Nous sommes le 16 nov. 2018, 12:20

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 85 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 mars 2008, 14:53 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
Citation :
Il le doit déjà à ses victimes....qui ne peuvent se permettre un mépris supplémentaire.

Lorsque je parcours cette lettre, je me dis que Fourniret jubile face à sa mise en scène...il se met en scène de manière quasi théâtrale...
comme une star, il se paie le luxe de faire des caprices..."non, si les choses ne se déroulent pas comme je l'entends, je ne viendrai pas..."
c'est un peu comme s'il était le centre d'un spectacle...
Entièrement d'accord. Rien à ajouter.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 mars 2008, 15:39 
Hors ligne
administrateur

Enregistré le : 14 mai 2005, 16:23
Messages : 136
Localisation : belgique
Je crains que le cynisme de Fourniret ne fasse encore de gros dégâts...

Je pense aussi que le verdict est connu d'avance : perpétuité avec une peine de Sûreté de 30 ans. Il n'a semble-t-il aucune circonstances atténuantes.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 mars 2008, 15:46 
Hors ligne
administrateur
Avatar du membre

Enregistré le : 12 mars 2005, 23:41
Messages : 616
oui, je vois personnellement mal comment il pourrait obtenir des circonstances atténuantes... :?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 mars 2008, 16:26 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Un accusé peut être forcé de comparaître devant la cour d'assises


Le Code de procédure pénale donne au président de la cour d'assises le droit d'ordonner la comparution, au besoin par la force, d'un accusé, comme dans le cas du tueur en série présumé Michel Fourniret,

L'avocat général Francis Nachbar a déclaré vendredi que Michel Fourniret serait "amené de force" chaque jour à son procès alors qu'il a fallu recourir à la contrainte pour qu'il soit présent au deuxième jour d'audience.

Une comparution sous la contrainte obéit néanmoins à des règles précisément énoncées par les article 319 à 322 du Code de procédure
pénale.

"Si un accusé refuse de comparaître, sommation lui est faite au nom de la loi" afin qu'il comparaisse (art. 319). Un huissier, commis par le président de la cour et "assisté par la force publique", doit rendre compte sur procès-verbal de la sommation et de la réponse de l'accusé.

"Si l'accusé n'obtempère pas à la sommation, le président peut ordonner qu'il soit amené par la force devant la cour", ajoute l'article 320.

Dans l'hypothèse où l'accusé serait obligé de comparaître et où celui-ci troublerait les débats de la cour, les articles 321 et 322 permettent son "expulsion de la salle d'audience". Dans ce cas, il "est gardé par la force publique, jusqu'à la fin des débats, à la disposition de la cour".

Dans ce cas, "il lui est donné lecture, après chaque audience, du procès-verbal des débats".

Michel Fourniret avait brandi jeudi dès l'ouverture de son procès un écriteau "Sans huis clos, bouche cousue". L'avocat général a exigé vendredi que soit maintenue la publicité des débats

Un rappel des textes de procédure pénale

COMPARUTION DE L'ACCUSE

PROCEDURE PENALE ( en rouge les codes concernant le comportement de Fourniret et qui j'espère seront appliqués )


Article 317
A l'audience, la présence d'un défenseur auprès de l'accusé est obligatoire.
Si le défenseur choisi ou désigné conformément à l'article 274 ne se présente pas, le président en commet un d'office.


Article 318
L'accusé comparaît libre et seulement accompagné de gardes pour l'empêcher de s'évader.

Article 319
Si un accusé refuse de comparaître, sommation lui est faite au nom de la loi, par un huissier commis à cet effet par le président, et assisté de la force publique. L'huissier dresse procès-verbal de la sommation et de la réponse de l'accusé.

