Nous sommes le 27 janv. 2023, 17:34

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 140 messages ]  Aller à la page Précédente 16 7 8 9 10 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 08 mars 2011, 19:19 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Jeannot lui aurait dit qu'il avait fait disparaître la voiture de la victime alors qu'on sait que la Range Rover a été découverte vide.



La voiture Range Rover blanche d'Agnès Leroux n'a jamais eté retrouvée.


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 09 mars 2011, 11:44 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
C'est exact, je me suis trompé. Désolé...

Dans un article de l'Express on peut lire :
Citation :
"A l'époque, Jeannot était en cavale en Italie. Il m'a dit qu'il n'était pas seul et que la fille Le Roux n'avait rien vu venir, raconte-t-il. Après, ils l'ont amenée aux Goudes, près de Marseille, où ils ont jeté son corps et toutes ses affaires dans les Calanques. Ils ont confié son Range Rover à d'autres types pour le faire écraser dans un garage marseillais."
http://www.lexpress.fr/actualite/societ ... 68705.html


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 03 avr. 2011, 16:10 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Il est évident qu'on ne peut écarter les révélations d'Hernandez d'un simple revers de la main et que cela constitue un élément nouveau qu'il convient d'étudier sérieusement.

Moi qui ai toujours cru à une implication d'Agnelet dans cette histoire, je n'ai malgré tout jamais refusé de croire qu'il pouvait ne pas s'être sali personnellement les mains dans cet assassinat (je prononce ce mot car il m'est totalement impossible de croire qu'Agnès puisse être vivante) et que la basse besogne ait pu être effectuée par un professionnel de la pègre.

Ce que je n'ai jamais pu et ne peux toujours pas croire, par contre, c'est qu'Agnelet ne soit pas d'une manière ou d'une autre impliqué dans cette histoire.
Comment expliquer sinon qu'il ait pu mener pendant des mois en bateau la famille d'Agnès qui lui faisait confiance ? Lui faire croire qu'Agnès allait bien, qu'elle avait simplement voulu se mettre au vert pendant quelque temps, qu'elle reviendrait, etc ?
Comment, surtout, expliquer qu'Agnelet se soit comporté dès la disparition de la jeune fille comme s'il savait pertinemment qu'elle ne risquait pas de revenir un jour réclamer son dû (en l'occurrence, les fonds transférés du compte d'Agnès sur le sien peu après qu'Agnès ait cessé de donner signe de vie) ?

Etait-il complice ? Je n'en sais rien. Mais il me semble impossible qu'il n'ait pas été au minimum au courant du meurtre d'Agnès et probablement de l'identité de ses commanditaires.
Etait-il au courant du projet de meurtre ou ne l'a-t-il appris qu'après coup ? Connaissait-il ou non le ou les commanditaire/s ?

Cette nouvelle donne justifierait selon moi l'ouverture d'un nouveau procès. Mais sur la base d'autres chefs d'inculpation, probablement : complicité de meurtre, non-assistance à personne en danger, non-dénonciation de crime ?

J'ai aussi examiné par acquis de conscience une autre hypothèse :

1. Les révélations d'Hernandez ne seraient que des affabulations

2. Hernandez serait sincère mais les confessions sur un lit de mort qui lui ont été faites seraient des inventions.

On ne peut dans un cas comme dans un autre imaginer qu'un motif : faire libérer Agnelet.

Pour quelle raison ?

Je ne crois guère à ce que je viens d'énoncer mais il faut bien examiner toutes les possibilités.

PS : Est-il possible qu'un corps jeté à la mer ne soit pas un jour ou l'autre rejeté sur le rivage ? J'avais toujours pensé que c'était inélucable.



Modifié en dernier par Danou le 03 avr. 2011, 19:20, modifié 1 fois.

Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 03 avr. 2011, 16:59 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
En fonction des courants,Il arrive qu'un corps tombé ou jeté à la mer ne revienne jamais sur terre. En février 2007, une petite fille de 6 ans avait été emportée par une vague, lors d'une promenade familiale sur la plage des Cavaliers à Anglet. Son corps n'a jamais été retrouvé.


