Nous sommes le 19 juil. 2018, 12:00

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 71 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 févr. 2008, 21:43 
Hors ligne

Enregistré le : 25 janv. 2008, 14:55
Messages : 2
Bonjour didi,
Oui l’affaire est effectivement tragique mais elle n’en est pas moins passionnante.
Je me suis beaucoup penchée sur le dossier depuis la lecture de « condamné à tort », si cette affaire vous passionne aussi soyez attentive à l’actualité car il y aura bien vite du nouveau.


Haut
   
 Sujet du message : Rebondissement
MessagePosté : 04 mars 2008, 08:43 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Un élément nouveau dans l'affaire Leprince
La commission de révision des peines va étudier un élément qui donne espoir aux défenseurs de D. Leprince : le témoignage d'un ancien policier.
Un nouveau tournant dans l'affaire Leprince ? Nicolas Poincaré en est convaincu. Le journaliste de RTL, coauteur avec Roland Agret de Affaire Leprince : condamné à tort, évoque la lettre envoyée en janvier à la garde des Sceaux comme un nouvel espoir d'obtenir une révision du procès de Dany Leprince (1).

C'est un policier du Mans à la retraite qui a fourni cet élément nouveau. Un témoignage écrit dans lequel l'ancien fonctionnaire rapporte les propos de son voisin, proche parent de l'ex-femme de Dany Leprince. Une rancune familiale serait à l'origine d'une colère verbale dont a été témoin le policier. Les propos innocentent clairement Dany Leprince. Selon le témoin, ils étaient accompagnés d'un « avec ce que je sais, ils n'ont pas intérêt de m'emm... »

Ce témoignage que Nicolas Poincaré estime « frappé du sceau de la crédibilité », en raison de la profession de son auteur, a été transmis par la ministre de la Justice à la commission de révision des peines. En tout état de cause, il devrait pour le moins générer de nouvelles investigations.

Christine CORRE.

(1) Dany Leprince a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1997 pour le quadruple meurtre de Thorigné-sur-Dué. Il a été reconnu coupable du massacre de son frère, sa belle-soeur et leurs deux fillettes. Il clame toujours son innocence, une demande de révision a été déposée en mars 2006.

Ouest-France


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 mars 2008, 13:35 
Hors ligne

Enregistré le : 19 mars 2008, 10:00
Messages : 4
La demande de grâce est à l'étude:
Les auteurs de Condamné à tort, l’affaire Leprince (*) étaient hier à l’Elysée pour exposer leur conviction de l’innocence de Dany Leprince, emprisonné pour le massacre de sa famille. Ils en sont sortis « pleins d’espoir ».
Roland et Marie-Jo Agret, deux battants que la vie a pas mal bousculés, et que la justice a sévèrement malmenés avant de reconnaître ses torts, ne sont plus guère impressionnables. Et pourtant, hier matin, avant le rendez-vous élyséen fixé à 11 heures, ils tournaient comme des lions en cage dans leur chambre d’hôtel. « Oui, nous sommes un peu stressés », admettait Marie-Jo avec son éternel sourire dans la voix. C’est que l’enjeu est de taille : avec Nicolas Poincaré, coauteur du livre et journaliste à RTL, le trio a entrepris de prouver l’innocence de Dany Leprince, le meurtrier à la feuille de boucher de Thorigné-sur-Dué. Un village de la Sarthe où, en septembre 1994, il aurait abattu son frère, sa belle-sœur, leurs deux filles, n’épargnant que Solène, 2 ans. Condamné à perpétuité, il entame sa quatorzième année de réclusion et se bat pour qu’on lui accorde un deuxième procès.

« Des questions pertinentes »Christophe Ingrain, conseiller auprès de Nicolas Sarkozy, les a donc reçus après avoir lu leur contre-enquête stupéfiante. « Nous avons immédiatement perçu son intérêt, il connaissait parfaitement le livre. Il a posé des questions pertinentes, il a pris un tas de notes », raconte Roland Agret, qui a déposé une demande de grâce présidentielle, ès qualités de responsable d’Action justice. Le conseiller l’étaiera à partir des éléments fournis. « On a senti l’Elysée très sensible à cette affaire. Christophe Ingrain travaille sérieusement. Le dossier ne dort plus ! C’est rassurant, cela nous redonne beaucoup d’espoir. » Roland Agret a confirmé que Dany offre des garanties sérieuses en cas de libération anticipée : un travail en Gironde au côté de sa nouvelle épouse médecin. « Cela lui permettrait d’attendre sereinement le second procès qu’il mérite. »

La commission de révision des condamnations poursuit ses investigations sur la base d’éléments nouveaux dévoilés par les auteurs. Le dernier rebondissement date du 5 mars : ce jour-là, FranceSoir publiait la lettre confession d’un policier qui révélait la possible implication de l’ex-épouse de Dany, Martine Leprince, dans le massacre. C’est sur la foi de ses divers témoignages que Dany Leprince avait été condamné.

