Nous sommes le 23 janv. 2018, 17:39

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 14 mai 2008, 21:30 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Natasha Kampusch achète la maison de son ravisseur

L'Autrichienne Natasha Kampush (20 ans) a acheté la maison de son ravisseur dans laquelle elle avait été séquestrée durant plusieurs années, rapporte le magazine Bunte dans son édition à paraître de jeudi.

La jeune femme avait été enlevée en 1998 par Wolfgang Priklopil alors qu'elle avait dix ans. Fin août 2006, elle avait réussi à s'échapper. Son ravisseur s'était ensuite suicidé. Elle a préféré devenir propriétaire de la maison plutôt que de la laisser dans les mains des vandales. "Je vais devoir payer pour une maison dans laquelle je ne vis pas", a souligné Natasha Kampusch.

La révélation de l'affaire Fritzl a réveillé de mauvais souvenirs à la jeune femme qui tente d'oublier sa propre séquestration. "J'ai eu le coeur serré en voyant les photos", a-t-elle dit.

Source : 7 sur 7


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 14 juin 2008, 05:50 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
De graves manquements constatés dans l'enquête Kampusch

Selon le rapport d'une commission d'enquête sur l'enlèvement de la jeune fille autrichienne Natascha Kampusch, les enquêteurs autrichiens ont fait preuve d'importants manquements.

Natascha Kampusch a été enlevée en 1998 sur le chemin de l'école et a pu s'échapper après 8 ans et demi de détention. Le rapport de 50 pages sur l'enquête, rédigé par une commission indépendante, relève de graves manquements dans le travail de la police, surtout au début de l'enquête. Elle n'a ainsi pas entendu Wolfgang Priklopil alors qu'elle disposait d'une description du kidnappeur. L'homme, qui était effectivement bien le ravisseur, n'avait pourtant aucun alibi et il possédait un véhicule qui correspondait à la description de la voiture utilisée durant l'enlèvement.

La commission a émis aussi indirectement des critiques à l'égard du ministère de l'Intérieur autrichien.

Source : 7 sur 7

Le rapport peut être consulté sur internet sur le site ci-dessous, mais à vous de le traduire
http://www.bmi.gv.at/bmireader/documents/557.pdf


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 24 oct. 2008, 08:08 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le dossier de l'enlèvement de Natascha Kampusch réouvert

La justice autrichienne va rouvrir le dossier de l'enlèvement de Natascha Kampusch, retenue pendant huit ans dans un réduit dans la banlieue de Vienne par son ravisseur qui s'est suicidé le soir de l'évasion de la jeune fille de 18 ans en août 2006, a annoncé le journal Die Presse dans son édition de vendredi.

Un porte-parole de la ministre de la justice Maria Berger a confirmé l'information à l'agence de presse APA. La réouverture de l'enquête doit déterminer si le ravisseur Wolfgang Priklopil avait agi seul ou s'il avait eu un ou des complices lors de l'enlèvement de la jeune Natascha alors âgée de 10 ans sur le chemin de l'école.

Selon Die Presse, une récente commission d'enquête sur des négligences au ministère de l'Intérieur a révélé qu'il y avait eu un témoignage d'une fillette de 12 ans qui avait vu l'enlèvement et qui avait parlé de deux ravisseurs. Natascha Kampusch avait été enlevée sur le chemin de l'école à Vienne en mars 1998 et séquestrée durant huit ans et demi dans un cellule souterraine aménagée par son ravisseur dans son pavillon de Strasshof, près de Vienne.

Priklopil s'était suicidé le soir de l'évasion de Natascha en se jetant sous un train. La police avait alors écarté toute complicité dans cette affaire.

Source : 7 Sur 7


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 déc. 2008, 16:36 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
L'Affaire Natascha Kampusch liée à un réseau de pornographie ?

Le ravisseur de Natascha Kampusch, qui avait été séquestrée pendant huit ans, pourrait avoir été impliqué dans un réseau de pornographie enfantine.



L'homme qui a séquestré Natascha Kampusch pendant plus de huit ans, pourrait avoir été impliqué dans un réseau de pornographie enfantine, a affirmé jeudi 4 décembre selon un haut responsable de la police autrichienne.
Franz Lang, le nouveau chef du Bureau autrichien des investigations criminelles, a expliqué dans la soirée sur la chaîne ORF que l'enquête sur le ravisseur de Natascha Kampusch avait mis en lumière des "facteurs suspects" laissant supposer l'existence d'un élément concernant la pornographie enfantine.
Refusant toutefois de fournir d'autres précisions, il a expliqué que l'affaire appelait de plus amples investigations.