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 03 avr. 2011, 17:36 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Citation :
En fonction des courants,Il arrive qu'un corps tombé ou jeté à la mer ne revienne jamais sur terre. En février 2007, une petite fille de 6 ans avait été emportée par une vague, lors d'une promenade familiale sur la plage des Cavaliers à Anglet. Son corps n'a jamais été retrouvé.
Merci pour l'information, Marathon.

Je me demande si ces révélations d'Hernandez sont susceptibles de provoquer un nouveau procès dans cette affaire. Judiciairement parlant, je ne sais pas si ce serait suffisant pour faire bouger les choses.

Qu'en pensez-vous, Marathon ?


Modifié en dernier par Danou le 03 avr. 2011, 18:37, modifié 1 fois.

Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 03 avr. 2011, 17:45 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
Ce qui m'intrigue, c'est que ces miraculeuses révélations interviennent seulement en 2011 après un long parcours judiciaire qui a abouti finalement à la condamnation de M Agnelet en 2008.

Pourquoi il ne s'est pas réveillé avant l'ancien caïd s'il voulait réellement sauver un innocent ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 03 avr. 2011, 18:36 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Je me suis aussi posé la question.

Il se peut que l'approche de la mort ait totalement changé son état d'esprit, lui ait fait connaître un sentiment de remord auquel il était inaccessible auparavant.

Mais c'est vrai que c'est bizarre.

Si l'on ne retient pas cette explication, on en revient à l'hypothèse que j'avançais dans un de mes posts précédents :

Cette révélation (vraie ou fausse) aurait pu être faite dans le but de faire libérer Agnelet.

Reste à savoir quelle/s en serait/ent la/s raison/s ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 03 avr. 2011, 19:02 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Pour ouvrir ce dossier, il faut un élément nouveau. Ces révélations sont à prendre en compte et pourraient être " crédibles". Toutefois je ne pense pas que la justice prenne les déclarations de Jean-Pierre Hernandez comme un élement nouveau, surtout qu'il n'est pas le véritable auteur des aveux et n'est pas impliqué directement dans la disparition d'Agnès Leroux. En effet Jeannot Lucchesi qui a fait ces aveux et qui serait le véritable assassin, est décédé en 1987 et ne peut donc plus rien délcarer.

Mes Saint-Pierre et Versini-Campinchi, avocats d’Agnelet. vont déposer une requête en révision doublée d’une demande de remise en liberté de M. Agnelet. ( cela devait être fait courant mars ) Mais quelles preuves peuvent -ils apporter. Si ce n'est les déclarations d'un truand marseillais de 75 ans à la retraite à qui un de ses anciens amis du grand banditisme à raconter....c'est un peu léger comme preuve.

Peut-être que Jean-Pierre Hernandez sera entendu au terme d’un long processus ( sûrement quelques années ) et faute de pouvoir interroger le mort désigné comme assassin, la justice parisienne ira-t-elle jusqu’à réviser ou à annuler le procès ? J'en doute. Jean-Pierre Hernandez (75 ans ) sera t-il encore en vie d'ici là ?

Depuis l’après-guerre, cette fameuse justice ( qui n'aime pas reconnaître ses erreurs ) n’a prononcé une telle décision qu’à huit reprises.

Pour ma part, je pense qu'Agnelet fait partie des personnes qui ont commandité l'enlèvement et sûrement l'assassinat d'Angès Leroux.Ces révélations ne ne le disculpe pas complètement. Je ne crois donc pas du tout à un nouveau procès.

D'autres personnes ( peut-être plus toutes jeunes ) impliquées dans cette afffaire de casino sont certainement en liberté. Encore faut-il les trouver.


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 03 avr. 2011, 19:18 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Votre réponse, Marathon, correspond bien à mes impressions.

Je ne m'attends pas non plus à ce que la justice accepte de recommencer le procès. Pour les raisons que vous en donnez : les déclarations d'Hernandez sont de deuxième main et absolument rien ne prouve

1.
Qu'Hernandez n'ait pas affabulé
2.
Que Lucchesi n'ait pas affabulé

Il faut bien moins d'éléments de doute que ça à la cour de révision pour refuser de réviser !

Je n'y crois donc pas.