(*) Condamné à tort, l’affaire Leprince, de Roland Agret et Nicolas Poincaré, éd. Michel Lafon, 262 p., 18,50 euros

Isabelle Horlans, le mardi 18 mars 2008
Edition France Soir du mardi 18 mars 2008 n°19748 page 8

Source: http://www.francesoir.fr/faits-divers/2 ... lysee.html


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 11 avr. 2008, 08:11 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Dany Leprince -
Rebondissement dans l’affaire du quadruple meurtre


Quatorze ans après la tuerie, l’ADN mêlé au sang d’Audrey, une des quatre victimes, vient d’être identifié. Il est « compatible » avec celui de Martine, accusatrice du condamné Dany Leprince, son ex-mari.


Le remarquable travail de la Commission de révision des condamnations pénales, chargée de réexaminer point par point le dossier Leprince, remet du baume au cœur de Dany, accusé d’avoir tué quatre membres de sa famille en septembre 1994 à Thorigné-sur-Dué (Sarthe). Depuis bientôt quatorze ans, Dany hurle son innocence : non, il n’a pas massacré à la feuille de boucher son frère Christian, sa belle-sœur Brigitte, ses nièces Sandra et Audrey, 6 et 10 ans, n’épargnant que la petite dernière, Solène.

Depuis que le magistrat Martine Anzani, présidente de la commission de révision, a repris l’affaire pour en éclaircir les multiples zones d’ombre, les avancées rassurantes se succèdent. Le mois dernier déjà, elle avait reçu une lettre confession d’un policier à la retraite. Il y rapportait les déclarations d’Yves Compain, oncle de l’ex-épouse de Dany Leprince : « S’il le faut, je parlerai parce que je sais beaucoup de choses sur l’affaire de Thorigné. C’est Martine qui a fait le coup. » Révélation saisissante qui, à elle seule, justifiait de nouvelles auditions.


L’ADN inconnu « parle » enfin
Et voici que le mois d’avril apporte un nouvel élément stupéfiant. Juste après les crimes, les gendarmes avaient saisi un couteau à manche jaune dans un tiroir de Martine Leprince (*). L’arme était remisée dans son placard à outils. Sur la lame, on remarquait des traces de sang. L’analyse biologique avait révélé la présence de l’ADN d’Audrey, l’une des deux fillettes massacrées. Mais l’expert avait été incapable d’identifier l’autre tache sanguine, mêlée à celle laissée par l’enfant. A l’époque, il n’avait pas semblé utile de pousser plus avant l’expertise. Une erreur parmi d’autres, dans une instruction qui laisse pantois.

La pugnacité de Mme Anzani et l’évolution des techniques viennent de résoudre l’énigme. Roland Agret et Nicolas Poincaré, auteurs du livre Condamné à tort, l’affaire Leprince (éd. Michel Lafon), ont dévoilé hier les conclusions de la récente analyse : « L’ADN mêlé à celui d’Audrey est compatible avec celui de Martine Leprince. »


« Ma nièce a dû jouer avec »
En septembre 1994, pour expliquer la découverte du sang de sa nièce sur l’un de ses couteaux, qu’elle seule utilisait pour tuer des bêtes, Martine avait imaginé une bêtise commise par l’enfant. « Audrey venait souvent chez nous. Elle a dû aller dans le garage, prendre mon couteau, jouer avec et se blesser », avait-elle dit aux enquêteurs. Ils s’étaient contentés de cette interprétation simpliste, alors qu’on était en pleine tragédie, qu’un village entier pleurait la fin monstrueuse de deux fillettes et de leurs parents, victimes d’une boucherie.

