Nous sommes le 15 août 2020, 20:51

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante
Auteur Message
MessagePosté : 11 juil. 2007, 09:05 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 27 janv. 2005, 18:21
Messages : 123
Localisation : BELGIQUE
Un peu difficile de se lancer là-dedans quand on n'est pas croyant mais au fil des pages, la lecture devient absolument fascinante.
Un jeune type, marié et père de famille, broyé par les circonstances, "victimes" de sa famille antisémite qui a tout fait pour évincer son épouse, il essaie un braquage avec deux complices. Tout foire complètement et dans sa fuite, après avoir perdu ses lunettes, il tire complètement au hasard et atteint un policier en plein coeur.
Il fera trois ans de prison avant son procès et sera condamné à mort (également "pour l'exemple", l'opinion publique étant braquée par le corps policier qui tient à venger son collègue).
Il a trouvé la foi et parle de son exécution prochaine en toute sérénité et complètement et progressivement habité par Jésus. Les témoignages d'un voisin de cellule (ils ne se sont jamais vus, uniquement entendus par le vasistas de leurs cellules respectives) donnent la chair de poule quand on lit "il est venu nous dire adieu, son avocat venait de le prévenir que son exécution était prévue le lendemain" ou "vers 3-4h du matin, il m'a dit : "je crois qu'ils viennent, j'entends du bruit, oui ça y est"".
Une lecture absolument bouleversante que je recommande.

_________________
Chantal


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 août 2007, 09:24 
Hors ligne

Enregistré le : 17 janv. 2006, 18:10
Messages : 40
Localisation : lardieres 60
En décembre 1993, le cardinal Lustiger, archevêque de Paris, a ouvert l'enquête préliminaire à la béatification de Jacques Fesch : « J'espère, a-t-il dit, qu'il sera un jour vénéré comme une figure de sainteté. »


Et pourquoi pas la légion d'honneur?

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. (PIERRES DELANOË)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 août 2007, 09:29 
Hors ligne

Enregistré le : 21 mai 2006, 22:13
Messages : 137
Citation :
En décembre 1993, le cardinal Lustiger, archevêque de Paris, a ouvert l'enquête préliminaire à la béatification de Jacques Fesch : « J'espère, a-t-il dit, qu'il sera un jour vénéré comme une figure de sainteté. »


Et pourquoi pas la légion d'honneur?
::mortderire::

_________________
On avait sûrement calomnié Luc Tangorre, car, sans avoir rien fait de mal, il fut arrêté un matin.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 août 2007, 12:29 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 27 janv. 2005, 18:21
Messages : 123
Localisation : BELGIQUE
Je pense que pour se faire un meilleur jugement au sujet de cet homme, il faudrait lire, par exemple, le livre que je suis en train de parcourir : Assasaint, JF ou l'histoire du bon larron moderne de Gilbert Collard. Le crime est en effet impardonnable et irréparable mais si on lit ce livre, on comprendra déjà mieux comment ce type en est arrivé là où il est arrivé. Les circonstances atténuantes étaient, à mes yeux, amplement justifiées.

_________________
Chantal


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 août 2007, 14:00 
Hors ligne

Enregistré le : 17 janv. 2006, 18:10
Messages : 40
Localisation : lardieres 60
Citation :
Je pense que pour se faire un meilleur jugement au sujet de cet homme, il faudrait lire, par exemple, le livre que je suis en train de parcourir : Assasaint, JF ou l'histoire du bon larron moderne de Gilbert Collard. Le crime est en effet impardonnable et irréparable mais si on lit ce livre, on comprendra déjà mieux comment ce type en est arrivé là où il est arrivé. Les circonstances atténuantes étaient, à mes yeux, amplement justifiées.

Jacques Fesch
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, Rechercher

Jacques Fesch (né le 6 avril 1930 à Saint-Germain-en-Laye - mort guillotiné le 1er octobre 1957 à Paris).