Et je suis comme vous convaincue qu'Agnelet n'est pas blanc comme neige dans cette histoire. Qu'il n'ait pas tué Agnès de ses propres mains, je veux bien. Mais il y a de fortes probabilités pour qu'il ait été au moins co-commanditaire.
Et au courant du meurtre (avant ou après) et de l'identité de ses auteurs, j'en suis persuadée.


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 04 avr. 2011, 10:02 
Hors ligne

Enregistré le : 17 avr. 2008, 09:55
Messages : 467
Localisation : Nissa (País Nissart, Occitània)
Pour moi il ne fait aucun doute qu'il a été au courant du meurtre. Qu'il ait tué lui-même non, qu'il ait commandité le meurtre c'est possible, mais qu'il ait été au moins au courant de tout cela, c'est certain.


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 04 avr. 2011, 10:23 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
la question qui demeure essentielle :
qui avait intérêt à tuer Mlle Leroux ?
- certainement pas le clan Fratoni qui avait besoin de sa voix pour avoir la majorité au conseil d'administration du casino de Mme Leroux mère.
- sa mère par vengeance parce qu'elle s'est sentie trahie par sa fille qui a donné sa voix au clan adverse ?
- M Agnelet par cupidité ?
- une autre piste à envisager : une mauvaise rencontre d'Agnès Leroux qui serait tombée sur un gang de traficants de voitures ou de trafic de blanches ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 04 avr. 2011, 11:12 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Je ne crois guère à une mauvaise rencontre, bien qu'on ne puisse bien sûr pas l'exclure formellement puisque tout est possible. Si la victime avait été une personne anonyme, pauvre, impliquée dans aucune affaire ni négoce, je dirais oui. Mais en l'occurrence, il me semble que l'assassinat par intérêt a plus de chance de correspondre à la vérité.

Je ne crois pas non plus à une vengeance de la mère. Là encore, je veux bien que tout soit possible. Les parents meurtriers de leurs enfants, cela existe. Mais en l'occurrence, je n'y crois pas. Je ressens Renée Leroux comme une femme autoritaire, forte, probablement capable de dureté (et il le fallait bien pour mener ce genre d'affaires, où la moindre faiblesse ne pardonne pas), y compris dans le cadre familial, mais pas comme une femme cruelle et haineuse. Sans compter que l'acharnement qu'elle met depuis la disparition de sa fille à trouver la vérité ne cadre pas avec une culpabilité.
Je prévois l'objection : cet acharnement pourrait être une suprême habileté pour détourner d'elle les soupçons. Encore une fois, rien n'est impossible. Mais je n'y crois pas.

Agnelet commanditaire ? Déjà plus crédible que la mauvaise rencontre ou la culpabilité de la mère. Je pencherais quand même plutôt pour un Agnelet
co-commanditaire, complice, mais pas seul instigateur. Il aurait pu par exemple, dans le cadre d'un plan d'élimination concocté avec d'autres personnes ayant un intérêt à sa disparition d'Agnès, attirer celle-ci dans un piège. Un tueur à gage se serait alors chargé du sale boulot.

Le clan Fratoni ? On ne prête qu'aux riches, et spontanément ils auraient nettement ma préférence.
Mais votre objection est probablement valable et je ne connais pas assez bien les détails de l'affaire pour en juger.

Question : Que s'est-il passé au sein du conseil d'administration après la disparition d'Agnès ? Cette disparition a-t-elle eu pour le clan Fratoni des désavantages ?
Des avantages ? Ou n'a pas changé grand-chose ?


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 07 avr. 2011, 18:59 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Dans le cadre de la demande de révision déposée par Maurice Agnelet, le président de la Commission de révision des condamnations pénales a, décidé d’entendre Jean-Pierre Hernandez le 28 avril à Paris.


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 28 avr. 2011, 19:53 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Affaire Le Roux : Agnelet "ne mérite pas d'être en prison"

Interview - La commission de révision des condamnations pénales devait entendre jeudi Jean-Pierre Hernandez, un ancien truand qui affirme que ce n'est pas Jean-Maurice Agnelet, mais un de ses vieux amis aujourd'hui décédé, qui a tué Agnès Le Roux. A la veille de cette audition, il a répondu aux questions de TF1 News.


