Nous sommes le 15 mai 2021, 22:30

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 641 messages ]  Aller à la page Précédente 139 40 41 42 43 Suivante

Qu'ont vu M. et Mme AUBERT sur la RN8bis ?
1- un homme s'enfuyant avec un paquet 19%  19%  [ 7 ]
2- un homme s'enfuyant avec un enfant 41%  41%  [ 15 ]
3- uniquement la 304 de C Ranucci 32%  32%  [ 12 ]
4- uniquement une autre voiture 0%  0%  [ 0 ]
5- aucun avis sur la question 8%  8%  [ 3 ]
Nombre total de votes : 37
Auteur Message
Message non luPosté : 08 juin 2016, 20:22 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1694
Citation :
Moi je comprends le même cafouillage et pour la recherche de l'enfant et pour la recherche du couteau ; on sait l'endroit ((à qques dizaine de mettres près concernant l'arrèt du coupé, signé bouladou ) mais on fouille partout et des heures (enfin 2h ) .
Vu le ressentiment des policiers à l'endroit des gendarmes à ce moment il est possible que les flics marseillais aient quelque peu 'baladé' les militaires qui se sont couvert de lauriers en découvrant le corps et en ayant appréhendé le suspect pendant qu'eux-mêmes étaient dans l'ignorance de ce qui se tramait....
Citation :
Et pour revenir à l'heure à laquelle Alessandra était mis au courant de ce qui se passait sur la RN , quand j'écrivais que Alessandra au courant ds la matinée aurait dù réagir concernant les Aubert et Ranucci , Arlaten m'a répondu que je mélangeais tout : les policiers auraient été informés qu' APRES la découverte du corps .
Pensez par vous même c'est une quasi-certitude; la vraie interrogation est le fait que le commissaire Alessandra écrit le contraire dès le 6 au soir.


Haut
   
Message non luPosté : 09 juin 2016, 07:23 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 1368
Citation :
Alors si je résume ce que vous en pensez après avoir lu vos différends messages :
l'accident , les Aubert prennent en chasse Ranucci .
Oui, avec un délai certain de retard. Retard qui améne le premier mensonge des Aubert: la 304 en point de mire.
Citation :
ranucci roule jusqu'au virage en épingle (ou un peu après ? ) ,
Au virage en épingle ou un peu après......... Si vous ne vous en souvenez pas c'est que vous n'avez pas compris la raison. C'est pourtant cela l'essentiel.
Citation :
il s'arrète parce que la tole frotte à la roue ;
Non, il n'en sait rien. Il entend un bruit. Bruit qui devait être plus ou moins fort en fonction des virages. C'est pour cela qu'il s'arrête, pour voir ce qui se passe sur sa voiture.
Citation :
Ce que les Aubert voient : Ranucci avec sa serviette de bains bleue à rayures blanches , court se cacher .
Non, un peignoir de bain. Le peignoir est enroulé autour de la carabine et les Aubert ne voient pas ce que c'est. Au moment ou les Aubert sortent du virage, ils voient Ranucci sur le côté gauche de la 304. En voyant la voiture des Aubert, Ranucci passe devant sa voiture, ouvre la portière passager, prend le "paquet" et part dans la colline. Il n'a pas sauté le fossé parce qu'il n'y en avait pas.
Citation :
Les Aubert relèvent les N°s de la 304 et retournent vers le carrefour
Oui, il (Aubert) relève les N°s après avoir fait demi-tour à une cinquantaine de mètres. Très important ça aussi.


Haut
   
Message non luPosté : 09 juin 2016, 07:38 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 1368
Citation :
Ce qui me parrait bizarre ,se sont les recherches qui commencent un peu après le carrefour , il y a quand même du carrefour au chemin plus d'1 km ((de 1 à 2 km ?)
Non, la battue commence bien au carrefour et le chien est envoyé à la galerie de la champignonnière. Ce ne sont que les deux extrémités des endroits où Ranucci a été vu. Il n'y a donc rien de bizarre, c'est même au contraire d'une grande logique.
Citation :
Les Aubert auraient confondu une 304 avec une 204 ,puisque c'est noté "204" sur le fax . C'est bien possible .
Non, ce n'est pas possible. D'abord, dans le fax, il n'y a rien qui vienne des Aubert. Ensuite, les journalistes qui évoquent un "entretien" avec les Aubert mentionnent bien une 304.