Article 320
Si l'accusé n'obtempère pas à la sommation, le président peut ordonner qu'il soit amené par la force devant la cour ; il peut également, après lecture faite à l'audience du procès-verbal constatant sa résistance, ordonner que, nonobstant son absence, il soit passé outre aux débats.
Après chaque audience, il est, par le greffier de la cour d'assises, donné lecture à l'accusé qui n'a pas comparu du procès-verbal des débats, et il lui est signifié copie des réquisitions du ministère public ainsi que des arrêts rendus par la cour, qui sont tous réputés contradictoires.


Article 320-1
(inséré par Loi nº 2004-204 du 9 mars 2004 art. 153 Journal Officiel du 10 mars 2004 en vigueur le 1er octobre 2004)
Sans préjudice des dispositions du deuxième alinéa de l'article 272-1 et de celles du deuxième alinéa de l'article 379-2, le président peut ordonner que l'accusé qui n'est pas placé en détention provisoire et qui ne comparaît pas à l'audience soit amené devant la cour d'assises par la force publique.

Article 321

(Loi nº 92-1336 du 16 décembre 1992 art. 322 Journal Officiel du 23 décembre 1992 en vigueur le 1er mars 1994)
Lorsque à l'audience l'un des assistants trouble l'ordre de quelque manière que ce soit, le président ordonne son expulsion de la salle d'audience.
Si, au cours de l'exécution de cette mesure, il résiste à cet ordre ou cause du tumulte, il est, sur-le-champ, placé sous mandat de dépôt, jugé et puni de deux ans d'emprisonnement, sans préjudice des peines portées au Code pénal contre les auteurs d'outrages et de violences envers les magistrats .
Sur l'ordre du président, il est alors contraint par la force publique de quitter l'audience.


Article 322
Si l'ordre est troublé par l'accusé lui-même, il lui est fait application des dispositions de l'article 321.
L'accusé, lorsqu'il est expulsé de la salle d'audience, est gardé par la force publique, jusqu'à la fin des débats à la disposition de la cour ; il est, après chaque audience, procédé ainsi qu'il est dit à l'article 320, alinéa 2


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 mars 2008, 16:52 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Fourniret ne peut bénéficier de circonstances atténuantes donc prison à perpétuité assortie d'une peine de 30 ans, il va sûrement finir sa vie en prison ( 66 + 30 = 96 ans ) , a moins qu'un autre détenu le massacre ( ce qui est courant pour les pointeurs et tueurs d'enfants ).

Par contre je crains que Monique Olivier bénéficie elle de circonstances atténuantes, car elle est complice des crimes de Fourniret mais pas meurtrière, et comme en prison elle va se tenir peinarde , elle bénéficiera d'une liberté conditionnelle ( voir la cas de Karla Homolka libérée au bout de 12 ans et pourtant .... )
Il est vrai que nous sommes au Canada

Un petit rappel sur Karla et Bernardo que nous pouvons comparer au couple Fourniret

Ils étaient jeunes, beaux, blonds... et superficiels. Il voulait des esclaves sexuelles à violer, elle les lui fournissait sur un plateau "par amour". Ce couple de Canadiens, marié, bien sous tout rapport, habitant aux alentours de Toronto, a violé au moins 20 femmes, et assassiné 3 adolescentes, dont la propre soeur de Karla. Et, vu les lenteurs de la police, ils n’auraient peut-être jamais été arrêtés si Bernardo n’avait fini par se lasser d’Homolka et s’était mis la battre, ce qu’elle n’a pu supporter venant de son "chéri".


