Nous sommes le 08 août 2020, 07:53

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante
Auteur Message
MessagePosté : 11 nov. 2006, 23:33 
Hors ligne
administrateur
Avatar du membre

Enregistré le : 12 mars 2005, 23:41
Messages : 616
PARIS (AFP) - Le commerçant du Val-de-Marne placé en détention provisoire après avoir tué par balles un cambrioleur et en faveur duquel Nicolas Sarkozy était intervenu, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire vendredi par la cour d'appel de Paris.

Le commerçant, René Dahan, 58 ans, avait été incarcéré le 29 octobre après sa mise en examen pour "homicide volontaire". Son avocate, Me Marie-Alix Canu-Bernard, avait alors fait appel du placement de son client sous mandat de dépôt.

Selon la police, le 27 octobre au matin, les trois cambrioleurs, dont un au moins était armé, se seraient introduits au domicile du commerçant alors qu'il partait travailler.

De même source, après avoir pris un coup sur la tête, René Dahan aurait réussi à retourner l'arme d'un des agresseurs. Un premier coup serait parti sans atteindre apparemment personne mais trois autres balles tirées par le commerçant ont touché l'un des cambrioleurs qui voulait s'enfuir par une fenêtre.

L'homme s'est écrasé plus bas avant de décéder des suites de ses blessures. Le tout s'est joué "en une minute et demie", a précisé la même source.

L'incarcération du commerçant avait pris un tour politique lorsque le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, était intervenu mardi auprès du garde des Sceaux Pascal Clément pour attirer "très spécialement" son attention sur ce dossier.

"Cette affaire suscite une émotion considérable parmi nos concitoyens qui ont du mal à admettre qu'un honnête homme, agressé chez lui, menacé de mort avec une arme et craignant pour la vie de son épouse soit en retour mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention", avait-il ajouté.

"Un ministre n'a pas à exploiter des faits divers pour en tirer des règles générales, ce n'est pas ma conception de l'exercice du pouvoir", avait répliqué Ségolène Royal (PS). Il faut "cesser d'exploiter de façon politicienne le malheur des gens", avait-elle ajouté.

Le ministre de la Justice avait expliqué pour sa part qu'en "l'état des investigations, les faits reprochés à M. Dahan ne semblent pas s'inscrire dans le cadre de la légitime défense", mais que le parquet demanderait son placement sous contrôle judiciaire.

La détention avait été requise dans un premier temps "pour éviter toute concertation avec son épouse", témoin du drame, et éviter "des représailles" des complices en fuite, avait justifié M. Clément.

Depuis, l'épouse a été entendu par le juge d'instruction et les deux complices ont été interpellés, mis en examen et incarcérés.

Présent vendredi devant la salle de la cour d'appel au milieu de proches du commerçant, le député UMP de l'Essonne, Nicolas Dupont-Aignan, a estimé que l'incarcération du commerçant était "une injustice insupportable qui symbolise le dérèglement de notre société".

Non loin de lui, le frère du commerçant et le père de la victime prononçaient ensemble des paroles d'apaisement. "Je regrette ce qui s'est passé et je suis très triste pour le fils de monsieur", disait le premier. "Quelle que soit la décision de la justice, je la respecterai. Je ne suis pas un justicier", répondait le second.

Lundi, à Saint-Gervais (Vendée), un cambrioleur avait été abattu d'un coup de fusil par le fils du propriétaire de la maison dans laquelle il s'était introduit avec 3 complices. L'auteur du coup de feu a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire.

http://fr.news.yahoo.com/10112006/202/l ... ue-un.html
---------------------------------------------------------------------------------
Qui est la victime dans cette affaire?


Haut
   
MessagePosté : 12 nov. 2006, 17:22 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 62
Localisation : Paris
Citation :
Non loin de lui, le frère du commerçant et le père de la victime prononçaient ensemble des paroles d'apaisement. "Je regrette ce qui s'est passé et je suis très triste pour le fils de monsieur", disait le premier. "Quelle que soit la décision de la justice, je la respecterai. Je ne suis pas un justicier", répondait le second.

---------------------------------------------------------------------------------
Qui est la victime dans cette affaire?
L'article répond à cette question : ce serait la personne qui a été tuée.

Pourtant le commerçant était bien victime, lui, d'une action malveillante.


L'attitude du frère du commerçant et du père de la personne décédée est remarquable...

Il reste interdit de se faire justice soi même, en dehors de circonstances de légitime défense. Mais c'est bien tentant... et ça se pratique couramment avec des conséquences heureusement moins tragiques.

Transformer de tels évènements en message politique est évidement une dérive.