Sa condamnation définitive pour l'assassinat de sa compagne, Agnès Le Roux, en 1977, semblait avoir douché tout ses espoirs. Mais depuis quelques mois, Maurice Agnelet, qui a toujours clamé son innocence, espère à nouveau. Il espère décrocher la révision de son procès. Et, celà, Depuis l'intervention surprise d'un ancien truand marseillais, Jean-Pierre Hernandez, qui affirme que c'est un autre homme qui a commis le meurtre. Surnommé "Gros Pierrot", Jean-Pierre Hernandez sera entendu ce jeudi par la commission de révision. Première étape d'une éventuelle route vers la révision.

La disparition d'Agnès Le Roux, 29 ans, reste une énigme judiciaire, qui remonte à la Toussaint 1977. Ce week-end là, l'héritière du casino niçois Le Palais de la Méditerranée se volatilise après être partie avec sa Range Rover. Ni la voiture, ni le corps ne seront jamais retrouvés. Après avoir bénéficié d'un non-lieu en 1985, son amant, Maurice Agnelet, est finalement renvoyé devant les assises. On accuse cet avocat d'avoir voulu mettre la main sur la fortune de la jeune femme. Acquitté en 2006, il est condamné en 2007 à 20 ans de réclusion, une peine confirmée en cassation. Tout semble alors définitif.

Mais dans un ouvrage paru en mars dernier, intitulé "Confessions d'un caïd"*, Jean-Pierre Hernandez, 75 ans raconte son passé de truand, avec l'aide du journaliste François Mattei. Au gré de ses confidences sur le milieu marseillais, cet ancien de la French Connection rapporte une conversation qu'il aurait eue en 1986 avec un ami voyou, quelques mois avant sa mort. "Jeannot" Lucchesi lui aurait confié avoir tué Agnès Le Roux dans le cadre d'un contrat. C'est sur la foi de ces affirmations qu'une demande de révision a été déposée à la Cour de cassation.

TF1 News : Dans votre livre vous affirmez que ce n'est pas Jean-Maurice Agnelet qui a tué Agnès Le Roux, mais un certain Jean-Marie Lucchesi, un proche du clan Zampa, qui dominait le Milieu marseillais dans les années 70'. Qui est ce Jean-Marie Lucchesi ?

Jean-Pierre Hernandez : Jeannot ? Je le connais depuis les années 60'. C'était un très grand ami, c'était mon frère. On a fait des affaires ensembles. On a d'ailleurs été condamnés ensemble dans le célèbre procès de la French Connection. (ndlr : une vaste affaire de trafic d'héroïne entre la France et les Etats-Unis remontant aux années 70').

TF1 News : Dans quelles circonstances vous aurait-il fait ses confidences ?

J-P.H. : Il se trouve que moi, je suis resté pendant près de 13 ans en cavale, à partir de 1975. La disparition d'Agnès Le Roux a eu lieu en 1977. Quand je suis rentré en France, au milieu des années 80, je me suis installé dans le Nord. Jeannot a alors repris contact avec moi par l'intermédiaire de mon petit frère. Il me demandait si je pouvais descendre jusqu'à lui dès le lendemain, dans le Vaucluse. Arrivé là-bas, chez mon frère, un certain Marc Monge m'attendait. (ndlr : Marc Monge, qui contrôlait les machines à sous dans le Vaucluse, a été abattu le 8 janvier 2000 à Saint-Ouen). Il m'a emmené avec une amie à moi retrouver jeannot dans un restaurant sur la montagne. Tout s'est bien passé. Et à un moment, Jeannot a dit à mon amie 'excusez-moi madame, j'ai des révélations très graves à faire à Pierrot, nous nous retirons'. Nous sommes allés dans une autre salle et c'est là qu'il m'a dit que l'affaire de Nice c'était eux. Et voilà.

TF1 News : Qu'est-ce que cela veut dire : "c'était eux" et "et voilà" ?