Haut
   
Message non luPosté : 09 juin 2016, 07:48 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 1368
Citation :
Les informations sont très imprécises et globalement toutes fausses. Nous voyons bien que ce télégramme est écrit à chaud; les informations viennent certainement du capitaine Gras, mal à l'aise sous son képi,
Ben non, si elles sont globalement fausses, elles ne peuvent pas venir des gendarmes et du Capitaine Gras en particuliers.

Citation :
communiquées par radio téléphone du bord de la route quand-il lui a fallu prévenir les autorités; procureur et policiers....
Non, encore une "invention". L'appel au procureur a été fait par téléphone depuis la brigade de Greasque. L'appel radio, à la gendarmerie de Nice a été fait également depuis la brigade et pas depuis une voiture.

Citation :
La lecture des articles le montre aussi; selon que les journalistes étaient à l'Évêché ou au bord de la route ils ont relaté deux versions différentes.
Faux. François Missen était à l'Evéché, puis il s'est rendu sur le lieu du crime. Il parle d'une 304 et d'un paquet. Les journalistes qui sont restés à l'Evéché, eux parlent d'une 204 et d'une fillette et cela ne sort que du télégramme. Il y a aussi des journalistes qui parlent d'une 304 et d'un paquet. Ils donnent aussi des informations que ni les policiers ni les gendarmes ne connaissent. Informations qu'ils ne peuvent tenir que de Aubert.

Citation :
-Alessandra le 6:
Les enquêteurs de la Sûreté Urbaine de Marseille chargés d'enquêter sur la disparition de la jeune Marie Dolores ne tardèrent pas à faire un rapprochement entre cette affaire et le délit de fuite précédemment évoqué.
De multiples points communs entre ces deux affaires apparaissaient en effet : couleur du véhicule, signalement de l’homme, signalement de la fillette, correspondance entre l’heure de l’enlèvement et l’heure du délit de fuite, etc…
Jamais au grand jamais, les policiers marseillais n'ont pu faire le rapprochement de l'affaire qu'ils avaient en charge, avec un événement donc ils ignoraient totalement l'existence. Le mensonge du commissaire est patent.

Comme en plus, à la suite de cela, le Commissaire écrit: "Compte tenu des suspicions qui pesaient d'ores et déjà à l'encontre du conducteur de la Peugeot 304, une battue était effectuée par la gendarmerie de Greasque ...........". Nous comprenons bien qu'il cherche à mettre en valeur, lui et ses troupes, alors qu'en fait ils sont totalement étrangers à ce qui c'est passé du côté de Peypin..

Citation :
Il va sans dire que tout cela est en parfaite contradiction avec ce qu'écrira Gras le lendemain dans sa synthèse et est infirmé par le déroulement des évènements.
C'est évident, le Commissaire raconte n'importe quoi.

Citation :
Ainsi dès le 6 juin au soir le déclenchement des recherches et son retard sont problématiques au point d'être 'récupéré' par le commissaire.
"récupéré", le mot est juste. Le Commissaire a essayé de s'attribuer le "succès" des gendarmes.

Citation :
Il est curieux de constater que ce point ne sera jamais éclairci au cours de l'instruction, du procès et qu'il ne sera pas exploité par la défense.
Et depuis le temps, c'est bien qu'il n'y avait rien à éclaircir.

Citation :
Je pense malgré tout que nous sommes probablement dans un défaut de commandement du gendarme commandant provisoire de la brigade de Gréasque; en gros c'était du n'importe quoi dans cette unité en l'absence d'un chef, qu'avec le week-end prolongé et la chaleur.....
Les gendarmes, puis le Capitaine Gras et maintenant le "chef" de Greasque. Les coups de téléphone qui arrivent à la gendarmerie de Greasque et qui évoquent l'enlévement de Marseille, c'est le 4 juin. Le week-end de Pentecôte est terminé.
Citation :
Cependant, qu'est-ce qui peut justifier le black-out sur cette épisode? Les gendarmes, nous le savons, dans leur précipitation à retardement ont été à deux doigts du vice de procédure.
Non, il n'y a eu ni retardement, ni précipitation encore moins de vice.
Je retiens le "black-out", ce mot si peu usité, mais utilisé par un protagoniste de l'affaire.