Fils de bonne famille, il est le fils de Georges Fesch, banquier et artiste belge (descendant du Cardinal Joseph Fesch, oncle maternel de Napoléon Bonaparte)[1]. Le 5 juin 1951, il épouse Pierrette à Strasbourg. Il est le père d'une fille Véronique, issue de ce mariage et d'un fils Gérard.

En rupture avec son environnement immédiat, en quête d'évasion et d'horizons lointains, il projette l'idée d'acheter un voilier. Le 25 février 1954 à Paris, il attaque le changeur Sylberstein pour lui voler des pièces d'or, et tente de l'assommer. Mais la victime a le temps d'appeler à l'aide, et Fesch est poursuivi dans la rue par un agent de police, M. Vergne. Fesch, se retournant, garde son revolver dans sa poche et tire au jugé (il est extrêmement myope et a perdu ses lunettes). Malheureusement, il abat le policier en plein cœur. Il est arrêté quelques minutes plus tard.

Pendant son incarcération, il change du tout au tout, devenant profondément pieux et regrettant amèrement son crime. Cet acte commis dans un moment de panique, n'avait d'ailleurs jamais été intentionnel. Mais la mort d'un agent de police est l'un des actes les plus sévèrement réprimés par la Justice. Le procès a lieu dans un climat détestable. L'opinion publique, entretenue par les articles des journaux, est ouvertement pour son exécution. Jacques Fesch est défendu par l'avocat Paul Baudet.

En prison, il devint un personnage mystique et l'auteur d'écrits spirituels. Il retrouve la foi perdue dans sa jeunesse et vit pendant trois années et demie un véritable cheminement mystique l'amenant vers un complet bouleversement intérieur. Pendant ces années de détention, il entretient une correspondance régulière avec des proches, notamment le frère Thomas et sa belle-mère, et recueille ses pensées au sein d'un journal. La demande de grâce auprès du président René Coty ayant été rejetée, Fesch accepte son sort. Il fait preuve d'un exceptionnel courage face aux évènements, renvoyant l'image d'un homme serein et enfin apaisé. Apprenant sa condamnation à mort, il s'unit religieusement avec son épouse Pierrette la veille de son exécution.

Condamné le 6 avril 1957 à la peine de mort par la cour d'assises de la Seine, il est guillotiné le 1er octobre dans la cour de la prison de la Santé par le bourreau André Obrecht.

Depuis sa mort, Fesch a été considéré par les catholiques comme un exemple de rédemption par la religion. Pendant des années, sa veuve et sa fille, avec dignité et discrétion, respectèrent et défendirent sa mémoire. Elles le firent dès l'origine, à une époque où son image publique était honnie, et où peu de personnes s'en réclamaient. Grâce à leurs accords et au travail effectué par une carmélite, Sœur Véronique, les écrits de Jacques Fesch furent publiés. Ces textes ont apporté beaucoup de réconfort et de soutien, moral ou spirituel, à un certain nombre de leurs lecteurs. En décembre 1993, le cardinal Lustiger, archevêque de Paris, a ouvert l'enquête préliminaire à la béatification de Jacques Fesch : « J'espère, a-t-il dit, qu'il sera un jour vénéré comme une figure de sainteté.

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. (PIERRES DELANOË)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 août 2007, 17:46 
Hors ligne

Enregistré le : 19 juil. 2007, 19:08
Messages : 8
Localisation : VERSAILLES
Bonjour, Bruno et Henri !
Comment dois-je interpréter la remarque : "Et pourquoi pas la légion d'honneur ?"faite par Bruno,et agrémentée par Henri d'un : "Mort de rire"?
Wikipedia est intéressant, mais d'une fiabilité douteuse, puisque chacun peut y mettre ce qu'il veut...Ai payé pour voir lors de recherches historiques sur la 2° Guerre mondiale, qui m'ont valu , à juste titre un bonne remise dans le droit chemin :oops: Quant à M° Collard, je persiste à croire que c'est un dangereux personnage, plus préoccupé de son aura médiatique (Et les Guignols ne l'ont pas loupé !)que de ses dossiers.
Abattre un policier à Paris, en 1954, pouvait amener à faire la connaissance d'Obrecht, et c"est ce qui arriva.Un des arguments des béatificateurs de Fesch est que le bourreau, dans ses carnets,relatant l'exécution,inscrivit la mention :"Bien".Il s'agissait du comportement final devant la machine, et non pas du condamné lui-même.
Bonne soirée.