Modus Operandi

Pour les viols :
Il y a quasiment eu deux "périodes" pour les viols.
Bernardo a d’abord été très violent. Durant les premières agressions, les jeunes victimes étaient saisies par derrière, la nuit, et menacée avec un couteau. Bernardo les sodomisait violemment et les forçait à lui faire une fellation. Il lui est également arrivé d’entrer par surprise dans des habitations où des jeunes femmes vivaient seules. Si elles tentaient de résister, il les tailladait avec son couteau. Karla Homolka a parfois filmé ces viols avec leur caméscope.
Durant les dernières agressions, les femmes venaient toutes de descendre d’un bus, elles étaient accostées par derrière, Bernardo avait été rude, mais ne les avait pas vraiment "violées". Il les avait caressées d’une manière sexuelle, pénétrant la dernière avec ses doigts... Elles le décrivaient comme un jeune homme soigné, qui avait de belles dents et ne sentait pas mauvais.
Que ce soit durant les premiers ou les derniers viols, Bernardo leur parlait tout le temps pendant qu’il les agressait, et il voulait les entendre dire des choses spécifiques, sur le fait qu’il était fort et tout puissant, et qu’elles aimaient ce qu’il leur faisait.
Bernardo a agressé des adolescentes et des jeunes femmes d’une vingtaine d’années.

Le charme, la gentillesse de Paul Bernardo, lui auraient permis d’attirer facilement ses proies, mais il préférait faire preuve de brutalité.


Pour les meurtres :

Karla Homolka a aidé Paul Bernardo à violer et à tuer deux de leurs trois victimes.
Elle a offert sa soeur Tammy "sur un plateau" à Bernardo, prenant même soin de fournir les drogues.
Elle a servi d’appât pour attirer Kristen French jusqu’à leur voiture, afin que Bernardo puisse forcer l’adolescente à monter à l’intérieur.
Bernardo a profité de sa "bonne fortune" lorsqu’il a rencontré Leslie Mahaffy, par hasard, en plein milieu de la nuit. Tammy Homolka a été violée dans la maison des parents de Karla. Leslie Mahaffy et Kristen French ont été ramenées chez Bernardo et Homolka, dans leur voiture, et ont subi les pires sévices dans l’habitation même.

Bernardo tenait toujours à ce que ses viols et ses meurtres soient filmés, dans les moindres détails.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 mars 2008, 17:14 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Vous pouvez écouter différents interviews sur cette affaire par le biais du site EUROPE 1
http://www.europe1.fr/informations/arti ... stice.html

Sujets des interviews

Comment Michel Fourniret aborde-t-il ce procès ? En a-t-il parlé en prison ? Réponse de Fabienne Le Moal.

Maître Philippe Jumelin, l'un des avocats de Michel Fourniret, répond à Fabienne Le Moal.

Les familles des victimes sont arrivées à Charleville-Mézières. Le reportage de Fabienne Le Moal.

Le témoignage de Christophe, frère de Natacha Danais tuée dans la région de Nantes en 1990, au micro de Fabienne Le Moal.

Dans "On vous en dit plus", les clés du procès Fourniret décryptées par Pierre Rancé.

La persévérance du commissaire de la police judiciaire de Dinant (Belgique), Jacques Fagnart, a permis à l'enquête de se débloquer. Son témoignage au micro de Pierre Rancé.

Stéphane Bourgoin, grand spécialiste des tueurs en série, revient sur la singularité du couple Fourniret-Olivier au micro de Fabienne Lemoal. Il a coordonné avec les familles des victimes un ouvrage intitulé "Les clés de l'affaire Fourniret".


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 mars 2008, 20:34 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
AUDIENCE DU 28 MARS 2008 DE 14 HEURES 15 à 17 HEURES


Après être resté obstinément muet, jeudi, Michel Fourniret va-t-il davantage coopérer avec la cour d'assise des Ardennes?

16h50: l'audience a repris. Le président précise le programme de la semaine prochaine qui devrait débuter par l'examen de l'affaire Mananya Thumpong.

16h18: le président de la cour, Gilles Latapie, informe les accusés qu'ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité et suspend l'audience pour vingt minutes.

16h10: un homme est sorti de la salle d'audience mise à disposition du public pour avoir utilisé son téléphone portable. Un rappel à la loi plus tard, c'est au tour d'une femme d'être conduite vers la porte alors que le ton monte entre elle et son voisin de derrière. On assiste à un procès comme on regarde la télévision.