Citation :
En effet c'est pas commun mettre 50 hommes pour rechercher un enfant, plus vraisemblablement d'ailleurs son corps après deux jours et une fois le découverte effectuée envoyer deux collègues arrêter le suspect pour.... délit de fuite...!
Faux. Ranucci a été "intercepté" par les gendarmes niçois pour pouvoir être remis aux policiers, et cela n'était pas en rapport avec un délit de fuite. De plus, l'arrestation du suspect n'est pas une initiative des gendarmes.


Haut
   
Message non luPosté : 09 juin 2016, 07:54 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 1368
Citation :
Moi je comprends le même cafouillage et pour la recherche de l'enfant et pour la recherche du couteau ; on sait l'endroit ((à qques dizaine de mettres près concernant l'arrèt du coupé, signé bouladou ) mais on fouille partout et des heures (enfin 2h ) .
Ce n'est pas en lisant Bouladou que vous vous "approcherez" de la vérité. Il n'y a pas de cafouillage, ni pour la battue, ni pour la recherche du couteau. C'est vrai que quand on ne connait pas bien l'affaire, on raconte bien souvent n'importe quoi.
Citation :
Et pour revenir à l'heure à laquelle Alessandra était mis au courant de ce qui se passait sur la RN , quand j'écrivais que Alessandra au courant ds la matinée aurait dù réagir concernant les Aubert et Ranucci , Arlaten m'a répondu que je mélangeais tout : les policiers auraient été informés qu' APRES la découverte du corps .
Où et quand, le Commissaire a-t-il appris la nouvelle de la découverte du corps ?
De là, nous pouvons déduire qu'avant d'apprendre la nouvelle, les policiers ignoraient totalement ce qui se passait du côté de Peypin.
Ce qui implique aussi que le 5 juin Aubert n'a pas appelé Alessandra.


Haut
   
Message non luPosté : 10 juin 2016, 19:16 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1694
meurtre
Citation :
Non, encore une "invention". L'appel au procureur a été fait par téléphone depuis la brigade de Greasque. L'appel radio, à la gendarmerie de Nice a été fait également depuis la brigade et pas depuis une voiture.
A ma connaissance, le Capitaine Gras était sur le terrain. Je n'ai pas lu d'informations à ce sujet mais vu l'important effectif mis en place il est probable qu'un état-major de campagne a été mis en place par les autorités départementales de gendarmerie à la Brigade de Gréasque ? C'est possible.
Citation :
Jamais au grand jamais, les policiers marseillais n'ont pu faire le rapprochement de l'affaire qu'ils avaient en charge, avec un événement donc ils ignoraient totalement l'existence. Le mensonge du commissaire est patent.

Comme en plus, à la suite de cela, le Commissaire écrit: "Compte tenu des suspicions qui pesaient d'ores et déjà à l'encontre du conducteur de la Peugeot 304, une battue était effectuée par la gendarmerie de Greasque ...........". Nous comprenons bien qu'il cherche à mettre en valeur, lui et ses troupes, alors qu'en fait ils sont totalement étrangers à ce qui c'est passé du côté de Peypin..
Complètement d'accord sur la première partie, mais je ne pense pas que cela est pour mettre en valeur ses troupes restées sur la touche. J'y vois plutôt une tentative 'de glisser' sur l'imbroglio provoqué par le retard des gendarmes....., surtout d'entre-temps le rôle des Aubert a pris une importance considérable.
Citation :
C'est évident, le Commissaire raconte n'importe quoi.
Gras écrira encore plus 'n'importe quoi' le lendemain dans sa synthèse . Alessandra ne le sait pas encore...
Je pense que cet épisode, celui de déclenchement des recherches et la découverte du corps en dehors d'un cadre légal, en prenant de cours les autorités judiciaires, le procureur et la juge d'instruction a entrainé une belle pagaille à Marseille.
Citation :
Et depuis le temps, c'est bien qu'il n'y avait rien à éclaircir.
Oh que si ! En fait c'est toute une nouvelle lecture de l'affaire. Au delà du témoignage contesté car contestable des Aubert, on voit bien que les policiers en arrivant en retard n'ont pas eu beaucoup de prise sur les évènements au moment où le suspect entre dans l'histoire.
Citation :
Non, il n'y a eu ni retardement, ni précipitation encore moins de vice.
Faux. Ranucci a été "intercepté" par les gendarmes niçois pour pouvoir être remis aux policiers, et cela n'était pas en rapport avec un délit de fuite. De plus, l'arrestation du suspect n'est pas une initiative des gendarmes.
Depuis quand deux gendarmes attendent tranquillement au bas de son immeuble qu'un suspect d'un acte atroce rentre de son travail ?
Le rôle de chacun a été réparti in-extrémis ; les gendarmes niçois n'ont pas interrogé le suspect sur le rapt et urte de la petite avant de le remettre aux policiers azuréens dans l'attente des enquêteurs marseillais munis de la commission rogatoire..
Au passage la garde à vue commencera à 18h.....


