 janv. 2004, 21:17
Messages : 129
Oui mais peu importe, les avocats ont choisi de ne pas en parler parce qu'ils étaient sur l'hypothèse de Sylvain Vue et que le flacon avait été empoisonné ? Saint-Jean, ce qui est d'ailleurs plus probable pour des questions de niveau et de concentration. Mais la question n'est pas de savoir si les avocats auraient d? en parler ou n'auraient pas d? en parler, la question est de savoir si les ?coutes téléphoniques sont, au sens de la loi sur la révision "des éléments inconnus de la juridiction au jour du procès susceptible de faire na?tre un doute sur la culpabilité du condamn?."

Dans une loi chaque mot compte : "inconnus de la juridiction"

Les avocats n'en parlent pas, ben c'est un fait, l'accusation n'en parle pas, c'est aussi un fait. Si personne n'en parle et que le problème du contenu de ces ?coutes ne donne pas lieu ? un débat contradictoire, alors c'est que ces ?coutes sont un élément inconnu de la juridiction au jour du procès.

Tant pis pour les avocats, tant pis pour l'accusation. l'accusation avait intérêt ? en parler pour qu'on ne puisse plus invoquer cela comme un élément inconnu, elle ne l'a pas fait, elle se met dans le même cas que les avocats.

Je vais vous dire, le nombre d'occasions manqu?es par M. Deperrois et ses avocats, ben c'est assez ?tonnant, cela se chiffre par dizaines. A croire qu'il ne veut pas sortir ou s'en sortir : appels manqu?s, cour europ?enne non saisie et j'en passe...

Le fait de ne pas saisir la cour europ?enne sur le fait que la cour de cassation viole l'article 6 de la convention europ?enne de sauvegarde des droits de l'homme, c'est assez incompr?hensible, peut être plus incompr?hensible que le fait que Libman ait passé les ?coutes sous silence puisqu'elles troublaient le témoignage du docteur Vue..


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 06 févr. 2006, 01:23 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 19 janv. 2006, 22:59
Messages : 27
Localisation : Région Lyonnaise
L'accusation reposait sur le postulat, que la petite fille avait été empoisonné par le médicament. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir quand et par qui, le flacon de josacine a-t-il pu être "contaminé".
dans la soirée ou dans la nuit qui ont suivi le d?c?s de la petite Emilie.
Le flacon devait donc être parfaitement sain au moment ou la petite a pris son médicament. C'est un sacré morceau de l'accusation qui tombe.
Au procès, les ?coutes téléphoniques ont été passées "sous silence", puisque l'accident domestique paraissait improbable et quelles ne pouvaient en aucun cas montrer l'innocence ou la culpabilité de Deperrois.
Aujourd'hui elles présentent un inter?t si l'accident domestique, dans lequel les deux protagonistes des ?coutes auraient des responsabilit?s, était avéré.
M. Lecointre aurait insist? pour qu'une autopsie soit faite. Si la petite fille a bu accidentellement une "dilution de cyanure" et que (ce n'est qu'une hypothèse) M.Lecointre a mis ou a vu quelqu'un (M. Tocqueville au hasard) mettre, la même dilition dans le flacon de josacine, il y a de grande probabilit? pour que l'autopsie confirme que c'est bien le médicament qui a empoisonné la petite. En demandant l'autopsie, il prend peu de risque pour ne pas dire, pas de risque du tout.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 06 févr. 2006, 02:10 
Hors ligne

Enregistré le : 09 janv. 2004, 21:17
Messages : 129
Vous avez raison.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 16 févr. 2006, 19:50 
JUSTICE PROC?S EN DIFFAMATION ? ROUEN
Affaire de la Josacine : l'hypothèse de l'accident domestique en appel
LE MONDE | 16.02.06 | 13h43 ? Mis ? jour le 16.02.06 | 13h43
Rouen, envoyé sp?cial

Image
La justice a une nouvelle fois examiné, mercredi 15 février, ? Rouen, le livre du journaliste du Monde Jean-Michel Dumay intitul? Affaire Josacine Le poison du doute (Stock, 2003), après que Jean-Michel Tocqueville, qui poursuivait l'auteur pour diffamation, et le parquet eurent fait appel du jugement de relaxe prononcé par le tribunal correctionnel du Havre, le 21 novembre 2005 (Le Monde du 23 novembre 2005).
M. Tocqueville est au coeur de l'hypothèse de l'auteur mettant hors de cause Jean-Marc Deperrois dans la mort d'Emilie Tanay, le 11 juin 1994, cons?cutive ? une ingestion de cyanure. Ce chef d'entreprise a été condamné ? vingt ans de réclusion criminelle pour empoisonnement avec pr?m?ditation, le 25 mai 1997. Rejetant le sc?nario criminel retenu par la justice, M. Dumay explore dans son livre-enquête une autre hypothèse : celle d'un accident domestique qui aurait été dissimul?. Le jour du drame, Emilie, 9 ans, avait été confi?e ? la garde des époux Tocqueville.
La cour d'appel a concentr? son attention sur des ?coutes téléphoniques sur lesquelles M. Dumay s'est appuy? pour mettre en doute la culpabilité de M. Deperrois. En date du 16 juin 1994, elles rendent compte de trois conversations entre M. Tocqueville et l'un de ses amis, Denis Lecointre, qui avait apport? un flacon de Josacine empoisonné ? l'h?pital où l'enfant avait été admise. M. Lecointre y parle de ce produit que "t'as mis dans la Josacine". Plus tard, le même dit ? M. Tocqueville : "De t'façon, on est bien clair, nous on s'est pas vus dans la journ?e." A l'audience, M. Dumay a en outre rapport? la r?action de Mme Tocqueville, lorsqu'il lui avait lu le contenu de l'?coute : "Alors c'est lui, c'est mon mari !"
Plaidant pour M. Tocqueville, Me Malka Kreizel-Debleds a estim? que M. Dumay s'était montr? "d'une particuli?re mauvaise foi". "Il fait croire au public que personne n'a vu les ?coutes téléphoniques", alors qu'elles figuraient dans le dossier, lors du procès d'assises en 1997. Sur ce point, l'avocate s'est fait reprendre par le président de la cour, Roland Catenoix ; il lui a signal? que M. Dumay disait seulement que "ni Lecointre, ni Tocqueville n'(avaient) été interrog?s sur les conversations écoutées".
Me Kreizel-Debleds a r?clam? 100 000 euros de dommages et intérêts pour son client "d?moli par cette affaire".
Au nom du minist?re public, l'avocate générale, Am?lie Cladi?re, a reproch? ? l'auteur de ne pas avoir explor? d'autres hypothèses que celle de l'accident. "Car des hypothèses, il y en a des tas", a-t-elle soulign?, requ?rant une amende de 10 000 euros.
Me Yves Baudelot a reconnu la diffamation, mais soutenu la vérité des propos rapport?s et la bonne foi de M. Dumay, qui a r?uni en cinq ans d'autres éléments que les ?coutes. L'avocat a demandé ? la cour de confirmer le jugement de relaxe du Havre, où le tribunal avait reconnu le caract?re "plausible" de l'hypothèse d?fendue par le journaliste. Arr?t le 12 avril.
Pascal Ceaux
Article paru dans l'?dition du 17.02.06
(c) http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 ... 994,0.html


