Nous sommes le 08 déc. 2022, 15:22

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 78 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:05 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Marc D. a écrit:
Citation :
Je retiens surtout qu'il a raconté à sa femme une version crédible du meurtre. Il avait aussi à sa disposition les moyens d'incinérer le corps. Il dit l'avoir enterré près d'une croix, mais c'est peut-être un leurre, car je ne crois pas qu'il aurait donné à sa femme des éléments susceptibles d'aboutir à une preuve.

Oui, cette version enregistrée, rien à faire, chez-moi, elle ne passe pas. S'il n'a pas tué l'enfant, c'est en tous cas un être assez malsain.

Marc D. a écrit:
Citation :
Il y a cette phrase (que je cite de mémoire) : "Je suis un fou et un criminel, mais je suis plus intelligent que les autres." Ça fait froid dans le dos.

Entièrement d'accord là aussi.

Marc D. a écrit:
Citation :
Pour ce qui est des pistes concernant la présence de son fils en Israël, il semble bien qu'elles soient complètement tombées à l'eau. Je me dis, d'ailleurs, que ces détectives privés travaillent vraiment comme des amateurs sans cervelle, s'ils se trompent à ce point .

Quand on voit la tête du jeune homme qui serait soi-disant l'enfant Turquin avec 10 ans de plus, en effet, on se dit que le détective se moque du monde. D'autant que le jeune homme était doté de parents tout ce qu'il y a de plus biologiques. Mais d'après le détective, ce serait la police israëlienne qui aurait "trouvé" ce jeune adolescent, je crois ... On ne peut que la féliciter.

Marc D. a écrit:
Citation :
(et l'effet sur les jurés a été désastreux). Mais au départ, il y a bien un ou plusieurs voyages en Israël de la mère, je crois ? La piste était peut-être bonne, mais elle a été mal suivie..
Il faudrait savoir si la mère a fait un ou plusieurs voyages en Israël avec l'enfant avec la disparition de celui-ci. Si c'est le cas, il n'y a plus de mystère. Sinon ..

Marc D. a écrit:
Citation :
Oui, c'est assez dingue de condamner quelqu'un pour meurtre sans apporter la preuve du décès. Qu'il y ait une longue et minutieuse enquête, je veux bien, mais on ne devrait pas se retrouver au procès sans cette preuve. Il y a tout un faisceau d'indices qui laissent penser au meurtre, mais ça pourrait être une machination.

Le coup soi-disant magistral de l'avocat qui dit que l'enfant va entrer au bout de la salle, avec l'audience qui se retourne, ça n'a rien de nouveau ni de vraiment intéressant. C'est ce qu'a utilisé l'avocat de Landru, d'ailleurs, si je ne m'abuse ; seulement, quelqu'un dans la salle a signalé que Landru, lui, n'avait pas tourné la tête.
J'y ai pensé moi aussi et me suis étonnée que l'avocat cite cela comme une trouvaille alors que cette anecdote du procès Landru est archi-connue. Ce qui serait intéressant, ce serait de savoir si Turquin a ou non tourné la tête à ce moment-là.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:07 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Victoire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! J'ai enfin compris le système des "quote" ! Grâce à vous, Marc, et je vous en remercie. Vous êtes vraiment un pédagogue !

Amicalement.
Danou


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:09 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
Il ne faudrait quand même pas oublier que Mme Turquin ne semble pas être une personne envahie par les scrupules !

Elle épouse un type qui a une bonne situation, elle se fait faire un enfant par un autre homme, elle trompe son mari allègrement parce qu'elle n'a jamais atteint l'orgasme avec lui.

Pas terrible quand même la madame !

Ceci dit, elle est quand même une mère et je serais étonnée qu'elle est décidée de se désintéresser d'un enfant qui est réllement le sien, biologiquement parlant.

N'oublions pas que la veille de la soi disante disparition, la mère a vu son fils qui lui aurait dit qu'il souhaitait venir vivre avec sa mère et son compagnon du moment mais qu'il craignait une réaction méchante de son père (tuer son petit chien).

La mère connaissant les habitudes matinales du petit garçon, elle pouvait très bien proposer au petit de partir avec elle le 21 tôt le matin,
Il n'avait qu'à ouvrir le portail (à moins que la mère ait déjà la clé), la mère rentrait avec un véhicule un peu à l'intérieur de la propriété et emmenait le petit pour le cacher qq part.