Aujourd’hui, il lui va être plus difficile de justifier le mélange – l’association des deux ADN. Surtout après l’accusation qu’a proférée son oncle. Yves Baudelot et Jean-Denis Bredin, les avocats de Dany, ont demandé que Martine soit rapidement entendue. Il ne fait aucun doute que la présidente Anzani accédera à leur légitime requête.

(*) Par souci de clarté dans la narration des faits passés, nous désignons Martine sous son patronyme d’alors. Mais elle a divorcé et repris son nom de jeune fille.


Roland Agret, président d’Action Justice : “A l’époque, on n’a pas beaucoup cherché…”

Depuis cinq ans, Roland Agret, pourfendeur d’injustices dont il fut lui-même la victime, s’épuise sur l’affaire Leprince. Avec Nicolas Poincaré, le journaliste de RTL, il a repris l’intégralité du dossier et en a décortiqué chaque détail. Le 17 mars, ils ont été reçus à l’Elysée pour évoquer la révision en cours et la demande de grâce présidentielle du condamné. Ce lundi-là, à la sortie, ils se disaient déjà « confiants ».

Aujourd’hui, ils ont le sentiment d’avoir franchi un grand pas vers la remise en liberté de Dany : « Nous avons eu accès au travail de la Commission de révision. Et on peut dire que Mme Anzani a mis un sacré coup d’accélérateur ! Que l’ADN inconnu en 1994 soit compatible avec celui de Martine Leprince est une formidable avancée. Mais cela démontre aussi qu’à l’époque on n’avait pas beaucoup cherché… » Pas même à comprendre comment Dany avait pu tuer, seul, quatre personnes en trois minutes et six secondes, l’unique délai libéré par son alibi.


Les scellés disparus
Roland Agret n’est pas homme à crier victoire avant que s’ouvrent les portes de la prison. « La Commission de révision est la petite fille pauvre de la justice. Ses moyens ne lui permettent pas de travailler en un temps record. Mais nous savons que Mme Anzani est déterminée. Plusieurs personnes devraient être interrogées, notamment Martine Leprince, sa fille Célia, et l’oncle Yves Compain qui accuse l’ex-femme de Dany.

Ce qui me fait le plus mal, c’est de constater que, quatorze ans après les faits, on parvient encore à exploiter des pièces à conviction. Si des dizaines de scellés n’avaient pas été détruits après la condamnation de Dany, on aurait pu les faire parler. Quand vous pensez que 24 d’entre eux n’ont même pas été analysés ! » Enième bizarrerie


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 avr. 2008, 08:53 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
La maison Leprince sera réinspectée en mai


La commission des révisions va organiser un « transport de justice » à Thorigné-sur-Dué.Objectif : inspecter le grenier de la maison du meurtre.

Quatorze ans après le drame, la maison de Christian et Brigitte Leprince va faire l'objet d'une nouvelle inspection. D'après Roland Agret, le président du comité de soutien à Dany Leprince, la commission de révision des condamnations pénales aurait décidé d'organiser un « transport de justice » (des membres de la commission viendront sur place) le mois prochain.
Objectif : étudier la piste du grenier caché.

Cette histoire dans l'histoire tient à une erreur. Un coup de fil adressé à une dentiste du Mans le soir du 25 décembre 1997. Soit deux semaines après la condamnation par la cour d'assise de la Sarthe de Dany Leprince pour le quadruple meurtre de Thorigné. L'homme qui téléphone croit s'adresser aux gendarmes. Il dit qu'il est électricien, qu'il travaillait au noir dans le grenier des Leprince le jour fatal, qu'il a entendu des éclats de voix, qu'il est descendu ensuite par un escalier escamotable situé dans le garage, et qu'il y a caché la petite Solène, 2 ans, seule survivante du drame...

Présente à la conférence de presse organisée jeudi , la dentiste mancelle a raconté à nouveau cet étrange coup de téléphone, dont elle avait adressé un compte rendu détaillé (quatre pages de notes) dès le lendemain au procureur de la République. Une démarche restée lettre morte jusqu'en 2006 et l'ouverture d'un complément d'information sur l'affaire Leprince. Mais que la présidente de la commission de révision des condamnations pénales a pris en considération.

Interrogé par Ouest-France l'an dernier, l'électricien à l'origine de l'histoire du grenier était pourtant revenu sur ses dires. Il a bien téléphoné à la dentiste par erreur, mais il était alcoolique à l'époque et se serait « fait un film avec tout ce [qu'il avait] vu à la télé et lu dans la presse » (Ouest-France du 24 mars 2007). « Je ne connais pas la famille, je n'ai jamais mis les pieds chez eux », affirmait-il alors.

