Nous sommes le 24 sept. 2018, 02:42

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message : l'affaire Joushomme
MessagePosté : 13 mars 2006, 09:09 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
Hier soir a été diffusé sur France 2 dans Faites entrer l'accusé cette affaire qui date de 1985 et dont je n'avais aucun souvenir.

Toujours est il que l'on a envoyé un type en prison sans preuve formelle.

Toujours cette intime conviction qui fait la loi (si on peut dire !)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 15 mars 2006, 22:52 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 26 janv. 2006, 18:20
Messages : 62
Localisation : Normandie
C'est une affaire intéressante, en effet. Certains le considèrent comme le nouveau Ranucci. J'en reparlerai volontiers quand j'aurais le temps. Je dois d'abord rattraper mon retard de lecture. :wink: En attendant, voici un message récent de Bruno Joushomme recueilli par l'association qui le soutient :
Citation :
LE COMITE DE SOUTIEN A BRUNO JOUSHOMME - CSBJ
Présidé par Jean-Marie ROUART

Ca suffit !! Avec l'affaire d'Outreau qui succède à d'autres, maintenant tout le monde sait ce que sont les méthodes des gardes à vue et des instructions à charge quand la chaîne judiciaire a besoin d'un coupable. Ce contexte permet de mieux comprendre ce que crie Bruno Joushomme, l'innocent gênant, depuis plus de 20 ans. Accusé à tort d'avoir tué son épouse dans un accident de voiture, il a été condamné à perpétuité après 14 années de dysfonctionnements judiciaires. Depuis toujours il crie son innocence. Il déclare : "je suis une banale victime d'un détournement d'héritage orchestré par la famille de celle qui a voulu la déshériter en m'épousant et surtout en consacrant toute son énergie et ses biens à un projet de foyer d'enfants en péril, à l'époque de la grande famine en Ethiopie. (souvenez-vous, on était porté par un grandiose élan humanitaire pour sauver un peuple moribond. Avec Evelyne, nous voulions agir, à notre manière.) La garde à vue que j'ai subie a bel et bien été tristement comparable à celles que les "acquittés d'Outreau", et bien d'autres, ont décrite. Ma garde à vue n'a été que la fabrication du coupable nécessaire, à grands coups de baffes, d'humiliations, de menaces et surtout de chantages. L'inspecteur de police Léthier m'a carrément dit qu'il détenait la preuve de ma "culpabilit" en me brandissant un rapport d'expertise sciemment tronqué, montrant la marque d'un étranglement qui était en réalité, la trace faite par le premier médecin légiste, pour les besoins de l'autopsie ! Ce policier a franchi "la ligne blanche" sans aucun scrupule. La fin justifie les moyens Les policiers m'ont fait comprendre que je n'étais plus un homme mais un condamné en devenir ! Le pire c'est que je percevais qu'ils se sentaient sûrs de leur "bon droit" ! Comme si ce qu'ils me faisaient subir était légitime ! Ils ont commencé par m'attacher au radiateur puis à une chaise, me traitant de petite salope, de "crevure" et surtout usant du chantage : "de toute façons, tu vas plonger. Mais, si tu n'avoues pas, on va charger ta mère et elle tombera pour complicité. Elle va en prendre pour sept ans au moins si tu continues à nier !"
L'inspecteur Léthier a été vexé par son échec à me faire avouer ce que je n'avais pas fait. Ses méthodes me stupéfiaient et quand je me suis permis de lui dire qu'il outrepassait ses droits, il m'a dit "tu parles de droits ? on va te le faire payer, ton arrogance !" et il a ajouté "on va te tailler un costume !" D'autres policiers se sont alors éloignés de moi puis ils m'ont annoncé qu'ils se chargeraient de faire le portrait de l'homme odieux quand ils feraient leur rapport et quand ils parleraient de moi.