15h15/16h: les greffières égrènent à tour de rôle la longue liste des chefs d'inculpations à l'encontre cu couple.

La dynamique du couple

15h: Monique Olivier n'est pas soumise à Michel Fourniret mais a contribué à activer la perversité de celui-ci. «Chacun a eu besoin de l'autre pour faire valoir ses fantasmes», note la greffière. Et d'ajouter: «Dans l'interaction entre les deux partenaires, l'un et l'autre étaient tour à tour instrument et instrumentiste.»

La personnalité de Monique Olivier

14h50: Monique Olivier ne présente aucune déficience intellectuelle, note un expert belge qui la rencontre. Il décèle également une faible estime de soi et une incapacité à prendre des décisions. Une autre psychiatre, français, lui donne 131 de QI, un chiffre qui la classe dans la catégorie des surdoués. Sa force: savoir provoquer et utiliser la perversité des hommes à leur insu. Elle est consciente de la gravité des faits qui lui sont aujourd'hui reprochés. Elle est décrite comme «insensible à la douleur d'autrui» et «perverse». Les experts notent tous sa participation active aux crimes attribués ou reconnus par Michel Fourniret. Celui-ci semble s'ennuyer tandis que Monique Olivier garde la tête baissée. Les experts notent encore qu'elle ne craint pas vraiment Michel Fourniret et qu'elle semble avoir tiré avantage de sa vie quotidienne avec lui.

14h45: au tour de Monique Olivier, issue d'un milieu modeste, mais non carencée sinon de l'affection de son père, selon les renseignements donnés par la greffière. Elle fait la connaissance d'André M., son premier mari, à 22 ans. De cette union sont nés deux enfants. Son père la décrit comme renfermée, têtue et capricieuse. Ses enfants la considèrent comme passive, craintive et vulnérable. A ce jour, son casier est vide, selon la greffière.


14h40: cynique et sans empathie: une nouvelle expertise, réalisée en 2005, précise la cruauté de Michel Fourniret. L'inceste dont il dit avoir été victime dans son enfance, par sa mère, pourrait être à l'origine de son fantasme de la virginité. Une thèse contestée par d'autres psychiatres qui pensent que ce fantasme n'est qu'une excuse pour passer à l'acte et tuer. Certains psychiatres notent une absence d'émotivité de Fourniret fasse aux victimes. Michel Fourniret présente toutes les caractéristiques du pervers sadique: ego surdimensionné, sentiment de toute puissance, absence d'empathie... Selon cette expertise, il n'est ni curable, ni réadaptable.

14h35: un point sur les expertises psychiatriques. En 1966, en psychiatre, qui le voit après sa condamnation pour attouchements sur mineures, conclut que le tueur en série présumé était curable et réadaptable. En 2004, en Belgique, un autre expert le classe dans la catégories des manipulateurs, éprouvant des difficultés à élaborer une pensée logique, et indique qu'il représente une dangerosité car ne pouvant contrôler ses pulsions sexuelles. Il souligne également le caractère antisocial et son absence de sentiment envers les victimes.

14h30: la greffière emploie plusieurs les qualificatifs «manipulateur» et «dominateur» pour le décrire.

14h28: «travailleur, ambitieux, introverti mais prétentieux et imbus de lui-même au point de refuser certains travaux», voilà comment les anciens collègues de Michel Fourniret se souviennent de lui.

14h22: l'audience reprend et s'ouvre sur une première analyse de la personnalité de Michel Fourniret. La greffière détaille la famille du tueur en série présumé, né à Sedan le 4 avril 1942. A l'évocation de la mort de son frère et de sa soeur, il ne bouge pas. Le parcours scolaire et professionnel de Michel Fourniret est ensuite expliqué.

14h15: l'audience n'a toujours pas repris. Les avocats des parties civiles et des accusés ont repris leur place et attendent l'arrivée de la cour.