_________________
La conviction personnelle risque fort de s'opposer à la recherche objective de la vérité et à la sureté du jugement. Si elle devient .... intime, au secours !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 déc. 2006, 23:25 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 03 févr. 2004, 00:53
Messages : 155
Je suis d'accord avec webrider, les politiciens ne devraient pas attirer dans leurs filets les voix de certaines personnes dans ce genre de situation.
Surtout que comme par hasard les hommes politiques ne parlent de ses évènements que lorsqu'ils en ont besoin

Pour moi la vraie victime est bien l'homme qui a perdu la vie surtout que si mes souvenirs sont exacts il a été tué d'une balle dans le dos, donc quand le premier agresseur s'enfuyait.
Et si tel est le cas j'ai du mal à faire coller la légitime défense

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 11 janv. 2007, 13:50 
Hors ligne

Enregistré le : 24 oct. 2006, 21:06
Messages : 28
Localisation : Uxbridge - UK
Citation :
Pour moi la vraie victime est bien l'homme qui a perdu la vie surtout que si mes souvenirs sont exacts il a été tué d'une balle dans le dos, donc quand le premier agresseur s'enfuyait.
Et si tel est le cas j'ai du mal à faire coller la légitime défense
Même s’il est regrettable qu’il y ait eu un mort dans cette histoire, le cambrioleur a été victime en premier lieu de sa bêtise. Il s’est introduit chez autrui à ses « risques et périls », personne ne l’a obligé.

Le commerçant a bel et bien été agressé, chez lui, par des types armés qui n’étaient pas les bienvenus « après avoir pris un coup sur la tête, René Dahan aurait réussi à retourner l'arme d'un des agresseurs. Un premier coup serait parti sans atteindre apparemment personne mais trois autres balles tirées par le commerçant ont touché l'un des cambrioleurs qui voulait s'enfuir par une fenêtre. … »
Si on tente de se mettre à la place du commerçant 30 secondes, on peut comprendre que sous le coup de la peur (il ne sait pas comment ce cauchemar va se terminer ni pour lui, ni pour sa famille), il tire plusieurs fois plus par panique que pour tuer réellement.

Je trouve qu’il est bien facile, en sécurité devant son écran, de dire « il ne fallait pas, il n’aurait pas dû, personne ne doit se faire justice …. », mais voilà Mr Dahan a dû connaitre la peur de sa vie, et dans la panique, on n’a pas la présence d’esprit de relativiser les choses, on pense à sauver sa peau.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 11 janv. 2007, 19:46 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 232
Localisation : Ile de France
Il s'agit donc d'un crime commis dans un état de panique extrème, je suis bien d'accord, car dans le cas où la légitime défense n'est pas retenue (et c'est à l'enquête de le dire) c'est tout de même un crime.

_________________
[b][url]http://www.presume-coupable.com[/url][/b]


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 05 févr. 2007, 21:55 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 03 févr. 2004, 00:53
Messages : 155
Ma réponse faisait en partie référence à ce qu'on a entendu pendant cette affaire.
Ca m'avait choqué d'entendre certains dirent qu'un assassin devait être libéré.

Même si c'est la première victime qui n'a pas voulu se faire agresser, l'homme qui est entré n'a pas voulu se faire tuer non plus.

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 févr. 2007, 07:48 
Hors ligne

Enregistré le : 24 oct. 2006, 21:06
Messages : 28
Localisation : Uxbridge - UK
Citation :
Même si c'est la première victime qui n'a pas voulu se faire agresser, l'homme qui est entré n'a pas voulu se faire tuer non plus.
C'est les risques du métier !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 09 févr. 2007, 14:01 
Hors ligne

Enregistré le : 21 mai 2006, 22:13
Messages : 137
Citation :
Citation :
Même si c'est la première victime qui n'a pas voulu se faire agresser, l'homme qui est entré n'a pas voulu se faire tuer non plus.
C'est les risques du métier !
Dans les pays anglo-saxons, ça se comprend, mais pas ici.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 11 févr. 2007, 19:57 
Hors ligne

Enregistré le : 24 oct. 2006, 21:06
Messages : 28
Localisation : Uxbridge - UK
Citation :
Citation :
Citation :
Même si c'est la première victime qui n'a pas voulu se faire agresser, l'homme qui est entré n'a pas voulu se faire tuer non plus.
C'est les risques du métier !
Dans les pays anglo-saxons, ça se comprend, mais pas ici.
Je ne vois pas pourquoi vous répondez cela, que connaissez-vous de ces pays ? Y avez-vous vécu ? Y vivez-vous ?

Ma réponse (qui s'adressait à Dalakhani) se voulait ironique.