Haut
   
Message non luPosté : 17 juin 2016, 08:57 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 janv. 2013, 11:57
Messages : 1368
Citation :
A ma connaissance, le Capitaine Gras était sur le terrain. Je n'ai pas lu d'informations à ce sujet mais vu l'important effectif mis en place il est probable qu'un état-major de campagne a été mis en place par les autorités départementales de gendarmerie à la Brigade de Gréasque ? C'est possible.
"Il est probable que", c'est bien ce que je disais, voilà encore une "invention". Il ne fait aucun doute que le Capitaine Gras était le "hiérarchique" de la gendarmerie, le plus élevé, sur le terrain. Si un état major de campagne avait été dressé à la Brigade de Greasque, c'est bien là que le Capitaine Gras aurait du se trouver, or ce n'est pas là qu'il était.

Lorsque j'écris:"L'appel au procureur a été fait par téléphone depuis la brigade de Greasque. L'appel radio, à la gendarmerie de Nice a été fait également depuis la brigade et pas depuis une voiture.", ce n'est pas une possibilité, c'est une certitude.
Citation :
Complètement d'accord sur la première partie,
qui implique que Alessandra a bien menti dans son PV de synthèse.
Citation :
mais je ne pense pas que cela est pour mettre en valeur ses troupes restées sur la touche. J'y vois plutôt une tentative 'de glisser' sur l'imbroglio provoqué par le retard des gendarmes.....,
Alessandra ne risquait pas "de glisser" sur un "imbroglio" qui n'a jamais existé.
Citation :
surtout d'entre-temps le rôle des Aubert a pris une importance considérable.
Non, le rôle des Aubert n'a pris aucune importance. L'action de Mme Aubert, dans le bureau d'Alessandra si, dans la mesure ou cela a amené un changement notoire, dans le comportement de Ranucci.
Ce coup d'éclat de Mme Aubert et la reconnaissance de son implication par Ranucci sont liés.

Je rappelle :
Citation :
c'est 4 ou 5 heures de gagnées, l'affaire était toute autre....
Citation :
Les points clés de l'affaire sont la découverte du corps et le moment où Ranucci reconnait sont implication. Si les autorités avaient été prévenues plus tôt, cela n'aurait rien changé quant au moment de la commission de ces points clés. Élucubrations, je maintiens.
ET là, bien sûr pas de réponse.

Citation :
C'est évident, le Commissaire raconte n'importe quoi.
Citation :
Gras écrira encore plus 'n'importe quoi' le lendemain dans sa synthèse . Alessandra ne le sait pas encore...
Il n'y a pas de mensonge dans la synthèse du Capitaine. Il y en a dans celle du Commissaire.
Citation :
Je pense que cet épisode, celui de déclenchement des recherches et la découverte du corps en dehors d'un cadre légal, en prenant de cours les autorités judiciaires, le procureur et la juge d'instruction a entrainé une belle pagaille à Marseille.
Non, c'est faux. Tout ce que la gendarmerie a pu faire, avant la découverte du corps, du planton de Greasque au chef d'état major départemental, était parfaitement légal. D'ailleurs, aucun reproche n'a jamais était fait, bien au contraire si l'on en croit Guazzone.