SOURCE : 20 MINUTES


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 mars 2008, 20:38 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Image

PEUT-ON IMPUTER TOUS LES CRIMES A FOURNIRET ?

Les autorités danoises rouvrent une enquête criminelle
La police danoise, en 2004, a rouvert un dossier criminel à la suite de la ressemblance remarquée par les enquêteurs entre un portrait-robot et Fourniret.

En 1999, la police danoise est amenée à la diffusion d'un portrait robot suite à une affaire sordide : le viol, suivi d'une tentative de meurtre, d'une fillette de 11 ans. Après examen du portrait-robot, les policiers trouvent une certaine similitude avec Michel Fourniret.

Les policiers s'interrogent sur cette affaire survenue en 1999 (Fourniret tuera Céline Saison en mai 2000). Aucun élément matériel probant ne permet cependant d'attribuer à Michel Fourniret une responsabilité établie dans ce dossier.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 28 mars 2008, 22:00 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
La deuxième journée d'audience est terminée. Selon les dernières nouvelles Fourniret a promis de réfléchir pendant le week-end au fait de tout de même s'exprimer, malgré l'absence de huis clos.

J'espère qu'il nous fait pas le coup du poisson d'avril


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 29 mars 2008, 16:18 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Affaire Fourniret : «Ce couple-là est totalement banal!»



La juriste Corinne Herrmann a mené une enquête passionnante sur les serial-killers, Un tueur peut en cacher un autre (Stock), qui paraît le 2 avril. Elle assiste l'avocat de la famille Desramault durant le procès Fourniret.


Quelle peut être l'attitude de Monique Olivier devant la cour d'assises?

On l'a vue, en reconstitution, jouer la victime prostrée. Elle peut rester dans ce rôle-là, ou décider de parler, montrer aux jurés qu'elle n'est pas ce monstre que l'on pense. Plus que Fourniret, elle possède une carte à jouer. Depuis que leur pacte a été révélé, son épouse l'a surpassé dans le domaine de l'horreur. Il est possible qu'elle lâche: «Maintenant, je vais tout vous dire.» Je pense aux disparitions d'Estelle Mouzin ou de Joanna Parrish.


Comment des femmes en arrivent-elles à aider, ou aimer, un tueur en série?
Dans l'imaginaire populaire, il s'agit d'un solitaire, en réalité, comme dans les contes, la femme de l'ogre joue un rôle actif. Elle présente un intérêt pratique et fantasmatique. Leur couple est animé par la recherche du plaisir sexuel. La femme qui offre une victime à son homme ressent une jouissance, comme si elle lui préparait un bon plat, c'est basique, terrifiant, mais il y a la notion: «S'il a du plaisir, il va me donner du plaisir.» Sans elle, le tueur n'est rien. Elle possède la toute-puissance.

Vous affirmez qu'un couple à la Fourniret n'a rien d'extraordinaire...
Arrêtons de fantasmer sur les Fourniret, ce couple-là est totalement banal, c'est cela le plus grave! Les annales judiciaires le prouvent: comme ces Canadiens surnommés Ken et Barbie, beaux et blonds. Lui voulait des esclaves sexuelles, elle les lui fournissait. Michelle Martin, la femme de Dutroux, lavait le linge des petites. Les dysfonctionnements de la justice sont affligeants dans le cas Fourniret, mais ils ont pu exister parce qu'il y avait un couple. La criminologie doit avancer sur ce registre-là, il est nécessaire que sexologues, psychiatres ou psychologues travaillent ensemble. On risque encore de passer à côté du prochain couple, d'écarter


Son livre
viewtopic.php?t=1187


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 30 mars 2008, 16:41 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Procès Fourniret : la cour examine un véhicule mardi

La cour d'assises des Ardennes qui juge actuellement Michel Fourniret doit examiner la camionnette dans laquelle une adolescente belge de 13 ans a été séquestrée et violentée en 2003.
Reuters)

La cour d'assises des Ardennes qui juge actuellement Michel Fourniret se déplacera mardi 1er avril sur un parking de Charleville-Mézières pour examiner la camionnette dans laquelle une adolescente belge de 13 ans a été séquestrée et violentée en 2003.

