Nous sommes le 20 nov. 2018, 10:22

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 82 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 déc. 2008, 09:05 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
j'ai vu des images ce matin sur la décison rendue et les réactions grotesques et indignes des familles et des avocats

On a affaire à un vrai clan de voyous !!


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 déc. 2008, 09:05 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Evasion Fresnes - L’humiliation suprême infligée à Me Karim Achoui

L’avocat Karim Achoui, condamné à sept ans de prison sans preuve tangible, est un homme fini.
Sa carrière, durement construite, a été pulvérisée en vingt secondes. Ses avocats ont fait appel, il sera donc rejugé mais, dans l’hypothèse où il serait acquitté, le mal est fait de toute façon. Très pessimistes, ses conseils prédisaient en milieu de nuit qu’il ne serait pas remis en liberté de sitôt. Là encore, la cour d’assises a souhaité faire un exemple. Depuis des semaines, la sanction semblait acquise.

Lorsqu’il arrive entre deux gendarmes dans le prétoire, vers 23 h 10, après avoir passé trois jours et deux nuits sous bonne garde dans un appartement du Palais (voir notre édition d’hier), Karim Achoui a le visage défait, blanc comme un suaire. Dans la salle des pas perdus, à l’étage inférieur, son vieux papa patiente en compagnie de l’un de ses autres fils. Il a peur. Il ne parle à personne. Karim est sa fierté, ni plus ni moins que tous ses enfants qui ont réussi à force de travail. Une heure plus tard, le sort du fils est scellé, le père se retire pour ne plus rien voir. Ne surtout pas être témoin de l’humiliation suprême infligée par la présidente Drai. En vertu de son pouvoir absolu, elle a décerné contre l’auxiliaire de justice condamné un mandat de dépôt à l’audience.

Devant l’ensemble de ses confrères – dont certains manifesteront une émotion feinte –, il est menotté et emmené, tiré par une espèce de laisse qui l’avilit. Il est le deuxième avocat qui tombe aux assises, vingt-cinq ans après l’avocate de Philippe Maurice, le dernier condamné à mort français (1980) et finalement gracié, auquel son conseil avait passé une arme en cellule. Me Achoui est transféré à la maison d’arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine), « un endroit pourri », dit-on. A peine a-t-il échappé aux regards que l’un de ses trois avocats, Me Patrick Maisonneuve, s’en prend à son collègue Pascal Winter qui, pour une partie civile, avait plaidé contre Karim Achoui avec virulence : « Alors, vous êtes content ? Vous avez eu la peau d’un avocat ! Bravo ! »

Les deux autres avocats, Mes Szpiner et Pudlowski, semblent incapables de bouger, atterrés, tétanisés. Hocine Kroziz, l’ancien surveillant de Fresnes, est à son tour menotté, mené vers la sortie. Les douze années infligées condamnent tout à la fois son rôle et son attitude d’esquive à l’audience. Arrive le tour de Stefano Belli, la « gueule d’ange » du groupe d’accusés : là, les gendarmes se heurtent à la résistance du gamin. Un coup de ranger atteint son dos, Belli est évacué à l’horizontale sous les cris de ses amis. Hier, une majorité d’avocats annonçaient leur intention d’interjeter appel.

Source : France Soir

Karim Achoui en grève de la faim

Karim Achoui, 41 ans, ancien avocat du roi de l'évasion Antonio Ferrara - condamné lundi dernier par la cour d’assises de Paris à sept ans de prison ferme pour sa participation à la spectaculaire évasion de son client de la maison d’arrêt de Fresnes le 12 mars 2003 - a entamé mardi une grève de la faim.

Dès hier matin, Me Achoui a écrit au directeur de la prison de Nanterre (Hauts-de-Seine), où il est incarcéré depuis lundi matin, pour lui annoncer qu’il cessait de s’alimenter.

L’ancien avocat du milieu, reconnu coupable d’avoir donné le top départ de l’opération commando qui avait permis à Antonio Ferrara de s’évader, entend protester contre la peine qui lui a été infligée alors qu’il s’est toujours dit innocent.