Natascha Kampusch était âgée de dix ans quand elle a été enlevée sur le chemin de l'école à Vienne en mars 1998 par Wolfgang Priklopil. Ce dernier l'a retenue prisonnière chez lui en banlieue, dans une pièce sans fenêtre. Le 23 août 2006, la jeune fille avait réussi à s'enfuir, profitant d'un moment de distraction de son geôlier, qui a mis fin à ses jours dans la journée.

Sources :Associated Press/ Le Nouvel Obs


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 08 janv. 2009, 09:05 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Le ravisseur de Natascha Kampusch aurait violé une fillette

Wolfgang Priklopil, le ravisseur de Natascha Kampusch, aurait violé une petite fille en Autriche, treize ans avant l'enlèvement de Natascha, a annoncé mercredi Michaela Schnell, porte-parole du parquet autrichien.

Celle qui dit avoir été victime de Priklopil a dénoncé les faits en novembre 2008. La chaîne de télévision autrichienne ORF diffusera la semaine prochaine un reportage sur la victime présumée, âgée aujourd'hui de 21 ans.

La plaignante aurait été violée par Wolfgang Priklopil alors qu'elle était âgée de 8 ans. Les faits se seraient déroulés à Strasshof, près de Vienne, où résidait le ravisseur de Natascha. C'est dans cette même localité que Natascha Kampusch a été séquestrée pendant huit ans et demi par Priklopil. Ce dernier s'est suicidé en 2006, lorsque sa captive est parvenue à s'échapper.

La porte-parole du ministère public autrichien a souligné logiquement qu'il sera difficile d'établir les faits étant donné que Priklopil est décédé. Les faits sont en outre particulièrement anciens.

Selon l'agence de presse autrichienne APA, l'enquête sur l'enlèvement de Natascha Kampusch n'est par ailleurs pas encore clôturée


Source : 7 sur 7


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 janv. 2009, 11:49 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Une femme autrichienne dit avoir été victime du ravisseur de Natascha Kampusch


VIENNE — Une femme autrichienne a affirmé lundi qu'elle avait été violée alors qu'elle était enfant par l'homme qui a séquestré pendant huit ans une jeune fille enlevée sur le chemin de l'école.

La femme de 31 ans a déclaré dans une interview télévisée que le viol avait eu lieu l'été 1985 dans la banlieue de Vienne, à Strasshof, alors qu'elle jouait près de la maison de vacances de sa famille.

L'homme qu'elle accuse est Wolfgang Priklopil, qui a enlevé Natascha Kampusch en 1998, et l'a retenue prisonnière dans une cellule sans fenêtres derrière sa maison de Strasshof, jusqu'à ce qu'elle s'échappe à 18 ans, en août 2006. Priklopil s'est ensuite suicidé.

La nouvelle victime déclarée avait sept ans à l'époque. Elle affirme que le ravisseur l'a fait asseoir sur ses genoux et l'a déshabillée en lui offrant des noisettes, et lui a montré son nouveau vélo avant de lui expliquer qu'il avait peu d'amis. "Il ne m'a pas traité comme une enfant mais comme un adulte du même âge que lui. Je n'avais jamais rencontré d'adultes de ce genre avant" a commenté la jeune femme.

Elle affirme avoir reconnu Priklopil sur des photos publiées à propos de l'affaire Kampusch. Les faits sont prescrits, a précisé le procureur de Vienne.

Source : AFP


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 22 août 2009, 15:09 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Natascha Kampusch: encore des zones d'ombre

Trois ans après s'être échappée du réduit souterrain où son ravisseur l'avait séquestrée pendant huit ans, Natascha Kampusch attire toujours l'attention des médias qui font état de nouveaux soupçons sur d'éventuels complices de ce kidnapping.
L'histoire de la jeune Autrichienne, enlevée le 2 mars 1998 à l'âge de 10 ans alors qu'elle se rendait à l'école dans la banlieue de Vienne et qui s'était libérée elle-même le 23 août 2006, a fait le tour du monde.
Son ravisseur, Wolfgang Priklopil, agent immobilier de 44 ans, s'est suicidé en se jetant sous un train, le soir même de la fuite de Natascha.