Et ils l'ont fait ! j'ai même pu lire dans un journal comment l'inspecteur m'a décrit "il était vautré dans un fauteuil. Il me racontait des sornettes avec le plus grand aplomb". Les acquittés d'Outreau savent, eux, qu'on n'a pas l'occasion de se vautrer dans un fauteuil pendant la garde à vue !! On voit que pour eux, la vérité n'est que "sornette" !! Ce n'est pas ce qu'ils recherchent. 20 ans après, je reste marqué par ce cauchemar qui ne finira jamais. Déshabillé, sans avoir dormi ni mangé ni bu, gifflé, humilié, je leur disais la vérité. Mais cette vérité, ni l'inspecteur Laithier ni ses confrères, tous solidaires, n'ont voulu l'entendre. Seul comptait l'aveu ! aucune place pour la vérité pourtant si facile à vérifier mais ce n'était pas celle qui convenait à ma belle-famille. Déshéritée par ma femme, elle avait d'un besoin que je devienne un "assassin" pour récupérer son héritage. Je suis passé par tout ce que les innocents d'Outreau ont vécu, depuis la garde à vue jusqu'à la condamnation à perpétuité ! en passant par les dysfonctionnements de l'instruction, les expertises conformes à ce qu'attendait l'accusation, l'éclatement de ma famille, la perte de mon enfant, la prison où je purge une peine qui n'est pas la mienne "Combien d'Outreau, de Dils, d'Omar Raddad, de Seznec" faudra-t-il encore pour que cela change ? Le dégâts des "erreurs" (fautes) judiciaires sont lamentables, l'actualité le montre encore avec les acquittés d'Outreau. L'incapacité de la justice à traiter mon affaire a détruit ma cellule familiale. Mon ex-épouse, à la naissance de notre enfant, n'a pas supporté l'incertitude qui pesait sur nous. Elle m'a "jeté" et a pris mon fils (la dernière fois que je l'ai vu, il avait 18 mois) elle a utilisé l'affaire pénale pour demander au procureur de la République une condamnation pouvant "seule me permettre d'obtenir un divorce nous permettant, mon fils et moi de construire une vie normale" ! et elle ne m'a pas chargé mais ECRASE au procès à force de mensonges ignominieux. Ses allégations mensongères, elle les a faites parvenir auprès des magistrats de la cour à mon insu, me faisant victime d'un procès inéquitable. La justice a saisi le prétexte pour clore l'affaire. Je crains pour mon fils (11 ans aujourd'hui. Quelle image sa mère a-t-elle donné de moi ? Comment pourra-t-il réagir quand il apprendra que sa mère lui a menti et l'a amputé de l'amour de son père pendant toute son enfance ? Ce message a été recueilli par le Comité de soutien à Bruno Joushomme. Bruno Joushomme, l'innocent gênant, est en attente de la décision de la Commission de révision auprès de laquelle son avocat, maître Florand, a déposé une requête en septembre 2005.

Bruno Joushomme 11034 U C 434 Maison centrale 17 rue de l'Abbaye 78300 Poissy Janvier 2006


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 16 mars 2006, 10:02 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
C'est vrai qu'il y a des points communs avec l'affaire Ranucci.

Pourtant, au départ, ça commence par un non lieu et puis petit ? petit le train infernal se met en route.

Des a priori sur la diff?rence d'?ge. 40 années il est vrai. Une donation au dernier vivant et hop l'affaire est dans le sac comme dirait l'excellent inspecteur Clouzeau !

Et c'est encore une femme qui va perdre notre homme ! la propre épouse de Joushomme, qui en obtenant le divorce et la condamnation de son mari va r?cupèrer une partie de l'h?ritage ! impeccable, bonne op?ration !

Cela dit, s'il est coupable, alors ne serait ce pas un juste retour de b?ton ?

Le point qui reste ? ?lucider, c'est la manière dont le véhicule a pris feu.

Acte criminel ou accidentel ?
C'est bien compliqu? car les deux sont tout à fait possibles !

Ce qui est également curieux, c'est cette embard?e qu'il a faite sur la chauss?e d'en face.
Comme il était en premi?re, avait il décidé de ralentir parce qu'il sentait un ennui m?canique et qu'il perdait le contrôle du véhicule (pb avec la direction) ?
Pourtant aucune expertise ne semble donner d'explication ? ce sujet.

Et puis, je ne comprends pas comment il se fait que lui a pu s'extraire du véhicule et pas son épouse qui était pourtant encore en vie quand l'incendie se d?clare.
A t-elle perdu connaissance ? il n'y a eu aucun choc violent avec la voiture.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 16 mars 2006, 18:48 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 26 janv. 2006, 18:20
Messages : 62
Localisation : Normandie
D?s sa seconde version (aux infirmi?res), Bruno Joushomme dit que c'est sa femme qui conduisait. Je veux bien qu'elle roule en premi?re un peu plus que n?cessaire, mais de là ? perdre le contrôle dans un virage en premi?re !

Si Joushomme conduisait, on peut s'étonner qu'il passe la premi?re pour reprendre le contrôle de son véhicule. Troisi?me, puis seconde, c'est préférable. Par contre, si c'est elle qui conduisait, elle a pu passer de quatri?me en premi?re, involontairement (voulant passer en troisi?me) pour reprendre le contrôle. Je crois que le levier de vitesse est ? côté du volant, sur la 2 CV, et qu'il n'est pas simple ? utiliser quand on n'est pas habitué.