Ce qu'elle pouvait souhaiter ensuite, c'est que le père soit accusé.
C'est bien ce qui s'est produit.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:12 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2004, 07:47
Messages : 15
laurence37190 a écrit:
Citation :
Comment peut-on condamner quelqu'un pour meurtre sans corps ? Cela m'a toujours interpellé.
en somme si on ne retrouve pas le corps on ne peut pas condamner ? mais vous allez donner des idées à tous les assassins en puissance ...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:21 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 26 janv. 2006, 18:20
Messages : 62
Localisation : Normandie
jpasc95 a écrit:
Citation :
Il ne faudrait quand même pas oublier que Mme Turquin ne semble pas être une personne envahie par les scrupules !

Elle épouse un type qui a une bonne situation, elle se fait faire un enfant par un autre homme, elle trompe son mari allègrement parce qu'elle n'a jamais atteint l'orgasme avec lui.

Pas terrible quand même la madame !
Ça se passe souvent comme ça dans ce milieu-là, non ?

jpasc95 a écrit:
Citation :
Ceci dit, elle est quand même une mère et je serais étonnée qu'elle est décidée de se désintéresser d'un enfant qui est réllement le sien, biologiquement parlant.
Oui, mais une mère qui n'a jamais donné un biberon à son enfant laisse tout de même à désirer. Elle savait que c'était son fils à elle et non celui de Turquin, mais c'est lui qui en avait la garde, je crois. Elle n'a pas dû tellement se battre pour l'avoir.

jpasc95 a écrit:
Citation :
N'oublions pas que la veille de la soi disante disparition, la mère a vu son fils qui lui aurait dit qu'il souhaitait venir vivre avec sa mère et son compagnon du moment mais qu'il craignait une réaction méchante de son père (tuer son petit chien).
Qu'est-il advenu de ce petit chien, d'ailleurs ? Ce serait intéressant à savoir.

jpasc95 a écrit:
Citation :
La mère connaissant les habitudes matinales du petit garçon, elle pouvait très bien proposer au petit de partir avec elle le 21 tôt le matin,
Il n'avait qu'à ouvrir le portail (à moins que la mère ait déjà la clé), la mère rentrait avec un véhicule un peu à l'intérieur de la propriété et emmenait le petit pour le cacher qq part.
Oui, comme il avait peur du noir, je crois qu'une fuite n'est possible que très tôt le matin, surtout si le père est un bon dormeur.

jpasc95 a écrit:
Citation :
Ce qu'elle pouvait souhaiter ensuite, c'est que le père soit accusé.
Oui, c'est bien possible. Avec elle, la fin justifie les moyens. Elle l'a prouvé.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:23 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
jean-michel a écrit:
Citation :
laurence37190 a écrit:
Citation :
Comment peut-on condamner quelqu'un pour meurtre sans corps ? Cela m'a toujours interpellé.
en somme si on ne retrouve pas le corps on ne peut pas condamner ? mais vous allez donner des idées à tous les assassins en puissance ...

Je n'y avais pas pensé mais c'est tout à fait vrai. Il suffirait de cacher assez habilement le corps pour qu'on le retrouve jamais et on serait assuré de l'impunité. Effectivement.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:25 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 26 janv. 2006, 18:20
Messages : 62
Localisation : Normandie
jean-michel a écrit:
Citation :
laurence37190 a écrit:
Citation :
Comment peut-on condamner quelqu'un pour meurtre sans corps ? Cela m'a toujours interpellé.
en somme si on ne retrouve pas le corps on ne peut pas condamner ? mais vous allez donner des idées à tous les assassins en puissance ...
Il les ont déjà, les idées, ne vous inquiétez pas. Nombre de crimes ne sont jamais élucidés.

En l'absence d'un cadavre, il faut au moins une arme du crime, des traces de sang, des témoins... Autre chose que des paroles sur une cassette. La cassette suffit pour qu'il soit inculpé, mais pas pour le condamner, je pense. Après, ça repose vraiment trop sur l'intime conviction.

Dans le cas de la famille Flactif, au départ, il n'y a que des traces de sang nettoyées, et des traces d'ADN ici ou là, mais c'est déjà mieux que ce qu'on a dans l'affaire Turquin.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:27 
Hors ligne

Enregistré le : 21 mars 2005, 10:31
Messages : 2
Marc D. a écrit:
Citation :
Qu'est-il advenu de ce petit chien, d'ailleurs ? Ce serait intéressant à savoir.
On le voit dans le reportage avec la grand mère. Je pense que c'est lui car il n'est plus tout jeune et elle le présente comme le chien du gamin.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:29 
Hors ligne

Enregistré le : 17 janv. 2006, 18:10
Messages : 40
Localisation : lardieres 60
Le rapport des psychiatres ayant examiné les parents ne saurait être plus clair : pour eux, « tout se passe comme si leur relation était profondément viciée sur le plan sadomasochiste, et que l'enfant n'y avait aucune place, autre que de servir à des manipulations ». « Des gens tordus », résume un juriste.