Citation :
Et depuis le temps, c'est bien qu'il n'y avait rien à éclaircir.
Citation :
Oh que si ! En fait c'est toute une nouvelle lecture de l'affaire. Au delà du témoignage contesté car contestable des Aubert, on voit bien que les policiers en arrivant en retard n'ont pas eu beaucoup de prise sur les évènements au moment où le suspect entre dans l'histoire.
Alessandra est prévenu à 16h. Les policiers marseillais vont arrivés à Nice sur le coup des 23h. Ce retard n'est imputable qu'aux policiers et à personne d'autre.
Le premier interrogatoire de Ranucci s'est passé à Marseille, pas à Nice. Faut croire qu'il n'y avait pas urgence pour les "marseillais". D'ailleurs, dans sa synthèse, Alessandra notera:" Immédiatement interrogé dans les locaux de la Police de Marseille....." "Immédiatement", cela signifie bien que pour lui, le Commissaire, eux, les policiers n'ont pas perdu de temps.
Citation :
Non, il n'y a eu ni retardement, ni précipitation encore moins de vice.
Faux. Ranucci a été "intercepté" par les gendarmes niçois pour pouvoir être remis aux policiers, et cela n'était pas en rapport avec un délit de fuite. De plus, l'arrestation du suspect n'est pas une initiative des gendarmes.
Citation :
Depuis quand deux gendarmes attendent tranquillement au bas de son immeuble qu'un suspect d'un acte atroce rentre de son travail ?
Cette façon de faire a été décidée par la Juge. Il y avait urgence "d'intercepter" le suspect. Et le plus rapide c'était bien d'envoyer les gendarmes au motif de délit de fuite.
Les deux gendarmes sonnent chez les Ranucci. Mme Mathon leur dit que son fils est au travail. C'est bien qu'il n'a en rien, apporté de changement dans son mode de vie. Ils attendent son retour. Rien de plus normal et juste puisque cela a payé.

Citation :
Le rôle de chacun a été réparti in-extrémis ; les gendarmes niçois n'ont pas interrogé le suspect sur le rapt et urte de la petite avant de le remettre aux policiers azuréens dans l'attente des enquêteurs marseillais munis de la commission rogatoire..
Au passage la garde à vue commencera à 18h.....
"in-extremis" par rapport à quoi ?
Non, la répartition des rôles a été faite "sur le champ" par la Juge et le Proc dès qu'ils ont été informé par le capitaine Gras de la découverte du corps. Les policiers marseillais avaient une commission rogatoire. Le Proc de Nice avaient reçu des instructions qu'il a transmises aux gendarmes niçois.
"La garde à vue qui commence à 18h", encore une boulette des policiers. Pour le délit de fuite, les gendarmes ont fait commencé la garde à vue à 18h13, heure de l'arrestation au domicile. Les policiers eux, la font commencée le 5 à 18h.
Les policiers n'ont pas utilisé tout le temps que leur permettait une garde à vue réglementaire. C'est bien qu'ils n'ont pas été à court de temps.


Haut
   
Message non luPosté : 18 juin 2016, 10:18 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1694
Le Capitaine Gras est le commandant de la compagnie d'Aubagne, ses supérieurs lui fournissent des renforts de tout le département pour rechercher 'en catimini' une petite fille enlevée deux jours plus tôt. S'il reste le plus visible sur le terrain (et pour cause) vous imaginez bien que l'état-major est tenu au courant de l'opération en temps réel et selon toute vraisemblance il ne doit pas être bien loin.
Citation :
Les points clés de l'affaire sont la découverte du corps et le moment où Ranucci reconnait sont implication. Si les autorités avaient été prévenues plus tôt, cela n'aurait rien changé quant au moment de la commission de ces points clés. Élucubrations, je maintiens.