A propos du choc, je crois me rappeler qu'un policier intervenu rapidement sur les lieux, juste après les pompiers, d?clare au début de l'emission que le radiateur était enfonc?, et que le choc avait été violent... Mais rien de tout ça après expertise de la voiture. Un simple coup d'oeil de la part des proches d'Evelyne Laborde leur a permis de voir qu'il n'y avait pas eu de choc. Alors, ai-je r?v? ? Ce policier ne parte-t-il pas d'un enfoncement du radiateur ? Je n'ai pas enregistr? l'émission, malheureusement.

Quant ? l'incendie, les avocats se sont juste contentés de d?montrer qu'il aurait été plus rapide s'il y avait eu de grandes quantit?s d'essence. ça ne m?ne pas très loin.

Bon, ce qui est sûr, c'est qu'Evelyne Laborde était vivante au moment de l'incendie, puisqu'elle avait respir? la fum?e de l'incendie. Cela ne prouve pas qu'elle était consciente, contrairement ? ce que dit l'avocate de Bruno Joushomme (excellente, il me semble, mais parfois coupable de d?ductions h?tives).

En admettant que la mère de Bruno Joushomme soit complice, elle a pu faire boire un somnif?re ? Evelyne Laborde. Bruno Joushomme serait reparti au volant, avec sa femme sur le si?ge passager. Il aurait un peu tourn? en rond en attendant qu'elle s'endorme. Il se serait arr?t? devant un arbre, aurait coup? le moteur et passé la premi?re, pour ?viter de mettre le frein ? main. Apr?s, il pouvait toujours remettre le contact, sans d?marrer (je ne sais pas si on a retrouvé les cl?s sur le contact). Ensuite, il aurait renversé le bidon d'essence dans la voiture, aurait imbib? la moiti? d'un mouchoir d'essence, y aurait mis le feu et l'aurait jeté dans la voiture, pour enflammer les vapeurs.

Cela n'explique pas pourquoi madame Laborde aurait eu les pieds côté conducteur et le corps côté passager. Cela n'explique pas non plus pourquoi le feu est parti sous le si?ge passager, surtout avec une voiture pench?e sur la gauche. Peut-?tre le bidon était-il coinc? sous le si?ge passager, et avait une m?che de mise ? feu déjà pr?te ?

La version accidentelle me semble assez curieuse aussi, parce qu'il n'y a pas vraiment eu d'accident, si la voiture n'a pas heurt? l'arbre. Peut-?tre madame Laborde est-elle pass?e brutalement de la quatri?me ? la premi?re (par erreur) dans un virage qu'elle avait du mal ? maîtriser, ? 80 km/h, ce qui aurait eu pour effet de freiner brutalement la voiture, de l'envoyer dans le d?cor, et de provoquer de grosses ?tincelles dans la bo?te de vitesse, qui auraient mis le feu entre les deux si?ges avant. Une fois la voiture arr?t?e et pench?e sur la gauche, le feu se serait principalement d?velopp? côté passager, juste après la sortie de Bruno Joushomme de ce c?t?. Incapable de sortir côté gauche, de peur de tomber et de se prendre la voiture sur le dos, Evelyne Laborde aurait décidé de suivre son mari et de sortir par l'autre c?t?. L?, elle ne serait pas parvenue ? ouvrir la porti?re et se serait ?vanouie ? cause de ses efforts violents pour sortir. Pendant ce temps-l?, il aurait fait le tour, et ouvert la porte conducteur. Voyant qu'elle cherchait ? sortir de l'autre c?t?, il aurait fait le tour pour essayer de l'aider, mais n'aurait pas réussi ? ouvrir la porti?re. A ce moment, les flammes étaient peut-être importantes, et il ne pouvait plus faire ? nouveau le tour pour essayer de la sortir de force côté conducteur (l? où la porte était restée ouverte).

C'est bien compliqu? cette affaire. ;)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 mars 2006, 19:28 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
Lu sur le site de France-Justice

Affaire Joushomme : requête en révision

Lundi 3 avril 2006, Me Florand d?posera une r?qu?te en révision de l'Affaire Joushomme auprès de la Commission de révision des condamnations pénales.

28 février 1985, Evelyne Laborde (62 ans) et Bruno Joushomme (22 ans), mari?s depuis peu, ont un accident dans le bois de Meudon, ? bord de leur 2 CV. La voiture quitte la route, finit sa course sur le bas-c?t?, et s?embrase. Bruno Joushomme est sauf, mais sa femme, Evelyne, reste prisonni?re des flammes.