Roland Agret ne veut pas croire à cette version. « L'escalier escamotable décrit par cet homme existe, il est bien dans le garage. Nous l'avons découvert en 2005 (au cours d'une enquête indépendante menée à Thorigné-sur-Dué). Les gendarmes n'en avaient jamais fait mention. Ils ont dressé l'inventaire du congélateur qui se trouve en dessous, jusqu'à la dernière saucisse. Sans jamais s'intéresser à la pièce au-dessus. »

C'est cette lacune que va essayer de combler l'opération attendue au mois de mai prochain. En comparant plusieurs informations précises recueillies par la dentiste (escalier escamotable, présence d'un vasistas et de chenaux...) avec la configuration des lieux, le comité de soutien à Dany Leprince espère accréditer le témoignage de l'électricien. Qui affirmait, dans son coup de téléphone de 1997, avoir reconnu plusieurs voix, en citant des noms. Celui de Dany n'en faisait pas partie.

Source : Maville

VIDEO INTERVIEW DE NICOLAS POINCARE

http://www.m6info.fr/m6info/videos/cate ... ri2_812690


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 avr. 2008, 12:17 
Hors ligne
administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 mars 2005, 23:41
Messages : 616
J'avoue que je n'ai jamais été convaincue de la culpabilité de Dany Leprince...trop de zones d'ombres.

_________________
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains paraissent brillants avant d'avoir l'air con".
Comment se fait-il que certains paraissent si cons même sans lumière ? C'est de la métaphysique pure.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 avr. 2008, 21:15 
Hors ligne

Enregistré le : 28 mars 2008, 23:35
Messages : 4
Moi non plus Ludivine...
Mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi il a avoué être l'auteur du massacre...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 avr. 2008, 21:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 232
Localisation : Ile de France
Pourquoi Patrick Dils a avoué, pourquoi tant d'innocents, tant de suspects qu'on libère ensuite pcq leurs aveux étaient sans fondement, ont-ils avoué ? Pourquoi Alain Marécaux était-il prêt à avouer des attouchements sur son fils après plusieurs d'interrogatoire ?

Pourquoi Dany Leprince a-t-il avoué ?

La pression, la lassitude !! Qu'on en finisse enfin !! Qu'on les laisse dormir !

"Je voulais juste rentrer chez moi !" a déclaré Patrick Dils

_________________
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 avr. 2008, 21:34 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Oui, d'une manière générale, ce ne sont jamais les aveux à eux seuls qui parviennent à me convaincre qu'une personne est coupable.

Je suis convaincue qu'à peu près n'importe qui serait capable d'avouer n'importe quoi après une garde à vue de 48 heures.

Pour les raisons que vous donnez, Didi : pour qu'on les laisse enfin dormir, pour qu'on cesse de leur hurler dans les oreilles, pour qu'on arrête de leur balancer des giffles. Et quand ils sont bien jeunes et bien naïfs, "pour qu'on les laisse rentrer chez-eux".

Quand on sait par ailleurs que la retranscription des aveux sera toujours rédigée sous une forme construite, circonstanciée, convaincante, même si le prévenu, hébété, n'a fait qu'opiner du chef à tout ce que lui balançaient les policiers.

Quand on sait combien d'innocents avérés ont avoué avec un luxe de détails incroyable.

On sait ce qu'il faut penser des aveux.

Si rien de concret ne vient étayer les aveux, ils devraient être purement et simplement ignorés, comme en Angleterre.

Question : Quid de la nouvelle loi qui devait obliger la présence d'un avocat dès la 1ère minute de garde à vue et enregistrer les aveux, questions et réponses comprises ??? On n'en entend plus parler.
Est-elle appliquée ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 avr. 2008, 21:35 
Hors ligne