Maintenant, puisque je vois que le fait que l'agressé ait tiré sous le coup de la panique n'est pas concevable pour vous (tout comme pour Dalakhani), qu'il n'avait pas le droit, la loi lui interdisait, il n'était pas sous le coup de la légitime défense puisqu'il a tiré dans le dos du cambrioleur, et bien donnez moi donc votre adresse et celle de Dala. aussi par la même occasion.
Avec quelques amis cambrioleurs (comme on ne sait pas quoi faire en ce moment) on pourrait débarquer chez vous. Soyez sans crainte, nous serons juste armés, et on menacera votre famille.
A part ça on ne vous fera pas de mal, bon, vous vous prendrez juste un mauvais coup de crosse dans la tronche, mais on a droit, on est les méchants !
Notre visite se fera dans l'intention de vous dépouillez de ce que vous aurez mis une vie à obtenir, plus quelques objets de valeur sentimentale, qui vous viennent de famille.
On partira tranquillement ensuite puisque même sous le coup de la panique vous ne tirerez JAMAIS, ben non la loi vous l'interdit.
En revanche, si vous venez à me blesser, je porterai plainte contre vous et selon ma blessure vous me devrez une pension à vie, j'y ai droit puisque la loi me le permet :wink:


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 12 févr. 2007, 19:08 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 03 févr. 2004, 00:53
Messages : 155
A ce que je viens de lire je me suis mal fait comprendre, je trouve tout à fait concevable que l'agressé prenne une arme et sous le coup de la panique en fasse usage.
Ce qui m'étonne et me choque presque c'est que Mr Sarkozy demande qu'on relâche rapidement cet homme. L'enquête n'est pas finie mais il faut le libérer parcequ'il s'est fait agresser.
Au moment de cette intervention rien ne permet de rejeter un éventuel lien entre l'agresseur et l'agressé, et rien ne prouve la légitime défense autrement que dans la bouche du commerçant.
Lette légitime défense est définie par des textes de lois, il convenait avant de porter un tel jugement sur les faits, d'examiner que toutes les conditions en étaient réunies.

Si je vous donne votre adresse et que vous venez visiter mon chez moi avec une maltraitance gratuite, je serais prêt sans hésiter à bafouer la loi et vous tirer dessus mais j'attendrais aussi qu'on me juge et pas qu'on demande ma libération prématurément. De la même manière, je serais pour le moins surpris qu'un homme politique porte un jugement sur mon acte sans enquête approfondie par les services de police, ni jugement par les tribunaux...

L'agressé a tué une personne, la vie de l'agresseur vaut autant que n'importe laquelle, ce n'est pas parceque c'est un voyou qu'il ne faut pas juger le meurtrier.

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 févr. 2007, 12:11 
Hors ligne

Enregistré le : 24 oct. 2006, 21:06
Messages : 28
Localisation : Uxbridge - UK
Citation :
A ce que je viens de lire je me suis mal fait comprendre, je trouve tout à fait concevable que l'agressé prenne une arme et sous le coup de la panique en fasse usage.
Ce qui m'étonne et me choque presque c'est que Mr Sarkozy demande qu'on relâche rapidement cet homme. L'enquête n'est pas finie mais il faut le libérer parcequ'il s'est fait agresser.
Au moment de cette intervention rien ne permet de rejeter un éventuel lien entre l'agresseur et l'agressé, et rien ne prouve la légitime défense autrement que dans la bouche du commerçant.
Lette légitime défense est définie par des textes de lois, il convenait avant de porter un tel jugement sur les faits, d'examiner que toutes les conditions en étaient réunies.

Si je vous donne votre adresse et que vous venez visiter mon chez moi avec une maltraitance gratuite, je serais prêt sans hésiter à bafouer la loi et vous tirer dessus mais j'attendrais aussi qu'on me juge et pas qu'on demande ma libération prématurément. De la même manière, je serais pour le moins surpris qu'un homme politique porte un jugement sur mon acte sans enquête approfondie par les services de police, ni jugement par les tribunaux...

L'agressé a tué une personne, la vie de l'agresseur vaut autant que n'importe laquelle, ce n'est pas parceque c'est un voyou qu'il ne faut pas juger le meurtrier.
Bien évidemment qu'il faut juger René Dahan, puisqu'il a tué une personne.
Il n'a jamais été question de dire qu'il ne devait pas être jugé. Qui l'a dit ?

Mais l'incarcérer à Fleury-Mérogis, avant son jugement bof !
Le placer sous contrôle judiciaire en attendant son jugement était bien sufffisant.
Enfin, c'était mon avis et pas uniquement le mien d'ailleurs puisqu'il y a eu une pétition en ce sens.