De quelle affaire parlez-vous? Celle de d'enlèvement et du meurtre d'une petite fille ou celle 'du conte de Perrault?
La première est relativement simple: les agissements suspects d'un automobiliste sont signalés; ces signalements amène à la découverte du corps et à l'arrestation du jeune homme, un pantalon ensanglanté est découvert dans la voiture, un couteau sera retrouvé sur ses indications.....
L'affaire est limpide sauf que le dossier est pourri, c'est les raisons de ce pourrissement qui posent problème.
Le retard à l'allumage des gendarmes en est chronologiquement la première raison.
40 ans plus tard nous ne savons pas le déroulement exact du déclenchement des recherches; les deux officiers responsables en font un récit contradictoire le 6 au soir pour l'un, le 7 pour l'autre. L'un ment, c'est vrai, l'autre raconte n'importe quoi en faisant de ses subordonnés une bande de [i']neuneus'[/i] qui cherchent une voiture partie depuis deux jours sans s'occuper du fichier à la préfecture, qui cherchent un cadavre sans s'occuper du suspect...
Evidement que le commissaire Alessandra ne va pas se plaindre de ces agissements 'surréalistes' dans sa synthèse, il est bien forcé de faire' contre mauvaise fortune bon cœur'. Il ne va pas se plaindre de la durée de la garde-à-vue écourtée par les formalités à accomplir avant de se rendre à Nice par exemple...
Comment s'étonner, dans ces conditions, de la décision de la juge, de mettre fin à la garde à vue par les policiers pour recevoir les aveux du suspect; il était temps de mettre quelques formes après un si mauvais départ et il est vrai que les charges étaient accablantes pour le jeune homme.
Citation :
Les points clés de l'affaire sont la découverte du corps et le moment où Ranucci reconnait sont implication. Si les autorités avaient été prévenues plus tôt, cela n'aurait rien changé quant au moment de la commission de ces points clés.
Vous avez raison, 'cet imbroglio' pour le fond de cette affaire n'est pas si important, dommage qu'il ne soit pas clairement et définitivement 'levé'.


Haut
   
Message non luPosté : 18 juin 2016, 17:32 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 mai 2015, 10:28
Messages : 767
Non pour moi les recherches ou du moins ce qui les déclenche n'est pas "limpide ".

Sur sa synthèse le commandant ne dit pas clairement ce qu'il cherche à partir de 14heures .Donc mr Aubert n'a pas parlé d'enfant .
Et à ce moment Mr martinez et Mr Aubert ont appelé .
Aubert évoque toujours un paquet ;
et Mr martinez ,qui peut ètre ((même certainement)) a appelé la gendarmerie de gréasque pour savoir ou en est la recherche sur l'indentité de son chauffard et oui ,ça fait 2 jours l'accident , répond peut ètre à une question du gendarme :est ce qu'un enfant pouvait se trouver à bord de cette 304 ?
D'où la réponse de martinez (j'écris de mémoire ) :un enfant pouvait ètre à bord du véhicule .
Je suis persuadée que Martinez répond à la question du gendarme .

Pour moi ,il y a un élément manquant ; il faut quand méme se rendre compte que si la synthèse du capitaine gras comme elle est , si c'est la parfaite vérité ,y a quand méme un blème ;
D'accord ,d'accord , ils ont trouvé le corps de l'enfant ,mais la cause du déclenchement n'est pas très claire .
Et la vraie cause n'apparait pas (pour moi ) ds la synthèse, et ce qui en ferait un Ranucci pas impliqué ; mais il faut qu'il y rentre ds cette affaire puisque l'élément manquant disparaît par enchantement alors tout tombe sur la tète de ranucci . ben oui ,lui on l'a sous la main ,on connaît son immat PAR BONHEUR sad:
Ce qui donne une synthèse peu compréhensible ,en faite . (en tout cas pour moi )


Haut
   
Message non luPosté : 19 juin 2016, 19:10 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1694
Le dispositif des gendarmes est mis en place à partir du carrefour, les recherches sont tout le long de la route, il y a aussi une équipe qui fouille la galerie et c'est bien à Nice qu'ils se rendent le corps de la petite découvert. Visiblement le fil conducteur est bien le niçois.
On ne peut pas parler de 'non implication'.


Haut
   
Message non luPosté : 19 juin 2016, 21:36 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 mai 2015, 10:28
Messages : 767
Les Aubert sont les seuls à avoir vu quelque chose : un homme, un paquet, une voiture .

Déjà , faut ètre bougrement imaginatif pour y voir un enfant ;
Et par chance (ds le contexte) le corps de l'enfant est là .
Comment comprendre ça ?