Alors que le verdict de la cour d’assises de Paris avait été rendu à 1 heure lundi matin, il a passé d’abord quatre heures au dépôt du palais de justice de Paris avant d’être acheminé à la prison de Nanterre un bandeau sur les yeux et les mains menottées dans le dos. Un traitement jugé «humiliant» par l’un de ses conseils, Me Francis Pudlowski.

Selon ce dernier, cité par l'AFP, Karim Achoui serait décidé à poursuivre cette grève de la faim jusqu'à sa remise en liberté, demandée dès lundi à la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. La justice dispose d'un délai de deux mois pour examiner la requête, a précisé l'avocat.

Karim Achoui «avait été mis en examen fin 2005 et pendant trois ans il n'a jamais cherché à se soustraire au contrôle judiciaire et aux convocations de la justice», a par ailleurs affirmé son avocat.

Source : Le Parisien


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 21 déc. 2008, 19:31 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Un chef d'entreprise en grève de la faim pour soutenir l'avocat Karim Achoui

Rachid Nekkaz, un chef d'entreprise qui n'avait pas réussi à être candidat à l'élection présidentielle de 2007, a entamé une grève de la faim devant la maison d'arrêt des Hauts-de-Seine à Nanterre, pour demander la libération de l'avocat Karim Achoui, a constaté samedi l'AFP.

Me Achoui a été condamné lundi par la cour d'assises de Paris à sept ans de prison pour complicité dans l'évasion du braqueur Antonio Ferrara de la prison de Fresnes.
Rachid Nekkaz, qui a fondé en 2007 le Rassemblement social-démocrate, un parti qui se veut d'"union nationale", explique avoir entamé cette grève de la faim vendredi soir "pour soutenir Karim Achoui", lui-même en grève de la faim depuis mardi, "demander sa libération immédiate et rappeler à l'ordre ceux qui sont détenteurs de la justice en France, la Garde des Sceaux et le président de la République".

A ses yeux, la décision de la cour d'assises est "illégitime, Karim a été emprisonné sans preuve objective (...) et, si l'on juge les gens en se basant sur des hypothèses, des soupçons, l'état de droit est en péril".
Depuis 24 heures, l'homme de 34 ans dit jouer "au chat et à la souris avec la police". Sa tente est dans le coffre de sa voiture, il la déplie pour l'installer à l'entrée de la maison d'arrêt, puis la replie lors des interventions policières.

Il se dit déterminé à aller "jusqu'au bout", les magistrats ayant, selon lui, "les outils juridiques pour libérer [Karim Achoui] avant son appel".

Source : AFP


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 22 déc. 2008, 09:05 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le très littéraire comité de soutien du condamné Karim Achoui

Plusieurs personnalités, dont l'académicien Jean-Marie Rouard, la cinéaste-écrivain Catherine Breillat, l'écrivain-chanteur Yves Simon, l'avocat conseiller de Paris (PS), ancien numéro deux de SOS-Racisme, Patrick Klugman, ont rejoint un comité de soutien à l'avocat Karim Achoui, 41 ans, condamné le 15 décembre à sept ans de prison pour sa participation à l'évasion de la prison de Fresnes, le 12 mars 2003, du braqueur Antonio Ferrara. C'est maître Francis Szpiner, l'avocat du pénaliste, qui l'a annoncé vendredi 19 décembre.


Incarcéré depuis une semaine à la maison d'arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine), M. Achoui a aussitôt commencé une grève de la faim afin de protester contre le verdict de culpabilité prononcé à son encontre par la cour d'assises de Paris.

Me Achoui "se considère victime d'une injustice". Il a été reconnu coupable de "complicité de destruction par substance explosive en bande organisée" et de "complicité d'évasion". L'ancien avocat d'Antonio Ferrara aurait donné le "top départ" de l'attaque de la prison. "Ce verdict n'a pas de sens, Karim Achoui n'a jamais commis le moindre délit et le moindre crime", s'était indigné Me Szpiner à l'énoncé du verdict. Selon celui-ci, Me Achoui a cessé de manger et de boire et serait décidé à poursuivre son jeûne jusqu'à sa remise en liberté.

Dans les heures qui ont suivi sa condamnation, ses avocats ont interjeté appel tout en déposant une demande de remise en liberté devant la chambre de l'instruction. Celle-ci dispose de deux mois pour examiner cette requête.

