Nous sommes le 01 déc. 2022, 09:54

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 avr. 2008, 12:17 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 19 janv. 2006, 22:59
Messages : 27
Localisation : Région Lyonnaise
Ces jours sur Planéte Justice.

L'affaire Patrick Dils
Culture Infos
• Genre : Documentaire
• Date de sortie : 2002
• Durée : 52 mn
Tous publics

Résumé : Une enquête autour de l'adjudant Jean-François Abgrall, qui fut le premier à faire le lien entre l'affaire Patrick Dils et le tueur en série Francis Heaulme. En 1992, l'adjudant Jean-François Abgrall, basé à Rennes, arrête Francis Heaulme pour un meurtre commis en Bretagne. Au cours des auditions, plusieurs meurtres vont trouver un coupable. Francis Heaulme, très vite surnommé «le routard du crime», se révèle être un tueur en série qui voyage beaucoup. Il va évoquer de lui-même l'affaire de deux enfants retrouvés morts le long d'une voie de chemin de fer, dans l'est de la France. Cette affaire a déjà été jugée. Patrick Dils, un jeune garçon de 16 ans, a été reconnu coupable et condamné à la réclusion à perpétuité. En 1999, l'adjudant Abgrall démissionne et peut enfin parler. La contre-enquête commence.

Autres diffusions
• Dim 27 à 20h45 sur Planète Justice
• Ven 02 à 12h50 sur Planète Justice
• Sam 03 à 22h00 sur Planète

Ce documentaire a déjà été diffusé. Par contre le suivant est inédit (pour moi en tout cas) et il y a des choses intéressantes.


Patrick Dils innocent : qui est coupable ?
• Genre : Documentaire
• Date de sortie : 2004
• Durée : 52 mn
- 10 Interdit aux moins de 10 ans

Résumé : Après quinze ans de prison, la libération de Patrick Dils, déclaré innocent des meurtres de deux enfants survenus en 1986, relance les questions sur cette affaire. Le 28 septembre 1986, peu avant 20 heures, les corps sans vie de deux garçonnets de huit ans, Alexandre et Cyril, sont retrouvés le long des voies SNCF en haut d'un talus à Montigny-lès-Metz. Principal accusé mais sans mobile apparent : Patrick Dils, un adolescent de seize ans. Après quinze ans de prison et trois procès d'assises, la justice tranche : il est innocent. Dans ce cas, qui est coupable ? Selon l'inspecteur Varlet, qui était directeur d'enquête en 1986, ce ne peut être que l'ancien accusé. Pour d'autres, il ne fait aucun doute que le meurtrier n'est autre que «le routard du crime», Francis Heaulme.

Autres diffusions
• Dim 27 à 21h40 sur Planète Justice
• Ven 02 à 14h40 sur Planète Justice
• Dim 04 à 09h30 sur Planète


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 avr. 2008, 12:31 
Hors ligne
administrateur
Avatar du membre

Enregistré le : 12 mars 2005, 23:41
Messages : 616
Ok, merci...

_________________
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains paraissent brillants avant d'avoir l'air con".
Comment se fait-il que certains paraissent si cons même sans lumière ? C'est de la métaphysique pure.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 26 juin 2008, 20:24 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Montigny: Heaulme, le retour?

Un supplément d'information a été ordonné jeudi dans l'affaire du meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz en 1986. Le procureur général souhaite l'audition de deux nouveaux témoins. L'un d'entre eux dit avoir vu Francis Heaulme couvert de sang sur les lieux du meurtre. Ce dernier avait bénéficié d'un non-lieu dans cette affaire en décembre dernier, faute de charges suffisantes.


Dans l'affaire de Montigny-lès-Metz, deux nouveaux témoins accusent Francis Heaulme.

Francis Heaulme était-il à Montigny-lès-Metz le 28 septembre 1986 et a-t-il tué Alexandre Beckrich et Cyril Beining, huit ans, retrouvés morts, le crâne fracassé? Plus de vingt ans après les faits, la question demeure. Et l'affaire de Montigny-lès-Metz, comme celle du petit Grégory, reste l'une des plus grandes énigmes de l'histoire judiciaire française.