_________________
"Est-ce qu'on peut disposer ? "


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 août 2007, 19:08 
Hors ligne

Enregistré le : 21 mai 2006, 22:13
Messages : 137
Citation :
Bonjour, Bruno et Henri !
Comment dois-je interpréter la remarque : "Et pourquoi pas la légion d'honneur ?"faite par Bruno,et agrémentée par Henri d'un : "Mort de rire"?
Bonsoir Albert,
En ce qui me concerne, il n'y avait ni sous-entendu, ni ironie, ni méchanceté.
C'est la réaction spontanée de notre ami Bruno qui m'avait fait rire, c'est tout.

_________________
On avait sûrement calomnié Luc Tangorre, car, sans avoir rien fait de mal, il fut arrêté un matin.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 août 2007, 09:43 
Hors ligne

Enregistré le : 19 juil. 2007, 19:08
Messages : 8
Localisation : VERSAILLES
Bonjour, Henri !
Je ne pensais pas à des "sous-entendu ,ironie ou méchanceté" :D
Nous avons simplement eu la même réaction devant le post de Bruno.En plus, dans le cas de JF, il n'y a pas la possibilité d'une erreur judiciaire...Il est vrai que depuis longtemps, tout un courant hagiographique se développe, mais encore une fois chacun a son libre arbitre et peut penser ce qu'il veut.En ce qui me concerne, ce sujet ne me mobilise pas.
Bonne journée.
Albert.

_________________
"Est-ce qu'on peut disposer ? "


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 août 2007, 11:31 
Hors ligne

Enregistré le : 17 janv. 2006, 18:10
Messages : 40
Localisation : lardieres 60
Citation :
Bonjour, Henri !
Je ne pensais pas à des "sous-entendu ,ironie ou méchanceté" :D
Nous avons simplement eu la même réaction devant le post de Bruno.En plus, dans le cas de JF, il n'y a pas la possibilité d'une erreur judiciaire...Il est vrai que depuis longtemps, tout un courant hagiographique se développe, mais encore une fois chacun a son libre arbitre et peut penser ce qu'il veut.En ce qui me concerne, ce sujet ne me mobilise pas.
Bonne journée.
Albert.
Salut albert : je pense qu'il n'y a pas trop de commentaire a faire.Comme tu dit.... JF na pas la possibilité d'une erreur judiciaire.

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. (PIERRES DELANOË)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 août 2007, 12:24 
Hors ligne

Enregistré le : 21 mai 2006, 22:13
Messages : 137
Bonjour Albert,

Je comprends votre manque d'intérêt pour le sujet.
Ne dit-on pas qu'il vaut mieux s'adresser au Bon Dieu qu'à ses Saints ?

Tant qu'à faire, je préférerais que soit canonisée Mère Térésa, par exemple, plutôt que Jacques Fesch.

Néanmoins, tout ce qui permet de garder espoir en la nature humaine vaut la peine d'être mis en avant.

Bonne journée.

_________________
On avait sûrement calomnié Luc Tangorre, car, sans avoir rien fait de mal, il fut arrêté un matin.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 août 2007, 18:13 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 27 janv. 2005, 18:21
Messages : 123
Localisation : BELGIQUE
Le sujet de béatification ne me passionne absolument pas parce que je trouverais ça franchement exagéré mais l'histoire de ce jeune homme m'a interpellée, c'est tout. C'est un meurtrier, il a tué et a tiré ensuite encore à plusieurs reprises mais le cheminement qui a donné lieu à ce gâchis est surréaliste et la conversion vers Dieu l'est tout autant.
Quant au récit de ses dernières semaines en prison et la marche vers la guillotine, ça m'a émue...voilà...Je n'étais pas à la recherche d'une erreur judiciaire dans l'histoire, c'était juste le côté exceptionnel et le côté psy qui m'intéressaient.