En marge de la sanction pénale, Me Achoui encourt une sanction disciplinaire devant ses pairs, qui pourrait lui valoir une radiation définitive du barreau. Toutefois, l'ordre des avocats de Paris a précisé qu'il n'engagerait pas de procédure tant qu'aucune condamnation définitive n'aura été prononcée. Pour l'heure, "la présomption d'innocence joue en sa faveur", a déclaré le bâtonnier, Me Christian Charrière-Bournazel.

Dans cette affaire, Me Achoui avait été mis en examen en 2005, et, pendant les trois années d'instruction, il ne s'est jamais soustrait aux convocations du juge ni au contrôle judiciaire, ont argué ses défenseurs.

Yves Bordenave

Source : Le Monde


LE BLOG de Maître Karim Achoui

http://maitreachoui.wordpress.com/


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 déc. 2008, 17:11 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Me Karim Achoui le nouveau Dreyfus ?

Karim Achoui. Ce nom évoque déjà quelque chose de particulier, c’est un véritable parangon, au sein de la justice française, côté pile et côté face, du miroir. Brillant, talentueux, orgueilleux, ténébreux et flambeur, il semble payer au prix fort, les reproches des uns et des autres, sur ces critères-là, qui n’ont à proprement parler, rien à voir avec l’accusation qu’on lui colle aujourd’hui, et qui lui vaut une incarcération qui est sans doute, dans les annales judiciaires, un fait sans précédent. La justice n’a pas pu établir sa culpabilité dans l’évasion du « roi de la belle », Antonio Ferrara. Mais pourquoi donc se retrouve-t-il en prison ? Explications.



Lorsque la Cour d’assises de Paris annonça son verdict, 7 ans de prison, ubuesque aux yeux des avocats du pénaliste Karim Achoui, ce dernier fut choqué. Emanation d’un procédé spécial, à savoir, constitution d’un jury populaire, qui aurait été manipulé par une juge dépassée par les évènements et sous pression semble-t-il, tant politique que dictée par des ressentiments et teintée de racisme, selon l’un de ses défenseurs, Francis Spizner qui accuse : « En France, il ne faut être ni avocat, ni Arabe, on s’en sort mieux ». Karim Achoui est plutôt Kabyle et non Arabe pour information. Ce n’est pas la même chose. Donc, l’utilisation du conditionnel, pour ne pas porter de jugement définitif, ni remettre en cause, la décision de justice.

Le 22 juin 2007 : tentative d’assassinat. L’avocat s’en sort. Il écrit un livre, « Un avocat à abattre », reconnaît son agresseur, Terranova, indic de la police. Perquisition à son cabinet, alors qu’il est dans son lit d’hôpital. Procédure injustifiée. Il était semble-t-il dans l’œil du cyclone. Des fonctionnaires de police tentent de faire interdire sa publication. Résultat des courses : best seller dans le classement des livres de l’année 2008. Emissions de télévision, Ruquier, Karl Zéro, etc. Passages remarqués. L’avocat en rajoute et choque, à la veille de son procès aux assises. Mais, un jugement peut-il se baser rien que sur des suppositions et de la jalousie ? C’est ainsi que la Cour d’assises, a créé un nouveau chef d’accusation : « complicité de destruction et de dégradation par substance explosive en bande organisée », sans pourtant démontrer sa culpabilité…

Ce qui est aussi étonnant dans cette affaire, c’est le mandat de dépôt instantané après le verdict, alors que l’avocat ne s’est jamais défilé. Il a été présent lors de chacune des convocations des juges. Pire, en quittant le Tribunal, ultime humiliation, menotté, on lui aurait bandé les yeux, jusqu’à la maison d’arrêt de…Nanterre. Pourquoi là-bas, lui, une personnalité, s’étonnent de nombreux individus, pas forcément ses soutiens ? En effet, même comme il ne mérite pas vraisemblablement son sort, le carré VIP de la prison de la Santé devrait lui être réservé. Veut-on simplement qu’il se retrouve avec des truands pour que ceux-ci l’achèvent ?