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. (PIERRES DELANOË)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:32 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Si c'était la mère qui avait enlevé son fils (quelles que soit les motivations), qu'en aurait-elle fait ? J'imagine que depuis la disparition de l'enfant la police ne s'est certainement pas fait faute de la surveiller. Si elle allait voir son fils en cachette, elle aurait bien fini par se faire pincer au cours de toutes ces années. Si l'enfant était caché en France, élevé par Dieu sait qui, on aurait bien fini par le trouver. Sa photo a paru dans les journaux, quelqu'un aurait bien fini par parler. Cet enfant doit bien être scolarisé quelque part. Sous un faux nom ? Des faux papiers ? Un faux numéro de sécurité sociale ? Mais on ne lui a pas fait refaire le visage, tout de même !
Ou alors, il faudrait admettre qu'il vit complètement sequestré. Par qui ? Qui accepterait de faire cela pendant des années pour faire plaisir à la mère ?
Reste la piste de l'étranger. Israël ? La piste du jeune homme élevé dans un école religieuse est ridicule. Plusieurs témoins affirment cependant avoir vu la mère et l'enfant. Il faudrait donc admettre que quelqu'un ait accepté de se charger de cet enfant et de l'élever. Difficile à imaginer ..


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:33 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 26 janv. 2006, 18:20
Messages : 62
Localisation : Normandie
Je suis d'accord, Danou, ça semble étrange qu'elle l'ait fait enlever pour finalement le faire garder par quelqu'un d'autre et le voir une fois tous les quatre ans.

A moins que...

En fait, n'ayant pas la fibre maternelle, elle l'aurait fait enlever (ou enlevé elle-même) dans le double but de le protéger de son père et de se venger de son mari en portant les soupçons sur lui. Dans ce cas, je crois que l'enfant n'aurait accepté ce plan que si on lui avait promis d'être élevé par une ou des personnes qu'il connaissait et aimait. Ou bien par des membres de la famille de son père biologique, à la rigueur. Je ne sais plus trop ce qu'est devenu cet homme-là, d'ailleurs. Si quelqu'un peut m'éclairer...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:35 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Si elle est responsable de l'enlèvement, c'est plus probablement pour se venger de son mari. Car, si c'était pour protéger l'enfant, il me semble tout de même qu'elle avait d'autres possibilités. Elle aurait pu porter plainte contre son mari pour cruauté mentale envers l'enfant. Elle aurait certainement pu trouver des témoignages si elle en avait cherché, à commencer par ce voisin dont le témoignage, qui me semble sincère, fait froid dans le dos.

Si c'est bien pour le protéger, qu'en a-t-elle fait ?
La famille de son père biologique ? Bien que ne sachant rien ni sur elle ni sur le père bio lui-même, cette hypothèse, toute tirée par les cheveux qu'elle paraisse, me semble encore la moins invraisemblable dans le cas d'un enlèvement : elle expliquerait que personne en France n'ait jamais témoigné avoir vu l'enfant. Elle expliquerait que quelqu'un ait accepté de se charger de lui, car seule une parenté biologique pourrait être assez forte pour motiver quelqu'un à se lancer dans une telle histoire. Et elle expliquerait enfin que plusieurs personnes aient reconnu l'enfant en Israël. Mais cela supposerait aussi que la mère ait réussi à faire plusieurs séjours en Israël sans attirer l'attention de la police, puisque les témoins disent tous l'avoir vu en compagnie de la mère, qu'ils ont également reconnue.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 23 août 2006, 00:37 
Hors ligne

Enregistré le : 17 janv. 2006, 18:10
Messages : 40
Localisation : lardieres 60
encor quelques informations: jugez vous mémes



L A R E A L I T E F R A N C A I S E


L'affaire TURQUIN - 22 Mars 1997 Nice
L'affaire
Jean-Louis Turquin, vétérinaire de 48 ans, a comparu du 18 au 22 mars 1997 devant la cour d'assise des Alpes-maritimes pour le meurtre, qu'il a toujours nié, de son fils Charles-Edouard, 8 ans, jamais retrouvé.

Selon l'accusation, les curieuses relations des époux Turquin, en instance de divorce au moment des faits, en mars 1991, pourraient être l'origine de la disparition de Charles-Edouard.