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 févr. 2006, 13:03 
Hors ligne

Enregistré le : 09 janv. 2004, 21:17
Messages : 129
Sauf que le flacon a une apparence normale ? 2 heures du matin et qu'il ne sent strictement rien. Donc si l'ammoniac appara?t au bout d'une heure, cela veut dire que le flacon a été empoisonné au plus t?t ? 1 heure du matin.

Donc que quelqu'un est revenu pour ce faire. Mais l'infirmi?re au procès a dit que ce n'était pas impossible : "pourquoi pas, on se fait bien voler des affaires aux urgences" a-t-elle indiqu


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 06 avr. 2006, 11:31 
Hors ligne

Enregistré le : 16 mars 2006, 18:19
Messages : 1
Localisation : ROUEN (76)
06/04/06 ? 10H37

Josacine: Deperrois libéré sous conditionnelle

Il avait été condamné en 1997 ? 20 ans de réclusion criminelle dans l'affaire de la Josacine empoisonnée. Le parquet d'Evreux a fait appel.

_________________
Le fou est celui qui a tout perdu, sauf la raison...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 avr. 2006, 13:19 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2005, 22:20
Messages : 63
Localisation : Sud-Ouest
J'ai vu l'intervention de Corinne Thanay chez Marc Olivier FOGIEL. Cette dame est de très grande classe. Victime, elle a été plus que maltraitée moralement par l'assassinat de sa petite fille, par les policiers qui l'ont un temps soup?onn?e, par la famille et les amis de Deperrois, par certains journalistes, par une foule haineuse, etc. Cette femme a sombr? dans la d?pression, s'est mise ? boire, a trouvé la force d'arrêter, etc. et elle vient nous dire simplement qu'elle a de la haine pour le meurtrier ( et on la comprend) mais qu'il a fait son temps et qu'il est normal qu'il sorte. Elle ne veut simplement plus l'entendre, lui et son comité de soutien.
Voil? une femme a qui on prend l'enfant dans des conditions atroces et qui a encore la force d'essayer de ne plus vivre avec la haine au coeur. Chapeau, Madame !
Juste un petit b?mol. Madame Thanay demande ? Deperrois d'arrêter de crier son innocence et on la comprend. Mais si cet homme était vraiment innocent, lui serait-il possible de se taire ? D'admettre un crime qu'il n'aurait pas commis ?
Je connais mal l'affaire mais le mobile de ce crime serait la jalousie pour le mari d'une femme avec laquelle il n'aurait eu de rapports qu'une seule fois ? Il aurait empoisonné un sirop qui pouvait être bu par n'importe quel membre de la famille ? Je sais bien que les meurtriers ne sont pas toujours très logiques mais le mobile est bien l?ger.
A part le livre de Dumay, pouvez-vous me conseiller livres ou sites pour m'?clairer ? Merci à tous.

P.S Merci de répondre sur le fond et non sur la forme et n'oubliez pas de lire les r?serves, les conditionnels et autres pr?cautions prises. Les destinataires de ce post-scriptum se reconnaîtront... :wink:


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 avr. 2006, 13:43 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 06 août 2005, 06:09
Messages : 49
Localisation : Provence
Bonjour
Voil? des livres que vous pouvez vous procurer sur amazon.com

Image
Langue Fran?ais ?diteur : Michel Lafon (13 janvier 2005)
Collection : Faites entrer l'accusé
Format : Broch? - 215 pages
ISBN : 2749902177



Image
Langue Fran?ais ?diteur : Grasset (11 février 1998)
Format : Reliure inconnue - 261 pages
ISBN : 224656011X

Pour ma part, j'ai vu le père d'Emilie ? l'emission "7 ? 8" hier soir.
Cette famille envisage de quitter la France ? cause des menaces de mort qui p?sent sur la tête de leur fils.
Que des gens (notables) les harc?lent est tout simplement lamentable.

_________________
[color=blue]Chris.[/color]


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 17 avr. 2006, 13:46 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 06 août 2005, 06:09
Messages : 49
Localisation : Provence
Amazon.fr (pour le site fran?ais) :oops:

_________________
[color=blue]Chris.[/color]


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 141 messages ]  Aller à la page Précédente 14 5 6 7 810 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com