Se braquer sur son intime conviction, surtout au ras des pâquerettes, ne saurait être un paradigme judiciaire. Au contraire, ce serait finalement une insulte à la justice, face à un dossier vide qui commence sérieusement à faire jaser. La pression monte. La justice qui interdisait de rendre visite à l’avocat et qui s’était bornée à annoncer la date du 06 janvier 2009, a cédé. Les parents de l’avocat ont pu lui rendre visite hier, pendant 1h. En grève de la faim depuis onze jours déjà, l’avocat aurait promis de recommencer à s’hydrater mais, est prêt à aller jusqu’au bout.

Le blog officiel de l’avocat se retrouve au Panthéon des blogs de Wordpress, au top 10 dans lequel, seul des sites frisant ou dépassant plus de 2000 visiteurs/jours se retrouvent. Le comité de soutien qui s’est constitué en sa faveur, composé de l’académicien Jean-Marie Rouard, en passant par l’avocat Patrick Klugman, la cinéaste-écrivaine Catherine Breillat, l’homme d’affaires et politique Rachid Nekkaz, qui s’est lui aussi mit en grève de la faim, ou encore, le jeune Maxime Verner, va grandissant : manifestations, débats radio et télé. Et là, l’équipe se lâche. Karim Achoui est simplement le nouveau Dreyfus. Avant son jugement aux la démocratie de droit passera-t-elle ? Aura-t-il le privilège d’être libéré, bénéficiera-t-il d’un armistice pour bonne conduite et/ou conduite exemplaire ? Suivez mon regard !

Néanmoins, cette affaire commence à sentir le soufre. Il serait très risqué que cet homme décède en prison, avant son nouveau procès EN APPEL car, ses avocats ont fait appel de la décision de justice…

Source : Agora Vox


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 07 janv. 2009, 11:55 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Ferrara et 8 coaccusés rejugés en 2010

Le braqueur Antonio Ferrara, qui a fait appel de sa condamnation à 17 ans de prison pour son évasion de Fresnes en 2003, sera rejugé avec huit coaccusés dont l'avocat Karim Achoui condamné à sept ans pour complicité, a-t-on appris auprès du parquet général de Paris.

Les avocats du braqueur et ceux de Me Achoui, qui n'a cessé de clamer son innocence et a entamé une grève de la faim en prison, avaient annoncé leur intention d'interjeter appel dès l'énoncé du verdict de la cour d'assises de Paris, le 15 décembre.
Six autres condamnés -- Dominique Battini, Hamid Hakkar, Karim Bouabbas, Hamed Illouli, Zaher Zenati et le surveillant Hocine Kroziz -- ont aussi fait appel. S'ajoute le cas de Bachir Airouche dont le parquet général a décidé de contester l'acquittement.


Le second procès de l'évasion de Fresnes ne devrait pas se tenir avant 2010 au plus tôt, ont estimé plusieurs avocats. Hormis cette évasion, Antonio Ferrara, 35 ans, attend d'être jugé ou rejugé dans quatre affaires de vol à main armée, a précisé un de ses avocats, Me Lionel Moroni. Le procès en appel du braquage commis en décembre 2000 à Gentilly (Val-de-Marne) - qui lui avait valu 11 ans de réclusion en première instance en 2006 - est prévu fin mars-début avril à Evry.

Sources : AFP/ Le Figaro


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 08 janv. 2009, 09:26 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Quand le MRAP se mobilise pour défendre Karim Achoui

Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) a déposé, mardi 6 janvier, auprès de la préfecture de police une demande de rassemblement pour la défense de Karim Achoui, samedi 10 janvier, de 14 heures à 16 heures, place du Châtelet, à Paris.

L'avocat pénaliste d'une partie du milieu parisien - condamné, lundi 15 décembre, à sept ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Paris pour complicité dans l'évasion de son client Antonio Ferrara - a débuté immédiatement une grève de la faim à la prison de Nanterre. Selon sa famille, il aurait aussi cessé de s'hydrater durant quelques jours avant de céder aux suppliques de son père, Mohand Achoui, âgé de 72 ans. "Je rends visite à mon fils deux fois par semaine, a déclaré au Monde M. Achoui père. Il est très fatigué et dans un état grave, il faut en parler, dire qu'il est victime d'une injustice, de sa réussite. Depuis qu'il est enfermé, il a été oublié."

Conseil de Ferrara, Me Achoui était accusé d'avoir donné le signal de départ de l'opération ayant permis, en mars 2003, à son client, braqueur spécialisé dans l'attaque de fourgons blindés, de filer du quartier disciplinaire de la prison de Fresnes avec l'aide d'un commando muni d'armes lourdes.