La piste du "routard du crime", déjà condamné à sept reprises dont deux fois à perpétuité pour des meurtres, est toujours d'actualité, et ce, en dépit du non-lieu rendu dans cette affaire le 17 décembre dernier. D'abord, parce que la famille d'une des victimes a fait appel de cette décision. Le dossier sera donc rejugé sur le fond le 18 novembre prochain.

Ensuite, parce que des nouveaux témoignages sont venus relancer l'hypothèse de la présence de Francis Heaulme sur les lieux du crime, le 28 septembre 1986. Jeudi, la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Metz a ordonné un supplément d'information, conformément à la demande du procureur général, Jacques-Philippe Segondat.

"C'est difficilement crédible"

Ce dernier souhaite entendre deux nouveaux témoins. L'un d'entre eux dit avoir vu Francis Heaulme couvert de sang sur les lieux du crime, le 28 septembre 1986. L'autre, un ancien prisonnier, affirme qu'un co-détenu lui a raconté comment Francis Heaulme lui avait confié être l'auteur des deux meurtres sanglants. Ces deux témoins se sont manifestés par écrit à la justice, après le non-lieu rendu au profit du tueur. Ils doivent être entendus par la chambre de l'instruction avant l'examen de l'appel, le 18 novembre prochain.

Une décision qui ne ravit pas l'avocate de Francis Heaulme, Me Liliane Glock. "Ces gens se manifestent à la justice plus de vingt ans après les faits... Ce sont pour le moins des personnes un peu lentes à se décider", a-t-elle commenté pour leJDD.fr, précisant qu'ils s'étaient manifestés en novembre dernier après la diffusion d'un reportage sur le sujet dans Envoyé Spécial, sur France 2. "C'est difficilement crédible", a-t-elle estimé. L'avocate dénonce par ailleurs que l'audience de la chambre de l'instruction sur cette demande de supplément d'information se soit déroulée à huis clos. "J'avais demandé à ce qu'elle soit examinée en audience publique. C'est par évidence une affaire médiatique. Qu'est-ce qu'on a encore à cacher?", s'est-elle interrogée. La chambre a en revanche rejeté sa demande de nouvelle audition de Patrick Dils.

Ce dernier avait été un temps accusé des deux meurtres. Agé de 16 ans à l'époque des faits, Patrick Dils avait été condamné à perpétuité en 1989, après avoir avoué le double homicide devant la police et devant un juge. Il s'était ensuite rétracté, évoquant des aveux passés sous la contrainte. Il avait finalement bénéficié d'une procédure de révision de son procès, en raison des soupçons qui pesaient - déjà - sur Francis Heaulme. Nouveau retournement de situation en 2001: Patrick Dils avait finalement été condamné à vingt-cinq de réclusion par la Cour d'assises de la Marne à Reims. Puis, en raison de l'apparition de nouveaux indices, il avait été blanchi, acquitté et libéré en 2002, après quinze ans de prison. Mais ceux-ci, et faute d'aveux circonstanciés de Francis Heaulme, n'ont toujours pas permis d'identifier le tueur de Montigny-lès-Metz. Les deux familles espèrent désormais que ces nouveaux témoins, qui viennent s'ajouter à la longue liste des personnes entendues dans ce dossier, permettront d'en savoir plus.

Source : LE JDD


Me Glock a indiqué à l'AFP que Patrick Dils ne serait pas entendu dans le cadre de ce supplément d'information comme elle l'avait demandé.

L'avocate nancéienne de Heaulme avait demandé à la cour l'audition de Patrick Dils, compte-tenu d'éléments inédits révélés dans un nouveau livre sur l'affaire.

"Cette audition aurait été nécessaire depuis la parution récente d'un nouveau livre sur l'affaire (Heaulme-Dils) et dans lequel sont révélés des éléments jusqu'ici inédits", a-t-elle expliqué.

SOURCE : AFP

"L'affaire Dils-Heaulme, contre-enquête sur un fiasco judiciaire" du journaliste Emmanuel Charlot, est paru en mars.