Elle sortait de huit années de séquestration dans le sous-sol d'un pavillon de Strasshof, à 25 kilomètres de la capitale autrichienne, où son ravisseur lui avait aménagé une pièce de 5 m2 et avec pour seul contact avec l'extérieur un poste de télévision.

Chouchou des médias dans les mois suivants son extraordinaire cavale - rendue possible grâce à un moment d'inattention de son ravisseur -, sa première interview télévisée avait été diffusée par plus de 120 chaînes dans le monde. Natascha Kampusch avait aussi brièvement animé une émission d'entretiens avec des personnalités sur une chaîne autrichienne câblée.


La thèse d'un second ravisseur
Depuis plusieurs mois cependant, elle se faisait plus discrète et insistait sur son droit à la vie privée.

Mais récemment, la commission d'enquête, constituée en février 2008 pour vérifier d'éventuelles erreurs ou négligences policières lors des investigations sur l'enlèvement, suggérait qu'il pourrait y avoir eu plusieurs ravisseurs.

Une fillette de 12 ans, témoin de l'enlèvement avait déjà dit en 1998 avoir vu deux hommes dans la camionnette blanche dans laquelle Natascha Kampusch avait été enlevée. Cet élément, négligé apparemment par les enquêteurs dans les semaines qui avaient suivi la réapparition de la victime, avait conduit la ministre de l'Intérieur à mettre en place cette commission d'enquête.

Kampusch elle-même a toujours défendu la thèse du ravisseur unique et a refusé de parler en public de ses relations avec lui pendant sa détention.

Le président de la commission, l'ex-président de la Cour constitutionnelle Ludwig Adamovich, a fait sensation récemment en déclarant au tabloïd Kronen Zeitung: «Il est concevable que sa période de captivité était meilleure que ce qu'elle avait vécu jusque là» ajoutant que la mère de la victime, Brigitta Sirny, «n'était pas une mère particulièrement affective».

Mme Sirny a immédiatement annoncé qu'elle portait plainte contre lui.


«Je dois constamment me défendre et justifier ma façon d'être et cela exige beaucoup d'énergie. Personne ne me laisse être moi-même»
Un autre membre de la commission, l'ex-président de la Cour suprême Johann Rzeszut, est encore allé plus loin dans un courriel au quotidien populaire Österreich en affirmant que la vie de Kampusch pourrait être en danger si Priklopil avait effectivement eu un complice.

«Nous ne craignons rien de plus que de lire un jour dans les journaux : Natascha Kampusch victime d'un accident mortel», a-t-il écrit.

Même si la commission a pris soin de toujours parler d'hypothèses nécessitant des compléments d'enquête, elle fait passer la victime pour un suspect, estiment les avocats de la jeune femme, aujourd'hui âgée de 21 ans.

Kampusch vit maintenant dans son propre appartement à Vienne et rattrape son baccalauréat. Elle a hérité de la maison de Priklopil à Strasshof ainsi que de sa voiture. Plusieurs experts ont laissé entendre qu'elle pouvait souffrir du syndrome de Stockholm, selon lequel les victimes d'enlèvement finissent par développer de la sympathie pour leur ravisseur.

Dans une interview à la radio allemande NDR diffusée jeudi, elle s'est plainte de ne toujours pas pouvoir se sentir libre : «je dois constamment me défendre et justifier ma façon d'être et cela exige beaucoup d'énergie. Personne ne me laisse être moi-même» ajoutant ensuite «le ravisseur lui, m'a laissé être moi-même, d'une certaine manière».

Source : DNA


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 22 août 2009, 22:57 
Hors ligne

Enregistré le : 11 nov. 2007, 02:52
Messages : 150
Marathon a écrit :
Natascha Kampusch: encore des zones d'ombre
Le président de la commission, l'ex-président de la Cour constitutionnelle Ludwig Adamovich, a fait sensation récemment en déclarant au tabloïd Kronen Zeitung: «Il est concevable que sa période de captivité était meilleure que ce qu'elle avait vécu jusque là» ajoutant que la mère de la victime, Brigitta Sirny, «n'était pas une mère particulièrement affective».


Au train où vont les accrochés au sordide, il va bientôt être concevable qu'elle tombe dans la nostalgie de son époque de captivité.
Ne pourrait-on pas lui rendre service en l'oubliant un peu?


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com