Karim Achoui avait contacté Mouloud Aounit, coprésident du MRAP, alors qu'il attendait les délibérations au terme de ce procès où il comparaissait libre et où il n'a cessé de clamer son innocence. "Il m'a alors expliqué que le dossier était vide pour ce qui le concernait", explique M. Aounit.

La défense de Karim Achoui, qui a interjeté appel consécutivement au verdict, a affirmé au Monde n'être pas à l'origine de la mobilisation du MRAP, qui a déjà organisé des manifestations en faveur de son client les 20 et 25 décembre 2008.

Selon Francis Szpiner - un des trois avocats de Karim Achoui lors du procès Ferrara avec Patrick Maisonneuve et Francis Pudlowski, qui avait tempêté à l'énoncé du verdict qu'"il ne fait pas bon être arabe et avocat" -, la famille d'Achoui a "pris des initiatives sans en parler à la défense". Mais Me Szpiner ne s'étonne guère de cette mobilisation. "Le MRAP considère que la condamnation de Karim Achoui a une portée symbolique, explique-t-il. Pour le MRAP, Karim Achoui, c'est le "Beur-geois"."

Si Mouloud Aounit reconnaît n'avoir "pas d'élément factuel" pour dénoncer une "condamnation raciste", il trouve "l'accusation particulièrement mince" et "la sanction disproportionnée et incompréhensible".

"Lorsqu'il y a doute, il doit profiter à l'accusé, estime M. Aounit, et le fait que Karim Achoui (en ayant un temps refusé de boire) soit prêt à commettre l'irréparable m'amène à penser qu'on ne peut pas ne pas se mobiliser pour lui."

Karim Achoui, à l'instar du principal accusé, Antonio Ferrara, a interjeté appel de sa condamnation. Il sera donc rejugé "au plus tôt en 2010", ont estimé leurs avocats. Une demande de mise en liberté déposée par les avocats de Karim Achoui au lendemain de son incarcération doit être examinée très prochainement.

Source : Le Monde


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 janv. 2009, 20:01 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Me Karim Achoui entame son 26e jour de grève de la faim

Hier, Mourad Achoui a enfin pu voir son frère Karim, incarcéré depuis le 15 décembre, à l’issue du procès Ferrara. Il a eu « un choc terrible » tant il est « méconnaissable ». Sa famille appelle au rassemblement demain à Paris.


« Il faut venir nombreux, hein ? Il ne faut pas l’abandonner », plaide Mourad, 42 ans, l’un des trois frères de Karim Achoui. Avec sa famille, avec tous leurs amis, il donne rendez-vous samedi 10 janvier à 14 heures devant le Palais de Justice de Paris, afin de manifester, dans le calme, leur soutien à l’homme, au père de famille et à l’avocat détenu à la prison de Nanterre. Parce qu’ils continuent de croire en son innocence – « Jamais Karim n’aurait anéanti sa carrière et brisé l’enfance de son petit garçon pour aider Antonio Ferrara à s’évader », assure-t-on de concert dans son entourage – et parce que son incarcération, jugée injuste, non indispensable, met sa vie en danger. En grève de la faim depuis le lundi 15 décembre 2008, le pénaliste parisien est dans un état « très préoccupant » selon ses visiteurs, parmi lesquels ses défenseurs et collaborateurs. Très solidaires, ils se relaient au parloir de la maison d’arrêt des Hauts-de-Seine tandis que Me Sandrine Pégand assure le quotidien du cabinet Achoui avec le juriste Alain Patrice Ikoo, « compagnon de route de Karim depuis vingt-cinq ans ». Sa demande de mise en liberté doit être examinée vendredi 23 janvier. Nul ne se risquerait à prédire l’issue de cette audience, mais chacun insiste sur le fait que le condamné Achoui a fait appel du verdict de la cour d’assises, qu’il devrait être considéré comme innocent jusqu’à l’arrêt définitif, enfin qu’il offre des garanties de représentation telles que son placement en détention ne se justifiait pas. Karim Achoui est le propriétaire d’un cabinet, il est père d’un petit garçon, la prunelle de ses yeux, et ne s’est jamais soustrait aux convocations de la justice. Une fuite n’est pas envisageable pour ceux qui le connaissent bien.