J-P.H. : Cela veut dire que c'est une affaire qu'il n'a pas fait tout seul ! Il ne m'a pas vraiment donné de détails, mais il m'a dit que c'était lui qui l'avait tué, que c'était un contrat, qu'il ne l'avait pas fait tout seul et qu'il n'avait pas touché son argent. Il m'a dit aussi qu'il regretté un peu. Vous savez, mon Jeannot, il avait un gros défaut : il était influençable. Il s'est fait avoir. Il avait aussi un petit service à me demander. Une chose à vérifier. Une rumeur disait que, dix ans plus tard, la voiture d'Agnès Le Roux circulait toujours dans Marseille alors qu'il l'avait envoyé pour se faire broyer. J'ai obtenu la certification que la voiture avait bien été écrasée. Je lui ai dit. Et puis voilà, j'ai mis cela dans un coin de ma tête.

TF1News : C'était votre "ami", votre "frère", pourquoi ne vous en a-t-il pas parlé plus tôt ?

J-P.H. : Comme je vous l'ai dit, j'ai été en cavale pendant de longues années. Je passais six mois en Espagne, six mois en Allemagne. On s'appelait régulièrement pour prendre de nos nouvelles. Mais il est évident que l'on ne pouvait pas parler de ce genre de choses par téléphone. Vous savez, on est tous allés en prison à cause du téléphone.

TF1 News : Vous dites que cette confidence vous a été faite en 1986. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour parler à votre tour ?

J-P.H
. : Dans cette affaire, il y avait déjà eu un non-lieu. Quand je l'ai vu acquitté en 2006, je n'ai pas bougé. Et puis il y a eu cette condamnation à 20 ans en 2007. Vous savez, honnêtement, Agnelet, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé, mais il ne mérite pas d'être en prison. Et puis moi, vous savez, je suis âgé, j'habite un petit village, et à ce moment là, pour vous dire la vérité, j'étais en train de me tuer moi-même. J'ai eu de gros problèmes de santé, je suis resté 18 jours en soins intensifs, et je n'arrivais pas à me sortir cette histoire de la tête. Certains ont dit ' le voyou devient sensible'. Ce n'est pas le problème. Je tournais en rond avec ce très gros soucis. Fallait-il que je le dise ? Car je savais que cela allait faire scandale. Même ma femme en a eu marre de me voir tourner en rond et elle est partie après onze ans de vie commune. J'ai finalement appelé un ami avocat. Je lui ai dit et j'ai aussitôt ressenti un immense soulagement, comme une explosion, car enfin je n'étais plus seul à porter ça. Cet avocat a averti celui d'Agnelet. Je n'ai pas de regret. Jeannot est mort il y a 23 ans maintenant et je pense qu'il aurait fait exactement là même chose si cela avait été moi.

TF1 News : Vous savez déjà ce que vous allez dire au juge ce jeudi ?


J-P.H. : Je ne leur dirai que la vérité. Je dirai tout ce que je sais. Vous savez il y a encore beaucoup d'autres gens qui connaissent eux-aussi la vérité sur cette machination. J'aurais d'ailleurs bien aimé que certains me donnent un coup de main dans ma démarche, notamment une personne, toujours vivante, mais qui ne s'est pas encore manifestée. Cette affaire, c'est une affaire de voyous. C'est une guerre de mafia. C'est uniquement le résultat de la guerre des casinos.


TF1 News : La veuve de Jeannot Lucchesi a remis sévèrement votre parole en doute, disant qu'elle ne vous a pas vu depuis 1977. Tout comme la famille Zampa, qui a porté plainte pour diffamation. Et Jean-Charles Le Roux, le frère d'Agnès Le Roux, n'y crois pas non plus, rien n'étant vérifiable.

J-P. H. Concernant Christiane, la femme de mon ami, cela me fait vraiment de la peine pour elle. Mais est-ce que vous croyez vraiment qu'un homme raconte tout à sa femme ? Est-ce que vous croyez vraiment qu'un Jeannot Lucchesi, un Gaetan Zampa ou moi-même, on racontait tout à nos femmes ? Concernant madame Zampa, elle peut m'attaquer tant qu'elle veut, y compris par les journaux, je lui répondrai tant qu'il faut et on verra qui sera le plus fort. Je m'en fou de Gaetan Zampa. Peut-être que s'il n'y avait pas eu Gaetan Zampa, cette affaire ne serait jamais arrivée. J'ai fait cela pour régler ma situation. J'ai réglé mes affaires avec mes enfants par le livre, j'ai réglé mes affaires avec mes femmes par le livre et j'ai réglé l'affaire Agnelet par le livre. J'ai mis ma vie au clair et jeudi, lorsque je sortirai du bureau du juge, je vous garantie que ce sera l'un des plus beaux jours de ma vie.