Il sera condamné ? la prison ? perpétuité pour assassinat de son épouse. Bruno Joushomme crie son innocence depuis plus de vingt ans.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 31 mars 2006, 23:37 
Hors ligne

Enregistré le : 17 janv. 2006, 18:10
Messages : 40
Localisation : lardieres 60
Citation :
Lu sur le site de France-Justice

Affaire Joushomme : requête en révision

Lundi 3 avril 2006, Me Florand d?posera une r?qu?te en révision de l'Affaire Joushomme auprès de la Commission de révision des condamnations pénales.

28 février 1985, Evelyne Laborde (62 ans) et Bruno Joushomme (22 ans), mari?s depuis peu, ont un accident dans le bois de Meudon, ? bord de leur 2 CV. La voiture quitte la route, finit sa course sur le bas-c?t?, et s?embrase. Bruno Joushomme est sauf, mais sa femme, Evelyne, reste prisonni?re des flammes.

Il sera condamné ? la prison ? perpétuité pour assassinat de son épouse. Bruno Joushomme crie son innocence depuis plus de vingt ans.
et, alors J PASC qu elle rapport avec ranucci.

_________________
aimons-nous vivant n' attendons pas que la mort nous trouve du talent. (PIERRES DELANOË)


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 01 avr. 2006, 07:18 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
Citation :
Citation :
Lu sur le site de France-Justice

Affaire Joushomme : requête en révision

Lundi 3 avril 2006, Me Florand d?posera une r?qu?te en révision de l'Affaire Joushomme auprès de la Commission de révision des condamnations pénales.

28 février 1985, Evelyne Laborde (62 ans) et Bruno Joushomme (22 ans), mari?s depuis peu, ont un accident dans le bois de Meudon, ? bord de leur 2 CV. La voiture quitte la route, finit sa course sur le bas-c?t?, et s?embrase. Bruno Joushomme est sauf, mais sa femme, Evelyne, reste prisonni?re des flammes.

Il sera condamné ? la prison ? perpétuité pour assassinat de son épouse. Bruno Joushomme crie son innocence depuis plus de vingt ans.
et, alors J PASC qu elle rapport avec ranucci.
sinon, tout va bien Bruno depuis la dernière fois ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 01 avr. 2006, 18:00 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 62
Localisation : Paris
Citation :
A propos du choc, je crois me rappeler qu'un policier intervenu rapidement sur les lieux, juste après les pompiers, d?clare au début de l'emission que le radiateur était enfonc?, et que le choc avait été violent...
Passionnnante révélation faisant suite ? une observation attentive : il n'y a pas de radiateur sur la 2CV Citr??n qui est ?quip?e d'un refroidissement par air...

_________________
La conviction personnelle risque fort de s'opposer à la recherche objective de la vérité et à la sureté du jugement. Si elle devient .... intime, au secours !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 03 avr. 2006, 15:58 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 23 févr. 2006, 18:28
Messages : 11
Bonjour,
Je ne connais pas cette affaire.
Simpelment la 2CV avait en effet un refroidissement par air - donc pas de radiateur.
Passer en 1?re en roulant, c'est possible mais seulement en roulant au pas, et été l'était plus difficilement avec les bo?tes de vitesse de l'époque.
Sur une 2CV, en partant de la 4?me, on ne pouvait aller qu'en 3°me.
Voil?, voil?, bonne journ?e ? tous.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 avr. 2006, 22:29 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 26 janv. 2006, 18:20
Messages : 62
Localisation : Normandie
Citation :
Citation :
A propos du choc, je crois me rappeler qu'un policier intervenu rapidement sur les lieux, juste après les pompiers, d?clare au début de l'emission que le radiateur était enfonc?, et que le choc avait été violent...
Passionnnante révélation faisant suite ? une observation attentive : il n'y a pas de radiateur sur la 2CV Citr??n qui est ?quip?e d'un refroidissement par air...
Oui, il voulait sûrement parler de la grille d'entr?e d'air. Je regrette de ne pas avoir pu revoir cette émission afin de r?entendre ce témoignage, mais il me semble bien qu'il parlait d'un radiateur enfonc?, ce qui ne correspond pas du tout aux autres témoignages. C'est également lui qui dit avoir remarqu? un trou dans le front de la victime, qui n'est pourtant pas mentionn? dans le rapport d'autopsie, si je me souviens bien.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 avr. 2006, 22:44 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 26 janv. 2006, 18:20
Messages : 62
Localisation : Normandie
Citation :
Sur une 2CV, en partant de la 4?me, on ne pouvait aller qu'en 3°me.
Pouvez-vous être plus précis ? Si la 4?me, c'était "tir? ? droite", par exemple, et la 1?re "pouss? droit", l'erreur était possible, je crois, en oubliant de maintenir le levier sur la droite pendant l'enfoncement (si le levier était ? côté du volant comme je l'imagine).