« Il compte beaucoup sur nous »

Mourad Achoui, qui attendait depuis quatre semaines son permis de visite, a pu, enfin, voir son frère hier matin. A peine sorti du parloir, il évoquait le choc reçu. « Quand je l’ai vu entrer dans la pièce, ça m’a fait tout drôle. Physiquement, il est méconnaissable. Il n’a jamais été gros, mais là, c’est un gringalet. J’ai été très choqué par son apparence physique », nous confie-t-il. Ni colère ni plaintes, les fils Achoui sont tous pudiques. Dans cette conversation, seule perce la peur de le voir lâcher la barre, abandonner. « Je lui ai parlé des rassemblements que nous avons organisés en décembre et de celui de samedi 10, ça lui a fait énormément plaisir. Il compte beaucoup sur nous. Il parle peu de lui, de ses journées. Je sais juste qu’il lit et qu’il réfléchit. Je lui ai aussi parlé de la famille et de son fils, qui l’inquiètent. Pour le reste, il est très digne, très impressionnant. S’il souffre de sa situation, il fait tout pour que ça ne se voie pas. » Depuis qu’il est prisonnier, Me Karim Achoui reçoit aussi de nombreuses manifestations d’encouragement et de sympathie, le bâtonnier de l’ordre des avocats, Me Charrière-Bournazel s’est d’ailleurs redit, sur Europe 1 le 23 décembre, « favorable à une remise en liberté qui ne serait que justice ». Karim Achoui, Antonio Ferrara et six de ses supposés complices, qui ont fait appel de leur condamnation, seront rejugés en 2010, dans la meilleure des hypothèses.

Source : France Soir


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 14 janv. 2009, 18:02 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Karim Achoui cesse sa grève de la faim
.
L'avocat Karim Achoui a cessé la grève de la faim qu'il avait entamée à la mi-décembre après sa condamnation à sept ans de prison pour complicité dans l'évasion en 2003 du braqueur Antonio Ferrara, un de ses clients à l'époque.
Selon Me Francis Pudlowski, Me Achoui a recommencé à s'alimenter il y a environ une semaine, afin de pouvoir "se présenter dans de bonnes conditions le 23 janvier" devant les juges parisiens qui examineront sa première demande de remise en liberté.
Condamné le 15 décembre par la cour d'assises de Paris, Karim Achoui n'a cessé de clamer son innocence depuis sa mise en cause dans cette évasion fin 2005. Sa grève de la faim visait à dénoncer l'"injustice" dont il se dit victime.
"Il a décidé de s'alimenter" à nouveau, a indiqué Me Pudlowski.

Sources : AFP/Le Figaro


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 janv. 2009, 17:57 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Il est quand même pas clair notre petit avocat.

L'avocat de Ferrara Karim Achoui définitivement condamné pour complicité de faux


L'avocat parisien Karim Achoui, condamné à sept ans de prison pour complicité dans l'évasion en 2003 du braqueur Antonio Ferrara, s'est vu définitivement condamné dans une autre affaire, l'opposant à son ex-femme pour complicité de faux, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

L'avocat parisien Karim Achoui, condamné à sept ans de prison pour complicité dans l'évasion en 2003 du braqueur Antonio Ferrara, s'est vu définitivement condamné dans une autre affaire, l'opposant à son ex-femme pour complicité de faux, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Dans un arrêt rendu mercredi, la chambre criminelle de la Cour de cassation a en effet rejeté son pourvoi, rendant définitive sa condamnation à un an de prison avec sursis, 20.000 euros d'amende et cinq ans d'interdiction d'exercer la profession d'avocat.

Le 22 juin 2007, le tribunal correctionnel de Nanterre avait condamné l'avocat à un an de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende, et 5 ans d'interdiction d'exercer. Le 20 février 2008, la cour d'appel de Versailles avait confirmé en grande partie cette peine, à l'exception de l'amende qu'elle avait doublée.