La cour, qui passe en revue à partir de lundi les crimes - dont sept homicides au total -, va d'abord se pencher pendant deux jours sur l'un des trois dossiers jugés ne s'étant pas soldés par un décès.
Il s'agit de l'agression sexuelle, en juin 2003 près de Namur (Belgique), de Marie, 13 ans, qui avait réussi à s'échapper de la Citroën C25 où elle était séquestrée, permettant l'arrestation de Michel Fourniret par la police belge.
Afin d'examiner le véhicule, et les conditions dans lesquelles Marie avait été retenue à l'intérieur avant de fuir à un stop, la cour d'assises a décidé "ce transport mardi matin (...) sur le parking du palais de justice", a-t-il été simplement dit en fin d'audience vendredi.

Une décision de la cour

Interrogé samedi par l'AFP le magistrat chargé des relations avec la presse au procès, Christophe Aubertin, n'était pas en mesure de préciser si ce transport aurait lieu à huis clos ou publiquement. Aucune complicité n'est reprochée à Monique Olivier dans cette affaire.
Sur le plan juridique, l'opération de transport n'est qu'une simple poursuite des débats de l'audience à l'extérieur des murs du tribunal. L'interdiction d'enregistrement de son ou d'image s'applique ainsi de la même manière.
Ce transport est "une décision prise par la cour, pas une demande expresse de la famille" de Marie, a souligné un de ses avocats à l'AFP, Réginald de Béco.
A ce procès ouvert jeudi et prévu pour deux mois, Michel Fourniret est accusé de sept homicides de jeunes filles précédés de viols ou tentatives, et son épouse Monique Olivier d'être coauteur d'un des meurtres et de complicité dans plusieurs autres.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 mars 2008, 12:20 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
Fourniret maintient qu'il ne parlera qu'à condition d'un huis clos


CHARLEVILLE-MÉZIÈRES (AFP) — Michel Fourniret, jugé devant la Cour d'assises des Ardennes pour sept meurtres aggravés de jeunes filles, a déclaré lundi au troisième jour du procès qu'il "confirmait (sa) position" de ne s'exprimer sur les faits reprochés qu'à condition d'un huis clos.

"Ce week-end la réflexion que j'ai menée m'a amené à confirmer ma position", a déclaré Michel Fourniret, qui était invité à s'exprimer sur le premier des dix dossiers pour lesquels il est jugé, celui de l'agression d'une adolescente belge de 13 ans en juin 2003 près de Namur (Belgique).

"Dans le cas d'un procès public, je ne parlerai que du bout des lèvres, il y a donc quantité d'informations que les familles seraient assurées de ne jamais avoir", a-t-il ajouté.

"Vous n'avez donc rien à dire sur ces faits du 26 juin 2003 ?", a de nouveau tenté le président de la Cour, Gilles Latapie.

"Je brûle d'envie de les commenter mais je ne le peux pas", a rétorqué l'accusé qui comparaît au côté de sa femme Monique Olivier, poursuivie pour un des meurtres et pour complicité dans plusieurs autres.

Vendredi en fin d'audience, Michel Fourniret s'était engagé à réfléchir pendant le week-end au fait de revenir sur sa décision de garder le silence, qu'il avait exprimé dès l'ouverture des débats.

Il a maintenu sa position lundi alors que le président et plusieurs avocats des parties civiles se sont relayés pour essayer de le convaincre.

Lundi, contrairement à vendredi, il n'a pas fallu recourir à la contrainte pour extraire Michel Fourniret de la maison d'arrêt de Charleville-Mézières et le conduire au tribunal.