Pour ramener ça à un levier normal, la 1?re c'est "pouss? ? gauche", la 2?me "tir? ? gauche", la 3°me "pouss? droit", la 4?me "tir? droit", et la 5?me "pouss? ? droite". Passer de la 4?me ? la 1?re n?cessite de pousser ? gauche, au lieu de repousser tranquillement le levier ; c'est donc une erreur peu probable. Par contre, on peut passer facilement de la 1?re ? la 4?me par erreur, en oubliant de maintenir le levier sur la gauche. Je me dis que sur la 2 CV, c'était peut-être le contraire.

Une autre fausse manoeuvre qui pourrait cr?er des ?tincelles dans la bo?te de vitesse, ce serait de passer une vitesse ? moiti? (?a m'arrive encore de temps ? autre). Les grincements décident un conducteur normal ? renfoncer la p?dale d'embrayage pour finir de passer la vitesse (ou repasser une vitesse inf?rieure, en raison de la perte d'?lan), mais madame Joushomme aurait pu s'acharner ? vouloir passer sa vitesse et perdre le contrôle du véhicule, qui sait ?

Enfin, je ne faisais qu'essayer de trouver une hypothèse expliquant l'incendie, car cette affaire est bien mystêrieuse ; que Bruno Joushomme soit coupable ou innocent, on ne s'explique pas trop ce qui est arriv


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 avr. 2006, 22:52 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 62
Localisation : Paris
vitesses 2 pattes :

1 ere tirer, vers la gauche

2 eme pousser, redresser, tout droit

3eme tirer droit

4 eme surmutipli?e pencher vers la droite puis pousser (sans passer par le pont mort)

DE la 4 eme on ne peut que revenirt en 3eme

_________________
La conviction personnelle risque fort de s'opposer à la recherche objective de la vérité et à la sureté du jugement. Si elle devient .... intime, au secours !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 18 avr. 2006, 23:02 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 26 janv. 2006, 18:20
Messages : 62
Localisation : Normandie
Citation :
vitesses 2 pattes :

1 ere tirer, vers la gauche

2 eme pousser, redresser, tout droit

3eme tirer droit

4 eme surmutipli?e pencher vers la droite puis pousser (sans passer par le pont mort)

DE la 4 eme on ne peut que revenirt en 3eme
Merci. C'est plus clair comme ça (j'ai d? relire plusieurs fois, cependant, h?h?h?, mais j'ai fini par comprendre). Il est clair que l'erreur est impossible.

Ce qui est assez intéressant, c'est que dans cette affaire, tout le mystêre r?side dans un seul fait, ? un seul moment, dans un lieu fr?quent?, et qu'on n'en nage pas moins dans la semoule.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 avr. 2006, 07:46 
Hors ligne

Enregistré le : 30 janv. 2006, 20:04
Messages : 273
Localisation : RP 95
la cl? de l'?nigme, selon moi, c'est l'incendie qui s'est déclaré du côté passager.

Je ne vois pas comment cela peut se produire accidentellement.

A l'époque, il semble que les experts n'ont jamais pu ou essayé de donner une explication ? la thèse de l'accident.

J'avais pos? la question ? un garagiste qui m'avait confirm? qu'un incendie pouvait se d?clencher accidentellement au niveau du plafonnier, mais il était plus perplexe quant ? ce qu'il se passe au sol côté passager.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 avr. 2006, 11:54 
Hors ligne
Avatar du membre

Enregistré le : 23 févr. 2006, 18:28
Messages : 11
Bonjour,

Webrider a répondu quant ? la bo?te de la Deuche.

Pour l'incendie, il y a quelques anne?s, sur une grande route, j'allais croiser une deuch quand j'ai vu une jf descendre en route. Je suis passé sur l'accotement pour ne pas l'?craser, et je suis all? voir en pensant tomber sur une histoire sordide. Surprise, la 2 cv continuait en zigzagant puis une 2?me passag?re s'est extrait par la fen?tre passeger et a saut? en marche - sa porte était coinc?e.

la 1?re était la conductice, qui avit saut? en paniquant devant un feu venant de l'avant de ses pieds, ??d du moteur. Sa passg?re n'avait plus eu qu'? l'imiter. Plus de peur que de mal. Mais la voiture a complètement br?l? dans le foss?.

Jene suis pas sûr toutefois que cette anecdote ?claire l'affaire Joushomme, que je connait mal. Bonne journ?e!


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1 2 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com