Nous sommes le 20 févr. 2018, 23:44

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 175 messages ]  Aller à la page Précédente 18 9 10 11 12
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 août 2007, 14:54 
Hors ligne

Enregistré le : 21 mai 2006, 22:13
Messages : 137
Citation :
"Nous ne demanderons pas d'acte complémentaire", a expliqué Me Dominique Rondu, avocat de la famille d'Alexandre Beckrich, l'une des petites victimes.

"J'attends que l'ordonnance de non-lieu soit rendue pour engager les démarches afin d'obtenir de l'Assemblée nationale qu'un texte soit voté sur le droit pour les victimes de demander la révision d'un procès pénal", a-t-il ajouté.

Je me demande ce qu'il pourrait avancer en tant qu'élément nouveau à l'appui de cette demande, si elle était possible.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 sept. 2008, 15:29 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Patrick Dils aide les élèves en difficulté



C'est un petit pavillon au coeur du village de Méziré (Territoire de Belfort). Près de la sonnette, une étiquette « Dils Patrick ». Ce nom incarne l’une des plus grandes erreurs judiciaires du XX e siècle. Le 20 avril 1987, Patrick Dils, apprenti pâtissier de 16 ans, est inculpé puis condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de deux enfants, Cyril et Alexandre, à Montigny-lès-Metz (Moselle).

Pendant sa garde à vue très tendue , l’adolescent avait avoué le double meurtre avant de se rétracter. Il attendra quinze ans avant d’être entendu et disculpé. La présence sur les lieux du crime, au même moment, du tueur en série Francis Heaulme, et des impossibilités dans l’emploi du temps de Dils, ont permis à ses avocats d’obtenir gain de cause.

Aujourd’hui, Patrick Dils, 38 ans, a trouvé un travail dans une fabrique de casseroles en Franche-Comté. Son pavillon abrite sa collection de Tintin, ses CD, ses tableaux faits en prison ou cette photo en compagnie de Pascal Obispo qui lui dédia une chanson. Enfin, il vient de lancer Louve, une association pour venir en aide aux enfants en difficulté scolaire.

Quel est aujourd’hui l’emploi du temps de Patrick Dils ?

- Patrick Dils. C’est une vie assez banale. Le matin, je pars à pied au travail. Cela représente 3,5 km de marche, qu’il pleuve, qu’il vente. Le travail me convient bien. L’usine où je suis employé fabrique des casseroles de luxe, c’est une entreprise à taille humaine. Je suis à l’expédition. On envoie dans le monde entier. Je rentre en voiture avec une collègue. Mais souvent ma journée n’est pas finie. Je dois m’occuper de mes nombreuses conférences à travers la France pour parler de mon expérience. Je suis donc souvent sur la route le week-end. Et quand ce n’est pas le cas, je vais voir mes parents à Montigny-lès-Metz.

En plus de tout cela, vous venez de créer Louve, une association...

C’est un projet très ancien, j’y pensais déjà en prison, il y a plus de dix ans. L’association a été créée avec deux amis, Laurent Bouquin et Sophie Auger, je suis le président de Louve qui veut dire Livre ouvert d’une vie d’enfant*. L’idée est d’aider des enfants qui ont des difficultés scolaires en finançant, par exemple, des cours particuliers mais aussi, pourquoi pas, une aide à la cantine. Aider un enfant à grandir, c’est pour moi ce qu’il y a de plus beau.

Est-ce que ce choix découle de votre expérience personnelle ?

C’est un projet qui me tient à coeur. Mon parcours scolaire n’était pas très bon, je crois que j’ai redoublé deux fois, et pourtant j’aimais l’école. Mais j’étais très introverti, j’ai connu les quolibets des autres enfants, j’étais montré du doigt. J’aurais aimé qu’une voix extérieure dise « stop » et mette en route le petit déclic qui fait que parfois un enfant travaille mieux en classe. Pour l’association, j’ai pris conseil auprès de ma compagne qui travaille dans une ONG en Afrique. Louve compte une vingtaine d’adhérents, mais on veut grandir avec la bonne volonté de tous, un peu comme Coluche l’a fait avec les Restos du coeur.