Le rapport des psychiatres ayant examiné les parents ne saurait être plus clair : pour eux, « tout se passe comme si leur relation était profondément viciée sur le plan sadomasochiste, et que l'enfant n'y avait aucune place, autre que de servir à des manipulations ». « Des gens tordus », résume un juriste.

Michèle Balanger et Jean-Louis Turquin se rencontrent à l'école vétérinaire de Maisons-Alfort en 1972 et se mettent en ménage en 1973. A Nice, où ils se retrouvent en 1981 après quatre ans de séparation professionnelle, ils habitent une grande maison, la Bastide Haute, qu'ils partagent avec les parents de la jeune femme, ceux qui évoqueront sans doute avec le plus d'affection le blondinet disparu.

Déjà, Michèle trouve son mari trop autoritaire et prend des amants. Enceinte de l'un d'eux, un Américain juif de 50 ans, elle veut avorter. Son mari, qui croit être le père, l'en dissuade, et Charles-Edouard naît le 7 avril 1983.

M. Turquin n'apprend son infortune qu'en décembre 1990. Michèle, qui a un nouvel amant, s'installe chez des amis, laissant son fils dans la maison familiale, et demande le divorce. Turquin lui envoie des lettres, puis, le 20 mars, un dernier télégramme pour qu'elle revienne.

Le lendemain, à 7H15, il signale à la police que son fils a disparu, alors qu'ils dormaient dans la même chambre. Une information est ouverte pour enlèvement d'enfant. Jean-Louis Turquin fait imprimer des affichettes, proposant 100.000 francs de récompense.

Pour sa part, Michèle est sûre que son mari a fait disparaître l'enfant. Elle lui téléphone, le rencontre, accepte même des relations sexuelles qu'ils n'avaient plus depuis des mois, pour le faire parler.

Le 6 mai 1991, elle obtient, enregistrée sur un magnétophone, ce qui sera la pièce maîtresse de l'accusation. On entend le vétérinaire reconnaître avoir étranglé Charles-Edouard, expliquer : « Si j'avais pris un canif, il y aurait eu du sang partout », demander à sa femme de « fermer cette parenthèse » et de revenir vivre avec lui. Le 13 mai, il est inculpé d'assassinat et écroué.

Il impute ses déclarations au curieux « jeu de rôle » qu'il pratiquait avec son épouse et conteste avoir tenu dans les jours précédents les propos effrayants consignés dans le journal de Michèle : « Ce n'était pas possible que tout mon héritage aille à un bâtard de juif, un parasite qui a profité de mon argent alors que ce n'était que ton fils et celui d'un clochard ».

M. Turquin persiste à nier le meurtre, tandis que les recherches du corps restent infructueuses.

Libéré au bout de neuf mois, le 14 février 1992, après une grève de la faim, il accuse à son tour sa femme d'avoir enlevé Charles-Edouard et engage un détective. Celui-ci dit avoir découvert la piste du garçonnet en Israël, où il aurait été vu avec sa mère : le président de la cour d'assises repousse le procès, fin 1993, pour ordonner des investigations supplémentaires, dont le résultat ne paraît finalement pas très probant.

Le proces

Dans ce procès énigmatique, à mi-chemin entre l'affaire Grégory - le meurtre froid d'un enfant - et l'affaire Simone Veber - ni aveu, ni cadavre -, les psychiatres se donnent un rôle important. Ils décrivent l'accusé comme un homme d'une intelligence supérieure « dominé par une ambition sociale fondée sur le pouvoir de l'argent et la soumission d'autrui ». Sa femme comme « vivant la relation à autrui sur un mode passif ».


Le procureur général, Didier Durand, a posé le problème en termes simples: 'C'est l'acquittement ou la condamnation à une peine très importante.' Il a exhorté la cour à juger 'avec la raison et beaucoup de coeur parce qu'il s'agit d'un enfant'. Il a également noté un des handicaps de l'accusation: 'C'est un meurtre sans cadavre et l'accusé est en liberté. Il y a des aveux, mais ils n'ont pas été faits devant un juge.' Son intime conviction, le représentant du ministère public l'a dite sans fard après avoir décortiqué le dossier: 'C'est un meurtre prémédité. La justice se hâte lentement, mais elle est tenace.' Il a requis la réclusion criminelle à perpétuité.