Alors en plus mr Aubert dit ne jamais avoir tel aux gendarmes, c'est encore plus mystérieux .

Avant de mettre sont dispositif en place , ou en tout cas pendant , le capitaine aurait bien fait d'avoir Mr Aubert au tel parce que ,c'était pas très clair .
Moi ce qui me chiffonne ,c'est qu'on ai pas fait rappliquer Mr Aubert . Et qu'on ai pas recherché l'identité de Ranucci plus tot .
Pour moi , là, il y a 1 hic .
Sur le déplacement Aubert , on a répondu que ce n'était pas possible ,je crois me rappeler que c'est à cause de changement de département . (??)
Mais quand même , le capitaine recherchait ..... un enfant !!!

Que je sois seule à voir un truc qui cloche , ben tant pis ,c'est comme ça , je resterai ds mon idée , NA !!! :wink:


Haut
   
Message non luPosté : 20 juin 2016, 06:30 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1694
Il ne faut pas perdre de vue que les recherches sont entreprises sans que les autorités judiciaire et policières saisies de l'affaire d'enlèvement soient prévenues. Le Capitaine Gras et ses supérieurs n'ont pas les coudées franches pour par exemple faire venir les Aubert ou pour se rendre à Nice.
Citation :
Alors en plus mr Aubert dit ne jamais avoir tel aux gendarmes, c'est encore plus mystérieux .

C'est dommage que tout cela n'ait pas été tiré au clair à l'époque par la juge. Etait-ce seulement pour couvrir le manque de réaction des gendarmes?
On voit bien que cet épisode a empoisonné durablement cette affaire.
Citation :
Les Aubert sont les seuls à avoir vu quelque chose : un homme, un paquet, une voiture .
Soit ils ont vu un enfant ou alors l'idée s'est imposée, à un moment, à quelqu'un, que 'le paquet' était la petite ou le corps de la petite.... et c'était le cas.


Haut
   
Message non luPosté : 20 juin 2016, 14:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 23 mai 2015, 10:28
Messages : 767
Au procès Le couple a été "embèté" sur le fameux "paquet" par les (ou un) avocats de la défense .

Est ce que l'on sait comment les témoins Aubert s'en on sortit de ce fameux paquet au procès ??

Est-ce que mr Aubert , au procès , a nié avoir tel aux gendarmes les 4 et 5 ?
La question lui a t-elle été posée ,au procès ??

pour ma part , la négation Aubert sur ces coups de fil ,je l'ai lu que ds le livre mr Bouladou "'annexe Alain Aubert "

Mr P. Lefèvre , vous avez assisté au procès Ranucci , venez nous dire ,s'il vous plait ,merci . :P
(((on peut rèver ..... ,ce n'est pas dérageant :wink: )))

Sur le forum , je n'ai pas lu grand chose sur les débats du procès . maintenant ,il est vrai que pour savoir il fallait ètre au procès .


Haut
   
Message non luPosté : 20 juin 2016, 18:25 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 17 janv. 2006, 17:10
Messages : 1863
Ça n'est certainement pas, en leurs faveurs de niés de ne jamais avoir passé ce fameux coup de téléphone .Ils laissent penser , à qui le veut bien, que pandant plus de 48heurs ils n'ont strictement rien à dire. Il n'y a pas deux pois, deux mesures, si MR Martinez, ne cite pas les Aubert , jamais on entend parler de ce couple.

_________________
"Aimons-nous vivants, n'attendons pas que la mort nous trouve du talent." ( Pierre Delanoë)
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
Message non luPosté : 20 juin 2016, 18:48 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 08 juil. 2008, 23:05
Messages : 1694
Il semble que M Aubert a été plus embêté avec l'histoire de la portière. La question lui a été posée pour le paquet et il a réaffirmé qu'il avait dès le début parlé d'un enfant.
Je crois possible que le couple ait appelé Rocquevaire le 4; sa femme dit à un moment: " qu'il fallait mieux appeler pour rien".
Pour le coup cet appel est accablant pour les gendarmes, avec celui de Guazzone en plus, je ne vois pas pourquoi le Capitaine Gras l'aurait inventé dans sa justification alambiquée....


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 641 messages ]  Aller à la page Précédente 139 40 41 42 43 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com