Enregistré le : 28 mars 2008, 23:35
Messages : 4
Oui didi, je sais que beaucoup ont avoué sous la pression etc, mais une fois que le mot est lâché, c'est très difficile de faire marche arrière. J'ai juste du mal à admettre que l'on avoue un crime que l'on a pas commis. Il faut vraiment être à bout.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 avr. 2008, 21:43 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 232
Localisation : Ile de France
15 à 20 h d'interrogatoire quasi ininterrompues, sans presque dormir avec une pression de tous les instans, sans possibilité de se tenir propre, se raser, avoir l'air d'être soi-même et donc perte de ses repères personnels, sans heure (car on vous enlève votre montre, c'est important, ça sans heure !) - et on finit par craquer et des personnes de caractère ont fini par craquer, ce n'est pas le fait d'être un gamin comme P Dils, il y a aussi eu des adultes ; et je pense notamment à Alain Marécaux (une quarantaine d'années, huissier donc qui connait le milieu juridique et judiciaire et qui cotoie la police pour les mandats qu'il doit assurer) et bien lui aussi a failli avoué n'importe quoi, juste pour lui détache la main qu'on avait accroché sur le barreau inférieur de la chaise sur laquelle il était assis et dont la position le faisait atrocement souffrir du dos.

J'ai fait une longue tirade, sans ponctuation, comme une accumulation de tout ce qu'il est subi dans le cadre d'une GAV où les enquêteurs cherchent à vous faire avouer, et je n'ai pas tout mis (il y a les menaces comme dans l'histoire de Pierre Dubois "si tu n'avoues pas, on met ta fille en examen pour complicité" (sa fille avait autour de 18 ans) ; alors il a avoué.

_________________
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 avr. 2008, 21:46 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
atlas22 a écrit :
Oui didi, je sais que beaucoup ont avoué sous la pression etc, mais une fois que le mot est lâché, c'est très difficile de faire marche arrière. J'ai juste du mal à admettre que l'on avoue un crime que l'on a pas commis. Il faut vraiment être à bout.


Ils sont toujours à bout ! Il faut vraiment avoir une résistance physique et morale hors du commun pour résister à une garde à vue généralement assortie d'un passage à tabac plus ou moins musclé. Les professionnels de la pègre possèdent en général cette forme de résistance. Pas les criminels d'occasion ou les innocents.

Moi aussi, j'ai longtemps pensé que rien ne pourrait jamais me faire avouer un crime que je n'aurais pas commis. Mais c'est parce que je m'imaginais inconsciemment la scène tranquillement installée dans un fauteuil, la tête claire, le corps reposé, bien fraîche, bien maquillée, comme dans les polars au cinéma ou à la télé.

Quand je vois avec quelle facilité on a un jour réussi à me faire avouer et à me faire croire moi-même (et signer !) que j'étais fautive d'un accident de la route (tôle froissée) alors que c'était l'autre type qui m'avait emboutie à l'arrière, je n'ai aucune peine à comprendre comment on peut avouer n'importe quoi dans des circonstances exceptionnelles. En l'occurrence, il avait suffit d'un état de choc, d'un type jeune, arrogant, incroyablement agressif, qui me hurlait dans les oreilles que tout était de ma faute, pour que je bascule et ne sache plus moi-même ce qui s'était passé.

La police dispose de techniques redoutablement efficaces.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 avr. 2008, 22:06 
Hors ligne

Enregistré le : 28 mars 2008, 23:35
Messages : 4
C'est marrant Danou, je me suis toujours dit que le jour ou je devrais faire un constat à l'amiable, on me ferait signer n'importe quoi!
Je ne connaissais pas toutes ces pratiques violentes, parfois malsaines... Je comprends un peu mieux maintenant ce qu'on doit endurer lors d'un interrogatoire...
Mais dans le cas de Luc Tangorre, c'est apparemment les policiers qui devaient se relayer pour lui tenir tête! Incroyable!


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 avr. 2008, 22:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 232
Localisation : Ile de France
Tout le monde ne réagit pas de la même manière

Et ce n'est pas pcq certains suspects innocents à bout de forces avouent, que les suspects qui n'avouent pas et tiennent tête aux enquêteurs sont forcément coupables !!!

_________________
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 14 avr. 2008, 09:13 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Effectivement il y a de quoi s'interroger sur les méthodes d'interrogation pendant la garde à vue.

Dany Leprince a avoué ( uniquement ) le meurtre de son frère au bout de 46 heures de garde à vue. Mais lorque l'on voit le déroulement de l'enquête il y a de quoi s'interroger.

Deperrois dans l'affaire de la josacine n'a jamais avoué avoir mis du cyanure dans le médicament, pourtant il à été accusé et condamné. En liberté conditionnelle il est toujours le coupable, pourtant il y a beaucoup de choses à revoir dans ce dossier.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 71 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com