Le tueur en série présumé "a accepté de venir spontanément", a déclaré à l'AFP l'avocat général Francis Nachbar, quelques minutes avant le début de l'audience vers 10H00.

La Cour a entamé l'examen des crimes reprochés à Michel Fourniret avec le dossier de l'agression de Marie. L'adolescente avait réussi à s'échapper de la camionnette où elle était séquestrée, permettant l'arrestation du tueur en série présumé par la police belge, grâce au relevé du numéro d'immatriculation.

Marie a commencé de témoigner en fin de matinée, dos au public et aux journalistes de manière à ce que son image soit protégée. Seul le son était retransmis dans les salles annexes du palais de justice permettant aux médias de suivre le procès.

SOURCE : AFP


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 mars 2008, 20:10 
Hors ligne

Enregistré le : 24 juil. 2005, 16:25
Messages : 294
J'ai souvent pensé, et je pense plus encore ce soir, aux enfants de Michel Fourniret. Enfin, à ceux qui lui restent, car une de ses filles s'est suicidée par désespoir d'être la fille d'un tel père, et un de ses fils (le frère de cette jeune fille) est mort dans un accident (indirectement lié à l'affaire Fourniret, me semble-t-il), de sorte que leur mère, la 2ème femme de Fourniret, a perdu ses 2 seuls enfants.

Je pense qu'il lui reste d'un premier mariage un autre enfant, dont je ne sais rien, mais dont je n'ai aucune peine à imaginer le chagrin, le désespoir, la honte, le calvaire.

Et je pense en particulier à Sélim, le fils qu'il a eu avec Monique Olivier, et qui va devoir vivre jusqu'à sa mort avec un fardeau que personne au monde n'a été préparé à supporter.
Je viens d'entendre sur France Inter une information qui, si elle est vraie, est presque inaudible tellement elle est immonde.
Il semblerait que Sélim corresponde avec son père (avec sa mère, je ne sais pas ...) et lui ait posé par lettre la question suivante :"Si la première victime ne s'était pas échappée, que lui aurais-tu fait ?" et Fourniret lui aurait répondu (je cite approximativement) :"Je lui aurait arraché les yeux, puis les membres un par un et cela m'aurait procuré un plaisir indicible".

Comment Sélim va-t-il pouvoir continuer à vivre cet enfer ? J'aimerais savoir où il est, si des gens l'ont recueilli, s'il est aidé d'une manière ou d'une autre.

Apporte-t-on une aide aux enfants d'un Fourniret, d'un Dutroux, d'un Van Geloven ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 mars 2008, 22:00 
Hors ligne

Enregistré le : 31 janv. 2008, 14:52
Messages : 917
LETTRE DE FOURNIRET A SON FILS

Son fils lui a demandé dans une lettre en 2005 le sort qu'il réservait à Marie. La réponse de l'accusé a été lue à l'audience, dans un silence pétrifié.

"Il est évident que je lui aurais arraché les yeux et les membres vivante avec une infinie jouissance. Marie incarne une pureté sobre, je m'en empare (...) J'aurais préféré évidemment lui infliger de lourdes souffrances des tortures morales et physiques", disait l'accusé.

L'avocat général lui a demandé comment il pouvait écrire de telles "abominations" à son propre fils. "Je suis convaincu que vous avez la réponse à cette question, vous qui semblez bien me connaitre", a-t-il répondu.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 mars 2008, 22:02 
Hors ligne
administrateur
Avatar du membre

Enregistré le : 12 mars 2005, 23:41
Messages : 616
Quel manipulateur....jouisseur!
Il a de toute évidence décidé de créer SA pièce de théâtre.

_________________
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains paraissent brillants avant d'avoir l'air con".
Comment se fait-il que certains paraissent si cons même sans lumière ? C'est de la métaphysique pure.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 85 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com