Les deux défenseurs de Jean-Louis Turquin se sont partagé les rôles. Le premier, Jean-Marc Varaut, s'est situé 'à un carrefour des incertitudes'. Et, s'adressant aux jurés: 'Vous ne le condamnerez que si, pour vous, c'est la vérité évidente.' Il s'est alors attaché à démontrer que seule la piste Turquin, 'la plus séduisante', a véritablement été explorée. Or, pour lui, 'la personnalité la plus névrotique n'est pas dans le boxe' et aucun mobile n'est avancé. Et Jean-Marc Varaut de conclure: 'Le doute, ce n'est pas l'ignorance mais le stade suprême d'une conscience éclairée qui cherche la vérité.'

C'est Jacques Peyrat, un rien hautain durant tout le procès, ce qui a profondément agacé le président de la cour d'assises, qui est chargé d'éclairer la personnalité de Jean-Louis Turquin sous un jour plus présentable. Procédant par contraste, il a décrit la mère du petit Charles-Edouard comme une personne ne s'occupant pas de son enfant, alors que l'accusé 'tournait comme un homme en cage pour trouver son fils'. Selon le défenseur, Michèle Balanger a fait 'le coup le plus horrible qui soit' en enregistrant son mari à son insu et en le forçant à parler. Jacques Peyrat conteste la validité des bandes magnétiques. Aux jurés: 'Vous n'avez rien entendu du tout sur les cassettes, mais on vous a présenté seulement une traduction.' Et pour finir, citant un certain nombre d'erreurs judiciaires à l'adresse du jury: 'Je n'aimerais pas être à votre place.'

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. (PIERRES DELANOË)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 04 janv. 2008, 16:23 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
UN CRANE D'ENFANT DECOUVERT
L'affaire Turquin pourrait être relancée
NOUVELOBS.COM | 04.01.2008 | 12:43
Le crâne d'un enfant a été retrouvé dans l'arrière-pays niçois, à quelques kilomètres du cabinet de Jean-Louis Turquin, condamné en 1997 pour assassinat après la disparition de son fils de huit ans.

Un crâne de petite taille a été découvert dans un bois près de Duranus (Alpes-Maritimes), un petit village de l'arrière-pays niçois, a-t-on appris, vendredi 4 janvier, auprès de la gendarmerie. Cette découverte pourrait relancer l'affaire de la disparition du petit Charles-Edouard Turquin. Ce crâne, qui pourrait être celui d'un enfant, a été retrouvé par hasard lundi dernier dans un endroit particulièrement escarpé par des chasseurs qui ont alerté le maire du village ainsi que les gendarmes. Une enquête a été ouverte et une expertise scientifique doit être réalisée dans les prochains jours pour tenter de dater le décès et l'âge de la victime.

Assassinat

Les habitants de Duranus ne peuvent s'empêcher de songer à Charles-Edouard Turquin, 8 ans, fils d'un vétérinaire niçois, qui a disparu en mars 1991 et dont on ne sait toujours pas ce qu'il est advenu. Le père, Jean-Louis Turquin, qui a eu pendant longtemps son cabinet un peu plus bas dans la vallée à Tourrette-Levens (Alpes-Maritimes), a été condamné à 20 ans de réclusion en 1997 pour son assassinat qu'il a toujours nié. Il est sorti de prison en juillet 2006, continuant de clamer son innocence. (AP)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 04 janv. 2008, 17:46 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Oui, je l'ai entendu moi aussi aux dernières informations et me doutais qu'on allait en parler sur le forum.

Pour le moment, impossible de dire quoi que ce soit. Ce peut être le petit Turquin, l'autre enfant disparu ou encore un autre enfant

Les test ADN nous le diront. Pour l'enfant Turquin, c'est avec la mère qu'il faudra comparer l'ADN du crâne découvert, car il semblerait que Turquin n'ait pas été le père biologique de l'enfant. La mère étant toujours vivante, il ne devrait pas y avoir de problème et on devrait être vite fixés.

Sur l'identité en tout cas, car, s'il s'agit de l'enfant Turquin, toutes les questions ne seront pas résolues, loin de là. Mais on aura déjà la certitude qu'il n'est plus en vie et qu'il est inutile de perdre son temps avec des recherches en Israël ou ailleurs.
Personnellement, même si l'ADN exclut qu'il puisse s'agir du petit Turquin, je suis malheureusement convaincue que l'enfant est mort. Et Dieu sait que je voudrais bien me tromper.

Je suppose de toute manière que l'examen de ce crâne permettra d'établir bien d'autres points que la simple identité. Peut-être les éléments découverts donneront-ils des indications permettant de priviliégier une piste plutôt qu'une autre.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 78 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com