Etait-ce un fou furieux dangereux qui en voulait à toute la population ? Un récidiviste ? Non il a juste cherché à se défendre.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 févr. 2007, 18:54 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 232
Localisation : Ile de France
Tout à fait d'accord avec vous Pomeline, et cette ligne de conduite peut bien évidemment s'adapter à de nombreux autres cas qui, pour l'heure actuelle, ne bénéficient pas de cette mesure moins contraignante.

_________________
[b][url]http://www.presume-coupable.com[/url][/b]


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 févr. 2007, 18:58 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 232
Localisation : Ile de France
Citation :
Tout à fait d'accord avec vous Pomeline, et cette ligne de conduite peut bien évidemment s'adapter à de nombreux autres cas qui, pour l'heure actuelle, ne bénéficient pas de cette mesure moins contraignante.
Je parlais bien entendu du placement en contrôle judiciaire plutôt qu'en détention provisoire.

Par ailleurs, il faut le juger, naturellement, et puisqu'il a tué (il l'admet) qu'il soit reconnu coupable. C'est normal également. Quant à la peine effectivement, il devrait être tenu compte du contexte dans lequel l'acte a été commis.

C'est mon opinion, bien sûr, et elle n'engage que moi.

Cordialement

_________________
[b][url]http://www.presume-coupable.com[/url][/b]


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 13 févr. 2007, 20:59 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 03 févr. 2004, 00:53
Messages : 155
Citation :
Mais l'incarcérer à Fleury-Mérogis, avant son jugement bof !
Le placer sous contrôle judiciaire en attendant son jugement était bien suffisant.
Enfin, c'était mon avis et pas uniquement le mien d'ailleurs puisqu'il y a eu une pétition en ce sens.
Cet homme a eu à faire à des voyous rien ne lui dit que dehors juste après le meurtre il ne verra pas revenir chez lui d'autres voyous avec pour but de lui faire payer ce qu'il a fait.
Dans ce genre de situation une incarcération n'est pas superflu. Le temps de faire baisser la tension.
Citation :
Etait-ce un fou furieux dangereux qui en voulait à toute la population ? Un récidiviste ? Non il a juste cherché à se défendre.
Vous posez les questions qui vous arrangent. Connaissait-il l'agresseur? A-t'il déjà eu à faire avec lui?
Ces questions peuvent être posé, une partie de votre réponse est valable il a juste cherché à se défendre

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 16 févr. 2007, 09:09 
Hors ligne

Enregistré le : 21 mai 2006, 22:13
Messages : 137
Citation :
Citation :
Citation :
C'est les risques du métier !
Dans les pays anglo-saxons, ça se comprend, mais pas ici.
Je ne vois pas pourquoi vous répondez cela, que connaissez-vous de ces pays ? Y avez-vous vécu ? Y vivez-vous ?

Ma réponse (qui s'adressait à Dalakhani) se voulait ironique.

Maintenant, puisque je vois que le fait que l'agressé ait tiré sous le coup de la panique n'est pas concevable pour vous (tout comme pour Dalakhani), qu'il n'avait pas le droit, la loi lui interdisait, il n'était pas sous le coup de la légitime défense puisqu'il a tiré dans le dos du cambrioleur, et bien donnez moi donc votre adresse et celle de Dala. aussi par la même occasion.
Avec quelques amis cambrioleurs (comme on ne sait pas quoi faire en ce moment) on pourrait débarquer chez vous. Soyez sans crainte, nous serons juste armés, et on menacera votre famille.
A part ça on ne vous fera pas de mal, bon, vous vous prendrez juste un mauvais coup de crosse dans la tronche, mais on a droit, on est les méchants !
Notre visite se fera dans l'intention de vous dépouillez de ce que vous aurez mis une vie à obtenir, plus quelques objets de valeur sentimentale, qui vous viennent de famille.
On partira tranquillement ensuite puisque même sous le coup de la panique vous ne tirerez JAMAIS, ben non la loi vous l'interdit.
En revanche, si vous venez à me blesser, je porterai plainte contre vous et selon ma blessure vous me devrez une pension à vie, j'y ai droit puisque la loi me le permet :wink:
Bien que n'étant pas un adepte de l'angélisme béat vis à vis des institutions, quand un policier ou un militaire se fait tuer, je ne dis jamais "C'est les risques du métier".

Pour ce qui est d'une visite à domicile, je préférerais que vous veniez armée de meilleurs intentions.

_________________
On avait sûrement calomnié Luc Tangorre, car, sans avoir rien fait de mal, il fut arrêté un matin.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com