Jugé pour "complicité de faux", "fourniture d'indication fausse ou incomplète en vue d'une immatriculation au registre du commerce et des sociétés" et "exécution d'un travail dissimulé", Karim Achoui a été condamné pour avoir utilisé à son insu la signature de son épouse, Yacout, pour monter en 2004 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) un commerce de chaussures avec son comptable, Olivier Rafik, condamné pour tromperie dans la même affaire. C'est ce dernier qui avait imité la signature de Mme Achoui.

Face aux magistrats, Me Achoui avait nié les faits assurant avoir juste "donné un coup de main" à sa femme pour créer ce commerce situé juste en face de la boutique d'esthétique que possédait déjà Mme Achoui.

Me Achoui est connu notamment pour avoir été condamné, le 15 décembre par la cour d'assises de Paris, pour "complicité" dans le dossier relatif à l'évasion de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) en 2003 d'un de ses client, le braqueur multirécidiviste Antonio Ferrara.

Depuis le début, l'avocat clame son innocence. Des juges parisiens doivent examiner le 21 janvier sa première demande de remise en liberté.

Source : Le Point


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 janv. 2009, 18:21 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
Voilà ce que c'est que de fréquenter des voyous, ça déteint !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 21 janv. 2009, 16:09 
Hors ligne

Enregistré le : 17 janv. 2009, 03:37
Messages : 8
Localisation : nord
A moins de se spécialiser exclusivement dans la défense des parties civiles, difficile d'exercer cette profession sans fréquenter les... repris de justice :lol:


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 21 janv. 2009, 16:42 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Effectivement, il y a d'ailleurs des avocats super médiatisés spécialistes dans la défense du grand bandtitisme.
Je trouve qu'il n'y à pas de preuve formelle quant à son implication dans l'évasion de Ferrara,, comme le doute doit bénéficier à l'accusé il n'aurait jamais dû être incarcéré , encore aujourd'hui la cour d'appel de Paris a renvoyé l'examen de sa demande de remise en liberté au 28 janvier.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 21 janv. 2009, 17:20 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
oui tu as raison marathon de rappeler la règle du doute qui doit bénéficier à l'accusé

moi je ne suis qu'un épris de justice mais est ce le cas de Me Achoui ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 22 janv. 2009, 12:08 
Hors ligne

Enregistré le : 17 janv. 2009, 03:37
Messages : 8
Localisation : nord
En absence de preuve, ou d'aveux réitérés de la part de l'inculpé, le doute s'impose automatiquement à tout esprit logique.

Si nous nous penchons sans a-priori sur le mode de fonctionnement de nos lois en matière de cours d'assises... on incite le jury à se prononcer, même sur la seule base de son "intime conviction"... sans qu'il ait à justifier sur l'heure et à jamais de sa décision.

En clair, quelque puisse être sa conviction -fusse un délit de sale gueule, ou une simple aversion du juré envers, par exemple, un individu aux moeurs sortant du "religieusement et moralement normal"- on place à la disposition d'un possible peloton d'execution un tas de cailloux en disant ; "que celui qui a déjà péché ne se gène pas pour jeter la premiere pierre si ça lui chante, c'est sans danger pour lui".

Ben oui ! Si un inculpé pour un procès en cours d'assises a déjà été examiné par tous les bouts de la lorgnette par une brochette "d'experts" réellement doués, ou venus à la sécurité de l'emploi par nécessité alimentaire due à un manque de clientèle volontaire pas forcément con, jamais ces examens et autres tests psychologiques ne visent les juges, les enquêteurs... et encore moins des jurés qui, même avec le QI d'un canari dépressif, viennent là de réussir un unique examen d'accès au monde administratif si épanouissant.

Sans doute trouverez-vous mon approche bizarroïde, mais je ne puis m'empêcher de songer à un instrument présumé de "justice"... que des professionnels, jamais responsables vis à vis de leur possible "victime", ont ainsi trouvé un moyen de ne pas se mouiller directement dans une abomination toujours omniprésente ; "l'erreur" judiciaire...

Comme-ci le fait de posséder maintes complices, à l'inverse du cas prévu à l'encontre des malandrins, ces complicités diluaient carrément la responsabilité individuelle jusqu'à l'absoudre.

Selon moi le systême judiciaire restera éternellement faillible tant que ceux qui le symbolisent refuseront d'endosser une quelconque responsabilité en cas d'erreur... pas toujours accidentelle, et de loin s'en faut !


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 82 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com