Voir le livre dans le forum . Rubrique bibliographie


viewtopic.php?t=1192


Patrick Dils ne devrait toutefois pas figurer parmi ces témoins
Il a de son côté déclaré à France info qu'il souhaitait que la "boucle soit bouclée" et qu'on trouve le coupable. "Les parents ont le droit de savoir (...) Qu'on me laisse tranquille mais que la justice avance et fasse son travail", a-t-il dit
.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 déc. 2008, 20:34 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Double meurtre de Montigny : nouveau report du visionnage des auditions de Heaulme

La cour d'appel de Metz a une nouvelle fois reporté vendredi le visionnage des enregistrements vidéo des derniers interrogatoires de Francis Heaulme dans l'affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz, a-t-on appris auprès de l'avocate de l'une des deux victimes.


"Le visionnage par la chambre de l'instruction (de la cour d'appel) a, une nouvelle fois, été reporté pour des raisons techniques mais cette fois
sine die", a indiqué Me Dominique Boh-Petit, avocate de la mère de Cyril Beining, l'un des deux garçonnets de 8 ans retrouvés en septembre 1986 le crâne fracassé sur une voie ferrée.
Ce visionnage devait s'inscrire dans le cadre d'un supplément d'information ordonné en juin par la juridiction messine à la suite d'un non-lieu prononcé en décembre 2007 en faveur de M. Heaulme dans l'affaire de Montigny. Un premier visionnage aurait dû avoir lieu à la mi-novembre mais il avait été reporté pour des raisons techniques. Menées les 12 et 13 mai 2006 par les gendarmes, les auditions du tueur en série avaient conduit à sa mise en examen en juin suivant pour le meurtre des deux enfants, vingt ans après les faits et quatre ans après l'acquittement pour les mêmes faits de Patrick Dils. Au cours de ces interrogatoires, M. Heaulme avait reconnu être monté sur la butte où les deux enfants avaient été tués le 28 septembre 1986. Il avait également admis avoir "retourné l'un des deux corps". Mais lors d'une reconstitution organisée en octobre 2006, il était revenu sur ces déclarations et avait nié être passé par Montigny le jour du crime.

Source : AFP


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 déc. 2008, 21:00 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Citation :
"Le visionnage par la chambre de l'instruction (de la cour d'appel) a, une nouvelle fois, été reporté pour des raisons techniques mais cette fois sine die"
Je trouve ça un peu court comme explication. Cela mériterait un développement ...

Raisons techniques : lesquelles ?

Sine die : ça sent le fond de tiroir, je trouve ..


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 sept. 2009, 16:53 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
L'enquête rouverte dans l'affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz

JUSTICE - Francis Heaulme avait bénéficié d'un non-lieu...

La cour d'appel de Metz a ordonné un nouveau supplément d'information dans l'affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz (Moselle) pour lequel Francis Heaulme a bénéficié d'un non-lieu, a indiqué ce mardi l'avocate du tueur en série.

Liliane Glock a confirmé que la chambre de l'instruction de la cour avait notamment ordonné que Francis Heaulme soit confronté à un homme qui, en 1987, avait livré des aveux complets pour le meurtre de deux garçonnets de 8 ans, Cyril Beining et Alexandre Beckrich, retrouvés en septembre 1986 le crâne fracassé sur une voie ferrée de Montigny-lès-Metz.

Description précise des vêtements

Par la suite, cet homme, Henri L., avait été mis hors de cause par la justice bien qu'il ait donné une description précise des vêtements portés par les deux petites victimes et que Francis Heaulme eût affirmé l'avoir croisé sur les lieux du crime, portant un T-shirt maculé de sang.

Il s'agit du second supplément d'information ordonné par la cour d'appel de Metz dans cette affaire. Le 26 juin 2008, la cour avait déjà donné droit à de nouvelles investigations demandées par le procureur général de Metz, Jacques-Philippe Segondat, après que la justice eut reçu des témoignages postérieurs au non-lieu dont Francis Heaulme a bénéficié en décembre 2007.

Acquittement

En 1989, un apprenti-cuisinier de 16 ans, Patrick Dils, avait été condamné à la perpétuité par la cour d'assises des mineurs de la Moselle pour le double meurtre de Montigny. En 2001, il avait été à nouveau condamné à 25 ans de réclusion par la cour d'assises de la Marne lors d'un procès en révision. Mais le 24 avril 2002 à Lyon, Patrick Dils avait été acquitté par la cour d'assises du Rhône.