Source : TF1 News


Haut
   
 Sujet du message : Re: L'affaire Agnès LEROUX
MessagePosté : 30 avr. 2011, 18:27 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Un article du journal " La Porvence " du 30 avril 2011

Deux plaintes pour contrer "les confessions d'un caïd" marseillais



Les proches de Gaëtan Zampa dénoncent les"affabulations" de Gros Pierrot


Avec son avocat, Daniel Tarasconi, qui a déposé plainte, Christiane Lucchesi sort de sa retraite pour défendre l'honneur de son mari accusé par un ex-caïd d'avoir tué Agnès Le Roux.

Christiane Lucchesi ne décolère pas. À 75 ans, elle fait le choix de sortir de sa paisible retraite : "Toute la France dit que mon mari est un assassin et je ne dirais rien ?" Un livre de "confessions" d'un vieux voyou marseillais accuse son époux, Jeannot Lucchesi, d'avoir exécuté Agnès Le Roux, l'héritière du Palais de la Méditerranée, établissement de jeux niçois au coeur de la guerre des casinos dans les années 1970.

Jean-Pierre Hernandez, l'auteur de ces révélations tardives, a été entendu jeudi par la commission d'instruction de la Cour de révision, saisie par Maurice Agnelet, définitivement condamné pour ce meurtre à vingt ans de réclusion, en septembre 2007 par la cour d'assises d'appel des Bouches-du-Rhône.

Face aux juges parisiens, "Gros Pierrot" a redit que son ami Jeannot lui avait fait cette confidence : "La fille du Palais de la Méditerranée, la fille Le Roux, c'est pas le nave, c'est nous. C'est moi qui suis monté à Nice pour les lui filer".

"C'est un menteur ! Un affabulateur !", tonne Christiane Lucchesi dont le mari est décédé le 11 février 1987 dans un hôpital de St-Laurent-du-Var d'une pathologie cardiaque aigue. Christiane assure que Jeannot était avec elle à la Toussaint 1977, date de l'assassinat d'Agnès Le Roux.

"Claude Regazzi - un membre du clan de Gaëtan Zampa, ndlr - a été tué fin octobre 1977. Sa femme est venue à la maison, Jeannot était là". Durant sa longue cavale, de 1974 à 1983, Jeannot Lucchesi se cachait... chez lui, dans la maison familiale de Port-de-Bouc.

Recherché pour une condamnation dans la French Connection prononcée en 1974, il avait aménagé un trou d'homme dans la chaufferie où il se glissait avec des bouteilles d'oxygène. "La police peut venir le vérifier, il y a prescription. Jeannot était toujours avec moi et quand ce Monsieur Hernandez dit qu'à la fin de sa vie, Jeannot était seul, traqué et malade, c'est archifaux".

Christiane Lucchesi en prend pour preuve ses photos de famille où l'on voit son mari, jusqu'à la fin, entouré de ses proches. Une galerie de portraits du milieu des années 1980. Dans sa plainte, Daniel Tarasconi , son avocat, pointe "une série d'incohérences sur les dates et les lieux. Ma cliente demandeà la justice de rétablir la vérité et défendre l'honneur et la mémoire de son mari".

Une seconde plainte a été déposée auprès du doyen des juges d'instruction de Clermont-Ferrand à la demande de Christiane Zampa et de ses deux enfants pour faire sanctionner une "atteinte à la mémoire des morts".

Céline, la fille de Tani Zampa, dernier parrain marseillais mort aux Baumettes en 1984, fait le choix de sortir d'une discrétion médiatique pour "défendre l'honneur de (son) père", désigné dans ce livre comme l'ordonnateur de l'assassinat d'Agnès Le Roux. "La paix des morts est sacrée, affirme Me Portejoie, son défenseur. C'est assez pitoyable de la bafouer pour faire du sensationnel et battre monnaie." Milieu et pipolisation font mauvais ménage.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 140 messages ]  Aller à la page Précédente 16 7 8 9 10 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com