« Il y a des choses qui ne se réparent pas »

Avec les indemnités reçues à l’issue de votre procès, vous auriez pu vivre de longues années sans travailler, y avez-vous pensé ?

J’ai reçu près d’un million d’euros ; 300 000 € ont été vers mes avocats et pour mes parents. J’ai eu 700 000 €, bien sûr ça m’a aidé, par exemple pour l’achat de cette maison. Mais la dernière chose à faire aurait été de ne pas travailler et de se contenter de cet argent. Si j’avais fait ça, c’est sûr, je serais clochard aujourd’hui. Je tiens à dire que j’échangerais bien volontiers tout cet argent contre les quinze ans de prison que j’ai vécus. Il y a des choses qui ne se réparent pas.

Etes-vous un homme heureux ?

Tous les matins, dès que je mets le pied par terre, je me dis que je suis heureux et libre. J’adore la vie. Je suis sans haine, sans rancune et ouvert sur les autres. Ce qui m’arrive aujourd’hui, c’est une revanche sur la vie. Le Patrick d’aujourd’hui, c’est celui qui a toujours existé.

* L’association Louve a une adresse mail : pat10x10/free.fr.

Source : Le Parisien
Image


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 déc. 2008, 16:45 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Patrick Dils en conférence sur l'erreur judicaire


Samedi prochain, Patrick Dils, victime d’une erreur judiciaire sans précédent, témoignera et racontera au public sa terrible histoire. Inculpé d’homicides volontaires sur deux garçons à Montigny-lès-Metz, en Moselle en 1987, Patrick Dils a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour meurtre.

Le 24 avril 2002, son innocence a été reconnue par la cour d'assises des mineurs du Rhône. Au total, il aura passé 15 ans en prison pour un crime qu'il n'a pas commis. Au cours de cette conférence, Patrick Dils évoquera son incarcération et son retour à la liberté.

Samedi 6 décembre, entre 20 et 22 heures dans les locaux de l’église chrétienne évangélique, route de Monteux à Carpentras.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 mars 2009, 14:53 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Yves Rénier a présenté samedi dernier, 28 février, dans son émission Affaires criminelles, à 22h20 sur NT 1, un premier volet sur l'affaire Patrick Dills.
J'ai trouvé l'émission intéressante.
La 2ème partie aura lieu ce samedi à la même heure.

En ce qui me concerne, je suis à 300% convaincue de l'innocence de Patrick Dils.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 08 mars 2009, 01:03 
Hors ligne

Enregistré le : 14 déc. 2005, 15:55
Messages : 7
Arf,pas pu voir (ni la 1ère partie ni la 2ème),bon demain il y a la redif du 1er volet,j'espère ne pas la rater cette fois...

Sinon depuis des années que je m'intéresse à cette affaire,absolument la même opinion que vous Danou,même si je pense que ce crime restera à jamais impuni étant donné que les scellés ont été détruits et qu'on ne peut donc plus faire de comparaison ADN...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 08 mars 2009, 10:37 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
La 2ème partie a été très intéressante aussi.

Je dirais qu'à la lumière de ce que nous savons sur le personnage, l'implication de Francis Heaulme me paraît infiniment probable.
Cela dit, il existe également une autre piste. Un témoignage dont personne n'a voulu tenir compte à l'époque et qui met en cause un homme couvert d'éclaboussures de sang mais apparemment pas blessé. Cet homme avait été pris en voiture le jour de l'assassinat des enfants par un jeune homme qui a fait immédiatement le rapprochement lorsqu'il a entendu parler du crime. Il est allé témoigner à la police, qui lui a dit qu'elle le contacterait pour un portrait robot mais ne l'a jamais convoqué. D'après la description faite par ce témoin, l'homme ensanglanté n'était pas Francis Heaulme.
Ce témoin dit également avoir aperçu un 2ème homme sur le talus en passant en voiture.
Un crime commis à 2 ? Le 2ème homme était-il Francis Heaulme ? Impossible à dire au bout de si longtemps.