_________________
Chantal


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 10 août 2007, 19:13 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2004, 07:47
Messages : 15
Citation :
Le sujet de béatification ne me passionne absolument pas parce que je trouverais ça franchement exagéré mais l'histoire de ce jeune homme m'a interpellée, c'est tout. C'est un meurtrier, il a tué et a tiré ensuite encore à plusieurs reprises mais le cheminement qui a donné lieu à ce gâchis est surréaliste et la conversion vers Dieu l'est tout autant.
Quant au récit de ses dernières semaines en prison et la marche vers la guillotine, ça m'a émue...voilà...Je n'étais pas à la recherche d'une erreur judiciaire dans l'histoire, c'était juste le côté exceptionnel et le côté psy qui m'intéressaient.
Pour ma part cele ne me choquerait pas. Après tout ne peut-on pas comparer le cheminement spirituel de Jacques Fesch à celui de Saint Paul ou encore au "bon larron" ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 août 2007, 08:26 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 232
Localisation : Ile de France
Certes J Fesch n'a pas été victime d'une erreur judiciaire, je pense plutôt qu'il fut victime d'une erreur de justice.

Pour ma part, j'ai lu un certain nombre d'ouvrages sur Jacques Fesch, et je suis un peu d'accord avec J Michel

Il est très difficile déjà de demeurer ce qu'on appelle un "type bien" quand on vit toute sa vie sans incident majeur. Et devenir (ou redevenir) un "type bien" après avoir commis un tel acte, est d'autant plus difficile et mérite le respect.

Ce n'est pas le crime que l'on honore, bien naturellement, c'est le parcours d'un homme, un parcours qui fut chaotique au départ, dramatique un peu plus tard, puis spirituel. Et ce chemin spirituel, à travers les remords et les regrets qu'il éprouvait l'on amené avec une infinie humilité à considérer le prix d'une vie humaine et le respect qu'on lui doit.

_________________
[b][url]http://www.presume-coupable.com[/url][/b]


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 août 2007, 09:58 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 27 janv. 2005, 18:21
Messages : 123
Localisation : BELGIQUE
Je suis bien d'accord. Je suis aux 3/4 de la lecture de Lumière sur l'échafaud et je dois dire que ça m'a laissée dans un grand silence intérieur quand j'ai déposé le livre pour aller me coucher ensuite. Le meurtre est horrible, il a encore blessé une autre personne et tiré sur d'autres mais le cheminement intérieur qui a suivi est surréaliste et même si ça ne m'a pas convertie plus que ça, malgré ce qui est dit ci-avant, j'éprouve du respect pour le type qu'il était devenu au moment de mourir.

_________________
Chantal


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 août 2007, 11:10 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Citation :
Certes J Fesch n'a pas été victime d'une erreur judiciaire, je pense plutôt qu'il fut victime d'une erreur de justice.

Pour ma part, j'ai lu un certain nombre d'ouvrages sur Jacques Fesch, et je suis un peu d'accord avec J Michel

Il est très difficile déjà de demeurer ce qu'on appelle un "type bien" quand on vit toute sa vie sans incident majeur. Et devenir (ou redevenir) un "type bien" après avoir commis un tel acte, est d'autant plus difficile et mérite le respect.

Ce n'est pas le crime que l'on honore, bien naturellement, c'est le parcours d'un homme, un parcours qui fut chaotique au départ, dramatique un peu plus tard, puis spirituel. Et ce chemin spirituel, à travers les remords et les regrets qu'il éprouvait l'on amené avec une infinie humilité à considérer le prix d'une vie humaine et le respect qu'on lui doit.
Je suis tout à fait d'accord sur tout ce que vous avez écrit.

Oui, l'exécution de J. Fesch a été une erreur de justice.
Mais à mes yeux, toutes les exécutions capitales, quelles qu'elles soient, quel que soit le condamné et où qu'elles interviennent sont des erreurs de justice.

La peine de mort est une erreur de justice.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com