Source : 20 Minutes


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 sept. 2009, 08:41 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Des aveux vieux de 23 ans relancent « l'affaire Patrick Dils »

Rue89 a obtenu le PV des aveux d'un « témoin » qui revient sur le devant de la scène dans le double crime de Montigny-lès-Metz.


C'est un énième épisode dans ce qui restera l'affaire « Dils », du nom du jeune homme accusé d'avoir tué Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, à coups de pierres sur le ballast d'une voie SNCF à Montigny-lès-Metz, en 1986. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Metz a ordonné mardi un supplément d'information dans une affaire où il n'existe plus aucun coupable.

Patrick Dils, âgé de 16 ans au moment des faits, avait été condamné deux fois, à perpétuité puis à 25 ans de réclusion. En 2002, après quinze ans de détention, il avait été acquitté à Lyon. L'enquête en révision, conduite par la gendarmerie, s'était orienté entre temps sur la piste de Francis Heaulme, surnommé le « routard du crime ». Mais celui-ci a finalement bénéficié d'un non-lieu.

La chambre d'instruction de Metz demande pourtant que ce tueur en série soit confronté à Henri Leclaire, une vieille connaissance des policiers qui avaient mené la première enquête, puisque cet homme avait « avoué », le 10 decembre 1986, avoir tué les deux enfants.

« C'est un détraqué sexuel, il était environ à 7 ou 8 mètres »

Henri Leclaire, connaissance des gendarmes également, car le 30 janvier 2002, Francis Heaulme leur avait spontanément raconté l'avoir vu tout près de la scène du crime :

« Le jour où j'étais présent rue Venizelos où les enfants ont été assassinés, j'ai vu un homme petit et trapu avec des cheveu courts, un pull à motif et un pantalon vieillot descendre en vitesse du talus. C'est un détraqué sexuel, il était environ à 7 ou 8 mètres.

Nous nous sommes regardés. Il était tout rouge… rouge comme une tomate… il s'enfuit… Je pense qu'il a fait une connerie, il est six heures moins vingt du soir. C'est ce type qui a tué les enfants, il avait le tee shirt en sang, il était affolé, il m'a fait très peur. »


Francis Heaulme a souvent raconté tout et son contraire au fil des dossiers où il a été reconnu coupable de meurtre (six à l'heure actuelle) mais ses dépositions sont également truffées d'informations exactes.

Me Thomas Hellenbrand, l'avocat d'Henri Leclaire cité par LibeStrasbourg, regrette le « coup de projecteur que l'on met sur quelqu'un qui a un casier judiciaire vierge :


“Je ne vois pas du tout quel élément nouveau est intervenu depuis que mon client a été mis hors de cause par les policiers quelques heures après sa première audition. Je ne vois pas ce que ça peut apporter aux familles des victimes de leur faire croire, vingt-trois ans après les faits, qu'il y aurait un nouveau suspect.”


Si son client est effectivement entendu comme témoin assisté, relève-t-il, cela lui permettra toutefois de “consulter enfin les pièces de ce dossier”.

Il m'est arrivé d'attrapper des enfants qui jouaient-là
Rue89 a pu consulter les aveux circonstanciés d'Henri Leclaire, aujourd'hui âgé de 61 ans.

A l'époque -en 1986-1987-, la police judiciaire de Metz faisait exploser les compteurs d'élucidation des crimes : pas moins de trois hommes avaient passé des aveux circonstanciés et répétés du meurtre de Montigny. Dils l'apprenti pâtissier, et deux manutentionnaires.

La journaliste Brigitte Vital-Durand qui a suivi toute l'affaire pour Libération, raconte comment la police a extorqué des confessions à trois suspects au profil similaire :

“Trois hommes qui sont célibataires, qui n'ont pas d'enfant, vivent chez leurs parents et sont considérés par la police comme des ‘neuneus’.”


Seul Dils, en dépit de l'absence de preuve, intéressera les policiers. Les deux autres, dont Leclaire, sont vite renvoyés à leurs foyers.