Mais de toute manière, je n'ai jamais compris qu'il ait fallu l'entrée en scène de Francis Heaulme pour qu'on daigne reconsidérer le "dogme" de la culpabilité de Dils. On a l'impression qu'on n'a accepté d'envisager son innocence qu'à partir du moment où l'on était assuré de tenir un "coupable de rechange". Alors que l'innocence de Dils n'avait pas besoin de cela pour être évidente : le timing était tout simplement impossible.
Et lorsqu'on voit le commissaire qui l'a interrogé, on n'a aucune peine à comprendre comment et pourquoi ce pauvre garçon de 16 ans a pu avouer n'importe quoi ! Il est évident qu'il ne faisait pas le poids devant ce monument de brutalité, de bêtise épaisse et de prétention.

Le commissaire n'est d'ailleurs pas le seul à porter une responsabilité écrasante dans cette affaire. On se demande vraiment comment les magistrats ont pu condamner Patrick Dills 2 fois sur un dossier pareil.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 08 mars 2009, 13:25 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Danou, BtC si vous vous interessez à cette affaire, je ne peux que vous conseiller de lire ce livre :

Image

Les commentaires dans le site.
http://www.justice-affairescriminelles. ... ls+heaulme

Quant aux aveux voilà comment l'inspecteur Varlet ( et non commissaire ) à procédé.

Dils a dit lors de son procès avoir été "nargué, insulté, humilié par les inspecteurs et par les autres gardés à vue" lors de la première nuit passée à la police, après un premier interrogatoire où il n'avouait pas.
L'inspecteur Bernard Varlet lui aurait lancé : "allez, dis la vérité. Imaginons que tu vois les vélos, tu montes sur le talus, tu vois les deux petits garçons, on peut imaginer qu'ils se moquent de toi".
"Alors tu prends une pierre pour leur faire peur et malheureusement tu en blesses un, il tombe à terre. Paniqué, tu prends une autre pierre et tu frappes le deuxième garçon. Complètement paniqué, tu cherches une grosse pierre pour terminer le travail (...) Mais ce n'est pas grave, c'est un accident, on peut comprendre"
.

Patrick Dils, alors âgé de seize ans, aurait, selon son récit, accepté de valider ce que lui disait le policier. "Pour moi, c'était un scénario, rien d'autre, j'aurais pu dire que ce n'était pas moi mais j'avais 16 ans, j'étais terrorisé", a-t-il expliqué.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 08 mars 2009, 14:17 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Je vous remercie, Marathon.

Je sais que les choses se sont passées comme cela.

Et je n'ai aucune peine à le croire.

Lorsque j'étais jeune, je me souviens que j'avais beaucoup de peine à comprendre qu'on puisse avouer un crime que l'on n'a pas commis.
Mais un certain nombre d'expériences - personnelles ou non - m'ont convaincue que non seulement la chose était possible mais encore qu'il n'était pas si difficile que cela de faire avouer quelqu'un. Pire : de le persuader pendant quelques heures ou quelques jours qu'il était coupable.

Bien sûr, il ne faut pas non plus en conclure pour autant que tous ceux qui avouent sont innocents.
Mais en ce qui concerne Dils, il y a d'autres éléments qui m'ont très vite convaincue que la de sa culpabilité ne tenait pas debout.

Le fait de savoir comment Varlet s'y est pris n'a fait que confirmer ma conviction.
Et le fait de voir et d'écouter Varlet a définitivement ancré ma position.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 08 mars 2009, 17:34 
Hors ligne

Enregistré le : 14 déc. 2005, 15:55
Messages : 7
Vu la 1ère partie tout à l'heure,intéressant en effet car on y voit l'enregistrement de la conversation entre Emmanuel Charlot et le greffier présent dans le bureau de la juge d'instruction,un beau spécimen de menteur ce Gérard Matiska...

Et bravo à Me Delrez pour avoir su ne pas rester sur son opinion de l'époque,d'autres devraient en prendre de la graine!


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 08 mars 2009, 17:48 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
BTC a écrit :
Et bravo à Me Delrez pour avoir su ne pas rester sur son opinion de l'époque,d'autres devraient en prendre de la graine!


Oui, j'ai moi aussi été impressionnée par cette honnêteté intellectuelle.

Me Delrez est allé aussi loin qu'il pouvait aller dans sa position et c'est assez rare pour être mentionné.
Et salué.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 175 messages ]  Aller à la page Précédente 18 9 10 11 12

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com