Le procès verbal d'audition de Leclaire est daté du 10 décembre 1986, soit deux mois et demi après les meurtres. L'audition démarre à 10h45 . Il explique qu'il est manutentionnaire dans une maison d'édition et que son métier le conduit à nettoyer “autour” des bennes qui sont placées à l'arrière de l'usine, c'est à dire rue Venizelos, là où les enfants ont été tués :

“A plusieurs reprises j'ai constaté que des enfants rentraient dans la benne et jetaient des papiers par terre. Cela ne me plaisait pas car le lendemain j'étais obligé de les ramasser. Il m'est arrivé d'attraper des enfants qui jouaient-là.”


Rien de plus, jusqu'à 23 heures, troisième interrogatoire :

“J'ai vu d'abord les vélos et ensuite les enfants qui jouaient sur le talus. J'en ai reconnu, que j'avais attrapé une première fois, le nommé Alexandre (…).

J'ai commencé à les engueuler. Je leur ai donné une gifle chacun. Je me suis énervé. Je les ai un peu bousculés. J'en tenais un par chaque main. Ils ne se sont pas débattus, n'ont pas crié. Cela a duré cinq minutes environ. Il y en a un qui a réussi à se sauver. J'ai couru après et je l'ai rattrapé. A un moment donné, Alexandre a trébuché, et il est tombé à terre, où il a heurté un rail. Il était alors sur le dos.


L'autre voulait s'enfuir et en reculant il a heurté un tampon avec la tête, il est également tombé sur le dos. A ce moment, les enfants étaient à terre l'un à côté de l'autre. J'ai pris une pierre de la grosseur d'une main et j'ai tapé à tour de rôle sur les fronts des enfants. J'ai porté à chaque enfant un seul coup.”


Henri Leclaire signe sa déposition à 1h30 du matin, le 11 décembre. A 10h00, il confirme, et ce sont les précisions qui suivent qui intéressent particulièrement les parties civiles car certains détails n'ont pas été publiés dans la presse :

“Je me rappelle il s'agissait de deux vélos de cross d'enfants, de couleur jaune. (…) Je leur ai demandé comment ça se faisait qu'ils m'avaient lancé une pierre, je leur ai flanqué une gifle à chacun, je les ai ensuite secoués pour les faire descendre (du talus), le gosse a trébuché il s'est cogné l'arrière du crane sur la rail, le gosse ne bougeait plus, j'ai pris l'autre gosse, je l'ai poussé un peu, il est tombé également en arrière, il ne bougeait plus.

J'ai vu que les deux saignaient à la tête, ils étaient sans connaissance. Sans savoir pourquoi, mais j'étais très énervé j'ai alors pris une grosse pierre et j'ai frappé la tête de chacun des enfants.”


Enfin l'élément le plus troublant de la déposition, la description vestimentaire des enfants :

“L'enfant que je connaissais, il me semble qu'il portait un petit chandail à manches courtes, jaune blanc cassé, enfin claire et un pantalon foncé. L'autre enfant était vêtu d'un pantalon blanc, il avait un maillot avec rayures horizontales bleues.”


Les policiers font une pause :

“Mentionnons qu'à 11h10, au cours de la présente déclaration, le nommé Henri Leclaire demande à aller au toilettes et y est pris de vomissements”. L'homme est réputé trés émotif, sujet à de fréquents évanouissements. »


Patrick Dils sera le bon

Au cours d'un transport judiciaire sur la scène de crime, le manutentionnaire est incapable de grimper jusqu'au sommet du talus, ce qui va l'innocenter aux yeux des policiers. Et puis l'enquête avance bien. Un deuxième suspect, déja condamné pour « outrage à la pudeur » avoue le 12 fevrier 1987.

Trop de contradictions dans sa déposition, il est écarté. Quelques semaines plus tard, Patrick Dils passait à son tour aux aveux. Pour les enquêteurs, celui-ci sera le bon.

Henri Leclaire sera interrogé dans les mois à venir en qualité de « témoin assisté ». Ce statut intermédiaire concerne, selon la loi, les personnes mises en cause par un témoin ou :

« Contre laquelle il existe des indices rendant vraisemblable qu'elle ait pu participer, comme auteur ou complice, à la commission des faits dont le juge d'instruction est saisi. »


Si deux enfants n'étaient pas réellement morts il y a vingt-trois ans, cette histoire ferait un excellent synopsis pour Cold Case.

Source : Rue 89

VIDEO de l'émission PIECES A CONVICTION

http://www.rue89.com/2009/09/16/des-ave ... trick-dils


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com